Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

mardi 21 avril 2015 à 22h37min

L’auteur du point de vue ci-dessous prend le contre-pied de tous ceux qui invoquent la Charte africaine de la démocratie pour justifier l’adoption du nouveau Code électoral. Lisez plutôt !

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

« Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement ne doivent ni participer aux élections organisées pour la restitution de l’ordre démocratique, ni occuper des postes de responsabilité dans les institutions politiques de leur Etat ». Voici l’alinéa sur lequel s’est basé certains individus pour intoxiquer la majeure partie des Burkinabè et de nombreux membres du Conseil national de la transition (CNT) qui ne comprennent visiblement pas grand-chose au débat, pour faire passer leur projet aussi funeste que celui de Blaise Compaoré sur la modification de l’article 37 de notre Constitution.
La volonté de modification de l’article 37 de la Loi fondamentale n’était pas du tout du goût des Burkinabè et le CDP et ses affidés l’ont appris à leurs dépens. Les 30 et 31 octobre, la sanction du peuple a été sans appel pour les partisans du « Tuuk Guili ». Cependant, l’invocation aujourd’hui d’une disposition supranationale, en l’occurrence la Charte de l’Union Africaine sur la démocratie notamment l’Article 25 suscité, est davantage un plan de certains politiciens et de leurs soutiens pour donner un coup de grâce à l’ancien régime. En effet, les politiciens cagoulés derrière le gouvernement de la transition ont fait une lecture intentionnellement erronée de la disposition de la Charte de l’Union Africaine. Sinon, le Gouvernement régulièrement établi selon la Charte et selon la Constitution, et reconnu par tous les Burkinabè est bien celui qui a été renversé le 30 octobre 2014. Le problème, c’est que ce Gouvernement –du fait de son projet impopulaire- a été renversé de manière anticonstitutionnelle, c’est-à-dire que le changement n’a pas été fait à l’issue d’une élection mais suite à une insurrection. En effet, au terme de notre Constitution et de la Charte africaine, le changement constitutionnel d’un gouvernement s’opère par le vote. Or, dans notre cas, le seul gouvernement constitutionnellement établi qui a été changé est celui de Blaise Compaoré. En termes clairs, c’est bien le Gouvernement de Blaise Compaoré qui a été victime d’un changement anti constitutionnel. Seulement, dans ce cas précis, il a été renversé par un soulèvement populaire, une disposition que la Charte africaine n’a pas prévu parce que lorsque la charte parle de Changement anticonstitutionnel de gouvernement, il fait référence au putsch, au coup d’Etat ou à la rébellion armée. Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement au terme de l’article 25 de la Charte africaine, sont les putschistes, les rebelles armés ou les auteurs de coup d’Etat et non les membres d’un gouvernement constitutionnellement établi comme l’ont fait croire le gouvernement de la transition porteur du projet de loi et les députés du CNT qui l’ont ensuite adoptée. Le dernier gouvernement de Blaise Compaoré a été la victime (il a été changé de façon anticonstitutionnelle mais de façon légitime puisque c’est par le peuple en révolte), disposition non prévue par les textes de l’UA. Le CNT et sa suite ont donc volontairement tordu le cou à la charte africaine pour porter des amendements intéressés au Code électoral.
La Charte africaine ne prévoyant aucune disposition en cas de changement anticonstitutionnel suite à une insurrection populaire, l’invocation de son article 25 pour la modification du Code électoral est tout simplement inopérant. Cet argument ne tenant pas, certains pourront invoquer le projet de modification de l’Article 37 comme faisant partie des actes anticonstitutionnels selon la même Charte.

Du projet de modification de l’Article 37

L’Article 23 alinéa 4 et l’Article 25 alinéa 4 de la Charte de l’UA stipulent que : « Les Etats parties conviennent que l’utilisation, entre autres, des moyens ci-après pour accéder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstitutionnel de gouvernement et est passible de sanctions appropriées de la part de l’Union : … Tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique … Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement ne doivent ni participer aux élections organisées pour la restitution de l’ordre démocratique, ni occuper des postes de responsabilité dans les institutions politiques de leur Etat… ». Ici, le CDP a effectivement essayé de se maintenir au pouvoir par l’amendement de la Constitution mais en passant par le référendum qui est conseillé par la même charte de l’Union Africaine dans son article 10 alinéa 2 : « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum ». Mieux, notre Constitution n’interdit pas le recours au Référendum dans ce cas de figure. Le problème du projet de Blaise Compaoré, on l’a répété à souhait, était une question d’éthique plutôt que de droit. Sur le plan juridique, tous reconnaissent que la convocation du référendum était légale ; ce qui gênait le plus, ce qui était indécent, ce sont les trois décennies de façon discontinue, d’un seul individu à la tête du pays. Cela était vraiment amoral, immorale et indécent que le régime Compaoré nous imposât un autre quinquennat mais légalement, il n’y avait rien à reprocher à la convocation du Référendum.

Voyant qu’il était difficile d’opposer cette raison pour invoquer une sanction contre quiconque, les partisans de l’exclusion ont vite d’invoquer l’alinéa 4 de l’article 25. Mais là-aussi comme nous l’avons vu, leurs arguments ont fait flop. Surtout que l’article querellé n’a même pas eu le temps d’être modifié. La seule sanction qui vaille et qui ne sera jamais oublié par le clan Compaoré a été l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 qui a tout remis à plat et qui permet à tout Burkinabè qui le souhaite de se mettre sur la ligne de départ en octobre prochain pour la conquête de Kosyam.

Il n’appartient pas à un groupe d’individus, fut-il vainqueur de légiférer (de travers en plus) sur qui peut et qui ne peut pas être candidat. Comme le 30 octobre, le seul juge demeure le peuple à travers son vote. Laissons le peuple s’exprimer, choisir et sanctionner. Si ce n’est pas la peur d’un quelconque adversaire, si ce n’est pas le Code des vainqueurs sur les vaincus, le peuple burkinabè est assez mature. Laissons-le s’exprimer, laissons-le choisir ; il saura reconnaître les siens le 11 octobre.

Céphas Bazoun
Juriste

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 avril 2015 à 23:09, par Franco
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Le code des vainqueurs est a l,image d,eux meme,pour ces leaders Ibriga,Loada,Kam Ils fer aient mieux de changer de metier tout sauf celui de juriste pour lesquels la fin justifient les moyens.Quant aux leaders des partis politiques si au depart Dr Ablasse et Zeph etaient un peu genes d,etre promoteurs de l,insurrection qui,rappelons-le est une infraction Ils ont fini par manger la honte et de perseverer dans la forfaiture.Je reste persuade que ce qu,a connu le Burkina le 30 et 31 n,a rien de spontanee c,est simplement un coup d,etat opere par les elites urbaines en quete du pouvoir et pour y parvenir nos respectables prof n,ont pas hesiter a faire appel aux services des RSS une arme redoutable pour la paix et la cohesion nationale.Le reste n,est que details

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:12, par leburkinabe
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Trop de pseudo-juristes dans ce pays. Tu n’es pas obligé d’écrire, mon frère !

    Tu mélanges trop les pédales :
    - ce n’est pas le gouvernement de la transition qui a chassé Blaise du pouvoir ; c’est le peuple, donc selon ta logique, c’est le peuple qui est fautif, donc ne doit prendre au prochain scrutin ( ce qui serait une aberration !) ;
    - le gouvernement de la transition tient sa légitimité du peuple ; donc il ne fait que les desiderata du peuple ;
    - si les compagnons d’infortune de Blaise n’ont pas la décence de se tenir à l’écart, le peuple souverain les écartera de cette course au scrutin. Tu cites à plusieurs reprises le peuple, comme aimait à le faire Blaise ; il n’y a pas meilleur référendum, meilleur expression dans les urnes que CE QUE LES BUrKINABE ont prouvé en octobre dernier. Ils ont dit à Blaise et acolytes qu’il n’a plus besoin d’eux. Qu’ils se tiennent à l’écart !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:12, par Nessida
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Bien dit.
    Va-t-on chasser des tripatouilleurs pour les remplacer par d’autres tripatouilleurs ? Non.

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:30
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Merci mon frere,au moins toi tu n,est pas un juriste acquis.Le CNT se comporte en assemblee constituante alors qu,Ils ne sont que des delegues des corps socio-professionnels parmi eux on en trouve des deseouvres et autres animateurs de la petite politique ouagalaise,tres peu d,entre eux mangeait 3 FOIS/jour avant le 30 et 31 bien sur Sauf les qlqs fonctionnaires en plus il est compose en majorite de ceux la qui ont brûlé et pille mettant a genou notre economie dans ces conditions que peut-on attendre d,eux de positif pire le president Sy est dans la logique de revenche.Que Dieu veille sur le Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:34, par sidnaba
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    M le juriste. Ton point de vu a fait flop aussi.
    Le 30 octobre n’était pas le jour du référendum. C’était le jour du vote de la maudite loi à l’Assemblée maudite. Si le peuple ne s’était lever pour barrer la route cette forfaiture il n’y aura jamais eu de référendum au Faso sur la question. Le cdp et ses acolytes s’était assurer que la loi passerai avant de l’envoyer à l’assemble. L’idée du référendum était révolu ils savaient que le référendum ne marcherait pas.
    Donc mon cher juriste, le cdp et ses acolytes tombent bouummm sous le coup desdites dispositions de la charte africaine.
    Ils sont exclut pian !! Y a quoi même !!!!!
    Laisser les gens respirer !! On veut avancer.
    L’ambassadeur américain a conclu le débat. La loi a été promulgé c’est fini. On est avec le peuple. POINT

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:38, par kabvla
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Holala pauvre juriste. Avec cette transition on verra vraiment des juristes. Nul n’a point besoin d’etre juriste pour comprendre que vous n’avez rien compris. Et surtout ne faites pas semblant. Derriere ce masque que vous portez se cache le visage d’un cdpiste. On vous connait. Avec cette stratégie qui consiste à attaquer blaise et son gouvernement pour paraitre impartial. Héiii ! YAYABOIN !

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:41, par Saaga GNAGDGOLMA
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le sois disant juriste, tu fais bien de dire "le Code des vainqueurs sur les vaincus". Mais n’oublie pas : qui est le vainqueur ? c’est LE PEUPLE ! c’est donc le code du PEUPLE et ce peuple a déjà choisi. Ceux qui ne veulent pas se mettre avec le peuple et se sentent exclus, tant pis pour eux ! Comme tu le dis toi même, "le peuple burkinabè est assez mature". PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT ! Parce que ce peuple mature veuille sur tout !

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 23:48, par Saaga GNAGDGOLMA
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le sois disant juriste, tu fais bien de dire "le Code des vainqueurs sur les vaincus". Mais n’oublie pas : qui est le vainqueur ? c’est LE PEUPLE ! c’est donc le code du PEUPLE et ce peuple a déjà choisi. Ceux qui ne veulent pas se mettre avec le peuple et se sentent exclus, tant pis pour eux ! Comme tu le dis toi même, "le peuple burkinabè est assez mature". PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT ! Parce que ce peuple mature veuille sur tout !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 00:30, par podrbem
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    oui,le CDP a joué et il a perdu c’est la regle du jeu,il n’a qu’à tirer toutes les consequences.on peut pas laisser les Gilbert Noel Ouedraogo redevenir Député-maire ici encore juste parce qu’il a beaucoup d’argent par battre campagne.non et non loi ou pas ils sont discalifiés.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 00:30
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mr. Bazoun, oui, c’est la peur. On a peur de vous requins- la. Parce que une fois que vous sortez vos gueules pleines de mille crocs, mais le peuple est mort. C’est maga- tape. Donc on vous laisse meme pas mordre on va voir. C’est ca la verite. Tu n’as pas peur du brigand ? Tu sais qu’ il va te brigander et tu ne prends pas les devants ? Donc meme si lui il ne t’ aime pas, toi tu dois te preferer ca meme !. Je n’ai jamais vu un sorcier bien connu qu’ on laisse s’ amuser avec les gens normaux la nuit sous le pretexte que les ancetres vont proteger les innocents. Oui Bazoun. On a peur. Et comme on a peur, les lois sont faites pour proteger les populations naives au sens medical du terme. Ceux qui ont Ebola, on les melange avec ceux qui ne sont pas contamines en disant qu’ on doit pas exclure ? C’est le patron du camp de qui on appelait meme EBOLA du FASO ? Donc, on va melanger les Ebolais des Bobolais, quoi ! des Burkinabe, quoi ? On est pas des cndidats au suicide. Pardon. Le peuple se prefere. Meme si personne ne l’ aime.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 00:36, par vérité no1
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mr le juriste, voilà, les caciques du CDP ne vont pas se présenter aux élections d’octobre, je ne sais pas ce que vous ne comprenez pas ! On s’ en fout de la charte africaine ou onusienne, ils vont pas se présenter point barre ! Si tu es sur la liste, commence à courir pour gagner du temps !!!!! Souvent, certains juristes sont en déphasage de la réalité du droit !!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 01:11, par siiniguetba
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    C’est claire comme de l’eau de roche mais les gens refusent de voir. C’est en cela que je disais que la transition a été prise en otage par un groupe d’individus qui ont peur de la compétition. Ce n’est pas honnête et digne des valeurs morales du Burkinabé. La démocratie embruyonaire qui prenait le bon chemin est entrain d’être déviée si on n’y prend garde. Il faut revoir la copie et donner la chance a tous ceux qui veulent briguer la magistrature suprême de tenter leur chance. Il appartient au peuple de choisir qui il veut pour la destinée de notre pays. C’est ça la vraie démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 02:13
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Djo, tu veux te faire insulter par les affidés ou quoi. Toute personne qui a ses facultés intactes sait que cette loi est stupide. Mais bon, tu sais... Tu verras les CDRs, plutôt les OSCs, plutôt Hervé Kam, non plutôt Ibriga, non je voulais dire Lopez, heu non plutôt les milliardaires, heu non plutôt... Blé Goudé vont te tomber dessus.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 02:44, par kayelle
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Salut. Je suis reste sur ma faim. j’attendais a un article beaucoup beaucoup plus convaicant. surtout a la fin quand vous reconnaissiez que le fait de vouloir modifier l’article 37 est proscrit par la charte de l’UA. ce qui rend les auteurs de cette modification comme pustchistes donc ineligibles. merci de m’eclairer si je me trouve. tres fraternellement votre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 03:02, par alois
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Salut, mon cher, je ne savais pas qu’un juriste allait perdre son temps sur cette loi. Tellement on n’a pas besoin d’avoir fait un bon secondaire pour trouver que c’est la plus nulle loi qui n’a jamais été votée en haute volta encore moins au burkina faso. celui qui dit le contraire qu’il me trouve pire dans les archives et je le rendrai aussi riche que zida.

    Mais toi même tu sais ho... C’est la loi de barry le plus aimé des burkinabè. tu as vu les commentaires hier sur lui. Mon ami a envoyé un commentaire pas offensant, mais qui ne lui faisait pas des louanges. Imagine toi, allez imagine............. bloqué dix fois sur lefaso.net.
    Ca te rappelle rien, toi qui dois être un peu agé pour avoir vécu la révolution : les CDR brouettes, rien du tout, la pensée unique, rien du tout, on insultait les réactionnaires, les libi-libis. Heureusement, tu n,as pas laisser ton numéro de téléphone.
    Merci quand même pour ta contribution

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 03:25, par bala
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Quand je vois des burkinabè s’offusquer de la violence des Sudafricains contre les étrangers, ca me fait rire. alors qu’ils viennent de laisser passer une loi source de tous les dangers. Beaucoup disaient ’’ ha ils sont méchant’’. Savez vous que c est parti juste de la déclaration d’un mauvais roi ou prince Zulu. Pourtant écoutez les radios FM pour ne pas dire mille colline. Pourquoi donner la petite chance à la discorde avec tout ce que nous venons de vivre. Surtout quand on dit que ceux visés par la loi sont politiquement morts. Laissons les urnes confirmer leur mort et on aura la paix une bonne fois pour toutes. Mais bon, dis ca a la go Denise.. ..il peut être le prochain général Marc Garango.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 03:49, par Sidbiga
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur Céphas Bazoun, on vous a compris ! Mais le peuple reste serein. Comment soutenir des gens qui ont voulu tuer notre democratie.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 03:51, par bala
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Quand je vois des burkinabè s’offusquer de la violence des Sudafricains contre les étrangers, ca me fait rire. alors qu’ils viennent de laisser passer une loi source de tous les dangers. Beaucoup disaient ’’ ha ils sont méchant’’. Savez vous que c est parti juste de la déclaration d’un mauvais roi ou prince Zulu. Pourtant écoutez les radios FM pour ne pas dire mille colline. Pourquoi donner la petite chance à la discorde avec tout ce que nous venons de vivre. Surtout quand on dit que ceux visés par la loi sont politiquement morts. Laissons les urnes confirmer leur mort et on aura la paix une bonne fois pour toutes. Mais bon, va dire ca a la go Denise.. ..il veut être le prochain général Marc Garango.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 04:41, par baba
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    si c etait le week end, j allais bien commenter ton texte. Mais comme on est en semaine, je n’ose pas. Tous les membres des nouveaux OSCs ont acces aux ordinateurs dans les bureaux gratos, ile ne bossent plus. Ils vont se ruer sur moi. Mais le week end je sais qu’ils n’ont pas accès a internet. Surtout si en plus y a coupure de sonabel. Il va falloir qu’ils se mobilise pour que le milliardaire renvoie l’actuel DG de sonabel. Moi je roule sur solaire pas de coupure chez moi.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 04:48, par ali
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Il y a quelque chose que je ne comprends pas dans la vie aidez moi. Pourquoi les pauvres aiment defendre les riches, je veux dire les milliardaires. Je n ai pas donner nom de quelqu un, et je n ai pas dit premier ministre. Je me suis rendu compte quand j’ai commencé a devenir un peu riche (pas milliardaire). Avant je ne faisais que défendre les riches et memes a aimer certains qui me detestaient pourtant.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 05:15, par tilbou
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Le débat est lancé et est entre les mains des juristes et juristes constitutionnalites africains et burkinabé en particulier. Moi je voudrais tout juste demander à monsieur le juriste qui dit que les gens ont été manipulés et induits en erreur, si tous ces juristes constitutionalistes que connait notre pays l’ont été aussi comme l’homme de la rue ? Si tel n’est pas le cas , est ce que monsieur le juriste lui même n’a pas été manipulé car tout est possible dans ce pays où les gens deviennent subitement riches en un record de temps ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 05:28, par OR
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    VOILA UN VRAI JURISTE QUI REFUSE DE FERMER LES YEUX PARCE QU’IL EST PARTISAN. UN EXEMPLE A SUIVRE PAR IBRIGA LOADA ET AUTRES AUTREMENT L’HISTOIRE RETIENDRA D’EUX QU’ILS ONT MONNAYER LEUR SCIENCE POUR DES POSTES POLITIQUES. SI LE NON L’AVAIT REMPORTE AU REFERENDUM ET MALGRÉ TOUT BLAISE S’OBSTINAIT A SE REPRÉSENTER, EN CE MOMENT ON POUVAIT PARLER D’ACTES ANTICONSTITUTIONNELS. MAIS LA, RIEN DE CE QUE LE CDP A FAIT N’AIT ANTICONSTITUTIONNEL. VIVE L’INCLUSION A BAS L’EXCLUSION

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 06:49, par Le président
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Là aussi vous avez trouvé. Ce n’est pas une question de droit mais moral. Des gens qui doivent être en prison ne peuvent pas se présenter. Point barre.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 07:18
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Tu es un malhonete I n, quand on cite un article de loi dans des conditions pareilles on nutilise pas des points de suspension. En tout état de cause, le gouvernement est la au nom du peuple et si le gouvernement ne fait pas l’affaire, le peuple est souverain pour le faire partir et çela n’a rien d’anticonstitutionnel. Au contraire cest la forme la plus constitutionnelle qu’on trouve. Cest le gouvernement de Blaise qui a engagé un coup d’état contre la constitution et l’état de droit en voulant modifier la constitution.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:01, par SY
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    JE CROIS QUE LE BURKINA FASO A COMMENCE A SE RÉVEILLER. MOI, COMME J’AI D’HABITUDE DE LE DIRE, COMPAORE M’A PAS PLU MAIS IL AVAIT DES HOMMES TALENTUEUX QUI FAISAIENT UN BON TRAVAIL. QUI POURRA DIRE LE CONTRAIRE ? DANS CE CAS DITES MOI POURQUOI COMPAORE AVAIT ENVOYÉ ACTUEL PRÉSIDENT A L’ONU POUR LE REPRÉSENTER ET REPRÉSENTER LE FASO ? POURQUOI IL AVAIT CONFIANCE A L’ACTUEL PREMIER MINISTRE EN MÊME TEMPS MINISTRE DE DÉFENSE EN LE PLAÇANT SON NUMÉRO 2 AU RSP ? SANS OUBLIER QUE ZEPHIRIN ET ABLASSE ÉTAIENT SES MINISTRES DE L’ÉCONOMIE ET FINANCES ET AFFAIRES ÉTRANGÈRES. PARDON ARRÊTEZ DE NOUS POMPER L’AIR. HIER BLAISE COMPAORE A ÉTÉ CHASSE PAR NOS BRAVES PEUPLES ALORS LAISSEZ TOUT CITOYEN BURKINABE SE PRÉSENTER LIBREMENT AUX ÉLECTIONS FUTURES POUR QUE CES MÊMES PEUPLES QUI ONT DIT NON A COMPAORE PUISSENT CHOISIR L’HOMME DE LEUR DESTIN. MON FRÈRE CEPHAS BAZOUN, VOUS ÊTES POUR L’INSTANT LE SEUL JURISTE QUI FAIT SON TRAVAIL DE JURISTE SINON LES AUTRES QUI ONT FAIT TAPAGES POUR DIRE QUE LE NOUVEAU CODE EST LÉGAL SONT LES RIGOLOS QUI NE VEULENT PAS LE BIEN DU PAYS CAR ILS SOUHAITERAIENT QUE LE FASO RESTE DANS LES TROUBLES POUR QU’ILS PUISSENT PROFITER POUR AVOIR DES POSTES DE RESPONSABILITÉ SINON SENS CELA ILS NE SONT RIEN ET SERONT RIEN ICI AU FASO. MON ONCLE LAURENT BADO EST FATIGUE SINON LUI AU MOINS IL ALLAIT DIRE UN MOT CAR IL FAIT PARTI LES RARES BURKINABE QUI PENDANT SES ACTIVITÉS PROFESSIONNELLES DANS LA FONCTION PUBLIQUE A REFUSE BEAUCOUP DES AVANTAGES. OUI MÊME DÉCORATION VOICI UN HOMME INTÈGRE QUI POUVAIT DIRIGER CETTE TRANSITION SANS FAILLITE. VIVE LE FASO ! VIVE LES PEUPLES DU BURKINA FASO !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:05, par vérité
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Celui qui n’a vraiment rien compris dans cette affaire, c’est bien toi. Le CNT représente le peuple qui a dit non à Blaise Compaoré. Il sait ce qu’il veut où il va, sauf toi qui use de théorie sans jeter un coup d’œil sur la réalité. C’est vous autres qui avez menti à force de théorie à Blaise qu’il pouvait modifier l’article 37, on lui trouvera des échappatoires en théories pour régner à vie. Il y a combien d’organisations qui soutiennent ce nouveau code. A force de théoriser vous allez mettre la démocratie en péril. Combien de lois anticonstitutionnelles ont été votées sous Blaise, vous n’avez pas écrit pour donner des cours ? Charte africaine ou non, 5ans c’est vite arrivé ils ne vont pas mourir ces anciens dignitaires. Respectueusement à toi.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:08, par zarus
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    M. Bazoum, vous manquer de pertinence, la légitimé du CNT vient de l’insurrection populaire qui est la forme la plus visible et manifeste du refus d’un peuple face à l’imposture,au tripatouillage de la loi fondamentale. Alors tout votre argumentaire le droit n’est obsolète. La modification de l’article 37 en posant un problème de droit a plus été une question de morale politique. Or sans morale rien de solide ne vaut.
    VIVE LE PEUPLE QUI FAIT SON HISTOIRE !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:13, par l’éclairé
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    "Sinon, le Gouvernement régulièrement établi selon la Charte et selon la Constitution, et reconnu par tous les Burkinabè est bien celui qui a été renversé le 30 octobre 2014". "En effet, au terme de notre Constitution et de la Charte africaine, le changement constitutionnel d’un gouvernement s’opère par le vote. Or, dans notre cas, le seul gouvernement constitutionnellement établi qui a été changé est celui de Blaise Compaoré. En termes clairs, c’est bien le Gouvernement de Blaise Compaoré qui a été victime d’un changement anti constitutionnel"
    VOICI DES EXPRESSIONS QUI M’ONT FAIT VOMIR. CE TYPE N’EST PAS JURISTE. IL EST UN PSEUDO-POLITICIEN. CHACUN EST LIBRE D’ECRIRE SES CHIFFONS POUR NOUS AMUSER.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:22, par désiré
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Avez -vous seulement mis pied un seul jour dans une FAC de droit ? Tout Etudiant de première année de droit vous dira que "l’intention vaut l’acte". C’est dommage pour un juriste, relisez vos cours de première année de droit !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:25, par mnla
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Il y a deux hypothèses qu’on peut postuler sur cet écrit : soit de l’incompétence, soit de la malhonnêteté intellectuelle. La charte de l’UA prévoit les conditions d’organisation du référendum ; pourquoi n’en faites vous pas cas de cela ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:27, par ousman
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur OR réaction 7 tu me parle d un juriste non partisan. Connaissez vous ce monsieur .Non ! je te comprend il défend ta cause. Monsieur BABA n est pas peur de commentez. Même si c’est le week-end a minuit nous nous rouillerons sur toi si ton analyse n est pas pertinente.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:30, par bado kassum
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    je dis simplement a mon cher prétendu juriste dont je doute du niveau que lorsque une consultation (referendum) pour sur un individu comme ce que cdp l’avait voulu s’appelle en droit plébiscite et non referendum au sens juridique ;le referendum pour porte sur une question d’intérêt général ;démontre nous dans ton petit droit encore de quel niveau le referendum préconiser par Blaise et ses pantins visait un intérêt général
    NB/ Pour se faire appeler juriste il faut avoir minimum le niveau de la quatrième année donc avoir une maitrise en droit afin d’éviter un diarrhée juridique comme vous l’avez étaler cher ami

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:32
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    merci. ca fait bien de lire un spécialiste sur la question. Merci de nous éclairer. je retiens le mot indécent. il n’est pas question de textes ou de charte signée à l’UA mais d’une logique dans le processus de l’insurection que l’ex-pouvoir ne se présente plus. l’UA n’avait pas prévu le cas spécifique du Burkina. Qu’elle ajoute un NB à ses propres textes. La vox populi est plus forte que toute les chartes. Le peuple ne veut pas, il ne veut pas. Ne le forcer pas. le CNT a voté l’expression du peuple. bravo

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:37, par Leforgeron
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Je pense que "nos juristes de ces temps" devraient arrêter de créer la confusion en faisant de fausses analyses des lois. C’est une interprétation personnelle que de dire que l’article 25 de la charte de l’UA fait référence aux changements par coup d’état, putsch, rébellion à moins que M. BAZOUN ne soit lui-même le rédacteur de cette disposition. Dans ce cas, il fallait faire simple pour que nous puissions tous le comprendre en disant par exemple que l’article 25 interdit aux militaires de prendre le pouvoir par les armes. Il faut arrêter ces conneries, car rien d’intéressant ne se dégage de cet écrit sinon que l’expression d’un avis personnel qui n’a rien d’une analyse juridique.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:39, par Kêlê Massa
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Tout à fait juste. Les gens sont animés de mauvaise foi et on verra si la loi va tenir. Le droit, ce n’est pas une question de sentiment, ça va au-delà. Merci pour cet éclairage !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:42, par Shahid
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    ...article 10 alinéa 2 : « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum »...Vous avez bien entendu ? : la révision doit reposer sur un CONSENSUS NATIONAL avant de recourir, le cas échéant, à un référendum. L’auteur de l’article est le premier à reconnaître l’illégitimité, voire la provocation du peuple avec cette aventure de modification de l’article 37. C’est dire qu’on était loin de ce CONSENSUS NATIONAL préalable à toute modification par voie référendaire. Et ça, depuis le CCRP !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:43
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le juriste, donnez moi votre instrument de mesure de la maturité du peuple burkinabé. A lire votre écrit, je m’interroge beaucoup. De toutes façons, des gens se sont rendus coupables d’actes réprouvés par le peuple ; ce qui a mis notre pays dans une situation de transition. Alors, pour éviter de se retrouver année après année dans des transitions, il faut sanctionner ces individus qui ne sont pas capables de s’auto censurer. Vous avec eux, vous êtes les destructeurs du peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:44, par TIENFO
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Que de verbiage. Que de contradictions. Le nouveau code électoral voté le 7 avril et promulgué le 9 avril par le président du Faso est celui-là même qui servira de parchemin aux prochaines élections à venir n’en déplaise aux nostalgiques et aux « juristes » chevronnés du régime déchu. En lisant l’écrit, ça confirme que le CNT a fait un vote utile et juste. Ce qui est dit ou fait est dit ou fait. D’ailleurs, que les prétendus futurs candidats de l’ex majorité se réjouissent d’être toujours en liberté. Du moins pour le moment. L’ambassadeur américain a bien fait de clarifier la position de son pays en ce qui concerne leur vision du nouveau code électoral.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:45
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum ». Monsieur, le projet de référendum projeté par le CDP pour modifier l’article 37 de la constitution avait-il acquis le consensus de tous les burkinabè ? Depuis le CCRP, instance mise en place afin d’obtenir ce consensus national, la modification de l’article 37 n’avait pas obtenu ce consensus national. Et selon les textes mettant en place ce cadre de concertation, il était prévu que lorsqu’une question n’obtenait pas ce consensus, on la laissait en l’état. C’est-à-dire que la question de la modification de l’article 37 de la constitution était forclose dès la conclusion des travaux du CCRP. Comment se fait-il qu’ayant été débouté dans ce cadre, le CDP trouve moyen réveiller le monstre en usant d’autres artifices juridiques ?
    En outre, vous insinuez que le seul gouvernement légale en la circonstance est celui de Blaise Compaoré. Ce gouvernement qui est l’auteur du projet de changement anticonstitutionnel ne peut plus se prévaloir de cette disposition. "Nul ne peut se prévaloir de sa propre turpitude" Le changement anticonstitutionnel étant qualifié par la constitution comme le crime suprême, vous n’êtes pas sans ignorer qu’en matière pénale, l’intention valant l’acte, ce projet pouvait subir la même sanction que son aboutissement.
    Et puis, on oublie que même en dehors de ce texte de l’UA, le peuple burkinabè pouvait légitimement sanctionner les auteurs de ces actes de son propre chef. Le peuple a décidé, personne ne peut remettre cette décision en cause. Vox populi, vox dei.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:46, par SAWADOGO Boureima
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    les avis des hommes de droits sont partagés sur cette affaire de code électoral du 7 avril 2015.
    en réalité c’est comme si on laissait momentanement le droit de coté pour résoudre des problèmes quit à y revenir plus tard. Seulement il faut, malgré la force des vainqueurs, renforcer le dialogue et la cohésion nationale. Car après 27 ans , voici que nous sommes de retour sur tous les crimes commis depuis 1983. cela devrait plus tot servir de leçon

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:48, par L’autre juriste
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    L’interprétation actuelle faite à l’article 25 de la Charte de l’UA est clairement érronée. Tout bon et honnête juriste sait ce que c’est qu’un changement anticonstitutionnel de gouvernement.

    Dans le cas du Burkina Faso, la tentative de modification de l’article 37 de notre Constitution était sans doute illégitime et contraire à la morale on pourrait même aller plus loin en disant qu’elle était contraire à l’esprit de la Constitution.

    Toutefois, l’article 25 précité ne vise que les changements de Gouvernement par putsch ou coup d’état militaire ce qui n’a visiblement pas été la cas dans notre pays.

    Je suis contre le fait qu’un individu s’éternise au pouvoir. Cependant nous sommes dans un État de droit et le droit doit être dit et respecté sans état d’âme.

    Pour couper court à ce nouveau débat, la Cour Africaine de Justice pourrait être saisit d’une demande en interprétation de l’article 25 de la Charte.

    Trouvons tout simplement une autre base juridique, notamment en droit interne pour exclure en toute légalité les Ministres indélicats de la course.

    Une question simple à la plus petite portion du peuple qui a accès à internet : A qui profite la relecture du code électoral ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:51, par LE JUSTE
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mr Bazoun ils avaient dit que c’est Blaise seul qui peut diriger ce pays ; Aujourd’hui ils pleurent qu’on les empèche de se présenter aux élections,soyons sérieux,avons nous affaires à des enfants ? ou à des bandits ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 08:56, par Un autre Koro
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Il faut revenir à la théorie de l’ordre manifestement illégal. Blaise a donné un ordre manifestement illégal. Si l’on suit votre raisonnement, Blaise Compaoré peut être candidat en octobre de même que son frère François et leur belle mère. Même si l’on venait à accepter la légalité de l’acte de Blaise et compagnie, leur proposition est si indécente, si illégitime que ce caractère l’emporte sur tout. Un homme d’église avait dit qu’il n’y avait que Blaise pour diriger ce pays. Il n’a fait que renforcer chez certains que mêmes les hommes d’église peuvent se tromper.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:02, par SS 20
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Tout ce que nous savons est que le vrai peuple spolié depuis des décennies par le régime déchu de Blaise Compaoré applaudi la révision du code électorale qui va permettre d’assainir la vie politique de notre pays , je ne comprends pas les caciques du CDP ! pour une fois au moins l’occasion vous ai donné de faire une trêve en vous abstenant de vous présenter à ces futures élections , trouvez en votre sein des personnes nouvelles pour ces élections et revenez en 2020 à moins que vous n’ayez décidé de torpiller la marche de la transition politique du Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:02, par Aly Sanfo
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    L’intellectuel Burkinabè ou celui qui est allé à l’école et qui a une certaine capacité d’analyse doit dépasser ses intérêts personnels pour faire des analyses et interprétations sincères des faits sociaux, politiques et économiques dans le sens d’aider ce pays pour son développement. Le code électoral actuel n’exclut aucun parti politiques. Les personnes concernés sont elles les seuls représentants valables de ces partis ? Quand on pose un acte indécent, on doit assumer toutes les conséquences et éviter d’adopter une posture de victime. La morale commande que nous adoptions une attitude empreinte d’humilité.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:13
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    PROPRE. Voici au moins un burkinabé qui dit la vérité même s’il ne l’aime pas. C’est ça l’INTEGRITE. N’est-ce pas ?, usurpateurs et intoxicateurs OSC et politiciens des temps nouveaux ? Comme c’est maintenant la chasse aux sorcières quand on a un avis contraire à celui des putschistes, je resterai anonyme comme beaucoup d’autres burkinabé qui ont été contre le régime déçu mais qui voudrait que l’on garde son intégrité en usant pas de faux arguments (à travers les forums on sens de plus en plus cette peur et donc cette dégradation de la liberté d’opinion) !
    Bonne chance nous tous !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:13, par Nobga
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Bazoum se prend lui-même à contre-pied, car c’est de ce genre de juristes nous n’avons pas besoin au Burkina. Son pain est fini car plus de juristes "acquis" dans ce pays. Bientôt son contrat de consultation prendra fin.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:15, par Figo
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le Juriste,
    Soit vous n’étiez pas au Burkina, soit vous êtes de mauvaise foi. Quand vous parlez de recours au référendum pour modifier la Constitution, avez-vous oublié que les Députés ont été séquestrés (est-ce légal ?) corrompus et même menacés pour certains dans l’optique de faire passer la loi directement à l’Assemblée ? La loi électorale actuelle est votée et promulguée. Qu’elle soit parfaite ou pas, c’est la loi et elle sera appliquée. Voulez-vous qu’on vous rappelle qu’il a existé une pléthore de lois scélérate sous votre régime défunt ? La présente loi n’exclue pas les partis mais des individus dont la place, pour la plupart devrait être en prison. Tous ceux qui s’agitent aujourd’hui donne plutôt la preuve qu’ils ne peuvent pas faire preuve de hauteur et défendre le parti en accompagnant d’autres candidats. Ils préfèrent entraîner tout le parti dans une aventure à l’issue incertaine : quel égoïsme.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:21, par Tonton
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Cher Céphas Bazoun, tu ne comprends pas Français. Relies cette phrase à tête reposée : « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum ». Le texte te dit : pour Organiser un référendum dans les conditions légales il faut au préalable un consensus national. Or dans notre cas il n’y avait pas de consensus. Le CDP, Blaise et sa clique te disaient, nous allons organiser un référendum pour nous départager. Je t’invite à réécouter les différents messages de ces gens. Je ne suis pas juriste mais sache que sur la base du Français parlé ici tu as tiré à côté par ton manque de compréhension. Revisite l’expression "le cas échéant’.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:22, par sidpawalimdé
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Dans la question de la révision constitutionnelle, deux voies étaient possibles : la voie référendaire ou la voie parlementaire. L’un dans l’autre il faut d’abord le consensus avant le choix de la voie de légitimation dont le référendum qui passe pour être la meilleure voie. En matière constitutionnelle, les propositions des constituants sont soumises au référendum comme ce fut le cas en 1991 ou comme envisagé pour la 5èRépublique.
    Les lois républicaines ne sont pas des lois divines, elles sont donc susceptibles de perfectionnement ; toutefois, il est prévu un processus de déclanchement ; c’est ce processus qui était en débats pour le cas de la révision de l’article 37 de constitution ; les initiateurs avaient prévu la voie référendaire pour se rabattre sur la voie parlementaire. ces subtilités juridiques qu’ont les « narcogouvernants » africains pour modifier les constitutions par usage anachronique ou opportuniste des normes démocratiques les a fait tombés dans l’interdit communautaire tel édicté dans l’argumentaire de la charte depuis juin 2007 : « Désormais, toute manipulation de la constitution pour quelles que raisons qui soient, tendant vers un pouvoir personnalisé ou à la pérennisation d’un individu au pouvoir est anticonstitutionnel » .
    c’est cet interdit qui est la base de l’article 52 qui dispose que : « Aucune des dispositions de la présente charte n’affecte les dispositions les plus favorables relatives à la démocratie, aux élections à la bonne gouvernance contenues dans la législation nationale des Etats parties ou dans tout autre traité régional, continental et international en vigueur dans ces Etats parties » . D’ailleurs, les états membres de l’Union africaine se sont déclarés conscients des conditions historiques en Afrique dans le préambule de la charte . La constitution burkinabè de 1991 est un exemple, elle qui a consacré tous les pouvoirs et fait du Président un Demi. DIEU. En conséquence ils ont adopté la discrimination positive comme stratégie de la promotion et la culture de la démocratie et défini les rôles des acteurs dans la société. que ceux veulent gérer les affaires publiques le fassent dans la prise en compte des aspirations de ceux qui veulent être gérés à partir des consensus codés appelés loi. Dans le cas contraire, ceux qui veulent être s’insurgent .
    Le nouveau code électoral du Burkina portant l’inéligibilité des bonzes de l’ancien régime doit être compris sous cet angle car répondant aux aspirations des insurgés. Il faut internaliser la sanction du peuple insurgé pour que les adeptes de la lettre ou de la légalité formelle et les démocrates aveugles ou sourds. Que ceux qui ne comprennent pas le langage du regard lisent et sachent qu’inclusion ne rime pas avec impunité, qu’il leur faut accepter que la fin l’ère de l’indispensabilité imposée à blaise COMPAORE leur est applicable par solidarité ; sinon le peuple aurait été injuste, lui qui veut qu’on fasse un pas avec lui que mille(1000) pas sans lui. Mais quels sont ceux qui doivent être visés par l’inéligibilité ? Nous pensons :
    • A tous ces saprophytes et « présidencidaires » qui avaient creusé des galeries sous les régimes. Car il y a jamais deux sans trois. Ils ont mis toutes les erreurs du CNR sur Thomas SANKARA et veulent faire de même sur Blaire COMPAORE
    • Au chef de terre de la « Blaisomanie » qui s’est rendu imputable et coupable des impacts négatifs découlant de la guerre entre l’esprit (la volonté populaire) et la lettre (la mauvaise expression de cette volonté) . La « blaisomanie est un ensemble cultuel pour la survie de la « compaorose » ou système de Blaise ;
    • aux membres du gouvernement qui ont avalisé le projet de loi de révision en l’adoptant en conseil de ministres ;
    • aux membres des bureaux exécutifs du Front Républicain coupables d’abus de la discipline des partis ;
    • aux membres du bureau du groupe parlementaire CDP ;
    • aux membres des bureaux des partis politiquent non membres du Front Républicain et les associations ou toute personne individuelle de soutien personnel de Blaise COMPAORE et incitation au parjure .
    • aux membres du bureau du groupe parlementaire ADF-RDA ;
    • aux députés reconnus corrompus pour le vote ;
    Que cette discrimination positive temporaire puisse la classe politique vers l’éthique et la morale

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:22, par L’Africain
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    En droit, on dit que l’INTENTION VAUT L’ACTE !

    Que voulez vous encore ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:26
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Voici un pseudo-juriste qui en plus de ne pas maîtriser le français prétend maîtriser le droit.

    Morceaux choisis :
    1. « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum ».

    Réponse : il s’agit d’un problème de maîtrise de la langue française. En effet, pour recourir à un référendum, il faut un consensus national.Pour faire simple, l’accord de toutes les parties est exigé.Ce qui n’était pas le cas.

    2. "Mais là-aussi comme nous l’avons vu, leurs arguments ont fait flop. Surtout que l’article querellé n’a même pas eu le temps d’être modifié"

    Réponse : Je vous renvoie à la commission de l’infraction en droit pénal. Ce n’est pas parce qu’on a empêché une personne de commettre un vol qu’on peut dire qu’il est absous de son infraction. Ici, il s’agit d’une action extérieure qui a fait échec à son projet. Le seul cas valable qu’il peut avancer c’est la rétractation volontaire. Ce qui n’a pas été le cas de ton CDP, qui a été empêché le 30 octobre de commettre sa forfaiture.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:26, par oui et non
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    on voi que les gens son presq meme chose.un parti politiq n’est pas constitué d’un seul intellectuel.si on di q un tel ne peu pa se presenté trouvé qlq1 d’autre dans le groupe pr montrer q vs avez des gens dan le groupe qui peu faire le travail comme vs.si vs pensé q vs etes seul, desolé cè le système de Blaise.On peu pa comprendre q vs pensez etre le seul dans le groupe a pouvoir gouverné.cè la honte de ces partis politqs.le peuple vs observe tjr.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:27, par tche de paris
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur Bazoun vous savez que ce qui s’est passé au pays est pire qu’un putsh des trentaine de morts civils en manifestant pour leur droit aux mains nues il y a eu des putschs sans mort donc c’est vous qui avez mal compris la charte africaine un gouvernement qui tire sur sa propre population c’est pire qu’ un putsch c’est parce que vous avez pas des parents qui sont morts pendant l’insurrection.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:28, par LECINIK
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    FRANCHEMENT,JE COMPRENDS PAS.ILS N’ONT QU’A FAIRE PARDON PATIENTER LA DUREE D’UN MANDAT,C’EST ÇA ON APPELLE EXCLUSION ?DANS CE CAS,ET NOUS QUI ETIONS EXCLUS DE TOUT PENDANT 27 ANS ?DONC SI EUX N’ONT PAS LA DECENCE DE SE FAIRE OUBLIES APRÈS 27 ANS DE REGNE SANS PARTAGE,NOUS NOUS CHARGEONS DE LES METTRE SUR LE BANC DE TOUCHE.MEME PAS BESOIN DE LIRE DES TEXTES POUR CELA

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:31, par eteincelle
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le juriste ! Une modification de constitution dont l’objectif est de contrecarrer l’alternance c’est écrit noir sur blanc est proscrite. Pour l’alternance consacrée par la constitution revenez dans 15 ans c’est ça que voulait faire l’ex majorité ! Et puis franchement vous ne faites mieux que ceux qui remettent en cause l’insurrection .Le débat sur la constitutionnalité ou non de l’article 37 est clos,l’insurrection l’a réglé DÉFINITIVEMENT. Vous ramez à contre courant de l’histoire,attention à ses roues compresseurs,elles sont sans pitié. Les intellectuels peuvent choisir leur camp,c’est leur droit,mais les peuples ont le dernier mot.Çà aussi,c’est l’histoire qui l’enseigne.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:35, par bob
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Désolé M.bazoun vous êtes loin d’être neutre dans votre analyse ,ce qui rend votre verbiage nul et non avenue , plein d’amalgames et de contre vérités . Donc vous avez tout faux ,revenez plus tard !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:38, par Sabari
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Analyse pertinente. Mais il suffit d’avoir une opinion comme celle là et de l’exprimer pour que certains se ruent sur vous à bras raccourcis. L’histoire nous dira. Prions pour un Burkina apaisé et d’un débat politique dénué de passion.
    L’HISTOIRE DIRA

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 09:44, par LE VISIONNAIRE
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur le juriste, êtes vous vraiment un juriste ? Moi je le suis pas, mais je constate que vous êtes victime d’une constipation intellectuelle. Ne dit-on pas que le droit est l’expression de la volonté du peuple ? Ici moi je parle du peuple réel et non celui du tube digestif comme certains de vos partisans. les juristes brouettes on n’en veut pas. Ma patrie ou ma mort ; nous vaincrons.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:01, par Karissa
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    De quoi vous plaignez-vous donc, insomniaque
    M’ayant surpris et désarmé avant l’attaque ?
    J’exige que mes droits soient respectés puisque j’en ai
    Et qu’ayant vu mon projet découvert et défait
    Je reste un honnête citoyen comme vous
    Attendant votre inattention pour refaire mon coup.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:06, par Thiorno Amir
    En réponse à : Révision d Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Ce monsieur n’a absolument rien compris jusqu’à présent la situation actuelle du Burkina en oubliant la colère de la population et nos martyrs rien ne peut combler ça suspendre quelques individus à cinq ans d’inéligibilité par rapport à des morts qui ne reviennent plus jamais soyez au moins un peu humain.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:32, par Tarwendpanga
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    M. le JURISTE je voudrai vous dire d’aller reprendre vos études mais je m’en réserve parce que je ne pense pas que cela vous servira encore. Votre analyse n’a rien d’appétissant au contraire elle subjective et tellement que vous n’avez fait que perdre votre temps à expliquer des textes que vous même ne comprenait pas.
    Nous nous reconnaissons à travers ce gouvernement et c’est ça la démocratie au fond (la loi de la majorité) alors laissé nous respirer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:40, par wawei
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mr. Céphas, ainsi vous avez la prétention de croire que vous lisez mieux entre les lignes que tous ceux qui ont réfléchi à la production du nouveau code électoral ?! très bien, vous êtes fort ; effectivement vous dites des choses qui semblent tenir la route quand vous tentez de nous dire en réalité qui est la victime dans les évènements des 30 et 31 octobre 2014. Soit ! mais voyez-vous, le cas "Burkina" est assez spécifique, parce que(je suppose que vous avez un peu voyagé), vous savez bien que le Burkinabè est vraiment différent du Togolais, du Béninois ou du Sud-africain. Ici, nous ne savons pas faire de différence entre un Samo et un Mossi, un guinéen,un Centrafricain ou un Peul souvent préférant donner notre natte à "l’étranger" ; nous vivons en symbiose, en harmonie, sans différenciation ; nous sommes certainement maître dans l’art de nous taquiner les uns les autres à travers la parenté à plaisanterie. Cependant, au-delà de cette gentillesse qui a fait que nous n’avons pas embastillé Blaise et son clan( comme cela s’est fait en Egypte avec Mohamed Morsi) alors que nous aurions dû le faire, nous savons nous révolter ,et alors très sévèrement, lorsque nous faisons face à ce qui ressemble à des foutaises. C’est tout simplement pour cela que le Peuple a applaudi le vote du nouveau code par le CNT pour l’exemple. C’est parce que les membres de l’ancien régime qui ont géré le pays en 27 ans et qui sont cause de la plupart de nos malheurs aujourd’hui(délestages intempestifs, écoliers sous paillotes, absence de morgues, services de santé défaillant, corruption en tout genre, réseau de distribution d’eau défaillant.....) n’ont pas su gardé profil bas. On les a vus lors de tentatives de regroupement de leurs militants, se comporter en victimes, jouant parfois les héros,haussant les épaules, allant rendre visite à Blaise au vu et au su de tous les "aigris de la république" narguant le peuple. Pensez-vous qu’il soit normal de la part de Jerôme Bougma, après tout ce qui s’est passé, de venir faire le malin devant les gens ? Vous remarquez la métamorphose de Djibril Bassolé qui, après avoir fait croire que, grâce à lui, l’armée n’est pas intervenue lors de l’insurrection, monte un scénario idiot pour créer Les Nouvelles Aneries du FA.... pardon, La Novelle Alliance du Faso pour se porter candidat à la future élection présidentielle ? Certains comme Salif Kaboré, après un court séjour d’exil(pour mieux placer l’or trafiqué ?) reviennent se pavaner à Ouaga sans scrupules, sans compter les bêtises de Salia et compagnie à Bobo. C’EST CELA QUE NOUS NE POUVONS ACCEPTER. Alors, IL FAUT PUNIR.
    Vous pouvez vous rassurer Mr. Céphas que même ceux qui semblent ne pas être d’accord avec nous nous donnerons bientôt raison et prendrons certainement notre bon exemple d’ici là dans leur pays, le Burkina étant un pionnier dans beaucoup de choses politiques. Vous avez certainement votre lecture de l’art. 25 qui peut vous convenir, le Peuple à travers le CNT et toute l’équipe de la Transition a la sienne ; laissez-nous circuler pour la reconstruction d’un Burkina nouveau et prospère !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:40
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    C’est réel c’est le gouvernement qui a été victime d’un acte anti constitutionnel. Il a été renversé pas par un vote mais par une insurrection. Alors que la Charte africaine n’a pas prévue les cas d’insurrection. Donc les membres de l’ancien gouvernement ne peuvent effectivement pas être victimes et coupables à la fois. Aussi la convocation du référendum n’était pas anti constitutionnelle. La charte a bien prévue que dans les cas comme ce qui prévalait au Burkina on puisse organiser un référendum pour avoir l’avis du peuple. Si ce référendum n’a pas eu lieu parce que des politiciens se sont cacher derrière les besoins du peuple pour assouvir leur désirs on ne peut pas dire que le projet de référendum était anticonstitutionnel. Tout ce qui est évoqué pour parler de la modification de la loi électorale en vue d’exclure certaines personnes ne tient donc pas la route. Ils n’ont commis aucun faute légale et même si c’était le cas qu’on laisse la justice se prononcer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:54, par theo
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    He mon type on dit que la roué tourne et chacun doit accepter les hauts et les bas. La justice c’est pour les forts du moments. Les gens qui pensent qu’ils sont exclus n’ont qu’a attendre leurs tour. Il faut aussi prier pour ne pas mourir avant son bon tour

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:57, par soveda
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Il n’y a pas de débat sur la question. le peuple à sanctionner un pouvoir qu’il avait installé, il appartient encore au même peuple souverain et intelligent de choisir au soir du 11 octobre et massivement celui qui sera à mesure de conduire la destinée de ce pays. Pas d’exclusion SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 10:59, par Sira Gnouman
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    ce sont les trois décennies de façon discontinue, d’un seul individu à la tête du pays. Cela était vraiment amoral, immorale et indécent que le régime Compaoré nous imposât un autre quinquennat mais ""légalement""
    Je ne suis pas juriste mais quelle légalité parlez vs mr Céphas Bazoun ?
    Blaise, son gouvernement et tout ceux de son entourage ont engagé un coup d’état contre la constitution et l’état de droit en voulant modifier la constitution.
    Blaise étant le seul Burkinabè à pouvoir gouverner notre pays celons eux, pourqoi parlez d’exclusion s’ils ont été les prémiers à s’exclure.
    Vive l’interêt superieur de notre nation.A bas l’interêt partisant.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:15, par tuenmavé
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    AH, Cher ami !
    Quand vous écrivez que "c’est que ce Gouvernement ... a été renversé de manière anticonstitutionnelle", savez-vous ce que veut dire constitutionnel ? La première des constitutions c’est la volonté du peuple. Vous pouvez alors peut-être vous intérroger seulement si c’était le peuple ou la foule qui a renversé le gouvernement en octobre. Mais à cette interrogation, si vous regardez les images de la journée, en provenance de toutes les localités du Burkina Faso, la réponse tombe, implacable.

    En Côte d’Ivoire à côté, Alassane Ouattara a choisi la voie de la justice et on lui reproche d’exercer une justice des vainqueurs. Ici au Faso, on a couplé deux approches : (i) une approche politique (sanctionner désormais et par la loi, toute vélléité de tripatouiller la loi fondamentale), et une judiciaire (la poursuite de ceux qui ont commis des crimes économiques et politiques). Il ne faudrait pas qu’il soit laissé entendre que l’on peut engager le pays dans des troubles tels que ceux que nous avons connus (avec 34 morts, le bilan aurait pu être bien plus lourd) et continuer à boire le champagne et animer des meetings politiques en toute impunité. L’impunité, c’est fini. Et le peuple y veillera maintenant lui-même.

    Que Dieu et les Ancêtres bénissent le Burkina Faso

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:28, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Quelqu’un peut il dire à nos éminents juriste constitutionnalistes auto-proclamés que leur combat est maintenant d’arrière-garde ?

    La loi est votée, promulguée, diffusée, soutenue par le plus grand nombre et sera appliquée. De la même manière que certains critiquent la peine de mort ou la polygamie ou toute autre loi du Burkina, vous pouvez critiquer mais pour le moment, c’est la loi, point à la ligne. En attendant de faire votre lobbying pour la faire changer, vous la respecterez ou la subirez selon votre attitude.

    Il serait donc plus productif d’utiliser vos compétences juridiques pour défendre vos "amis" dont la candidature pourrait être remise en cause par cette loi, pour convaincre le juge constitutionnel qu’ils n’ont pas soutenu le changement de l’article 37, même si pour certains le combat est perdu d’avance.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:30, par mytibkèta
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mr Bazou vous êtes juriste c’est une bonne chose.Certainement que Descartes, Montesquieu ça vous dit quelque chose. Vous voyez nous perdons du temps pendant que les autres avancent. Exemple comment trouver le vaccin contre le sida qui fait des ravages parmi nos parents que l’application du lévirat qui est une "loi" coutumière faite pour protéger la progéniture du disparu et garder les liens familiaux entre la belles familles. Je repète Pendant que nous perdons le temps à jouer au juriste et à des analyses qui n’apportent rien à la situation actuelle, le peuple par la voix du CNT a dit : basta à ceux qui veulent continuer à dépouiller le peuple et à servir un seul clan ou un groupe de personnes.. En 1991 je crois Blaise est aller seul aux élections ça n’a ni fait chaud ni fait froid à la communauté internationale ni à tous ceux de votre catégorie. C’est la première exclusion de l’histoire politique de notre pays. Avec lui , des lois ont été voté pour violer la constitution loin du regard du peuple si le peuple s’était les 90% des députés ; certainement que vous n’avez pas suivi cela puisque que vous n’aviez rien écrit sur ces cas là. Le ccrp qui est une trouvaille pour divertir le peuple a permis de passer des lios dites consensuelles vous n’aviez rien dit. vous et la communauté internationale En octobre 2014 en séquestrant les députés et en mettant en branle armée "vous n’étiez certainement pas là en face de l’Assemblée Nationale , on ne vous a malmenè à la sécurité ce jour là" il a voulu avec son parti et les autres partis suivistes forcer le peuple "qui l’avait pourtant élu" à accepter le fait accompli c’est à dire la modification de l’article 37.Pendant tout ce temps vous n’aviez pas vu que ce Président là et ses amis étaient tout sauf des démocrates.Vous voyez L’habit était trop chaud pour le peuple il a préféré changer d’habit. Et nous disons à tout ceux qui lisent les recueils de loi que pour une fois c’est notre 18 brumaire comme ça .Mais nous ne souhaitons pas que du sang coule. Mais comme l’habitude est une seconde nature( confère la mort de vrai juriste, j’ai nommé Nébié Salif) chez certaines personnes on ne peut être sûr de rien. S’il faut refaire un autre recueil de lois pour l’intérêt du plus grand nombre ce là sera il va être nécessaire pour donner de la lecture à ces juristes du dimanche.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:38, par PRESIDENT FONDATEUR
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Soyons réaliste et posons-nous la question de savoir ou serions-nous aujourd’hui si le CDP et ses alliés avaient réussi le coup d’état constitutionnel ? Pour une question de morale, ces personnes qui ont conduit le pays dans cette situation malgré toutes les mises en garde au niveau national et international doivent faire profil bas. De toutes façon, ils se sont exclus eu même à travers leur comportement.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:53, par moi meme
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Tu es dur a cuir dès. Tu ne sais pas qu’on ne critique pas ces gens là. Ils vont te tomber dessus. Ils auront ce qu’ils auront les fruits de ce qu ’ils ont semé. Tu veux dire que les profs, les avocats, les OSCs, les CNTs ne connaissent pas ca, ils ont fait expres. plus il y aura des troubles, plus la transition durera, plus...

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 11:56, par moi meme
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Salut, mon cher, je ne savais pas qu’un juriste allait perdre son temps sur cette loi. Tellement on n’a pas besoin d’avoir fait un bon secondaire pour trouver que c’est la plus nulle loi qui n’a jamais été votée en haute volta encore moins au burkina faso. celui qui dit le contraire qu’il me trouve pire dans les archives et je le rendrai aussi riche que zida.
    Mais toi même tu sais ho... C’est la loi de la go denise, le plus aimé des burkinabè. tu as vu les commentaires hier sur lui. Mon ami a envoyé un commentaire pas offensant, mais qui ne lui faisait pas des louanges. Imagine toi, allez imagine............. bloqué dix fois sur lefaso.net.
    Ca te rappelle rien, toi qui dois être un peu agé pour avoir vécu la révolution : les CDR brouettes, rien du tout, la pensée unique, rien du tout, on insultait les réactionnaires, les libi-libis. Heureusement, tu n,as pas laisser ton numéro de téléphone.
    Merci quand même pour ta contribution

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:01, par consciencieux
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Je comprends pourquoi le Burkina faso a mal à ses textes juridiques. Je respecte beaucoup nos juristes car il y’en a qui sont excellents, nombreux d’ailleurs. Mais les juristes de l’acabit BAZOUM, vraiment que DIEU nous en fasse grâce.Comment quelqu’un qui se dit juriste peut nous servir une analyse juridique aussi piètre que celle faite par un profane en la matière.A cette allure, il serait souhaitable que pour quelqu’un puisse avoir le titre de juriste ait au minimum le D.E.A comme c’est le cas en psychologie.Je m’excuse auprès de bons et vrais juristes qui ont la maitrise et dont les analyses juridiques volent très haut que celle qui nous a été servie par mon ami BAZOUM.Au passage je signale au sieur BAZOUM que le CNT dispose d’Assistants parlementaires qui sont très excellents dans les analyses, interprétations juridiques que le machin qu’il vient de fournir.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:10, par freddy le loup
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    depuis un certain temps je me triture les méninges à force de réfléchir à cette question ? les députés ne représentent ils pas le peuple ? ne parlent ils pas au nom du peuple ? alors quoi de plus normal qu’ils votent une loi qui rencontre l’assentiment du peuple. est ce que vous entendez encore les jeunes qui (environ 150) qui avaient manifesté aux abords du CNT ? rien du tout ils ont pris l’argent qu’on leur a remis pour organiser la manif, ils s’en sont partagés et c’est fini. Le peuple a dit non, le peuple a dit qu’il ne veut plus entendre parler de ces gens la et qu’ils doivent être poursuivis en justice alors que voulez vous. Ceux qui ne sont pas contents ils peuvent se retrouver pour organiser leur marche on verra bien !!!!!! le peuple est serein et les gesticulations des mécontents n’y changeront rien. Et encore ça arrange tout le monde, voyez le CRAC du CDP il se frotte les doigts puisqu’ils ont mis en place le CRAC pour justement foutre à la porte ces mêmes gars et voila que leur prière est entendue et leur cause facilitée. Il n’y aura aucun problème. le seul problème qu’il pourra y avoir est le retrait de cette loi sur le code électoral ou une espèce de compassion à l’égard de tous ces gars emprisonnés qui ont volé, pillé, détourné l’argent du peuple et qui ont assassiné ou fait assassiner les fils du pays. Nous sommes vigilants et nous soutiendrons le gouvernement de transition jusqu’au bout. nous dénoncerons les tentatives de sabotage des efforts en cours

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:17
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Vous etes un enfant béni de Dieu. Voici un vrai juriste.
    J’avoue que depuis le projet de modification de la loi électorale et l’invocation de le Charte par les partisans de l’Exclusion, j’ai été stupéfait à bien des égards.
    Juriste de formation, je ne suis ni docteur, ni agrégé encore moins expert "constitutionnaliste’’. Mais ma compréhension de la Charte en ses dispositions querellées épouse parfaitement celle de l’auteur de l’article. Je n’ai plus rien à ajouter.
    Je n’en veux pas aux députés du CNT qui ont voté cette loi. Vu le niveau et le parcours de la majorité des gens qui y siègent. Même des reggae makers....
    Je comdamne tous ces Intellectuels, Constitutionnalistes,qui ont fait cette interprétaion honteusement erronnée de la Charte tout simplement pour exclure des gens. Ce n’est pas du Droit, celui que j’ai appris à l’université.
    J’ai honte de ces LOADA, Seni OUEDRAOGO et autres SOMA.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:19, par johnblacksad
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Ah... en tout cas, ça aussi c’est une lecture qu’on peut faire de la situation.

    Personnellement, ce code électoral ne me gêne pas... pendant qu’ils voulaient modifier la constitution n’ont-ils pas martelé que l’Afrique des réalités qui lui sont propres ?
    Eh bien, en Afrique, on ne peut pas laisser impunément faire comme s’il ne s’était jamais rien passé. Il y a eu des morts. Qu’ils s’estiment déjà heureux de n’avoir pas été poursuivis pénalement pour cela.

    En plus le code électoral n’est pas méchant, il veut juste s’assurer que pour cette élection au moins, la première vraie élection libre au Burkina depuis plus de 30 ans, personne des malhonnêtes qui ont accompagné Blaise Compaoré jusqu’au bout de sa forfaiture ne puisse se présenter, et cela me va très bien comme ça !

    Tant pis si Djibril qui semble avoir un potentiel de bon dirigeant pour le Burkina en fasse parti, mais c’est ainsi.

    Et puis, à vrai dire, oui, j’ai peur d’eux... j’ai peur d’eux et de tout ce qu’ils sont capables de faire avec les nombreux milliards qu’ils ont volé sous l’ère Compaoré !

    Moi je suis serein... Juliette Bonkoungou et les siens peuvent gesticuler autant qu’ils veulent crier à la victimisation etc... je n’en ai que faire !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:23, par johnblacksad
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Le droit, le droit... il n y a pas que le droit dans la vie !

    On est entre africains, ne faisons pas comme s’il n’existait rien d’autre en dehors du droit !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 12:36, par NELO
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Bonjour Mr BAZOUN
    Les chefs d’états africains n’ont jamais pensé qu’il y’ aura insurrection populaire donc ils ont signé à leur faveur. Vous avez reconnu vers la fin que Blaise et ses partisans ont voulu se maintenir au pouvoir pendant plus de 30 ans par tous les moyens. Je ne vous comprends pas quand vous dites que le referendum n’est pas interdit par notre constitution est ce dans le cas de 27 ans passés au pouvoir ? Pourquoi vous n’analysez pas les articles dans un contexte donné ? En justice le bon juge c’est celui qui utilise les articles selon les contextes. Selon vous comme le referendum n’était pas interdit alors il faut laisser Blaise empêcher l’avènement de l’Alternance au Burkina or la Charte Africaine prône l’alternance. Pourquoi aux Etats Unis les présidents après leur deuxième mandat ne demande pas le referendum pour se maintenir au pouvoir ? Je ne suis pas juriste mais je vois que vous n’êtes pas un bon juriste : il y’a la relation de causes à effet. Vous souvenez vous que ces gens disaient qu’à part Blaise personne ne peut diriger le Burkina ? Aujourd’hui vous voulez que ces mêmes personnes ( incapables selon eux de gouverner le Burkina) viennent mettre à genou le Faso. Est ce que vous aimez vraiment notre chère patrie !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 13:13, par Moi Le Patriote Parfait
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Je vous invite à lire attentivement l’article 165 de la constitution qui interdit les révisions constitutionnelles portant atteinte à la forme républicaine de l’Etat. L’article 168 lui s’oppose à « toute oppression d’une fraction du peuple par une autre ». Si après 27 ans de pouvoir, sans partage, vous engagez une révision constitutionnelle au profit d’un seul individu à la tête d’un clan, il s’agit d’un monarque qui opprime une partie du peuple et la république devient un royaume. Les articles 165 et 168 sont violés. Votre projet est intervenu dans les conditions suivantes :
    - le processus de révision de la Constitution ne repose pas sur un consensus national, car il ne visait qu’un seul individu ;
    - Séquestration des députés dans un hôtel luxueux de la place à coup de millions offerts pour préparer leurs esprits à un vote massif en faveur du vote ;
    - Menaces de représailles des contrevenants avec les armes du peuple ;
    - Réquisitionnez des forces de sécurité par le gouvernement pour tirer sur les manifestants
    - Tir à balles réelles sur les civils manifestants aux mains nues et assassinats d’une trentaine faisant ainsi des martyrs.
    - Lorsque malgré tout on vous associe à la gestion de la période de transition et que : vous manquez gravement d’introspection pour accompagner la transition, que vous vous montrez indigne, de respect pour les âmes des martyrs et que vous niez par là même le réalisme de l’insurrection qui est passée par là
    On n’a pas besoin de textes mêmes pour vous sanctionner à la hauteur de votre forfaiture. Laissez tomber les textes derrière lesquels vous vous retranchez et regardez-vous dans un miroir. Nous sommes tous Burkinabè et nous avons besoin de tous pour la construction du Faso, pour cela personne ne doit périr . Revenez à la raison car la communauté internationale a déjà pris des engagements pour accompagner la transition. Personne ne ferra du mal à aucun ancien dignitaire mis à part le fait qu’il doive répondre de sa gestion devant la justice

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 13:21, par Da
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mon frère, l’ex-mojorité t’a donné combien de francs pour écrit ça ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 14:13
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Au numero 9, il n’est pas malhonnête, il ne va pas reproduire toute la charte de l’union africaine ici, ce qu il a écrit est déjà long. Si ca t intéresse vas lire à la source, paresseux. C’est toi qui est malhonnête. C’est quelle intolérance que les transitaires sont en train de créer dans ce pays, alors que c est ca qui a perdu blaise et sa suite.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 14:16
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    @baba magnedbiga maparbiga dis moi pourquoi les mendiants se détestent entre eux ?toi mendiant larmoyant parce qu’on a coupé votre pain après 27ans de gourmandise tu es fâché contre nous qui vous regardions manger sans rien dire babila dis moi entre 27ans de jeûne sec à l’eau et 5ans de jeûne au pain et au lait qu’est ce qui est mieux ???ninpongan si tu es faché pend toi niyalga toi tu connais solaire toi ?talgbiga

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 15:31, par le revelateur
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Pourquoi vous avez ignore l’article 23 a son point 5 qui stipule : "tout amendement ou toute revision des constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance democratique" .
    L’article 23 dit : "les etats parties conviennent que l’utilisation,entre autres, des moyens ci apres pour acceder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstututionnel de gouvernement et est passible de santions appropriees de la part de l’Union ".
    Mon cher juriste,c’est le point 5 de cet article 23 qui concerne le cas du Burkina dont l’article 25 point 4 .Le debat est de savoir si l’article 37 de notre constitution a ete modifie ou pas ?
    L’autre question est de savoir si un voleur pris en flagrant delit est sanctionnable ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 15:37, par Elyse,
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Quelqu’un vient de le dire : "c’est Blaise COMPAORE et son Gouvernement qui a voulu engagé un bras de fer contre la Constitution du BURKINA FASO et le Peuple les ont congédiés." Y a-t-il encore de texte ou d’ expression à employer ? Doit-on encore attendre que le fautif définisse lui-même la voie par laquelle il entend être puni pour sa conduite ? Quand même !!!! Même si on est en Démocratie.Il n’y a même pas de débat à faire ici ou de recours à des constitutionnalistes. Si on vous envoie, sachez vous envoyer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 16:36
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    La modification de l’article 37 de la constitution 1991 était non consensuelle. Le clan du capitaine COMPAORE s’est rendu coupable par sa parole, ses faits et ses gestes. Il est auteurs des troubles qui ont suivi bien que tu veuilles nous faire croire qu’il est la victime. Pour le moment le nouveau code convient au peuple Burkinabè qui s’est sacrifié pour mettre hors état de nuire un régime d’exclusion de 27 ans, "amoral" et "immoral" comme tu le dit. A peine mis à la porte il revient au galop. C’est quand même trop facile ! Le peuple dans maturité à trouvé bon d’adopter des textes pour assainir un temps soit peu sa société.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 16:36, par Entre les lignes
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Bonnes gens, appliquons-leur tout simplement ce qu’il sied de faire à des tricheurs (excusez du peu) mais ne nous cachons pas derrière cette loi male écrite pour le faire. Tous ceux qui ont fait du français trouveraient de la peine à incriminer quelqu’un (surtout ceux qu’il faut) avec ce morceau de texte.
    Evoquer « Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement ... » pour indexer les sbires de BC ce n’est pas juste. Peut-on être auteur si on a pas accomplie l’acte ? Si l’intention vaut l’acte en justice, alors les "mea-culpa" de certains devraient être oublié car ils ont eu également l’intention.
    De plus, jusqu’à l’heure où j’écrit le mot "Changement" n’a pas encore changé de sens dans le dictionnaire. terre à terre, l’eau change d’état quand elle quitte l’état liquide pour se transformer en glace. Si l’article 37 n’a pas eu une virgule de plus ou de moins jusque là, comment concevoir qu’il y a eu changement à plus forte raison des auteurs ?
    S’agissant de l’inconstitutionnalité de la volonté de réviser l’article 37, les honnêtes personnes placent le débat sous l’angle de l’opportunité. Et c’est juste !

    Je ne veux pas de ces CDPistes à la tête de mon pays mais je me sans lâche si c’est par une loi aussi bancale qu’ont leur fermera la porte. Qu’ils montent au combat pour que je me venge ! Par la plus belle des manières, les renvoyer chez leurs femmes toute honte bue !!!

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 16:37
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    La modification de l’article 37 de la constitution 1991 était non consensuelle. Le clan du capitaine COMPAORE s’est rendu coupable par sa parole, ses faits et ses gestes. Il est auteurs des troubles qui ont suivi bien que tu veuilles nous faire croire qu’il est la victime. Pour le moment le nouveau code convient au peuple Burkinabè qui s’est sacrifié pour mettre hors état de nuire un régime d’exclusion de 27 ans, "amoral" et "immoral" comme tu le dit. A peine mis à la porte il revient au galop. C’est quand même trop facile ! Le peuple dans maturité à trouvé bon d’adopter des textes pour assainir un temps soit peu sa société.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 16:51, par Tino85
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur Bazoun Cephas, les textes juridiques ont pour finalité la régulation de la vie en société. Si les textes du Burkina Faso étaient en phase avec cette réalité, sachez que les Burkinabé auraient eu autres choses à faire et ce qui est arrivé les 30 et 31 octobre, n’auraient pas lieu. Seule la volonté du peuple compte. Le peuple n’a pas à manifester une volonté conforme aux textes. Ce sont les textes qui doivent être adoptés conformément à la volonté du peuple.
    Vous dites qu’il n’appartient à un groupe de légiférer sur qui peut et qui ne peut pas être candidat et vous, un "seul" individu, devrez également penser que vous n’êtes pas habiliter pour savoir ce qui est bon ou pas pour tout un Peuple.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 17:18, par Kako
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    J’ai envie de dire que l’auteur de ce texte comprend certainement le droit de travers. Facile de se déguiser en juriste derrière sa machine.
    Faut organiser une conférence de presse pour qu’on voit ton visage de juriste. L’argumentaire est assez décousu et je parie que ce monsieur reconnaîtra qu’i fait une usurpation du titre de "juriste" pour défendre une cause qui tient à cœur. Il faut que ses camarades politiques se présentent aux élections, c’est son seul souci.
    Courage, 2020 n’est pas loin.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 17:30, par cibal de l’ombre
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    internaute 4 baba, arrête de pleurnicher dans tous tes commentaires comme quoi toi tu as la connexion si c’était le week end les osc n’auraient pas accès à internet, si tu n’a pas d’argument prière de la fermer !!

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 17:31, par docker
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Si le CNT avait voté une loi permettant aux partisans du blaiso de participer aux élections d’Octobre, actuellement nous seront à la case départ, car le peuple va redéscendre dans la rue pour demander le départ pur et simple du CNT. Vu ??? OUI pour le pardon, si les auteurs reconnaissent leurs crimes et se repentent ; es-ce le cas du régime du blaiso ? NON. Alors, les textes d’accord, mais la morale d’abord CAR PLUS RIEN NE SERA COMME AVANT. Les politiciens ont toujours menti, alors le peuple reste vigilant. ou était Céphas Bazoun, avant le 30 octobre ??? des juristes sont morts pour dénoncer ce putsch du blaiso...

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 18:08, par POUTINE
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mon Cher « BAZOUN » ils ont été pris en flagrant délit, depuis le conseil des ministres du 21/10/2014 au jour du vote de la loi à l’AN.. Fin du débat

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 18:28, par compaoré
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Mon ami quand tu parles du peuple"le peuple burkinabè est assez mature. Laissons-le s’exprimer, laissons-le choisir ; il saura reconnaître les siens le 11 octobre.," quelle définition tu donnes au "peuple" ? ; A tu oublié déjà que c’est le peuple qui a mis en place le CNT. Si ton "peuple" dont tu parles n’est pas d’accord avec la nouvelle loi pourquoi on ne le voit pas dans la rue comme le 30 et 31 octobre ? Tu n’as toujours pas compris la notion du mot"peuple". mon ami si le cnt change encore cette loi en faveur du régime déchu, tu verras ce que c’est que le peuple. Merci

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 19:56, par Le lecteur
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    "L’Article 23 alinéa 4 et l’Article 25 alinéa 4 de la Charte de l’UA stipulent que : « Les Etats parties conviennent que l’utilisation, entre autres, des moyens ci-après pour accéder ou se maintenir au pouvoir constitue un changement anticonstitutionnel de gouvernement et est passible de sanctions appropriées de la part de l’Union : … Tout amendement ou toute révision des Constitutions ou des instruments juridiques qui porte atteinte aux principes de l’alternance démocratique … Les auteurs de changement anticonstitutionnel de gouvernement ne doivent ni participer aux élections organisées pour la restitution de l’ordre démocratique, ni occuper des postes de responsabilité dans les institutions politiques de leur Etat… ». Ici, le CDP a effectivement essayé de se maintenir au pouvoir par l’amendement de la Constitution"
    L’auteur de cet écrit n’a surement pas relu son texte sinon cette partie suffit pour qu’il reconnaisse qu’il s’est lui contredit. Mais merde, prenez nous au sérieux !

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 20:18, par ouedraoog biiga
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Merci pour votre analyse, mais je ne partage pas votre avis et ce, pour deux raisons principales.
    Vous avez écrit que "légalement, il n’y avait rien à reprocher à la convocation du Référendum." Pourtant dans le même temps, vous avez cité la charte de l’UA selon laquelle " « Les Etats parties doivent s’assurer que le processus d’amendement ou de révision de leur Constitution repose sur un consensus national comportant, le cas échéant, le recours au référendum »
    Première raison : Y a-t-il eu consensus national ? je ne suis pas juriste, mais tel que écrit dans la citation, le consensus national devrait précéder le référendum. Pour le cas d’espèce, ce n’était évidemment pas le cas. Et puis,
    Deuxième raison : n’oubliez pas que la dernière stratégie du CDP, en achetant les députés ADF/RDA, c’était d’obtenir 3 /4 des voix et ainsi modifier l’article 37 en évitant le piège du référendum. N’est-ce pas monsieur le juriste ?
    En conclusion, la modification de l’article 37 n’est pas qu’une question de morale, mais une question juridique et pour cause : absence de consensus, tentative d’empêcher l’alternance par tous les moyens (vote direct à l’AN par achat de voix, référendum sans consensus et seulement en cas d’échec de la première option).

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 20:22, par parto
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    La défaillance technique est regrettable dans toutes les sciences. L’auteur de cet article vient de nous le prouver pour son ’’raisonnement’’ boiteux. En effet, j’ai un sérieux problème avec tout juriste qui ne maîtrise pas les techniques d’interprétation en droit. Tous ceux qui se disent juristes et qui continuent de défendre la légalité de la révision de l’article 37 sans invoquer l’esprit de cet article, c’est-à-dire, la volonté du législateur de 2000 ne sont que des juristes en papier. Sinon tout juriste rigoureux et de bonne foi peut démontrer scientifiquement que l’article 37 n’est pas révisable, sans passer par des détours d’éthique, de moral, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 20:34, par Bèlèkiliba FORODJAN
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    D’accord pour ce point de vue de juriste mais opposition totale face a l’affirmation selon laquelle "le peuple burkinabè est assez mature. Laissons-le s’exprimer, laissons-le choisir".
    Soyons serieux et disons les vraies choses. De quel peuple parlez vous ? De ce peuple mouton (comme dirait Laurent BADO) qu’on achete avec un T-Shirt, du sucre, du thé, des billets de 1000f, des ravitaillements aux stations d’essence.
    Avec plein de chefs coutumiers pourris et analphabetes politiques qui disent en restant cons et vaincus (convaincus) qu’avec Blaise, il y a la paix, donc pas besoin de le changer.
    NON. NOn. Non. Ce peuple là est immature, meme, il est meme idiot de sorte qu’il est et demeure a la merci des politiques (CDP, MPP, UPC, UNIR-MS et autres partis pleins d’escrocs qui n’ont qu’un seul objectif : se remplir les poches.
    Vivement que la MORAL revisite notre cher FASO

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 20:53
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    C’est là les derniers soubresaut des agonisants d’un système despotique décadent. Les valets perdus d’un système étêté qui espèrent encore ralentir la dynamique conquérante d’un peuple en effervescence. Tremblez d’effroi car vous êtes tels de pauvres biches qui s’ébattent entre les pattes du lion rugissant. C’est là l’occasion de vous amender car vous ne pourrez échapper à la furie d’un peuple assoiffé de justice. Vous êtes prévenus.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 23:29
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    toi au moins tu n’a pas fait ton école pour rien, ça me fend le cœur de voir quand je vois que c’est ça ils ont pris pour justifier le nouveau code électoral,ça me fait honte de montrer à la face du monde nos tares en droit...si on veut pas qu’ils participent au élection qu’on le dise c’est pas la peine te tourner pour leur dire ça,ce qui fait l’affaire de nos politiciens qui n’ont par ailleurs pas l’esprit de compétition...Et puis que les gens arrêtent à tout bout de champs de dire nos martyres comme si on leur demandait le nom d’un seul ils allaient pouvoir le dire,c’est une hypocrisie malsaine que d’utiliser la mort d’autrui à des fins inavouées...Comme si le jour même ou ils sont tombés ils n’ont pas continuer à faire leur bêtises habituelles...Que celui qui veut comprendre comprenne

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2015 à 00:00, par Levériteur
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Ce qui est sùr la loi na pa dit que les membres du dernier conseil de Blaise sont inéligibles. Donc le juriste juge constitutionaliste va interpreter tous "tes textes". Donc cher BAZOUN soyez sérein !

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2015 à 10:04, par yerbanga joel
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    « CHER MONSIEUR LE JURISTE VOUS N’ETES PAS OBLIGE DE RENTRER DANS UN DEBAT AUSSI TROP INTELLECTUEL ET FACILE A INTERTRETER COMME LA CHARTE AFRICAINE DE LA DEMOCRATIE ET DE LA BONNE GOUVERNANCE. QUANT BLAISE COMPAORE LA RATIFIAIT , IL S’AVAIT CE QUE VALAIT L4ESPRIT DE CETTE CHARTE. VOUS ETES JUSTE UN MILITANT CDPISTE AU RIZ GRAS PIMENTEE DES CAMPAGNE POLITIQUES »

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2015 à 11:21, par SAE
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Bonjour chers tous.
    Bien dit les Internaute 2, 5, ...
    Le peuple a pris bien son destin le 30 oct. 2014, et l,a encore fait par la révision du code électoral.
    Bref vous pouvez vous estimer heureux et dire merci au bon DIEU du fait que ça soit limité à cela et que vous pouvez toujours vous exprimer.
    Un second soulèvement, le peuple ira plus loin : un balayage systématique, ...

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2015 à 11:13, par Weogo Boungnega
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Triste con que ce pseudo juriste à la noix. On sent à plein nez un CDPiste ou un FEDABCiste aigri qui tente de d’embrouiller les gens. Mais tu feras mieux d’économiser ta salive parce que tout retour en arrière est IMPOSSIBLE !!! Au dessus de tout et de tous se trouve le PEUPLE souverain et responsable de son destin !!! Est-ce clair dans ta cervelle grippée ?? Donc tes théories à la con tu peux te les fourrer là où tu connais. Medg !!
    par Tobdano

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2015 à 15:25
    En réponse à : Révision du Code électoral : « De l’interprétation volontairement erronée de l’Article 25 de la charte de l’UA »

    Monsieur OUSMAN Int N°31

    Il est bel et bien un vrai juriste non partisan, il ne défend pas ma cause seulement, il défend également ta cause quand demain tu seras dans la situation des gens du CDP aujourd’hui. Pense-y. A bas l’exclusion, à bas le code des vainqueurs, vive la démocratie et la liberté d’opinion si chèrement défendu par Blaise COMPAORE .

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés