Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

Communiqué de presse • mercredi 25 mars 2015 à 19h16min

Des médias de notre pays font écho de la crise sociale que vit actuellement la Société Africaine de Pneumatiques (SAP Olympic). La Direction Générale de la SAP note cependant que certaines informations ne traduisent pas la réalité des faits. C’est pourquoi, elle juge nécessaire d’apporter l’information exacte par le présent communiqué.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

En effet, à la date du 12 janvier 2015, les travailleurs de la SAP Olympic, par le canal de leurs délégués du personnel, ont déposé un préavis de grève illimitée en vue d’obtenir l’application intégrale d’une sentence arbitrale en date du 05 novembre 2013, laquelle condamnait la SAP à :
• octroyer une indemnité de logement à tout le personnel qui ne bénéficie pas encore de cet avantage ;
• relever le taux de l’échelon (augmentation de salaire) de la grille salariale pour les travailleurs des catégories 1 à 8.

La Direction Générale, au regard de l’incidence financière de cette décision qui est de nature à mettre en péril la survie de la SAP et estimant que les condamnations prononcées ne sont pas fondées en droit, a notifié son refus d’application de la sentence au Ministre en charge du travail suivant correspondance en date du 06 novembre 2013 ; elle a par ailleurs introduit un pourvoi en cassation contre ladite sentence à la date du 02 janvier 2014.

Ces démarches ont été faites en conformité avec le code du travail, notamment en ses articles 376 et 377 ci-dessous :

Article 376 « L’application de la sentence peut être refusée par les parties ou par l’une d’entre elles.

Le refus d’application de la sentence est notifié par déclaration écrite remise dans les quarante et huit heures francs qui suivent la communication de la sentence au ministre chargé du travail qui en délivre récépissé ».

Article 377 « La sentence du conseil d’arbitrage peut faire l’objet d’un recours devant la chambre sociale de la cour de cassation ».

La cause est donc pendante devant la Chambre Sociale de la Cour de Cassation.
La notification du refus au Ministère concerné dans le délai légal prive la sentence arbitrale du 05 novembre 2013 de tout caractère exécutoire et ce, conformément à l’article 375 du Code du travail qui dispose que : « La sentence du conseil d’arbitrage est notifiée sans délai par le président du conseil d’arbitrage aux parties ainsi qu’à l’inspecteur du travail ou au directeur du travail.

La sentence est immédiatement exécutoire et prend effet à compter du jour de la notification du conflit à l’autorité compétente lorsqu’elle n’est pas refusée par les parties ou par l’une d’entre elles... ».

Il en résulte que la SAP n’avait, à la date du préavis de grève déposé par les travailleurs, aucune obligation légale d’exécuter de la sentence arbitrale susvisée.
Il est vrai qu’à ce stade les travailleurs avaient effectivement le droit, selon les termes de l’article 390 du code du travail, de déclencher une grève. Mais il est indéniable que ce droit doit s’exercer dans le strict respect des dispositions qui le règlementent.

De manière pratique, la grève illimitée a commencé avant l’heure prévue dans le préavis (aux environs de 20 heures au lieu de minuit), et s’accompagne depuis lors de la part des grévistes :
-  d’une occupation des locaux de la SAP ;
-  d’une interdiction faite à la Direction et à tout le personnel non gréviste d’accéder aux lieux de travail par le blocage de l’accès à tous les ateliers de travail et à tous les bureaux administratifs.
Il en résulte une paralysie totale des activités de la SAP depuis le 12 janvier 2015 aux environs de 20 heures.

Ces actes contreviennent gravement aux dispositions des articles 382, 383 et 386 du code du travail.

Article 382 : « La grève est une cessation concertée et collective du travail en vue d’appuyer des revendications professionnelles et d’assurer la défense des intérêts matériels et moraux des travailleurs.

Le droit de grève n’autorise pas le travailleur à exécuter son travail dans des conditions autres que celles prévues à leur contrat de travail ou pratiquées dans la profession et n’emporte pas celui de disposer arbitrairement des locaux de l’entreprise. »

Article 383 « La grève ne rompt pas le contrat de travail, sauf faute lourde imputable au travailleur.

Constitue notamment une faute lourde, le fait pour le travailleur gréviste de s’opposer au travail d’autrui et/ou à ce que sa tâche soit effectuée par d’autres travailleurs, même ceux qui n’y sont pas habituellement affectés… ».

Article 386 « L’exercice du droit de grève ne doit s’accompagner en aucun cas d’occupation des lieux de travail ou de leurs abords immédiats, sous peine des sanctions pénales prévues par la législation en vigueur ».

Malgré cette attitude des travailleurs contraire à la loi, la Direction Générale reste attachée au principe de la recherche d’une solution amiable et a toujours privilégié la voie du dialogue et la négociation en vue de la sortie de crise.

C’est pourquoi, la Direction Générale a initié, dans ce sens, plusieurs rencontres tantôt avec les délégués du personnel, tantôt avec l’ensemble des travailleurs, rencontres au cours desquelles elle a, à nouveau, fait un certain nombre de propositions en vue de désamorcer la crise ; mais les travailleurs, par la voix de leurs délégués, ont opposé un refus catégorique.

En tant qu’entreprise citoyenne, la SAP s’attache au strict respect de la loi et souhaite qu’un tel souci de légalité soit partagé par les autres protagonistes.

La crise sociale en cours à la SAP cause un préjudice énorme à la société et aux travailleurs dans leur ensemble et il est donc urgent et vital d’y mettre un terme.

C’est pourquoi la Direction Générale de la SAP œuvre au quotidien à une résolution négociée de cette crise et reste disposée à explorer avec les travailleurs toutes les issues possibles de règlement amiable après libération des locaux.

Elle invite donc les travailleurs à reprendre le service pour la sauvegarde de la société, leur outil de travail.

La Directrice Générale
Isabelle GARANGO

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 25 mars 2015 à 19:59
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    hééy attention a la situation de SAP si elle ferme tant pis pour vous .on devrait verifier tous vos motos pour voir si vous avez tous des pneus SAP ;doucement ne venez pas dire apres que y a rien a bobo.preservez le peu qui reste.on vous comprend mais attention a la situation de SAP.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 09:47, par wemamsongdo
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    La grève est un droit mais empêcher ceux qui veulent travailler d’y aller c’est un abus ; plus grave encore d’empêcher l’accès des lieux aux dirigeants. Fin Mars fera (03) mois sans salaire je pense qu’il est temps de mettre de l’eau dans votre VIN ; C’est vraiment dur la vie aux faso en cette période transitoire mais si encore on se propose volontairement de la rendre encore plus dur ca n’engage que vous............... ; ;

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 18:35, par l’intègre
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    quand il s’agit d’abuser de la loi à l’encontre des travailleurs, vous le patronat vous êtes premiers, mais quand ça chauffe, vous saviez lire le code de travail. Les travailleurs de de la SAP ne lâchez pas. çà passe ou çà casse. Toutes les entreprises ou il existe des mouvements de grêve après l’insurrection sont celles là qui faisaient la force aux travailleurs sous l’ancien régime.

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 19:01, par GARANGO
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    Imaginez + de 36 ans de service sans avancement ni augmentation de salaire et ne jamais touchez 75 000 frs cfa dans sa mains !!!! svp svp encore svp il faut que les employeurs aient pitié un jour des pauvres citoyens qui travaillent pour eux et grâce à qui ils nagent dans le beurre.
    Si demander l’exécution d’une sentence arbitrale remportée par les pauvres travailleurs dépuis 2013 n’est pas fait par la Direction de la SAP et aujourd’hui ma cousine, DG de la SAP dit que les travailleurs ne respecte pas la loi, je ne sais plus des deux qui est hors la loi.
    Que la DG de la SAP paie les miettes (6 000 frs à 10 000 frs cfa) des pauvres travailleurs. A ma connaissance, elle na même pas fait une proposition de paiement même échelonner, elle dit seulement que la SAP na pas l’argent.....LA SAP NA PAS ARGENT, MAIS LES DIVIDENDES ONT ETE DISTRIBUE AU ACTIONNAIRES.
    SVP SVP ENCORE SVP ET PITIE. LA SITUATION EST HONTEUSE.
    COURAGE AUX PAUVRES CITOYENS BURKINABE !!!!!!!!!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 26 mars 2015 à 19:12, par BABA
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    la direction de SAP doit savoir que le pourvoi en cassation n’est ni suspensif ni dévolutif ce qui veut dire que votre pourvoi désespéré ne doit pas venir suspendre l’application de la sentence. Aussi, la Direction doit savoir que c’est pas élégant de refuser une sentence dont on était parti prenante pour l’Arbitrage dès le départ. c’est de la mauvaise foi........les travailleurs sont tout à fait dans leurs droits d’aller en grève illimité.

    Répondre à ce message

  • Le 27 mars 2015 à 16:49
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    Wala quand on dit que les vieilles filles acariâtres et mal baisées sont des personnes infréquentables personne ne croit c’est pas ça qui est là comme ça là ?
    Ok @tous les travailleurs je connais remède à votre maladie un bon gode en cadeau d’anniversaire vous verrez toutes vos misères disparaitre...

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2015 à 01:00, par Etienne Arthur Kafando
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    Isabelle ne fait pas honneur à son Défunt Père qui à servie le Burkina sans l’exploiter. Si ce qui est dit de certains travailleurs qui passé 36 ans dans l’usine sans avancement est vrai, c’est les DRH qui s’y sont succédés sont incompétents et inhumains. Le DRH doit partir !

    Répondre à ce message

  • Le 28 mars 2015 à 04:15, par Ancien
    En réponse à : Grève à SAP OLYMPIC : Les explications de la direction générale de la société

    Tel qu’expliqué, les travailleurs sont totalement dans le faux. Donc la SAP a totalement le droit d’user de la force publique pour degager les grevistes de ces locaux. Si elle ne le fait pas et qu’elle pond ce communiqué pour montrer a l’opinion publique qu’elle est ouverte à toute négociaton, c’est juste une fuite en avant ! Qu’elle propose plutot une solution de sortie de crise qui tienne compte de la realite plutot que se cacher derriere un semblant de "caisses vides" ! On a pas besoin d’aller a Sorbonne pour savoir que ya largent a la SAP !!!

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés