Contrôleurs et inspecteurs de travail : Le SYNACIT, face aux promesses du gouvernement

lundi 11 mai 2015 à 12h45min

Le Syndicat autonome des contrôleurs et inspecteurs du travail (SYNACIT) a tenu une conférence de presse dans la soirée du jeudi 7 mai 2015 à l’Education ouvrière, Ouagadougou, pour informer l’opinion publique sur la suspension de son mot d’ordre de grève, du 4 au 8 mai, suite aux promesses qui ont été faites par le gouvernement à leurs revendications.

Contrôleurs et inspecteurs de travail : Le SYNACIT, face aux promesses du gouvernement

Pour Hamidou Belem, premier responsable du SYANCIT, et ses « camarades », la suspension de la grève (du 4 au 8 mai) dès son premier jour est liée à la rencontre d’échanges que la structure a eue avec le ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale, Pr. Augustin Loada. Cette rencontre, qui a eu lieu le lundi 4 mai, a vu le gouvernement s’engager « pour donner une suite diligente aux différentes revendications ». Trois points s’inscrivent dans la plateforme minimale du syndicat et portent sur l’adoption du texte d’application de l’article 392 du Code du travail portant prestation en nature des inspecteurs et contrôleurs du travail, l’adoption du statut du corps des inspecteurs et contrôleurs du travail et le traitement des dossiers en justice de leurs collègues agressés dans l’exercice de leur fonction.

« Nous avons rencontré le ministre à trois reprises, le premier jour du mot d’ordre de grève, et lors de ces rencontres, il nous a fait part de la disponibilité du gouvernement à trouver des solutions dans les plus brefs délais à nos trois points inscrits dans la plateforme minimale. Dans la soirée, nous avons signé un procès-verbal de rencontre dans lequel nous nous sommes entendus pour que tous les textes d’application du Code de travail soient signés d’ici au 18 mai. Si cela est fait, le problème devrait être résolu », a expliqué Hamidou Belem.

Les deux autres préavis de grève subordonnés au sort des promesses !

Pour le syndicat, les trois points suscités sont une plateforme revue de celle générale pour tenir compte du contexte de transition que travers le pays. C’est pourquoi, les responsables disent-ils ne « demander que l’application des textes » ; les questions pécuniaires pouvant, selon le syndicat, trouver des terrains d’entente. Pour les responsables du syndicat, la suspension du mot d’ordre de grève témoigne de la volonté des agents à aller au dialogue, espérant que les promesses faites par le ministre seront tenues d’ici à la date prévue, c’est-à-dire le 18 mai.

Au-delà des points soulevés, le SYNDICAT a déploré que le ministre Augustin Loada n’ait pas favorisé (avant le 4 mai) une communication entre lui et le syndicat ; ce qui aurait pu éviter certaines situations.

Le syndicat se dit ouvert au dialogue et attendant de voir la suite qui sera donnée aux promesses. Si celles-ci ne sont pas tenues, disent les responsables, le syndicat compte enchaîner avec les deux préavis de grève restants : du 18 au 22 mai 2015 et du 1er au 5 juin 2015.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Messages

  • Félicitations pour l’accord ( priorité au dialogue), c’est très important. La suspension du travail ne nous fait pas évoluer, si on peut accomplir sa mission en dialoguant c’est très important.
    Continuez comment ça. Pour le bien être de notre chère patrie.

  • vraiment vs allez ns laisser respirer,ce n’est pas chez vs seulement que ça ne va pas

  • Au lieu de revendiquer l’amélioration de vos conditions de travail notamment en ce qui concerne le volet pécuniaire, vous passez votre temps à parler de statut particulier. Ce n’est pas trop stratégique ; laissez le suivisme à l’aveuglette, c’est la maladie infantile de la conscience

  • Statut particulier ! Statut particulier ! Le régime de Blaise a commis la plus grosse bêtise en accordant un statut particulier à certains fonctionnaires de l’Etat. Et voilà que tout le monde s’engouffre dedans. Si chaque corps doit avoir un statut particulier, autant supprimer la fonction publique et rendre chaque ministère autonome. Tous les corps ont une particularité et c’est en cela qu’ils sont tous utiles et complémentaires. Quand les transporteurs ont fait leur mouvement de grève on a vite compris leur importance et c’est ainsi pour tous les corps. Que la fonction publique arrête cette anarchie dans le traitement des agents.

  • arrêtez de fatiguer les gens avec vos grèves. pensez vous que c’est chez vous seulement que ça ne va pas. svp attendez le prochain gouvernement pour vos reclammations

  • statut quoi ?demander aux greffiers et aux GSP ils ont eu statut particulier qui ne sera jamais applique,revendiquer des augmentations de salaire c’est mieux.seule la police a eu la chance par raport a ses histoires de statuts particuliers parceque le regime voulait ls utilise pour modifier lart.37.

  • C’est vraiment déplorable que des gens qui ont passé un concours pour le recrutement d’inspecteurs de travail ou contrôleurs de travail de la Fonction Publique Burkinabè, en connaissance parfaite des conditions( salariales surtout) au Burkina Faso aillent s’appuyer sur un texte pris par l’ OIT à Genève ou je ne sais où en Suisse, pour revendiquer un statut particulier ! Si vous n’êtes pas malhonnêtes !!!

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés