Diaspora : Le MPP France contribue au programme de son candidat à la présidentielle

samedi 20 juin 2015 à 12h54min

Pour Amidou Ouédraogo, coordinateur de la commission de réflexion du MPP France chargée de proposer une contribution au programme du candidat, « Les Burkinabè de l’étranger doivent être aussi force de propositions »

Diaspora :   Le MPP France contribue au programme de son candidat à la présidentielle

Ingénieur de formation et spécialisé en stratégie et entrepreneuriat/Management administratif et financier, Amidou Ouédraogo travaille actuellement en qualité de Business Analyst & Strategy Manager au sein d’une multinationale spécialisée dans l’ingénierie et le management de grands projets dans le domaine de l’énergie pétrolière, gazière et des énergies renouvelables. Parallèlement, il poursuit une formation d’« Exécutive Doctorate of Business Administration » dans une grande école de commerce Britannique.

A 36 ans, il dispose d’une solide expérience professionnelle d’une douzaine d’années en Afrique (Burkina Faso, Mali, Tchad, Mauritanie, Sénégal, Nigéria), notamment dans la conduite de projets de développement (constructions civiles, infrastructures), eau, énergie, assainissement, éducation, santé, environnement , etc.,) et en France, et a un passé remarquable dans le militantisme associatif.

Dans la perspective de l’élection présidentielle du 11 octobre, c’est à lui que la section MPP France a confié, en tant que personne ressource, la mission de coordonner la commission de réflexion chargée de proposer une contribution au programme du candidat.

Pour Lefaso.net, il explique la philosophie de la démarche du MPP France, la méthode de travail adoptée et s’exprime sur la non participation des Burkinabè de l’étranger aux prochaines élections.

Qu’est-ce qui a motivé la section MPP France à vouloir contribuer au programme du candidat à l’élection présidentielle ?

Comme tout parti politique qui aspire à diriger l’Etat, le MPP travaille depuis quelques mois, et de manière très active, sur un certain nombre de projets dont le programme du candidat à l’élection présidentielle d’octobre prochain. Compte tenu de l’importance que revêt ce programme, non seulement pour le parti, mais également pour le Burkina Faso, le MPP a souhaité élargir son panel de travail afin de recueillir un maximum d’idées et de contributions provenant de ses structures aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur. C’est dans le but d’accompagner cette excellente initiative du parti que la section France a jugé nécessaire de proposer sa modeste contribution à ce programme. C’est donc un réel plaisir pour nous de participer à ce travail qui nous tient tous à cœur.

Le contexte post-insurrectionnel a t-il été un motif supplémentaire dans votre implication à la rédaction du programme ?

La réponse est oui ! Car de toute évidence, la construction de l’État dans un environnement post-insurrection populaire exige la prise d’excellentes mesures importantes et urgentes en vue de rétablir l’Etat de droit et pour impulser un développement économique, social et culturel du Burkina. Ce travail immense devra nécessairement se faire de manière efficiente grâce aux concours de tous les acteurs au développement et aux contributions de tous les Burkinabé, y compris celles et ceux de l’étranger, longtemps mis à l’écart des systèmes de gouvernance dans leur pays d’origine.

Nous avons apporté une contribution au programme du candidat du MPP parce que nous pensons que les Burkinabé de l’étranger doivent être aussi une force de propositions et qu’ils doivent jouer un rôle majeur dans le processus de développement et de construction de la nation.

Concrètement, comment avez-vous procédé pour la rédaction de votre contribution ?

Nous avons commencé nos travaux de réflexion depuis janvier 2015 autour de deux principaux axes définis par la commission de réflexion. Un premier axe qui traite des « Thématiques spécifiques à la Diaspora » et un second axe qui constitue une boite d’idées assez innovatrices visant à enrichir des thématiques de base du parti. Nous avons mis l’accent sur le premier axe qui permet d’apporter une réelle valeur ajoutée au programme du candidat, tout en mettant en exergue les transversalités existantes avec le second axe, également très important.

Quant à l’organisation pratique, il a été mis en place une commission de réflexion composée de dix (10) membres pour conduire à bien les travaux de réflexion. Cette commission a travaillé activement sur les différents sujets pendant plus de quatre (4) mois et dans un environnement confidentiel. Pour plus d’efficacité dans notre approche, nous avons privilégié le travail collectif tout en intégrant les contributions diverses provenant des différentes sous-sections de France. Le texte final, qui constitue un document de travail pour les différentes commissions de réflexions du parti au Burkina Faso, a été transmis au Secrétariat général du parti début mai 2015.

C’est l’occasion pour moi de remercier sincèrement toute la commission de réflexion, les membres, sympathisants et personnes ressources du parti qui ont apporté leurs contributions à la fois riches et diverses à ce travail.

Quelles sont les grandes lignes du texte auquel vous êtes parvenu ? La réflexion est-elle achevée et si oui, êtes-vous certain que vos propositions seront prises en compte dans le programme du candidat ?

Pour des raisons de confidentialité (puisque le programme du parti n’est pas encore communiqué aux Burkinabé), permettez-moi de me limiter uniquement à quelques aspects et fondements de notre raisonnement. Dans notre approche, nous avons, dans un premier temps fait deux constats majeurs : Le premier est que malgré leur forte représentativité (environ 10 millions, c’est-à-dire plus de 35% des Burkinabè au monde), les Burkinabè de l’étranger ne sont véritablement pas pris en compte dans le mode de gouvernance et dans les processus de développement social, politique, économique, culturel et de prise de décisions de leur pays.

Le second constat, c’est qu’avec sa contribution de 2.5% du Produit intérieur brut, la diaspora ne doit pas être considérée seulement comme une source de financement, mais comme un acteur majeur dans le développement social, politique, économique, culturel et la protection sociale au Burkina Faso.

Ces deux constats seulement nous permettent de dire qu’il est indispensable de promouvoir la participation de la diaspora au développement du Burkina Faso, et cela passe nécessairement par des réformes importantes et profondes à mettre en œuvre. Ce sont ses reformes-là qui ont fait l’objet d’une analyse plus approfondie et qui ont été budgétisées dans notre rapport final. Ce rapport est essentiellement destiné à la direction du parti.

Les burkinabè de l’étranger ne prendront pas part aux élections à venir. Ne pensez vous pas que votre contribution sera mise dans des tiroirs ?

Effectivement, les burkinabè de l’étranger ne pourront malheureusement pas prendre part aux prochaines élections présidentielles, municipales et législatives pour des raisons aujourd’hui connues de tous, et à mon humble avis bien justifiées. Et cette non-participation aux élections ne veut absolument pas dire que notre contribution ne sera pas prise en compte au niveau du parti. Au contraire, l’excellente initiative du parti visant à élargir son panel au niveau des commissions de réflexion montre bien que les différentes contributions des uns et des autres apporteront une réelle valeur ajoutée pour le programme.

Comme la plupart des structures qui ont apporté leur contribution au programme du candidat, la nôtre a également retenu l’attention des commissions de réflexion du parti et nous avons la conviction que les résultats de notre travail seront exploités et considérés dans leur travail de consolidation finale au moment du congrès extraordinaire du parti qui aura lieu début juillet 2015.
Nous restons à la disposition des différentes commissions de réflexion de notre parti pour apporter d’éventuels amendements, éclaircissements et approfondissements sur certaines réformes proposées si besoin.

Croyez-vous réellement que les Burkinabè de l’étranger pourront enfin voter en 2020 ?

La position du MPP France sur ce sujet est connue. Il est de toute évidence que le droit de vote est un droit civique fondamental, mais encore faut-il que les conditions préalables soient réunies pour l’exercice de ce droit fondamental. Par exemple, le recensement des Burkinabé de l’étranger, la mise en place des structures appropriées pour le vote, le déroulement pratique des élections, …etc., autant de conditions qui sont loin d’être remplies, autant de paramètres non maitrisés aujourd’hui qui peuvent impacter négativement la transparence et la crédibilité des élections. Et cela pourrait également avoir des conséquences néfastes que nous avons connues dans certains pays.

Si vous me permettez de prendre l’exemple de la France où nous vivons, nous ne connaissons même pas le nombre exact de Burkinabé. N’en parlons pas des pays comme la Côte d’Ivoire, le Ghana, l’Italie, … qui comptent plus de compatriotes. De plus, les seuls lieux de vote sont les Ambassades et les Consulats généraux ; ce qui pose un sérieux problème en termes de logistique pour exercer ce droit fondamental.

Le MPP France estime qu’il faut que ces conditions minimales soient remplies au préalable et ce sera sans doute l’un des premiers chantiers du parti une fois arrivé au pouvoir en octobre 2015 afin que les Burkinabé de l’étranger puissent exercer leur droit de vote en 2020 au plus tard.

Votre contribution prend-elle en compte les seules préoccupations des Burkinabè de France ou englobe t-elle celles de la diaspora à travers le monde ?

En dehors de quelques spécificités, nos principales préoccupations sont les mêmes ou se recoupent pratiquement. Quand nous parlons de Promouvoir la participation de la Diaspora au développement du Burkina Faso par la mise en œuvre de réformes importantes et profondes, cela est bien sûr fondamental et valable pour tout Burkinabé de l’étranger quelque soit son pays d’accueil. Les Burkinabé de l’étranger, travaillant dans différents secteurs d’activités, constituent de véritables ressources humaines, intellectuelles, techniques, financières et matérielles nécessaires à l’essor du pays quelque soit leurs catégories socio-professionnelles.

A quelques mois du premier tour de l’élection présidentielle, comment appréhendez-vous cette échéance ?

Tout d’abord, notre souhait est que la Transition se passe dans les conditions les meilleures possibles pour aboutir à des élections libres, démocratiques et transparentes le 11 octobre prochain ; et ce sera déjà une grande victoire pour le peuple tout entier, un exemple à suivre pour l’Afrique toute entière. Il faut donc encourager les organes de la Transition et les aider à atteindre les objectifs fixés.

Au soir du 11 octobre, nous ne pouvons que souhaiter la victoire au premier tour du MPP, ou à défaut, au second tour, ce qui permettra de mettre en application le programme du parti, à la fois ambitieux et réaliste pour le développement du Burkina Faso. Le MPP est doté d’une volonté politique forte et d’une capacité réelle d’insuffler une dynamique de développement économique, social et culturel visible dans les 100 premiers jours d’exercice du pouvoir. Tous les Burkinabè en seront témoins.

Interview réalisée par Joachim Vokouma
Lefaso.net

Messages

  • Vous faites rire.Combien de programmes vos RSS ont eus à vendre aux Burkinabé depuis l’avènement du Front populaire en 1987 ?Je me demande souvent ce qu’on a pu faire à des personnes qui paraissent sérieuses, pour qu’elles acceptent de se ridiculiser jusqu’à ce point.Aucun esprit critique bien portant ne peut s’attendre à autre chose que la compaorose, si le MPP venait au pouvoir.Que Dieu délivre mes frères.

  • Belle initiative le fait de faire développé les projets par les principaux concernés.
    Vivement que projets concernants les paysants, les jeunes et les femmes soient également développés par les premiers concernés.
    Un projet participatif reste toujours le plus efficace pour les béneficiaires.
    Bon courage au MPP

  • Ah oui ! je te fais confiance jeune homme ! tu me donne envis d´aller au MPP !

  • Félicitations à la section MPP de France.Nous avons besoin d’une diaspora qui contribue au devenir de leur pays. Pas de diaspora corrompue et manipulée par des politiciens farouchement contre leur pays. Chapeau bas !!!!

  • Bonjour chers internautes
    Si en 27 ans de pouvoir auprès de Blaise Comparé vous n’aviez pas pu proposer un programme de développement qui répond aux aspirations du peuple Burkinabe, ce n’est pas au soir de votre vie et au prix d’une trahison dont ce même peuple n’oubliera pas de vous sanctionner au soir du 11 octobre que vous allez pouvoir réaliser le voeux Burkinabe. Et puis après les appels de certains de vos militants de se munir de couteaux et de munitions pour accompagner votre candidat malheureux à kosyam, vous pensez que le peuple est amnésique ou est atteint de la maladie d’alzeimer ? Ensuite quel est le back group de votre candidat par rapport aux candidats sérieux comme kabre désire que le peuple réclame ou par rapport à zéph qui en fera une bouffée . Le Mpp est tout sauf un parti responsable . Une as so it ion de trouble faite, de gourmandes de has been de menteurs de violeurs et de drogues instrumentalists pour mettre a sac la repu ligue pour confisquer nos libertés . Je pense que le peuple devrait faire ré en il BLAISE Comparé qui ak toujours privilégié le dialogue et la on dotation et non la division pour régner. D’ailleurs toutes les entreprises que os mentor ont tenté de réaliser sous le régime de Blaise se sont soldes toutes par des échecs cuisants. Pour les trois premiers , vous le sa je j’en ce fut échec et mat . Que l’on en juge pour savoir, en Co vaincre . En commençant par le premier contact ère ,Rock, dit on que la gestion des banques et les privatisations et l’assemblée est restée sans résultats bénéfiques pour nos populations . A vous aussi den juger chers internautes. Pour le deuxième , il n’y y a pas de commentaires à faire car tout le monde de le sait et l’intéresse le sait mieux . Il suffit de voir son passage depuis qu’il est ministre d’état ministre de l’agriculture ultra ,ministre de l’environnement etc .bilan négatif . Pour ce qui est du ou mestre n’en parlons pas beaucoup car cela est connu de tous , les références tiens à coût de milliards qui valent le prix de la obstruction entière de la mairie , des monuments insignifiants au même coût , des terrains etc . Avec e il an négatif sur toute la ligne , je ne pense pas que nous en aurions besoin de outre prochaine programme. Ne ou fatigue pas de la élaborer même par des experts car il ne servira ni au peuple ni à ses concepteurs car le houx est déjà fait. Ce sera entre Kabre et zéphyr les plus repu li ainsi de la repu ligue . Votre pouvoir c’est Lanarkshire hie avec l’association dégourdi is et des brûleurs . Comme le disait BLAISE Comparé, L’avenir nousledira

  • Voici encore un naïf qui fait ses premiers pas en politique et qui sera déçu dans les jours à venir. C’est dommage pour quelqu’un comme lui qui a de grandes qualités techniques et humaines.

  • Bravo au MPP France.
    Je pense que c’est une excellente initiative. Effectivement, la diaspora Burkinabé doit être force de propositions. Le choix du coordonnateur me semble également pertinent au regard de son profil remarquable. Il serait souhaitable d’avoir un ministère spécialement pour les Burkinabé de l’étranger. Vous pouvez en tenir compte si ce n’est déjà précisé dans vos propositions de réformes pour votre parti.

  • Voilà une bonne initiative pour que la diaspora puisse rentrer dans la danse des jeux politique et économique de leur pays sans être rejeter. Nos responsables des partis politiques doivent impérativement faire comme ADO en Côte d’Ivoire qui a mis ce panache des jeunes technocrates sortis de la diaspora pour faire émerger la Cote d’ Ivoire avec des idées venus d’ailleurs. La section du MPP de France a fait un bon choix à la personne du jeune Amidou Ouédraogo qui a su mettre dans le même bain la diaspora Burkinabé à Lyon et les Lyonnais. Président de l’association Burkinabé a Lyon, le jeune cadre Amidou Ouédraogo a su convaincre par son intelligence la commune de Lyon et le vieux Lyon d’intégrer la diaspora Burkinabé dont le contact humain et leur intégrité sont leur plat du jour. Les efforts d’Amidou dépassent les frontières jusqu’à mettre à genoux le consulat de France au Burkina afin qu’il délivre un visas à notre artiste nationale DEZ ALTINO qui a fait vibrer la soirée de l’ABL cette année. Hamidou merci pour ta compréhension au sujet des votes de la diaspora. Il est temps que tu aie en Côte d’ivoire avec une commission de réflexion pour faire comprendre à nos compatriotes que la transition n’a pas les moyens et la capacité de lutter contre Blaise Compaoré et tout le denier public qu’il a volé pour les achats de conscience en Côte d’Ivoire. Je confirme cette analyse de VOKOUMA, que tous nos jeunes diplômés suivent l’exemple d’Amidou et soutenir les partis politique qui ont des objectifs concrets pour l’émergence du Burkina et non pour un individu.

  • Bravo à vous cher compatriote. Les habitants de Bobo-Dioulasso ont proposé le transfert de trois ministères à bobo. Le sport,la culture et le commerce je crois. Si j’avais la possibilité de suggérer au MPP de réfléchir à cette possibilité dans son programme,je le ferrais. Bien sûr il faut analyser les implications. Bon vent à vous.

  • J’ai cru comprendre que la couverture médiatique des activités des partis politiques était interdite jusqu’à l’ouverture officielle des campagnes électorales.

  • C’est du Pipo ,vous êtes toujours entrain de copier les autres."amis de zephirin Diabré-Le président de l’union pour le progrès et le changement(UPC) Zéphirin Diabré sera a paris le dimanche 7 juin pour un débat échange avec les Burkinabés sur son programme pour les élections a venir,les attentes de la jeunesse du Burkina Faso,chacun pourra lui poser toutes les questions et aussi connaitre entre autre l’homme..Il est demandé aux étudiants d’apporter leurs cartes sur eux...un déjeuner sera offert par la suite en sa presence et le bureau section France demande une participation pour l’accompagnement excepté les étudiants d’ou l’apport de vos cartes étudiantes...Merci....pour tout renseignement supplémentaire.... inbox
    Lieu:7 rue Charles François Daubigny 95780 Bezons France
    heure:12h30...Tram T2 porte de versailles direction pont de Bezons terminus"

  • Le problème est que les RSS n’ont lancé aucune idée concrète de développement du Burkina depuis qu’ils gigotent. C’est toujours des "nous allons le régler", mais jamais de "comment". Zeph ou Ablassé n’ont pas attendu de dévoiler un programme pour proposer des idées. Au MPP, c’est de l’incompétence notoire ! Le MPP France essaye donc de faire du palliatif. Autant virer les vieux boiteux et prendre les devant. Au fait, la confidentialité dont il est question semble cacher une nullité. On ferme une boite vide en faisant comprendre qu’elle a un contenu secret. On attend le dévoilement qui sent déjà le pétard mouillé.

  • Très bonn initiative. Enfin une bonne prise de conscience au sein la diaspora. Voila des personne qui peuvent développer le pays au lieu de laisser des analphabètes comme les Nabaloum militant de l UMP, que le MPP est un cirque ; et c’est le cas en regardant le théâtre tous les jours ici au Faso. Amidou rejoint nous a la Nafa, nous te réservons un avenir radieux. I

  • Bonjour mon frère
    Profil très intéressant. Amidou, on a besoin de vous à l’UPC et vous serez mieux accueillir ici. Vous pourrez ainsi mieux exprimer vos idées avant qu’elles ne soient noyées par le MPP France. On vous attends.

  • Il y a des gens sur ce forum qui ne savent même pas raisonner. Si un responsable du CDP UNIR PDC ou NAFA donne de bonnes idées qui pourraient nous sortir de la situation léthargique que nous vivons nous au MPP nous allons applaudir mais si vous remarquez certaines personnes ici dès qu’ils voient un article sur un autre parti adverse tout de suite il prennent même pas le temps de lire ou du moins ils comprennent rien du contenu et commence les insultes. Si aujourd’hui certains se demandent qu’est ce que les RSS peuvent proposer par ce qu’ils ont travailler pendant 26 ans avec Blaise(c’est le langage des UPCiste) alors votre champion non plus n’a rien à proposer aux burkinabè.On a vu ce qu’il a fait au ministère de commerce ; des mines ;aux finances(privatisations sauvage avec de multiples licenciement libéralisme oblige, contractuels-fonctionnaires que nous peinons jusqu’à présent à résoudre et j’en passe) ; et à la présidence du CES. Voici votre homme propre qui n’a pas travaillé avec Blaise et ses preuves qu’il a pu faire pour le "bonheur" des burkinabè.

  • Il y a des gens sur ce forum qui ne savent même pas raisonner. Si un responsable du CDP UNIR PDC ou NAFA donne de bonnes idées qui pourraient nous sortir de la situation léthargique que nous vivons nous au MPP nous allons applaudir mais si vous remarquez certaines personnes ici dès qu’ils voient un article sur un autre parti adverse tout de suite il prennent même pas le temps de lire ou du moins ils comprennent rien du contenu et commence les insultes. Si aujourd’hui certains se demandent qu’est ce que les RSS peuvent proposer par ce qu’ils ont travailler pendant 26 ans avec Blaise(c’est le langage des UPCiste) alors votre champion non plus n’a rien à proposer aux burkinabè.On a vu ce qu’il a fait au ministère de commerce ; des mines ;aux finances(privatisations sauvage avec de multiples licenciement libéralisme oblige, contractuels-fonctionnaires que nous peinons jusqu’à présent à résoudre et j’en passe) ; et à la présidence du CES. Voici votre homme propre qui n’a pas travaillé avec Blaise et ses preuves qu’il a pu faire pour le "bonheur" des burkinabè.

  • Bjr. Pourquoi ce long CV de mon frère AMIDOU ? Peut être pour un future poste de Ministre ou de à Conseiller spécial du PF issus du MPP. On vous connaît et vous prions et conseillons de venir au pays et mouiller le maillot avec nous ici pour avoir la réalité du pays. Les théories, ça on les trouve dans le livres . Le peuple du Burkina Faso à les yeux ouverts et les pseudo Dr es quoi ou quoi ne viendront plus nous berner ci au Faso. Je connais très bien Amidou mais pas dans le rôle qu’il joue présentement. A bon entendeur salut.

  • A SING
    Mon frère,soit tu n’as pas les vraies informations soit tu es simplement animé d’une mauvaise foi qui t’amène à mentir.
    Zéph est rentré au Gouvernement quand le pays traversait une étape cruciale qui consistait à répondre aux exigences des institutions de Breeton Wood (Banque mondiale et FMI), conditions préalables pour obtenir l’aide au développement.Dans la sous région, la gestion de cette étape au Burkina a été la plus sociale et la plus réussie.Ce qui a vraisemblablement déterminé la carrière de M. Diabré , puisqu’il sera à partir de cette date, sollicité dans le monde entier.
    Les premiers pas de Roch en matière de gestion furent à la BIB. Après avoir mis cette banque à genoux( elle n’est d’ailleurs pas parvenue à se relever, d’où son entrée au groupe UBA pour chercher secours), M. Kaboré n’a été sollicité nulle part dans le monde.Cette honte a été accentuée quand François Compaoré a refusé que son nom soit sur les listes de candidature en 2012.N’ayant désormais aucune responsabilité M. Kaboré ne pouvait que démissionner et créer son parti dans l’espoir de repartir à l’Assemblée nationale : c’est ce qu’il sait faire dans la vie, voter des lois.

  • On vient de nous promettre des tracteurs pour pouvoir bien produire et nous nous nourrir.
    LES CHARRUES ne servent pas ; ou n’ont permis d’améliorer les rendements. vous pouvez constater il y a la famine au BURKINA. SOS POUR DES VIVRES. c’est le meilleur programme pour le moment.

  • Et voila encore unz fois on fait un bond en arrière : comment pouvez vous prendre des initiatives au nom de la diaspora ....définissez diaspora si ce n’est encore des affiliations louches...vraiment certaines choses sont pourries jusqu’à l’os. Qui avez vous contacté ou concerté ?! L’action du mpp en France est quasi nulle... le mpp parle de la jeunesse mais qui sont ils ? Personne ne se detache du lot... les 3 éléphants restent en place en donnant des idées vagues de programme. Il faudrait plutôt grâce au mailing des diverses ambassades prendre contact avec les Burkinabè de la diaspora ( europe-asie-amerique). Evitons d’être naïf cependant vous Amidou avez vois deja aidé un burkinabè ici en France ? Sachez que vous êtes sous une loupe et on vous voit desormais venir de loin. J suis contre les hypocrisies ...dc comme ca on fait peau neuve en allant devant les medias...il en faut plus que d’avoir fait des mba sur le dos du contribuable burkinabè et venir se poser devant les medias et jouer les innovateurs. Je passais par là...

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés