Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «La bataille contre l’ignorance se gagne tous les jours, et elle finit par ouvrir sur des perspectives insoupçonnées. » Dalaï-lama

Traitement de l’eau à domicile : une technologie qui va soulager les populations

Accueil > Actualités > Environnement • • vendredi 20 mars 2015 à 01h33min
Traitement de l’eau à domicile : une technologie qui va soulager les populations

L’Organisation non-gouvernementale (ONG), Baobab-Antenna, point focal d’Antenna Technologies au Burkina, organise, les 19 et 20 mars à Ouagadougou, un atelier de restitution d’une étude sur le traitement de l’eau à domicile. Présidé par le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation, l’atelier réunit des partenaires institutionnels et ceux du groupe WASH, les spécialistes des questions de l’approvisionnement en eau potable et de l’assainissement.

L’objectif principal de cette rencontre est de contribuer à la diminution des maladies hydriques par la promotion du traitement de l’eau à domicile (TED) et à l’amélioration de l’hygiène au Burkina.

ONG locale, Baobab-Antenna a été créée en octobre 2014 suite à des études commanditées par Antenna Technologies au Burkina dont l’une a porté essentiellement sur « l’état des lieux du programme national de l’approvisionnement en eau potable et assainissement (PN-AEPA) et impacts des comportements liés à la chaîne de l’eau sur la qualité bactériologique au Burkina Faso : proposition de solutions ».
Ce programme a permis d’augmenter considérablement l’accès à l’eau des citoyens burkinabè, en développant les réseaux d’adduction et de forages.
Toutefois, des études révèlent que l’eau, de qualité satisfaisante au point de forage, est contaminée lors des phases de transport et de stockage. L’approche d’Antenna permet donc de compléter les démarches importantes entreprises jusqu’à ce jour pour l’amélioration de l’accès à l’eau potable.

C’est dans cette dynamique qu’a été mis au point, depuis quelques années, une technologie dite « technologie WATA », un processus simple d’électrolyse qui transforme une solution d’eau salée en hypochlorite de sodium.
L’avantage de cette technologie WATA, selon les initiateurs, est qu’Antenna Technologies a également mis au point un réactif non toxique dit « WataTest » qui permet aux producteurs, de contrôler la concentration de chlore actif produite par l’appareil WATA et de procéder, si nécessaire, à la dilution et le « WataBlue » qui permet de contrôler le chlore résiduel actif.
Selon Pierre Gilles Duvernay, chargé de programme Afrique chez Antenna Technologies (organisation Suisse), « ce qu’a découvert Antenna technologie, c’est une méthode chimique qui permet de transformer très facilement avec de l’eau, du sel de cuisine et de l’électricité qui peut venir du réseau électrique ou du solaire, un désinfectant en type eau de javel ».
Une technologie au service des besoins essentiels !
Cette technologie est utilisable par tout le monde pour effectuer un contrôle de qualité systématique, sans risque, de l’eau de boisson chlorée.

« Les résultats très satisfaisants auxquels est parvenue la technologie WATA au Burkina et dans d’autres pays, ont amené Antenna technologie à développer une approche visant à inscrire le WATA dans une démarche globale et durable : WATASOL », a expliqué le coordonnateur de Baobab Antenne, Evariste Zongo.
Baobab-Antenna créée localement sous cette impulsion a donc pour objectif de contribuer avec des compétences locales au développement et à l’épanouissement des populations au Burkina par la recherche et la diffusion de technologies adaptées à leurs besoins essentiels. En claire, elle va s’approprier la technologie WATA pour essayer de promouvoir le projet dans les écoles, dans les ménages et au niveau des formations sanitaires.
L’atelier présentera donc la stratégie globale WATASOL au Burkina, en partageant les résultats des études afin de permettre aux participants de les enrichir à travers des échanges. Ce cadre de travail vise également à fédérer les acteurs principaux qui interviennent dans les problématiques de l’eau afin d’obtenir des engagements concrets pour la planification d’actions et la mise en place d’un groupe de travail autour du TED.

Pour le ministre de la recherche scientifique et de l’innovation, …. aucun effort dans ce secteur aussi sensible qu’est la qualité de l’eau ne sera de trop. Soulignant son engagement, ainsi que celui de son collègue en charge des ressources hydrauliques et l’Assainissement, auprès des initiatives qui concourent, par la recherche l’invention et l’innovation, à l’amélioration de la qualité de vie des populations.
Il a en outre rappelé qu’au Burkina, la politique nationale d’approvisionnement en eau potable a permis de raccorder de nombreuses concessions, au réseau de distribution de l’ONEA en zone urbaine et semi-urbaine et de réaliser également de nombreuses bornes fontaines et des forages, en zone urbaine, semi-urbaine et surtout en zone rurale. « Cependant, il a été constaté que le stockage de l’eau est fréquent dans les ménages, et se fait dans des conditions généralement non appropriées, ne permettant pas une meilleure conservation de la qualité bactériologique de cette eau », a déclaré le ministre…

C’est pourquoi, dit-il qu’il est important de mettre à la disposition de la population, des méthodes efficaces de traitement de l’eau à domicile. Car, reste-t-il convaincu que le traitement de l’eau au niveau des ménages est le moyen le plus efficace et le plus rentable pour prévenir les maladies hydriques dans des contextes d’urgence et de développement.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici

Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Région du Centre-Sud : Bientôt, les populations des communes de Doulougou, Ipelce, Kombissiri et Saponé n’auront plus soif
Bobo-Dioulasso : Le ministère de l’Environnement dédommage des victimes de dégâts causés par les animaux sauvages
Protection des ressources naturelles : Des journalistes s’imprègnent de l’approche APAC
Protection des ressources en eau : Un atelier national pour faire l’état des lieux
Gestion participative des forêts classées au Burkina : Le PGDD/REDD+ s’achève sur de bonnes notes
Assainissement au Burkina : Un rapport sur la problématique de la gestion des boues de vidanges sur la table des autorités
Réduction des émissions de gaz à effet de serre : Le Burkina élabore son système MRV
Gestion du froid en Afrique : Les acteurs réunis à Ouagadougou pour mutualiser leurs forces
Climatiseur Triple Inverter de Samsung : Le climatisseur qui garantit 68% d’économie d’énergie
Renforcement des capacités des institutions nationales en identification, préparation et gestion de projets climats
Protection de la couche d’ozone : Le sport, canal de sensibilisation des citoyens
Catastrophes naturelles au Burkina : L’élaboration urgente d’une stratégie nationale de gestion des risques d’inondation s’impose
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter



LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2020 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés