Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

mardi 10 mars 2015 à 21h20min

Fidèles lecteurs de la chronique du gouvernement, après quelques temps d’interruption, votre rubrique paraissant tous les mercredis reprend du service. Cet espace offre l’opportunité aux départements ministériels et aux institutions, de diffuser des informations relatives à une activité, une politique publique ou un texte spécifique. Il permet de donner à l’opinion publique des informations officielles et des éclairages sur certaines questions d’intérêt nationale et internationale. A ce sujet, la première chronique du gouvernement sous le régime de la Transition, lève un coin de voile sur la feuille de route du gouvernement.

Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

Les nouvelles autorités mises en place suite à l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014 au Burkina Faso, ont résolument opté pour une nouvelle gouvernance. Dans tous les secteurs d’activités, des sillons sont en train d’être tracés et devraient permettre de poser les fondations d’une société plus juste, démocratique et prospère. Le message transmis donc par le peuple lors de l’insurrection des 30 et 31 Octobre 2014 a été « bien reçu » et tout est mis en œuvre pour conduire cette transition en tenant compte des aspirations réelles de tous les burkinabè.

La Transition, à travers la Charte, signée le 14 novembre 2014, dote le Burkina Faso d’une feuille de route qui définit clairement les axes de la nouvelle gouvernance que les autorités devront impulser pendant le mandat de douze mois qui leur a été confié.

Les bases et les fondements que pose cette Charte sont empreints de rigueur et de transparence pour le Burkina Faso. Le contrat social entre le peuple et ses dirigeants doit, à tout prix, être restauré pour impulser une nouvelle dynamique, gage de lendemains meilleurs.
Cette nouvelle dynamique a permis la formation d’un gouvernement de compétences nationale, la mise en place du Conseil National de transition (CNT), l’adoption de la loi sur la Commission de réconciliation et des réformes et la prise de mesures pour assurer le fonctionnement des autres organes de la Transition notamment l’ASCE ; le Conseil Constitutionnel ; la CENI, etc.

Les quatre grands axes du gouvernement

Le gouvernement s’est fixé une ligne directrice claire, lisible et pragmatique. Cela est matérialisé par quatre axes avec des objectifs à atteindre : le renforcement de la sécurité intérieure et de la défense nationale ; la réforme de la justice ; la consolidation des acquis sociaux et l’organisation d’élections libres, transparentes et démocratiques.

A l’issue du tout premier Conseil des Ministres tenu le 24 novembre 2014, le Premier Ministre, Yacouba Isaac ZIDA, confiait qu’en plus des élections présidentielles et législatives, « Nous allons faire des réformes de fond et de manière pragmatique, dans tous les secteurs clés du devenir de notre pays à tous : la défense, la justice. Un peu plus de trois mois après la mise en place du gouvernement ZIDA, la feuille de route, sous l’impulsion du Président du Faso, SEM. Michel KAFANDO, est en marche, avec des résultats tangibles. On peut noter, à cet effet, le travail fait avec l’ensemble des acteurs de la vie sociopolitique nationale, pour définir et valider l’agenda du processus électoral. C’est ainsi que d’un commun accord, les dates du 11octobre 2015 et du 31 janvier 2016 ont été retenues pour les déroulements respectifs des élections couplées présidentielles/législatives et celles municipales. La politique de concertation, de communication, de démarche inclusive produit les résultats escomptés avec au final, un consensus qui s’est dégagé autour des dates retenues pour ce calendrier électoral politique. Et ce, en droite ligne avec les sacro saintes valeurs de la Charte qui mentionne explicitement « l’esprit de consensus et de discernement » dans la conduite des affaires de la transition.

En matière de justice, le gouvernement a pris un décret en conseil de Ministre autorisant à exhumer et expertiser les restes du Président Thomas SANKARA. Le gouvernement a également procédé à la réouverture du dossier Norbert ZONGO. Ces actions s’inscrivent dans une franche volonté du gouvernement de la Transition de faire la lumière sur les nombreux crimes de sang restés impunis, de façon générale et à poser les bases d’une société réconciliée, sereine, démocratique et juste. Aucun Burkinabè ne doit plus jamais être tué pour ses ces idées, ses convictions politiques ou son combat pour plus de liberté et de démocratie. L’organisation des états généraux de la justice s’inscrit d’ailleurs dans cette dynamique et ils permettront de réconcilier la justice avec les justiciables avec le respect du principe « vérité, justice et réconciliation ».

Les récents évènements consécutifs à la saisie d’importantes quantités de boissons en cannettes périmées interpellent l’ensemble du corps social. Le professionnalisme des forces de défense et de sécurité ont permis de mettre en lumière cette forfaiture dont l’ampleur, jusque-là, reste à déterminer. Les premiers actes posés par la justice permettent de rassurer les populations quant aux suites à donner à ce scandale qui met à nu les défaillances de notre système d’approvisionnement : les décideurs politiques, les services techniques de contrôle des importations, les populations à la base sont interpellées afin que ces mauvaises pratiques se conjuguent définitivement au passé.

Les mesures prises pour assainir la gouvernance économique sont également en marche. Entre autres, et dans le cadre de la réduction du train de vie de l’Etat, il y a le renforcement de la transparence dans la gestion des marchés publics, l’ajustement des dépenses de fonctionnement de l’administration et la rationalisation des baux administratifs. L’ASCE poursuit également des investigations dans les ministères et toute personne reconnue coupable de malversations devra rendre compte devant la justice.

La réforme du secteur de la défense et de la sécurité tient également à cœur les autorités de la transition. Et la création d’un comité ministériel pour réfléchir sur l’avenir du Régiment de Sécurité Présidentielle et le dialogue du Chef de l’Etat avec la haute hiérarchie militaire au sujet du rôle et de la place de l’armée dans la vie nationale sont des signes qu’un point d’honneur est réservé à cette question.

La communication, clé de voute

« Si le développement peut être comparé au tissage d’une étoffe par des millions d’êtres humains, le fil de la communication peut en tisser durablement la trame ». Le gouvernement de la transition a fait sienne cette assertion de Jacques Diouf, alors Directeur général de l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO). Dans la feuille de route que le ministère de la Communication, chargé des relations avec le Conseil national de la transition a reçue, le gouvernement affiche sa volonté de mettre les schèmes de la communication au cœur de ses actions. Les missions confiées au ministère de la Communication durant cette période de transition s’articulent autour de 5 points :
-  éduquer et sensibiliser sur les valeurs de citoyenneté, de la démocratie et les enjeux de la transition ;
-  faciliter l’accès à l’information, et réviser le Code de l’information pour dépénaliser les délits de presse ;
-  assurer le passage du Burkina à la TNT ;
-  coordonner les relations du gouvernement avec le CNT en vue de la consolidation de la démocratie et l’Etat de droit ;
-  appuyer la presse privée.

La mise en œuvre de cette forte volonté du gouvernement de la transition est enclenchée avec, déjà, des débuts de résultats. Le 22 janvier 2015, le Chef de l’Etat, Michel KAFANDO, a déclaré face à la presse, que le gouvernement de la Transition fera ce qui est possible pour augmenter les subventions des médias et offrir aux journalistes burkinabè des conditions sereines d’exercice de leur métier. Il s’agit, dans ce sens, de clore l’éternel dossier de la dépénalisation des délits de presse. Le processus est déjà entamé au niveau du ministère de la Communication en vue de soumettre un projet de loi y relatif pour adoption au Conseil national de la transition.

Durant des décennies, les esprits ont été marqués, au Burkina, par l’injustice et la fatalité, sources de détérioration du climat social et de blocage pour une frange importante de notre peuple. Au regard des enjeux et des défis de la Transition, l’information, l’éducation et la sensibilisation ont incontestablement un rôle majeur à jouer pour susciter l’implication citoyenne dans l’édification du pays. Le ministère de la Communication, Chargé des relations avec le Conseil national de la transition, à travers ses services et les organes de presse aussi bien publics que privés, entreprend au quotidien des actions dans ce sens. Nous devons continuer à travailler pour reprendre en main le destin de notre pays. Cela passe par le renforcement des valeurs de courage, de dialogue, de responsabilité, d’audace et de liberté. Ce sont ces valeurs qui font de nous des Burkinabé à l’instar des principes défendus par les héros de cette nation comme le Président Thomas Sankara, le journaliste Norbert Zongo, le Général Tiémoko Marc Garango qui nous a récemment quittés et à qui nous rendons hommage pour son service à ce pays qu’il a tant aimé.

Tout n’est certainement pas parfait pour l’instant, mais le plus important, c’est la volonté affichée des autorités du ministère de la Communication chargé des relations avec le Conseil national de transition de pousser aussi loin que possible les horizons de l’information en direction des populations avec la participation de toutes et de tous, acteurs nationaux comme internationaux. C’est notre faculté à reconnaitre les acquis, de continuer à travailler pour combler les insuffisances et dégager ensemble des perspectives pour un meilleur Burkina qui rendra ce pays unique

Le ministère de la Communication, Chargé
des Relations avec le Conseil National de la Transition

Vos commentaires

  • Le 10 mars 2015 à 23:29, par Kanzim En réponse à : Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

    Attention à ne pas tomber dans la propagande. Si ce texte est destiné aux burkinabè, évitez le triomphalisme de types "pays socialistes" comme l’URSS. Dites moi seulement quelle résolution a été remplie et dans le temps par ce gouvernement ? Si pour encenser le gouvernement vous dites qu’il est engagé dans la lutte pour la réduction du train de vie de l’Etat, pourquoi ne savons-nous rien de la déclaration attendue des biens des personnalités ? Vous dites à propos de cette réduction que "L’ASCE poursuit également des investigations dans les ministères et toute personne reconnue coupable de malversations devra rendre compte devant la justice". Pourquoi faut-il attendre seulement les résultats des investigations dans les ministères pour que les découvertes de l’ASCE fassent l’objet de jugements et de sanctions ? L’ASCE n’est pas la trouvaille de ce gouvernement : il existe donc des dossiers tapis et cachés quelque part. Au lieu de tomber dans le discours idyllique, dites nous quand est-ce que ces dossiers seront épluchés en justice. Je crains que la substance de la communication gouvernementale ne soit édulcorée par cette tentative d’éblouir par des rhétoriques si embaumées.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2015 à 09:02, par Tin kuum Saya En réponse à : Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

    Félicitations pour cette option de nous rendre compte de ce cheminement nouveau que le peuple entier a voulu adopter pour que effectivement tout ne soit plus comme avant.
    Bon courage à toute les autorités de la transition ,quand elles sont sur le bon chemin nous ne manquerons pas le leur signifier , quand ça veut déraper aussi nous y serons pour leur dire héyi !
    Mais rassurez vous nous ne serons pas comme ces supporters des étalons qui veulent jeter l’eau de bain avec le bébé ,tu n’as qu’avoir le courage comment comment , ils finissent par te porter un coup au moral dixit Charles Kaboré le capitaine.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2015 à 11:05, par Diallo Boubeye alsaid En réponse à : Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

    A propos du dossier Sankara.que voulons-nous Le président Sankara est mort toutle monde le sait ;ou du moins tout le monde entier le croit ; Depuis quelques années nous constatons que tous les regards sont attirés sur la sépulture du président et non une justice pour lui ;
    En effet en 2013-2014,le tribunal de grande instance de Ouagadougou avait été saisi pour une demande d’ouverture de sépulture par la famille Sankara ; le tribunal s’était déclaré incompétent.Je suis très dèçu et étonné que des avocats professionnels puissenyt commettre une telle erreur ;
    En effet le domaine des sépultures revient à la mairie ; seul la mairie peut ordonner une inhumation ou exhumation ; mais, les avocats au lieu de s’adresser à l’autorité compétente se sont adressés à une autorité incompétente comme s’il s’agir d’une affaire d’amateur en méprisant le principe des parallélismes des formes qui veut que l’autorité compétente pour prendre une décision soit compétente pour prendre la décision contraire.
    EN outre Hier encore, Après l’insurrection le président lors de son premier discours à déclarer "J’ai aussi décidé par le fait du principe que les investigations pour identifier le corps du Président Thomas Sankara ne seront plus assujetties à une décision de justice mais seront du ressort du Gouvernement. D’ores et déjà aujourd’hui même, cette autorisation est accordée" depuis lors rien.
    aujourd’hui toujours, on ne dit que l’autorisation a été donnée à la famille d’exhumer le corps. pourquoi faire ? Où pour en faire quoi en dehors d’une procédure judiciaire ;
    que fait alors le gouvernement ?
    je serais très content d’apprendre que le ministre de la Défense a instruit d’ouvrir une information pour déterminer les causes de la mort de Sankara ; que le juge a ordonné l’exhumation ce qui me donnerait l’espoir que ce gouvernement est engagé et a envie de faire les choses.
    mais à cette allure je me demande après l’exhumation que feront nous des résultats de l’expertise et quelle sera la valeur juridique de cette expertise et qu’adviendra il si un jour un juge est saisi et a envie d’ordonner ces mesures déjà ordonner qui du reste rendrai très difficile si ce n’est que pour faire disparaître les traces de l’infraction.
    Je reste persuadé que ni le président KAFANDO ni le premier ministre ZIDA n’ont envie de se mouiller dans cette affaire.
    Pour conclure et en empruntant les propos de quelqu’un, il existe des dossiers politiquement lourds .
    cela n’est que mon point de vue et n’engage que mois.

    Répondre à ce message

  • Le 11 mars 2015 à 11:36, par zabs-vision En réponse à : Feuille de route de la Transition : rigueur et transparence

    de tous ce que vous racontez rien n’est visible. ZIDA et KAFANDO sont venu se remplir les poches et c’est tout. arrêtez donc de bobaratiner les honnêtes citoyens comme moi.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés