Conseil National de Transition : Le soutien de l’Assemblée nationale française

lundi 25 mai 2015 à 18h05min

Une mission parlementaire burkinabè a séjourné du 16 au 23 mai auprès de l’Assemblée nationale française. Composée de trois députés et de quatre fonctionnaires, la mission est allée s’imprégner de l’expérience française en matière de travail parlementaire.

Conseil National de Transition : Le soutien de l’Assemblée nationale française

Cette invitation de l’Assemblée nationale française donne un contenu concret à la coopération parlementaire entre le Burkina Faso et la France. Alors que le Conseil national de Transition est à mi parcours de son mandat, cette mission apparait comme un facteur d’enrichissement afin de parfaire le travail parlementaire en cette période cruciale de l’histoire du Burkina Faso.

Les centres d’intérêt, durant ce séjour, se sont articulés autour de trois points essentiels : la pratique parlementaire, la questure et la gestion de l’administration parlementaire.

Selon le chef de la délégation, le député Dramane Konaté, de précieux enseignements peuvent être tirés de cette mission.

Au cours d’une visite de courtoise à l’ambassadeur Eric Tiaré, le 22 mai, les députés ont souligné avoir pu échanger avec leurs collègues français, notamment de
l’Association parlementaire d’amitié franco-burkinabè (AFB), lors d’un déjeuner de travail. Avec les délégués français de l’Assemblé parlementaire de la Francophonie (APF) des éléments d’information ont été partagés au cours d’une séance de travail. Il ressort que notre pays sera très attendu sur le paquet des dispositifs mis en place par la Déclaration de Bamako relative à la démocratie et à l’Etat de droit.

« Nos homologues français se disent impressionnés par la maturité dont a fait preuve le peuple burkinabè face aux velléités de changement anticonstitutionnel, et ensuite par la conduite de la transition sur les fondements de la Charte. La délégation a donné des précisions sur les dispositions du code électoral, toute chose qui a permis à la partie française de comprendre et d’apprécier à sa juste valeur la situation au Burkina Faso », conclut le député Dramane Konaté.

En matière parlementaire, « le Burkina Faso devra renforcer ses liens de coopération avec les parlements de l’espace francophone, dont la France est évidemment le chef de file », poursuit le député, qui souligne que la délégation a profité plaider auprès de la partie française, pour une aide à la reconstitution des archives de l’Assemblée nationale, détruites par l’incendie du 30 octobre 2014, et dont certaines datent de depuis 1948.

Les partenaires français se seraient engagés à examiner cette requête avec beaucoup d’attention.

R. A. BAMBARA, AmbabfParis
www.ambaburkina-fr.org
www.facebook.com/ambabfparis
romain.bambara@ambaburkina-fr.org

Messages

  • Le peuple burkinabé a brûler l assembler pourquoi reconstruire on ne veut plus d assemble on veut rester dans la transition avec un CNT POUR AU MOINS 5 ans.

  • TINBILA, toi aussi ! tu n’as pas assez de ces gars là qui se bagarrent pour l’argent et qui vont nous humilier jusqu’au Nigéria ou faire de la subversion dans des villages ? Ou bien tu as un petit copain dans ce bidonville là qui te file quelques broutilles lorsqu’il passe à la caisse pour le bouyank ? Soit un peu sérieux ! toi aussi. Ton Oncle a dit que les élections auront bel et bien lieu le 11 octobre 2015 ; Retiens au moins ce que ton oncle t’a dit ! Il est au sérieux.
    Bien, je crois que si ta proposition est retenue, il faut élargir l’assemblée en y intégrant cinq (5) gamins de l’école primaire, ils vont de temps en temps faire raisonner leurs jeunes tontons et tanties qui sont au CNT.

  • ces Cntistes n’ont même pas honte il fallait réfléchir par deux fois avant de bruler l’antre de la démocratie.

  • Parlant de la mauvaise gestion du CHR de Koudougou, le poisson pourrit par la tête. Quand vous observez. Aucun Médecin Chef de district ou un DG des hôpitaux n’a été arrêté pour détournement. A chaque fois ce sont les gestionnaires qui sont en prison. Les autres sont mieux protégés. Beaucoup de MCD sont protégés par le ministère de la santé.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés