Nuit du coton 2015 : Les champions de la culture cotonnière seront primés

lundi 15 juin 2015 à 11h28min

Les 19 et 20 juin 2015, la ville de Bobo-Dioulasso vibrera aux couleurs de la deuxième édition de la « Nuit du coton ». Placée sous la présidence du chef de l’Etat Michel Kafando, l’édition 2015 a pour thème « le coton, culture motrice du développement agricole au Burkina Faso ». Pour en parler, Jonas Bayoulou, le président du comité d’organisation, par ailleurs secrétaire général de la Société burkinabè des fibres textiles (Sofitex), l’organisatrice des Nuits du coton a rencontré la presse nationale et internationale. Dix producteurs individuels et dix Groupements de producteurs de coton (GPC) seront primés au cours de la nuit du 20 juin.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Nuit du coton 2015 : Les champions de la culture cotonnière  seront primés

Après le succès de la première édition (2013), la Société burkinabè des fibres textiles (Sofitex) s’active pour la réussite de la deuxième édition de la « Nuit du coton ». Placée sous la présidence du Chef de l’Etat Michel Kafando, la deuxième Nuit du coton est prévue pour se dérouler les 19 et 20 juin 2015 à Bobo-Dioulasso. Pour en parler, Jonas Bayoulou, le Président du comité d’organisation et son staff ont animé une conférence de presse. Et Selon M. Bayoulou, la Nuit du coton a été initiée pour magnifier les meilleurs producteurs et inciter à la production de l’or blanc.
Avec comme thème « le coton, culture motrice du développement agricole au Burkina Faso », la deuxième édition de cet événement est annoncée pour être riche en couleur. Dans la journée du 19 juin, producteurs de coton et habitants de la ville de Bobo-Dioulasso sont invités à communier en toute sportivité (cross populaire) à la place Tiéfo Amoro. En plus du cross populaire et toujours dans l’optique de renforcer les liens entre les producteurs du coton et les habitants de la ville de Bobo-Dioulasso qui abrite la Sofitex, l’on assistera à l’ouverture d’une foire à la Place Tiéfo Amoro. Au cours de cette foire, les clients auront à voir ou à s’offrir non seulement des produits dérivés du coton mais aussi des produits d’exposition des sponsors de la deuxième Nuit du coton.
Pour les noctambules et autres amateurs de la musique des terroirs, il est prévu une soirée artistique dans la nuit du 19 juin. 24 heures après, soit le 20 juin, le monde du secteur cotonnier se retrouvera pour une conférence publique animée par deux panélistes sur le thème et les sous thèmes de la deuxième édition de la nuit du coton au Centre Muraz de Bobo-Dioulasso. Le clou de cette édition sera évidemment la grande cérémonie de récompense des « champions d’Afrique de la culture du coton ». Michel Kafando, le Président du Faso est annoncé pour être de la partie au cours de cette nuit qui récompensera les meilleurs producteurs de coton des zones Sofitex (85% de la production nationale).

Des retouches et innovations pour plus de succès

Muries pour magnifier et encourager les meilleurs producteurs, les Nuits du coton entendent se peaufiner d’édition en édition. Pour 2015, les organisateurs ont souligné avec fierté l’obtention de 50 médailles de l’Etat burkinabè. Ces médailles serviront à décorer le mérite des producteurs et des groupements qui se distinguent par leur travail. En ce qui concerne le déroulement de la grande cérémonie de récompense des producteurs et des groupements, les organisateurs ont opté pour un programme « soft », qui durera tout au plus trois heures. Côté prix, Jonas Bayoulou a laissé entendre que les lauréats 2015 de la Nuit de coton se partageront la somme de Cent cinquante millions (150.000.000 F CFA). L’esprit de cette fête étant l’incitation à la bonne culture du coton, les organisateurs disent avoir travaillé pour amoindrir l’écart entre les prix : « Nous avons travaillé à corriger les gros écarts que nous avons pu observer lors de l’édition dernière car, nous estimons que si un producteur fait partie des dix (10) meilleurs producteurs de la zone SOFITEX, il est un champion du coton en Afrique. De ce point de vue, entre le premier et le dixième, l’écart ne doit pas être grand ».

Pas de prix en liquidité

C’est un choix stratégique. Les dix meilleurs producteurs individuels et les dix meilleurs Groupements de producteurs de coton (GPC) qui seront à l’honneur à la maison de la culture ne retourneront pas avec des enveloppes ou du moins avec de l’argent liquide. En lieu et place et conformément à l’objectif de la nuit du coton (booster la culture cotonnière), ils auront de quoi améliorer leur rentabilité. Du tracteur à offrir au meilleur producteur de la zone Sofitex aux intrants agricoles en passant par des infrastructures de stockage promis aux lauréats, les prix en nature vont pleuvoir. Et pour en bénéficier, la Sofitex tiendra compte de la cohésion au sein des GPC, de la bonne gouvernance au sein des GPC, des volumes de rendement au champ, de la régularité des producteurs… Le budget estimatif de la deuxième édition de la nuit de coton est de 250 millions de francs… L’essentiel des frais liés à l’organisation de l’événement est supporté par les sponsors.

Ousséni BANCE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 15 juin 2015 à 17:51, par Mme KONE
    En réponse à : Nuit du coton 2015 : Les champions de la culture cotonnière seront primés

    Félicitations à la SOFITEX pour inciter les producteurs à faire mieux et bien.
    Bonne continuation - nous souhaitons une très bonne campagne cette année et une meilleure qualité de coton - bon vent à la SOFITEX et que les années à venir repondent à vos attentes.

    Répondre à ce message

  • Le 16 juin 2015 à 08:55, par Sidpassata - Veritas
    En réponse à : Nuit du coton 2015 : Les champions de la culture cotonnière seront primés

    à quand un système d’encouragement à la transformation du coton burkinabè au Burkina ?
    La traite négrière avait pour but de réduire des noire à l’esclavage et de les déporter en Amérique pour produire le coton et la canne à sucre pour les besoins de européens. Aujourd’hui encore, ce sont les fils de nègres qui produisent le coton sur leurs propres terres et toujours pour satisfaire les besoins de européens. Continuez donc dans cette logique pro-coloniale et aliénante qui consiste à produire beaucoup et toujours plus pour une meilleure satisfaction des besoins des autres : oui produisez toujours beaucoup pour faire baisser le prix du coton brut sur le marché international ; ne réfléchissez jamais à travailler par rapport aux besoins de votre peuple ; travaillez beaucoup comme les autres le souhaite, il semble que ça va vous rapporter beaucoup d’argent (à condition que le prix ne baisse pas) s’il n’y a pas des invendus !
    Le sous-développement n’est pas une fatalité, c’est plutôt un refus de réfléchir et une refus de prendre en main son propre destin parce qu’on préfère les solutions de facilité et le gain rapide dans le très court terme. COURAGE à nos braves paysans néo-esclaves et aux néo-négriers héritiers d’aujourd’hui des esclavagistes de la traite négrière d’hier.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés