Surveillance électorale : L’UPC installe ses 45 « commissaires » anti-fraude

dimanche 17 mai 2015 à 23h14min

L’Union pour le progrès et le changement a installé ce 16 mai à Ouagadougou, la commission chargée des consultations électorales. Les 45 commissaires provinciaux qui composent la commission ont reçu mission de veiller à la transparence des scrutins à venir dans leurs localités respectives. « Des policiers » qui, de l’avis des responsables du parti, doivent éviter que « des caïlcédrats ne votent et qu’il n’y ait pas de tuk-guili ».

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Surveillance électorale : L’UPC installe ses 45 « commissaires » anti-fraude

De l’avis du président de l’Union pour le progrès et le changement (UPC), cette initiative est inspirée de « l’expérience douloureuse » du parti lors des dernières élections. Le parti s’était fait volé des voix. Les commissaires provinciaux ont donc mission d’œuvrer pour que le parti ne soit pas volé cette fois. « La fraude fait partie de l’histoire politique et électorale de notre pays, ça ne date pas d’aujourd’hui », a-t-il poursuivi avant d’inviter les 45 commissaires provinciaux à la vigilance et à l’engagement.

« Mettez d’abord des gens qui sont engagés, incorruptibles, difficiles à influencer et à qui on peut faire peur. Mettez des gens qui connaissent les textes et qui sont capables de les interpréter, y compris, de tenir tête parfois même au premier responsable du bureau de vote », a laissé entendre Zéphirin Diabré aux nouveaux commissaires qui doivent à leur tour choisir les répondants locaux du parti dans les bureaux de vote.

Ces policiers du parti ont une triple mission dans leurs provinces a laissé entendre Nathanaël Ouédraogo, directeur national de la campagne électorale.
Former les représentants du parti dans des bureaux de vote. Ces derniers devraient, le jour du vote, depuis l’ouverture des bureaux jusqu’à la fermeture, travailler à garantir la transparence du scrutin.
Ils sont également chargés de récupérer tous les procès-verbaux qui seront transmis au niveau national par un système sécurisé.
Enfin, les 45 commissaires provinciaux chargés des consultations électorales doivent superviser les compilations dans les centres de compilation installés par la Commission électorale nationale indépendante(CENI) dans les communes, afin de centraliser les résultats.

Pour Nathanaël Ouédraogo, les 45 commissaires sont des outils anti-fraude. « Avec ces commissaires, il n’y aura plus de tuk guili, avec ces commissaires, les caïlcédrats ne vont plus voter » a –t-il clamé. Les 45 commissaires sont chapeautés par la direction nationale de campagne de l’UPC.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés