"La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

mardi 21 avril 2015 à 07h12min

A l’étape de Washington, D.C de la visite de travail et d’amitié qu’il effectue du 12 au 21 avril successivement aux Etats-Unis d’Amérique et au Canada, le premier ministre, Yacouba Isaac ZIDA et la délégation qui l’accompagne, ont rencontré la communauté burkinabè résidant dans la capitale fédérale des USA et dans certaines villes environnantes et même lointaines comme ceux venus de Huston. C’était dans la soirée du mercredi 15 avril 2015, à la résidence de l’Ambassadeur dans le quartier Potomac.

Les échanges ont essentiellement porté sur la situation sociopolitique nationale ainsi que certaines doléances de la communauté burkinabè vivant dans cette partie des Etats-Unis d’Amérique.

Les sujets de préoccupations au cours des échanges ont notamment porté sur les raisons qui ont conduit au report à 2020 du vote des burkinabè de l’étranger, l’organisation à la date effectivement arrêtée par le gouvernement des élections (présidentielle et législative), la possibilité pour le budget national de supporter les charges financières liées aux élections si par hasard il y avait défaillance de certains partenaires financiers, l’adoption du code électoral et les opinions diverses et contradictoires émises sur certaines de ses dispositions (exclusion de certains acteurs), le fonctionnement des organes de la transition et leur capacité à remplir correctement leurs missions tout en surmontant les crises constatées çà et là.

Il a aussi été abordé les dispositions prises par le gouvernement pour la résolution des cas de crimes économiques et de sang par l’appareil judiciaire, les interpellations de certains individus et la procédure diligente et appropriée à observer pour éviter tout vice en la matière......

Les participants ont aussi émis des inquiétudes sur le capacité du Gouvernement à assurer correctement la sécurité des personnes et des biens au Burkina rappelant notamment le cas d’enlèvement d’un expatrié récemment constaté au nord du pays ou celle des autorités de la transition en place mais surtout à fin de leur mandat.

Les participants ont aussi regretté le mauvais fonctionnement des réseaux de télécommunications au Burkina Faso, ainsi que les produits de mauvaise qualité vendus dans le commerce de leur pays....

Cependant, les participants dans un franc mais empreint de courtoisie et de respect de l’autorité, ont aussi exprimé au Premier ministre et à toute la délégation qui l’accompagne, leur fierté et leur admiration pour les acteurs de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 et pour les autorités qui incarnent la politique nouvelle au Burkina Faso. Ils leur ont réaffirmé leur engagement à contribuer à la réussite des missions assignées à la transition.

Enfin, la communauté burkinabè de cette partie des Etats-Unis ont adressé au Premier ministre leur souhait de disposer d’un bâtiment pour servir de maison du Burkina afin de sceller encore plus l’union , la fraternité et la solidarité entre fils d’une même patrie. Les regards ont été orientés sur le bâtiment situé sur la 16ème qui faisait office d’ancienne résidence des ambassadeurs successifs aux Etats-Unis, par exemple.

Dans leurs réponses aux préoccupations et inquiétudes émises, le Premier ministre et les membres de sa délégation , le président de la CENI, Maître Barthélémy KERE, les ministres des mines et de l’énergie, Boubacar BA, de l’industrie , du commerce et de l’artisanat, Hippolyte DAH, le ministre délégué au budget, Aminata BILLA /BAMBARA, ont chacun dans ses domaines de missions, donné des réponses satisfaisantes.

Le premier a assuré les uns et les autres que la transition se prote bien et a, par conséquent, demandé l’accompagnement de tout Burkinabè démocrate où qu’il se trouve pour soutenir le processus irréversible d’implantation d’un véritable Etat de droit en cours au Burkina Faso.

Pierre WAONGO
Attaché de presse du Burkina à Washington

Vos commentaires

  • Le 21 avril 2015 à 07:24, par Ranini En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Tout ce qui est avancé comme justifications pour cautionner le code électoral adopté se comprend. Mais.....
    Le peuple insurgé du Burkina Faso n’aurait pas eu besoin de toutes ces gesticulations si les autorités de la Transition avaient pris leur responsabilité avant-hier, hier ou prennent leur responsabilité aujourd’hui.
    Avant-hier c’était le Lt-Col ZIDA, Président intérimaire auto-proclamé au détriment du Général TRAORE (avec la complicité active du RSP détenteur de la Puissance de feu et la complicité passive du reste de l’Armée), qui n’a pas pris ses responsabilités en faisant immédiatement arrêter tous les dignitaires du Régime déchu. C’était la mesure élémentaire auquel on s’attendait en pareille circonstance ! Non seulement il ne les a pris ces mesures conservatoires, mais il a favorisé la fuite et même le transfert de ces "pourfendeurs" de l’article 37. Il a même assuré la sécurité de ces gens au camp Paspanga par exemple avant qu’ils ne s’évanouissent dans la nature au lieu de se retrouver au moins en résidence surveillée en attendant la suite des événements. Pourquoi a-t-on mis le peuple sous coupe avec le couvre-feu ? Ce n’était pas l’occasion de mettre la main sur ces « indélicats » ? A-t-il joué et joue-t-il le jeu du régime déchu ?
    Hier c’était le Président de la Transition ! Il aurait été choisi parmi les trois "présidentiables" parce qu’il aurait affiché plus de volonté de rupture que les deux autres ! Qu’a-t-il fait pour marquer cette rupture ? Aucune plainte déposée pour atteinte à la constitution, aucune mesure conservatoire contre les anciens dignitaires, aucune plainte déposée ne serait-ce que contre x pour les blessés et morts lors des événements insurrectionnels, aucun avoir gelé ne serait-ce que momentanément le temps d’élucider certaines choses, etc.
    Aujourd’hui, Ms le Président du Faso, le Premier Ministre, le Président du CNT et les membres du gouvernement se la coulent douce ! Pire, ils ne prennent pas leurs responsabilités ! On jette de la poudre aux yeux du peuple par des arrestations spectaculaires pour des supposés détournements et/ou mauvaise gestion de ceci ou de cela. La tentative d’atteinte à la constitution, source de l’insurrection avec toutes ses conséquences n’est pas un délit grave et suffisant pour mettre tout ce beau monde au frais en attendant leur jugement par la juridiction qui sied à leur rang ? On n’aurait pas eu besoin d’introduire dans le code électoral certains articles que certains jugent discriminatoires ! Mettez en branle les mesures conservatoires conformes aux textes de loi et vous verrez que certaines personnes ne seraient pas libres encore moins à mesure de réclamer des droits de postuler à des postes électifs. Il faut combattre le mal par la racine : lancer un mandat d’arrêt international contre tout ce beau monde en commençant par le Fuyard pour que tous répondent de leurs actes. Sans cela, on joue à cache-cache avec le peuple.
    J’accuse le gouvernement de la Transition de haute trahison !

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 07:45, par frere aux usa En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Sur les traces de Zida à Washington voila ce qui s’est passé aux USA
    Le verbatim de la tournée premier ministériel à washington et à New York permet de se faire une idée à peu près précise de l’évolution de la transition dans les jours à venir. Il permet aussi de comprendre la position des hôtes américains vis-à-vis de la transition qui a court dans notre pays.

    Revenons sur le verbatim : En rapport avec le RSP. Le rapport qui est entre les mains de Zida et selon ce qu’il en dit, laisse penser que le régiment sera renforcé dans son rôle de gardien des institutions, en tout cas au moins sur la durée de la transition. Le président élu, en octobre pourrait s’il le souhaite décider autrement.

    Zida réaffirme son encrage RSP. Il est RSP réaffirme t-il. Au risque de confusion, il rappelle qu’il en demeure le numéro 2, c’est-à-dire le second à Céleste Coulibaly, puisque Kieré, lui, est chef d’Etat Major particulier de la présidence. C’est une façon de réaffirmer qu’il ne veut pas s’exclure de ses frères d’arme.

    En ce qui concerne, la loi « Chérif », son propos est plutôt dans la modération et dans le retrait. Il reconnait que le fait d’avoir trituré l’article 25 de la charte africaine, pour l’adapter au contexte nouveau burkinabè, peut causer un malaise. Même s’il a ajoute aussitôt qu’il a expliqué à ses interlocuteurs américains que le Burkina s’est conformé aux exigences de la charte africaine. Une explication qui ne semble pas convaincre, puisqu’il rappelle, ce que sans doute l’administration Obama a dû lui marteler dans les huis clos des entretiens : « c’est au peuple et à lui seul, de sanctionner les élites politiques et non pas une loi ».

    La pondération de Zida sur cette internalisation de l’article 25 de la charte africaine peut avoir un rapport avec l’histoire de son introduction dans le code électoral. C’est le CNT qui a introduit cette disposition dans la loi. Le projet originel du gouvernement, ne le mentionnait pas. Dans la procédure parlementaire, le droit d’amendement est reconnu au parlement, à condition que le gouvernement l’accepte. La position de Zida peut-être comprise comme une « solidarité critique », à moins qu’elle ne soit destinée à la consommation des américains. Qu’à cela ne tienne ;

    On peut imaginer que ces rappels itératifs auront des suites. Parce que pour l’instant, les américains rappellent certainement « des positions de principes », mais si Ouagadougou est autiste, ces positions peuvent évoluer. Les partenaires pensent et espèrent que l’on peut toujours rattraper les choses. Ils font donc de grosses pressions sur les premiers responsables du pays.

    On apprend aussi dans les déclarations de Zida, qu’une révision constitutionnelle, minimale devrait intervenir avec le verrouillage de l’article 37. Il devrait s’ensuivre et voici les propos de Zida « un couplage référendum-législatives ou référendum-municipales ». Ce qui laisse penser que la nature du scrutin du 11 octobre 2015, ne serait pas encore définitivement arrêtée.

    Enfin plus prosaiquement, Zida ne se déplace plus, sans son pasteur, Patrice Tiendrebeogo. Il était toujours deux marches derrière le premier ministre et sur sa fonction affichée par les américains, c’est écrit « spécial adviser ». En français Conseiller spécial. Je ne sais pas vous, mais moi j’ai raté, le conseil des ministres qui l’a ainsi, nommé.

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 08:10, par WHISKY En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    J’attends aussi qu’il vienne me répondre comment un LIEUTENANT COLONEL ait pu avoir les MILLIARDS que lui il a puisque je fréquente beaucoup de COLONELS et meme de généraux qui n’ont meme pas des bonnes voitures n’en parlons des villas de 380.000.000 en plus j’aimerais aussi profiter lui rappeler que le CAPITAINE dont il essaie souvent d’imiter sans meme éprouver aucune HONTE MORALE a été président pendant 4 ans sans meme laisser aucune villa bref un mot je voudrais dire qu’on ne saurait laisser un homme aussi MALHONNETE sinon ESCROC de son acabit de représenter l’image d’un pays qu’on appelle fallacieusement celui des hommes intègres

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 08:10, par andre En réponse à : la transition

    Courage à Zida

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 08:33 En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    A CEUX QUI SE CACHE DERIERE LES ETATS UNIS POUR CRITIQUER SANS VERGOGNE LE NOUVEAUX CODE ELECTORAL / VOUS N’AVEZ PAS HONTE "GENS" SANS IDENTITE. IL ONT BESOIN DE L’AMERICAIN POUR LEUR DIRE S’IL VA PLEUVOIR OU NON ; S’IL FAUT SEMER OU NON... VOTRE AMBASSADEUR QUI A SEME LA POLEMIQUE EST REVENU POUR VOUS DIRE DE NE PAS DIRE CE QU’IL N’A PAS DIT.

    VRAI ET DIGNE PEUPLE DU BURKINA SOUTENONS LE TRANSITION !!!!

    L’ambassadeur américain au Burkina, Tulinabo Mushingi, est revenu sur la position américaine concernant le Code électoral adopté le 7 avril par le Conseil national de Transition et promulgué le 9 avril par le président de Transition, Michle Kafando.

    « Avant de commencer mon discours, permettez-moi de revenir sur le nouveau code électoral. Nous ne sommes pas étrangers à la polémique. J’aimerais être clair : La loi a été promulguée et c’est fini.

    Quand il y a un choix qui concerne le peuple, les USA se mettent du côté du peuple, parce que c’est le peuple qui décide. Pour nous, c’est le gouvernement du peuple, par le peuple et pour le peuple. S’il y a des différences, nous discutons, mais l’objectif est le même.

    Donc, il ne faut pas qu’il y ait de malentendu. C’est la loi du pays. On continue, on avance et on va de l’avant ensemble vers le même objectif. Donc il n’y a pas de discussions sur cela.

    Nous avons d’excellentes relations bilatérales avec le Burkina Faso et tous les accords que nous avons avec le Burkina vont toujours continuer.

    Je voulais aussi dire rapidement que si la CENI n’est pas encore passée dans votre région, il faut bien marquer votre calendrier et dire à vos amis, frères et collègues de s’enrôler massivement sur les listes électorales.

    Le 11 octobre, rendez-vous dans les bureaux de vote ».

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 08:34, par Gaius Gaius to you En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Bonne tournée à vous, revenez nous sains et saufs.
    à votre retour prenez en compte les différences inquiétudes posées par nos compatriotes vivant aux USA notamment le mauvais fonctionnement des réseaux de télécommunications au Burkina Faso, ainsi que les produits de mauvaise qualité vendus dans le commerce de notre pays..
    Agréable journée à tous et à toutes Frères et sœurs Burkinabè

    Répondre à ce message

  • Le 21 avril 2015 à 11:12 En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Courage excellence. Que Dieu vous protège

    Répondre à ce message

  • Le 22 avril 2015 à 07:21, par Thién En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    La transition est sur bons rails !!!
    Vous ferez mieux de reconnaître vos louvoiements au lieu de vous jeter des fleurs !
    Il n’y a rien de convainquant dans tout ce qui a été fait jusqu’à nos jours.
    Le doute est là et vous ne faites pas confiance !

    Répondre à ce message

  • Le 23 avril 2015 à 09:26, par Ouanga Sétou En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Vraiment je ne comprends pas ZIDA ? Pourquoi faut-il chaque fois te jetter des fleurs à toi même. La transition est sur bons rails mon oeil oui. Au lieu de chercher le nom cherche à trouver solution pour le delestage de courant au Faso. On en marre des ministres qui parlent trop pour ne rien dire.

    Répondre à ce message

  • Le 24 avril 2015 à 19:21, par DurComRock En réponse à : "La transition est sur bons rails" assure le premier ministre Yacouba Isaac ZIDA et sa délégation aux burkinabè de Washington, D.C.

    Ah ! Alors, le pays a encore assez d’argent pour des voyages si onéreux ??? Zida profite trop de la transition pour encore voyager !!! Pas besoin de se rendre dans ces pays juste pour les raisons énoncées dans cet article. Des notes diplomatiques suffisent et ainsi les ambassadeurs près ces pays pourront transmettre tout message des autorités du pays aux ressortissants burkinabè dans ces pays ! En retour, si les ressortissants ont des doléances, l’ambassade peut bien servir de relais non ??!! Franchement, que le PM arrête ses déplacements et dépenses inutiles y liées

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés