Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

Chronique du gouvernement • mardi 2 juin 2015 à 22h51min

Dans sa quête de promotion du bien-être des populations, le gouvernement de la Transition, à travers le Ministère de la Santé, développe au quotidien des initiatives en vue de répondre aux besoins en santé des burkinabè. Des actions sont entreprises aussi bien dans les secteurs publics, privés que traditionnel pour offrir une meilleure prise en charge sanitaire aux populations.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

A l’instar des autres pays en développement, notamment ceux du continent africain, le Burkina Faso fait face à de grands défis sanitaires caractérisés par une inaccessibilité aux soins.

Les indicateurs de santé sont assez préoccupant tels que l’ont révélé les statistiques :
-  Taux de mortalité néonatale : 28 pour 1000 naissances vivantes en 2012
-  Taux de mortalité des enfants de moins de 5 ans : 102 pour 1000 en 2012
-  Ratio de mortalité maternelle : 300 pour 100 000 naissances vivantes en 2010
-  Densité de médecins : 0,047 pour 1000 personnes en 2010
-  Taux de couverture vaccinale des enfants de moins de 5 ans : 81% (EDS 2012)
-  Taux de couverture de la consultation prénatale (au moins 4 visites au cours de la grossesse) : 18%
-  70% des enfants meurent encore de maladies évitables le plus souvent à domicile et les enfants des familles les plus pauvres ont un risque de mourir avant l’âge de 5 ans avec un taux de 50% plus élevé que ceux des familles les plus riches (EDS 2003).

C’est pourquoi, le Ministère de la Santé a pris la problématique à bras le corps en travaillant à augmenter le nombre des structures de soins dans les sous-secteurs public, privé et traditionnel.

En 2014, l’annuaire statistique a fait ressortir plus de 1 606 centres de santé et de promotion sociale (CSPS), 155 dispensaires et maternités isolées, 32 centres médicaux (CM), 45 hôpitaux de districts (HD) ou centres médicaux avec antennes chirurgicales (CMA), 09 centres hospitaliers régionaux (CHR).

Il y également les Centres hospitaliers universitaires (CHU) au nombre de quatre (4) qui servent de référence pour les CHR et de centre de formation de base des professionnels de santé et de recherche.

Le secteur privé comprend 78 établissements sanitaires privés de soins hospitaliers (cliniques, polycliniques) et 306 établissements sanitaires privés de soins non hospitaliers (cabinets de soins infirmiers, cabinets médicaux)

Les infrastructures publiques ont été réalisées par le Gouvernement avec l’appui de ses partenaires techniques et financiers.

En 2013, trois milliards sept cent trente-quatre (3 734 000 000) de FCFA ont été transférés aux communes pour la réalisation de formations sanitaires de base dans les communes. Deux soixante-six millions (266 000 000) francs CFA ont été transférés aux communes pour la réhabilitation des formations sanitaires.

La transformation des CSPS et CM

Le Projet de transformation des CSPS des chefs-lieux de communes rurales en CM a été créé en vue de rapprocher les soins de santé de qualité des populations. Il constitue une alternative à la résolution d’un certain nombre de maux qui minent le système de santé du pays et qui sont entre autres :
-  La distribution inéquitable des ressources humaines sur le territoire et l’inadaptation des normes en personnel en termes de nombre et de profil, notamment au niveau des CSPS
-  Les problèmes de référence et de contre référence et les difficultés de transport des malades
-  L’inadéquation des infrastructures et l’insuffisance des équipements, la mauvaise couverture de certaines communes en services de santé
-  La faible capacité d’accueil et l’engorgement des services d’urgence au niveau des centres hospitaliers et leur faible capacité pour faire face à certaines catastrophes.

En plus de ce projet de transformation des CSPS des chefs-lieux de communes rurales en CM, le ministère a entamé la création de nouveaux districts pour répondre à un certain nombre de difficultés dont fait face le département de la santé. Cela permettra de faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations tant sur le plan financier que sur le plan de la distance.

La création des nouveaux CSPS permettra enfin au Ministère de la Santé d’améliorer certains indicateurs, notamment le ratio habitant/médecin, les taux de morbidité et de mortalité.

Ministère de la Santé

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 juin 2015 à 06:33, par Oeil de lynx
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    Mes encouragements au Ministère de la Santé. Il faut cependant surtout corriger les injustices dans la répartition des infrastructures de santé, notamment dans les zones à accès difficiles. Regardez du côté du Kénédougou la situation des villages enclavés comme N’Gorlani et Fofara dans la commune de Kayan et Zanfara dans la commune de Morolaba.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2015 à 07:43, par Donmozoun
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    Felicitations au MS mais il ne suffit pas de mettre des infrastrctures. il faut une bonne politique de santé, un bon système de santé qui soit cohérent et performant. Nulle part dans cet ecrit il n’est fait mention d’équipements ni de ressources humaines. Les indicateurs parlent d’eux-m^mes en matièeres de ressources humaines. Un des gros problème de nos centres de santé c’est l’équipement en matériel médico-technique. A quoi sert un CM si le Medecin qui y est affecté ne peut pas faire mieux que l’infirmier en termes de diagnostic ? Je pense qu’il faut renforcer et rentre effectivement opérationnel les centres existant ; des infrastructures de plus sans équipement ni personnel qualifié, ne resoudront pas le problèmes de references, d’accessibilité (rien ne sert d’arriver dans un centre de santé et ne pas recevoir le minimum de soins). Continuons toujours la reflexion.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2015 à 09:02, par le poulpe
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    Bel article de presse digne de foi pour éclairer la lanterne du
    peuple et surtout les chiffres à l’appui pour mesurer à la virgule près les efforts forts louables du gouvernement.on est même tenté d’applaudir à tout tout rompre.mais j’ai des vertiges quand je me rend compte que l’impact sur l’amélioration de la santé du citoyen ordinaire est un leurre.les ressources financières ,matérielles et humaines sont
    disponibles ;il faut maintenant mettre en place une bonne politique sanitaire doublée d’une dose de bonne gouvernence pour espérer gagner le pari de l’atteinte des OMD.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2015 à 11:40, par Neekré
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    C’est bon, mais ce n’est pas arrivé. Multiplier les services de Santé pour couvrir le territoire est une etape, mais il faut aussi et surtout veiller a leur bon fonctionnement : Equipements, ressources humaines, Discpline des professionnels de santé, sensibilisation des populations......
    Prenez le cas du Sourou Sanon, oui le grand Souro Sanon. Comment une salle d’hospitalisation reservée à des personnes du 3ème age peut être ouverte à tout vent parce que les fenêtres sont delabrées ?
    Comment est ce que dans une telle sale aucune prise electrique ne fonctionne pour qu’on puisse brancher un aspirateur dans une situation d’urgence ?
    Comment est ce que dans cet hospital de reference, le "caniveau-depotoir à ciel ouvert" jouxte la service des urgences ?
    Ce n’est pas les seminaires et rencontres perdiemés qui vont resoudre ces problems. Il faut de l’action et il faut des homes RESPONSABLES aux postes de responsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2015 à 11:50, par Claire w
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    je partage l’avis de l’internaute N°2, le ministère devrait continuer à mener la réflexion car envoyer des médecins dans des chefs lieux de communes où ils ne pourront pas exercer de façon adéquate leur médecine parce que le matériel n’y est pas( examens de laboratoire, radiographie....) c’est le rabaisser au même niveau qu’un infirmier et là tout le monde en sort perdant ! et puis n’oublions pas qu’il existe de vieux districts sanitaires dépourvus de centre médical avec antenne chirurgical. Ce ne serait pas intéressant de créer des structures administratives(districts) et occulter les centres de santé. Ceux pour quoi les médecins sont formés c’est pour la clinique et non pour l’administration ! alors songeons à régulariser les districts sans CMA avant d’en créer des nouveaux où le travail des agents de santé ne sera que référer vers les CHR qui sont déjà submergé ! on peut mieux faire !

    Répondre à ce message

  • Le 3 juin 2015 à 11:51, par gueswendé
    En réponse à : Organisation des soins au Burkina Faso : Faciliter l’accessibilité des formations sanitaires aux populations

    Merci pour cet article qui peut nous éclairer un temps soit peu. Vous avez parler en introduction de trois secteurs (public, privé et traditionnel) mais dans votre développement rien n’est dit sur le secteur traditionnel. N’est il pas pris en compte par le ministère de la santé ? Sinon ou se trouve la cohérence du système de santé ? Est-ce que nous ne gagnerons pas à mettre les moyens qu’il faut pour développer conséquemment ce secteur qui après tout relève d’un domaine de souveraineté ?

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés