ARFRICAPACITES 2015 : Réussir le virage électoral à venir, pour une consolidation de la démocratie

vendredi 26 juin 2015 à 02h54min

Conformément à ses missions, l’Organisation non-gouvernementale (ONG) Diakonia, multiplie les actions à destination des acteurs de la transition pour un « processus réussi vers une consolidation de la démocratie ». C’est dans cet élan que s’inscrit le Forum international « AFRICAPACITES 2015 » qui se tient les 25 et 26 juin 2015 à Leo, chef-lieu de la province de la Sissili dont l’ouverture officielle est intervenue dans la matinée de jeudi 25 juin 2015 et présidée par le président du Conseil national de la transition (CNT), Chériff Moumina Sy.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
ARFRICAPACITES 2015 : Réussir le virage électoral à venir, pour une consolidation de la démocratie

« De la transition à la consolidation démocratique : capacitation et reculturation fondées sur les valeurs ». C’est le thème de la 3ème édition du Forum international, « AFRICAPACITES 2015 », un forum dont l’entame a donné lieu à une minute de silence en la mémoire des victimes de l’insurrection populaire de fin octobre 2014.
Ce forum international va permettre aux acteurs de la gouvernance d’identifier des valeurs cardinales pour refonder la démocratie et cerner, en outre, leurs partitions respectives pour des élections transparentes. Aussi, le colloque devrait-il permettre d’initier des actions à même de prévenir et réprimer la corruption et la fraude électorales par l’identification des « tendances lourdes et s’inspirer des meilleures pratiques pour les passer à l’échelle ».
Venus d’horizons divers, les participants, dans une approche participative, vont construire les connaissances agrégées à la problématique, faire l’état des lieux des approches existantes et à partir des expériences réussies, induire des perspectives idoines aux enjeux des scrutins à venir.
En clair, le forum a pour objectif principal de procéder à une capitalisation croisée des initiatives de la transition en cours dont les élections vont marquer la destination finale pour consolider la démocratie. Les 48 heures de réflexion seront animées de panels avec des échanges autour de vision de développement démocratique, fondée sur des valeurs partagées afin d’induire des comportements civiques et citoyens.
Ainsi, le premier panel, intitulé « De la transitologie à la consolidologie : le référentiel des valeurs »sera développé par le contrôleur général d’Etat, Luc Marius Ibriga sous la modération du directeur de publication du quotidien Aujourd’hui-Au-Faso, Dieudonné Zoungrana tandis que le panel 2, « Les valeurs démocratiques à l’épreuve de la gouvernance »est scruté à travers des sous-thèmes par Ra-Sablga Seydou Ouédraogo de Free Afrik, Rémis Dandjinou de Burkina Info et Eliane Torres sous la modération de Bintou Boli, secrétaire permanente du CAMC-O (Centre d’Arbitrage, de Médiation et de Conciliation de Ouagadougou). Un troisième panel sur « La reculturation démocratique par les élections » sera l’affaire, en sous-thèmes également, de Abdoul karim Sango commissaire à la CENI, Habibou Koanda, BUCO/FCG et Me Guy Hervé Kam, porte-parole du Balai Citoyen et sous la modération de Simon Gongo de la RTB.
Pour le président du CNT, Chériff Moumina Sy, la question des valeurs occupe une place majeure dans la transition pour la nouvelle société à construire.

L’implication et la bonne foi des acteurs, indispensables à l’atteinte de l’objectif !

Pour le président de la CENI (Commission électorale nationale indépendante), Me Barthélémy Kéré, ce rendez-vous du donner et du recevoir est une opportunité pour partager les idéaux et valeurs de son institution ; valeurs qui reposent, dit-il, sur l’organisation d’élections libres, transparentes, honnêtes et crédibles et échanger sur des sujets d’intérêt commun tels que la « réconciliation des Burkinabè avec leurs valeurs ». Soulignant les enjeux des scrutins à venir, Me Kéré a, une fois de plus, demandé l’implication de tous les acteurs dans l’intérêt supérieur du pays avec pour maître-mot, la culture du dialogue, de la cohésion sociale, de la tolérance et de l’unité nationale.

C’est dans cette vision qu’il a magnifié l’action de Diakonia et ses partenaires dans leur initiative. De son avis, le thème laisse entrevoir la nécessité pour chaque acteur de prendre la réelle mesure de la situation avant, pendant et après les événements des 30 et 31 octobre 2014 afin d’agir conséquemment pour impulser au Burkina, une dynamique nouvelle de promotion de la démocratie.
Selon le directeur pays de Diakonia, Luther Yameogo, ce forum s’inscrit dans le cadre d’un programme d’appui au processus électoral. L’ONG accompagne les instances de la transition et toutes les OSC (organisations de la société civile) afin que dans l’application du « principe de subsidiarité », ces dernières puissent jouer leur partition pour des élections réussies.

Ainsi, après ce forum, des actions de renforcement des capacités pour l’observation des élections seront- elles initiées avec, à terme, la mise en place d’une plateforme d’observation des élections fondées sur les TIC (technologies de l’information et de la communication) avec des experts des médias, de la CENI, etc., pour prévenir la corruption électorale, réguler, en temps réel, les questions qui pourraient se poser le jour des élections et contribuer ainsi à une transition réussie pour une démocratie apaisée.

Pour les responsables de Diakonia, la transition ouvre des fenêtres d’opportunités pour une refondation démocratique qui passera par des reformes structurantes en adéquation avec les préoccupations citoyennes. Convaincus que les élections périodiques, libres, transparentes et honnêtes par lesquelles le peuple désigne ses représentants, constituent la clé de voûte du système démocratique.
Pour le représentant diplomatique Richard Bomboma, la Suède se réjouit de la convergence de vision et des valeurs avec le peuple burkinabè. C’est pourquoi, il souhaite que les élections soient transparentes et crédibles pour servir d’exemple à l’Afrique.

Présente au Burkina depuis 1987, Diakonia, ONG Suédoise, s’investit dans le développement démocratique par l’appui au renforcement des capacités des OSC et le dialogue avec les acteurs majeurs de la gouvernance démocratique. Depuis 2012, l’ONG a entamé la capitalisation de ses meilleures pratiques pour le changement social à travers le partage des expériences de suivi et d’influence des politiques publiques. L’un des leviers catalyseurs de cette dynamique pour le changement social identifié est le renforcement des capacités dans sa vision holistique. Ainsi, des pistes ont été jetées pour sa rationalisation, sa professionnalisation et son institutionnalisation sous la forme d’un « label » dénommé AFRICAPACITES.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés