Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La forêt pour grandir a besoin d’arbres. Frédéric Titinga Pacéré» 

Présidentielle 2015 : Me Bénéwendé Sankara dévoile les grandes orientations du projet de société des sankaristes

Accueil > Actualités > Politique • • dimanche 24 mai 2015 à 23h02min
Présidentielle 2015 : Me Bénéwendé Sankara dévoile les grandes orientations du projet de société des sankaristes

Il est, depuis le 17 mai dernier, le candidat unique des partis et associations sankaristes à l’élection présidentielle du 11 octobre 2015. Me Bénéwendé Stanislas Sankara, puisque c’est de lui qu’il s’agit, décline déjà les grandes orientations du projet de société « pragmatique » que concocteront ces mouvements sankaristes. Il l’a fait avec un franc-parler, le mardi 19 mai 2015 dans le cadre d’un entretien qu’il nous a accordé à Ouagadougou. A l’occasion, l’avocat s’est également prononcé sur l’actualité du ‘’dossier Thomas Sankara’’ qui se trouve dans les arcanes de la justice militaire. Lisez plutôt !

Le 17 mai 2015 à l’occasion d’une convention, vous avez été désigné candidat unique des sankaristes à la présidentielle d’octobre prochain. Pouvez-vous revenir sur l’ambiance qui a entouré cette désignation ?

Tout à fait. D’abord, du fond du cœur, je veux dire merci à la presse, en particulier à Lefaso.net qui va très loin et qui fait que le Burkina Faso est suivi en temps réel partout dans le monde. Je sais que les Burkinabè, les amis du Burkina, tous ceux qui ont accès au net, suivent l’actualité grâce au travail que vous faites. Je voudrais profiter de cette occasion pour saluer tout le travail que les journalistes ont eu à faire pour permettre à notre convention, qui est une première au Burkina Faso, d’avoir du succès. Arriver à une convention de cette nature, c’est un peu rare. C’est une convention qui a réuni neuf partis politiques et une vingtaine d’associations, plus des personnes ressources qui ne sont pas structurées avec des intellectuels, plus la diaspora. Nous avons travaillé en amont dans des commissions pour arriver à cette convention. Donc vous comprendrez que ce fut d’abord une ambiance de sankaristes.

Et quand on parle de sankaristes, ce qui fait la caractéristique chez les sankaristes, c’est le débat. Ce débat est souvent houleux, et même fougueux. Mais c’est un débat entre camarades. Quand on n’y est pas habitué, on croit que ce sont des gens qui se font la guerre. Or, ce sont des débats d’idées, des débats profonds ; chacun tient à sa conviction et à la pertinence de son argument. Mais au finish, nous arrivon toujours à nous entendre et à trouver une solution.

Moi, j’ai été désigné dans un contexte de consensus ; c’était la règle principale de conduite de toutes nos prises de décisions. Il y a eu ce qu’on a appelé le comité de pilotage qui a travaillé avec le collège de sages. Il y a eu, je ne vous le cache pas, six candidats. De tractations en tractations, nous sommes parvenus à une candidature unique qui va représenter désormais les sankaristes.

C’est la preuve que désormais, plus rien ne sera comme avant, même chez les sankaristes. Me Sankara n’a plus la prétention de dire qu’il est le seul sankariste capable de conduire le mouvement sankariste, même si aujourd’hui de façon unanime, on m’en a confié le leadership. J’estime que c’est en toute modestie que j’accepte cette charge qui est pour moi, également la preuve que je dois m’engager davantage avec tous les militants, avec toutes les militantes, pour qu’ensemble, nous constituions une véritable force politique d’alternative.

Je pense que cette désignation a été faite en toute camaraderie, dans un climat serein, dans un climat de franchise, également dans un climat de détermination et de conviction de tous ceux qui étaient là, pour que les sankaristes puissent désormais, autour de la marraine de la convention, prendre l’engagement de relever le défi de remporter la victoire au soir du 11 octobre 2015.

Avez-vous le soutien, en tant que candidat unique des sankaristes, des mouvements sankaristes au niveau international ?

C’est comme ça que nous avons perçu la convention qui se voulait plurielle, mais qui se voulait aussi internationaliste. La diaspora a énormément contribué aux débats. Elle a même été représentée au niveau des commissions. J’estime que ma désignation reflète le courant mondial sankariste.

Même des camarades qui ne sont pas Burkinabè, ont contribué à partir du site thomassankara.net à ces débats, et continuent de le faire. Voilà pourquoi, j’ai salué de façon particulière, l’apport inestimable de Lefaso.net qui a été pour nous, un outil ayant permis de nous enrichir davantage des contributions de sankaristes de par le monde. Pour moi, cela est vraiment formidable.

Pour faire un peu plus concret, dites-nous ce à quoi se rapporte le soutien de ces partis et associations sankaristes, au candidat unique désigné que vous êtes ?

Je pense que le premier soutien, c’est tenir compte du contexte contemporain, du contexte actuel ; et de se dire qu’il y a un foisonnement d’idées qui permettent aux sankaristes de pouvoir s’adapter à ces mutations pour ensuite offrir un autre projet de société pragmatique, réalisable. Un projet qui peut convaincre, même les plus sceptiques, qu’on peut faire du Burkina Faso, un pays formidablement mystérieux. Moi, j’en suis convaincu de par les contributions que nous recevons tous les jours dans chaque domaine.

Par exemple, je reçois de camarades qui sont en Allemagne, des contributions relativement aux questions d’environnement en disant, ‘’ voilà une nouvelle vision de la gestion de l’environnement qui permette, si les sankaristes sont au pouvoir, de faire de très bonnes choses’’.

Notre pays peut être une grande puissance ; en tout cas en Afrique. Et ce, de par la richesse des idées que nous avons dans le milieu sankariste. Le Burkina Faso peut être un pays fort ; je ne veux pas parler d’un homme fort, mais du pays. Notre pays peut vaincre la pauvreté, peut vaincre la misère, pour peu que nous arrivions à avoir les suffrages des Burkinabè pour ensuite leur prouver que nous avons des idées forces tirées du président Thomas Sankara, adaptées à notre contexte actuel, dans les différentes mutations.

La forte proposition qui a été faite, c’est de revoir le projet de société, pour en décliner un programme de gouvernement véritablement pragmatique. Mais cela ne peut se faire que s’il y a une véritable alliance, une unité de tout le peuple autour de ce programme.

Nous avons conscience que nous avons du pain sur la planche, parce qu’il va falloir rendre accessible, ce programme à chaque Burkinabè. Nous devons le soumettre à la critique de l’opinion pour, bien sûr, mériter, au soir du 11 octobre 2015, la confiance de tout le peuple. Nous disons qu’après l’insurrection, il faut construire un Burkina Faso où il fait bon vivre pour tout Burkinabè.

Peut-on, à ce jour, se faire une idée des grandes orientations de ce projet de société que vous annoncez « pragmatique » ?

La plus grande orientation que nous allons décliner, c’est de créer une alliance nationale pour la patrie. C’est un axe, j’allais dire, politique. Il faut dire en effet, qu’il s’agit de faire en sorte que les aspirations de l’insurrection se transforment en force politique où les véritables forces vives doivent créer cette unité d’action. Il ne s’agit pas d’écarter la lutte des couches et classes sociales ; mais, il faut intégrer le fait que le Burkina Faso pendant 27 ans, a connu un régime à la limite dictatorial qui a bâillonné ce peuple. Et ce peuple a reconquis sa liberté en faisant partir un régime dont le système reste encore intact.

Dans notre projet de société, il faut arriver à déstructurer ce système pour lui alterner un projet de développement, un projet de progrès qui va certainement éradiquer l’injustice, l’impunité. Un projet de société qui permette de faire en sorte que nous ayons une administration et une gouvernance sankaristes où la chose publique sera respectée.

Nous allons, sur les secteurs sociaux de base, c’est-à-dire la santé, l’éducation et les infrastructures, redonner goût à l’exemple du président Sankara. A savoir, créer les conditions d’accès à la santé, à l’éducation ; faire en sorte que les enfants des plus démunis aient les mêmes droits que ceux des plus nantis.
C’est cela, créer les conditions d’une justice sociale. Mais il y a des questions urgentes qu’il faut régler au plan politique. Nous, nous pensons dans notre projet de société, qu’il faut plus que jamais travailler à ce que le Burkina Faso donne l’exemple que les idées progressistes sont des idées qui ont encore leur pesant d’or.

Mais, il faut reconnaître qu’avant tout cela, on ne peut prospérer que si l’unité prônée par la convention est une unité véritablement combattante dans la sincérité. Que tous ceux qui se battent aujourd’hui pour tenir haut l’étendard du président Thomas Sankara, le fassent en toute sincérité, dans leur conviction, d’apporter leur sacrifice à ce combat qui voudrait que le Burkina Faso soit un pays libre et prospère. Moi, je pense c’est à nous d’abord de donner cet exemple ; c’est à nous d’abord, en tant que premiers responsables, de montrer que nous avons transcendé nos divergences. C’est à nous de démontrer que l’insurrection ne peut être ni trahie, ni être volée. C’est un serment, c’est un engagement que nous avons pris de faire en sorte que les Burkinabè se réconcilient avec eux-mêmes, qu’ils tournent désormais le regard vers l’avenir. Dans ce sens, chaque Burkinabè compte, chaque militant compte.

A vous écouter, l’on peut dire qu’il vous faut encore du temps pour vous unir véritablement entre sankaristes. Or, la présidentielle pour laquelle vous avez été désigné, arrive à grands pas. Avez-vous conscience du risque qu’il y a de vous faire surprendre par cette élection ?

Vous posez là, une question très pertinente. Nous avons déjà perdu trop de temps. Pendant que les autres étaient sur le terrain, nous, nous étions en train de discuter, de palabrer. Mais je crois que pour bien faire, il fallait d’abord régler tout ce qu’il y avait comme difficultés, comme contradictions.

Je pense qu’à partir du moment où nous avons pu dégager de façon sereine, une ligne de conduite en si peu de temps, nous pouvons combler notre retard. Déjà, nous envisageons à partir de maintenant, de couvrir l’ensemble des 45 provinces pour expliquer ce que c’est, que le sankarisme et le renouveau sankariste prôné par la convention. Il faut que nos militants à la base s’approprient les conclusions et résolutions de cette convention. Et nous allons commencer à le faire.

Nous avons aussi pris la décision de diffuser très largement, notre projet de société, notre programme politique ; on va le faire. Donc, ce qui me paraît aussi important de souligner, c’est qu’il faut intégrer dans la dynamique d’une unité d’action, les intérêts des différents groupes, des différents camarades qui vont à la bataille. Nous sommes des acteurs politiques ; et comme je dis, chaque militant compte. Il va falloir trouver un mécanisme pour occuper tous les militants sankaristes aux postes et aux avant-postes de combat. Et c’est une tâche que nous sommes en train de faire. Et quand on va donner le top départ, c’est pour, bien sûr, faire du 11 octobre le jour où nous occuperons désormais Kosyam qui a été libéré pour construire ce pays.

Dans cette course pour la conquête de Kosyam, quels soutiens attendez-vous spécifiquement de Mariam Sankara, l’épouse de votre idole ?

D’abord, mon plus grand souhait vis-à-vis de Mariam Sankara, c’est de relever le défi de ne pas la décevoir du fait qu’elle ait accepté de parrainer la convention que nous avons eue. Cette femme a souffert dans son âme et dans sa peau pendant plus de 27 ans. Elle a déjà connu des déceptions au plan politique. Après l’insurrection, si elle a pris la décision d’apporter son soutien à ce que les sankaristes se retrouvent et qu’elle a été le ciment de cette unité, nous n’avons pas le droit de la trahir. Nous n’avons pas le droit, du fait de nos égoïsmes, de nos mésententes ou de nos calculs mesquins, de la décevoir.

Et je pense que le soutien qu’elle a déjà apporté en faisant en sorte que les sankaristes puissent, au cours d’une convention, avoir un candidat unique pour représenter les mouvements sankaristes à la face du monde, est suffisant. C’est un soutien inestimable de savoir que l’épouse du président Thomas Sankara a donné sa bénédiction à cette convention de laquelle est issu un candidat qui joue le leadership. Un candidat qui doit faire l’unanimité, qui doit faire en sorte qu’aujourd’hui, que vous soyez dans un parti politique ou dans une association, ou libre penseur, tous ceux qui se retrouvent dans la peau du président Sankara, puissent se rassembler. Même ceux qui sont dans d’autres partis politiques.

Cela veut dire que nous avons pour mission de faire l’unanimité devant le peuple. Franchement, je crois que cette bénédiction qui nous a été donnée le 17 mai 2015, devrait nous conduire à la victoire. Le 17 mai n’est pas une date choisie au hasard, c’est une date très symbolique pour la résistance (Thomas Sankara, alors Premier ministre, a été arrêté le 17 mai 1983, ndlr). Pour nous, c’est un engagement pour respecter la mémoire du président Thomas Sankara ; mais respecter aussi ce que la veuve a pu, en résistant plus de 27 ans durant, apporter comme soutien moral, comme réconfort à cette convention.

Comme vous l’avez dit, Mme Sankara a été déçue sur le plan politique du fait des mesquineries des partis politiques dont le vôtre. Sans doute que bien d’autres personnes sont découragées par les mêmes partis. Et vous qui êtes désigné pour parler au nom de tous ces partis, du moins pour la présidentielle d’octobre prochain, quel message avez-vous à l’attention de toutes ces personnes, de sorte à les armer, à les amener à resserrer les rangs pour la conquête de Kosyam ?

Grand soupir (…). Je pense que, pour ceux qui me connaissent, j’ai donné de ma vie pour le combat politique. A la limite, j’ai sacrifié une profession que j’aime très bien. J’ai sacrifié souvent ma famille pour assumer mes convictions de sankariste. J’ai souvent dit que mon nom Sankara n’a rien à voir avec mon engagement politique. Nous venons de loin. Les expériences douloureuses, amères, que nous avons connues, ont souvent découragé certains militants. Mais beaucoup ont résisté. Et ces derniers militent, chacun à sa manière, soit dans des partis politiques, dans des organisations de la société civile, ou autrement.

Je disais à quelqu’un que pour moi, être sankariste aujourd’hui, c’est une façon de vivre. Et je crois que nous avons tous, avec nos insuffisances pour peu qu’on est sankariste, joué notre partition. Parce que, ce sont les sankaristes qui ont été au-devant de la lutte contre Blaise Compaoré depuis le 15 octobre 1987. Et nous sommes parvenus à débarquer tout un régime.

Mais, à ce stade, le message que je peux lancer, c’est de dire, ‘’mettons-nous ensemble, créons les conditions d’une véritable union, d’une véritable unité sans laquelle nous ne pourrons rien contre ce système qui s’est implanté avec le soutien de ce que j’appelle le réseau de la néo-domination’’. Je dis, et je répète, un peuple uni n’est jamais vaincu. Si les Burkinabè comprennent ce message, c’est sûr que dans cette unité, nous allons reconquérir le pouvoir d’Etat pour le peuple qui doit l’exercer, l’assumer dans ses propres intérêts.

C’est un appel à l’unité des sankaristes, un appel à l’unité de ceux qui sont sympathisants, c’est un appel à l’unité de tous ceux qui se reconnaissent dans le peuple burkinabé et qui regardent dans la même direction. Désormais, nous devons dire que nous avons le même destin. Mais notre bonheur, c’est à nous de le construire. Je m’adresse à ceux qui veulent le bien de notre pays, qui veulent que ce pays se mettent debout. Je crois que le Burkina Faso peut être un pays mystérieux. Nous avons les valeurs et les ressources nécessaires pour construire ce pays qui va faire la fierté de toute l’Afrique. L’Afrique nous regarde ; il faut que nous-mêmes, nous regardions d’abord.

C’est un message d’espoir. Je crois, et je pense qu’à partir du 11 octobre prochain, si les Burkinabè comprennent notre engagement et le serment que nous avons fait, euh bien, ils feront en sorte que nous puissions appliquer enfin, un projet de société qui fera la fierté de toute l’Afrique parce qu’on va réhabiliter l’œuvre du président Sankara. C’est une œuvre qui a connu un début, qui s’est estompée, qui a même été détruite à un moment ; mais la pierre angulaire est là, c’est le peuple. Il faut se mette debout et qu’ensemble, on avance.

Voudriez-vous, pour conclure cet entretien, dire en tant que membre du collectif d’avocats de la famille du président Thomas Sankara, un mot sur l’actualité du dossier Sankara qui se trouve dans les arcanes de la justice militaire ?

Oui, c’est un dossier qui est dans les arcanes judiciaires depuis 18 ans. Aujourd’hui, il y a un début de procédure engagée. Pour la première fois, la veuve a enfin eu un juge compétent qui est le juge d’instruction du tribunal militaire. Ce juge l’a entendue pendant près de huit heures sur la plainte qu’elle a déposée en 1997.

C’était un moment émouvant, pathétique. Et il y a d’autres actes majeurs qui sont prévus. Dans peu de temps, on va procéder à l’exhumation des restes du président Sankara et des douze autres. Je crois que c’est un combat que nous avons mené pendant ces 18 dernières années, parce que Mariam Sankara et ses enfants ont décidé que vérité et justice puissent se faire. La famille a eu le soutien de tout le peuple burkinabè et de tous ceux qui ont aimé le président Thomas Sankara.

Après l’insurrection, l’une des revendications de notre société, c’est la justice pour le président Thomas Sankara, pour Norbert Zongo, et bien d’autres. Ce message a été entendu par les autorités de la Transition qui ont décidé de laisser la justice faire son travail dans la liberté, dans l’indépendance ; c’est ça, l’idéal de justice que nous cherchons. Nous souhaitons simplement que la procédure puisse aller jusqu’au bout. On est encore au début de l’instruction, et il y a plusieurs personnes qui sont impliquées.

Mais l’essentiel est que le juge puisse avoir suffisamment de moyens. Et quand je parle de moyens, je veux parler d’abord de la prédisposition mentale du juge dans sa liberté, dans sa conscience, dans son indépendance ; mais aussi, qu’il n’y ait pas de blocage. Avant, nous avons connu avec le régime de Blaise Compaoré, des blocages politiques systématiques. Nous souhaitons qu’avec la levée de ces blocages par la Transition, le juge d’instruction puisse instruire son dossier à charge, à décharge, et qu’on arrive enfin à la manifestation de la vérité.

Pour terminer, je tiens à souligner que l’activité du juge ne concerne pas, contrairement à ce que certains pensent, la famille Sankara seulement ; mais celles des douze autres qui ont péri avec lui. Cela est extrêmement important à relever. Si les autres familles sont concernées, c’est parce que Mariam Sankara et ses enfants ont pris l’initiative de rattraper la prescription. Je pense que ce sont des moments très difficiles, parce que des dossiers de ce type se rapportent à la douleur de familles qui se rappellent constamment ce qui s’est passé un certain 15 octobre 1987, ce jeudi noir.

Entretien réalisé par Fulbert Paré
Lefaso.net

Messages

  • Je ne suis pas sankariste mais vraiment il reconnaitre à maitre sankara son engagement militant au coté du peuple. Il a été dénigré même par les soi disant sankaristes ?Il faut reconnaitre qu’il n’est pas donné à tout le monde d’etre opposant sous Blaise.Maitre Sankara a été endurant et il faut lui rendre justice. Les burkinabè aiment demander aux autres des choses dont eux memes ne sont pas prêts à accomplir le tiers. Courage Maitre le chemin est encore long. Pensez aussi aux alliances pour avancer.

  • Bénéwendé, comme ton prénom donner par ton père le dit ‘’’’’ que tout est avec Dieu’’’’ alors laisse tout a Dieu. Tu l’as bien dit, mettons l’égoïsme et les mesquineries de côté. Vous êtes des Sankariste ou vous ne l’êtes pas ! Car Thom disait au peuple Burkinabé, ‘’’lutter ensemble, défendre un idéal, être prêt à mourir pour un idéal, permet a tous d’être mis sur un pied d’égalité :’’’ J’aurai bien voulu que Mariam Sankara, Valére Somé, Fidéle Toé, Ernest N. Ouédraogo, se réunissent pour vous donner les bonnes leçons du SANKARISME et non des divisions et avec des mesquineries, et en un quart de tour comme disent les responsables d’un parti, vous serez en Octobre prochain à Kossyam. Reunissez-vous avec sincérité en bonne équipe pour soutenir un bon objectif avec des bonnes actions qui vont pour le peuple que mènerait un représentant qui donne tout à Dieu et au peuple qui ’s’appellera un nouveau Benéwendé humble et sans arrogance.

  • La seule vrai alternative, je voterai pour lui a 100%. L espoir est permi avec les sankaristes uniquement et non avec des anciens collabo.

  • Me Sankara est le seul homme politique qui est resté constant dans sa ligne face au regime mafieux de Blaise Compaoré.Si vraiment les Burkinabè veulent un vrai changement ,ils doivent accompagner Me.Tous les autres soit disant politiciens sont ceux là qui ont comploté ,volé, pillé, tripatouillé,bailloné le peuple,...avec le régime déchu.bon vent Me.Dieu est avec le Faso et t’accompagnera à Kosyam au soir du 11Octobre 2015

  • Qu’on le veuille ou pas, maître SANKARA, malgré son jeune âge (comparativement à la faune des dinausores politiques) est l’un des politiciens les plus futés sinon le plus averti. Son look ne plaît peut-être pas mais il connaît suffisamment les rouages de la chose politique. Bon vent à lui sur la route de Kosyam !

  • Peuple Burkinabè, tu ne peut être sauve de dehors !
    Saisissons l’occasion pour ramener THOMAS SANKARA au pouvoir en votant les sankaristes.
    Tout le monde a vu comment le CDP a ruine le pays ; les mêmes du CDP se sont divises pour créer d’autres partis pour pouvoir continuer a nous bafouer.
    En choisissant les sankaristes, on ne votera aucun ancien ou nouveau CDpiste.

  • Je suis entierement d’accord avec toi cher ami, et il faut apporter son soutien a ce monsieur qui malgre les denigrements, les calomnies et diffamations, a su rester egal a lui meme. On peut dire qu’apres l’intrepide Norbert TIENDREBEOGO, le doyen Ernest Nongma OUEDRAOGO, Me SANKARA porte mieux le Sankarisme et le defend tres bien.
    Ceux qui veulent qu’on le leur definisse le Sankarisme, je dirai que tout est dans le mot INTEGRITE. Arreter de voler le peuple, porter haut le flambeau du pays dans tous les domaines et travaillons a assurer aux populations demunies de meilleures conditions de vies, en leur garantissant la sante, l’education, la maitrise de l’eau etc. et surtout elever le niveau de conscience politique du peuple, pour que les hommes et femmes sachent faire la difference entre l’oppression, l’exploitation et le progres

  • Merci pr votre election comme candidat unique Qje Dieu vous donne la force

  • La déstructuration du système mis en place durant 27 ans est la condition sine qua none pour assoir une vraie gouvernance politique, administrative et économique au Burkina Faso. Bravo Maître Sankara pour cette clairvoyance

  • Ce candidat mérite d’être soutenu car il incarne le changement tant réclamé par le peuple.

  • Bon vent à vous ! unis je pense que l’alternative du changement au Faso est possible. Je voudrias aussi que tout celui qui se reclame Sankariste et qui jouera plus tard à saper cette union siot chatié par le peulple sankariste car on en a plus besoin de taupes du genre Nayab, Nana Thibaut...et certains speudo sankaristes de la 25e heure (suivez mon regard). J’oubliais que ya longtemps que le peuple voit clair maintenant ! quand au lion nous lui demandons de revenir à de bons sentiements mais ausi à Me Sankara de le contacter et négocier ! je pense qu’il nous comprendra tout l’enjeu actuemllemnt..

  • je souhaite que cette nouvelle coalition sankariste n’explose pas comme l’obu du chat noir et du célèbre professeur. par conséquent je souhaite que cette fusion fasse un bloc solide contre les éventuelle tentatives de destruction construite par le sang des martyrs des 30 et 31 octobre.(( BENEWENDE ))

  • Voila un candidat intègre. je suis pas sankariste mais cet homme m’a convaincu. a present je voterai pour lui . Parmis tous nos hommes politiques c’est le seul qui est resté constant et qui a des idées. Regardez un peu certains homme politiques qui s’ excitent aujourd’hui pour conquerir le pouvoir, ils ont tous soupé avec Blaise et l’on soutenu dans cette aventure macheavelique pendant 27 ans. QUE CEUX QUI ONT DES OREILLES ENTENDENT QUE CEUX QUI ONT DES YEUX VOIENT. QUAND ON VEUT COUDRE UN HABIT NEUF ON NE MELANGE PAS LE TISSU NEUF A UN VIEUX TISSU

  • Bonjour chers internautes . Une seule question maître : Qu’avez vous fait pendant les 27 ans avec l’idéologie sankariste sur son programme ? Même pas une Ecole primaire en banco, même pas une zone de reboisement en la mémoire de votre leader , même pas un CSPS , meme pas des seances de formation sur votre programme ,même pas une crèche pour les enfants qui sont nés il y a 27 ans . Qui voulez vous hâbler ? AUX élections tes insurgés te voteront , eux et vous qui croyez que la révolution c’est de brûler sa propre assemblée nationale et incendier les domiciles de vos adversaires . Vous serez battus à plate couture

  • Maitre, comme l’a dit quelqu’un "dur dur d’être opposant sous BC", mais vous avez tenu la dragée haute. Cela est est à votre honneur. Restez fidèle a votre ideal. Soyez humble et tenez toujours ce lamgage de verité auquel on vous a toujours identifié. Petit a petit, les Sankaristes avancent et leur nombre va continuer a grossir.

  • Cest lhomme quil nous faut en octobre 2015, croyez moi !

  • Merci chers prédécesseurs, merci à tous et unis nous vaincrons. comme l’on dit certains maitre a tout vu sous le régime compaoré calomnie, médisance tout et certains on cru comme des idiots mais aujourdhui la vérité est en train de venir. et qui parmi tous ces candidats peuvent mieux défendre l’intérêt du peuple que le candidat sankariste ? qu’on me le dise. chez les sankaristes on ne dit pas " on va faire ça pour vous, on va donner ça" non "ensemble voilà ce qu’on va faire" c’est ça la vérité. alors ceux qui veulent vraiment un autre burkina, un changement, un autre modèle de gouvernance, seuls les sankaristes incarnent ce changement. merci à tous chers camarades que Dieu nous bénisse.

  • Ce Mr n’est pas voleur, il n’a donc pas les milliards des anciens collaborateurs de COMPAORE. Il appartient à nous peuple du Burkina Faso de montrer notre burkilim en le portant au pouvoir au soir du 11 octobre 2015. Il ne se reste que pour la destruction du système COMPAORE qui encore là, je voterai pour lui.

  • Belle interview de Maitre Bénéwendé.Moi je pense que la plupart des jeunes épouse l’idéal Sankariste,mais à cause du coup fourré du régime de Blaise à rendre la jeunesse pauvre et ensuite à se servir d’eux en les distribuant de l’argent éphémère a fait que les partis de l’opposition ont eu du mal à se faire une place de choix,surtout les partis Sankaristes.Il est est vraiment temps avec ce moment propice pour les sankaristes de passer à l’action avec des preuves concrètes pour pouvoir récupérer la jeunesse pendant qu’il est temps.
    Pour un Burkina d’avenir il va falloir que les jeunes se démarquent de la politique de l’argent éphémère qui va compromettre leur avenir.Le prophète THOMAS NOËL ISIDORE SANKARA disait :"UNE AIDE QUI NE PEUT VOUS AIDER A VOUS SURPASSER DE L’AIDE N’EST PAS UNE AIDE"

    VIVE LE BURKINA FASO
    VIVE LES SANKARISTES UNIS
    VIVE L’IDÉAL SANKARISTE
    VIVE LA JEUNESSE CONSCIENTE
    LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS

  • Personnellement je respecte Maître SANKARA qui a gardé le cap depuis que le dictateur a pris le pouvoir en 1987. Paix également à l’âme de Norbert TIENDREBEOGO qui a été un vrai patriote. Même si vous ne les aimez pas il faut reconnaître qu’ils ont été des vrais opposants malgré le climat de terreur qui avait été instauré par Blaise Compaoré. Je souhaite beaucoup de courage aux Sankaristes qui n’ont peut être pas les moyens financiers mais ont un vrai projet de société pour le Burkina. Courage aussi au PAREN pour leur projet de société. Le peuple Burkinabé devrait ouvrir bien les yeux et faire un bon choix pour ne pas retomber dans un système qui a pour seule valeur la corruption et la facilité à piller les biens publics.

  • courage le maitre !!! les autres seront decu le soir du 11 octobre. nous, les jeunes qui se reclamons de l’idéal SANKARISTE t’accompagnerons a KOSSIAM le soir du 11 octobre. je lance un appel a tous les jeunes du BF de ne pas se laisser achéter la conscience par ceux la que notre président THOM SANK appéllait des tortues a double carapace, ceux là mème qui ont dinné avec le diable durant 27ans ou 27ans-2 .

  • Internaute 14 (Jokab), votre question n’a pas de sens. Vous demandez à Maitre et aux Sankaristes, combien d’ecoles ou de CSPS ont-ils construit en 27 ans ? Ridicule. Comment peut-on construire des CSPS ou des ecoles quand on passe son temps à jouer à cache-cache avec les tueurs du Conseil pour ne pas mourrir ?. Comment peut on avoir le temps de consruire des ecoles et des CSPS quand on doit venir au secours des veuves et des orphelins du système Compaoré ? Et Dieu seul sait qu’il y’en a eu beaucoup. Comment peut on construire des ecoles et des CSPS quand on doit dejouer toutes les tentatives de division et de sabotage orchestrées par "l’homme fort " de l’epoque ? Comment peut .on construire des ecoles et des CSPS quand on ne gère pas les caisses de l’Etat ? repondez à mes questions.
    Quant à Maitre, bome chance.

  • vous avez notre soutien. La victoire est proche si la volonté se traduit en acte.
    .

  • La perfection n’est pas de ce monde ; quoi qu’on puisse vous reprocher. Vous avez fait preuve de courage sous BC et vous méritez à ce titre notre admiration. Bon vent avec notre soutien !

  • Je voterai ce monsieur le 11 OCTOBRE.Vive le SANKARISME

  • Courage , le chemin est long mais pas impossible de franchir la ligne d’arrivée. Que la grâce du esprit soit notre partage.

  • Internaute 14 (Jokab), votre question n’a pas de sens. Vous demandez à Maitre et aux Sankaristes, combien d’ecoles ou de CSPS ont-ils construit en 27 ans ? Ridicule. Comment peut-on construire des CSPS ou des ecoles quand on passe son temps à jouer à cache-cache avec les tueurs du Conseil pour ne pas mourrir ?. Comment peut on avoir le temps de consruire des ecoles et des CSPS quand on doit venir au secours des veuves et des orphelins du système Compaoré ? Et Dieu seul sait qu’il y’en a eu beaucoup. Comment peut on construire des ecoles et des CSPS quand on doit dejouer toutes les tentatives de division et de sabotage orchestrées par "l’homme fort " de l’epoque ? Comment peut .on construire des ecoles et des CSPS quand on ne gère pas les caisses de l’Etat ? repondez à mes questions.
    Quant à Maitre, bome chance.

  • Maître,
    Si tu fais ressortir les grandes lignes du Discours d’Orientations Politiques (DOP) dans ton projet de société, tu vas faire tabac ! Tu seras classés troisième voire même deuxième au premier tour ; Mais attention !, beaucoup de points du DOP ne nous intéressent plus parce que dépassés. Il faut prendre attache avec SOME, il va relire le discours pour toi.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Hausse du prix du carburant : Le pouvoir du MPP fait payer aux Burkinabè ses propres erreurs de gestion, selon l’opposition
Politique : « Celui qui a remporté la guerre est celui qui détermine les conditions de la paix » (Boubacar Sannou du CDP)
Assemblée nationale : Alassane Bala Sakandé désigné président de l’Union parlementaire africaine
Assemblée nationale : Le Balai citoyen présente son nouveau projet à Bala Sakandé
Politique : L’UPC a « enfin » obtenu son récépissé, « mais la question de fond demeure »
15e édition des Journées de la commune burkinabè (JCB) : Rendez-vous à Kaya du 15 au 17 novembre 2018
Rentrée politique : Le CDP dénonce une gestion « des plus obscures » des gouvernants actuels
Crise à la CENI : Harouna Dicko analyse les « scènes du film »
CDP section USA : Les militants mobilisés pour la reconquête du pouvoir
Commune de Tchériba (Mouhoun) : Des militants du MPP menacent de quitter le parti
Assemblée nationale : Une première conférence sur les grandes questions de la nation
Député Nicolas Koumbaterssour Dah : « Ma retraite politique ne tardera pas »
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés