Journée nationale d’hommage aux martyrs : Tous les morts des 30 et 31 octobre ne seront pas érigés en héros

vendredi 29 mai 2015 à 10h00min

Le Burkina Faso commémorera ce samedi 30 mai 2015 les martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 à travers une série de manifestations dont certaines ont déjà commencé. En prélude à cette journée historique, cinq ministres du gouvernement de la transition étaient face à la presse ce mercredi 27 mai 2015 pour donner de plus amples informations.

Journée nationale d’hommage aux martyrs : Tous les morts des 30 et 31 octobre ne seront pas érigés en héros

T. Frédéric Nikièma, ministre de la communication chargé des relations avec le conseil national de transition ; Auguste Denise Barry, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité ; Joséphine Ouédraogo, ministre de la justice, garde des sceaux ; Amédée Prosper Djiguimdé, ministre de la santé ; Nicole Angeline Zan/Yélémou, ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale. Ce sont là les cinq ministres du gouvernement de la transition qui se sont entretenus ce mercredi 27 mai 2015 avec les journalistes sur la journée nationale d’hommage aux martyrs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014. Journée prévue pour se dérouler ce 30 mai 2015 sur toute l’étendue du territoire national et dans les représentations diplomatiques du Faso. Cette commémoration des martyrs de l’insurrection, qui a déjà commencé par la tenue d’un certain nombre de manifestations, à savoir des conférences publiques, culminera le 30 mai 2015 par une grande cérémonie placée sous le patronage du président de la transition, Michel Kafando. « L’objectif global de la cérémonie est la commémoration et l’institutionnalisation d’une journée dénommée ‘’Journée nationale d’hommage aux martyrs’’ », a indiqué le ministre Auguste Denise Barry. Il s’agit spécifiquement, a- t-il poursuivi, de :
- organiser une cérémonie d’hommage à tous ceux qui se sont sacrifiés pour la patrie les 30 et 31 octobre 2014 ;
- créer une mémoire collective de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 en lien avec toutes les insurrections qui ont eu lieu au Burkina et reconnues comme telles ;
- élaborer une liste des martyrs nationaux à inscrire sur la stèle des martyrs ;
- proposer une date définitive en souvenir des héros de la nation, dont la célébration annuelle aura lieu sur toute l’étendue du territoire national, dans les chancelleries et les représentations de notre pays.

Journée du 30 mai très chargée

Très chargée, la journée du 30 mai connaîtra le déroulement de plusieurs activités. Dans la matinée, de 8 h à 10 h, il y aura la cérémonie de dépôt de gerbes de fleurs sur les tombes de martyrs au cimetière municipal de Gounghin. Dans l’après-midi, de 16 h à 19 h, se déroulera la grande cérémonie nationale d’hommage aux martyrs au Mémorial des héros nationaux de Ouaga 2000. La cérémonie connaîtra les actes suivants :
- élévation des morts et des blessés de l’insurrection au rang de héros nationaux ;
- cérémonie de décoration des martyrs de l’insurrection ;
- pose de la première pierre de la stèle commémorative de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ;
- lecture de la liste de tous les martyrs connus de l’insurrection ;
- distinctions honorifiques à titre posthume ;
- interventions des représentants des familles endeuillées, de l’Association des blessés de l’insurrection et des responsables traditionnels et coutumiers. Evidemment, le président de la transition, Michel Kafando, grand patron de la cérémonie, livrera un discours.

Evénements d’avant

Plusieurs autres manifestations ou événements sont organisés en prélude à la journée commémorative du 30 mai. Il s’agit d’abord de conférences publiques. Animée ce mercredi 27 mai à l’Université de Ouagadougou par le professeur Mahamadi Sawadogo, la première conférence publique a porté sur ce thème : « Les causes et les conséquences des insurrections dans le monde ». La deuxième conférence publique porte sur le thème « comment croire encore à la réconciliation au Burkina Faso ». La conférence devrait être animée par le professeur Cyrille Koné. Enfin la troisième conférence publique prévue pour ce vendredi 29 mai portera sur le thème : « martyrs et héros nationaux, bref historique et leçons à tirer ». Elle sera animée par le professeur Augustin Loada. En plus des conférences publiques, il est prévu des prières et recueillements dans les lieux de cultes, temples, églises et mosquées ce vendredi 29 mai et le dimanche 31 mai 2015. Aussi, il est prévu une retraite aux flambeaux pour les militaires.

Quelle justice pour les martyrs ?

La question du nombre des morts de l’insurrection, ainsi que le nombre des blessés ou celui de ceux qui seront érigés en héros nationaux à travers la présente journée d’hommage ont polarisé les échanges entre conférenciers et journalistes. Et à entendre les réponses des membres du gouvernement, tous les morts enregistrés lors des événements des 30 et 31 octobre 2014 ne seront pas érigés en héros nationaux car certains ne seraient pas morts du fait de la défense de la Constitution, mais pour des actes de vandalisme. Et l’on en saura davantage sur le nombre exact des morts concernés par cette journée d’hommage aux martyrs le jour même. Mais, des chiffres livrés par la ministre de l’action sociale et de la solidarité nationale, Nicole Angeline Zan/Yélémou, l’on retient le nombre de 31 morts. Les familles de ces victimes ont été visitées par la ministre Zan au nom du gouvernement. Mais, au-delà de la journée d’hommage qui se veut inclusive-tous les acteurs y sont conviés-, quelle justice pour ces victimes de l’insurrection ?
Sur la question la ministre de la justice, garde des sceaux, Joséphine Ouédraogo, se veut rassurante. Elle a annoncé à ce sujet l’ouverture de neuf dossiers judiciaires. « L’instruction suit son cours », a-t-elle laissé entendre. Volant à son secours, le ministre Barry indiquera que la protection des droits humains a été une des préoccupations prioritaires des autorités, cela même avant la formation du gouvernement de transition. Il évoqué un comité ad ’hoc qui avait été mis en place au lendemain de l’insurrection et dont les résultats d’investigation ont été reversés à la justice. Comme quoi, le gouvernement de transition a à cœur cette question de justice à rendre aux victimes de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Messages

  • je veux savoir quel est le nom du vieux mort carbonise au siege du CDP le 30 oct. Il a etetue par ceux qu’on appelle pompeusement martyrs ou heros du Burkina. Je rappelle qu’un opposant a Blaise Compaore est alle presenter ses condoleances a la famille du vieux qui a rendu des services a la republique. Malgre ce cas et les destructions de biens de personnes, Michel Kafando et Auguste Denise Barry disent qu’ils sont tolerants envers les anciens dignitaires. Vous savez tous qu’a un certain degre, l’exclusion et l’injustice entrainent des reactions qui peuvent etre violentes et meme plus violentes que les journees des 30 et 31 oct. Je lis en outre que tous les morts ne sont pas des heros car certains etaient des vandals. Mais au CNT il y a eu un voleur de portable...

  • Ce gouvernement de transition aime faire justice lui meme quoi ! Voyez vous ils ont dejà jugé eux meme et donné leur verdict sur qui est mort pour vandalisme et qui est mort pour la constitution. Il aurait fallu que vous fassiez justice d’abord, je veux dire un jugement par un juge. Sinon declarez tout simplement toutes les victimes Heros au nom du benefice du doute. Il me semble que ce gouvernement s’en fout de justice, alors pas du tout.

  • Qui a tué qui ?
    Ceux qui ont violé et incendié les domiciles privés sont - ils des martyrs ?
    Les Sankara .Norbert Zongo... sont des martyrs confirmés.
    Il faut une commission qui choisi les martyrs de la nation sinon d’authentiques assassins seront appelés martyrs dans ce Burkina à la pensée unique .

  • ah la , il faudra mieux expliquer.
    est-ce a dire que les circonstances sont tres claires ? Alors qu attendons nous pour inculper les tireurs et leurs commanditaires ? Il ne faut pas sâlir l image des morts.

    Passakziri

  • A l’occasion de la Journée Nationale d’Hommage aux Martyrs, je propose ceci :
    1- Le samedi 30 mai, à partir de 14h ou 15 au plus tard, que les cérémonies de mariage, de réjouissance dans les bars et autres lieux de jouissance prennent fin à Ouaga, le temps qu’on aille commérer cette reconnaissance aux Martyrs.
    2- En plus des médailles aux victimes assassinées, que le drapeau national, bien plié comme on le voit avec les américains lors des cérémonies d’hommage aux soldats tombés, soit remis à un membre de chaque Martyr (la médaille et le drapeau en même temps).
    3- Mobilisation exceptionnelle comme ce fut le cas lors de la marche historique du 28 octobre 2014 à Ouagadougou. Pour cela, tous les quartiers autour du Monument des Héros Nationaux doivent se mobiliser afin que les gens sortent massivement (Patte-d’oie, Ouaga 2000, Balkoui, Karpala, SIAO, Kalgodin, Nagrin, etc.). Les autres quartiers lointains, faire l’effort de participer massivement.
    4- Parkings, fixer en commun accord avec l’Association des Parkeurs du Faso des prix modérés pour les parkings (50F pour les vélos, 100F pour les motos et 200F pour les voitures). Tout le monde doit faire un sacrifice ce jour- là pour honorer la mémoire de nos Martyrs ; ce n’est pas un lieu pour venir s’enrichir.

    Hommage aux Martyrs du 30 et 31 octobre 2014 !
    Vive la Liberté, la Démocratie, l’Alternance !
    La Patrie ou la Mort, le Vaillant Peuple du Burkina Faso Vaincra Toujours !

  • Le MBDHP n’a pas eu tort de se retirer de vos sottises, mais ne vous en faites pas inchallah Dieu vous jugera et vous rendra au centuple de vos faits ! Pourquoi totalisez vous alors une trentaine de morts de l’insurrection du 30 Oct ?

  • je suis parfaitement d’accord avec le gouvernement de la transition ; ceux qui sont mort pour des actes de vandalisme ne peuvent pas être considérés comme des héros.

  • Hommage aux "Héros de l’Insurrection populaire" en décembre ; visites pompeuses aux familles des "Victimes de l’Insurrection" ; "Journée nationale d’hommage aux martyrs" en mai : ça commence à faire trop en 6 mois, surtout qu’on reconnaît, enfin, que certaines victimes étaient mêlées à des actes de vandalisme...D’ailleurs, le statut de Héros ou de Martyr ne devrait être attribué qu’après la publication des conditions précises dans lesquelles des gens sont tombés. Au lieu de cela, on nous met la poudre aux yeux, ce qui permet entre autres de masquer certaines choses, comme par exemple l’obligation de publier les biens des autorités, selon le canevas arrêté (biens mobiliers, immobiliers, comptes en banque, actions, etc...).

  • Togs sida,
    Tu as raison. On ne peut vraiment pas pleurer quelqu’un qui va voler des sacs de riz pour vendre, comme quoi le riz s’appelle "CDP".
    Tu sais Togs sida, il y a des gens dans ce pays qui sont prêts à vendre leur père ou leur mère pour de l’argent. Je crois que parmi eux, certains ressemblent aux enfants achetés, volés ou échangés à la maternité.

  • Comment on distingue quelqu’un mort pour défendre la constitution à celui sorti pour piller ? les circonstances dans lesquelles ces personnes ont été tuées ou blessées ont elles été établies déjà ? A mon avis, il faut cela avant de distinguer qui est martyr et qui ne l’est pas. Pour finir, des questions à toute la communauté de lecture du fasonet. Peut on exclure les "vandales" ? Leur action a t-elle eu un effet d’amplification à la crise, resserrant l’étau sur l’ex président ?

  • On avance peu à peu . Car vous reconnaissez officiellement que des voleurs sont morts les 30-31 octobre. Bien. Allons seulement .

  • Il est clair que tout le monde ne peut pas ètre déclaré martyr de l’insurrection, car tandisque que les vrais patriotes se battaient pour rallier l’Assemblée Nationale afin d’empecher la forfaiture de modification de l’article 37 de la constitution, des vandales s’adonnaient à des pillages de biens. Certains ont été tués quand ils volaient des sacs de vivre qui se sont effondrés sur eux ! Ce ne sont que de vulgaires vandales qu’on ne saurait assimiler à des martyrs.Donc la vigilance s’impose pour séparer le bon grain de l’ivraie.

  • - Oui, moi je suis d’accord cette fois avec vous ! Parce que quelqu’un qui est allé piller un magasin de riz et un sac lui est tombé dessus et lui a cassé le cou, ce n’est pas un martyr mais un vulgaire voleur !

    Par Kôrô Yamyélé

  • Comme d’habitude nos grands professeurs de sociologie de l’université sont en train de courir derrière leur gombo au lieu de s’intéresser à la vie de la nation...Vraiment...Aucune conférence, aucune intervention depuis la période préinsurrectionnelle et postinsurrectionnelle. Pardon messieurs les grands sociologues, jouer votre rôle d’enseignants, de chercheurs et laissez un peu les gombos.

  • Voilà pourquoi le Mouvement de droits de l’homme a raison quand il demande de clarifier les choses d’abord. Qui est martyr et pourquoi est-il martyr ?

  • Ce pauvre gouvernement de Zida/Barry n,a pas la moindre idee de ce devait etre la conduite d,un pays.En effet,ils veulent bien ecrire l,histoire de l,insurrection a la hate pour incarner eux meme l,histoire du Burkina tout court,le comble c,est par decret ils fixent la journee de memoire sans prendre la moindre precaution de reflechir sur le bien fonde et l,opportunite de cette journee cannonisant certains et bannissant les autres comme S,ils avaient l,autorite et la legitimite necessaire.A mon humble avis,une commission d,enquete et de reflexion est necessaire pour etablir S,il ya lieu de celebrer ces journees car pour certains c,est une revolution pour d,autre c,est une catastrophe dans laquelle le pays a perdu son ame.D,ou la prudence le mieux serait d,attendre la prochaine assemmblee nationale qui approfondira la reflexion et l,opportunite oui non de ces journees folles,loin de passion et du populisme des freres en Christ.

  • Au debut quand nous ecrivions que ceux qui sont morts les 30 et 31 oct ne sont pas des martyrs, moins des heros ou horos, Mais les memes apotres de la societe civile qui pillent, volent et trompent le peuple ont oblige les Barry et Zida a parler de heros et de martyrs.On a avait prevenu aussi que nombre des gars de la societe civile etaient des voyous. En effet certains sont des bagnards, pour des actes gravissismes. Messieurs Zida, Barry et Kafando, malheureusement ces memes voyous de la societe civile vont ont pousse a tout remplacer a la fonction publique. Ainsi des voleurs, tricheurs, voyoux ou agents incompetents sont revenus aux affaires. Aux dernieres nouvelles un responsable d’OSC qui chaque matin se balade a la primature veut se faire integrer...avec le CEPE

  • pour une premiere je suis d accord avec le gouvernement de la transition

  • Oui, moi je suis d’accord cette fois avec vous ! Parce que quelqu’un qui est allé piller un magasin de riz de mais et mort calciné dans un domicile privé ne peut pa etre appelé matyr

  • Oui, moi je suis d’accord cette fois avec vous ! Parce que quelqu’un qui est allé piller un magasin de riz de mais et mort calciné dans un domicile privé ne peut pa etre appelé matyr

  • La lutte contre le pouvoir à vie de Blaise Compaoré a commencé avec l’assassinat de Norbert Zongo et 16 ans plutard avec l’assassinat du juge Nébié Noubliez surtout pas ces vrais martyrs

  • Toutes les circonstances sont liées et mort cest mort.
    Arretons de juger les gens.
    Il ont pillé parce quil ya eu tantative de modification de
    de larticle 37.
    Ils sont president, PM, ministre, deputé parce quil ya eu morts et depart
    De blaso.
    Donc arretons de juger.

  • journée d’hommage oui mais justice pour eux d’abord
    rien que des conneries pour cette journée tant que justice n’est pas faite en premier

  • tout à fait d’accord avec toi Zaksoba ;tous les morts se valent aux yeux de Dieu surtout qu’on n’a pas judiciairement prouvé qui est mort pour défendre la constitution et qui l’a été en s’adonnant à des actes de vandalisme ; Du reste, s’il y a eu vandalisme c’est parce que les circonstances s’y prêtaient (velléité de modification de l’article 37).Effectivement tel est député, président de la république, PM, ministre, Directeur ou Président d’institution parce qu’il y a eu des morts ; que celui qui n’a jamais péché soit le premier à jeter la pierre disait le Christ. A tout le moins si on ’accorde sur le fait que ceux qui ont trouvé la mort en commettant des actes de vandalisme ne sont pas des héros et bien qu’on accepte tout simplement d’indemniser tous ces particuliers, toutes entreprises privées qui ont subi d’énormes dommages pendant les manifestations puisque c’est la responsabilité même de l’Etat se trouve engagée. Juste un point de vue

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés