Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

lundi 13 avril 2015 à 15h32min

« Ils ont lutté pour la baisse du prix de carburant. Ils ont gagné. Mais nous continuons d’acheter nos tickets de transports de Bobo-Dioulasso - Ouagadougou à 7000FCFA, de Dori - Ouagadougou à 4000F, de Gaoua -Ouagadougou à 5000F, de Bobo-Dioulasso – Dédougou à 3000FCFA, etc. ». Ainsi faisait remarquer Bachir, un jeune couturier. La même remarque est certainement faite par beaucoup de burkinabè qui veulent bien comprendre le sens et la direction de la lutte que mène les organisations syndicales. Une lutte noble, certes, mais qui malheureusement semble ne plus répondre aux attentes des certains burkinabè. En effet, la cherté de la vie au pays des hommes n’est aujourd’hui qu’un secret de polichinelle.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

Elle est de nos jours, plus, qu’une réalité. Et pour la énième fois, ce 8 avril 2015, la Coalition contre la vie chère, la corruption, la fraude, l’impunité et pour les libertés a appelé à une journée de protestation parce que le gouvernement de la Transition reste « sourd et muet » face à leur plateforme d’action. Timidement mais assurément, des camarades ont répondu à l’appel à la place de la révolution pour écouter, encore et encore, les discours de leurs premiers responsables. Certains en ont profité pour vaquaient à d’autres occupations, pendant que d’autres assuraient le service minimum dans les services publiques.

La question qui taraude l’esprit est la direction de cette récurrente lutte dont les résultats paraissent très souvent mitigé. Si bien que nombre de consommateurs voudraient bien comprendre la définition et le contexte de la vie chère au Burkina. En effet, pour le cas récent, notamment celui du carburant, s’agit-il seulement de se battre pour obtenir la baisse du prix de carburant sans en avoir celle du prix des transports ? S’agit-il de rester indifférent face à certaines situations dont les conséquences sont incalculables sur les rendements économiques. Etc.

Assez de questions qui méritent de réponses. La lutte des syndicats ne saurait être redite. Quand on sait les nombreux résultats enregistrés. En témoigne notamment la baisse du prix du carburant en janvier et mars dernier. Le hic est cette orientation de la lutte ou nombre de burkinabé semblent ne plus s’y retrouver. Pessimistes pour une issue favorable, ces derniers estiment qu’il vaut mieux mener une lutte globale pour certaines situations. Et de maintenir la veille au risque d’un éventuel retournement. Comme le cas de la baisse du prix de carburant qui devrait, en principe, avoir un impact positif sur le prix du transport. Sachons le, la pression est très énorme sur les revenus. Et la fin semble encore loin.

Bassératou KINDO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 13 avril 2015 à 15:40, par Faso Hebdo
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    Dans une semaine, si les prix des tickets de voyage ne baissent pas, on prend en otage les différentes gares du Faso. Les vrais prix sont : Ouaga - Koudougou : 1500F, Ouaga - Bobo : 6000F, etc.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 15:41, par BELHOMME
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    Bonne analyse. C’est sur cet exemple concret de la baisse du Transport que la CGTB et CCVC devraient s’appesantir au lieu de boycotter des états généraux de la justice et Grève inappropriée qui nous cassent le tympan.
    C’est vraiment dommage pour ces deux organisations qui semblent couper des réalités et qui se comportent comme des francs tireurs de la transition. J’ai encore en mémoire la déclaration de TOLE SAGNON à la place de la nation en juillet 2014 qui refusait le changement pour le changement

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 16:12, par abdramane tan
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    Dieu seul sait s ’ils luttent pour des individus ou pour le peuple.des saboteurs de la transition

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 16:20, par traore
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    bonsoir a tous et excusé, le transport gaoua- ouagadougou c’est 7000f pas 5000, renseigneé vous bien.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 16:21, par bado kassum
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    mention speciale a bassiratou pour tout l’effort qu’elle fait pour satisfaire le lectorat. courage ma soeur

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 18:37, par baba
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    Les sociétés de transport devrait diminuer les frais de transport dans la mesure où le prix du carburant a baissé. J’imagine que si le prix du carburant avait grimpé de 25f on allait constater une augmentation des frais de transport. Pardonnez, diminuer les frais de transport pour alléger la souffrance de la population

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2015 à 08:27, par Bénéwindé
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    Pour une des rares fois je suis d’accord avec vous. Je suis militant d’un syndicat mais je ne me reconnais plus dans l’orientation actuelle de la CCVC. Je trouve un peu d’exagération et d’acharnement dans le contexte actuel. Si les points de revendications sont pertinents, leur opportunité laisse perplexe. Prenant l’exemple des transports, le prix du ticket a connu une hausse suite à l’augmentation du prix du carburant à la pompe de 50f, je crois en 2011 ; avec les deux récentes baisses cumulées de 50f on était en droit de s’attendre à une baisse des tickets. Que nenni et là la CCVC ne dit rien, elle continue de réclamer au gouvernement une baisse de 150f. C’est à ne rien comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2015 à 10:34, par il faut que ça change
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    tickets de transports de Bobo-Dioulasso - Ouagadougou à 7000FCFA, de Dori - Ouagadougou à 4000F, de Gaoua -Ouagadougou à 5000F, de Bobo-Dioulasso – Dédougou à 3000FCFA, etc. ». il faut aller chercher les vrais tarifs ma chere journaliste.les tarifs sont plus que ça

    Répondre à ce message

  • Le 14 avril 2015 à 10:37, par il faut que ça change
    En réponse à : Cherté de la vie : La pression, très énorme sur les revenus

    tickets de transports de Bobo-Dioulasso - Ouagadougou à 7000FCFA, de Dori - Ouagadougou à 4000F, de Gaoua -Ouagadougou à 5000F, de Bobo-Dioulasso – Dédougou à 3000FCFA, etc. ». il faut aller chercher les vrais tarifs ma chere journaliste.les tarifs sont plus que ça

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés