Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

jeudi 2 avril 2015 à 12h00min

Il est rare de voir un directeur général sortant recevoir autant d’honneur en quittant la tête d’une société d’Etat au Burkina Faso que celui revenu à Yamba Harouna Ouibiga, mardi 31 mars dernier, à sa passation de charges. Au terme d’une cérémonie, fort émouvante, celui-ci a passé le flambeau à Hamado Ouédraogo qui devient ainsi le nouveau directeur général de l’Office national de l’eau et de l’assainissement (ONEA).

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

Le nouveau promu était jusqu’à sa nomination Conseiller Technique « Pool Maîtrise d’ouvrage ». Anciens proches collaborateurs du comité directeur et les travailleurs n’ont pas marchandé leur présence pour rendre un vibrant hommage à Yamba Harouna Ouibiga qui a tenu les rênes de la Nationale de l’eau de 2006 à son remplacement par le Conseil des ministres du 18 mars dernier. Devant cette reconnaissance pour services rendus que très peu de « Grands serviteurs de l’Etat » ont reçue dans ce pays, l’ex-directeur général a manifesté, à juste raison, une joie constante à travers un sourire permanent tout au long de la passation. Il revient aux décideurs de la Transition de s’en inspirer. Nul n’est éternel, personne n’est indispensable. Il sied seulement de « placer l’homme qu’il faut à la place qu’il faut » et d’amener les Burkinabè à se distinguer par leurs compétences et leurs mérites.

Malgré un départ intervenu à une période où l’approvisionnement en eau potable connait quelques disfonctionnements dus à la canicule, la contribution de Yamba Harouna Ouibiga, ingénieur du génie rural, pour étancher la soif de ses compatriotes et assainir leur cadre de vie, a été saluée à sa juste valeur.

Prenant la suite de l’œuvre de Mamadou Lamine Kouaté en 2006, soit deux ans après les premières gouttes de Ziga dans la capitale, Yamba Harouna Ouibiga et son équipe ont ajouté la pierre à la pierre pour étendre, renforcer et améliorer les activités de l’ONEA sur le territoire national. Même si les Burkinabè vont considérer que « c’est bon mais ce n’est pas arrivé » d’autant que les défis à relever dans la disponibilité de l’eau potable sont encore énormes. Il a mis à profit sa formation auxiliaire en management des projets pour canaliser, un tant soit peu, les interventions des partenaires techniques et financiers (PTF).

A juste titre, l’ONEA est la première société d’Etat burkinabè à être certifiée en 2008, ISO 9001 Version 2008. Elle a assisté d’autres entreprises publiques dans cette quête de la qualité. Des entreprises publiques africaines n’hésitent à solliciter son concours pour la mise en place ou l’amélioration de leurs services. Sur le plan de la bataille pour l’eau potable, le Burkina Faso est en chantier. La deuxième phase du projet Ziga s’annonce sous de bons auspices. D’ailleurs, en tant que Vice-président de l’Association africaine de l’eau (AAE), les qualités professionnelles et managériales de M. Ouibiga sont aussi connues de ses pairs.

C’est donc avec la tête haute qu’il a reçu une douche « chaude » de ses camarades du « Château d’eau national » en guise d’au-revoir. Contrairement à l’atmosphère habituellement morose imposée en pareilles circonstances par une attitude du sortant accusant, à tort ou à raison, l’entrant d’avoir manœuvré pour son remplacement, une ambiance conviviale a respectivement prévalu à la séance de passation de charges et à la cantine pour le cocktail. Ils ont été nombreux à témoigner leur reconnaissance à Yamba Harouna Ouibiga. C’est les bras chargés de cadeaux qu’il prend son répit en attendant un autre poste.

Son successeur Hamado Ouédraogo et le secrétaire général du ministère en charge des Ressources hydrauliques, Ali Traoré, ont apprécié l’immensité du travail abattu sous la maestria de Yamba Harouna Ouibiga. La trésorerie de l’ONEA est passée de 466 millions de F CFA en 2006 à 5,9 milliards F CFA en 2015. Cet équilibre financier reposant sur une gestion rigoureuse a bien mis l’ONEA à l’abri de surprises désagréables en ces temps de vaches maigres.

Tout promu doit être animé d’une volonté d’apporter la pierre à la pierre

L’excellence de la collaboration et de la complicité entre Yamba Harouna Ouibiga ainsi que leur hauteur de vue ont pris le pas sur le subjectivisme bien burkinabè au moment de passer la main à quelqu’un d’autre. C’est une logique de la vie qui doit être dénuée de toute velléité d’animosité. Les deux hauts cadres de l’Etat, qui se passent le témoin à la tête de l’ONEA, ont bien compris que lorsqu’on est appelé à un poste de responsabilité, il faut s’armer psychologiquement à céder, tôt ou tard, sa place. L’essentiel est d’inscrire son nom sur le « Marbre des artisans du progrès national » en apportant « la pierre à la pierre » pour marquer son temps.

La dynamique de continuité et le souci de la performance semblent avoir guidé le choix de son remplaçant. Proche collaborateur de Harouna Yamba Ouibiga, le nouveau directeur général, ingénieur du génie rural lui aussi, a été de tous les combats menés par l’ONEA pour l’approvisionnement du pays en eau potable et la promotion de l’assainissement. Les valeurs humaines, dont l’ancien et le nouveau directeurs généraux de l’ONEA ont fait montre, doivent inspirer les uns et les autres. Elles manquent à de nombreux Burkinabè dans leur propension à gravir les échelons coûte que coûte ou à s’accrocher à des postes comme des chauves souris.

Hamado Ouédraogo est d’ailleurs le camarade de promotion de son prédécesseur qui aurait, selon des sources bien introduites, misé aussi sur ce choix opéré par le gouvernement. Car celui-ci répondrait à des critères pertinents pour maintenir au vert les indicateurs de la société d’Etat. Pour l’une des rares fois, l’objectivité a paru de mise. Les appétits de certaines personnes avides de nomination n’ont pas été suivis. Hamado Ouédraogo était l’une des chevilles ouvrières des différentes politiques d’extension et d’expansion entreprises par l’ONEA ces dernières années.

La rupture à la tête de la Nationale de l’eau s’appuie donc sur une clairvoyance axée sur la nécessité de maintenir le cap de la performance. Une telle vision devrait être entretenue à tous les niveaux par les autorités de la Transition afin d’éviter les nominations à l’emporte-pièce qui causeraient d’énormes préjudices aux entreprises publiques. Elles gagneraient à privilégier les acquis de l’Etat dans cette vague de promotions tous azimuts.

Les responsables promus par l’ancien régime ne sont pas tous des incapables et ne méritent pas d’être trainés dans la boue. Certains méritent une gratitude de la Nation pour avoir accompli leurs missions avec pleine conscience. Tout remplacement à un poste de responsabilité, qui est un processus normal dans la marche de tout pays, doit reposer sur des choix lucides portés par des cadres aux compétences avérées. Il y a des domaines d’activités où l’essai, le tâtonnement, le copinage et le népotisme vont s’avérer catastrophique pour la survie et l’avenir de l’Etat. Malheureusement, c’est ce qui est en vogue sous cette Transition.

Jacques Damatoa FOLANE
Collaborateur

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 3 avril 2015 à 07:39, par Diarra
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Félicitations à M. Ouibiga pour votre oeuvre accomplie dans la discrétion totale. Bon vent au nouveau DG qui arrive dans une situation difficile

  • Le 3 avril 2015 à 07:53, par ouedraogo Boureima
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Pardon chère journaliste, le changement à la tête du service public est obligatoire. 2006-2015 soit 11 ans à la tête de l’ONEA monsieur Yamba a quand même travailler. c’est ça la continuité de l’Etat. Et chasser qu’on nomme pas quelqu’un qu’on ne connais pas ses compétences. C’est au nominé de se faire inscrire leur nom sur le TH. Bon vent à monsieur Yamba.

  • Le 3 avril 2015 à 08:05, par eliane
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Bel exemple de leçon de vie ou le sortant félicite l’entrant et vice versa,c’est ce que nous recherchons a travers notre présence sur la toile,que les meilleurs excellent et que les mauvais s’améliorent,félicitations a l’ensemble des employés de l’onea,il vous appartient de sauvegarder les acquis engrangés pour le bonheur des consommateurs . Bon vent au nouveau DG

  • Le 3 avril 2015 à 09:25, par Alassane Yameogo
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Felicitations au DG sortant et courage au nouveau. Deja si moi qui suis habitant du quartier tampouy je pouvais payer mes factures a la mairie de sig noghin, Je serai soulager et beaucoup d’autres abonnes aussi. en effet tous les abonnes ne peuvent pas regles leurs factures dans les agences d’arrondissement meme si vous y habiter et doivent aller au centre ville.

  • Le 3 avril 2015 à 09:41, par Raso
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Je pense que cet homme mérite le vibrant hommage qui lui est rendu. Son successeur
    connaît de fait l’exemple à suivre.

  • Le 3 avril 2015 à 10:59, par direct_bd
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    article très bien écrit, limpide et agréable à lire avec une analyse très pertinente. Chapeau à ce journaliste.

    vivement la fin du nepotisme et des nominations bidons dans notre pays

    felicitations au DG sortant pour le travail abattu et courage au nouveau entrant

  • Le 3 avril 2015 à 11:52
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Me Harouna est un bon gestionnaire et un rassembleur, on espère ne pas regretter son départ. Les bailleurs de fonds nous ont à l’œil.

  • Le 3 avril 2015 à 15:39, par Amad
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Felicitations a M Ouibiga que je connais tres bien. Il a des competences de gestions exceptionnelles au Burkina.

    Voici des gens qu on aimerait voir meme a la tete de nos etats africains. Je suis sur qu on sortirait gagant. Au lieu de cela c est des lt Colonels sortis de nulle part, qui n ont jamais geré 100 personnes, en dehors de militaires obéissants qui prend tout le pays comme un camp militaire et menace.
    Je pense que le moment choisi pour enlever Ouibiga est meme propice à lui. Avec ces brouillons qui dirigent le pays ce n est meme pas sur que les bailleurs continueront a appuyer l onea genereusement et bonjour les degats.

    Felicitations DG et bon vent !

    webmaster censure si tu veux

  • Le 3 avril 2015 à 15:42, par LA VERITE
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Mon cher Boureima Ouédraogo, 2006-2015 ne fait pas onze (11) ans mais neuf (9) ans. En fait, toi et le journaliste disent la même chose. Tout serviteur de l’Etat dont l’action a été reconnue mérite qu’on lui jette des fleurs. Après M. Ouibiga, d’autres hauts cadres ont aussi droit à ces lauriers pour services bien rendus. Bravo à lefaso.net d’attirer l’attention que tous les anciens DG n’ont pas été médiocres. Il y en a qui se sont brillamment distingués pour que ce pays-là aille de l’avant.

  • Le 3 avril 2015 à 15:48, par oued
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Felicitations Yamba (Esclave)

    Voici un esclave qui a servi avec devouement tout le pays.

    Felicitations et bon vent

  • Le 3 avril 2015 à 18:48, par Basnéré
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Bonjour à tous j’ai honte d’entendre de pareilles contre vérité. comme vous souhaitez que l’on mette à la place publique ce que tous avons voulu caché, afin de pas porter préjudice à la notoriété de M OUIBIGA, souffrez que l’on vous dise ce qu’il était.
    1 OUIBIGA était le DG le plus raseur des mures des politique de la place
    2 le DG qui se gênait pas pour tordre le coup à la vérité (appel d’offre, recrutements, nominations
    3 le DG qui utilisait le trafique d’influence à tous les niveaux
    4 le DG qui trichait dans les comptes juste pour paraître
    5 De par le passé l’ONEA n’a jamais connu un DG, aussi médiocre et aussi riche.
    chers internautes soyons pas pressé demandons juste que l’ASCE rende publique le rapport de contrôle effectué en mars 2015 à l’ONEA

  • Le 3 avril 2015 à 18:48, par Courou BATA
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    A mon avis un audit s’impose cela ressemble plutot a une messe de requiem pour les milliards disparus

  • Le 4 avril 2015 à 17:06, par Toukzenga
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    en voyant ta main enlevée du plat , les urguments deviennent rares , mais ne dites pas ce que vous ne connaissez pas . ce DG de WIBIGA aurait pu mieux reussir car il a irité du bon numero , c’est lui qui a remplacé l’un des meilleurs DG de l’onea monsieur Lamine Kouaté il a posé les jalons , tiré les canalisations depuis ZIGA à Ouaga . experimenté le brachement à mindre coup , faire des extention dans toute la ville ,. parlant de la certification c’est encore Lamine qui a fait le lancement et organiser les services pendant plus de 2ans WIBIGA est arrivé au moment ou le certificat devait etre decerné , attention 2ans apres nous avons failli le perdre attention à la fausse probaganne dites ce que vous connaissez.
    En 2 semaines de controle ya beaucoup à dire , comment un DG va créer une société (CEDB ),et prendre part à la commande publique de la société ou lui meme est le maitre d’ouvrage , les travailleurs de société se reclassent agents onea , la suite nous dira la verité

  • Le 4 avril 2015 à 19:50
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Ce DG sortant n’est pas un exemple. Nomination de complaisance marché de gré à gré n’importe quoi sauf un exemple .terroir . à connaît pas à demander

  • Le 7 avril 2015 à 09:02, par Le citoyen
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Bonjour et merci pour le prodada effectué en faveur du DG sortant Mr Wibga.
    Du reste , on sait tous comment c’à s’orchestre ; c’est juste pour soigner l’image d’un DG en décadence.
    En réalité, Wibga est le DG le plus médiocre parmi tous les DG ; il est arrivé à un moment favorable ou son prédécesseur à fait le plus dur et lui il devait juste cueillir les fruits ; malheureusement il n’avait même pas les qualité nécessaires d’un bon cueilleur de fruits ; il n’a réussi à asseoir qu’une politique partisane faisant la promotion de la médiocrité dans la plus part de ses nominations , rien que ses amis.
    Ce publi reportage organisé par le chef de département communication n’est juste qu’une récompense au DG sortant qui a érigé le service communication en département et s’apprêtait à le transformer en une direction centrale qui compte seulement deux agent et un contractuel malgré les vives protestations ; pourtant , il existe des structures très stratégiques qui méritent des transformation mais nini.
    De grâce , cessons de jouer au griotisme et travaillons sincèrement dans un esprit de développement débarrassé du culte la personnalité .(ceci est un message et un avertissement au tout nouveau DG).
    Tout de même , lorsqu’on veux jouer à ce jeux, il faut le faire avec intelligence sinon il est de notoriété que le DG sortant qui a bien commencé est malheureusement tombé très bas à cause des accointances qu’il avait en fin de règne avec le petit président Francois COMPAORE à qui il accordait des marchés à tour des bras à ses entreprises ce qui lui donnait la porte ouverte de facto à l’arrogance et à la gabegie à travers la gestion des sociétés externalisées comme la EEDB dont il était lui même en réalité le fondateur tacite.
    Le récent séjour du contrôle d’état à l’ONEA pendant 3 semaines témoigne sa gestion controversée tintée de ruse comme l’aigle.
    Plus tôt que de tenter de passer la peinture blanche sur du noir et de s’attendre parachuter impunément dans un autre paradis , il ferait mieux de se servir en cachette les milliards acquis en l’espace de 9 ans de gestion en attendant de répondre de ses malversations devant les autorités compétentes.

  • Le 7 avril 2015 à 09:03, par Le citoyen
    En réponse à : Changement à l’ONEA : un souci de continuité, une attention aux performances

    Bonjour et merci pour le prodada effectué en faveur du DG sortant Mr Wibga.
    Du reste , on sait tous comment c’à s’orchestre ; c’est juste pour soigner l’image d’un DG en décadence.
    En réalité, Wibga est le DG le plus médiocre parmi tous les DG ; il est arrivé à un moment favorable ou son prédécesseur à fait le plus dur et lui il devait juste cueillir les fruits ; malheureusement il n’avait même pas les qualité nécessaires d’un bon cueilleur de fruits ; il n’a réussi à asseoir qu’une politique partisane faisant la promotion de la médiocrité dans la plus part de ses nominations , rien que ses amis.
    Ce publi reportage organisé par le chef de département communication n’est juste qu’une récompense au DG sortant qui a érigé le service communication en département et s’apprêtait à le transformer en une direction centrale qui compte seulement deux agent et un contractuel malgré les vives protestations ; pourtant , il existe des structures très stratégiques qui méritent des transformation mais nini.
    De grâce , cessons de jouer au griotisme et travaillons sincèrement dans un esprit de développement débarrassé du culte la personnalité .(ceci est un message et un avertissement au tout nouveau DG).
    Tout de même , lorsqu’on veux jouer à ce jeux, il faut le faire avec intelligence sinon il est de notoriété que le DG sortant qui a bien commencé est malheureusement tombé très bas à cause des accointances qu’il avait en fin de règne avec le petit président Francois COMPAORE à qui il accordait des marchés à tour des bras à ses entreprises ce qui lui donnait la porte ouverte de facto à l’arrogance et à la gabegie à travers la gestion des sociétés externalisées comme la EEDB dont il était lui même en réalité le fondateur tacite.
    Le récent séjour du contrôle d’état à l’ONEA pendant 3 semaines témoigne sa gestion controversée tintée de ruse comme l’aigle.
    Plus tôt que de tenter de passer la peinture blanche sur du noir et de s’attendre parachuter impunément dans un autre paradis , il ferait mieux de se servir en cachette les milliards acquis en l’espace de 9 ans de gestion en attendant de répondre de ses malversations devant les autorités compétentes.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés