Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

mardi 23 juin 2015 à 00h59min

Permettre aux personnels des urgences médicales d’accroître leur niveau de connaissances tant théorique que pratique sur les soins d’urgences, c’est l’objectif visé par la session de formation sur les gestes et soins d’urgence au profit des infirmiers du CHU-YO. Une formation qui se tient du 22 au 25 juin 2015 à Ouagadougou et au terme de laquelle les participants verront leur capacité renforcée en matière de soins d’urgence.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

Les services d’urgences constituent la vitrine de tout hôpital. Ils sont également la porte d’entrée dans tous les hôpitaux. Cependant, la prise en charge des patients en situation d’urgence constitue un défi permanent pour le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo (CHU-YO), d’où l’importance de cette session de formation au profit de ses infirmiers. Quatre jours durant, ces derniers seront outillés pour faire face aux différents défis liés à leur rôle et selon monsieur Joachim SANOU chef de service de la réanimation du CHU-YO et formateur, « Toutes les situations d’urgences peuvent se rencontrer dans un hôpital. Nous allons d’abord aborder le sujet du point de vue sociétal où la vie du patient est en danger, et la prise en charge de ces urgences nécessite que nous les catégorisions. Nous allons insister sur l’accueil des urgences et le tri, comment hiérarchiser les patients, comment hiérarchiser les prises en charges pour les urgences ». Outre la question de la prise en charge, le rôle de l’infirmier dans cette tâche sera particulièrement abordé dans le but de lui donner des connaissances théoriques et pratiques pour bien occuper son poste.

Les attitudes que doit avoir un infirmier en face d’un malade

« Le comportement d’un infirmier en face d’un malade est d’avoir la capacité de diagnostiquer l’urgence et avoir la connaissance pratique des gestes simples. Aussi, il doit avoir la capacité de poser les soins en connaissance de cause. La notion de soins d’urgence ne concerne pas uniquement les services d’urgences, même les malades qui sont hospitalisés peuvent se retrouver dans une situation critique qui nécessite les mêmes soins comme s’ils venaient aux urgences » affirme le Professeur Adama Lingani, néphrologue et directeur de l’hospitalisation et de la qualité des soins, direction qui prend en compte le thème de ladite formation. Et d’ajouter que les soins d’urgences concernent les agents qui sont en première ligne et même en seconde ligne du service d’un CHU.

Les premiers gestes au niveau des urgences sont très capitales parce que c’est à ce niveau que l’on doit prendre promptement le malade en charge, mettre sa vie hors de danger, déterminer s’il faut l’hospitaliser et le service spécialisé qui doit l’accueillir pour la suite du traitement. C’est d’ailleurs pour cela que « nous voulons armer notre personnel afin qu’il prenne conscience que c’est à ce niveau qu’il faut mettre le paquet » souligne B. Robert SANGARE, Directeur du CHU-YO. Quant aux plaintes et critiques formulées à l’endroit de l’hôpital , le DG rassure la population en ces termes « nous sommes très sensibles lorsque l’opinion nous interpelle par rapport à la prise en charge dans les services d’urgences, (…) c’est pourquoi nous insistons afin que le personnel prenne conscience qu’au niveau des urgences, il n’y a pas de négligence à faire, chaque minute compte ».

De façon concrète, la formation s’intéressera de prime abord aux gestes pratiques, les questions d’éthique et de déontologie parce que l’urgence posant des conditions critiques où la vie est en jeu. L’infirmier dans une telle situation doit savoir qu’elles sont les implications de son acte, la responsabilité individuelle qui est engagée. Dans la suite des questions spécifiques seront traitées au cas par cas et l’accent est mis sur les infirmiers car étant les premiers à être au contact des malades. Une formation essentielle et capitale qui vient compléter la chaine de formation entreprise depuis deux ans en matière d’accueil, de communication et d’harmonisation de l’hôpital et le Directeur générale du CHU-YO espère qu’après cette formation l’opinion constatera une amélioration au niveau de la prise en charge des urgences.

KABORE Sidnoma Rosine
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 23 juin 2015 à 01:39, par ouedraogo
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Quel geste d’urgence peut on poser s’il faut attendre que la famille ramene elle même les gants avant que l’on examine le patient ??
    Mettez le matériel d’urgence à la disposition des médecins avant de renforcer des connaissances qui ne serviront à rien du tout !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 07:25
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Rien ne vaut qu’une formation adéquate pour un agent devant s’occuper des urgences. il faut que chacun sache véritablement les attentes des malades et qu’il soit lui apte à donner le meilleur de lui-même. merci pour cette formation le DG de yalgado.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 07:30
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    M OUEDRAOGO ; il y a gants et gants, les gants qu’on prescrit aux malades sont des gants spécifiques. sinon tout le monde que les gants en vrac sont disponibles dans les services de soins !

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 08:52, par Agent de santé
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    La formation en toute chose est nécessaire pour cheminer vers des prestations de qualité. C’est pourquoi, l’initiative de la direction générale de l’hôpital Yalgado d’organiser une formation à l’attention des responsables (médecins et majors…) des services des différents départements d’urgences de l’hôpital est à saluer et encourager. Cette formation axée sur la communication et l’accueil humanisant des patients est capitale dans les soins de santé. En effet, un malade bien accueilli avec courtoisie par un agent de santé qui prend soin de bien communiquer avec lui pour mieux comprendre sa maladie est psychologiquement soulagé. Cette série de formation à la communication et à l’accueil adéquat des malades qui a débuté au CHU Yalgado en 2012,a permis d’outiller plus de 400 agents de santé. Les résultats sont probants et les gens peuvent le constater à travers l’attitude des premiers agents formés en 2012, c’est-à-dire les garçons et filles de salle(en blouses bleues…) qui s’empressent de bien accueillir les malades et de leur fournir des informations dont ils ont besoin. La qualité du management des ressources humaines que le directeur général du CHU Yalgado, Robert Sangaré a su mettre en place, a permis une avancée significative dans la réorganisation des services et du travail à l’hôpital avec un esprit d’équipe. En tant que membre du corps médical, je dis cela en connaissance de cause et quand nous avions l’occasion nous le disons au DG qu’il a réussi le regroupement des services médicaux en des départements judicieux qui facilitent une bonne coordination du travail d’équipe, chose qui paraissait impossible des années durant, à cause des égos des uns et des autres.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 08:53, par URGENCES
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Dans un hôpital, il existe beaucoup de services d’urgences, mais les gens se focalisent sur les urgences médicales et traumatologiques, les plus en vue qui sont très sollicités par les malades et accidentés. Comme leurs noms l’indiquent, les urgences sont des centres névralgiques d’un hôpital où les esprits se surchauffent à cause des soins urgents qu’ils assurent aux patients. A l’hôpital Yalgado, si je n’en oublie pas, on dénombre les services d’urgences ainsi qu’il suit : urgences médicales, traumatologiques, gynécologiques, viscérales, la réanimation…Par conséquent, si les responsables et le personnel de cette chaîne des urgences sont bien formés aux techniques de la communication et d’accueil, il va sans dire que cela aura un effet positif sur le climat et la qualité des soins au profit des malades et de leurs accompagnants. Alors, que ce bel exemple de l’hôpital Yalgado fasse tâche d’huile dans d’autres centres hospitaliers publics voire privés du Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 09:17, par Juin 2015
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Les gens ne comprennent pas souvent le rôle des services médicaux d’urgences. Les urgences sont un lieu d’administration des premiers soins aux malades dans l’attente d’un diagnostic précis de leur maladie avant leur libération ou transfert dans un service d’hospitalisation. Par conséquent, les urgences ne sont pas des lieux de visites et souvent les parents, amis et même des ennemis se bousculent pour vouloir s’attrouper autour d’un malade en soin dans les urgences. Cela étouffe le malade et l’indispose. Il faut donc respecter les consignes des vigiles au niveau des urgences du CHU Yalgado. Normalement, un malade ne dépasse pas 24 h ou 48 h dans les urgences et doit être transféré dans une chambre d’hospitalisation. Les gens doivent aussi comprendre que certains malades accidentés ensanglantés ou vomissant ne sont pas indiqués sur un lit et sont mieux sur un matelas ou autres couchettes au sol.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 10:28, par sarko
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    je suis ravi qu’il y ait des formations pour les infirmiers des urgences.Je dirai quelque chose et je vous l’assure,je sais de quoi je parle pour avoir servi 5 ans à au CHU-Yo aux urgences médicales. Voilà mon message : Arrêtez tous de cautionner les mauvais choix qui nuiront aux malades pendant des années encore et résolvez le problème de bon ;formez des médecins urgentistes en nombre capables de faire des actes qui vont sauver les malades au lieu de laisser les internes et FFI ou de jeunes médecins inexpérimentés, incapables de prendre une voie veineuse urgemment,incapables de faire une injection intra-veineuse d’urgence trainer dans les services d’urgence pendant que les "grands professeurs" sont absents et loins des soins aux malades. Vous laisser les infirmiers en première ligne pour cacher soit votre paresse soit certaine peur d’étaler votre incapacité à faire des gestes simples malgré nos nombres d’année de formation.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 17:42, par Guichets
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Des gens se plaignent de longues files d’attente devant les guichets de paiements des frais médicaux. Les 4 nouveaux guichets ont été ouverts pour fluidifier les paiements. Au paravent, il n’y avait que 2 guichets à l’entrée de l’hôpital et le temps d’attente était plus long. On constate souvent une affluence devant les nouveaux guichets aux premières heures de la matinée (entre 7h et 9h).A partir de 10h, il y a plus d’affluence. Il appartient aux malades de voir avec les agents des guichets, les actes médicaux qui peuvent être payés à l’avance, la veille. Par exemple certains examens médicaux de laboratoire pourraient être payés la veille. Par contre, il est difficile de payer à l’avance les frais de consultation dont le nombre de patients à consulter par jour est limité. Les consultations par rendez-vous peuvent être aussi payées à l’avance.
    L’hôpital Yalgado est un peu victime de son succès. En effet, avec la qualité des soins à moindres coûts par rapport à des cliniques privées, beaucoup de malades accourent à Yalgado même pour des accouchements sans risques et des traitements simples qui peuvent se réaliser dans des CSPS ,CMA. Les gens devront comprendre que le CHU Yalgado Ouédraogo est un hôpital de référence où il faut acheminer des malades graves que les autres centres médicaux ne peuvent traiter. Il est important de connaître les horaires de consultation des médecins qui sont aussi des professeurs agrégés qui donnent des cours aux étudiants à l’université. Cela évite aux patients de venir en dehors des horaires de consultation et de se plaindre que les médecins ne sont pas là. Ce sont des médecins hospitalo-universitaires dont la tâche est non seulement de soigner mais aussi de former les étudiants pour la relève.

    Répondre à ce message

  • Le 23 juin 2015 à 22:23, par veritas
    En réponse à : Prise en charge des patients en situation d’urgence : Le centre hospitalier universitaire Yalgado Ouédraogo veille au renforcement des capacités de son personnel.

    Il faudrait d’abord apprendre aux infirmiers à ne pas dormir pendant les gardes en abandonnant les internes tous seuls. Nous connaissons tous les réalités des urgences. A partir de minuit, difficile de trouver un infirmier ou un garçon de salle. Pour les réveiller, il faut patienter plus d’une demi heure, voir plus. Il faut leur apprendre le savoir vivre et la valeur du travail. Pensez aussi à doter les urgences de produits nécessaires aux premiers soins. Meme les gants en vrac ne sont pas rout le temps disponible. Ils ont besoin de connaissance certes, mais de rigueur dans le travail aussi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés