Commission de réconciliation nationale et des réformes : L’ex-majorité se retire des travaux

jeudi 23 avril 2015 à 02h53min

Le président de la commission de réconciliation nationale et des réformes rencontre différentes entités pour expliquer les attributions de son institution, sa méthode de travail et recueillir des propositions. L’ex opposition et l’ex-majorité ont été reçues ce 22 avril au Conseil économique et social. Juliette Bonkoungou, porte-parole de l’ancienne majorité, du front républicain, de la NAFA, et du Burkina nouveau, a déclaré qu’au regard du contexte marqué entre autres par le vote du nouveau code électoral, les arrestations, elle et ses camarades ne prendront pas part aux travaux de la commission. « On nous a condamnés avant même de nous avoir entendus », a-t-elle déclaré à sa sortie d’audience.

Commission de réconciliation nationale et des réformes : L’ex-majorité se retire des travaux

Deuxième groupe à être reçu par Mgr. Paul Ouédraogo, la délégation de l’ex-majorité, de la NAFA et du Burkina nouveau, était conduite par Juliette Bonkoungou. La porte-parole a indiqué à sa sortie d’audience avoir répondu à l’invitation du président de la commission, « par respect pour Monseigneur et les illustres membres de la commission ».

Une audience juste par civilité, pas plus. Sinon, au regard « du développement de la situation », avec le vote du nouveau code électoral, les arrestations de ses membres « qui n’ont pas toujours obéit aux procédures appropriées », la porte-parole a estimé que son groupe n’était pas partant pour les travaux de la Commission de réconciliation nationale et des réformes. « Comme tenu de tout ce climat, nous avons l’impression que la volonté express, c’est de nous considérer comme des parias, comme vous avez déjà entendu, on nous a même comparé aux nazis de la dernière guerre mondiale parce que quand on parle de négationniste, c’est ceux qui ont refusé l’existence de la Shoah. Nous pensons que le discours ambiant, les actes et un certain nombre de choses tendent à nous exclure et dans ces conditions, nous ne pourrons pas prendre part aux travaux de la commission de réconciliation, puisqu’on nous a condamnés avant même de nous avoir entendus » a-t-elle ajouté.
Le président de la Commission de réconciliation nationale et des réformes a dit prendre note de cette décision. Mais la structure va continuer ses travaux. L’objectif des consultations est, selon lui, d’expliquer mieux, à partir de la loi organique, les attributions de la commission de réconciliation nationale, également de présenter aux uns et aux autres la méthode de travail mise en place. C’est donc une démarche consultative. « Si nous voulons faire des propositions en vue de la réconciliation nationale et des reformes qui rencontrent un consensus, cela suppose que nous écoutions les uns et les autres. C’est à partir des suggestions qui seront faites que nous pourrons construire des propositions et présenter pour l’ensemble du peuple ».

« Nous n’aurions pas eu besoin de cette commission si… »

Pour sa part, la représentante des anciens opposants, Saran Sérémé a dit beaucoup attendre des travaux de la commission. « Nous avons insisté sur les questions de cohésion nationale, de justice, d’éthique, et surtout sur ce rapport que nous attendons le plus tôt possible. Les reformes, on aurait dû les avoir presque qu’au début de la transition…nous avons les propositions qui viendront renforcer toutes les propositions de réformes constitutionnelles, de réformes politiques, de tolérance, de paix, de réconciliation qui permettront à notre pays d’aller de l’avant ». Tous les partis politiques ont été invités à envoyer leurs propositions à la commission.
La délégation de l’ex-opposition selon les dires de sa représente a souhaité que la CNRE publie des rapports intérimaires afin que les propositions soient prises en compte pendant la transition, et non forcément après. Aussi, pour que « le prochain pouvoir démocratiquement élu puisse tenir compte de ses propositions et surtout les mettre en application. C’est ce qui manque parfois. Il y a pleins de dossiers, de rapports dans les tiroirs. Nous n’aurions pas eu besoin de cette commission si les propositions du collège des sages avaient été mises en œuvre », a dit Saran Sérémé.
Les consultations se sont poursuivies dans la soirée du 22 avril avec l’Etat-major général des armées. Ce jeudi, 23 avril ce sont les Organisations de la société civile qui seront reçues par Mgr. Paul Ouédraogo et ses collaborateurs.

Tiga Cheick Sawadogo
Photos : Lawasselea Bonaventure Paré
Lefaso.net

Messages

  • Cest coherent comme demarche.

  • Bon débarra !!!! c’est pas trop tôt !

  • Hum....Ya des gens qui sont courageux et qui n’ont pas encore tout compris...mbon !

  • "...les actes et un certain nombre de choses tendent à nous exclure et dans ces conditions, nous ne pourrons pas prendre part aux travaux de la commission de réconciliation, puisqu’on nous a condamnés avant même de nous avoir entendus".
    Héiii Julie ! Héhiii, Héiiiiiiii Julie ! Vous, vous avez écouté et entendu le peuple Burkinabé quand vous avez tenu à modifier l’article 37 ?

  • Bon débarras ! Courage à la commission ! Seulement, œuvrez intègrement.

  • Ceux qui se retirent souhaitent-ils une reconciliation sincère qui resiste au temps ou une réconciliation intéressée qui consisterait à passer nos morts de l insurrection de fin octobre dernier par perte et profit pour satisfaire la boulimie du pouvoir de certains criminels dont du reste,la loi électorale n a désigné des noms encore moins des partis politiques ? Y a t-il plus négationisme que l adoption de cette attitude ? Se reconcilie t-on uniquement pour les élections ? Ainsi on pourrait alors s attendre à ce que les candidats qui seront exclus de la course parce que tomberaient sous le coup de l article 135 du code électoral bouderont à jamais toute élection au Burkina à quelque niveau que ce soit.Bon débarras !!

  • Vraiment Juliette Bonkoungou me fait pitié ! Une intellectuelle de sa trempe qui s’est laissée embourbeé dans le marigot de Blaise Compaoré c’est regrettable.Le Burkina -Faso a mal à ses intello. Regardez le dernier gouvernement du premier ministre Luc TIAO,tous des docteurs,des professeurs,des généraux,mais rien ! Tous des suivistes . C’est la preuve que la morale a vraiment foutu le camp au Faso comme l’a si bien dit Bongnessan il y a de cela quelques années. Sinon comment comprendre que toutes ces sommités s’asseyent pour dire ""yes man" à un capitaine fut -il président alors que le pays allait à vau l’eau. Heureusement que le pays a d’autres anonymes qui travaillent sans bruit ni trompette sans demander la présence de la "chaine aux grands événement" au nom de ce que le pays a fait pour eux tout simplement. Bravo à eux

  • Bientôt les éleveurs de Sabaribougou se retireront, les forgerons de Sansfoulamort ne se reconnaitront pas dans vos institutions et vos OSC incendiaires iront voir l’ ambassadeur des USA qui dira qui est quoi au Gondouana.
    Allons seulement y’a rien en face !

  • Quand le pouvoir et la destinée d’un pays sont confiés à une bande de VOYOUS ARRIVISTES non élus par le PEUPLE leur action ne saurait produire que la PAGAILLE le vrai role d’une transition est celui de maintenir et sauvegarder les institutions de l’état afin de conduire le PEUPLE aux élections démocratiques

  • Je crois que la mémoire de la tantie Julie lui joue des tours. Alors, je me fais le devoir de la lui rafraîchir.
    Vous (Front républicain) avez bel et bien été entendu notamment par toi, ta tribune du 29 janvier 2014 t’étais clairement et piteusement exprimer en ces termes :
    « la limitation du nombre de mandats présidentiels est antidémocratique, car elle viole le principe de la souveraineté du peuple, qui voit son intelligence insultée par une clause censée provoquer automatiquement l’alternance au pouvoir ;
    limiter le nombre de mandats présidentiels serait une injustice contre les présidents sortants empêchés de se présenter au-delà de deux mandats consécutifs ; mais aussi une injustice contre le peuple burkinabè privé d’un leadership talentueux dans la force de l’âge et qui répondrait non seulement à ses aspirations profondes, mais aussi à celles des peuples de la sous-région et d’une communauté internationale soucieuses de paix et de sécurité. »

  • Les gens du CDP sont vraiment bizarres. Le CNT vote une loi et eux, ils vont quitter la CNRE. Sincèrement, c’est indignant.

  • Juliette, dans ta tribune du 29 janvier 2014 tu disais : « Certes, les ambitions personnelles sont légitimes en politique, mais elles doivent être conjuguées aussi avec d’autres valeurs : la loyauté, le courage, l’esprit d’équipe, le sens du bien commun... la négociation et le sens du compromis constituent l’essence même de la politique et de la vie démocratique. Nous, nous passerons, mais le Burkina Faso restera. Travaillons à le léguer en paix, stable et digne » dixit Juliette Bonkoungou dans le faso.net du 29 janvier 2014.
    Donc, pour le bien commun et un Burkina Faso stable et digne, tu ne devrais rentrer dans la logique guerrière du refus de la réconciliation. Ce n’est pas digne d’une femme. On se rappelle encore qu’elle avait traite l’affaire Norbert ZONGO de ‘tempête dans un verre d’eau ».

  • « La réconciliation est donc impossible ». C’est une femme, mère de famille qui parle ainsi ? C’est gravissime, Scandaleux ! Ah safourlaï. Prions pour elle. Que Dieu apaise son cœur et la ramène à la raison.

  • Pourquoi vous (ex-majorité) quittez la commission de réconciliation et vous ne quittez pas le CNT ? Toujours fidèles au tubedijestivisme. Vous n’êtes pas encore rassasiés avec tout ce que vous nous avez volé ? Vous ne connaissez vraiment pas la honte.

  • L’intervention de Sara est plus digne, plus responsable, plus pertinente et a beaucoup plus de hauteur que celle de Juliette. Pourtant ça devrait être le contraire pour mille et une raisons. C’est vraiment dommage et j’en ai honte.

  • Mais elle ment ! Juliette, tu as oublié tous tes écrits dans la presse ? Tu as oublié les marches et les meetings de l’opposition ? Tu as oublié les meetings du front républicain ? Ce n’est pas des débats ? Ton Blaise a dit lui-même que les débats se passaient par stades interposés. Et alors ? Il a voulu clore le débat à sa manière et nous avons refusé. Il a fui. Nous continuons votre débat comme nous l’entendons. Celui qui n’est pas content s’en allé.

  • Nous voulons une vraie réconciliation. Plus rien ne sera comme avant. Ceux qui disent qu’on leur a déjà jugé avant de leur entendre et qui ont quitté la table leur regarde. Ils ont oublié que eux avaient exclu les gens quand ils étaient au sphère du pouvoir d’État pendant 27 ans. Lorsqu’ils commettaient des injustices partout dans tous les compartiment du pays, ils ont oublié ça.

  • ma sœur Juliette c’est pas mieux de te chercher ?

  • La cécité politique et morale (en fait le refus de voir) de ces cadres du CDP est à la fois hallucinante et déconcertante.

  • Juliette Bonkoungou m’énerve ! C’est quelle dame celle-là ?

  • Le monde, après la seconde guerre mondiale, s’est construit sans les nazis et il ne s’en porte pas mal. Le Burkina aussi, après l’insurrection, peut se construire sans ceux là qui voulaient nous mettre sous coupe réglée, et ne s’en portera pas mal.
    Personne n’est indispensable dans ce monde ! Surtout pas ceux qui n’ont pas la décence et l’humilité de se taire, voire se cacher, après nous avoir fait vivre une page sombre de notre histoire.
    Laissez les donc se retirer de tout, et même du Burkina Faso, s’ils le veulent. Mais ne les laisser pas se soustraire de la justice !

  • Pourquoi ya pas drigent des autr religion ce pas normal

  • Bon vent ! Plus rien à dire. Si un éléphant se trouve dans ton salon et que tu insistes que tu ne vois rien, alors que tu n’es pas aveugle, c’est que tu fais exprès. Tout ce que l’ex majorité, oh, qu’est-ce que je déteste ce nom, doit faire et de se rappeler de la mobilisation générale partout au pays pour les chasser du pouvoir. Autrement dit, qu’ils fassent partie de la commission ou pas, ce sera sans effet et ils le savent bien. Ils sont en train de faire le gros dos pour rien. Allez vous en et bon débaras, vraiment.

  • SI VOUS ETIEZ EN PRISON ON AURAIT FAIT L’ECONOMIE DE TOUT CA. BREF CE QUE VOUS N’AVEZ JAMAIS VOULU FAIRE C’EST CA LA TRANSITION VA FAIRE.

  • C’est bien dit, Mme Sérémé !

  • « Compte tenu du développement de la situation, en ce qui concerne la modification du code électoral, des arrestations, qui n’ont pas toujours obéi aux procédures, nous ne pouvons pas participer aux travaux, car tout tend à nous exclure », a dit la porte-parole de l’ex-front républicain, Mme Juliette BONKOUNGOU.
    Pour ce qui est de la modification du code électoral, faire croire que ’inclusion’ équivaut à ’impunité’, ce n’est pas juste. Vous ne pouvez pas dire que ceux et celles qui ont fait fi des recommandations et propositions du Collège de Sages de 1999, particulièrement en rapport avec la nécessité de ne plus toucher à l’article 37 dans le sens de prolonger les mandats au delà de 2 de 5 ans ; qui ont entrepris de le modifier pour accorder au moins 5 ans encore à Blaise Compaoré (et 15 ans s’ils avaient réussi et qu’il était réélu en 2015, 2020 et 2015) ; projet qui a produit ce que vous et nous savons les 30 et 31 octobre et le 2 novembre 2014. Vous ne pouvez pas soutenir que ces personnes là doivent et peuvent prendre part aux élections à venir en 2015 et 2016, comme si de rien n’était. C’est le président Blaise Compaoré qui a signé et ratifié la Charte africaine de la démocratie, des élections et de la gouvernance.
    Pour ce qui est des arrestations, des dossiers étaient déjà pendant au niveau de l’ASCE et de bien d’autres organes de contrôle. Connaissez-des maires de partis autres que le CDP et alliés qui ont commis des malversations dans la gestion des parcelles et qui ne sont ou ne seront pas inquiétés ? Si oui, reversez les dossiers à l’ASCE, auprès du RENLAC et de la presse. Pour ce qui est des pratiques mafieuses dans les passations de marchés, fraudes, faux en écriture et usage de faux, ceux et celles qui ont occupé des postes qui leur ont permis ces exactions et passe-droits sont en majorité soit du parti majoritaire, soit de partis alliés. DONNONS TROIS MOIS ENCORE A LA TRANSITION ET SI APRES CELA VOUS AVEZ CONNAISSANCE D’AUTEURS DE CRIMES ECONOMIQUES OU DE SANG QUI NE SONT PAS INQUIETES, PUBLIEZ LEUR LISTE et les éléments à conviction et vous aurez des citoyens pour vous soutenir.
    Sachons raison garder

  • Ah les dessous chics !!! il devrait être possible pour Julie de se taire vraiment de se taire... On ne démissionne pas d ’une structure en charge de proposer tout ce qu’il faut pour apaiser les cœurs. L’ex majorité ne veut pas de réconciliation c’est eux ou personne ou rien. Ainsi en est il été depuis le temps du Touk Guili. habituées qu’ils sont de vivre dans l’impunité il ne peuvent plus comprendre que ceux qui ont violer la loi doivent répondre... c’est une conjugaison qu’il ne comprendront jamais car si ce n’est eux c’est donc la guerre. Alors les voici entrain de vouloir créer de la zizanie . Le peuple doit resté vigilant et barre la route à tout recruteur de mercenaire, les habitués de la manipulation dans les maquis libériens et Sierraléonais. Quelle époque ? enfin une question : qu’est ce qui est arrivé à Léonce Koné pour que Julie bon coup le remplace comme porte parole. Si la honte pouvait tuer....Les dessous chics ont une limite....

  • Bon débarras ! Ce sont eux qui ont besoin de se réconcilier avec le peuple et non le contraire. Qui a fauté dans tous ça ? Qui a arpenté monts et vallées à travers le territoire pour se fondre hypocritement en excuse ? Julie, ne tente pas de renverser la situation. Ceux qui seront inéligibles seront temporairement exclus du jeu politique. Tu perds ton temps et en prends-toi à ton double langage où à Blaise Compaoré et Herman qui t’ont foutu dans la merde.

  • Merci à toi Juliette. Pas d’inclusion, pas de réconciliation nationale possible.
    Monseigneur, ne tentez pas l’impossible. Vous savez ce qui attend cette transition.
    NON A L’EXCLUSION ! NON A L’EXCLUSION ! NON A L’EXCLUSION !

  • Merciiiii tantie JULIE vous êtes notre Henriette Diabaté la lutte ne fait que commencer pour bouter la racaille qui entraîne notre pays vers les ténèbres

  • Que les membres de l’ex majorité se retirent s’ils le désirent mais le travail sera abattu comme si de rien n’était. Si le ridicule pouvait tuer !!! Des nés avant la honte. Vous vous devez parler d’exclusion ?

  • C’est bien logique. Celui n’a pas vu une seule sanction en 27 ans ne peut accepter plusieurs en un mois. La pilule est dure tout simplement. Qu’on ne s’inquiète pas du retrait de l’ex-majorité. Ainsi va la vie ! Hier elle a appélé leurs représentants au CNT de démissionner. Résultat : Ces derniers ont refusé catégoriquement et continue de siéger au CNT. Avec cette démission on revient au souhait des insurgés qui était que le CDP se tienne à l’écart. Qu’ils se réjouissent , en Tunisie, le parti de ben Ali a été dissous tout simplement. Et la tunisie a réussie sa transition.

  • Quitter même le pays si vous voulez , même pas 6 mois que vous avez assassiné les fils et les filles de ce pays pour vos intérêts égoïstes ! Alors ex majorité, ne confondez pas tolérance et pardon car on vous observent toujours ! pour votre cas d’ailleurs, l’intelligence veuille que vous vous retirer de la politique, envahir les mosquées et les églises pour implorer le pardon de Dieu pour vos crimes de sang et économique au lieu d’être là à vous compliquer la tache ! Faite la paix avec votre passé et ne vous préoccupez pas de ce que les autres pensent de vous sinon ça sera encore plus dur pour vous dans cette vie ! Le temps est l’autre nom de Dieu il guéri presque tout et son secret est la patience !!!!

  • Qu’elle aille se faire voir ailleurs avec son équipe, de toute façon sans eux la marche continue sans problème, d’ailleurs ils ne représentent rien dans notre pays. C’est juste leur faire un peu d’honneur sinon, notre pays ne traverse aucune crise qu’on pourrait parler de réconciliation. Vraiment les burkinabè sont tolérants sinon toutes ces énergumènes n’ont place que dans les prisons. S’ils pensent le contraire et continuent de boycotter nos institutions, alors qu’ils disent ouvertement ce qu’ils veulent même si c’est la guerre, nous sommes tous prêts pour ça. Juliette elle même est juriste non ? pense-t-elle que ces arrestations sont arbitraires ? elle a raison parce que elle ,elle est toujours dehors, certainement qu’elle pense à sa gestion quand elle était à la tête du MFP et ensuite à la tête du CES avant d’être nommée ambassadrice. Madame ne soyez pas pressées, vous serez tous arrêtés pour vos différents crimes économiques.

  • Elle est dans son rôle l’ex majorité, de s’opposer afin d’animer la scène politique preuve de la vivacité de la transition. Qu’il en soit ainsi pour le bonheur de la démocratie. Que les observateurs ne s’étonnent pas car cela ne pouvait se passer autrement, sinon nous aurions eu tord d’avoir fait une révolution au prix de la vie de nos martyrs. C’est vrai qu’elle s’y prend maladroitement et très tôt, car elle aurait dû rester à la faveur de l’inclusion pour travailler dans la franchise à faire sa part de propositions de gouvernance d’un Burkina Post insurrectionnel, oui saisir l’opportunité qui lui est offerte pour apporter sa pierre, avant de s’opposer au régime qui serait démocratiquement élu. C’est dommage qu’elle sorte si vite pour jouer à la politique de la chaise vite, la même faiblesse qu’elle reprochait tant à l’ex opposition, si fait que certains n’hésitent pas à affirmer ces derniers temps que les rôles sont inversés en moins d’un an au Faso. Les raisons de ce retrait sont bien farfelues car c’est l’impunité qu’on réclame au nom de l’inclusion, ces faits sont révolus au Faso post insurrectionnel. Sinon comment comprendre qu’un méga parti ne trouve pas d’autres personnes pour le représenter aux échéances à venir surtout que celui ci clamait qu’il prônait le rajeunissement du parti par la responsabilisation des plus jeunes. On vous offre ce cadeau sur un plateau d’or et vous trouvez à redire. On ne vous comprend plus. Réveillez vous, car le Faso a besoin de tous sur d’autres chantiers de développement du Faso y compris vous. Ce n’est pas seulement en gérant le pouvoir d’Etat qu’on construit le plus le bonheur d’un peuple surtout lorsqu’on la fait 27 ans durant sans partage la décence voudrais qu’on laisse d’autres personnes essayer une autre approche plus réaliste car prenant en compte la majorité silencieuse et souffrante.

  • Allons seulement. J’ai perdu mon ballon gonflable (ball fousgoo). Quelqu’un a vu ça ??

  • Le CCRP s’est tenu sans l’ex opposition donc vous pouvez vous retirer et quand je vois qu’en 27 ans vous n’avez rien apporté de conséquent pour un développement durable, harmonieux et pour tous les burkinabès alors je dis alleluia ! Je serai encore plus heureux si vous laissez la nouvelle génération s’occuper de votre parti prendre le relais je suis sûre qu’ils seront plus en phase avec les aspirations du peuple et avec eux on est prêt à des concessions....du reste ils ne sont pas concernés pas l’illégibilité ! Quant à Me Juliette(je ne prononce pas le nom de famille car elle l’a souillée , bafoué et trainé dans la boue), je dis elle prendrait sa retraite et irais s’occuper de ses petits enfants que nous en serons heureux car ce serait une forme de répentir !Basta

  • Bjr, l’ex-majorité n’a pas encore compris que c’est pas à eux de dicter aux gens ce qu’il faut faire. Ils refuse même publiquement de demander pardon. Si vous n’êtes pas prêts à demander pardon, c’est tout a fait logique que vous n’ayez rien à chercher dans la commission de réconciliation. Celui qui a perdu le combat ou la bataille, au nom de la paix s’est toujours incliné présenter ses excuses et demander pardon même il avait une bonne raison de faire ce combat. ça m’étonne que ce soit Juliette Bonkoungou, que tout le monde a appréciée hier, qui sort aujourd’hui dire haut et fort qu’ils n’ont pas à demander pardon. Ce que vous ignorez Mme Bonkoungou, c’est que aujourd’hui, avec ou sans votre demande de parton, avec ou sans les anciens dirigeants, les élections auront bel et bien lieu en octobre et il y aura justice pour ceux qui sont tombés les 30 et 31 octobre passé.
    On vous demande de se mettre à table pour discuter et vous posez des conditions insultantes en prétextant l’exclusion. Les règles du jeu sont fixés par ceux qui on le pouvoir aujourd’hui, par ceux qui vous on cassé hier, le peuple. Vous êtes libres d’y assister ou pas. je pense que c’est même un bon débarras. Vive la Paix, Vive le Peuple Burkinabè

  • vous avez compris maintenant que djibril Bassole est en connivence avec blaise à travers la NAFA parti qui se disait désolidarisé d’avec le CDP. Ouvrons l’oeil et le bon la seconde lutte commencera samedi.Debout comme un seul homme le peuple avance. Patria o muerte venceremos.

  • Oui,on se retire.Le CDP a accepté l’opposition sous toutes ses formes jusqu’à perdre le pouvoir par la même façon qu’un coup d’État. Cf Constitution. Maintenant ce pouvoir d’Exception(CNT) se réclamant neutre prépare un pouvoir sans opposition et nous invite à une table de figurant.Il ne faut pas nous prendre pour ce qu’on est pas.Pour le CNT tous les anciens du parti CDP,qui ont eu à être sanctionnés ou qui ont eu leur responsabilité réduite là pour cause d’insuffisance sont des hommes Saints,alors que ceux qui y sont resté pour tenter d’améliorer là sont les ennemies du peuple.
    Qui de ceux qui sont en face là,peu se réclamer clair dans ses fonctions ?Que le premier jette la première pierre à Mr Blaise COMPAORE.
    Nous,nous avons penser qu’il fallait l’accompagner jusqu’à son repentir et que le peuple devait se prononcer sur l’acceptation de son pardon mainte fois exprimé.
    Sinon tout le monde est coupable.

  • De par le sérieux de votre travail faites la différence avec les autres rencontres de ce genre. D’ailleurs de par leur attitude nous savons maintenant que les conclusions auxquelles ces genres de rencontres accouchaient était connus d’avance. Aussi pour une fois que ces conclusions ne sont pas connues autant rendre le tablier ;ce qui est honnête de leur part.

  • Mon Dieu, ces politicards-la qui ont crees cette situation qui etait une equation facile pour tout le monde. En l occurence la feuille de route par ce consensus issu des COLLEGES DES SAGES. Comme tous les rapports de forces etaient dans leurs mains et par l astuce et certains d eux qualifiaient le President de l epoque d un stratege dont le Faso n a jamais connu. Avec tous ces superlatifs l homme a ete aveuge par ses louanges et mordre la pomme interdite du paradis. S engager dans la politique sans ethique, la morale, l integrite avec le temps vous rattrappera malgre les strategies les plus douees de la science politique que vous avez preter. Votre Credo dhier par le peuple serait qune histoire du passe.

    Pour moi je ne vois pas comment installer une reconciliation nationale pour des gens zeles pour la cause qu il ont eux-meme crees ?

    Le comble du malheur de cette situation veulent jouer la carte des victimes de la revolution des 30-31Octobre.

    Alors qu on entendait des consignes de d un certain Kouanda Assimi qui encourageait ses fideles a bruler les maisons de ses adversaires.

    Le moment est venu de faires vos frais. Se retirer ne fait que vous enfoncer dans votre forfaiture ignoble.

  • On n’a pas besoin d’eux à cette étape des travaux. Ils répondront devant la justice, purgeront leur peine, après quoi ils reviendront demander pardon s’il veulent la réconciliation. Ça n’a rien à voir avec un code électoral.

  • Mauvaise stratégie. A part réussir à émouvoir certaines chancelleries africaines et occidentales (mal informées peut être), je ne vois pas ce que l’ex-majorité peut espérer avec cette attitude.

    Mais il est vrai que depuis 1998 et l’affaire Norbert Zongo, ils ont brillé par les mauvaises analyses et les choix erronés. Aujourd’hui, ils sont dans le déni et n’en déplaise à Juliette Bonkoungou, dans le négationnisme. Il n’y a pas d’autre mot pour décrire ce qu’ils font, c’est à dire nier la gravité et le caractère délictuel voir criminel de leurs actes passés, sinon même nier que les faits aient eu lieu.

    Selon eux, il n’y a pas eu de volonté de s’opposer à l’alternance, il n’y a pas eu appel à l’armée pour tirer sur le peuple, il n’y a pas eu achat de votes de députés, il n’y a pas eu séquestration de députés à l’hôtel indépendance, il n’y a pas eu de morts devant l’assemblée, devant chez François Compaoré et devant Kossyam. Les arrestations sont des actes de harcèlement politique selon eux, il n’y a pas eu de détournement, ni de fautes de gestion, ni d’enrichissement illicite. Ils disent que personne n’est mort de façon suspecte sous leur règne, Oumarou Clément Ouédraogo, Norbert Zongo, Dabo Boukari, le juge Nébié, tout ça ce sont des inventions de leurs adversaires politiques pour les dénigrer.

    Ils disent que le gouvernement n’est pas légitime, ni le CNT, ni la cour constitutionnelle. Ils disent que ce n’est pas au législateur de faire la loi, ni au gouvernement et à la justice d’appliquer la loi. Seuls eux savent lire la loi, seuls eux sont dans la légalité et la légitimité. Le président légitime est toujours Blaise Compaoré, et eux sont la majorité. Et toute loi qui les touche est illégale.

    Ils menacent enfin les autres Burkinabè de représailles si jamais on ne les laisse pas revenir au pouvoir, être dans l’opposition n’étant pas dans leur ADN. La violence, le pays ingouvernable, voir la guerre civile, voila ce qu’ils nous promettent si on insiste pour sanctionner quiconque dans leurs rangs, que ce soit par une inéligibilité ou par un procès pour malversations.
    Voila leur vision de "l’inclusion"... Eh bien nous ne la partageons pas !!!

  • Le Burkina Faso est un grand pays que j’aime beaucoup. malgré les tueries des 27 ans de pouvoir sanguinaire, clanique et sans partage, la transition fait la part belle a ceux qui ont voulu conduire le pays à la ruine en les invitant dans toutes les instances et ces derniers se comportent comme des bébés gâtés, de véritables fils à papa. Mais qu’ils se le tiennent pour dit, il n’ ya pas de réconciliation sans justice et tous passeront devant le tribunal de l’histoire. Ils peuvent s’ils le veulent même quitter le gouvernement si c’est des questions de principe, mais ils répondront des crimes économiques et de sang, c’est aussi clair que cela. Dans cette œuvre gigantesque et très attendues par le peuple, les autorités de la transition n’ont pas le choix et doivent aller vite, très vite, sinon la machine du peuple se retourna contre eux. par ailleurs que je suis particulièrement heureux de constater que les Juliette et compagnie goutent un peu à l’enfer terrestre. C’est ça l’histoire !!!!

  • Je propose aux partis de l’ex-majorité de s’auto-dissoudre pour régler définitivement le problème. Dire qu’ils ne participent pas aux institution de la Transition ne suffit pas. Si un peuple ne veut plus de vous, faites comme un certain général De Gaule : quand il a constaté que les français ne voulaient pas de la politique qu’il leur proposait par un référendum sur des réformes à mener, il a tout simplement démissionné et quitté la fonction de présidant des français ! C’est là la différence entre un homme d’État qui a le sens de l’honneur et le politicien véreux et mauvais perdant qui, même quand il perd la face, ignore la honte et tente par tous le chantage de se maintenir.
    Le CDP nous a fait ici le chantage Sénat et référendum contre la paix sociale ; ce premier chantage n’a fait peur à aucun Burkinabè ; ils ont ensuite voulu nous faire entrer dans la tête que sans Blaise ce sera l’enfer pour tout le BF ; Blaise a fuit et le pays s’en porte mieux ; maintenant ils cri haro sur notre nouveau code électoral le taxant "d’exclusioniste" au nom d’une certaine inclusivité qu’ils confondent à de l’impunité. Ils pensent attirer les foudres de la communauté internationale sur le BF ; mais là encore cela n’inquiétera pas les burkinabè qui n’ont eu besoin de personne pour prendre leur destin en main en mettant Blaise et ses complice hors d’état de nuire. Cela ne changera pas et désolé pour le CDP et ses acolytes ne veulent pas comprendre que les Burkinabè ne cèderont jamais pour voir revenir ceux qui ont confisqué leur destin durant 27 ans. S’ils ne veulent plus participer à la vie politique nationale parce que la loi exclue des politiciens voyous de la compétition électorale, c’est leur affaire : ils ont même le droit de s’auto-dissoudre et personne d’autre ne pleurera la mort du CDP.

  • Mais ils ont le droit de se retirer donc qu’ils se retire alors...tchrrrrrr

  • Ne serait-ce que par decence humaine ou pour le bien de leurs partis, certains membres de l’ex-majorite doivent se retirer pour un bout de temps. Ces derniers doivent s’estimer heureux si d’autres mesures n’ont pas ete prises a leur egard. Au tout debut, tous ceux qui ont fait tord a cette nation, ils se connaissent et on les connait, devaient etre arretes pour rendre compte. Les circonstances ne l’ont pas permis mais cela ne veut pas dire qu’ils ne doivent pas rendre compte. Si les jeunes de l’ex-majorite n’ont pas le courage de ou l’honnetete de demander aux mauvais elements de se mettre a la touche, toute l’ex-majorite doit etre mise de cote pour les elections prochaines.

  • L’Ex-majorité pense-t-elle qu’après avoir voulu luncher le peuple pour tripatouiller dans la Constitution, nous acceptions qu’elle vienne encore patiner dans la farine de la Transition et de la Vè République. S’il est vrai que nous avons chassé Blaise pour éviter cela ; il sera toujours VRAI que tous ceux qui l’y poussaient ardiment seront exclus des élections de 2015. Il faut qu’ils y pensent et y réfléchissent un peu. Il faut qu’ils mûrissent d’abord. Ensuite on verra.
    Ce qui est sûr, il n’est pas question et ne sera jamais question que ces vanupieds prétendent au Pouvoir en 2015 ! ! !

  • Ce qui est regrettable est que beaucoup d’internautes font comme si les 30 et 31 octobre là c’est 18.000.000 de Burkinabè qui étaient dans les rues.Ou que c’est uniquement les dirigeants qui étaient pour la modification de l’article 37.
    Pourquoi le référendum a été réfuter ? C’est par ce que la poussière étaient plus que la lessive qu’on a ranger le linge.Puisqu’il y a un Burkina Faso Paradis que certains promettent amener,alors qu’en parti ce sont les conséquences des erreurs qu’eux même ont commisses au coté de Mr Blaise COMPAORE et qui étaient en cour de sanction qu’ils se sont mis ensemble pour vouloir mettre à sa charge.Je ne soustrais pas ma propre personne des fauteurs,mais de grâce,ne divisez pas le pays.La révolution l’avait déjà entamer,n’enfonçons pas les pointes.Maintenant,ramenez nous la paix qui nous est chair et le Burkina Paradis.C’est ce que nous partisans de la modification de l’article 37 cherchions.

  • Si vous voulez , il faut sauter. Ne quittez pas seulement les instances de la transition.
    IL n’aura aucun conflit dans ce pays à cause de vous.
    DES BANDES DE VOLEURS ET VOLEUSES QUE VOUS ÊTES.
    Toi Juliette bonkoungou, tu brillait comme cela avant ? vous aviez pié le pays et vous vivez dans ce Burkina dur comme si vous étiez à New York.

  • Qu ils aillent tous au diable, a commencer par toi Odile !!!! Encore heureux que l on ne vous ait pas mutiler, mais ca ne va pas tarder, continuer seulement.

  • Monseigneur. svp prie pour Juliette elle es devenu folles

  • Bon debara..
    MAIS GARE A EUX SI ILS CHANGER D’AVIS ET REVENIR...
    NOUS PROTESTERONS ÉNERGIQUEMENT...

  • Bon débarras. Un parti qui devait être dissout et qui ne l’a pas été par la faute des médiateurs internationaux qui se retire de lui-même al ahmdoudilaye. Bon voyage au bord de la lagune ebrie. C’est sans regret de notre part.

  • Dans ta tribune du 29 janvier 2014 Juliette Bonkoungou s’exprimait clairement et piteusement en ces termes :
    « la limitation du nombre de mandats présidentiels est antidémocratique, car elle viole le principe de la souveraineté du peuple, qui voit son intelligence insultée par une clause censée provoquer automatiquement l’alternance au pouvoir ;
    limiter le nombre de mandats présidentiels serait une injustice contre les présidents sortants empêchés de se présenter au-delà de deux mandats consécutifs ; mais aussi une injustice contre le peuple burkinabè privé d’un leadership talentueux dans la force de l’âge et qui répondrait non seulement à ses aspirations profondes, mais aussi à celles des peuples de la sous-région et d’une communauté internationale soucieuses de paix et de sécurité. »
    Foutaise dit que toi Juliette Bonkoungou tu es sans morale et sans état d’âme. Tu servais blaise compaoré en tous temps et en tous lieux et sur tous les plans. Saches que ton gas et tous ses acolytes ont joué au jeu et ont perdu. c’est la règle du jeu. gain gain perdu. c’est comme ça et la vie continue. on n’a pas le temps d’étudier votre sort. Si blaise est vraiment bon comme tu le dis d’autres pays lui feront appel pour qu’il vienne gérer les conflit intérieurs et extérieurs. Nous, hommes libres et intègres n’avons pas besoin de ses compétences machiaveliques. Dans la vie il faut savoir accepter ses defaites et ses torts.

  • Les gens de lex majorite cherche quoi au juste ? Quon laisse tout tombe et reprendre tout a zero ? aider moi, je sui perdu avec ces gens « la »

  • A malin, pas malin et demi mais plutôt doublement malin. Voilà une race de politiciens qui a beaucoup de choses à se reprocher pour avoir mal fait et mal géré notre pays. Ils se débattent pour endormir toujours les Burkinabè selon leur habitude. Cela n’est plus possible Ceux qui ont mal géré, pillé nos ressources, assassiné et trahi le peuple doivent répondre de leurs actes. La réconciliation vient après, tout simplement parce que le bon sens veut que la vérité éclaire enfin les fils de ce pays longtemps gouverné par ceux qui ont trompé et magouillé pour s’enrichir illicitement aux dépends de leurs compatriotes. Le Burkina est la propriété de tous les Burkinabè sans exception. Plus jamais de cette race de politiciens véreux, ou de vampires au commande dans le pays des hommes intègres où la vie au quotidien était devenue synonyme de corruption, de magouille et de malhonnêteté pendant plus de 27 ans commencés par le sang des Burkinabè et terminé par le sang des Burkinabè.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés