Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

mardi 16 juin 2015 à 01h53min

La Chambre criminelle de la Cour d’appel de Ouagadougou a procédé, dans la matinée du lundi 15 juin 2015, à l’ouverture d’une session d’assises criminelles. A l’occasion, le procureur général Laurent Poda a indiqué qu’il s’agira quinze jours durant, de juger des causes et de permettre à des accusés d’être situés sur leur sort. Pour sa part, le Bâtonnier de l’ordre des avocats a rassuré quant à la grande disponibilité du barreau à jouer sa partition. Et à cette audience inaugurale, la culpabilité d’un des accusés, Hugues Bonzi, a été établie pour détournement de deniers publics.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

C’est le premier président de la Cour d’appel, Jean Emile Somda, qui a présidé la cérémonie du jour. Une cérémonie au cours de laquelle quatre jurés titulaires et deux jurés suppléants ont été choisis par tirage à partir d’une liste de 40 personnes. Ces jurés, avec des magistrats professionnels, constituent les jurys criminels.
Et ce sont ces jurys qui diront si les crimes économiques, les crimes de sang et autres crimes, pour lesquels le parquet accuse, ont effectivement été commis. Auquel cas, ils prononceront la ou les sanction (s) légalement prévue (s). Du reste, dira le procureur général Laurent Poda, le souci de la Cour en programmant cette session, est de pouvoir juger des causes et de permettre à des accusés d’être situés sur leur sort. Ces causes ont déjà fait l’objet de dossiers portant les noms des présumés auteurs.

61 171 506 FCFA, la somme détournée par Christian Hugues Bonzi

De ces dossiers, le premier appelé à cette audience inaugurale, est relatif à des faits de détournement de deniers publics. Des faits reprochés à Christian Hugues Bonzi. Ce dernier a commis son forfait du temps où il était percepteur à l’ambassade du Burkina Faso à Paris. Et une opération d’inspection intervenue après, a fait le constat d’un écart de l’ordre de 61 171 506 FCFA entre ce qu’il a perçu au titre de la délivrance de visas et ce qu’il a effectivement versé au trésor public. Il a donc utilisé cet écart à « des fins personnelles », aux dires du premier président de la Cour d’appel de Ouagadougou, Jean Emile Somda.
Ce qu’a reconnu M. Bonzi devant le jury criminel. Pour le parquet qui avait déclenché les poursuites en vue d’élucider cette affaire, le sieur Bonzi doit échopper de dix ans d’emprisonnement ferme, et il doit verser une amende de un million de francs CFA. Quant à la partie civile, l’Agence judiciaire du trésor, le coupable Bonzi doit non seulement rembourser la somme détournée, mais aussi verser 10 000 000 FCFA à l’Etat burkinabè au titre de dommages et intérêts. Telles sont du moins, les sanctions que le jury criminel de ce lundi 15 juin 2015 est invité à prononcer à l’encontre de Hugues Bonzi. Mais nous n’avions pas encore le verdict dudit jury au moment où nous tracions ces lignes. Et comme ‘’le dossier Bonzi’’, d’autres dossiers de crimes économiques, de crimes de sang, de crimes divers, seront examinés par les jurys des présentes assises criminelles.

Trois jours pour ne pas escamoter le ‘’dossier Guiro’’

Et le plus complexe de ces dossiers est, de l’avis du premier président de la Cour d’appel, le ‘’dossier Guiro’’, du nom de l’ancien directeur général des douanes, Ousmane Guiro. Celui-ci a répondu ‘’présent’’ à l’appel des accusés ce 15 juin. Pour ce dossier, dira le premier président Somda, « nous avons prévu au moins trois jours pour être sûrs que vraiment, les débats seront bien menés, qu’on ne va pas escamoter les choses ». En effet, c’est un dossier dont le jugement est annoncé pour couvrir trois jours, précisément les 18, 19 et 20 juin 2015. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le jugement de ce dossier est vivement attendu des Burkinabè. Et pour sa défense, M. Guiro a commis un collectif d’avocats exerçant au sein de divers cabinets, en l’occurrence ‘’SCPA OUATTARA-SORY et SALEMBERE, SCPA YAGUIBOU et YANOGO, et Me NION’’

Est également des plus attendus, le jugement du ‘’dossier Lompo Bahanla’’, du nom de ce militaire qui aurait assassiné sa compagne. C’est un dossier annoncé pour être appelé le 30 juin prochain, dernier jour de cette session d’assises criminelles. Comme les sieurs Bonzi et Guiro, M. Lompo était présent à l’audience inaugurale. Il aura à ses côtés, Me Ambroise Farama pour plaider sa cause.
Et comme lui, tous les accusés seront assistés d’au moins un avocat. Cela est d’ailleurs une exigence légale devant la Chambre criminelle. A ce sujet, et aux dires du Bâtonnier Mamadou Traoré, sur tous les dossiers, des avocats ont effectivement été commis. Ces avocats « seront là », rassure le Bâtonnier pour qui l’ouverture de la présente session est « une victoire pour la justice ». Il a également tenu à promettre « la grande disponibilité du barreau », même dans un bref délai, pour les huit autres sessions initialement programmées, dont celles de Koudougou et de Tenkodogo.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Lien utile :Assises criminelles : 20 dossiers au rôle de la session unique de Ouagadougou

Encadré : ‘’la référence biblique des jurys criminels’’

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 16 juin 2015 à 04:27
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Quel cirque. Y’a des gens qui ont detourne plus que 60 millions mais ils courent tranquillement nos rues. Soyez maudits ainsi que vos enfants. On vous demande de juger les milliardaires et ce sont des petits poissons vous nous presentez.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 07:42, par FasoLibre
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    c’est déjà un grand pas pour notre justice. Bravo à tous les acteurs de la justice, avec leur ministre en tête.
    Il reste à entamer aussi le jugement des membres de gouvernent devant la haute cour de justice.
    Que ceux qui ont consommé ce qui ne leur appartient pas rendent gorge. Que de personnes décédés dans nos hôpitaux et CSPS pour absence de ceci ou de cela, qu’on aurait pu éviter avec une gestion saine des deniers publics.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 07:44, par Goodman
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Nous attendons et nous observons, si il n’y a pas de sanctions exemplaires, cela motivera plus d’un. La sévérité et la justice doivent être de mise.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 08:06, par Dr HEMA
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    C’est très inquiétant cette référence explicite à l’intime conviction du juge. C’est dangéreux pour le principe de légalité !
    La culpabilité doit être établie au delà du doute raisonnable : voilà le baromètre d’une assise criminelle !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 08:51, par Megd’
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Pourquoi prévoir au moins 3 jours pour le cas Guiro ? Vous l’avez déjà condamné avant de le juger ? Il y a comme du sensationnel dans ce cirque. Pour vous, il y a des dossiers que le public attend impatiemment.

    Le percepteur a soutiré environs 62 millions et il écopera de 10 ans. Pourtant dans les rapports de l’ASCE, nous avons des cas de détournement de plus 100 millions pour certains et d’1 milliard pour d’autres, pourquoi ne pas vider ces dossiers ?

    C’est ce genre de justice qui rend indiscipliné le citoyen lambda.

    Guiro, lui au moins n’a pas piqué l’argent dans une caisse ou un coffre de son service, mais il se trouve devant un juge. Par contre, ils sont nombreux et on les connait, qui ont bien pioché dans les caisses de leurs services, mais ils ne sont pas inquiétés.

    C’est ça la justice ???????????????

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 08:57, par SY
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    OUI MAIS NOUS AVONS UN DOSSIER D’UN BÂTIMENT A OUAGA 2000 DONT LE PROPRIÉTAIRE EST CONVOQUÉ A PLUSIEURS REPRISES A LA JUSTICE ET S’EST JAMAIS PRÉSENTÉ OU NOUS SOMMES AVEC CE DOSSIER ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 09:22, par KANKANA
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Ceux qui ont détourné des centaines de parcelles seront jugés ? KOCTY MOUMINI et MOYENGA ABDOULAYE ; Maire et adjoint a fada. CES 2 SONT DES CRIMINELS pour avoir piller nos parcelles.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 09:24, par Laouali
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Tel père tel fils. Le papa de Christian Bonzi a connu également des bobos juridiques quand il était comptable à l’ORD puis CRPA à Dédougou

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 11:41, par Le retraité
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Mon oeil !!! vous parlez de corruption et de détournement de deniers publics ? j’ai été étonné, ébahi et abasourdi par l’ampleur de la corruption qui se passe à la frontière du Burkina-Toga.(Cinkansé Burkina et Cinkasé Togo). je m’attellerai à évoquer le cas du Burkina. j’ai été frappé par la corruption structurelle qui sévit labas. Je jure de par le nom de tous les mânes du Burkina qu’il n’ y a aucun agent : douanier, policier et gendarme qu’il ne soit corrompu à Cinkansé. Tu achète ton véhicule pour le Burkina, en transit à Cinkansé c’est un système performant de corruption qui a été mis sur pied en complicité avec la douane de Lomé.
    1) après le franchissement de la frontière, des vigiles vous enregistrent en vous remettant une fiche soit disant que c’est de l’UEMOA pour le payement du parking. Le montant est variable. Pour les petits véhicules c’est 2000f.
    2) Lorsque vous stationnez, il y a un démarcheur qui vient réceptionner vos carnets d’assurance délivrés à Lomé qui n’est d’ailleurs valable que sur le territoire togolais à raison de 2000f par véhicule pour l’interpool. Ce démarcheur verse 1000f à la police et il en garde 1000f.
    3) La douane de Lomé retire les documents de vos véhicules aux environs de 7 h à 8h. En complicité avec celle du Burlina, c’est aux environs de 11 à 12 h que la douane du Burkina rentre en possession desdits documents pour pouvoir des heures supplémentaires dont le montant est passé à 6000f/jour depuis le 1er mai.
    4) la Douane du burkina, vous libère entre 14 à 15h. La gendarmerie rentre dans la danse.
    5) Gendarmerie de Cinkansé, tu paie 1000f pour enregistrer ton véhicule sans quittance.
    6) Gendarmerie de Bintou, tu paie 1000f pour enregistrer le même véhicule sur un rayon d’à peine 35 km.
    je vous signale au passage qu’il n’y a pas de quittance pour ces prestations. J’ai refusé de payer mais ils ont confisqué le document de mon véhicule.Tout cela se fait au vu et au su de tout le monde. l’honnêteté est une denrée rare dans ce milieu. je suis prêt à accompagner n’importe quel journaliste qui compte y mener des investigations.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 11:52, par Piszanga n°1
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Nul n’est au dessus de la loi. Tous ceux qui sont soupçonnés de malversations doivent être poursuivis. Dans cette logique, la tenue de ces assises sont à saluées. Seulement, il faut éviter le 2 poids 2 mesures. La question que bon nombre de persones se posent est de savoir ou sont passées les frais de restaurations des gendarmes en poste à Di dans la province du Sourou ? Depuis plus d’un an, ces pandores n’ont pas perçu le moindre Kopeck.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 12:00, par Piszanga n°1
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Nul n’est au dessus de la loi. Tous ceux qui sont soupçonnés de malversations doivent être poursuivis. Dans cette logique, la tenue de ces assises sont à saluées. Seulement, il faut éviter le 2 poids 2 mesures. La question que bon nombre de persones se posent est de savoir ou sont passées les frais de restaurations des gendarmes en poste à Di dans la province du Sourou ? Depuis plus d’un an, ces pandores n’ont pas perçu le moindre Kopeck.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 12:50, par loumbilbiiga
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    "Guiro, lui au moins n’a pas piqué l’argent dans une caisse ou un coffre de son service" Cet écrit manque totalement d’intelligence et d’honnêteté !! vraiment je n’en reviens pas. Et il a pris l’argent où ? Dans le coffre de sa boutique ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 13:14, par kaz
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    si Guiro n’est pas coupable ayez le courage de le blanchir. car nous savons tous que ces assises ont pour objectif principal condamner Guiro pour faire plaisir à la transition. quel cirque !

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 14:04
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Est-ce parce que Guiro n’a pas puisé dans les caisses de l’État qu’il ne devait pas être jugé ou bien qu’il devait avoir une circonstance atténuante ? Des raisonnements terre à terre comme ça ! Cet argent, s’il est venu des douaniers en poste, c’est pareil. ça devrait atterrir dans les caisses de l’État et ça atterri dans les cantines de Guiro. Si c’est venu directement des commerçants, c’est pareil.Savez -vous combien de CSPS cet argent aurait pu servir à construire et sauver se vies humaines en zone rurale, si ces commerçants avaient versé en bonne et due forme ce qu’ils doivent à l’État au lieu de passer par la corruption ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 17:33, par ka
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Oui l’injustice et l’impunité au Burkina prennent le chemin de l’exile vers la Cote d’Ivoire ou réside leur propriétaire. Un pas vient de franchir. Qui l’aurait cru qu’un Guiro le milliardaire voleur de la douane qui défiait blaise compaoré et sa clique retournerait a la MACO ou devant un tribunal ? Lui qui criait a qui veut l’entendre a Pissy ‘’’’’moi fils de Ouayouguiya, si on m’arrête c’est tous les gouvernants qui me suivront.’’’’’ Je félicite la transition et Fifi leur ministre pour la nouvelle justice au Burkina. Il reste aux juges de faire leur travail pour que l’injustice et l’impunité soient abolies au Burkina. Vive l’alternance politique et économique du Burkina avec les jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 18:07
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    tchrrrrr n’importe quoi ! je vs assure que 95%de ces 20dossiers seront relaxes pour abscenbe de preuve ou condanes avec sursis et ceux qui seront condamnes fermement,seront dehors parcequils ônt eu semi liberte,liberte provisoise etc...

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 18:28, par ka
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    Oui l’injustice et l’impunité au Burkina prennent le chemin de l’exile vers la Cote d’Ivoire ou réside leur propriétaire. Un pas vient de franchir. Qui l’aurait cru qu’un Guiro le milliardaire voleur de la douane qui défiait blaise compaoré et sa clique retournerait a la MACO ou devant un tribunal ? Lui qui criait a qui veut l’entendre a Pissy ‘’’’’moi fils de Ouayouguiya, si on m’arrête c’est tous les gouvernants qui me suivront.’’’’’ Je félicite la transition et Fifi leur ministre pour la nouvelle justice au Burkina. Il reste aux juges de faire leur travail pour que l’injustice et l’impunité soient abolies au Burkina. Vive l’alternance politique et économique du Burkina avec les jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 22:26, par Nabiiga
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    61 millions seulement de nos francs ? Qu’on verse le double, en ce qui me concerne. C’est un bon investissment. Les palais jumeaux de Blaise et François à Ziniare valent bien plus que le quadrupule de 61 millions francs. Rien que cela sans compter tout ce qui nous a été volé depuis 27 ans, les comptes en banque bourrés non pas des francs cfa, mais de Euro, de dollars et de Livre sterling. De quoi se plaigne t-on ? Je suis pour qu’on finance ces assises jusqu’à un milliard de francs car le retour à la caisse de l’état est incalculable. Voilà

    Répondre à ce message

  • Le 17 juin 2015 à 09:32
    En réponse à : Assises criminelles de Ouagadougou : une affaire de 61 millions pour commencer

    n’oubliez pas les anciens ministres tels kafando,kaboré qui ont mal geré la SONAPOST et la SONABEL quand ils etaient DG

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés