Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

mercredi 1er avril 2015 à 23h28min

La Coalition pour le suivi de la transition et des élections (COSTE) a réuni ses membres pour scruter la situation nationale et poursuivre sa dynamique de préparation de suivi des élections par la société civile. A l’issue de la rencontre, les responsables de cette organisation de veille ont tenu un point de presse pour faire la synthèse de leurs travaux, sanctionnés par des actes ‘’forts’’. C’était dans la soirée du samedi 28 mars 2015 à Ouagadougou. Pour Siaka Coulibaly et ses « camarades », il y a urgence à revoir certains aspects de la Transition pour ne pas tomber dans une autre crise.

Transition politique : La COSTE  sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

La charité bien ordonnée commence par soi-même, dit-on. C’est par un regard sur les organisations de la société civile (OSC), que les animateurs de la conférence ont abordé les sujets inscrits à l’ordre du jour. Là, Siaka Coulibaly, premier responsable de la COSTE et ses « camarades » ont affiché le regret : « La situation de la société civile semble pire que sous l’ancien régime ». Soutenant que sous l’ancien régime, il existait ‘’au moins’’ une certaine mœurs dans le fonctionnement des OSC, de sorte qu’il n’y avait pas d’attaques frontales entre celles dites proches du régime et les autres.
Pour les membres de la COSTE, des organisations, du fait de leur activisme, et sous couvert de soutenir la Transition, entrent en conflit avec les OSC qui contribuent à la transition par des critiques constructives. Elle dénonce ce qu’elle appelle la « politisation de la société » et la « reprise de mots d’ordre politiciens » par celles-ci, des invectives contre des acteurs de la société civile dans leur rôle d’interpellation.
M. Coulibaly déplore que des OSC qui ont pourtant participé à l’insurrection populaire s’érigent actuellement en censeurs moraux et politiques. C’est pourquoi, estime la COSTE, ces OSC sont en train d’aller dans une direction qui n’est pas celle qu’elles devraient occuper de façon classique. Comme un des faits illustratifs, les conférenciers soulèvent l’accueil qui a été réservé par ces organisations à Auguste Denise Barry, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité lorsqu’il rentrait de sa tournée d’explication du report du vote des Burkinabè de l’Etranger. « Quel mérite ? ». et quelles sont les motivations d’une telle action de la part d’organisations dites de la société civile ? Pour les membres de la Coalition, il s’agit d’actions « hautement politiques ».
Sur la Commission de réconciliation nationale et des reformes, la COSTE affirme qu’elle a été handicapée par le Conseil constitutionnel, de sorte qu’elle ne peut plus atteindre les objectifs que vise sa création à savoir, répondre aux attentes du peuple dont la principale question de la justice. Les membres de la COSTE disent craindre que, si les choses restent en l’état, il n’y ait ni vérité ni justice sous cette Transition. C’est pourquoi, ils ont tenu à appeler les autorités de la Transition à s’inscrire dans le tempo de l’insurrection des 30 et 31 octobre dernier, c’est-à-dire écouter le message que le peuple a exprimé à travers cette date.
Pour la récente nomination au Conseil constitutionnel, la COSTE déclare soutenir la position de la Société burkinabè de droit constitutionnel sur les irrégularités qui entourent cet acte.

« Les éventuelles mesures discriminatoires pourraient conduire à des violences »

Sur la candidature militaire, la COSTE soutient la nécessité de respecter les droits et les règles constitutionnelles en matière de droits électoraux. Les éventuelles mesures discriminatoires, surtout en période de Transition, pourraient conduire à des violences, si des Burkinabè se sentent brimés dans leurs droits. La situation générale des militaires doit être, de leur avis, traitée par des textes dont l’étude est en cours. Toujours dans ce chapitre, les candidatures indépendantes doivent, selon la COSTE, être effectives et la Coalition attend qu’elles fassent l’objet d’une clarification pour les reformes du code électoral.
Sur la question relative à l’enrôlement, la COSTE revient sur ce qu’elle a appelé la « généralisation de la fraude » en saluant les efforts de ses membres qui ont permis de découvrir des enrôlements suspects avec, en sus, ‘’l’interpellation de personne en possession d’actes de naissance par un responsable de parti politique à Ouahigouya’’. Ces actes présagent, regrette M. Coulibaly, que les partis politiques n’entendent pas observer le fair-play électoral.
Sur l’affaire Thomas Sankara, la COSTE a félicité l’autorité judiciaire pour la réouverture du dossier et a indiqué rester mobilisée pour suivre ce dossier avec grand intérêt.

Les états généraux de la justice « n’ont pas fait la preuve de leur nécessité »

Sur l’affaire OBOUF, la Coalition estime que l’application de la loi 015 n’est pas pertinente dans cette affaire et s’interprète comme un déni de justice vis-à-vis des consommateurs burkinabè. Elle propose que l’Etat fasse appel de la décision de justice à venir et requalifie l’acte d’empoisonnement massif. Elle propose également la relecture de la loi 015 afin de sanctionner plus durement les faits similaires à l’affaire OBOUF. Elle attire l’attention des autorités sur la sécurité alimentaire au Burkina.
Sur les états généraux de la justice, elle estime que les assises actuelles n’ont pas fait la preuve de leur nécessité parce que des propositions pertinentes antérieures ont existé et l’urgence actuelle est de faire application de certaines d’entre elles comme la suppression de la présidence du Conseil supérieur de la Magistrature occupée par le Président du Faso, en respect au principe de la séparation des pouvoirs.

« Inadmissible situation » de l’hôpital Sourou Sanou
Faisant le tour des régions, la COSTE énumère la situation sanitaire de l’hôpital Sourou Sanou qui doit être réglée rapidement par le gouvernement en vue d’une prise en charge convenable des usagers. Du fait de la rupture de l’oxygène, dit M. Coulibaly, l’hôpital enregistre sept à huit décès par semaine. Qualifiant la situation d’inadmissible.
« A Ouahigouya, les OSC ont procédé à la mise à l’écart de certains leaders d’OSC qui sont en même temps membres d’instance de parti politique », ont révélé les responsables de la COSTE. Toujours dans leur lancée du tour d’horizon des régions, les conférenciers ont relevé qu’à Fada N’Gourma, par suite de mésentente, les OSC ne sont plus présentes dans la délégation spéciale et la décision du gouverneur est toujours attendue pour clarifier la contribution des OSC sur les politiques publiques. « L’insécurité est devenue un fléau très répandue suite à la fermeture de plusieurs sites miniers traditionnels et nécessite une action forte de la part des pouvoirs publics », a ajouté Siaka Coulibaly.
Forte des points qui précèdent, la Coalition recommande aux autorités de la Transition d’engager des échanges en vue de proposer des solutions à la situation de la Commission de réconciliation ; de réviser la nomination au Conseil constitutionnel dans le respect des règles ; de créer une commission d’investigation sur la qualité des produits de grande consommation avec la participation des consommateurs et de la société civile et, enfin, la relecture de la loi 015 en vue d’un relèvement du niveau de sanction.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Encadré :

1-Motion de condamnation
- Considérant l’espoir suscité à la création de la CNRN conformément à la vision de l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 ;
- Considérant la décision du conseil constitutionnel de vider les travaux de la CNRN de son caractère substantiel le 2 ème tiret de l’article 4 ;
- Considérant que notre pays a connu beaucoup de crimes de sang et de crimes économiques avec le régime déchu ;
- Considérant que la CNRN ne répond plus aux aspirations et aux attentes de la coalition de suivi de la transition et des élections(COSTE) ;
Nous, membres de la COSTE réuni à Ouaga le samedi 28 mars 2015 au à la commission de l’UNESCO,
Condamnons cette attitude du conseil constitutionnel.
Interpellons les autorités de la transition à prendre leurs responsabilités
Appelons le peuple Burkinabè à davantage veiller sur les missions de la Transition

2-Motion de félicitation
- Considérant le retrait du 2ème tiret de l’article 4 dans la loi organique du CNRN, vide la commission de l’objectif « vérité, justice et réconciliation » ;
- Considérant que l’argent du contribuable sera dilapidé par les travaux de cette commission ;
- Considérant la démission des camarades Siaka COULIBALY et Ismael DIALLO ;
Nous, membres de la COSTE réunis à Ouaga le samedi 28 mars 2015 à la commission de l’UNESCO,
Saluons avec force l’acte honorable, digne et patriotique des camarades Siaka COULIBALY et Ismael DIALLO.

Ouaga le 28 mars 2015
La COSTE

Vos commentaires

  • Le 1er avril 2015 à 18:16, par le patriote En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Ah !! On est fatigué maintenant. Trop de bouches avec des propos ambiguës de personnes aigris qui tiennent à se faire remarquer. Laisser nous travailler maintenant au lieu de polluer l’atmosphère. A la télé je n’ai rien compris de ces gens qui ont une vue et lecture bizarre des choses. Pardon arrêtez tout cela et mettons-nous travail c’est encore mieux et plus concret. quand ce serai le moment d’agir on agira sans attendre un quelconque appel. trop de mouvements avec trop d’oppotunistes

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 06:36, par passakziri En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Quittez là bas. Vous nous cassez les tympans . Vous vous êtes sorti d’où ? Laissez la Transition avancer . Si vous voulez vous faire voire, payez une plage de Pub ’a la Télé au lieu de nous fatiguer. Lefaso.net exagère aussi avec trop de publications inutiles. Ca devient Brouillon.

    Passakziri

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 06:41, par Yirefa En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Mr Coulibaly
    Arrete de donnée des lecons de bonnes conduites. Avez vous oublié votre tentative de sabordage de la commission nationale de reconciliation dont vous avez demissionnez a grand renfort de mensonges éhontés au grand dam de toute ethique. Vous seul connaissez les raisons réelles que je me garde de juger.
    Née à la faveur de l’insurrection, votre association et ses consœurs tentez de monnayer la transition à travers cette occupation tout azimut de la scène médiatique.
    Arretez de polluer l’environnement social et politique dans vos apparats d’OSC de saints et ni-touche. La quietude voila ce dont nous avons besoin au burkina
    DES OPPORTUNISTES ET DES PÉCORES VOILA CE QUE C’EST QUE LES OSC DANS 90% DES CAS

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 08:34, par ho chi minht En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    comme le dirai un dicton "il ne faut jamais condamner le crocodille sans d abord allez a la riviere" il est trop facile de faire de la refutation car d autres manques beaucoup d argument pour contruire des anti- theses fiables jai beaucoup d estime pour siaka coulibaly et ismael diallo et ces camarades car ils ne sont pas de la premiere pluie au niveau des OSC et en plus il faut noter au contraire que des arrivistes de spoilateurs des sophistes et des mythomans gangrainent nos OSC qui sont pour la plupart gerer par des mains d adam smith siaka a fait ici ce qui est son devoir d OSC a savoir faire des critiques objectifs et contructifs et non de rester derriere des casquettes pour proteger des pains d autrui ou son pain egoiste siaka aime le burkina aime aussi le peuple burkinabe siaka n est pas un souffrant car son experience et son niveau lui permet de vivre dignement et honnetement la COSTE EST constituer des vrais de vrai
    sauvons le burkina avant qu il ne soit trop tard unissons nous car les luttes a venir s averons rudes c est juste une ordonnance et non une menance depourvu de tte conpirationisme et d idee platonique faisons respectons les engagement pris dans la charte respectons le burkina faso au nom des mathyrs nous sommes les gardiens de l inssurrections et nous allons aider la transition a bon port
    ma patrie mon honneur mon combat
    la patrie ou la mort nous vaincrons

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 08:37, par saho En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Trop de contradictions ! Vous accusez certaines de vos consœurs d’être politisées alors que toutes vos prises de positions sont politiques ! Vous avez envahi le champs politique en occupant gouvernement,postes administratifs,rue......bref ! vous nous pompez l’air pour vous remplir les panses ! Y’en a marre de ces Hervé OUATTARA, Safiatou LOPEZ, Hervé KAM, Siaka COULIBALY et autres opportunistes ! C’est Blaise COMPAORE qui a crée cette hydre que Zida nourrit pour se maintenir au pouvoir ! Mais ces OSC qui se repaissent de billets de banques doivent le savoir......elles en ont juste pour quelques mois encore !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 08:56, par yaba En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    fada n’gourma s’enflammera parceque des reserves administratives ont ete distribuees a des camarades. restituer nos reserves sinon.

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 08:58 En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Eh Burkinabé Façon. Des gens qui prenne maintenant des motions pour s’autoféliciter ! On est où maintenant ! Reste à prendre des actes pour s’autoproclamer président ! Pardon ! Arretons ça !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 09:06, par saho En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Trop de contradictions ! Vous accusez certaines de vos consœurs d’être politisées alors que toutes vos prises de positions sont politiques ! Vous avez envahi le champs politique en occupant gouvernement,postes administratifs,rue......bref ! vous nous pompez l’air pour vous remplir les panses ! Y’en a marre de ces Hervé OUATTARA, Safiatou LOPEZ, Hervé KAM, Siaka COULIBALY et autres opportunistes ! C’est Blaise COMPAORE qui a crée cette hydre que Zida nourrit pour se maintenir au pouvoir ! Mais ces OSC qui se repaissent de billets de banques doivent le savoir......elles en ont juste pour quelques mois encore !

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 11:07, par wawei En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    Tas de prétentieux ; vous êtes qui pour sermonner les autres ? tous des opportunistes à créer des mouvements tous les jours, juste pour la panse. Mais vous,c’est quel travail vous faites même dans la vie ? Je me demande quel temps et où vous trouvez les moyens pour créer ces associations fantoches et parasites-là ; il faut cesser de nous donner des leçons et allez plutôt travailler ; on est fatigué-là. Toi tu te crois plus éclairé et plus crédible que l’Archevêque ?! prétentieux-va !!!

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 11:13, par sidnom En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    je me demande ce qui restera de la crédibilité des OSC en tant lorsque.Le problème c’est qu’elle défendent des individus et non pas d’idéales lorsque vous voulez faire plaisir à quelqu’un vous ne servez plus à grand- chose

    Répondre à ce message

  • Le 2 avril 2015 à 11:30, par M. Touré En réponse à : Transition politique : La COSTE sermonne ‘’ces OSC sans mœurs’’

    ’’Les éventuelles mesures discriminatoires pourraient conduire à des violences’’. Un homme prévenu en vaut deux dit-on. Voilà Sheryff Sy et autres chantres de l’exclusion prévenus. Quelle idée a-t-on de vouloir semer les germes de la division, de la violence, de l’exclusion après les douloureux épisodes traversés par le peuple burkinabè. Voter une loi contre la candidature des militaires ou des anciens ministres du dernier gouvernement Compaoré, n’est -ce pas tailler une loi sur mesure contre des candidats dont on a peur. Poussez le bouchon plus loin pendant qu’on y est et que cette loi s’applique à tous ceux qui ont été ministre sous quelconque gouvernement de Compaoré. Et pan !!!! on rigolera moins.... C’est dire qu’il est difficile de trouver dans ce pays des gens qui n’ont pas à un moment ou à un autre collaborer avec le système Compaoré. Alors, de grâce arrêtons ces velléités d’exclusion qui n’augurent rien de bon pour ce beau pays et laissons le peuple burkinabè faire son choix parmi tous ces candidats, dont certains se verront peu être affligés un vote sanction......

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés