Mariam Sankara reçue à l’Assemblée nationale française ce mardi 16 juin 2015

Communiqué de presse • lundi 15 juin 2015 à 16h11min

Mariam Sankara sera reçue à l’assemblée nationale mardi à 13h, à l’invitation des députés des députés du Front de gauche GDR (groupe de la gauche républicaine et démocrate). Des contacts ont été pris pour que des députés d’autres partis s’entretiennent aussi avec elle mais jusqu’ici sans succès. Elle sera accompagnée par son avocat Bénéwendé Sankara de passage à Paris.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Mariam Sankara reçue à l’Assemblée nationale française ce mardi 16 juin 2015

Une conférence de presse aura lieu Mardi 16 juin de 10-12 heures à l’Espaces Matières Grises ; 4 Rue Olivier Métra, Métro ligne 11 ; station Jourdain. Bue 96 ; arrêt Pyrénées Ménilmontant, où sera évoqué l’évolution judiciaire du dossier en plus de la candidature de Maitre Sankara à l’élection présidentielle d’octobre 2015

L’ouverture d’une enquête au Burkina a relancé la campagne pour qu’une enquête parlementaire soir ouverte sur l’assassinat de Thomas Sankara, afin de déterminer si la France y a joué un rôle dans le cadre d’un complot international comme l’affirment des témoignages.

Par deux fois, les députés écologistes et ceux du Front de gauche, ont déposé une proposition de résolution pour l’ouverture d’une enquête parlementaire. Des députés du Burkina ont écrit au président de l’assemblée nationale en mai de cette année (voir http://www.thomassankara.net/spip.php?article1765), pour appuyer cette demande.

Un dossier complet sur l’assassinat de Thomas Sankara, rédigé par le réseau international « Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique », a été envoyé à tous les députés. Cette fois Elisabeth Guigou, la présidente de la commission des affaires étrangères a envoyé un accusé de réception, sans se prononcer sur le fond. André Chassaigne, Président du groupe GDR, a de son côté écrit aussi au président de l’assemblée nationale pour réitérer cette demande (voir www.thomassankara.net/spip.php?article1784).

C’est dans ce contexte qu’intervient l’invitation de Mariam Sankara. Un appel à accompagner Mariam Sankara aux portes de l’Assemblée nationale a été lancé voir ci-dessous.

Le Réseau international « Justice pour Sankara, Justice pour l’Afrique »


Accompagnons Madame Sankara aux portes de l’Assemblée nationale

Mardi 16 juin à 12h15 aux abords de l’assemblée nationale lieu précis en cours de discussion

Par deux fois les députés du Front de Gauche et des Verts ont officiellement déposé à l’Assemblée nationale française une proposition de résolution « tendant à la création d’une commission d’enquête relative à la recherche de la vérité dans l’assassinat de Thomas Sankara » : une première fois en juin 2011 et une seconde fois en octobre 2012, après le chang. Cette proposition de résolution n’a toujours pas été mise à l’ordre du jour par les parlementaires français.

Une trentaine de députés du CNT (Conseil National de la Transition du Burkina Faso) ont envoyé un courrier aux présidents de l’Assemblée nationale française et des différents groupes parlementaires français, « au nom de la coopération entre les peuples » et en particulier de la France et du Burkina, pour les « saisir aux fins d’une demande d’enquête parlementaire [ndlr - française] sur le cadre de l’assassinat de Thomas Sankara ».

Dans la proposition de résolution on peut lire notamment : « Il est de notre devoir de tout entreprendre pour faire éclater la vérité et la justice sur cette affaire. Nous devons, en particulier, faire la lumière sur l’hypothèse accréditant la mise en cause des services secrets français, compromis avec des militaires burkinabè ».

28 ans après l’assassinat du président Thomas Sankara et quelques mois après que Blaise Compaoré ait été chassé du pouvoir, le gouvernement du Burkina Faso vient enfin d’ouvrir une enquête officielle. Il est grand temps que la France joue enfin son rôle dans cette recherche de vérité.

Mariam Sankara, accompagnée de son avocat Maître Bénéwendé Sankara, va être reçue au sein de l’Assemblée nationale à l’initiative des élus du Front de gauche, afin une nouvelle fois d’interpeller le parlement français pour que cette demande d’enquête parlementaire soit acceptée.

Nous invitons toutes les personnes éprises de justice à venir la soutenir aux abords de l’Assemblée nationale, et à signer la pétition https://www.change.org/p/public-et-d%C3%A9cideurs-parlementaires-ouverture-d-une-enqu%C3%AAte-parlementaire-sur-les-conditions-de-l-assassinat-de-thomas-sankara.

« JUSTICE ET VERITE POUR THOMAS SANKARA ET SES COMPAGNONS »
« DEPUTES DU PARLEMENT FRANÇAIS, OUVREZ UNE ENQUETE PARLEMENTAIRE SUR L’ASSASSINAT DE THOMAS SANKARA »

Ont signé : Réseau international « Justice pour Sankara Justice pour l’Afrique », Parti communiste français, Balai citoyen Paris, Survie, Ensemble, Per a pace, CADTM (Comité pour l’annulation de la dette du tiers monde), AFASPA (association française d’amitié et de solidarité avec le peuples d’Afrique), Conseil National pour la Résistance - Mouvement Umnyobiste (CNR-MUN-Cameroun), Parti de gauche
soutenu par : comité Sankara Italie, comité Sankara Espagne, GRILA (Canada), Africavenir (Allemagne), "Arbeitskreis Panafrikanismus München", Mouvement Djibouti 2016

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés