Situation nationale : « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter », selon une délégation de la CEDEAO au CDP

jeudi 18 juin 2015 à 10h06min

Une mission de la CEDEAO a été reçue dans la soirée de ce mercredi 17 juin 2015 à Ouagadougou par la direction politique nationale du CDP, ex-parti au pouvoir. Au menu des échanges la marche de la transition, mais également et surtout, les échéances électorales qui arrivent à grands pas.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : « Il n’y a pas de quoi s’inquiéter », selon une délégation de la CEDEAO au CDP

Selon le porte-parole de la délégation de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), Albert Agossou, cette initiative s’inscrit dans la logique des dispositions du protocole relatif aux élections et vise à faire un état des lieux de la transition et, éventuellement, voir s’il y a une aide quelconque à apporter par l’institution sous-régionale. Pour M. Agossou, cette démarche est de ‘’tradition’’ pour la CEDEAO auprès de tous les pays membres aux moments des élections. « C’est une mission préélectorale et d’autres vont suivre », a-t-il soutenu.

Comme il fallait s’y attendre, le sujet sur le nouveau code électoral s’est invité dans l’aparté entre les deux délégations. Pour la CEDEAO, au lieu de parler de « polémique », il faut considérer les divergences de points de vue sur la question comme de « petites incompréhensions ». Mieux, elle se ‘’réjouit’’ de noter que les parties continuent de se parler, donnant une chance à un aboutissement heureux pour tous. « Il n’y a pas de problème sans solution », souligne-t-il avant de rassurer que tout n’est pas bloqué. A l’en croire, le CDP comme les autres partis sont disposés au dialogue, relevant que les autres partis et les organisations de la société civile ont été aussi rencontrés. Il a indiqué que tout le monde est à pied d’œuvre, se parle et que, par voie de conséquence, la CEDEAO croit qu’une solution sera trouvée.

Sur la marche de la transition, et s’appuyant sur l’avis des parties concernées, la mission dit noter que le processus se déroule bien. Elle se dit satisfaite en outre de constater que tout le monde met la main dans la poche pour le financement des élections, y compris le gouvernement burkinabè. « Il n’y a pas de quoi à s’inquiéter », a-t-il rassuré sur l’ensemble des sujets sus-évoqués.

A en croire Eddie Comboigo le président du CDP, son parti ressort heureux de ces échanges qui ont duré plus de deux heures, lesquels échanges ont permis au CDP de réitérer ses préoccupations relatives surtout à l’article 135 du code électoral. « La CEDEAO est soucieuse de ce qui se passe au Burkina et souhaite que les élections se passent d’une manière transparente et apaisée », a-t-il confié, affirmant l’engagement de son parti au dialogue pour que des solutions soient trouvées aux incompréhensions liées au code électoral et aux points de préparation des élections. Pour lui, cette rencontre donne un motif de satisfaction, d’où sa reconnaissance à la CEDEAO.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés