Institut africain de santé publique : A la découverte de l’Organisation ouest-africaine de la santé

jeudi 23 avril 2015 à 22h46min

Présenter les organisations de santé publiques aux étudiants. C’est l’un des objectifs que s’est fixé l’Institut africain de santé publique (IASP), sis à l’Université Saint Thomas D’Aquin à Ouagadougou. Mercredi 22 avril, la présentation de l’Organisation ouest-africaine de santé (OOAS) était au menu au profit d’une quarantaine d’étudiants. L’historique, les missions, la vision… sont entres autres les grandes lignes qui ont été présentées à ces professionnels de la santé publique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Institut africain de santé publique : A la découverte de l’Organisation ouest-africaine de la santé

« Cette conférence thématique vient à point nommé parce qu’en tant qu’acteur de la santé, nous entendons très souvent parler de l’OOAS, mais nous ne savons pas ce qu’ils font exactement. Ils ont certes un site web, mais il est toujours bon d’avoir un répondant en face de nous afin de pouvoir poser des questions pratiques. Surtout que nous allons retourner sur le terrain pour mener à bien les questions de santé publique ». Tels sont les propos de Dr Jedida Tamini/Sempore, étudiante en master II en santé publique – option nutrition -. Comme elle, l’ensemble des étudiants de l’Institut africain de santé publique ont apprécié la démarche de leur école dans la prise de contact avec les organisations de santé publique.
Réunis dans une des salles de l’Université Saint Thomas d’Aquin, ils ont suivi avec intérêt la présentation de l’Organisation ouest-africaine de la santé (OOAS). Une présentation livrée par Salifou Zouma, directeur de développement et de la planification à l’OOAS. Avec lui, les étudiants de l’IASP ont eu une idée sur la création de l’organisation en 1984. Institution chargée de la santé au niveau de la CEDEOA, M. Zouma s’est longuement attardé sur son historique, ses missions, sa vision, ses fondements juridiques et les différents organes qui la composent. On apprend avec lui que l’OOAS, compte de nos jours, un personnel de 85 travailleurs des différents pays membres de la CEDEAO. Une brève présentation qui a suscité assez d’interrogations auprès des étudiants, notamment, sur la visibilité de l’organisation, ses rapports avec l’Organisation mondiale de la santé (OMS), son apport contributif à la promotion de la santé, etc. Des questions que l’expert de l’OOAS n’a pas manqué d’apporter des réponses satisfaisantes. Pour Dr Semporé, il était important de connaitre cette organisation. L’assistance aura ainsi confié d’avoir retenu beaucoup de choses en ce qui concerne, surtout les politiques de santé, les orientations techniques que proposent ces organisations. « J’ai compris que l’OOAS est en fait là pour recadrer les politiques de santé afin de permettre aux pays membres d’avoir une certaine cohérence dans leur mise en œuvre pratique », souligne Dr Semporé.

Pour que les étudiants de l’IASP se familiarisent avec les organisations de santé publique
L’OOAS, explique Tieba Millogo, est une institution spécialisée de la CEDEAO. Il est, poursuit-il, une institution privilégiée avec laquelle les étudiants auront à collaborer dans leur vie professionnelle. C’est pourquoi l’Institut a voulu que la présentation soit faite de première main par l’Institution elle-même. L’objectif, selon lui, est que les étudiants aient une meilleure connaissance de l’Institution, ses mandats, ses objectifs, comment peuvent-ils entré en contact avec elle, les attentes éventuelles etc. L’institut note déjà une satisfaction au regard de la participation active des étudiants à travers les questions. Notons que l’OOAS n’est pas la première institution qui se présente aux étudiants de l’IASP. « Beaucoup d’institution ont déjà passé comme l’UNFPA et l’OMS. L’OMS repassera encore de même que l’UNICEF et pourquoi pas, toutes les institutions qui interviennent dans le domaine de la santé », explique M. Millogo.

Quid de l’IASP ?

IASP est une école de formation en santé publique qui a ouvert les portes en 2013. Il forme des professionnelles en santé publique dans essentiellement 4 options de niveau Master pour les chirurgiens-dentistes, les médecins, les pharmaciens. La première formation est le Master professionnel d’une année en santé publique. L’école dispose en plus, de trois Master spécialisés de recherche en santé publique
-  Un master en épidémiologie et bio-statistique
-  Un master en management de planification des services de santé
-  Un master en santé publique nutrition

L’Institut compte de nos jours 45 étudiants, tous des professionnels, affecté très souvent par le ministère en charge de la Santé pour des spécialisations. Il y a, tout de même, des inscrits sur titre. Il enregistre pour le moment deux nationalités – des burkinabè et des guinéen. L’ambition de l’IASP est de s’étendre à tous les pays d’Afrique.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 24 avril 2015 à 17:40, par wedaga
    En réponse à : Institut africain de santé publique : A la découverte de l’Organisation ouest-africaine de la santé

    SVP, méditez sur le thème de santé publique : est-ce l’affaire des seuls médecins et pharmaciens ? Si tel était le cas, aucun problème de santé publique ne reculera au Faso. Quel corps professionnel répond réellement au besoin de santé publique ? N’est-ce pas les vaillants infirmiers, présents à tous les échelons du système national, qui se battent nuit et jour pour rendre à notre système ses performance ? Qui vaccine le femmes et les enfants ? Qui assure les soins auprès des populations ? Qui communique en matière d’hygiène dans les villages ? Qui soulage le malade qui a moins de 1000F ? .... Qui offre même les soins médicaux auprès des populations rurales (+95% des consultations) ? Il est temps d’arrêter cette hypocrisie professionnelle et voir les besoins réels des populations. Pourquoi les infirmiers et sages-femmes ne peuvent pas avoir accès à l’IASP ? Faites l’essai, vous verrez que ce sont les meilleurs en santé publique. Tous les pays de la sous région ont compris cela depuis, sauf le Burkina qui excelle dans cette attitude anti développement.
    Nous espérons que vous connaissez réellement ce que veut l’OOAS : un développement sanitaire pour tous avec la participation de tous les acteurs et non de ces quelques médecins orgueilleux qui confondent santé et médecine

    Répondre à ce message

  • Le 30 avril 2015 à 08:35, par ESPRIT
    En réponse à : Institut africain de santé publique : A la découverte de l’Organisation ouest-africaine de la santé

    A travers vos propos, vous etalez vos limites en matiere de sante publique. La sante publique ne se limite pas a des seances de vaccinnation, des consultations, etc. Ne confonder pas Executants et Concepteur. Je ne suis pas medecin mais en vous lisant, je vois une jalousie et une tension entre infirmiers et medecins, toute chose qui n’arrange pas les populations. Je felicite le staff de l’IASP qui a eu l’idée d’ouvrir de telles formations sur place au pays. Par ailleurs, si vous etes frustres de par votre position d’infirmier ou sage femmes, je ne pense pas que c’est de la faute des medecins. En effet, la formation en medecine est ouverte a tous sans exception. Pourquoi avoir choisi d’etre infirmier ? Assumez alors, et travailler main dans la main pour le bien etre de la population.

    Répondre à ce message

  • Le 26 août 2016 à 08:10, par NDUNGUTSE François Xavier
    En réponse à : Spécialiste en Santé Publique, Enseignant à l’Université en Afrique des Grands Lacs

    Bonjour
    Juste nous vous écrivons pour amorcer une démarche visant à former les candidats congolais au mastère de Santé Publique selon les options que vous disposez
    Merci

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés