Salif Diallo, premier vice-président du MPP : « C’est au quart de tour que nous allons remporter les élections, n’en déplaise à ceux qui promettent des centrales nucléaires »

lundi 4 mai 2015 à 00h50min

Communicateur au cours de la première convention des femmes du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) les 1er et 2 mai 2015 à Bobo-Dioulasso, Salif Diallo était encore avec ses militantes au Plateau Yéguéré pour un meeting. Habitué des déclarations choques, l’homme n’a pas dérogé à sa réputation. Ainsi, il n’a pas manqué de « flécher », indirectement, le leader de l’Union pour le changement (UPC) en parlant de « ceux qui promettent le nucléaire ». En plus de Zéphirin Diabré, Salif Diallo s’est adressé aux militants de l’ex majorité qui réfutent la nouvelle loi électorale du Burkina Faso. Toutefois, l’essentiel de sa communication était à l’adresse de ses militantes et des femmes du Burkina Faso. Ce discours fût aussi l’occasion pour le premier vice-président du MPP de lever le voile sur des réalisations que son parti envisage pour les femmes, une fois à Kossyam. Ci-dessous, le discours retranscrit de Salif Diallo.

Salif Diallo, premier vice-président du MPP : « C’est au quart de tour que nous allons remporter les élections, n’en déplaise à ceux qui promettent des centrales nucléaires »

Camarades militantes du MPP,
Je voudrai au nom du bureau exécutif national et au nom du président, le camarade Rock Mark Christian Kaboré vous féliciter, vous féliciter doublement pour la réussite de votre convention, première du genre dans notre parti crée il y’a moins de deux ans.
Femmes du Burkina Faso, militantes du MPP, vous venez de relever notre défi, à savoir celui de l’organisation. Je voudrai en votre nom, à toutes, dire merci au camarade venu du Ghana, du Mali, du Niger et à la camarade vice-présidente de l’International socialiste, madame Chantal Kanbiwa. Je voudrai vous féliciter pour les résultats atteints lors de vos réflexions durant ces deux jours. En effet, vous avez montré que la femme militante du MPP est une femme dynamique, intelligente et patriote.
Oui ! Je le dis, parce que depuis le 27 octobre 2014, nos militantes ont battu le pavé avec les camarades jeunes, avec les anciens, avec le peuple du Burkina Faso pour un changement positif dans notre pays. Au cours de l’insurrection, deux de vos camarades sont restées sur le tapis. Effectivement, au nombre des martyres, on compte la camarade Kambi Mariam et la camarade Joséphine Ouedraogo. Au nom de ces martyres tombés, je voudrai vous demander une minute de silence pour toutes les femmes combattantes du Burkina Faso tombées les armes à la main.
Camarades militantes et militants, les femmes du Burkina Faso, tout au long du parcours historique de notre pays ont prouvé qu’elles étaient aux avant-gardes pour la liberté et pour le progrès dans notre pays. Ici, à Bobo, des femmes se sont toujours organisées pour dire non à l’injustice, non à l’arbitraire, oui au progrès et à la démocratie.
Je voudrai vous dire que le président du parti, le camarade Rock Mark Christian Kabiré fait une confiance totale aux femmes pour que le MPP, au soir du 11 octobre, soit à Kossyam et remporte les législatives. Nous avons une base sociale forte de femmes, c’est pourquoi nous sommes sûrs que c’est au ¼ de tour que nous allons remporter les élections. N’en déplaise à ceux qui inventent des sondages bidon. N’en déplaise à ceux qui promettent des centrales nucléaires à notre pays pendant que nos villages ont besoin d’eau et d’électricité ici et maintenant.
Nous n’allons pas aller à la démagogie, nous sommes pour que nos mères et nos filles puissent avoir accès d’abord à la santé. Que les femmes du Burkina Faso puissent avoir accès au travail. C’est pour cela, je vous disais hier, qu’en milieu rural, le MPP dans son programme prévoit que 50% des terres aménagées par l’Etat reviennent aux femmes. Nous avons dit que dans toutes les 45 provinces du Burkina, nous allons construire des internats et des Centres de formation pour jeunes filles. Nous allons, dans notre programme, mettre en avant la nécessité pour l’Etat à venir, d’appuyer l’entreprenariat féminin à un haut niveau.
Nous pensons que le Burkina se fera avec la femme ou ne se fera pas. Le Burkina nouveau sera adossé à la dynamique féminine. Sans les femmes, il n’y aura pas de démocratie ni de progrès dans ce pays. C’est pourquoi, en voyant votre mobilisation, votre dynamisme, le MPP est sûr qu’il est sur la bonne voie avec les femmes pour transformer le Burkina Faso. La nouvelle révolution démocratique et populaire sera fondée sur la femme.
Nous allons travailler avec la femme pour instaurer la justice sociale, la liberté et le progrès dans ce pays. Car, nous savons que les femmes du Burkina Faso ont toujours représenté les valeurs de dignité, des valeurs de progrès. Elles ont toujours été contre l’arbitraire, contre la corruption, contre le népotisme. C’est pourquoi nous savons que la ligne du MPP avec les femmes est une ligne progressiste, une ligne d’avenir, une ligne pour les enfants, une ligne pour les anciens et une ligne pour l’ensemble de notre peuple en lutte.
Camarades, nous savons que dans nos provinces, nos mamans continuent à souffrir de la misère. Notre programme va s’adresser prioritairement à la femme rurale pour qu’elle ait accès à l’eau potable, pour qu’elle ait accès à une maternité digne de ce nom, pour qu’elle puisse se soigner.
Et nous disons que tous les textes normatifs, rétrogrades, qui mettent la femme dans une ligne d’inégalité face à l’homme seront supprimés dès l’avènement du MPP. Nous allons faire une lecture du code des personnes et de la famille pour mettre ce code en conformité avec notre orientation progressiste, en conformité avec notre programme, en conformité avec nos valeurs démocratiques réclamées par ce peuple pendant l’insurrection des 30 et 31 octobre.
Le Burkina Faso ne doit pas reculer. Les femmes du Burkina Faso doivent être l’avant-garde pour que ce pays soit transformé en pays de paix et en pays de justice sociale. Camarades, il y a des gens qui nous pompent l’air en disant que le code électoral adopté par le CNT est un code électoral qui exclut, qui n’est pas inclusif.
Nous au MPP, nous pensons que le CNT est l’assemblée la plus légitime que notre pays a eu parce que c’est une assemblée qui a été enfantée par la rue, une assemblé enfantée par vos efforts, par notre contribution et par le sang de nos martyres. C’est pourquoi le CNT est légitime. Par conséquent, cette loi votée majoritairement au CNT reflète la volonté générale de notre peuple, qui exprime la lutte de notre peuple et le progrès de notre peuple.
Nous disons à ces messieurs qui ont contribué à assoir la répression sur nos militants les 30 et 31 octobre, qui ont procédé à des matraquages de nos militants ne doivent pas se plaindre. Ils doivent remercier le peuple burkinabè et les femmes burkinabè, notamment pour leurs sens du compromis, pour leurs sens du pardon. Sinon, ils auraient traversé la frontière comme leur patron.
Camarade, la lutte continue. Du 10 au 18 de ce mois (mai), l’enrôlement biométrique va se faire à Bobo, dans la région du Houet. Nous savons d’ores déjà que les femmes du Houet, les femmes des Hauts-Bassins iront ensemble s’enrôler massivement. Parce qu’à Bobo, en politique, la femme a toujours fait la différence. Et nous savons que nos militantes iront s’enrôler massivement pour que le 11 octobre, la victoire du parti, dans cette partie du peuple, soit une victoire éclatante, sans bavure.
Et à partir de là, la femme de Bobo, la femme du Houet devrait compter pour l’éternité dans le développement de notre pays. Et nous devons demander à nos camarades de se mobiliser pour que prochainement, sur la liste électorale, au niveau de la députation, il y est des femmes du Houet. De plus, il faudrait travailler à ce que les femmes contrôlent les mairies du Houet, notamment la mairie centrale. Chercher une femme pour ça, cela dépendra de vous. Mobiliser vous pour qu’une femme dirige Bobo et vous verrez que Bobo sera propre. Bobo sera bien gérée.
Aujourd’hui, des caniveaux sont mal entretenus, les rues sont salles, les enfants n’ont pas d’école. Aujourd’hui, je vous parie qu’une militante du Houet pourrait transformer la ville de Bobo aux profits des hommes et de tout le monde.
Camarade, il vous appartient donc de vous mobiliser. Je le disais hier, les femmes mobilisées aux MPP sont différentes des femmes mobilisées dans d’autres parti pour le djandjoba et pour l’alimentaire. Les femmes du MPP sont des femmes conscientes, militantes, elles aiment leur pays, elles aiment leurs enfants, leurs familles et c’est pourquoi vous êtes aux MPP. Et j’ai fait une confidence à quelqu’un. D’ailleurs, aux Burkina Faso, les femmes intelligentes, dynamiques, patriotes et les belles femmes sont aux MPP.
Celles qui doutent d’elles-mêmes sont dans d’autres partis. Les femmes qui ont peurs de passer devant le miroir sont dans d’autres partis.
Militants et militantes, pour revenir à l’élection à venir, nous avons dit hier qu’il fallait que le Congrès décide de la participation à hauteur de 50% sur les listes. Mais je viens d’écouter votre présidente nationale. Elle a dit un mot. Elle a dit 50% sur les liste et 30 % aux résultats. Nous n’avons pas discuté, le mot résultat n’est pas retenu d’abord. Il faut que vous vous battiez pour qu’au congrès, vous puissiez imposer cela. Camarades militants et militantes, vous savez, le code électoral à venir interdit des gadgets, les pagnes, la distribution d’argent. Dans le passé, la politique dans notre pays se résumait à distribuer des gadgets et de l’argent.
Nous devons rompre avec cette dynamique que je qualifierais de réactionnaire. Nous devons passer sur la base de notre programme, de ce que nous voulons pour notre pays, pour nos femmes et nos enfants. C’est pourquoi, pendant la campagne à venir, je m’adresse aux femmes du Houet, il ne faudrait pas exiger des pagnes. Les pagnes seront absents de cette campagne.
Mais après le 11 octobre, nous allons installer une usine de pagne pour que toutes les femmes aient les pagnes. Après la victoire, nous allons faire une usine pour tisser des pagnes aux femmes, aux jeunes filles. Notre pays, la région de Bobo fait du coton. Il est anormal que dans notre pays, il n’y a pas une usine qui fabrique les pagnes. Cela est une honte nationale.
Nous allons installer ici et maintenant, des usines des pagnes pour que le burkinabè, à travers ces pagnes diffusent sa culture, son savoir-faire. Mais notre problème, c’est que désormais, il faut œuvrer pour que la femme burkinabè ait du travail
C’est dire que nous devrons travailler à ce qu’il ait une évolution notable dans nos familles pour que la femme ne soit pas seulement la ménagère. La femme doit être aux mêmes titres que l’homme, une productrice des biens et des services pour notre pays.
Camarades, je voudrai, une fois de plus vous féliciter pour cette mobilisation exceptionnelle. Je parie qu’aucun autre parti n’ose convoquer une convention des femmes de leur parti et tenir une mobilisation de cette grandeur.
Aujourd’hui, grâce aux femmes, nous sommes les plus grands sur le terrain, nous serons encore les plus grands dans les votes. Camarades militants et militantes, de retour dans vos provinces, traduisez bien, transmettez les messages de votre convention. Car votre convention préfigure le congrès du parti.
Le congrès du parti va investir notre camarade Rock Mark Christian Kaboré pour la présidentielle. Et le congrès va arrêter également le programme du candidat. Cela veut dire que nous allons envoyer bientôt, les projets de programme dans toutes les sections. Vous devrez participer aux débats sur le programme et indiquer vos priorités dans le programme. Car après le 11 octobre, nous n’allons pas attendre. Nous allons immédiatement commencer la mise en œuvre de notre programme pour sortir ce pays de la misère.
Camarades, militantes, transmettez nos salutations à toutes les camarades qui n’ont pas pu faire le déplacement. Dites leurs que le 11 ocobre, comme une seule femme, nous dévons être dans les bureaux de votes à 6 heures du matin. Et je vous parie, que le soir, à 18h30, après la fermeture des bureaux de votes, les gens vont s’évanouir aux Burkina Faso parce que le vote en faveur du MPP sera massif.
…Camarades militantes du BF, je voudrais en votre nom à toutes, remercier encore les camarades venues de l’extérieur et vous donner rendez-vous pour le 11 octobre. Au soir du 11 octobre, le monde entier saura que la femme burkinabè est une femme combattante, intrépide, une femme qui se bat pour la liberté, pour le progrès.
Et nous devons, en plus du combat interne des femmes du Burkina, aider nos sœurs dans d’autres pays ou la liberté, le progrès sont menacés. C’est pourquoi, je demande à l’UNF de continuer à tisser des rapports avec toutes les structures progressistes de femmes dans le monde pour que notre combat soit un et indivisible avec le monde entier.

Propos retranscrits par Ousséni Bancé
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés