Nouveau Code électoral : le gouvernement entend respecter la volonté du peuple

vendredi 17 avril 2015 à 01h50min

Depuis son adoption, le 7 avril 2015 par le Conseil national de la Transition (CNT), puis sa promulgation, par le Président du Faso, la nouvelle loi électorale fait l’objet de débats juridico-politiques.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez

Formations politiques et organisations de la société civile multiplient les sorties médiatiques, qui pour dénoncer, qui pour soutenir le nouveau Code électoral.
Pour les partis de l’ex-majorité, cette loi est contraire aux textes juridiques nationaux et internationaux qui lient le Burkina Faso. Pour eux, cette loi ne vise qu’à les exclure des prochaines échéances électorales. Ils ont, pour ce faire, déposé un recours au Conseil constitutionnel et comptent saisir, s’il le faut, la Cour de justice de la CEDEAO.
L’ancienne opposition, quant à elle, estime que la nouvelle mouture de la loi électorale est générale et impersonnelle et n’exclut aucun parti des futures élections.
Elle est soutenue par la société civile qui estime que cette nouvelle disposition exprime parfaitement la volonté du peuple burkinabè qui s’est soulevé les 30 et 31 octobre 2014 pour mettre fin au régime de Blaise Compaoré. Elle promet, d’ores et déjà, d’effectuer des sorties explicatives sur le bien-fondé de la loi du 7 avril.
Le gouvernement pour sa part, tout en appréciant le sens élevé du débat démocratique qui caractérise les interventions des acteurs, les invite au respect mutuel, en ayant à l’esprit que ce qui nous unit est plus important que toute autre considération.
Le gouvernement reste attaché à la promotion des valeurs de démocratie et de liberté auxquelles aspire le peuple burkinabè et veillera à ce que sa volonté soit respectée.

Le service d’information du gouvernement

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 17 avril 2015 à 09:44, par Le Faucon
    En réponse à : Nouveau Code électoral : le gouvernement entend respecter la volonté du peuple

    Merci laba. Respectez notre volonté. Cette loi est propre et il n’ya plus rien à dire. Zeus

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2015 à 11:21
    En réponse à : Nouveau Code électoral : le gouvernement entend respecter la volonté du peuple

    beaucoup de courage que dieu vous donne la force la patrie ou la mort nous vaicrons

    Répondre à ce message

  • Le 17 avril 2015 à 20:50, par Sidpawalemdé Sebgo
    En réponse à : Nouveau Code électoral : le gouvernement entend respecter la volonté du peuple

    Merci pour cette déclaration. Le gouvernement est dans son rôle de calmer le jeu, mais la référence au "sens élevé du débat démocratique" me semble un peu exagéré au vu de la stratégie adopté par l’ancienne majorité. En effet, en lieu et place d’un débat démocratique élevé, que constatons nous :

    1°) Une remise en cause systématique de la légitimité du CNT et du gouvernement de transition. Alors même qu’ils sont signataires de la charte de la transition, laquelle instaure toutes ces institutions, ils distillent avec insistance la "non légitimité du CNT" pour contester la nouvelle loi électorale.

    2°) Une remise en cause de la légitimité du conseil constitutionnel. Alors même qu’ils ont contesté la nouvelle loi électorale devant cette juridiction, de nombreuses déclarations de leurs fidèles la remettent en cause. Cela est encore plus inquiétant si on considère que c’est lui qui doit valider les résultats des élections. Ils s’apprêteraient à contester le résultat des urnes qu’ils ne s’y prendraient pas autrement.

    3°) Le négationnisme version Burkinabè est la mode du moment chez ces anciens dignitaires. Des demandes de pardon au peuple et des tournées chez les personnes ressources, on en est venu à "on n’a rien fait de répréhensible", "c’était une divergence d’opinion politique", "le changement de l’article 37 n’était pas anticonstitutionnel", "ce sont les insurgés qui ont violé la constitution". Ce langage fait bien sûr l’impasse sur les morts et les supposés achats de votes et séquestration d’élus avec menaces.

    4°) Chaque occasion est utilisée pour fragiliser les dirigeants de la transition et les mettre en difficulté, manifestations, attaques personnelles, pressions multiformes pour tout régler en quelques semaines, etc... On voudrais faire tomber la transition qu’on ne s’y prendrait pas autrement.

    5°) La "victimisation" est systématiquement utilisée dans les communications des anciens dirigeants. Les termes "inclusion", "droits de l’homme", "liberté d’expression", "élections libres et démocratiques" sont usées et abusés par des gens qui ont foulés aux pieds ces notions pendant des années mais qui se posent maintenant en victimes persécutées. Cette communication est surtout dirigée vers la communauté internationale, mais elle trouve aussi des échos localement auprès des gens sensibles qui de bonne foi se retrouvent à défendre nos bourreaux d’hier.

    Que peut gagner l’ex majorité dans cette attitude ? Quel est leur agenda ? Si on prend délégitimation des institutions+contestations des résultats des élections+recherche de sympathie, on ne voit pas quel démarche démocratique se dégage de cela. On ne peut penser qu’aux choix du désordre comme issue à leur crise. Et cela, c’est un danger pour tout le pays. C’est le rôle du gouvernement d’anticiper et de nous protéger de ces dangers.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés