Dossier Norbert ZONGO : Le gouvernement du Burkina Faso en phase avec la CADHP

mardi 9 juin 2015 à 14h10min

La Cour africaine des droits de l’Homme et des Peuples (CADHP) a ordonné le vendredi 5 juin 2015 à l’Etat burkinabè de "reprendre" l’enquête sur les meurtres en 1998 du journaliste Norbert Zongo et des trois personnes qui l’accompagnaient.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Dossier Norbert ZONGO :  Le gouvernement du Burkina Faso en phase avec la CADHP

Dans leurs décisions, les juges de cette Cour ordonnent à l’Etat burkinabè de verser 25 millions de francs FCFA à chacun des conjoints, 15 millions à chacun des enfants et 10 millions à chacun des mères et pères de Zongo et ses compagnons. La Cour a demandé en outre aux autorités du Burkina Faso de "lui soumettre, dans un délai de six mois un rapport sur l’état d’exécution de l’ensemble des décisions prises dans le présent arrêt".

En attendant une notification officielle de cet arrêt, le gouvernement burkinabè prend acte des décisions de la CADHP. Il salue le travail de la CADHP qui lutte sans relâche contre l’impunité et pour l’avènement d’une justice équitable pour tous les Africains.
Concernant le dossier Norbert Zongo et ses compagnons des efforts sont faits et des avancées significatives enregistrées depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 survenue au Burkina Faso.
Il vous souviendra que le 14 décembre 2014, Le Président de la Transition, Président du Faso, Michel Kafando, au cours d’une conférence de presse avait affirmé que : « tous les dossiers seront rouverts, et justice sera rendue ».

Dans cette logique, le ministre en charge de la justice a instruit, par lettre n°2014-079/MJDHPC/CAB DU 23 décembre 2014, le Procureur général près la cour d’appel de Ouagadougou de procéder à la réouverture du dossier. Par ailleurs, le Conseil des ministres du 04 mars 2015, a instruit le ministre en charge de la justice de prendre les mesures idoines afin qu’une suite diligente soit donnée aux affaires Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, Boukary DABO, Flavien NEBIE, Salif NEBIE, les découvertes macabres chez François COMPAORE ainsi que les crimes et délits commis contre les personnes et les biens commis lors de l’insurrection populaire de fin octobre 2014.
Enfin, le procureur général près la cour d’appel de Ouagadougou a annoncé le 8 mars 2015 la désignation d’un juge d’instruction dans l’affaire Norbert Zongo et le 30 mars 2015, il a requis officiellement la réouverture du dossier.
C’est donc dire que la justice burkinabè est en phase avec la CADHP et l’adoption du Pacte national pour le renouveau de la justice à l’issue des « Etats généraux de la justice » tenus à Ouagadougou du 24 au 28 mars 2015 est une fois de plus la preuve qu’aucun dossier se sera ignoré.

Le Service d’information du gouvernement

Imprimer l'article

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés