SIERO 2015 : L’indépendance et l’efficacité énergétique en discussions

dimanche 26 avril 2015 à 22h55min

Dans le cadre de la quatrième édition du Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables de Ouagadougou (SIERRO), une série de communications ont été données le 24 avril 2015.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
SIERO 2015 : L’indépendance et l’efficacité énergétique en discussions

« Optimisation des coûts de production d’électricité avec les systèmes hybrides » ; « Efficacité énergétique et le développement durable » ; « Le développement d’une architecture adaptée aux énergies renouvelables » ; « La planification d’éco-quartiers pour un meilleur cadre de vie local ». Ce sont là les trois communications qui ont été développées ce 24 avril 2015 à Ouagadougou dans le cadre de la quatrième édition du Salon International de l’Environnement et des Energies Renouvelables de Ouagadougou (SIERO). Ces trois communications ont été animées respectivement par Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, président du comité scientifique du SIERO ; Professeur Oumarou Savadogo de l’Université Polytechnique de Montréal, par l’architecte Alassane Ouédraogo et par Denis Boyer d’Eco-habitations de Montréal. Dr Bachir Ismaël Ouédraogo s’est appesanti dans sa présentation sur la situation de la production énergétique du pays basée à près de 90% sur le DDO importé. La consommation d’électricité demeure aussi en grande partie dépendante de l’extérieure, avec près de 45% de l’énergie consommée importée. Pour le Dr Ouédraogo, la situation énergétique du Burkina n’est pas soutenable et qu’il était plus qu’urgent de trouver des solutions viables au système de production d’électricité. Il s’explique : « L’Etat subventionne notre production énergétique à hauteur d’environ 20 milliards de francs CFA par an ; nous avons une population grimpante, pratiquement 18 millions ; nous avons aussi les changements climatiques qui vont résulter sur un besoin encore plus croissant en matière de climatisation ; et nous allons inévitablement vers un blocus comme on l’a vu avec la grève des transporteurs ». Pour toutes ces raisons, Bachir propose que l’on aille vers l’énergie solaire et que l’on mette en place une industrie locale qui permettra de s’assurer de la qualité des produits solaires, de créer des emplois et de rendre ces produits plus accessibles aux populations.

Efficacité énergétique

Développant sa communication, le Professeur Oumarou Savadogo a abordé l’évolution de la consommation énergétique dans le monde et les différentes sources d’énergie. Ainsi la consommation totale mondiale d’énergie commerciale était de 12 720 millions de tonnes équivalent pétrole en 2010. Cette consommation a doublé en moins de cinquante ans, puisqu’elle était d’environ 6 100 millions de tonne équivalents pétrole (MTEP) en 1973. Les énergies, selon le Pr Savadogo, se catégorisent en 3 classes. Il y a les énergies diluées notamment l’hydroélectricité et l’énergie éolienne. Ensuite, on a les énergies intermédiaires qui sont de nature chimique et électromagnétique. C’est par exemple le pétrole et l’énergie solaire. Enfin, il y a les énergies concentrées dont le nucléaire. Abordant l’efficacité énergétique ou l’efficience énergétique, l’enseignant-chercheur de l’Ecole Polytechnique de Montréal a dit qu’elle désignait l’état de fonctionnement d’un système pour lequel la consommation d’énergie est minimisée pour un service rendu identique. L’intensité énergétique permet de mesurer de l’efficacité énergétique d’une économie. Une intensité énergétique élevée correspond, dit-il, à une économie « gourmande » en énergie pour un niveau de PIB donné. L’intensité énergétique d’un pays dépend, toujours selon le Pr Savadogo, de nombreux facteurs : niveau de vie, climat et niveau technologique. Mais, une amélioration de l’efficacité énergétique n’implique pas forcément une baisse de consommation d’énergie totale ; les pays particulièrement chauds ou froids tendant à avoir une intensité plus élevée que les autres.

A propos de l’énergie nucléaire en Afrique

Au regard des problèmes énergétiques que connaissent nos pays, faut-il essayer la solution nucléaire ? C’est l’une des questions qui ont été posées à Oumarou Savadogo. Voici la réponse du Professeur : « Le nucléaire est une énergie concentrée. Elle est très intéressante, mais il faut faire attention, il faut avoir la culture du nucléaire parce que le nucléaire ne permet pas d’erreur, c’est-à-dire qu’on ne peut pas se rattraper avec le nucléaire quand il y a une erreur. Une centrale nucléaire va faire moins de dégâts qu’une centrale nucléaire quand il y a un incident ». Et d’ajouter : « Si les pays africains prennent la responsabilité de faire une maintenance sans risque, oui ils peuvent aller au nucléaire. Mais, à ce que je vois à travers le monde, je suis un peu septique pour l’instant. Il faut vraiment avoir une culture nucléaire, avec vraiment des compétences qui ne permettent pas de jouer avec la sécurité ». Le conférencier a aussi souligné la nécessité de disposer d’importantes ressources d’eau pour assurer le refroidissement du dispositif énergétique nucléaire qui nécessite des millions de tonnes d’eau. Pour Dr Bachir Ismaël Ouédraogo, le nucléaire n’est pas une solution adaptée à notre contexte caractérisé par de pressants besoins énergétiques. Au lieu d’attendre au moins 12 ans pour disposer d’une centrale nucléaire, vaut mieux, dit-il, expérimenter le solaire.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés