Pâque 2015 à Ouaga : Le cardinal Philippe Ouédraogo apporte du riz gras aux enfants de la rue

dimanche 12 avril 2015 à 23h57min

Plus d’une cinquantaine d’enfants en situation difficile de la ville de Ouagadougou partagent un repas fraternel avec son Eminence le cardinal Philippe Ouédraogo. Echanges directs entre l’homme de Dieu et « ses » enfants la rue, partage de repas et engagements renouvelés ont meublé cet après-midi de la résurrection christ de cette année.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Pâque 2015 à Ouaga : Le cardinal Philippe Ouédraogo apporte du riz gras aux enfants de la rue

Dimanche 5 avril 2015. L’Eglise catholique célèbre la résurrection de Jésus-Christ. A Ouagadougou, la fête bat son plein. Un ami nous souffle à l’oreille. Son Eminence Cardinal Philippe Ouédraogo communiera avec les enfants de la rue de Ouagadougou loin des caméras et des projecteurs. L’événement nous séduit. Nous décidons d’être ce témoin privilégie de ce rendez-vous festif entre le père de l’Eglise-Famille du Burkina Faso et ses « fils » qui vivent dans les rues et artères de la ville de Ouagadougou.
Peu avant 16 heures. Nous sommes à l’archevêché de Ouagadougou en compagnie de Emmanuel Kaboré, de Urbain Ouédraogo et de madame Traoré. Le cardinal Philippe Ouédraogo nous rejoint. « Ils nous attendent ». Embarquement immédiat pour un espace à proximité de l’avenue Kwamé N’Nkrumah.

Les enfants de rue sont aussi des enfants de Dieu

La communauté Sant’ Egidio nous accueille. Elle nous introduit dans l’univers des enfants de la rue. Le Cardinal Philippe Ouédraogo est connu du milieu. Sylvain, porte-parole des enfants situe la visite. « C’est parce que Monseigneur pense que nous enfants de la rue sont aussi des enfants de Dieu qu’il revient aujourd’hui. Vous voyez, il n’y a ni caméra ni télévision », lance le représentant des enfants. Cependant, dans la suite du Cardinal « un gratte-papier » est présent.
Comme le Berger de l’Evangile conduit ses brebis, les enfants en situation difficile des rues et des artères de la capitale politique du Burkina Faso connaissent le Berger de l’Eglise-Famille du Burkina Faso. Contacts faciles. Poignées de mains chaleureuses. La relation presque fusionnelle entre le cardinal Ouédraogo et ses enfants de la rue. Le maître de cérémonie Charles Savadogo de la communauté Saint’ Egidio salue la disponibilité du père Cardinal à accompagner les personnes en situation difficile. En deux semaines, il rend deux fois visite aux enfants de la rue.

Bon père de famille

L’ambiance est très détendue. Comme tout bon père de famille, son Eminence Cardinal Philippe Ouédraogo écoute « ses » enfants dans un dialogue direct. « Aujourd’hui, c’est quelle fête » ? C’est la pâque répond un enfant. La plus grande fête de l’Eglise catholique. Le Cardinal s’adresse à ses « enfants » : Dieu nous aime. Vous êtes des enfants de Dieu. Dieu vous aime. Il invite les enfants à s’aimer et s’entraider…. ». Place au partage. Cinq par groupe, sous le regard d’un membre de la communauté Saint’ Egidio, les enfants de la rue partagent le repas. Du riz gras bien huilé aux boissons bien choisis, on se croirait aux nonces Cana. Le Cardinal Philippe Ouédraogo fait la ronde des groupes. Il communie avec les enfants. Contrairement à Cana, le riz gras et les boissons n’ont pas manqué….

La situation des enfants vivant dans les rues affecte les amis du Cardinal. Emmanuel Kaboré est responsable d’une société privée. Au regard de l’hygiène corporelle et vestimentaire des enfants, il se propose leur acheter du savon. Son intention est refroidie par un membre de la communauté Saint’ Egidio. L’objectif du don pourrait ne pas être atteint. Les raisons ne manquent pas. Les enfants pourraient se faire agresser ou revendraient le savon juste après le don. Très discrètement, le bon samaritain glisse des « billets » à un encadreur des enfants de la rue. Il prend cet engagement. « Les voies de Dieu sont insondables. On ne sait jamais par quel chemin, Dieu réalise le destin de chaque personne. Par le truchement du Cardinal, nous viendrons à votre secours », promet Emmanuel Kaboré. Urbain Ouédraogo embouche la même trompette. Quant à madame Traoré, elle souhaite que la « la grâce de Dieu soit sur tout le monde ce soir. Que Dieu nous assiste ! ». Oui, les enfants en situation difficile en ont vraiment besoin. Toute personne doit aimer son prochain. Dieu aime tous les enfants rappelle le père Philippe Zongo. « Ce qui préoccupe le Cardinal, ce sont les personnes démunies et les personnes pauvres », renchérit le père Zongo.

Après une heure et demie d’échange et de partage, le cardinal Philippe Ouédraogo et sa suite quittent les enfants de la rue avec le sentiment d’un devoir accompli. « Vous voyez, le déplacement en valait la peine », lance-t-il à sa suite. Oui Eminence. Un enfant de la rue conclut très bien la soirée avec un brin de philosophie. « On dit que Jésus est ressuscité aujourd’hui. Alors moi-aussi, je suis ressuscité ». Ainsi soit-il.

Dieudonné SOUBEAGA

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés