Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

lundi 4 mai 2015 à 21h19min

La Commission de l’informatique et des libertés (CIL) a organisé un séminaire de formation au bénéfice des Stagiaires gendarmes du Centre national de qualification des Sous-officiers de la Gendarmerie nationale (CNQSGN). Avec comme thème « Enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée à l’ère du numérique », ce séminaire a regroupé un peu plus de cinq cent (500) gendarmes dans l’enceinte de l’Ecole nationale des enseignants du primaire (ENEP) de Bobo-Dioulasso. L’on présente les données personnelles comme toute information relative à une personne physique identifiée ou qui peut être identifiée, directement ou indirectement, par référence à un numéro d’identification ou à un ou plusieurs éléments qui lui sont propres.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

Les pensionnaires du Centre national de qualification des Sous-officiers de la Gendarmerie nationale (CNQSGN) étaient en séminaire ce vendredi 30 avril 2015. Organisé par la Commission de l’informatique et des libertés (CIL), en collaboration avec la Gendarmerie nationale, ce séminaire avait pour thème « Enjeux de la protection des données personnelles et de la vie privée à l’ère du numérique ». Parmi les communicateurs de ce séminaire, Marguerite Ouédraogo, la Présidente de la CIL a eu à présenter la structure qu’elle dirige. Pour elle, former des gendarmes sur la protection des données personnelles les aidera à se prémunir des cybercriminel, mais aussi, et surtout à traquer les criminels qui du net : « En tant que membres des forces de défenses et de sécurité du Burkina Faso, vous êtes autant concernés par la question car à vos actions quotidiennes viennent s’ajouter la lutte contre ces actes des cybercriminels, actes à l’abri desquels vous n’êtes pas vous-même, étant entendu que vous y êtes aussi exposés ».

Pour sa part, le Lieutenant Aimeric E. K Nanéma, le Commandant du CNQSGN dit avoir apprécié l’initiative de la CIL. En tant qu’auxiliaire de justice, les gendarmes doivent pouvoir cerner les enjeux des nouvelles technologies de l’Information et de la communication selon lui. Pour M. Nanéma, l’on devra travailler à ce que tous les acteurs de la sécurité puissent échanger sur la législation en vigueur et en rapport avec la protection des données personnelles : « Pour faire face à cette nouvelle génération de dangers s’attaquant aux données personnelles et à la vie privée des citoyens face au développement du numérique, il devient de nos jours urgent que l’ensemble des acteurs en charge de la sécurité des citoyens puisse échanger sur le cadre juridique mis en place par les pouvoirs publics pour encadrer les traitements de données personnelles et par là même, la vie privée des citoyens »
Pour mener à bien ce séminaire, quatre communications étaient prévus : « Le traitement des données personnelles dans l’enquête judiciaire ; la force probante de la preuve numérique dans l’enquête judiciaire, quels systèmes de protection pour vos données personnelles ; le cadre juridique et institutionnel de la protection des données personnelles au Burkina Faso ».

Ousséni Bancé
Lefaso.net

Présentation de la CIL
La commission de l’Informatique et des libertés (CIL) est une Autorité administrative indépendante. Créée par la loi N°010-2004/AN du 20 avril 2004 portant protection des données à caractère personnel. La commission est composée d’un collège de neuf (09) membres nommés en conseil des ministres ainsi qu’il suit :
-  1 du pouvoir exécutif
-  2 du pouvoir législatif
-  2 du pouvoir judiciaire
-  2 Au titre des associations nationales œuvrant dans le domaine des Droits Humains
-  2 au titre des associations nationales des professionnels de l’Informatique
La CIL est dirigé par un président nommé par le Chef de l’Etat parmi les membres. Il est secondé par un vice-président élu par ses pairs.

Quelques missions de la CIL

Informer les personnes de leurs droits et obligations en matière de traitement de données à caractère personnel ;
Réguler en veillant au respect des formalités préalable à tout traitement de données à caractère personnel
Contrôler la conformité des traitements aux dispositions de la loi N°010-2004/AN du 20 avril 2004 portant protection des données à caractère personnel ;
Protéger les droits des personnes ;
Anticiper en proposant au gouvernement toutes mesures législatives ou réglementaires de nature à adapter la protection des libertés à l’évolution des TIC.

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mai 2015 à 09:33, par Futur-OPJ
    En réponse à : Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

    J’ai participé à cette formation et ce que nous avons vu a dépassé notre entendement. Un expert en sécurité informatique et en investigations électroniques nous a fait des démonstrations incroyables. Il a choisi des volontaires dans la salle et ils nous a montré qu’un téléphone, un ordinateur n’étaient pas des outils fiables pour la confidentialité des informations. Personnellement je n’ai pas dormi de la nuit, parce que ce qu’il nous a fait voir est indiscutable. Avant de suivre une conférence de la CIL, j’avais entendu des informaticiens parler de ce expert en des termes pas très élogieux. Ce monsieur est un trésor national et plusieurs participants ont même demandé pourquoi il n’avait pas des gardes du corps.
    Mon métier de gendarme recommande de la reteniue, donc je n’en dirais pas plus. Merci à la CIL pour cette formation. Tous les OPJ devrait suivre au moins une fois cette formation. Que Dieu vous bénisse et transmettez mes salutations à votre expert.

    Répondre à ce message

  • Le 5 mai 2015 à 13:49, par futur opjm
    En réponse à : Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

    j’ai également assisté à cette sensibilisation parce que ça en fut une, et tout ce que je peux dire c’est que c’est ahurissant ce que l’on peut faire avec un ordinateur, une connexion et des connaissances poussées. j’ai bcp apprécié.
    vivement que cette commission nous revienne avec une vraie formation avec un programme plus pointu, à même de nous outiller davantage pour réussir nos missions.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mai 2015 à 10:13, par PandorreDeBobo
    En réponse à : Cyber criminalité : La Commission de l’informatique et des libertés sensibilise des gendarmes à Bobo

    L’expert dont vous parlez, c’est Inoussa Sanfo, un ancien inspecteur de Police, devenu expert en investigations électroniques. Tant que vous n’avez pas travaillé avec lui, vous ne pouvez pas comprendre le fond de son métier. Les gens qui disent du mal en général, ce sont des informaticiens jaloux qui se sentent ridicules parce que il passe leur temps à mentir. pour lui là c’est clair, il montre les problème et il propose des solutions. Mais les aigris ne vont jamais changer. Même Monseigneur Paul Ouédraogo qui tente de réconcilier les burkinabe se fait insulter par des idiots sur Internet. D’ailleurs si j’étais sanfo j’allais rechercher les gens et les corriger. Pendant ses formations on voit bien que si il veut retrouver ces gens qui croient qu’ils sont cachés derrière un ordinateur, c’est sûr que çà va lui prendre 15 minutes ! mais mogo là est trop gentil.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés