« Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

mercredi 18 mars 2015 à 23h49min

Le cadre de débat « deux heures pour nous, deux heures pour l’Afrique » a animé ce mercredi, 18 mars 2015, en fin de matinée, un point de presse pour « éclairer » l’opinion nationale sur le sujet relatif aux « produits périmés découverts » au restaurant universitaire central de l’Université de Ouagadougou. Cette rencontre qui s’est tenue dans l’enceinte même du restaurant central a connu la participation de nombreux étudiants.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
« Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

Pour les étudiants, réunis autour du Cadre de débat « deux heures pour nous, deux heures pour l’Afrique », ce qui vient de se passer au restaurant n’est qu’un homicide volontaire. « Ayant épuisé les démarches d’interpellation et de mise en garde, nous, étudiants constitués en cadre de réflexion, décidons de la présente action de mettre un terme au projet d’assassinat collectif entrepris par les différents prestataires de restaurants universitaires », relève la déclaration liminaire, lue par le secrétaire général de la structure, Serge Bayala. A en croire les animateurs du point de presse, c’est une mafia qui est constituée autour du CENOU (Centre national des œuvres universitaires) au sein de laquelle se trouvent également des étudiants.
Selon Serge Bayala, tout est parti du mercredi, 4 février 2015, lorsque des pâtes alimentaires sans date de fabrication ni de péremption ont été découvertes au restaurant universitaire central. « Nous avons en son temps interpellé le gérant et exiger sous notre contrôle le retrait de ces produits de qualité douteuse. Le jeudi 5 février, c’est-à-dire le lendemain, lorsque nous venons pour constater la venue effective d’un nouveau stock de pâtes, nous faisons la découverte de 12 bidons d’huiles de qualité aussi douteuse. Nous avons à nouveau saisi le gérant et la chargée de marché ; et nous avons fait sortir les bidons du RU. Constatant la gravité de la situation, nous avons demandé une audience au CENOU qui nous a été accordée à la date du 17 février. A cette occasion, nous avons exposé la situation en lui envoyant par courrier électronique et papier le rapport de ce que nous avons constaté sur le terrain. Nous avons en son temps exigé que des mesures fortes soient prises pour mettre un terme à cette situation déplorable. Il nous a dit qu’il prenait acte du dossier et que des actions en ce sens allaient être prises », ont retracé les animateurs de la conférence. C’est pendant que, soulignent-ils, des mesures fortes étaient attendues qu’ont été découverts le vendredi, 13 mars 2015, dix sacs de laits périmés depuis le 3 janvier 2015. « Nous les avons écartés du lot en règle et avons exigé leur restitution. Le soir lorsque nous revenons sur le terrain nous découvrons qu’ils y ont prélevé trois pour le yaourt et le dêguê du soir et quand nous avons demandé des explications, le gérant avec arrogance nous fait comprendre que lui il ne considère pas les dates. Nous avons donc compris qu’il y avait une volonté manifeste d’intoxiquer les étudiants. Toujours dans la même logique, on constate à nouveau le samedi 14 Mars que deux des sept sacs ont été utilisés. Pour limiter cette catastrophe nous nous sommes adressés et pris à témoin sur place aux frères étudiants tout en leur donnant rendez-vous le lundi 16 pour statuer publiquement sur la question et prendre les mesures qui sied pour notre survie », a expliqué Serge Bayala.

« Pas de concession possible sur la qualité des repas servis »

A en croire les conférenciers, saisi de l’affaire, le directeur général du CENOU, Balibié Serge Auguste Bayala, s’est vu soumis publiquement des requêtes qui auraient été validées par celui-ci sur place. Il s’agit de la « mise à terme sans condition du contrat du prestataire y compris son gérant et la chargée de livraison des produits », « du départ de la directrice des restaurations », « du démantèlement de la mafia CENOU par un audit », « de la réfection des restaurants universitaires », « du dédommagement des victimes dû à la qualité des produits ». Outre ces points suscités, ils ont également demandé que soient « engagées des poursuites judiciaires pour intoxication volontaire », « faire la lumière sur les conditions d’attribution des marchés du CENOU en associant les concernés (étudiants) » et que soit également lancé « un appel à candidature du futur prestataire ».
Pour les animateurs, après « les campagnes mensongères » faites par la prestataire, ce sont aujourd’hui des intimidations et des dénigrements auxquels font face les étudiants de la structure. Ils indiquent avoir saisi la gendarmerie de Paspanga à ce sujet.
Sur des reproches qui pourraient leur être faits de ne pas avoir les compétences nécessaires pour contrôler et attester de la qualité des produits, les étudiants du cadre de débat rétorquent : « En attendant que les expérimentés arrivent, soyons nous-mêmes scientifiques pour ne pas mourir ».
Par ailleurs, les étudiants disent remarquer que le directeur général du CENOU est en train de faire machine arrière par rapport aux engagements (sus énumérés) qu’il a pris, « publiquement », devant les étudiants le lundi dernier. Pour eux donc, si celui-ci doit « reconsidérer » ce qui a été arrêté, il faut qu’il emprunte le parallélisme des formes, c’est-à-dire revenir « publiquement » devant les étudiants pour leur expliquer ces « reconsidérations ». Insistant que sur la question de la qualité des repas servis aux étudiants, il n’y a pas de compromis possible. Un avertissement adressé à l’ensemble des prestataires des restaurants universitaires.
La conférence de presse a connu la présence du premier responsable de la ligue des consommateurs de la section du Kadiogo, Serge Bambara, qui dit apporter le « soutien ferme » de sa structure à la lutte des étudiants.

Oumar L. OUEDRAOGO
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 18 mars 2015 à 20:05, par BAKIEBO Jacques
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Si cette situation s’avérait exact, ce serait une véritable consternation. Bon nombre d’étudiant sorti de l’UO souffre de COLOPATHIE. Hasard ? j’en doute.
    Néanmoins c’est la personne qui conduit cette lutte qui me gène, SERGE BAYALA le même qui a humiliè l’ex DG du CENOU en lui faisant manger du benga. Cet étudiant a une propension pour la violence, l’analyse approfondie et le respect ne sont pas ses habitudes. PRENEZ GARDE !!!

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2015 à 20:24, par zemosse
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Les étudiants ont raison car sous Blaise,les étudiants étaient méprisés .souvenez vous que l’ex premier ministre Tiao a été lapidé lors de son passage à l’UO. Je vous révèle que les nouveaux amphis qui n’ont même pas deux mois d’existence,sont déjà dégradés (les sièges sont soit cassé ,soit branque-ballant.C’est dire que d’ici un an , ils seront inutilisable. J’attire l’attention des autorités de l’UO sur cette arnaque de l’entreprise.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2015 à 20:38, par Amadoum
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Les autorites continuent de mettre la vie des etudiants en danger et quand la situation va exploser, elles vont courir vers le palais du Mogho Naba pour qu’il intervienne. Jusqu’a quel point de tels actes peuvent etre perpetres dans notre pays ? Les etudiants ont exhibe de la retenue et de la sagesse, mais les autorites veulent a tout prix epuiser leur stock. Si elles ne sont pas arretees cette fois-ci, elles en prendront gout et continueront.
    Je suis vraiment fache a la place des etudiants ! Je leur conseille de tout faire pour que les quantites restantes ne soient pas utilisees ; meme s’ils doivent les bruler.

    Web Master, prenez toute liberte de ne pas publier mon opinion !

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2015 à 20:41
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    quel homicide volontaire ? parmi vous, qui est mort parce qu’il à mangé ce repas ? vous n’avez jamais revendiqué bonne chose.chaque fois c’est manger qui vous préoccupe.et malgré le repas qu’on vous donne vous chiez beaucoup de zéro laba.honte à vous.

    Répondre à ce message

  • Le 18 mars 2015 à 20:57, par m’tagsgo
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Plus rien ne sera comme avant ! vous voyez,sont très peu ceux qui aiment vraiment la vérité. quand on est en position de force on marche et sans pitié sur les autres. sinon comment pouvez vous avoir des éléments au contrôle et ceux-ci préfèrent se tairent ? ceux qui nous empoisonnent sont passés par la même université et ont su la dangerosité d’un tel silence comparable aux actes ignobles que pose BOKO HARAM. mes frères,nous sommes tous pareils. on se tait quand on profite et dénonçons en condamnant avec vigueur quand on ne profite pas.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 00:44, par Sidsoba
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Par ailleurs, les étudiants disent remarquer que le directeur général du CENOU est en train de faire machine arrière par rapport aux engagements (sus énumérés) qu’il a pris, « publiquement », devant les étudiants le lundi dernier. Pour eux donc, si celui-ci doit « reconsidérer » ce qui a été arrêté, il faut qu’il emprunte le parallélisme des formes, c’est-à-dire revenir « publiquement » devant les étudiants pour leur expliquer ces « reconsidérations ».
    Voilà ce qui arrive quand on ne peut pas résister à la pression. Le DG du CENOU a trop vite parlé. Il parle trop et accuse tout trop vite. Il n’a pas vu l’exemple de ZIDA ? Est-ce qu’il parle encore. Quand on est responsable on mesure l’ampleur de ce qu’on dit sans se précipiter. En donnat raison aux étudiants trop vite, voilà qu’il est lui-même pris au piège. Qui, mieux que le laboratoire national et la ligue des consommateurs peut attester de la qualité des produits ? Mais on peut un peu comprendre le DG puisque les étudiants l’ont plus ou moins séquestré. En disant à la télé qu’ils ont lancé déjà le marché "pour recuter de nouveaux prestataires" le DG sème le doute sur sa propre honnêteté. Les procédures de marchés ne permettent pas de savoir si on va changer de prestataire. Soit il a des gars qu’il veut faire venir rapidement et empocher son pourcentage avant la fin de la transition (auquel cas il aurait monter ces étudiants qui ne représente pas tous les étudiants, l’ANEB n’étant pas concernés par ça), soit il a cédé à la pression des étudiants, auquel cas il n’est pas l’homme de la situation. Il est à craindre que les étudiants s’attaquent entre eux et faire des blessés voire malheureusement des cas de décès, car ce qui se joue actuellement est plus qu’une question de restaurant. C’est une question de leadership entre associations estudiantines à l’orée des élections des délégués des UFR où ANEB ET FESCI-BF se disputent le premier rôle. Deux heures pour nous, deux heures pour l’Afrique n’est qu’une stratégie de FESCIBF (on ne sait même pas s’ils ont un récépissé. Dans le cas contraire ce serait une aberration pour le DG de travailler avec eux, à quel titre d’ailleurs). Si d’ici à quelques jours le restaurants n’est pas rouverts, la faim va tarauder les étudiants qui sont rééellement en besoin (je ne parle pas de ceux qui sont à la solde de partis politiques tapis dans l’ombre et qui souhaitent voir tout le monde échouer, surtout la transition), ces étudiants donc, ou même l’ANEB et les autres syndicats d’étudiants pourraient réclamer la réouverture des restaurants, ce qui ne plairait pas à FESCI-BF. On aboutira à quoi ? Nous qui sommes sur le campus ici, nous avons assistés dans un passé récent à des altercations entre ces deux structures armés de gourdins et de machettes. Il faut faire sérieusement attention. Dans un contexte comme celui-là, il faut éviter de beaucoup parler et de trop vite parler. Quand aux revendications des étudiants, soit il laisse le DG du CENOU gérer comme cela se doit, soit que l’Etat leur donne la gestion du CENOU. A les écouter, on dirait que c’est eux le DG : « mise à terme sans condition du contrat du prestataire y compris son gérant et la chargée de livraison des produits », « du départ de la directrice des restaurations », « du démantèlement de la mafia CENOU par un audit », « de la réfection des restaurants universitaires », « du dédommagement des victimes dû à la qualité des produits ». « engagées des poursuites judiciaires pour intoxication volontaire », « faire la lumière sur les conditions d’attribution des marchés du CENOU en associant les concernés (étudiants) » et que soit également lancé « un appel à candidature du futur prestataire ». On croit rêver quoi ! Donc vous croyez comme ça qu’un DG se lève le matin et décide de donner un marcher à qui il veut ? Quelle intoxication vous avez subie et présentée à la face du monde ? Lorsque vous parlez de dédommagement, vous montrez votre cupidité et votre souhait d’être corrompus en bas pour vous taire (ce qui plaît aux politiciens). Il faut que nos étudiants apprennent à connaître leur rôle dans ce pays. J’aurais même compris si vous aviez demandé (au cas où les produits seraient vraiment périmés) que tout soit retiré, que la pretataire s’engage à ne plus utiliser ce type de produit (et là on instaure un système de contrôle permanent etc.) C’est ce qui est réaliste, sinon la voie sur laquelle vous vous engagez est pratiquement sans issue. On a compris que la sortie de l’ANEB pour réclamer des choses sur le LMD, et qui a mobilisé du monde vous fait peur. C’était votre façon de riposter pour garder votre électorat, sinon votre argumentaire montre que vous êtes au courant de cette pratique depuis longtemps mais que c’est maintenant que vous choisissez de réagir. Alors, pourquoi seulement maintenant ? DOnc vous avez laisser intoxiquer exprès des étudiants depuis janvier ? Les gars ! vous n’êtes pas clairs.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 07:19, par Le commando invisible !
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Les responsables du CENOU sont responsable car ils mangent tous dans les mains de ses assassins ! Le RU est un vrai gombo pour ses derniers et ils faudraient que les etudiants soient trés vigilant pour gagner cette bataille. Ce sont des sorciéres tous azimut qui y pillulent et quiconque s’harzardent à mettre fin à leur gombo, elles sont capables d’attenter à ta vie par tous les moyens. En plus d’exiger le changement de prestataire, il faut instauré un contrat unique non renouvelable des prestataires tout les 4 ans. Résister car, elle ne peuvent pas vous servir la qualité, ce sont les tares du système COMPAORE et l’appât du gain facile. Il faut que les étudiants mettent en place un service de suivi et control sinon, vous ne mangerez que des produits périmés. Si vous vous contentez des dates sur les emballages, elles seront changez avant d’arriver au magasin car le système OBOUF existe depuis et ailleurs. Déjà que vous êtes menacé, ne vous laissez pas distraire car au lieu de lutter pour la reforme du LMD, il faudrait gagner cette lutte de survie d’abord car c’est primordial. Vous trouverez du travail avec le système LMD , parcontre vous ne pourrez pas jouir du retour au système classique si vous êtes tués à petit feu.
    Courage

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 08:01
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Que dit l’ANEB dans tout ça

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 08:49, par Sidwata
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Seule l’ANEB est fiable. Il ne faut pas du tout faire confiance à ces étudiants probablement manipulés qui ne pensent qu’à leurs penses. L’ANEB et constituée de membres intègres qui savent ce qu’ils veulent et où ils vont. Ces étudiants 2 heures .... ont intérêt pour leur avenir d’integrer les rangs de l’ANEB

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 08:56, par Une Patriote
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    vivement que la lumière soit faite sur cette affaire !!! franchement trop c’est trop

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 09:00, par Une Patriote
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Lol !!!! mais je ne comprend pas M. BAKIEBO , en quoi manger du ’’benga’’ est humiliant ???

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 09:43, par Tony
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    J’ai toujours été stupéfait par la facilité avec laquelle les gens pensent que tout peut se régler en claquant les doits, Rome ne c’est pas construite en un jour. Cette lutte noble qu’elle soit ne donne pas droit à certains comportements (quand on respecte ses ainés c’est sur qu’on aura des oreilles attentives). Evitez de constater unilatéralement les choses et de vouloir imposer des actions dont l’exécution ne relèvent pas de vous. Impliquez l’administration et mettez les devant le fait accompli, si à l’issue rien n’est fait, là vous pouvez attester de la mauvaise volonté des responsables. Comme je le dit toujours, il est facile de getter la pierre sur les autres or qu’il n’est pas évidant que l’on puisse mieux faire. Je vous soutien dans votre lutte mais mettez y la forme qu’il convient. On obtient rien de bon par la menace, l’intimidation ou l’imposition. A bon entendeur salut !!

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 09:46, par capi
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Vous savez que les mèmes causes produisent les mèmes effets. lorsqu’une prestataire ne se preocupe pas de ses prpres employés, comment voulez vous q’elle se préocupe du reste ?

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 10:07, par justicier
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Tous les burkinabè soufre de la même maladie:l’égoïsme !quand on profite on se tait mais quand c’est le contraire on cri au scandale.s’il est vrai ce que vous dite,proposez des solutions raisonnables pour la résolution du problème au lieu de le dramatiser !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 11:19, par Ben
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    djaaaaa je comprend maintenant ! quand on voit un étudiant, soit il est gringalet car affamé, soit il est gros mais s’il monte sur une bascule ya rien puisqu’il est seulement gonflé d’air !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 11:37, par le nabiga
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    @4 un big up à toi , tu es un champion, dis leurs mille fois cette vérité, toujours là a pillayer pour des plats qu’il gagne cadeaux. Un fois de plus honte à eux...

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 14:12, par Le commando invisible !
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Les responsables du CENOU sont responsable car ils mangent tous dans les mains de ses assassins ! Le RU est un vrai gombo pour ses derniers et ils faudraient que les etudiants soient trés vigilant pour gagner cette bataille. Ce sont des sorciéres tous azimut qui y pillulent et quiconque s’harzardent à mettre fin à leur gombo, elles sont capables d’attenter à ta vie par tous les moyens. En plus d’exiger le changement de prestataire, il faut instauré un contrat unique non renouvelable des prestataires tout les 4 ans. Résister car, elle ne peuvent pas vous servir la qualité, ce sont les tares du système COMPAORE et l’appât du gain facile. Il faut que les étudiants mettent en place un service de suivi et control sinon, vous ne mangerez que des produits périmés. Si vous vous contentez des dates sur les emballages, elles seront changez avant d’arriver au magasin car le système OBOUF existe depuis et ailleurs. Déjà que vous êtes menacé, ne vous laissez pas distraire car au lieu de lutter pour la reforme du LMD, il faudrait gagner cette lutte de survie d’abord car c’est primordial. Vous trouverez du travail avec le système LMD , parcontre vous ne pourrez pas jouir du retour au système classique si vous êtes tués à petit feu.
    Courage

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 14:45, par kiki
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    "Seule l’ANEB est fiable" : ça fait sourire. En tout cas chacun connait ses promo ANEB et peut dire s’ils sont fiables ou pas. Il ne suffit pas de se proclamer fiable pour l’être. Laissez les étudiants apprécier vos actes et les actes de vos adversaires. Vous en tout cas, vous n’êtes pas manipulés. Vous êtes parrainés. Si ce sont les autres qui bénéficient du parrainage vous parlez alors de manipulation.
    Chers frères et sœurs, soyons soudés et laissons tombés ces querelles inutiles fondées sur des faux concepts qui relèvent du passés même chez eux...... Suivez mon regard.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 15:17
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    C’est juste un montage pour retirer le marché de la dame. C’est une main qui est derrière mais que la personne sache, que même s’il sa arrivait son tour arriver bientôt car Dieu n’aime pas l’égoîsme..

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 18:18, par a connait pas,a demander
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    A l’internaute 04.j’ai lu avec ecoeurement votre ecrit aussi plat qu’idiot.
    vs dites q ls etudiant n reclament pa bnne chose.j vs orai demande si vs avez deja ete etudiant, mais la reponse ne peu etr q non.autremen, vs sauriez q des lutte just s menent dep8 tjr ds ls universite publiq.ns n’aimons pa plu q vs deranger l fonct@nemen d l’uo.c’est la repress@ constante ki ns met ds ls rues.au benefice du doute,si vs avez ete etudian,vs devriez avoir honte d vo propo car vo promotionaire on vaillanmen lutter pr q vs profitiez honteusemen d ces acqui.
    vs pretendez q ns chions au lieu de ns comtenter du repa offert & kil fo des preuv d’intoxicat@.kel genre de pere,frere ou oncl etes vs ?voulez vs kil ai mort avan d denoncer ?
    meme ls medecin du cenou dissuade ls etudiant de manger o RU.la qualite des plat n’est un secret pr personn.il ya 1 reel mepri pr notr sante.
    j signal q j n s8 pa d Deux heures pr nous,deux heures pr l’afriq.seulemen, j partag l’esprit d la lutte mm si j denonce les methode.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 19:58, par tahenewcomer
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Clique d’idiots ! excitez-vous bien pendant qu’il est temps. Université - là, c’est pas pour la vie entière. Les plus jeunes, c’est peut - être 4 ou 5 ans encore. Quand vous serez sur le terrain, vous verrez que les mensonges, les combines, ça ne paie pas. Au lieu de manger ce que le restaurant fait pour vous (10000 plats/jour) vous vous jeter dans des calomnies qui ne vous font pas honneur. Quel intérêt cette pauvre dame qui peut - être a ses enfants à l’UO a à vous intoxiquer. Continuez, vous verrez à quoi ça mène d’être malhonnête ! # deux heures pour vous deux heures pour l’Afrique, titre bien pompeux. ok ! hi willingmeng wog- làa !

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 22:12, par arnaud
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    “franchement l Afrique , c est la honte , on se fait du mal à nous meme. on encourage la corruption , le népotisme en somme l impunité. plus du travail mal et vole plus t es promu à de hautes responsabiltés. ce qui est honté c est que le monde entier le sait et se moque de nous.” comment on peut masquer ,tolerer, proteger et promouvoir de tes actes comme koi on fait des affaires. ce n est pas ça faire des affaires. c est le repondre au besoin des gens dans le bon sens . pire la jeunesse à majorité rêve de devenir comme ces voleurs parce qu-ils sont promu et non puni.

    Répondre à ce message

  • Le 19 mars 2015 à 23:49, par idtaxéwussogo
    En réponse à : « Affaire produits périmés » au restaurant universitaire : les étudiants persistent et signent … !

    Mr BAKIEBO, vraiment je ne sais comment vous remercier pour votre intervention injurieux, mais de grâce pourquoi vous nous insultez , nous mangeurs de "benga" ? Saviez-vous que cette arrogance qui a conduit à l’insurrection ? Dites-moi votre DG est-il un extraterrestre ? Si manger du "benga" est humiliant pourquoi vous et DG préparez ce repas pour nos enfants, nos petits frères et nos amis ? Pour les tuer ?
    Je pari que vous n’êtes pas BURKINABE si non....

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés