Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

jeudi 2 avril 2015 à 23h51min

Le ministère des ressources animales a animé ce jeudi un point de presse pour confirmer la présence au Burkina Faso de l’influenza aviaire hautement pathogène ou grippe aviaire et pour appeler la population et en particulier les aviculteurs et commerçants de volailles à une franche collaboration dans la gestion de cette nouvelle crise sanitaire, après celle de 2006.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

« Nous sommes donc en mesure de déclarer la circulation de la souche hautement pathogène H5N1 de l’influenza aviaire au Burkina Faso. Rappelons qu’il s’agit d’une maladie infectieuse, très contagieuse, affectant la volaille domestique et les oiseaux sauvages. Elle est causée par un virus, et entraîne une mortalité très importante et rapide dans les élevages infectés et contre laquelle il n’y a pas de traitement à nos jours. Il s’agit également d’une maladie pouvant affecter les personnes en contact étroit avec les oiseaux malades ou morts ». C’est en ces termes que la secrétaire générale du ministère des ressources animales, Jocelyne Bontoulgou, a confirmé, ce jeudi 2 avril 2015 à Ouagadougou, l’existence au Burkina du virus de la grippe aviaire. Cette confirmation est le résultat des investigations des services vétérinaires entreprises suites à des mortalités importantes de volailles enregistrées courant février-mars 2015 au niveau des élevages traditionnels et modernes dans les provinces du Kadiogo, région du Centre et du Sanguié, région du Centre-Ouest.

Les origines de la maladie encore inconnues

Au total, 115 000 volailles sont à ce jour concernées par la grippe aviaire, à en croire le directeur général des services vétérinaires, Dr Lassina Ouattara. Ce qui correspond en terme numéraire à une perte de 4 000 750 000 F CFA. Les foyers de la grippe aviaire se situent, pour l’instant, dans la commune de Tenado, notamment dans les villages de Batondo et de Baguiemo ; dans la commune de Pouni, en particulier dans le village de Naponé ; et dans la commune de Koubri, notamment dans le village de Nambé. Selon la SG du ministre des Ressources halieutiques, des arrêtés devraient être signés ce jeudi ou au plus tard vendredi par le haut-commissaire du Kadiogo et celui du Sanguié. Ces arrêtés devraient déclarer les provinces du Kadiogo et du Sanguié zones d’interdiction de sortie et d’entrée de volaille sur une période de 30 jours. Quant aux villages de Naponé, Nambé, Batondo et Baguiermo, ils devraient être déclarés zones de séquestration. Les volailles dans ces zones devraient faire l’objet de recensement, de destruction avec procès- verbaux en vue de l’indemnisation des éleveurs concernés. Les origines de la maladie sont encore inconnues. « Les investigations se poursuivent pour déterminer l’origine » a assuré le directeur général des services vétérinaires.

Bientôt un plan de riposte

Les arrêtés des deux hauts- commissaires enclencheront en même temps la campagne de riposte contre la grippe aviaire. Et les mesures prises en matière de communication et de sensibilisation de la population et des acteurs avicoles, lors de la première apparition de la maladie dans le pays en 2006, devraient être remises au goût du jour. Selon le directeur de la communication et de la presse ministérielle, Romuald Somda, une dizaine de modules avaient été développées à l’époque et devraient encore servir dans le cadre de l’imminente campagne de riposte. En attendant la mise en œuvre de ces mesures, les populations sont invitées à éviter les contacts avec les volailles et à ne manger que la viande de volaille bien cuite. Notons que l’on estime à 35 000, le nombre de volailles consommées par jour à Ouagadougou.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 avril 2015 à 07:35, par bebezoula
    En réponse à : Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

    Courage à tout le peuple burkinabé

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 08:14, par Tanga
    En réponse à : Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

    A mon avis la riposte doit commencer immédiatement avant les lourdeurs administratives, ou bien ? Et si la maladie se contaminait facilement à l’homme c’était dangereux avec un tel attentisme ! IL faut qu’on apprenne à agir en temps réel dans ce pays. On parle de bien cuir, mais avant de bien cuir il faut que quelqu’un manipule, que doit faire cette personne ? Tout ça ce sont des questions urgentes qu’il faut répondre rapidement aux populations. Mais s’il faut attendre des arrêtés je crains fort que ce soit trop tard. Espérons que cette maladie ne contamine pas à une vitesse V comme d’autres ? Sinon, c’est la catastrophe assurée.

    Répondre à ce message

  • Le 3 avril 2015 à 09:25
    En réponse à : Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

    Voilà du boulot pour le PM Zida et Cie. Au lieu de menacer les citoyens et leur réclamer d’être sage, il ferait mieux de s’occuper à trouver de vraies solutions à ce qui fait la préoccupation des burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 4 avril 2015 à 21:28, par Jenerpol
    En réponse à : Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

    la grippe a biere est la. Onla grille a la bere. Pourvu que Castel augmente a 50% pour eviter les cassetetes.

    Répondre à ce message

  • Le 5 avril 2015 à 14:44, par Maurice
    En réponse à : Grippe aviaire au Burkina : 115 000 volailles concernées

    Bonjour Dr OUATTARA
    Je voudrais juste vous demander de bien vouloir m’aider à comprendre. Quand on parle de 115 000 volailles concernées par la grippe aviaire et que la perte y relative se chiffre à 4 000 750 000 F CFA, je ne comprends pas. Est-ce à dire qu’une tête coûte environ 35 000 F CFA ? Franchement je veux comprendre. Je profite vous demander de mieux expliquer la prochaine fois (si prochaine fois il ya) afin que chacun n’interprète pas les données à sa manière. Je vous remercie d’avance. Passez d’excellents moments.

    Répondre à ce message

  • Le 13 avril 2015 à 16:25, par DIPAMA Abdoul
    En réponse à : Demende d’information sur le chiffre de 115 000 volailles concernées

    Depuis le 14 mars, j’ai informé les services de santé animales de KOUBRI de la mort de mes poulets et pintades (172 et 84 ) j’attendais à un déplacement des agents de santé pour constatation( puisqu’elle m’avais promis d’informer sa hiérarchie et me m’appeler) .
    je suis inquiet que les techniciens de l’élevage donnent les chiffres de 115 000 volailles avant l’inventaire. Je voudrais vous rassurer que les petits exploitation supportent aussi des charges d’exploitation et ont besoin de votre accompagne.
    Dipama 78353878/70551716/76016141

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés