Jeûne du Ramadan : “Ce qui était interdit aux musulmans avant Ramadan, le demeure en Ramadan » dixit Iman Tiego Tiemtoré

jeudi 18 juin 2015 à 02h02min

C’est ce jeudi 18 juin que débute le mois de jeûne de Ramadan. Le jeûne, l’un des cinq piliers de l’Islam que tout bon musulman se doit de respecter et remplir obligatoirement. Un mois d’adoration, de pénitence, de pardon que l’Iman Tiégo Tiemtoré a bien voulu nous expliquer dans cet entretien.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Jeûne du Ramadan : “Ce qui était interdit aux musulmans avant Ramadan, le demeure en Ramadan » dixit Iman Tiego Tiemtoré

Le jeûne est l’un des cinq piliers de l’islam que tout bon musulman se doit de remplir. Quel est justement son sens ?

Il ya deux dimensions qu’on peut avoir dans la définition du jeune du mois de Ramadan. La première est qu’il consiste à ne pas manger, ne pas boire, ne pas avoir de rapports sexuels de l’aube jusqu’au coucher du soleil. Et la seconde est que l’on doit éviter de commettre tout ce qui est considéré comme étant susceptible de rompre le jeûne, en actes, en attitudes et en paroles. On aperçoit donc à ce niveau que la finalité première du jeûne, c’est d’engager nos sens dans la quête de la satisfaction divine. Nos yeux, nos oreilles, le cœur, l’esprit, les membres, la langue, s’efforcent d’accomplir plus de bien. On s’éduque à travers cette recherche du bien et de la qualité à devenir pieux comme le verset instituant le jeûne l’indique dans sa finalité. On part d’un jeûne du corps à un jeûne du cœur.
C’est pourquoi, ne pas boire, ni manger n’ont aucun sens, si ces actes ne permettent pas de se rapprocher davantage de Dieu.

Ramanda est un mois de miséricorde, de l’adoration et d’effervescence, de la proximité divine. Tout musulman déploie donc des efforts pour se rapprocher d’Allah, par la prière nocturne, le Zikr et la lecture du coran, les actes de générosité. Il faut aussi noter que c’est dans ce mois que le Coran a été révélé. Donc, il est important de vivifier le Coran, par sa lecture et la méditation sur ses sens dans ce mois de Ramadan.

Quelles sont les dispositions à prendre pour se conformer aux exigences du jeûne de Ramadan ?

Pour bénéficier de tous les bienfaits de l’acte de jeûner, il faudrait que le jeûneur respecte des conditionnalités, sinon vous aurez comme récompense ‘’la faim et la soif’’’ comme le dit le Prophète Mouhamad (saw). Si on observe les éléments de nullité du jeûne, le manger, le boire et les rapports intimes pendant le temps du jeûne (de l’aube au coucher du soleil) invalident le jeûne.
Généralement, les gens s’arrêtent à la rupture physique, car ils ne boivent pas, ne mangent pas et n’ont pas de rapports intimes.

Mais que faisons- nous de ce qui peut entraîner la rupture spirituelle, telles que la calomnie, la jalousie, les injures, insultes, etc.. ?

Le ramadan, c’est un entrainement à maitriser ses sens et ses émotions, pour être en phase avec Dieu. C’est une école de la vie, car on s’éduque à accomplir le bien et éviter le mal. D’ailleurs, on devrait continuer même après le Ramadan.

Alors l’une des meilleures façons de profiter du ramadan est de faire plus que ce qu’on accomplissait en termes d’actes d’adorations. C’est-à-dire, augmentez le nombre de rakats nafils, augmentez la portion de lecture du Coran, être plus généreux, etc.., L’on doit faire de la lecture du Coran une meilleure activité durant ce mois. Un verset dans la Sourate 7 dit que « quand le coran est récité, faîtes silence, Dieu vous accordera sa miséricorde ». Autrement dit, si l’écoute de la lecture des versets faite par quelqu’un d’autre peut vous ouvrir les portes de la grâce divine ; et votre lecture alors ? C’est dire combien la lecture est importante.

Quelles sont les plats qu’il faut éviter pendant ce mois béni ?

En termes d’interdictions alimentaires, ce qui était interdit aux musulmans avant Ramadan, le demeure en Ramadan.

Y’a-t’il un comportement particulier à adopter durant ce mois ?

Le comportement à adopter est d’améliorer sa relation avec Dieu. Aujourd’hui, malgré tous les progrès technologiques et autres, nos cœurs, nos âmes et nos esprits ont soif et faim de Dieu. Il nous faut retrouver pour beaucoup d’entre nous les humains, le sens de ‘’l’humanité’’ et de la bienfaisance. La religion ne nous demande pas de devenir des anges, mais de nous reformer moralement, pour mériter d’être des hommes. C’est la raison pour laquelle, les piliers que nous accomplissons, (prière, jeune, zakat, hajj) ont tous un potentiel pédagogique. On prie pour être meilleur, on jeûne le Ramadan pour ne pas être envieux, jaloux, mesquin, etc. La pratique cultuelle parle au cœur et à l’âme.
Le Prophète Mohamde (PSL) dans un discours avant l’entame du Ramadan disait à peu près ceci, « O vous les croyants, un grand mois est arrivé, rempli de grâces et de bénédictions. Pendant ce mois, la récompense des bonnes actions est multipliée, les péchés sont pardonnés et les mauvaises actions diminuent.
Ses jours sont les meilleurs parmi les jours, ses heures sont les meilleurs parmi les heures. Profitez-en pour accomplir beaucoup de bonnes actions et vous rapprocher d’Allah ». Dans la spiritualité, nous sommes des cœurs avant d’être des corps.
La quête de la proximité divine doit être chez un musulman, son défi quotidien. On se doit de nourrir le cœur de présence divine pour qu’il commande le bien aux autres organes. Quand ton cœur refuse, ton corps refuse. Le Coran proclame dans la sourate 22, que « ce ne sont pas les yeux qui sont aveugles, mais ce sont les yeux du cœur qui le sont ».
En tant qu’école, le Ramadan doit contribuer à forger une certaine humilité mêlée de reconnaissance, car rien ne peut appeler à la compassion envers les pauvres et les affamés du monde que le partage de leur expérience de faim et de soif. C’est en éprouvant ce que l’affamé éprouve dans sa quête de nourriture, ce que le pauvre éprouve en travaillant sans la quantité requise de nourriture, que le musulman peut répondre volontiers à l’appel du prochain, de l’affamé et du pauvre.

En ce qui concerne les femmes, quelles sont les dispositions qu’elles doivent prendre pour le respect de ce pilier ?

C’est un mois de solidarité et d’adoration sublimale. Aussi la fidèle musulmane est appelée à accomplir beaucoup d’actes d’adoration pour se rapprocher de Dieu. En dehors de ses périodes de menstrues, elle doit fournir des efforts pour se rapprocher de son Seigneur, par le zikr, la prière nocturne, le tarawih, les dons, etc. Dieu ne vous récompense pas parce que vous êtes un homme, mais parce que vous avez accompli le bien. Un mystique égyptien, Zunun Misri aimait répéter à ses disciples, ‘’Si tu veux savoir la place que tu occupes auprès de Dieu, interroges-toi sur la place que Dieu occupe dans ton cœur ».

Quels sont les pratiques conseils que vous pouvez donner aux musulmans pour bien remplir cette mission divine.

Comme je l’ai déjà indiqué, il est plutôt recommandé beaucoup d’adoration par la lecture du Coran, les Nafil (Prières en dehors des 5 obligatoires de la journée), la générosité etc. Il faut éviter le gaspillage dans l’alimentation. On a l’impression qu’on assiste chez certains, à une séance de rattrapage quand vient la rupture au coucher du soleil. L’Islam demande d’être sobre et de faire preuve de gratitude. Il ne faut pas s’entourer de beaucoup de plats pendant que ton voisin en a besoin. Autrement dit, le Ramadan n’est pas un prétexte pour gaspiller mais un retour à Dieu fait de solidarité, de sobriété, de partage etc. En imposant le jeûne à la communauté, Dieu veut par sa sagesse nous éduquer, nous purifier, nous ramener à Lui. Tout comme les autres piliers de l’islam, le Ramadan est un appel vers des valeurs, un instant de repentir, de remerciement et de purification interne.

En nous incitant à contrôler nos yeux, notre langue, notre cœur, notre esprit, nos oreilles, n’est-ce pas à sa proximité qu’Allah nous invite ?

Le mois de Ramadan est donc l’occasion de renouer avec le but premier et ultime de la spiritualité musulmane : la réforme de l’être et le perfectionnement de soi. Et cela passe par les actes qui rappellent la présence et la majesté » d’Allah. « Souviens-toi de moi, je me souviendrai de toi », dit Allah dans la sourate 2.

Propos recueillis pas Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés