Présidentielle et législatives couplées d’octobre 2015 : Le PDC y prépare ses militants du Namentenga

mercredi 1er avril 2015 à 23h29min

Dans le cadre de sa tournée d’échanges avec ses militants, le Parti pour le Développement et le Changement (PDC) était ce samedi 28 mars 2015 à Boulsa dans la province du Namentenga, dans la région du Centre-Nord. Dans la cité de Naaba Namendé, Saran Sérémé et des cadres de son parti ont surtout parlé scrutin couplé présidentielle et législatives du 11 octobre 2015.

Présidentielle et législatives couplées d’octobre 2015 : Le PDC y prépare ses militants du Namentenga

De Ouagadougou à Boulsa dans la province du Namentenga, un long cortège de voitures. Brève escale à Sapaga à la bifurcation menant à Pouytenga, échange avec quelques militants rassemblés au bord de la route ; cap est ensuite mis sur Nièga, premier village de la province dit-on. Ici, c’est une foule nombreuse qui attendait la délégation de Ouagadougou. Le chef du village et certains membres de sa cour sous de géants caïlcédrats, une troupe de danse, des tee-shirts aux couleurs du parti. Une haie d’honneur est rapidement formée pour accueillir Saran Sérémé et son équipe. Sous des ovations, aux cris de « PDC, Victoire », sous de fortes détonations de l’artificier de service.
Pour la Présidente du PDC, Saran Sérémé, l’escale de Nièga s’imposait à la délégation. Il fallait « Saluer le chef » comme le veut la tradition, mais ce n’est pas tout. « Ils sont tous militants comme vous le voyez. Vous voyez qu’ils sont tous sortis nous accueillir et qu’ils n’ont aucun complexe à avoir une femme au devant de la Nation », a confié Mme Sérémé.
« Si par la grâce de Dieu vous gagnez les élections, n’oubliez pas de nous venir en aide pour nos problèmes d’eau, de santé et d’éducation », a laissé entendre Naaba Belembaogo. Les formalités accomplies avec le village- porte d’entrée de la province, la délégation se remet en route pour Boulsa, le chef-lieu de la province. Ce sont les militants venus de Boulsa et certains de Nièga, qui tiennent la tête du peloton. Tous à moto. Certains arborant des tee-shirts sur lesquels on pouvait lire entre autres : « PDC Pour le changement de comportement et de mentalité », ou encore « PDC Pour le développement harmonieux et durable ».

« Et si cette fois- ci nous essayions une femme ? »

Quinze kilomètres après, nous voici dans la cité de Naaba Namendé. Direction tout d’abord au Palais de Naaba Sonré, le chef coutumier de la province. Dans l’enceinte de sa cour traditionnelle, est dressée une somptueuse villa. C’est là-bas qu’il accueille la délégation. Des brasseurs qui tournent à plein régime, des fauteuils rembourrés pour les visiteurs, de l’eau directement sortie du frigo pour ceux qui en veulent, c’est un chef traditionnel bien moderne que nous avons trouvé sur place.
Et nous le comprendrons davantage peu après. Sa position sur le genre ? « Depuis Maurice Yaméogo, nous n’avons connu que des hommes présidents. Rien que des hommes. Et si cette fois- ci nous essayions une femme ? » s’est- il interrogé au cours de l’entretien. Pour lui, le vrai changement dont tout le monde parle consisterait à élire une femme à la Présidence du Faso.

Appel à une adhésion massive aux idéaux du parti

Les bénédictions acquises et la promesse d’accompagnement faite, le même exercice a repris avec la communauté catholique à la paroisse et les représentants de la communauté protestante au temple. Certains impondérables n’ont pas permis la rencontre avec la communauté musulmane dans la foulée ; mais celle- ci était valablement représentée au meeting Place de l’ONATEL. A côté des chefs traditionnels, une population sortie nombreuse pour écouter le message du « Parti du cheval blanc ». Les représentants des anciens, des femmes et des jeunes, le coordonnateur provincial, le coordonnatrice régionale, le représentant des cadres, le coordonnateur régional du Centre-Est, chacun tour à tour a appelé à une adhésion massive aux idéaux du parti.
Quand, pour la dernière intervention Saran Sérémé a pris la parole, l’on a assisté à un procès en règle de la gouvernance passée. Jusque dans le logotype. « C’est vrai que certains vous proposent la daba. En 2015, nous nous n’osons pas avoir une vision comme la daba. C’est pourquoi, nous avons proposé un tracteur comme vision de développement pour accompagner l’agriculture. Il y a des esprits qui sont dépassés. Et quand on est dépassé, il faut accepter laisser la relève continuer », a- t- elle soutenu. Le désenclavement, les barrages hydro agricoles, l’industrialisation,…toutes les priorités de développement seraient déclinées sur le logotype du PDC qu’elle a expliqué à l’assistance. Un véritable projet de société s’il en est. Du reste, elle a invité les militants de son parti à se mobiliser davantage « pour le vrai changement et non le pouvoir pour le pouvoir ».
Cette rencontre entre Saran Sérémé et les militants du PDC dans le Namentenga, était la toute première d’envergure. Impossible d’épuiser le sujet, a- t- elle confessé. C’est pourquoi elle leur a donné rendez- vous pour d’autres rencontres de ce genre, dans la perspective d’une victoire du PDC au soir du 11 octobre 2015.

Samuel Somda
Lefaso.net

Messages

  • une femme presidente au bf. ngaw. bf n’est pas le liberia.

  • Félicitation à Sarah Sérémé. C’est une femme battante. Du courage.

  • Et pourtant ça sera une bonne chose et peut-être encore mieux que certains hommes ? Surtout cette dame qui est stable d’esprit, humaine et engagée ? Elle n’est pas moche, et peut réaliser ?Il fallait qu’elle soit à la tête d’un grand partis avec des leaders engagés pour triompher. Mais JEPH a fait qu’elle a raté de diriger la transition. Dommage pour le succès de l’insurrection.

  • Yaba, internaute 1, rappelle toi que les précurseurs de la révolutions d’octobre étaient ces braves dames qui sont sorties avec leurs vougris. Alors, réfléchissons

  • Sara cherches plutôt à être député que d’être présidente . Te rappelles tu de ce qui s’est passé à la télévision lorsque par un coup de tète tu es allé pour faire une déclaration ? Ce jour fut une journée diarrhéique dans les toilettes et je m’en souviens . Même le Général a eu pour son compte alors revois tes ambitions à la baisse au risque de voir couler un caca chaud entre tes cuisses . A bon entendeur salut

  • Femme présidente, pourquoi pas ?

  • une femme doit aussi essayer car les hommes n’arrivent pas a se donner a fon

  • Quelle soit présidente ou pas, elle restera une pionnière dans l’histoire des femmes burkinabè qui se sont battues pour le vrai changement des mentalités . Le pouvoir pour les femmes c’est bientôt. A partir du moment où elles sont scolarisées, les mentalités ancestrales vont évoluer. Du courage sara. Tu es formidable.

  • L’alternateur !Vous êtes pitoyable !!!!

  • L’ aternateur si tu n’a rien dire , dit au moins qu’il fait chaud en ce mois d’avril

    Du courage Madame si on avait compris vite on allait vous obliger a prendre la transition en mains

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés