Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

samedi 25 avril 2015 à 14h34min

Le regroupement des militaires radiés suite à la mutinerie de 2011 sortent enfin de l’ombre. Ces hommes et femmes dont l’image avait été souillée jusque-là par les discours de tout acabit, ont demandé pardon aux Burkinabè et espèrent un jour enfiler de nouveau la tenue militaire. C’était au cours de la conférence de presse tenue dans la soirée de ce vendredi 24 avril au centre national de presse Norbert Zongo.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

Depuis 2011, ils tirent par le diable par la queue. Dans le meilleur des cas, ils sont devenus soit des gardiens, des chauffeurs, des gérants de kiosques, des vendeurs d’eau […], et dans le pire des cas, la Faucheuse a eu raison d’eux. Depuis leur radiation et leur interpellation qu’ils ont qualifiée de sélective, la réputation des militaires, des policiers et des gendarmes n’a meilleure mine. Indexés, presque « martyrisés » et assimilés à toutes sortes de vices (braquages, viols et meurtres), ces hommes de tenus tiennent aujourd’hui à rejeter cette étiquette qu’on leur a donnée. Réunis en grand nombre autour de leur porte-parole Hervé Tapsoba au Centre de presse Norbert Zongo (CNP-NZ), ils ont demandé aux autorités de se pencher diligemment sur leur dossier. Mais avant cela, le mea culpa ne s’est pas fait attendre.

Une justice sélective

Radiés et arrêtés sans au préalable être passés par un conseil d’enquête ou de discipline, près de 600 hommes de tenus, sous-officiers et hommes de rang confondus vivent aujourd’hui un calvaire. Certains ont perdu la vie et près d’une centaine aurait perdu tout contact avec leur famille. « Arrachez une femme, de son nouveau-né, vous verrez sa souffrance », telle est l’image que Hervé Tapsoba donne à la situation qu’ils vivent. Et au regard de ce qu’ils ont subi, il arrive à la conclusion suivante « le but, ça n’était pas de nous sanctionner mais de nous mettre hors-jeu ». Cependant, les militaires disent n’en vouloir à personne mais souhaitent que « certaines personnes reconnaissent leur tort ».
Certes les mutineries ont occasionnés beaucoup de pertes matérielles, mais retenons qu’elle a permis aux « non-radiés » de bénéficier d’une augmentation de salaire et de l’allocation de certaines indemnités. Ceux-là, sont-ils solidaires de leurs frères d’armes aujourd’hui à la rue ? Le porte-parole répond par la négative et s’interroge bien sur le motif de l’absence de soutien à leur endroit.

L’espoir est permis

« Après Blaise Compaoré, nous avons espoir et nous croyons à cette transition. Et si le pardon existe comme on l’a fait le 30 mars, je pense qu’on peut aussi nous permettre d’avoir ce pardon-là » lance le porte-parole Hervé Ouédraogo, ex-soldat de première classe en service au groupement central des armées au Camp Guillaume Ouédraogo. Mais pour l’instant, les militaires confient avoir pris contact avec des personnes ressources civiles et militaires tels que l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo. Hors mis ce dernier, le groupe s’est abstenu de donner plus de détails sur les personnes rencontrées. En ce qui concerne l’Etat-major, M. Tapsoba affirme que deux demandes d’audiences y ont été introduites mais sans réponse.
En attendant, rappelons que leur dossier a été déposé sur la table de la commission nationale de réconciliation et des réformes. Monseigneur Paul Ouédraogo a donc du pain sur la planche.

Frasques de Koudbila Tapsoba

Koudbila Tapsoba, 2e classe 2004, était de garde au moment-même des mutineries. C’est du reste ce qu’il nous a confié. Sa petite amie avec qui il avait rompu aurait approché son supérieur hiérarchique pour lui dire qu’elle était enceinte de M. Tapsoba. Pourtant, ce dernier filait le parfait amour avec une autre. En dépit de cette situation, il décide de vendre sa moto pour assurer la paternité de la grossesse. Mais son chef le menace de le renvoyer au village… Aujourd’hui, il est gère un kiosque que son voisin lui aurait cédé gratuitement pour les deux premiers mois. Il n’a plus de famille car son épouse l’a quitté. « C’est dur », nous confia-t-il.

Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 26 avril 2015 à 00:49, par et pourtant
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    mea culpa ? Vs etiez au devant des manifestations et des opposants vous ont recruter pour creer le ko. Vs avez endomager des business et viole des femmes. On ne vs veut pas .

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 06:24, par Progressive
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Cela devrait un jour arrive’ malgre’ les consequences desastreuses liees a vos actions inutilement exagerees. Force est de reconnaitre que vous avez ete tres inconscients au moment des faits et beaucoup de Burkinabe y compris certains de vos superieurs en ont souffert.Il faut plus qu’un mea culpa.Je reste convaincu que vous serez utiles en ces temps annonciateurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 07:53, par Tibiri
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    QUE FAIRE MAINTENANT ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:00
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Quatre ans de chômage ,c’est deja beaucoup.que la transion voient leur cas.si on a pardonné à d’autres pourquoi pas eux.?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:07, par Wiseman
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    C’est dur, au regard de ce que vous avez fait. peut on parler de pardon ? Oui, frere et soeurs Burkinabé, c’est possible de les pardonner. ils nous ont fait trop de tort, mais pardonnons les. que Dieu nous assiste tous !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:18, par eteincelle
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Ils sont des burkinabés qui ont fauté. Certains n’ont pas eu droit aux procédures prévues en la matière. Que la hiérarchie réétudie les dossiers un à un et procède à la réintégration de ceux qui,le mérite. On a déjà vu ça après la révolution ou bien ? A force de tricher avec la loi et les règlements,on sanctionne à tord et voilà nous maintenant gros gens comme devant

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:25, par le roi
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Je passe sous silence les nombreuses fautes qui rende par moment la lecture de l’article ( pourtant court ) très désagréable .
    Je m’inquiète par ailleurs que le centre de presse Norbert Zongo soit apparemment l’endroit le plus accessible pour n’importe qui pour faire sa conférence de presse (n’existe t-il pas de critères d’accessibilité ? ne serait-ce qu’au vue de la renommée de l’illustre disparu ?
    Pour en revenir au sujet , bonnes gens je vous pose les questions suivantes :
    - Que fait -on des nombreux cas de vols et de viols durant les dites mutineries ? des carrières et des jeunes comme vous ont été brisés . Dites vous que peut être vous côtoyez (sans souvent le savoir ) certaines de vos victimes dans vos quartiers et taudis .
    - vous dites :« Arrachez une femme, de son nouveau-né, vous verrez sa souffrance » ; je vus répond : arracher un enfant de sa mère à la suite d’une balle perdue lors de vos mutineries et vous verrez également sa souffrance .
    Pour terminer sachez , chers frères et sœurs mutins que beaucoup de vos compatriotes souffrent énormément de revoir en photos ou en vidéos ( même en peinture !!! ) . Du reste je me pose sincèrement la question à savoir si vous êtes encore physiquement apte à l’emploi ; après quatre années de villégiatures . J’oubliais , comptez-vous revoir vous ex patrons si par ... erreur vous êtes réintégrés ?!!!.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 10:38, par siddata
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Une faute reconnue peut être pardonnée.Je demande aux autorités d’entendre,pardonner et réintégrer leurs enfants.Je pense qu’ils ont tirés grande leçon et ne recommenceront plus.Leur cas servira d’exemple aux autres.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 10:49
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    la reintegration n est pas possible pour des gens intellectuellement malhonnête et insubordonné pour des militaires qui pense que détenir une arme par devers soi est gage de désordre .vous avez atteint le point de non retour il fallait y penser avant .de pardon en pardon on ne s en sortira pas la sanction est tombée allez y cultiver il n y pas que l armée.quand on a une arme que le peuple t a acheter il faut être intelligent et discipline .mais vous ; vous êtes des voleurs,violeurs etc si l armée est juste un moyen de survie pour vous je ne suis pas sur que vous pussiez défendre le pays ;VOUS L A TRAHIREZ A LA PREMIÈRE OCCASION.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 11:29, par kouadio
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    On aurait pu pardonner si vous n’aviez (pas tous cependant) pas montre avec cruaute ce que beaucoup d’entre savaient faire : retourner leurs armes contre le peuple. A l’epoque je vous aurais compris si vous aviez des revendications politiques claires. Etiez vous manipule par des opposants ? Mais ce que je retiens de cette periode c’est le stress que le peuple a subi a travers les vols, destructions, viols, coups de feu nocturnes. regardez ce que vous avec fait dans les commerces, les stations d’essence, les domiciles, ce n ;erait pas bien. L’ex maire de Ouaga, l’actuel ministre de la securite, d’autres superieurs de l’armee ont failli etre executes par vous. Ensuite le pillage de Bobo ressemblait a ete quelque chose de tres grave. Si on peut trier et retenir la bonne graine, on le fera mais on ne pourra pas vous reprendre tous dans l’armee

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 11:50, par sanou hermann
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    vous etes seul responsable de vos actes donc supporter car vous nous avé blessé

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 11:56, par le Sage
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Mea culpa=mea culpa, intégrez les !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 12:15, par Une Burkinabé
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Quel mea culpa ? Vous avez oublié que des gens ont perdu la vie par votre faute alors qu’ils dormaient tranquillement dans leur lits ou des enfants qui jouaient dans la cour de leur maison ou entrain de rentrer chez eux car on a dit "LES MILITAIRES SONT ENTRAIN DE TIRER DONC RENTREZ CHEZ VOUS" !! Vous croyez que nous allons accepter que vous ré-intégriez une armée que vous avez souillé en violant des femmes et filles des gens ? Non. Restez dans le civil gagnez vos vies autrement et simplement. On ne veut plus d’indisciplinés dans notre armée. Votre mentor est parti aussi suivez le en exil.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 12:21, par Konkona
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Chers Compatriotes,
    Il faudra que les Burkinabé comprennent qu’au Burkina Faso, nous n’allons pas accepter que l’on confonde inclusion et impunité, que l’on confonde "pardon" et "faiblesse". Nous sommes tous unanimes que le régime déchu a fait beaucoup de graves erreurs mais nous reconnaissons héroïquement qu’il y a eu de bonnes actions. par exemple, celle qui a conduit à la radiation de ces militaires . Ils ont violé des femmes, voir même des religieuses et aujourd’hui, ils viennent s’asseoir devant un micro pour dire que c’est parce que le régime déchu avait des comportements qui frustraient et d’inégalités. Vous nous prenez pour qui ? Qu’est ce que les femmes que vous avez violé avait à voir dans cette affaire ? Qu’est ce que les religieuses avaient à voir dans cette sale affaire ? Qu’est ce que les citoyens honnêtes qui ont eu leurs biens saccagés avaient à voir dans cette affaire ? A mon avis, vous reprendre aujourd’hui dans l’armée, serait encourager le désordre au Burkina et un jour un groupuscule de malfrats peut se lever et aller violer nos Ministres femmes ou députés, ou même aller violer les commerçantes qui luttent inlassablement non pas pour leur survie mais celle de leurs enfants. Vous avez utilisé les armes du peuple pour torturer le peuple, pour descendre les slips de braves femmes Burkinabé, pour violer des femmes. Savez-vous ce qu’il reste en une femme qui sait qu’elle a été violée ? Vous vous êtes mis à la place de ces femmes ? Comment allez vous agir si vos femmes étaient violés par des individus que vous n’allez jamais connaitre. Ecoutez, foutez nous la paix. Chacun récolte ce qu’il a semé . pourquoi n’êtes vous pas allés violer les femmes de vos chefs du régime déchu qui vous frustraient ? par exemple la femme du Président déchu , du Premier Ministre déchu ou du chef d’Etat Major des armées déchu ? Pardon ne confondez pas la transition à de la merde. Si vous vous êtes sentis lésés, c’est simple, portez plainte où il faut et le droit sera dit. Vive le Capitaine Président Thomas SANKARA. La patrie ou la mort, Nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 12:28, par le maître
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Que faire maintenant ? C’est simple on rouvre une anquete de moralité pour chacun d’eux et on reintegre ceux qui n’ont pas commis de crime audieux.Chacun n’a qu’à dire le role qu’il, a joué. Dites la vérité et vous serez pardonnés.Ceux qui seront reintegrés seront chargés de traquer les grands bandits. C’est une mission à prendre ou à ne pas laisser.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 12:29, par péra
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    La transition combat l’impunité, si vous être contre la décision de justice et si vous avez des preuves de votre innocence attaquer la décision en justice.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:34, par OS
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    A mon humble avis, ces gens la sont a reprendre parce qu’ils ont ete victimes meme s’ils ont peut etre aussi ete coupable. Mais avant de les reprendre il faudrait leur preciser que leur paie prendra effet a partir de leur reprise pour eviter qu’apres leur reintegration ils ne revendiquent un remboursement pour tout leur temps de chomage. Il faut que cela soit clairement accepte et consigne a quelque part d’un commun accord. La sante financiere du pays n’etant pas au beau fixe on a pas interet a avoir des revendications dans notre armee encore. Courage les freres

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:43, par Ka
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Quand on est digne d’une fille ou un fils du pays des hommes intégrés on abstient a tout même si on est délaissé par un criminel notoire comme votre capitaine l’ex président Blaise Compaoré. Je vous donne un exemple, pendant la révolution inachevée de Thomas Sankara, le ministre du travail de l’époque a appliqué la réforme agraire qui excluait tous les vieux fonctionnaires surtout les enseignants de tout bord, mais ces braves ont pris leur dignité et leur patience a cœur, ce qu’on appelle des vrais filles et fils du pays des hommes intègres. Un deuxième exemple est votre ainé Boukari Kaborè dit le lion, un militaire courageux qui a défié le complexe criminel Blaise Compaoré avec honneur et n’a jamais rentré dans le banditisme comme vous. Vous avez commis des atrocités contre votre peuple qui ne se pardonne pas. Tout acte odieux est payable par la justice, et vous toutes et tous qui ont violés, volés et pillés doivent payer vos crimes, car un militaire sans discipline est un criminel en puissance.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:59
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Votre situation est très touchante. Mais voyez vous, il y a des comportements qui ne sont pas compatibles avec la république. Ce que vous avez fait n’est pas une erreur (auquel cas évoquer un pardon aurait eu du sens) mais un crime. Que voulez-vous que l’on dise aux auteurs de crimes économique et de sang si, à votre propos, on évoque un pardon ? pourquoi vous et pas les autres ? Ce serait encourager l’impunité.

    Vous devriez vous réjouir que votre peine n’ait été qu’une simple radiation de l’armée. Vous mettez gravement en péril la vie de la nation (vols, viols, assassinats, destruction de biens privés et publics) et aujourd’hui vous étalez des misères pour justifier une réintégration dans l’armée. Vous êtes vivants alors que vous avez ôté des vies et ruiné d’autres. Après ce crime, vous ne manquez pas de cynisme pour nous faire observer que cela a quand même permis à vos camarades d’avoir des augmentations de salaire !!!

    Je ne terminerai pas sans vous faire remarquer que l’armée n’est pas le lieu pour s’enrichir. Si vos misères ont motivé votre enrôlement, c’est bien la même motivation qui explique votre folie meurtrière de 2011. Si le même mobile devrait justifier votre réintégration, j’ai bien peur que les choses ne se répètent ! NON A L’IMPUNITÉ, NON AU PARDON QUI ENCOURAGE L’IRRESPONSABILITÉ, NON A LA PRIME A LA DÉLINQUANCE !

    Eveline Kiswensida

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 15:43, par Passakziri
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Je pense que nous ne pouvons pas passer sous silence ce problème. C ’est une affaire qu’il faudra tirer un jour au clair. Bien sûr que des actes condamnables et indignes ont été posés par des soldats , mais est-ce que les choses se sont faites dans les règles lors de ces radiations. Ont-ils été radiés sur preuves ? sur dénonciations ? Combien ont-ils été éliminés physiquement lors de l ’attaque du camp de Bobo, etc...?
    Personellement je pense qu’une sanction doit faire école mais ce bon nombre de soldats formés à manier les armes , durablement frustrés ne devraient pas le rester toute leur vie.
    Pourquoi ne pas les les renvoyer à une formation de base d’une année par exemple ou l’accent sera mis sur la déontologie, la morale et l’education civique ? Je pense que c’es ce qui a manqué à nos soldatsn sous tous ces régimes militaires ou l on s est employé à calmer les ardeurs des officiers en les laissant dans l’affairisme tant que le pouvoir central ne constituait pas leur objectif . Bref, je suis sûr que vous pouvez être utiles à toute la nation malgré les bêtises commises en 2011, dont vous n’êtes sûrement pas les seuls responsables mais aussi vos hierarchies d’affairistes politiciens en commencant par le chef suprême des armées d’alors.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 17:05, par sarfalao city boy
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    DESOLE MES FRERE. JE PENSE QUE L’ACTE QUE VOUS AVIEZ POSE A L’EPOQUE ETAIT EXTREMEMENT GRAVE.. VOUS PARDONNÉE ? OUI CAR ON EST FRÈRE MAIS REINTEGRE L’ARMEE EN EST UN AUTRE...

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 19:47, par yesgo
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Temps annonciateurs de milices ou de quels temps s’agit-il ? ils ont joué leurs partitions en 2011 et les 30 et 31 octobre. Vous avez pris vos perdiems, c’est terminé ! quel militaire trouvera de la fierté à vous côtoyer en caserne ? Au mali 500 gendarmes ont commis moins que vous et ils ont été radieux alors que les temps étaient déjà annoncés. En allant à la place de la nation, vous avez commis la faute de trop, car vous ne connaissez pas exactement qu’elle appréciation ont les militaires en activité de toute ces jamborées de la haine. Mais enfin, il n’est pas interdit de rêver./

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 20:57, par LE PRINCE
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    IL EST VRAIMENT SOUHAITABLE QUE LES AUTORITES DE LA TRASITION SE PENCHER DILIGENMENT SUR LEUR DOSSIER SI LE PARDON EXISTE CAR CETTE SANCTION LES A SERVI DE LECON. DIEU A DIT "PARDONNER NOUS LES UNS ET LES AUTRES"
    Que DIEU le tout puissant bénisse le Burkina-Faso . Amen !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 21:20
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    je prie qu’on vous permette de faire les concours de la fonctions.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 21:28, par veridique !!!!
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Vous avez merdé grave. Certains politicien vous ont utilisé pour atteindre leurs buts. concé quence ??? vous etes devenus des ka sociaux pendants que ses derniers se la coule douce dans leurs somptueux villas avec des parcs automobil de grosses cilindrés Beaucoup ont souffert et en soufre toujours à cause de vos actes inconscienment posé. Misère, mendicité, souffrance, imuliation et j’en passe est devenu votre quotidien. les hames faibles se sont laissé emporter par les mauvais vices de la société et ceux qui ont résistés beaucoup ont perdu leurs épouses et mème leurs enfants..... PARDONNER ????? VOUS AVEZ ASSEZ PAYER VOS ACTES A MON AVIS SANS OUBLIER VOS DIVERS FAMILLES INNOCENTES QUI ONT EGALMENT PAYER LE PRIX FORT. QUE SA VOUS SERVE DE LECONS ET QUE SA NE SE REPRODUISE PLUS JAMAIS.... VIVEMENT QUE VOUS REINTEGRE L’ARME.... BON VENT A VOUS ET BEAUCOUP DE COURAGE...... POUR LA RECONCILIATION NATIONAL SOYONS FORT ET PARDONNONS......

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 22:36, par PRUDENCE
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Je me pose beaucoup de questions ; pourquoi c’est maintenant que vous faites votre MEA CULPA ? Est-il sincère ou c’est un chantage ? Reconnaissez que nul part au monde, ce que vous avez fait n’est pardonable. Un militaire ne retourne jamais son arme contre la population qu’il est censé protéger.
    Sincèrement, je pense que ce que vous demandez ne relève pas de la compétence du Gouvernement de transition.
    Attendez, ce Gouvernement va d’abord gérer le grand problème qu’est l’organisation d’élections transparentes et après, on verra votre cas. Vous ne pensez pas que c’est plus sage ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 02:46, par l’Homme
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Il n’y a pas que dans l’armée que vous pouvez servir le Burkina.
    Vous aviez des armes entre les mains. Vous en avez fait un mauvais usage.
    Je propose la mise en place d’un programme d’aide à la reinsertion de ces jeunes
    avec des projets productifs qui seront reappropries par les bénéficiaires.
    SVP, oubliez l’armée.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 06:40
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Non non non et NON !!! Ceux ci n étaient pas contre Blaise. Ils étaient contre le peuple. Ils ont retourné les moyens du peuple contre le peuple. Ils ont souillé notre armée par les viols qui plus est sur des personnes pieuses. C est le pire des crimes. Non ce ne sont pas des militaires. Ce sont des bandits. La nouvelle armée doit être une armée du peuple , et doit commencer par la débarrasser de ces moisissures. Un militaire sans conscience professionnelle et sans patriotisme est un criminel en puissance. Peut être une reconversion et ça encore....mais jamais dans notre armée ! La leçon est bonne et est valable pour tous ceux qui sont toujours à l interieur.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 07:27, par Somlare
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Je crois au pardon, si le fautif est sincère. Cette demande doit être examinée au cas par cas. Il y a ceux qui s’en sont vraiment pris aux populations civiles qui n’avaient. Rien à cirer avec les conflits dans l’armée. Comprenez que pour ceux là leur redonner une arme c’est l’inconscience. Le pardon est possible, la réintégration aussi, mais sous conditions et avec les restrictions. Voilà des gens qu’on peut réintégrer dans le génie militaire, pourquoi pas ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 08:55
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    les militaires et les civils ne sont pas pareils. restez civils vous comprendrez pourquoi on est civil. vous comprendrez ce que c’est que d’être sans arme devant quelqu’un qui est armé et qui viole ta femme devant toi. ceux qui parlent de pardon n’ont rien perdu dans vos histoires sinon ils ne seraient pas aussi naifs. vendeurs de kiosques et autres c’est pas travail ça ? vous oubliez que des burkinabè ont vendu des kiosques et ont pu se créer de quoi manger mais vous les avez détruit en une seule nuit ? qu’allez vous faire de nous si un jour vous avez encore ces mêmes armes ???

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 09:03, par Le Burkina L’intégrité
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Oui pour le mea culpa mais les actes commis ont été d’une telle cruauté qu’on aurait pas cru que ce sont des militaires qui sont chargés de notre protection avec nos armes qui l’on fait. L’inclusion n’est pas le désordre ni même l’impunité ! Combien de fonctionnaire ont été révoqués du fait de comportement non conforme à la déontologie du métier ? Pensez vous qu’on peut se permettre de réintégrer tous ceux qui ont été frappés par des sanctions similaires ? Violer, piller,voler, retourner les armes contre le peuple étaient donc les actes par lesquels il fallait montrer sa désapprobation au vu des frustrations du régime de Blaise dont vous énoncez. Qu’est ce que les commerçants, les religieuses ou les populations avaient à voir dans cette situation ? De grâce, les souvenirs sont encore vivaces et difficiles à supporter ! Vous avez été radiés sans poursuite judiciaire pour nombre d’entre vous, estimez vous donc heureux et ne venez pas nous importuner au moment où nous sommes entrain d’asseoir les bases d’une démocratie véritable dans notre pays. Si vous vous estimez lésé, attaquez donc la décision devant les juridiction compétentes. Mais je ne comprends pas pourquoi vous avez attendus quatre ans pour faire votre mea culpa et pourquoi vous n’avez pas ester en justice depuis votre radiation. Je crois que si l’on commet des actes, il faut les assumer ; c’est dur mais c’est ainsi surtout quand il s’agit de personnes qui en principe sont sensées être discipliné. C’est contre toutes ces situations qu’il ya eu l’insurrection des 30 et 31 octobre. Nous sommes contre l’impunité et souffrez que les gens ne vous acceptent pas au vu de votre passé. C’est ainsi que ça droit être et cela à l’avantage de permettre aux gens de savoir que son passé le suivra et donc tout doit être mis en œuvre pour commettre de bonnes actions !Montez des projets individuels ou collectifs et demandez un appui pour votre réinsertion sociale mais oubliez pour de bon l’armée dont vous n’avez pas été dignes d’incarner les valeurs. Loin de moi un sentiment de haine à votre égard mais je suis simplement épris de justice.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 09:20, par B’K
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Pour une question de sécurité intérieure, et vu la situation actuelle du Burkina Faso (transition, élection en vue, menaces d’instabilité), il serait judicieux de RÉINTÉGRER ces jeunes afin qu’ils ne fasse pas l’affaire des gourous d’hier. A présent, ces ex-milos sont plus utiles en caserne.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 10:58, par Cygne
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Vous auriez dû vous retrouver en prisons avant d’être radier là vous saurez que c’est très grave vos actes. c’est parce que vous êtes dehors que vous avez la grande gueule. on ne veut plus aller cultiver les champs avec vos grandes force de merde.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 11:14, par Sougr-Noma
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Bien, La personne humain ne jamais parfaite. Je loue leur courage et leur détermination. depuis leur radiation aucun ne jamais fait partie d’une bande de braquage et de bandits de grand chemin. Hommage à eux ; ils sont digne et intègre. que l’autorité étudie leur cas et situe les responsabilité pour leur intégration.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 11:37
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Au tant libérer de nos prisons tous ceux qui ont été coupables de viols, détournements, crimes, vols, etc. On peut pardonner mais pas oublier. L’honneur (si vous en avez encore) veut que vous assumiez aussi votre irresponsabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 12:13, par Jeunedame seret
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Tout le monde veut profiter de la Transition !! C’est normal et facile ; il suffit de se confesser. Mais...attention aux derniers convertis de la messe. Sap..sap...ils peuvent être des envoyés de Satan.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 14:07, par TAIRE
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Cher mutins ! Louez DIEU.
    remerciez LE SEIGNEUR d’être encore en vie. Je crois que BC ne voulait pas s’attirer les foudres des grandes puissances et de l’amnysty international sinon vous devriez tous passés sous les armes et c’en était fini.
    Vous avez vu cela où ? la rébellion inutile, insubordination, trahison = peine de mort.
    Vous connaissez mieux que quiconque les lois de l’armée. Vous n’avez pas grandi du tout sinon vous n’alliez solliciter qu’on vous pardonne et qu’on vous réintègre, ce qui veut dire que vous n’avez toujours pas mesurer la portée de vos actes, de l’inconscience toujours, de l’immaturité totale : donc vous voulez qu’on efface tout ce que vous avez fait, comme l’écriture d’une craie sur une ardoise ?
    C4est dur pour vous ? fallait y penser avant aux conséquences.Bon vent.
    La pauvre transition à du pain sur la planche.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 15:03, par BURKIPOKA
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Tout le monde veut profiter de la transition. Ce que vous avez fait à l’époque est très grave. Viols, pillage, violence et que sais-je encore ? Si vous vous chantez léser, estez en justice. Sinon vous intégrer sans jugement, sera une très grosse erreur. C’est encourager l’impunité, l’injustice et tout ce qui est de mauvais.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 16:09, par harm
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    s’il s’agissait d’une faute professionnelle les regles sont connues, en tout dans la fonction publique, c’est le conseil de discipline et le licenciement. là il s’agit de crime commis en bande organisée. Le pardon que vous demandez, allez le demander aux familles des gens que vous avez tué, violé, mutilé ou dévalisé. la sanction n’a pas été à la hauteur puisque vous vivez et vous etes en liberté, remerciez DIEU. si vous valliez quelques choses, vous auriez trouvé du boulot, l’armée n’a pas besoin de poids morts qui en plus est nuisible à l’ordre social.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 16:12, par Timbo
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Pensez un instant, un seul instant que tous ceux qui détenaient les armes (légères, lourdes....) les 30 et 31 octobre 2014 aient décidé comme vous de les utiliser contre le peuple. Dans votre cas le peuple étaient couché tranquillement chez lui et vous n’aviez reçu aucun ordre, malgré cela vous l’avez agressé, ici le peuple était sorti les mains nues et vos collègues avaient reçu des ordres. Imaginez un peu !!!!! moi je n’ose pas.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 16:21, par freddy le loup
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    le pardon est d’abord une fonction nécessaire qui existe sous des formes différentes dans toutes les cultures, un invariant sans lequel il n’est pas de coexistence durable possible. L’obligation de pardonner est aussi fondamentale pour les échanges humains que l’obligation de donner, mais il n’en demeure pas moins qu’elle ne soustrait pas le justiciable de la justice. Ce qui est vachement incompréhensible et inadmissible est le fait que l’argent
    des contribuables a servi à payer la formation, l’équipement et les armes pour des militaires qui les ont retournés contre ces derniers. Comment des hommes dignes et intègres sous le prétexte fallacieux de revendications peuvent ils délibérément piller des magasins (là passe encore) mais violer des femmes, tuer des gens, tirer sur des véhicules, bruler, tabasser des gens sans penser un seul instant qu’ils le payeront chers. Je suis sûr qu’au moment des faits, ils se disaient "on fait et puis y’a rien" ou je m’en fous advienne que pourra" qu’est ce qui a retenu les autres militaires ? pourquoi certains ont refusé de faire ce que vous avez fait ? pensez vous qu’eux n’avaient pas de problèmes ? comment peut on résoudre un problème dans un désordre pareil et en créant un problème encore plus grand ? Nous ne sommes pas contre le pardon mais tous ceux qui se rendus coupable de crime de sang, de viols, de châtiments inhumains et dégradants ne peuvent JAMAIS bénéficier du pardon jusqu’à la fin de leur vie. les autres seront affectés aux travaux d’intérêt général et percevront la moitié de leur salaire initial, le reste sera reversé aux œuvres caritatives ou au trésor. Frères tendons la main mais restons vigilants.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 16:23, par Mousso
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    D’accord avec n°27. Il n’ya pas que l’armée ! Vous vous çetes montrés dangereux avec une arme donc cherchez ailleurs. Au maximum qu’on vous permettre de faire concours et dans d’autres domaines !

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 17:49
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Et pas question. A cause de vous, bcp ont perdu leur employ et outil de travail. Meme si par la suite, le Gvrment a essayer de dédommager certain. Dans mon cas c’est different. Vous avez tirez toute la nuit près du domicile de mon patron expatrier. Sa femme qui venait d’arriver en Afrique pour la premiere fois à été traumatisé avec leur enfant. Elles ont kiter le Burkina avec le premier vol. Par la suite mon patron est parti. J’ai perdu mon employ. Et ça c’est a cause de vous. L’Etat n’est pas au courant et ne peut me dedommager. ON FAIT COMMENT ??? VOUS ALLER GOUTER AUSSI AUX CHOMAGES

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 20:44, par le malin
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    Vous êtes pardonnés. On sait que c’est pas tous les militaires radiés qui ont violé ou volé.

    Répondre à ce message

  • Le 28 avril 2015 à 11:55, par yat
    En réponse à : Situation nationale : les militaires radiés font leur « mea culpa » au peuple et désirent être réintégrés

    le Malin , tu dis que tu sais qui a volé et violé ? Si tu ne donne pas de nom, toi aussi tu es coupable.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés