SIBEA : Des agents déflatés exigent le retrait de la licence de commercialisation au groupe OBOUF

lundi 16 mars 2015 à 23h32min

A quelques heures de l’ouverture du procès - tel qu’initialement programmé - contre le groupe OBOUF, les déflatés de la Société industrielle burkinabè d’épices et aliments (SIBEA) qui lui avait concédé la licence de jumbo, sont montés au créneau pour exiger le retrait de ladite licence. C’était le lundi 16 mars 2015, au cours d’une conférence de presse animée à Ouagadougou.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
SIBEA : Des agents déflatés exigent le retrait de la licence de commercialisation au groupe OBOUF

C’est demain, mardi 17 mars 2015 - n’eut été un report de dernière minute du fait d’un mouvement de grève du personnel des greffes - que le PDG du groupe OBOUF et ‘’sa suite’’ devront répondre à partir de 8h, devant la Chambre correctionnelle du Tribunal de grande instance (TGI) de Ouagadougou, du flagrant délit de contrefaçon des dates de péremption de boissons à canette et à bidon de Coca-cola et de Fanta. Un délit retenu subséquemment à la découverte par la police, de ces produits impropres à la consommation.

Le groupe OBOUF, est également l’entreprise qui commercialise jumbo dont la licence lui a été acquise par rachat auprès de la SIBEA. Et les ex-travailleurs – mis à la porte depuis 2011 – de cette dernière remettent en cause la qualité de jumbo sur le marché burkinabè, arguant du fait que ce produit aurait sans doute subi le même sort que les boissons périmées. En effet, de leur déclaration liminaire lue ce lundi 16 mars 2015, il ressort, « Nous doutons fort que ces dates de péremption ne soient pas falsifiées comme les canettes puisqu’il dispose d’un dateur dans son magasin qui n’est pas une usine ».

D’où leur exigence à l’endroit du gouvernement, de voir retirée au groupe OBOUF, la licence de commercialisation de jumbo. Une licence utilisée, selon eux, dans « l’illégalité », puisqu’acquise dans un contexte où la SIBEA était dans une procédure judiciaire à l’initiative de ses employés licenciés. A tout le moins, il faut, selon eux, prononcer « la suspension immédiate de la commercialisation de jumbo » par OBOUF. Par contre, ils veulent que cette commercialisation soit assurée par leur ancien employeur, SIBEA. Un ancien employeur auquel ils souhaitent voir restituée ladite licence de commercialisation de jumbo. Au-delà, c’est leur réintégration par SIBEA qu’ils souhaitent vivement.

signalons que le procès dans cette affaire de canettes périmées est repoussé au mardi 24 mars 2015 devant la Chambre correctionnelle du TGI de Ouagadougou à partir de 8h.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés