Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

dimanche 26 avril 2015 à 23h34min

Des partis politiques membres de l’ex-CFOP (chef de file de l’opposition), des organisations de la société civile (OSC) et des forces de défense et de sécurité, réunis sous la dénomination de « forces vives » de la Nation, ont animé un meeting à Ouagadougou. Un meeting dit « d’information et de remobilisation des troupes » pour la défense du code électoral controversé et au-delà, pour le soutien aux autorités de la Transition. C’était ce samedi 25 avril 2015, où les autorités défendues ont-elles-mêmes fait le déplacement.

Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

La place de la Nation à Ouagadougou ‘’rebaptisé’’ à la faveur de l’insurrection populaire ‘’place de la révolution’’, a encore accueilli du monde ce 25 avril 2015. Mais ce ne fut pas de la taille des foules qu’on a vues à l’orée de l’insurrection populaire. Majoritairement des jeunes, certains détenaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire ‘’Inclusion n’est pas impunité’’, ‘’Justice n’est pas exclusion’’, ‘’Défendons le code électoral révisé, voté le 07 avril, et promulgué le 09 avril 2015’’, ‘’On ne veut pas de général brouette’’.

Et dans leur message, les partis politiques ont, par la voix de François W. Ouédraogo, laissé entendre que le « code électoral voté par une écrasante majorité des membres du Conseil national de Transition et promulgué par le Chef de l’Etat, doit être appliqué dans sa lettre comme dans son esprit comme étant la volonté souveraine de notre peuple ». Pour eux, ce code « n’exclut personne ». Du reste, ils ont exprimé leur « soutien indéfectible » aux autorités de la Transition quant à l’application dudit code, et à tous les actes entrant dans le cadre de la bonne marche de cette Transition.

Pour Zéphirin Diabré, président de l’UPC (Union pour le progrès et le changement), le meeting du jour a été voulu pour exprimer « un message de soutien à la Transition, aux institutions de la Transition, aux dirigeants de la Transition, et aux actes qu’ils posent ». Et d’ajouter, « Il était important que les composantes qui ont été à la base de la mise en place de cette Transition, fassent passer aujourd’hui un message clair et net de leur unité, de leur soutien à ladite Transition ».

« Nous sommes tous d’accord que le code est valable »

Quant au président du MPP (Mouvement du peuple pour le progrès) Roch Marc Christian Kaboré – s’associant ses ‘’camarades des forces vives’’ - l’occasion est celle de « marquer notre attachement au nouveau électoral qui a été voté par le CNT (Conseil national de la Transition, ndlr), étant entendu que ce code est derrière nous puisque ceux qui se rebellaient contre ce code estiment aujourd’hui qu’ils ne sont pas concernés ». Et d’ajouter, « A partir de ce moment, il n’y a donc plus de discussion là-dessus ; nous sommes tous d’accord que le code est valable ».

En sus, précise-t-il, « Il est important de remobiliser les troupes ; il ne s’agit pas de dormir sur les lauriers ; beaucoup de travail reste à faire ; le peuple doit rester vigilant pour que nous puissions organiser les élections le 11 octobre ». Dans ce sens, il était, selon lui, nécessaire de tenir le meeting du jour pour exprimer « un message de fraternité, de solidarité, et d’engagement à soutenir la Transition ». Une Transition qui, selon le président du MPP, « a le devoir de poursuivre son travail dans la lutte contre l’impunité ».

« L’inclusion dans l’impunité, jamais ! »

Par la voix du Dr Luc Marius Ibriga, la coordination des OSC actives dans le soutien à la Transition, a relevé que la « situation nationale est marquée par des tentatives de remise en cause des idéaux de l’insurrection d’octobre 2014 ». Et pour contrer ces « tentatives », il importe selon ces OSC, de « faire preuve de vigilance citoyenne, de courage patriotique et de mobilisation sociale pour être digne du sacrifice de nos martyrs ». D’où le meeting du jour, occasion pour ces OSC parties prenantes de l’insurrection populaire, de « rappeler leur attachement à la conduite du processus pour le renouveau de notre pays dans le strict respect des règles et principes de l’Etat de droit », mais aussi de « réaffirmer » leur « soif de changement » et leur « conviction dans la nécessité de réformes en profondeur pour réhabiliter la démocratie burkinabè ». Une démocratie qui bannisse l’impunité, qui promeuve la bonne gouvernance, et dans laquelle « nul ne saurait être au-dessus de la loi ».

Pour ce faire, il faut, selon les OSC, « mener une lutte de tous les instants contre l’impunité, lit de l’incivisme, du népotisme et de la corruption ». Leur conviction à elles, c’est que l’incivisme tant décrié « tire sa sève de l’injustice et de l’impunité ». Déjà, préconise Luc Marius Ibriga, « Sans état d’âme, il faut appliquer le droit, rien que le droit, tout le droit ». Et d’ajouter, « Nous devons rester mobilisés pour sauvegarder les idéaux de l’insurrection d’octobre. Ne nous détrompons pas ! Ceux que le peuple a vaincus useront de tous les moyens pour restaurer leur système vomi. Une vigilance de tous les instants s’impose donc ». Déjà, prévient M. Ibriga, « L’inclusion dans la vérité et la justice, oui ; l’inclusion dans l’impunité, jamais ! »

La victoire appartiendra toujours au peuple burkinabè

Réclamé par la foule, le ministre en charge de la sécurité, Auguste Denise Barry dira, « Peuple du Burkina Faso, vous avez confié une mission aux organes de la Transition, nous allons la mener à bien ». Dans ce sens, précise-t-il, « les jours à venir, nous allons nous exprimer ». En tout état de cause, relève-t-il, « la victoire appartiendra toujours au peuple burkinabè ».

Au rang des autorités de la Transition ayant fait le déplacement de la ‘’place de la révolution’’, le président du CNT, Chériff Sy, et la délégation gouvernementale composée des ministres Frédéric Nikiéma en charge de la Communication, Filiga Michel Sawadogo des enseignements secondaire et supérieur, Nébila Amadou Yaro de l’économie numérique, David Kabré des sports et loisirs, avec à leur tête le ministre Auguste Denise Barry qui dit n’avoir « jamais vu un peuple s’unir et être vaincu ».

Invite à participer massivement à l’enrôlement biométrique

Signalons qu’en plus des présidents Zéphirin Diabré de l’UPC, et de Roch Marc Christian Kaboré du MPP, d’autres présidents de parti dont Me Bénéwendé Stanislas Sankara de l’UNIR/PS, Ablassé Ouédraogo de Le Faso Autrement, Tahirou Barry du PAREN, Vincent T. Dabilgou (député CDP jusqu’aux événements des 30 et 31 octobre 2014) du NTD étaient présents au meeting de ce samedi 25 avril 2015. Et même Mamadou Kabré, le président de PRIT/Lannaya, un des trois députés qui ont opté pour l’abstention à la plénière qui a voté le code électoral, était de la partie. Un code qui, selon lui, non seulement instaure la ploutocratie en imposant aux candidats à l’élection présidentielle une caution de 25 000 000 FCFA et 10 000 FCFA pour les candidats aux municipales, mais aussi ne précise pas la date à partir de laquelle les personnes susceptibles d’être frappées par l’inéligibilité pour soutien à un changement anticonstitutionnel de gouvernement. Ces aspects du code électoral tel qu’adopté le 07 avril n’ont pas connu de modifications dans le sens qu’il aurait voulu, mais il est venu au meeting de soutien audit code.

Notons que l’invite à participer massivement à l’enrôlement biométrique a été lancée au cours du meeting du jour, notamment à l’endroit de ceux qui ne disposent pas encore de carte d’électeur. En rappel, et selon le calendrier établi par la CENI (commission électorale nationale indépendante), l’opération d’enrôlement biométrique se déroulera dans la province du Kadiogo – ainsi que dans les provinces du Houet, du Kouritenga et du Ganzourgou - du 12 au 18 mai prochain.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 25 avril 2015 à 22:13, par soumpougdou En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Vous êtes en train de foncer droit dans un mur en béton. Vous allez subir le même sort que blaise. Que font ces militaires radiés ( voleurs pilleurs violeurs) dans cette affaire.

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2015 à 22:27, par siiniguetba En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Personnellement je ne vois pas l’utilité de ce meeting pour protéger une loi voté. Dans quel pays vous avez vu ca. Ça veut tout simplement dire qu’on a forcé pour voter cette loi sur le code électoral et ce n’est pas bon pour notre démocratie. A cette allure tout sera meeting ou marche pour faire adopter des lois ou décision si on n’y prend garde Certaines personnes veulent rallumer les tensions électoralistes dans notre pays

    Répondre à ce message

  • Le 25 avril 2015 à 22:46, par ks En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    le jeu est connu allons seulement.Mais vous etes pire que blaise.seul les aveugles en politique vous suivrons.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 00:16, par bobolais En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Arretez avec vos phrases et autres mots qui sont vos forces mortes on vient de constaté leur échec c’est ça le peu burkinabe

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 02:11, par Ka En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    A la place de la révolution j’y étais, et je confirme ‘’’c’est dans la rue qu’on peut tout obtenir, car on ne peut pas tuer tout le monde en même temps :’’’ Le peuple Burkinabé a toujours obtenu ce qu’il veut dans la rue depuis 1966 : Bravo a tous les leaders politiques qui ont organisé ce meeting. A présent l’équipe de la transition peut continuer son travail sans inquiétude, car l’alternance politique et économique de notre pays avec les jeunes est sur une bonne voie. Vive l’alternance politique et économique du Burkina avec les jeunes.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 03:47, par zapata En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Soutien total aux autorités de la transition. Que le nouveau code électoral soit applique dans sa lettre et dans son esprit. Ceux qui nous on vole ceux qui nous ont menti ceux qui faisait de Blaise un dieu sur terre devrait avoir la décence morale de s’éclipser. Sils ne veulent pas le faire nous avons le droit mais aussi le devoir de les pousser out. À bas le général judas. Je demande a la transition de sassumer jusquau bout car ils sont lemanation du peuple insurge. Noubliez pas non plus de nous restaurer nos terres que alizetgando nous a retire a yagma a travers sa modite socogib. Pas dimpunite. Victoire au peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 07:05, par YIRMOAGA En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Pour ceux qui contestent le nouveau code, qu’ils manifestent démocratiquement et on verra ? qu lieu que les honnêtes militants qui sont pas mouillés par les effets du tripatouillage soient content, ils suivent naïvement les délinquants du FR ? Sortez et on verra ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 07:20, par Ouvrez l’oeil ! En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Que vient-il y chercher l’homme qui aime "Dabilguer"...Est-ce Simon son mentor qui l’y a convié ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 07:53, par the upright En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Merci à tous pour leur présence. Parlant d’inclusion, M. Mamadou Kabré qui s’était abstenu de voter la loi n’est-il pas venu au meeting ? Notons par cette présence que ceux qui désirent s’inclure peuvent le faire. Il suffit d’adhérer aux idéaux prônés par le Peuple. PEUPLE du Burkina Faso, unissons-nous !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 07:55, par le vigilant En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Ceux la ne doivent pas géré le pays pour longtemps. . Ils sont anti- démocrate. Le pays va mal

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:00, par sinoma En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    cette rencontre a été un échec malgrès les grand moyens une trentaine d’artiste de l’eau à volonté la place de la nation n’a drainé que quelque milliers de personnes preuve que les gens commencent à comprendre le jeu de cette politique politicienne.A Bobo l’échec a été plus cuisant on ne peut pas berner tout un peuple tout le temps

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:04, par Al-mami En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Bravo !pr cette mobilisation.soutien total a la transition.que Dieu benisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:04, par vérité En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    j’étais à la manifestation j’ai constaté deux faits majeures ils ont dit que les autorités coutumières et religieuses étaient présentes ce qui est faux ensuite il ont dit que les forces de défenses et de sécurité ont publié une déclaration qu’ils vont distribuer ça aussi je n’ai rien vu ce n’est que de l’intox

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:11, par RAOGO En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    J’ invite les présidents d’institution de notre pays même s’il est en transition de faire preuve de retenue et d’incarner un tout petit peu leur respectable fonction.J’ai suivi Luc Marius qui encore parlé au nomme des OSC pour déverser sa haine et que dire de notre confrère SY chérif alors la teneur de son intervention faite en mooré est indigne d’une personne de son rang et dire que ce sont des gens pareil qui nous dirrige en revanche j’ai salué la pondération de ministre Barry quant même réclamé par la foule il a gardé son sang froid pour dire des choses sensées

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:43, par Ka En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    A l’internaute Ks ou Karim Ouédraogo, intervenant 3, mettez vos réactions partisanes là ou vous savez, car votre Blaise le peureux a filer comme un rat : Les actions de la transition sont très claires et mérite d’être loué. Que ça soit la rue ou un meeting de ce samedi, ou tous les leaders politiques sont associés, sont des bonnes causes pour la bonne marche de l’alternance politique et économique de notre pays par les jeunes. Je vous réponds ici a tous vos salades dans les forums car on voit que vous agissez en partisan et non ce qui va pour l’alternance politique et économique du pays que nous aimons tous. Depuis 1966 jusqu’à nos jours, la rue a chasser les président prédateurs. Je me rappelle dans une manifestation des élèves dont Blaise Compaoré faisait partie disait que la rue est le lieu sûr pour obtenir ce qu’on veut car on ne peut pas tuer une masse qui réclame un seul but. Vous Ks ou Karim Ouédraogo, vous n’êtes qu’un partisan de la NAFA le CDP bis qui refuse l’alternance politique et économique avec les jeunes. Vous aviez peur de la vérité du peuple et les faits de la transition qui vont mieux pour le peuple et non pour un individu. Votre caméléon Blaise Compaoré a été chassé par la rue. Le peuple Burkina obtient tout ce qu’il veut dans la rue. Enterrez-vous si l’alternance politique et le Burkina qui avance vous fait peur. Souvenez de cela ‘’’’qu’il pleuve ou qu’il neige, rien ne sera plus comme avant.’’’’

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 08:51, par rokia En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Internaute 10 , bien parlé. J aime les chiffre. Il y avait combien de personnes à c meeting ?
    Ibriga Barry, Sy attention ! Vous foncez droit au mur

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:01, par eteincelle En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Ah oui internaute N°10 le pays va mal hein ? Depuis quand ce pays s’est bien porté ? Quand on assassinait le seul professeur dans sa discipline Oumarou Clément Ouedraogo en pleine rue de Ouaga ? Ou bien quand on assassinait Norbert Zongo à quelques encablures de Ouaga ? OU bien quand toute l’économie dormait dans les bras de la belle mère nationale ? Vous avez intérêt à vous réveiller,le peuple a muri ;vos sornettes c’est pour les sourds et les muets encore mêmes ne pourront plus les avaler. Les carottes sont cuites pour vous.Vive le peuple insurgé.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:09, par job En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Question : Comment les leaders et les militants du MPP se sentent chaque fois que dans ce genre de meeting on dénonce 27 ans de dictature ? 27 ans de crimes économiques et de sang ? Est-ce le bilan qu’ils font eux-mêmes de ces 27 ans au cours desquels ils étaient les fidèles compagnons de Blaise ? RSS et Cie n’ont débarqué du navire qu’en janvier 2014 et pas a cause à l’article 37 si l’on se réfère aux raisons qu’ils ont avancées dans la presse. Ils l’ont dit, c’est par ce qu’ils se sentaient écartés, délaissés ! Quand la transition dénonce les 27 ans de dictature, de crimes de sang et de crimes économiques, le MPP doit se sentir morveux et se moucher à moins que se soit un parti au nez bouché. Dabilgou du NTD doit savoir qu’il est sous le coup de l’article 135 du nouveau code. Il ne peut pas se présenter aux prochaines élections pour avoir activement soutenu la modification de l’article 37 ! S’il soutient la transition, qu’il aille donc convaincre tous ses anciens camarades du CDP, députés et ministres, qu’ils doivent se faire une raison et ne pas se présenter aux prochaines élections en prenant exemple sur son cas lui qui, malgré cela soutient stoïquement la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:18, par oran En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Belle et bonne initiative. La lutte continue. La transition doit etre soutenue car étant le bébé de l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 09:37, par kouadio En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    On obtient tout dans la rue, dis en substance l’un des internautes. On perdra tout aussi dans cette meme rue. Si le Burkina nouveau que nous voulons doit se décider dans la rue, on sera bientôt les derniers et la risée des autres autour de nous. Soyons honnêtes pour reconnaitre qu’il sera difficile pour nous de repartir de si bon pied sur les plans économique, social. Ceux qui s’égosillent et qui parlent au nom du peuple, ou ont -ils eu leur magot et comment ? Les soi-disant OSC qui roulent sur des billets craquants, ou ont-ils eu subitement ces moyens ? Nous disons seulement qu’il faut arrêter d’instrumentaliser ce peuple, de lui mentir, en arretant de clamer qu’on travaille pour lui. On vous

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 10:22, par soumpougdou En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Une militante la NAFA est décédée des suites de blessures lors de la manifestation à BObo.j’attends vos réactions.....

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 10:50, par Ka En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Kouadio intervenant 20, sache que c’est dans la rue que le peuple va retirer le denier public volé par les charognards dont tu parles. C’est Blaise Compaoré qui était notre leader dans une manifestation d’élèves qui nous disait de persévérer car c’est dans la rue qu’on peut obtenir des dirigeants ce qu’on veut, car ils ne peuvent pas nous tués tous. Depuis 1966 le peuple Burkinabé s’est exprimer dans la rue pour chasser tous les prédateurs présidents. Ne doute pas de la puissance du peuple Burkinabé mûri par l’injustice de ‘l’impunité et de la corruption a ciel ouvert durant 27 ans, que ça soit décidé dans les bureaux climatisés ou dans les rue, le peuple décidera de la même chose pour son droit et de ce qui est mieux pour lui et son avenir dans un Burkina qui avance. Quand a ceux qui ont volé le denier public et qui se cachent derrière le CNT ou les partis politique pour tromper le peuple mûri, sache qu’ils seront débusqués par le même peuple dont 99% n’ont pas un repas par jour, et c’est déjà commencé par les déclarations des biens. Ka farouche partisan de l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 12:15, par bobolais En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Qui sont vos forces mortes ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 13:11 En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Arrêtez ce cinema POINT. !!!. cette manif est la preuve que cette loi n’est legitime. Oui, si tel est vrai qu’elle est la volonté du peuple, combien de ce peuple était present ?

    UN BON CONSEIL , Messieurs les tenants de cette transition qui tire vers sa fin. C’est le moment crucial pour la CNT doit jouer son role de "connecteur-democratique " en appliquant 3 principes fondamentaux :
    1. Se plier a l’ impératif de sa mise a distance des positions partisans et des interets particuliers ( cad, acquérir la légitimité d’impartialité)
    2. Prendre en compte les expressions pluriel du bien commun ( cada, avoir une attitude reflexive)
    3. Reconnaittre et la considerer toutes les singularités que composent les sensibilités socio-politiques de notre pays afin de permettre l’expression réelle des libertes civiques ( cad , se comporter en une légitimité de proximité).
    Alors si la CNT veut une sortie honorable, la maturité d’un individu, d’un peuple c’est surtout reconnaitre son erreur et rétablir la chose juste si non, nous revenons au meme entêtement de Blaise qui l’a fait partir malgré lui e dont il s’en mord les doigts.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 13:36, par Ouandaogo Ibrahim En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Je voulais tout simplement demander à ce qu’on arrête cette comédie, qu’on dit organiser un meeting pour soutenir une loi controversée, c’est être pire que le diable,le Burkina appartient à tous les burkinabè, ce n’est pas une propriété privé des dirigeants de la transition, ni du mpp ou aux soit disant force vive de la nation ; quand des soit disant intellectuels jouent ce jeu ,c’est grave ;cela me rappelle le général Guei Robert en Cote-d’ivoire, lors de sa révision constitutionnelle avec le débat sur "le et" et "le ou "qui a exclu en son temps Ouattara et Bedié, on connait la suite,Les dirigeants de la transition ont un devoir de morale, je conseille au gouvernement de transition de quitter ce jeu sale, pour sauver le Burkina,il est en train de nous conduire dans une crise qui peut être sanglant, le sang risque de verser, c’est claire,pour ce qui suivent l’actualité depuis une décennie, il y’a plein d’exemple à donner, il faut être sérieux et arrêter cette méchanceté, conduire en âme et conscience un pays qu’on dit aimer à l’abime,ce n’est pas sérieux ; il faut laisser tout ceux qui désirent se présenter se présenter aux élections ; le peuple seul décidera,la transition n’est pas en train de jouer la tache pour laquelle elle est assignée, c’est de l’escroquerie morale,de la part de nos dirigeant de transition, quand aux politiques de l’ex-opposition, on peut les comprendre, ils souhaite compétire avec des faibles,donc ils ne veulent pas ni le CDP, ni la Nafa,ce de bonne guerre ; maintenant le gouvernement de la transition quel est ton intérêt dans ça que bruler le pays :Dommage, c’est vrai que Dieu a quitté l’Afrique, il a plutôt quitté nos dirigeants de la transition.Si le Burkina brule,par votre faute, apprêtez vous à assumer. merci !

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:14, par le citoyen En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    restez la à bavarder au nom du peuple quand il va se réveiller il vous balayera tous vous êtes tous des vampirs des gens qui ont profité jusqu’à la moelle pendant 26 ans du pouvoir de Blaise qui veulent donner des leçons de bonne gouvernance économique et politique aux autres ce monde est vraiment faux faux faux faux et il se trouve que beaucoup de naîfs les croient.Comme qui a dit un homme politique français le problème c’est pas que les hommes politique ne croient pas ce en ce qu’ils disent mais c’est que les gens y croient

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:35 En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Personne ne commettra la betise de reintegrer ces militaires radies en 2011. Personne. Le traumatisme qu’ils ont cause a la nation ne peut etre oublie.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 14:41, par traore salamata En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Bande d’assasin vous avez tuer ma soeur avec votre polique haineuse.Dieu seul soulagera nos coeurs.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 15:40, par Jonhson En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Vive la transition. Vive le nouveau code électoral et que Dieu benisse le Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 15:46, par won En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Que viennent chercher les militaires radiés en 2011 dans ce meeting !!!???? Leur soutien apporté quoi à la Transition. Ont - ils déjà oublié leur comportement, la terreur qu’ils semée au sein de la population ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 17:50, par wendinmi En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Quoi qu’il en soit, tant que le maire Saidou ZAGRE de Koudougou ne sera pas arrêté pour malversation de parcelles, je ne croirai plus à la Transition et à sa justice. Le dossier a déjà passé devant un conseil des ministres et avait débouché sur une destitution avec poursuites judiciaires. Même Roch avait bénéficié des parcelles querellées. Est-ce pour cela qu’il est devenu subitement intouchable ?
    Si toutes ces affaires avérées ne sont pas enrôlées, s’en est fini de la Transition. Pitié pour mon pays ! Même l’armée réclamait hier la neutralité est devenue partisane. Elle marche même un pouvoir, fut-il transitoire. On est où là ? Où va-t-on ?

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 20:07, par adjira En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Eh les gars, c’est un échec ce meeting. Vous croyiez qu’on va sortir en fin octobre. ??!? Non non vois mélangez les choses. Pour nous Blaise es parti et c’est fini.
    parmis vous a la place de la nation il y’a des criminels comme ceux du mpp et les violeurs, pilleur voleur de mutins.
    Ca ça n’a rien a voir avec notre lutte pour le départ de Blaise. Mais continuez....

    Répondre à ce message

  • Le 26 avril 2015 à 20:09, par ks En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Ka c’es Ks.C’ est mon point de vue je ne suis pas des jeunes qui passent leur temps a suivre des politiciens pour gagner leur pain.Je gagne mon pain honnetement avec mes dix doigts mon chere quant a toi continue de pihaller Tu ne peuX meme pas mettre un bon projet de devellopement en place, C’EST CE QUE LA POPULATION RECHERCHE AUJOURD’HUI ET NON DES HISTOIRES GEOGRAPHIES merci

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 04:39, par Ka En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Kouadio, sache que c’est dans la rue que le peuple va retirer le denier public volé par les charognards dont tu parles. C’est Blaise Compaoré qui était notre leader dans une manifestation d’élèves qui nous disait de persévérer car c’est dans la rue qu’on peut obtenir des dirigeants ce qu’on veut, car ils ne peuvent pas nous tués tous. Et depuis 1966 le peuple Burkinabé s’est exprimer dans la rue pour chasser tous les prédateurs présidents. Ne doute pas de la puissance du peuple Burkinabé mûri par l’injustice de ‘l’impunité et de la corruption a ciel ouvert durant 27 ans, que ça soit décidé dans les bureaux climatisés ou dans les rue, le peuple décidera de la même chose pour son droit et de ce qui est mieux pour lui et son avenir dans un Burkina qui avance. Quand a ceux qui ont volé le denier public et qui se cachent derrière le CNT ou les partis politique pour tromper le peuple mûri, sache qu’ils seront débusqués par le même peuple dont 99% n’ont pas un repas par jour, et c’est déjà commencé par les déclarations des biens. Ka farouche partisan de l’alternance politique et économique du Burkina avec sa jeunesse.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 06:58, par Le revoluttionnaire En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Les apprentis politiciens et OSC/politico- civile voici le B . A .B . A .Politique
    Elections du 11 octobre 2015 au Burkina Faso : Six pièges politiques à éviter

    Elections du 11 octobre 2015 au Burkina Faso : Six pièges politiques à éviter
    Le nouveau code électoral burkinabè promulgué le 10 avril 2015 en vue des législatives et présidentielles du 11 octobre 2015, est ambigu sur le sort des proches de Blaise Compaoré, chassé du pouvoir par révolution populaire le 31 novembre 2014. Il s’agit de certains militaires et magistrats, et de l’ex-majorité présidentielle accusés d’avoir « soutenu un changement inconstitutionnel portant atteinte au principe de l’alternance démocratique ». Une polémique importante est déclenchée autour de cette décision et il convient de savoir de quoi il est question et quels pièges politiques il faudrait éviter.

    Primo, une élection démocratique est inclusive. Elle est respectueuse de la liberté d’opinion des candidats qu’elle soit majoritaire ou minoritaire. Sans opposition majeure, celle du Burkina rappellerait les pratiques de l’époque du parti unique tant décriées par la révolution. En l’état, les partis politiques membres de l’ex-majorité présidentielle ont annoncé la suspension de leur participation au CNT ainsi qu’à la Commission nationale de réconciliation et des réformes « jusqu’au respect total de la constitution ». Une autre question de constitution ? Il convient pour les autorités de transition de montrer en quoi leur texte est respectueux des libertés individuelles sans relents d’oppression et de répression. L’exclusion, si c’est le cas, ferait le lit d’une contre-révolution alors que le but d’une transition est de baisser les tensions sociales et de trouver un mécanisme d’intégration de tous dans un processus de réconciliation nationale.

    Secundo, une élection démocratique est libre. En clair, elle doit être ouverte à tous les citoyens jouissant de leurs droits civiques et politiques, sauf en cas de décision de justice défavorable. Aussi, l’autorité publique ou militaire ne doit pas être utilisée contre les adversaires politiques dans leurs statuts d’électeurs ou de candidats. Les pro-Compaoré dont Djibrill Bassolé, ancien ministre des affaires étrangères et principal challenger, regrettent le changement des règles du jeu avant la compétition en violation de la constitution et des instruments internationaux dont ceux de la CDEAO et de l’Union Africaine. L’engagement politique des Burkinabè en ce moment devrait être moins la conservation du pouvoir que la normalisation de la vie politique en vue de l’amélioration effective des conditions de vie des citoyens.

    Tertio, une élection démocratique est équitable. Les moyens de l’État ne doivent pas servir la cause d’un candidat. Aussi, la justice ne doit pas être utilisée comme une épée de Domaclès au-dessus de la tête des adversaires politiques. En l’état, l’ex-majorité présidentielle se plaint de l’existence d’une justice des vainqueurs qui vise à restreindre ses droits civiques et politiques. Il convient donc pour les autorités de transition de faire en sorte que les interpellations des personnalités politiques en cours et la promulgation du nouveau code électoral ne finissent pas par fausser le jeu politique. Il leur revient surtout de montrer qu’elles prennent le chemin de la construction d’une société plus juste et équitable dans laquelle tous les citoyens seraient désormais égaux devant la loi.

    Quarto, les élections démocratiques sont indépendantes et reposent sur le principe de la séparation du pouvoir entre exécutif, législatif et judiciaire. Au Burkina, la polémique fait état de ce que le problème politique (haute trahison) que la nouvelle loi électorale prétend résoudre ne fait suite à aucune décision de justice portant condamnation de « ceux qui ont soutenu l’article 37 ». Il revient aux autorités de transition de donner des garanties de neutralité et de la volonté de ne pas contrôler l’issue des votes. Il leur revient surtout de faire en sorte que les actions en cours ne deviennent pas une opération de positionnement, de blanchiment, de vengeance ou de règlement de comptes.

    Quinto, les élections démocratiques sont transparentes. Les règles du jeu sont claires et connues de tous. En l’état, il est difficile de savoir avec exactitude qui tombe sous le coup de la nouvelle loi électorale au Burkina Faso. Il revient aux Burkinabè de ne pas céder au populisme identitaire qui, dans une démarche de totalisation hégémonique (le Eux contre le Nous), catégorise l’adversaire politique (Eux qui ont soutenu la modification de l’article 37) comme seul responsable de tous les maux du pays. En vue de garder l’esprit de la révolution populaire de novembre 2014, il convient de montrer une image d’assainissement de la morale publique plutôt que celle de la chasse aux sorcières ou de la recherche des bouc-émissaires.

    Sexto, les élections démocratiques sont pacifiques. Elles ne conduisent pas au pogrom. Au risque de conduire à de nouvelles fractures sociales, il faudrait éviter au Burkina une récupération opportuniste de certains partis politiques avides de pouvoir et l’ingérence extérieure d’autres prédateurs tapis dans l’ombre ; car, à chaque fois que les règles ne sont pas claires, les intérêts divergents s’affrontent au grand dam des populations lésées. Aussi, il faudrait craindre qu’en cas de récupération politicienne, la discrimination (positive) de « ceux qui ont déjà été au pouvoir » conduise par effet boule de neige aux répressions des replis identitaires et donc, aux prétextes pour l’épuration des Mossis, ethnie de Compaoré, majoritaire dans l’ancien pouvoir.

    En somme, les Burkinabè doivent éviter de s’inscrire dans la logique françafricaine qui organise des jeux de chaise musicale au pouvoir alors que le peuple veut une société plus juste et équitable. Pour ce faire, le nouveau code électoral ne doit pas être un outil d’exclusion politique car, il est arrivé dans l’histoire politique qu’un repenti soit plus utile qu’un messie. L’exclusion radicale serait en décalage avec les mutations actuelles dans la société africaine où la démocratie électoraliste perd sa légitimité au regard de son incapacité à apporter des solutions concrètes à la lutte contre la pauvreté. Il faudrait surtout encourager la concurrence et la compétitivité en vue d’augmenter la production et les bénéfices pour les citoyens. Comme le signifiait James Freeman Clarke, il faut penser moins aux prochaines élections qu’à la prochaine génération. À méditer.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 08:48, par ACHILLE DE TAPSOBA En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Merci aux participants à ce meeting du 25 Avril 2015. Soyez bénis au NOM du SEIGNEUR.
    Nous défendrons la transition et les échéances électorales à venir contre les groupuscules mal intentionnés pour saboter LA BELLE VICTOIRE DU BRAVE PEUPLE.

    DIEU AIME LE BURKINA IL N’Y AURA DE CHAOS APRÈS les hommes indispensables

    A NOS MARTYRS QU’ILS SE REPOSENT EN PAIX. QUE JUSTICE LEUR SOIT RENDUE RAPIDEMENT.

    JUSTICE POUR NORBERT ZONGO
    JUSTICE POUR THOMAS SANKARA
    JUSTICE POUR SALIFOU NEBIE
    JUSTICE POUR DAVID OUEDRAOGO

    VICTOIRE TOUJOURS AU BRAVE PEUPLE
    VIVE LA DÉMOCRATIE AU FASO
    VIVE LE BRAVE PEUPLE BURKINABÉ

    QUE LE SEIGNEUR BÉNISSE LE BURKINA QUE NOUS AIMONS TOUS.AMEN
    PAIX ET SUCCÈS A TOUS LES BURKINABÉS. AMEN

    ACHILLE TAPSOBA
    Partisan inconditionnel de l’Alternance

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 10:58, par Le Saint En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    En vérité en vérité je vous le dit , La jeunesse réelle du Burkina c’est à dire non embrigadé par le politique aspirant à un avenir plus rassurant qui à répondue présent le 30 et 31 Oct 2014 pour la défense de la patrie et de l’expression pluriel de la démocratie ne se retrouvent pas à travers aucun dirigent actuel tant du CDP,ADF/RDA ,NAFA,UPC,MPP et sankaraiste à la solde .

    Une pensée vraie à méditer pour qui le veut .

    Le saint Prophète

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 11:02, par guimbo En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    donc vous avez compris que le pays va mal ainsi vous revenez à la place de la nation. continuez vous dirigerez comme cela jusqu’à là fin de votre mandat . aucune de vos décisions ne sera populaire si vous continuer à diviser les burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 27 avril 2015 à 11:34, par Nacanabo En réponse à : Soutien à la Transition : Les « Forces vives » mobilisent « leurs troupes » à Ouaga

    Peule du Burkina Faso, pays des hommes intègre, en l’espace de quelques mois dans sa nouvelle pensée générationnelle, fait déjà honneur à tous les pays du monde avancé en démocratie réelle à travers son gouvernement de transition ! Comme un seul homme, les vrai patriotes soutiendrons le CNT jusqu’à sa destination finale ! Merci pour ce meeting du 25 Avril 2015 qui vient encore confirmer notre respect, notre amour, notre détermination à soutenir le CNT ! VIVE LE BURKINA FASO , LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS ! A BAS LES MALHONNÊTES !!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés