Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

dimanche 19 avril 2015 à 21h59min

Dans la déclaration ci-après, le Réseau d’action pour la démocratie (RAD) exprime son soutien au code électoral controversé, et invite les populations à sortir « massivement le samedi 25 avril pour soutenir » les « autorités » dans la défense dudit code.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

« Toutes les personnes ayant soutenu un changement qui porte atteinte au principe de l’alternance démocratique notamment au principe de la limitation du nombre de mandat présidentiel ayant conduit à une insurrection ou à toute autre forme de soulèvement, sont exclus aux prochaines consultations électorales mettant fin à la transition. » Ainsi, par cet acte, les députés viennent de traduire l’aspiration de tout un peuple le 7 avril 2015, en adoptant le nouveau code électoral en ses articles 135, 166 et 242. Cette disposition qui émane de la charte africaine pour la bonne gouvernance n’est qu’une suite logique des conséquences de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre qui a mis fin au pouvoir clanique et sans partage de Monsieur Blaise COMPAORE et fait échec à sa volonté de régner à vie.
Depuis le vote de cette loi, certaines mauvaises langues passent par tous les moyens pour faire croire au peuple burkinabè que les autorités de la transition veulent par cette loi exclure les partis de l’ex-majorité alors que la Charte de la transition parle d’inclusion. Pourtant il n’en est rien. Cette loi n’a jamais exclu un parti politique mais plutôt des individus.
Certes, la Charte de la transition parle d’inclusion mais ne s’oppose en rien à l’exclusion d’individus qui ont commis des fautes graves telles que le soutien à la modification de l’article 37 qui a occasionné d’énormes pertes en vies humaines et des dégâts matériels innombrables. Les articles 3, 13 et 15 de la Charte de la Transition qui concernent l’éligibilité du Président de la transition, des membres du gouvernement de la transition et du Conseil national de la transition stipulent ceci : « aucune personne ayant soutenu la modification de l’article 37 ou ayant été au dernier gouvernement de la quatrième République ne peut prendre part aux organes de la transition. »
Par ailleurs, cette question de participation ou non aux élections prochaines des dignitaires de l’ex-majorité relève d’une question d’éthique, de respect de soi et de la démocratie. Après avoir soutenu le projet de modification de l’article 37 de la Constitution burkinabè, après avoir déclaré que Blaise est le seul capable de diriger toutes ces personnes devraient avoir le courage d’assumer leurs erreurs et avoir la décence de se faire un peu discret. Laisser ceux qui ont conduit le pays vers le gouffre se présenter aux élections devant marquer la fin de la transition, c’est déshonorer la mémoire des martyrs des 30 et 31 octobre.
C’est pourquoi, le Réseau d’Action pour la Démocratie (RAD), invite l’ensemble de la population à ne pas se laisser divertir et de se mettre la main dans la main pour soutenir la transition. C’est dans l’unité que les filles et fils de notre patrie, comme un seul homme a versé son sang pour sauver notre pays du joug de la quatrième République depuis plus de 27 ans. Depuis lors la machine de la démocratie s’est mise en marche personne ne peut et ne doit remettre en cause cet élan patriotique. Nous exhortons la communauté internationale à écouter la voix du peuple et non chercher à vouloir protéger un clan qui, depuis plus de deux décennies a régné sans partage dans la corruption, la gabegie, le népotisme jalonnés par des crimes économiques et de sang. Comme le disait le Président BARACK Obama, le Burkina Faso a besoin aussi d’institutions fortes et non des hommes forts, alors le RAD invite la communauté internationale à aider nos autorités de la transition pour tracer des sillons et de vrais sillons d’institutions fortes pour un Burkina développé et plus merveilleux, au lieu de soutenir des hommes qui pensaient être forts et irremplaçables et que sans eux le Burkina tombera dans le chaos. Si des gens n’ont pas su clairement dire au régime COMPAORE de s’en aller, il ne faut pas venir perturber la marche du changement déclenché depuis les 30 et 31 octobre 2014.
En fin, le RAD lance un appel à tous les burkinabè, hommes, femmes, jeunes, vieux à sortir massivement le samedi 25 avril pour soutenir nos autorités et défendre le code électoral.

Le Président
Casimir SAWADOGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 20 avril 2015 à 09:12, par le Saoudien
    En réponse à : Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

    Du n’importe quoi ! Je demande a tout Burkinabe conscient de la dangerosite de ce nouveau electoral de se demarquer de ces osc vendus qui confondent leur ventres au peuple. C’est a dire qu’ils utilisent le nom "peuple" pour revandiquer ce dont lrurs ventres ont besoin. Allons seulement !

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2015 à 09:45, par le panafricain
    En réponse à : Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

    SVP
    QUELLES SONT LES SOURCES DE FINANCEMENT DE CES SOIT DISANT OCS .!

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2015 à 09:55, par trankilo
    En réponse à : Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

    Salut le fréro, tu as tout bien dit et de façon claire. Tous ensemble pour un Burkina nouveau !

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2015 à 09:59, par Ranini
    En réponse à : Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

    Tout ce qui est avancé comme justifications pour cautionner le code électoral adopté se comprend. Mais.....
    Le peuple insurgé du Burkina Faso n’aurait pas besoin de toutes ces gesticulations si les autorités de la Transition avaient pris leur responsabilité avant-hier, hier ou prennent leur responsabilité aujourd’hui.
    Avant-hier c’était le Lt-Col ZIDA, Président intérimaire auto-proclamé au détriment du Général TRAORE (avec la complicité active du RSP détenteur de la Puissance de feu et la complicité passive du reste de l’Armée), qui n’a pas pris ses responsabilités en faisant immédiatement arrêter tous les dignitaires du Régime déchu. C’était la mesure élémentaire auquel on s’attendait en pareille circonstance ! Non seulement il ne les a pris ces mesures conservatoires, mais il a favorisé la fuite et même le transfert de ces "pourfendeurs" de l’article 37. Il a même assuré la sécurité de ces gens au camp Paspanga par exemple avant qu’ils ne s’évanouissent dans la nature au lieu de se retrouver au moins en résidence surveillée en attendant la suite des événements. Pourquoi a-t-on mis le peuple sous coupe avec le couvre-feu ? Ce n’était pas l’occasion de mettre la main sur ces « indélicats » ? A-t-il joué et joue-t-il le jeu du régime déchu ?
    Hier c’était le Président de la Transition ! Il aurait été choisi par les trois "présidentiables" parce qu’il aurait affiché plus de volonté de rupture que les deux autres ! Qu’a-t-il fait pour marquer cette rupture ? Aucune plainte déposée pour atteinte à la constitution, aucune mesure conservatoire contre les anciens dignitaires, aucune plainte déposée ne serait-ce que contre x pour les blessés et morts lors des événements insurrectionnels, aucun avoir gelé ne serait-ce que momentanément le temps d’élucider certaines choses, etc.
    Aujourd’hui, Ms le Président du Faso, le Premier Ministre, le Président du CNT et les membres du gouvernement se la coulent douce ! Pire, ils ne prennent pas leurs responsabilités ! On jette de la poudre aux yeux du peuple par des arrestations spectaculaires pour des supposés détournements et/ou mauvaise gestion de ceci ou de cela. La tentative d’atteinte à la constitution, source de l’insurrection avec toutes ses conséquences n’est pas un délit grave et suffisant pour mettre tout ce beau monde au frais en attendant leur jugement par la juridiction qui sied à leur rang ? On n’aurait pas eu besoin de préciser dans le code électoral certains articles que certains jugent discriminatoires ! J’accuse le gouvernement de la Transition de haute trahison !

    Répondre à ce message

  • Le 20 avril 2015 à 21:10
    En réponse à : Soutien au code électoral : Le RAD donne de la voix

    je vous soutiens le rad

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés