Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

jeudi 5 mars 2015 à 23h30min

Les étudiants de l’Institut international de l’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) sont en grève depuis le 03 mars 2015. La direction générale de l’institut a organisé une conférence de presse ce 05 mars pour donner sa version des faits sur cette manifestation. C’est l’hôtel Pacific de Ouagadougou qui a servi de cadre pour cette rencontre avec les hommes de médias. Puisque le personnel dit ne plus avoir accès aux locaux de 2iE depuis le début de la manifestation. Pour la direction générale, les points touchant à la qualité de la formation sont non négociables. Mais, elle se dit disposée à trouver des solutions pour certains points de la plateforme revendicative, notamment la question de mise à jour des relevés de notes.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

Le comité de direction a commencé ce point de presse par la présentation de 2iE, notamment le système de formation et de diplomation dans cet établissement de renommée international. L’on retiendra que 2iE est un centre d’excellence pour la Banque mondiale, le NEPAD, l’UEMOA, la CEDEAO. Il entretient également des partenariats dans son programme de formation avec des prestigieuses universités d’Europe, des USA, du Japon. Il bénéficie du financement d’une quinzaine d’institutions internationales ainsi que les Etats membres.
Mais, cette prestigieuse école connait des remous depuis le début de la semaine. Les étudiants sur les deux sites (Ouagadougou et Kamboinsé) sont en grève pour une durée indéterminée. Ce, depuis le 03 mars 2015. D’ailleurs, depuis ce jour, ce sont les étudiants qui contrôlent et filtrent les entrées à 2iE. Le personnel n’y aurait pas droit depuis le 4 mars. Ils exigent la satisfaction intégrale de leur plateforme revendicative.

Des revendications inaccessibles

Mais, pour la direction générale, cette plateforme comporte un certain nombre de revendications inaccessibles. Notamment les questions touchant au passage en classe supérieur, ou encore à la qualité de la formation. Accéder à ces revendications, c’est remettre en cause la qualité de la formation, soutient-on. « Ils demandent qu’on abaisse les niveaux d’exigences des critères de validation des unités d’enseignement. Nous ne pouvons pas abaisser ce niveau d’exigence parce que ce sont ces niveaux d’exigence qui sont en cours au niveau international et que nous sommes obligés de mettre en œuvre si non nos diplômes ne seront plus reconnus », explique le directeur général de 2iE, Amadou Hama Maïga.

Pour le problème de badges retirés, il est également hors de question de revenir en arrière. La direction assure que ce sont trois ou quatre personnes seulement qui sont concernées et ces derniers ne remplissent pas les conditions pour passer en classe supérieure. C’est une erreur qui s’était glissée et elle a vite été rattrapée.
Quant aux frais de reprise d’unités d’enseignement, il s’agirait d’une mesure permettant aux étudiants d’avancer et revenir composer dans des crédits qu’ils n’ont pas validés. C’est une mesure qui permet d’économiser et d’avancer, dit-on, puisqu’en temps normal, ces derniers devraient reprendre le semestre. Ce qui leur coûterait plus cher et les condamnerait à perdre un semestre voire une année entière.

Ok pour la mise à jour des relevés de notes

Si les points ci-dessus cités sont non négociables, la direction générale de 2iE se dit disposée à trouver une solution rapide à certains points de la plateforme revendicative. Il s’agit, entre autres, de la question d’actualisation ou de mise à jour des relevés de notes. D’ailleurs, à la rencontre entre manifestants et équipe dirigeante de 2iE le 3 mars 2015, il avait été question d’éluder la question hic et nunt. « Pour le point concernant la mise à jour des relevés de notes, je demande de faire la liste nominative de tous ceux qui sont concernés et que séance tenante, nous sommes disposés pour qu’on travaille dessus pour clarifier tout, mettre à jour et prendre la décision immédiatement avec vous », c’est ce qu’aurait proposé la direction générale au cours de la rencontre.

« 2iE n’est pas une école de facilités »

Mais, les étudiants voulaient plus gros et ont exigé la satisfaction de l’intégralité de la plateforme revendicative. « Je leur ai dit que je n’ai pas mandat de modifier les critères académiques. Je suis là pour exécuter ce qui a été arrêté et veiller à ce que ce soit réalisé », rappelle M Maïga. Le premier responsable de l’école et ses collaborateurs estiment que certains étudiants recherchent des facilités alors que 2iE n’est pas une école de facilité. « Il y a des étudiants qui cherchent des facilités et qui veulent qu’on révise à la baisse les critères de validation des unités d’enseignement et les critères de passage d’un niveau à un autre. Quand vous prenez leur plateforme revendicative, 90% de ce qu’ils réclament, c’est des facilités alors que 2iE est une école d’ingénieurs de haut niveau, ce n’est pas une école de facilité », martèle Amadou Hama Maïga.

Il soutient par ailleurs que la plupart des points de la plateforme revendicative ne concerne que quelques dizaines d’étudiants. « Plus de 80% des étudiants n’ont aucun problème. Ils ont validé leurs crédits. Il y a quelques personnes qui ne sont pas arrivées à valider. Mais, nous ne pouvons pas modifier le règlement pour eux parce que c’est la dénégation même de 2iE. La plateforme ne concerne qu’une minorité d’étudiants, notamment ceux qui sont en situation d’échec », explique-t-il.
Parlant des meneurs de la grève, le DG rappelle que le président des étudiants n’est d’ailleurs pas régulièrement inscrit au 2iE, puisque n’ayant pas validé ses crédits.

La police est intervenue pour libérer des otages

Quant à l’intervention en pleine nuit de la police pour sur le site de 2iE, le DG et ses collaborateurs soutiennent qu’il s’agissait juste de libérer le personnel de 2iE qui était pris en otage par les étudiants. D’ailleurs, les forces de défense auraient tenté de les raisonner en vain. « Les services d’ordre ont dû utiliser des gaz lacrymogènes pour dégager les portes pour permettre au personnel de sortir », soutient Amadou Hama Maïga.

Le personnel libéré n’est plus reparti dans cet établissement. Les étudiants qui règnent en maître absolu sur le site de 2iE organisent une conférence de presse ce vendredi 6 mars pour aussi dire sa part de vérité. Certainement un autre son de cloche après celui de la direction générale. En attendant, le directeur général dit ne pas se sentir fragilisé outre mesure par ce mouvement.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 5 mars 2015 à 23:58, par OUEDRAOGO
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Voilà qui est clair. Nous avons séquestré les gens qui doivent nous donner le savoir. n’est-ce pas notre propre mort qu’on cherche. c’est clair que certains d’entre nous seront exclus. Que le DG démissionne ou pas, nous allons avoir de sérieux problèmes. il faut reconnaitre qu’il y a certains de nos camarades qui n’ont pas le niveau pour étudier à 2iE et ils veulent forcer l’administration à assouplir les conditions de passage en année supérieure. notre président même, depuis 2011 n’a même validé le nombre de crédits nécessaires pour passer en L3. Mais quand ils signent sur les papiers, il met qu’il est en L3 alors que nous sommes tous au courant. Comment quelqu’un comme ça peut diriger notre association de futurs ingénieurs ? Les amis, reconnaissons que nous avons fait fausse route. à part le problème de mise à jour des notes qui est assez sérieux, tout le reste n’est que démagogie. nous avons eu même le culot de crever les pneus des véhicules de certains de nos enseignants. Et surtout les séquestrer jusqu’à 2h du matin dans le bâtiment de la direction générale. même les dames de l’administration que nous connaissons tous et qui ont accouché il n’y a pas longtemps ont été séquestrées jusqu’à 1h du matin. si les CRS n’étaient pas intervenus, ils seraient peut-être toujours en otage sans nourriture ni eau. on n’a même pas pensé au fait que nous allons après nous retrouver en classe avec ces mêmes enseignants. franchement, nous avons fait fausse route.On ferait de présenter nos excuses pour la séquestration et reprendre les cours. dans tous les cas, c’est nous qui sortirons les grands perdants si nous perdons une autre semaine de cours. Que ceux qui pensent que 2iE ne fait plus leur affaire prenne leur argent pour aller s’inscrire ailleurs, parce que nous croyons que nous payons donc nous avons le droit de faire n’importe quoi.
    Revenons à la raison chers camarades....Que Dieu nous inspire !!!

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 00:34
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Hoo my God...Mr le directeur général respects !!! Pouvez vous nous dire pourquoi beaucoup d’entreprise de la place ne recrutent plus trop d’étudiants du 2ie comme les années passées ? Pouvez vous nous donnez l’effectif des étudiants par classe et par rentrée ? Vivement que les professeurs se prononcent aussi sur cette crise.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 07:44, par un ancien
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Oui je te reconnais monsieur le Dr s-mensonge avec agraphe boulanger. J’ai été au 2iE pendant les manifestations et je puis vous rassurer que la lutte n’est pas seulement menée par des étudiants en échec. Si c’était le cas cela signifierait que plus des 50% des élèves aux 2iE sont en échec.
    Ce qui est encore plus écœurant, le DG dit que les crédits achetés serait mieux que de reprendre mais quid de l’amnésie ou il ne dit pas que les crédits c’est juste pour composer et non pour suivre des cours de rattrapage et aller composer. Pour me faire mieux comprendre , c’est comme l’Université demandait au étudiants de payer pour composer en septembre ah bas. C’est vrai qu’il y’a de l’or au Burkina mais de grâce faites pardon. Je comprend bien le fait de raquetage systématique des étudiants liés intrinsèquement à vos salaires et perdiems exorbitants qui ont connu une hausse importante depuis votre arrivé à la tête de l’école. Vous avez bien corrompu la plus part de votre personnel mais il reste néanmoins des personnes intègres qui nous donnerons plus d’éclaircissement sur vos égarements.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 07:47
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    L’enseignement supérieur n’est pas le lieu de la facilité. Je souhaite que la direction reste ferme et ne transige pas avec les normes et les standards de qualité de la formation : il y va du salut de toute l’Afrique. L’ètudiant qui n’est pas capable de tenir dans ces conditions de se retirer pour aller voir si l’herbe n’est pas plus tendre ailleurs. J’ai honte de nous étudiants africains, élite de demain. Les racourcis produisent des rabougris ! Comme cette institution a un statut particulier, j’espère que les autorités de la Transition nous éviteront la bêtise et la lâcheté qui ont coûté au DG de l’IDS son poste alors qu’il ne faisait que faire ce pour quoi il est payé par l’Etat.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 08:31, par OUEDRAOGO 2
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Ca me fait mal de voir que certains etudiants parlent ainsi. Je sais que certainement c’est pas le lieu pour critiquer d’autres commentaires mais il fallait que je reagisse afin que d’autres camarades ne se laissent pas pieger par certains propos.Ceux qui croient que certains etudiants n’ont pas le niveau pour etudier au 2ie, vous croyez etre les plus brillants ou quoi ? Meme ceux qui n’ont jamais eu de problemes pour passer en classe superieure reconnaissent qu’il faut un changement. Alors arretez de vous prendre pour des super cracks. Tous les etudiants qui ont au moins une année au 2ie connaissent les problemes de cetre ecole. Ou tu preferes avoir un probleme qui n’est pas en rapport avec tes notes avant de te mordre les doigts ? Juste pour te ramener tes propos, si tu as peur des represailles l’ami va t’inscrire ailleurs.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 08:35, par Beranger
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Totalement d’accord avec Mr le Directeur ! Les enfants gateux dont les parents ont des "Guiros" a la maison et qui ne savent pas quoi en faire, et qui pensent qu’ils peuvent venir faire la bamboula allegrement et sortir victorieux d’une ecole aussi prestigieuse que 2iE, laissez nos enfants avancer, nous qui trimions dur pour pouvoir faire face a leurs scolarite !

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 09:23, par Bamas
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Cher ami, 2iE est toujours une école d’ingénierie de renommée internationale. Quand vous parlez de qualité d’enseignement ou de chefs d’entreprise qui ne recrutent plus trop les ingénieurs de 2iE je m’en vais te dire que même dans notre honorable Université de Ouagadougou (surnommée le calcio) la qualité de l’enseignement a baissé. J’ai fais les deux universités UO et 2iE. A l’UO nos TP étaient devenus de la théorie, plus rien dans les labo de TP pour faire le travail, à cela s’ajoute la vétusté des appareils (malgré tout les diplômes sont reconnus par le CAMES). Donc calme toi car 2iE au delà de certaines insuffisances inhérentes de toute organisation humaine s’en sort jusque là avec des ingénieurs outillés.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 09:26
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je conseille vivement à la direction de revoir les critères de sélection pour l’entrée au 2ie.

    Car il faut le reconnaitre beaucoup de ceux qui entrent n’ont pas le niveau ou le profil scientifique qu’il faut , ils ont juste les moyens pour payer une scolarité très élevée. Conséquence,ils veulent profiter du label 2ie pour le marché de l’emploi.
    Si l’école veut toujours être une école de référence elle doit revoir les conditions d’entrée pour prendre les candidats ayant le bon profil et soutenir les bons profils par un système de bourses avec l’aide des États et des partenaires. Comme cela, 2ie ne sera plus l’otage de ceux qui ont les moyens et pensent que l’argent donne droit sans efforts intellectuels à un diplôme .

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:03, par de zogona
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Les 2ie coûtent les 2 yeux . C’est connu. Et qui part la bas ? Cette situation ne pouvait que finir par arriver. La crise de l’emploi aidant, le recrutement des anciens de 2ie par copinages de papa a tendance à diminuer. Pour savoir qui est garçon remettez les modalités de recrutement aux conditions d’avoir été excellent dans les troncs communs des universités nationales. Le langage des gars pour qui on paie des millions dans les universités privées est que "zogoza ça vaut rien". Quand on fait le même devoir des 2 cotés, dans le privé l’administration demande que le professeur administre un ou deux autres exercices pour que l’on retienne la meilleure des notes. Si on faisait comme çà pour les pauvres de "Zogona" on allait aussi être coté par UEMOA ; BM ; CEDEAO, etc...

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:12, par L’éducation au Burkina
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Bonjour à tous
    je ne suis pas du 2ie.
    Je suis enseignante dans une école supérieure similaire au 2ie.
    j’invite vivement les étudiants conscients à reprendre les cours ;nous savons tous que 2ie est une bonne école d’ingénieur qui fait honneur à tous les burkinabés.le Directeur reconnait bien son tors alors pourquoi s’aligner derrière les vauriens qui ne veulent pas travailler pour perturber votre années scolaires chers étudiants.
    je vous invite à dire NON à ces perturbateurs et retourner en classe dès mardi

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:14, par Tapsoba
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    De prime à bord, les étudiants n’ont pas raison. Quelque soit le motif de la revendication, rien ne vous autorise à séquestrer des gens. La loi doit vous punir déjà pour ça ; Ensuite, le président est en situation irrégulière, ce qui du même coup rend votre bureau illégal et illégitime. Est-ce qu’il y a eu un préavis de grève ? Non ? Alors quatre irrégularités qui rendent votre manifestation totalement incrédible. Sachez que nous les parents, nous nous sommes endettés pour les frais scolaires et on a pas encore tout remboursé. Reprenez vite les cours et désolidarisez-vous des mauvaises graines qui n’ont plus rien à perdre.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:23, par Samenfous
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Monsieur le DG, s’il y a des plaintes récurentes c’est qu’il y a problèmes. Il faut savoir raison garder et écouter attentivement les enfants. certes ce ne sont certes pas des saints, mais dans une plainte il y a une part de vérité.
    Lors de la remise des diplômes, j’ai été offusqué de vous entendre répondre au vœu du délégué des élèves qui souhaitait un accompagnement de l’Ecole pour le premier emploi. Votre réponse m’a laissé perplexe "Ce n’est pas aux 2IE de faire la promotion des étudiants car nous sommes une institution bien connue. Pour dire vrai, elle a été décevante , même si je vous ai compris. Un adulte ne répond pas de cette manière à des enfants. Vous auriez pu opposer un refus diplomatique. C’est en partie votre rôle et votre mission au sein des 2IE. Vous faites regretter Mr GINES. Lui au moins savait leur parler.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:31, par Oyomo
    En réponse à : Crise au 2iE

    "Ce sont les enfants gatés d’un système" dixit mon humble professeur de TEEO.
    Ils y retrouvent pour ternir la rénommée de 2iE. DG, soyez intransigeant.
    Je suis à 2iE, Je suis à 2iE et après ? Fénéant, trucheur et cancre.
    Je demande aux entreprises d’organiser des concours de recrutement, vous
    verrez des écoles de l’ombre comme IFC (Institut de Formation Colbert), ESMI, ISPP etc,
    montrer leur excellence.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:42, par OUEDRAOGO 3
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Euh monsieur ouedraogo a vous entendrr parler nous pensons wue vous etes etudiant ici.mais nous ne demandons pas a l administration de faire passer les etudiants sans moyenne,nous luttons juste pour faire comprendre a l administration Que nous sommes et devons etre au coeur de leurs soucis.un dg quon ne voit jamais qui se fous des etudiants.nous payons une scolarité assez eleves pour une formation mediocre.nous n avons ppas des sorties ni rien.on bosse juste pour valider notre annee.nous luttons pour une meilleur formation et de surcroit lapplication reelle du systeme lmd avec des diplomes reconnu.on se soucis de notre avenir.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:47, par Gbè
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je ne sais rien de la plateforme revendicative des étudiants mais je peux vous dire que le 2iE a de sérieux problèmes de communication et d’administration. Là il s’agit des présentiels mais en FOAD c’est encore pire. Vous finissez votre mémoire et vous attendez six mois à un an avant d’avoir votre note de PFE, ne parlons pas des relévés, là il faut compter le même temps d’attente.
    Lorsque vous avez une requête c’est avec un silence méprisant qu’on vous "répond" comme si vous étiez un moins que rien alors que certains étudiants peuvent même payer au DG son salaire ! Pour dire que ce sont parfois des fonctionnaires internationaux qui se voient méprisés de la sorte. 2iE est dépassé par le nombre toujours grandissant de ses étudiants et commence à faire du commerce au lieu de se préoccuper des conditions d’études, des relations enseignants-étudiants, de l’efficacité de son administration dans la gestion des affaires académiques. Une fois que tu as payé c’est fini, tu peux poiroter, te plaindre, gémir, sangloter en vain, c’est quand ils le voudront bien que tes préoccupations seront prise en compte...

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:49, par Lil bouré
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je pense qu’il serait également indiqué d’entendre des enseignants et des parents d’étudiants pour concilier les différentes versions et prendre la bonne mesure de la situation.

    Il ya des parents d’étudiants qui ont dû se déplacer et s’aligner devant l’administration à 3h du matin pour réclamer pour leurs enfants étudiants la mise à jour des relevés de notes pour des besoins pressants, mais également pour d’autres choses. Même cela n’a pas fait plier l’administration. Je suis de ceux là et c’est 2 ans après que nous avons obtenu gain de cause suite à l’intervention d’un enseignant après moultes tentatives. C’est impensable et écoeurant.

    Je me fais également l’écho de certains parents d’étudiants sur la question de "facilités" dont parle le DG. Cela dépend du coté ou on se met pour la lecture de la situation. Prenons simplement les crédits concernant l’anglais qui me semble être la matière la plus incriminée. Il s’agit effectivement d’une matière qui bloque la majorité des étudiants en bachelor (3ème) année parce qu’il faut avoir validé tous les crédits anglais depuis la première année pour accéder à son diplome, même si toutes les autres matières ont été validées avec excellence. Soit ! mais concédons aussi le fait que les cours d’anglais ne sont pas dispensées de sorte à faciliter l’accessibilité à cette matière ; seulement un cours par semaine et encore ? Il suffit qu’un cpours saute pour une quelconque raison pour que les étudiants se retrouvent à 1 seul cours en 2 semaines. Et les résultats sont là (comparez le taux de réussite/validation de cette matière à ceux des autres matières, c’est catastrophique) et les gens ont vite fait de dire que c’est parce que les étudiants ne s’intéressent pas à l’anglais (ça aussi c’est en partie vrai mais il n’ya pas que ça) ; ou est donc la recherche de facilité ici ? La Direction gagnerait à examiner également les conditions d’enseignement de certaines matières indexées parce que la situation est connue de tous et dure depuis des années.
    Je passe sous silence les situations de copies de projets d’étudiants égarées par les enseignants avec une note au hasard flnquées aux étudiants si ce n’est pas un zéro, les conditions d’hygiène du restaurant ou les étudiants cohabitent avec une plétore de chats et chatillons, l’état des toilettes (WC) et j’en passe. Les insuffisances et les problèmes, il yen a à rammasser à la pelle tant au niveau du corps professoral que du personnel administratif et des étudiants. Cher DG, ne vous voilez pas la face, les problèmes et inssuffiances sont là. Bavardez moins et ouvrez surtout le bon oeil et tendez l’oreille ; serrons nous les coudes pour faire mieux et à moindre coût. Tout le monde y gagne.

    Je termine en disant que le mouvement des enseignants qui a couté le départ du DG Français (l’an passé) et celui des étudiants cette année, ont éveillé la conscience des parents d’étudiants qui en ont aussi gros sur le coeur et qui d’ailleurs, depuis le 3 mars dernier, ont lancé un appel à mobilisation pour la constitution d’une association en vue de s’inviter au débat ; faire un état des lieux de ce qui ne marche pas dans cet établissement et contribuer à proposer des pistes de solutions, pour permettre à ceux qui n’ont pas les moyens d’inscrire leurs enfants à l’étranger, de trouve leur compte au Burkina Faso à travers cet établissement, dont la notériété est en train de prendre un coup depuis quelques années.

    Je fais l’économie des autres préoccupations, et le DG devra s’attendre à reçevoir une demande d’audience des parents d’étudiants dans les jours qui viennent. En espérant qu’il ne sera pas fermé au dialogue comme il l’a été avec les étudiant avant leur mouvement. sinon ...

    Je vous remercie

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 10:49, par Samenfous
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Monsieur le DG, s’il y a des plaintes récurentes c’est qu’il y a problèmes. Il faut savoir raison garder et écouter attentivement les enfants. certes ce ne sont certes pas des saints, mais dans une plainte il y a une part de vérité.
    Lors de la remise des diplômes, j’ai été offusqué de vous entendre répondre au vœu du délégué des élèves qui souhaitait un accompagnement de l’Ecole pour le premier emploi. Votre réponse m’a laissé perplexe "Ce n’est pas aux 2IE de faire la promotion des étudiants car nous sommes une institution bien connue. Pour dire vrai, elle a été décevante , même si je vous ai compris. Un adulte ne répond pas de cette manière à des enfants. Vous auriez pu opposer un refus diplomatique. C’est en partie votre rôle et votre mission au sein des 2IE. Vous faites regretter Mr GINES. Lui au moins savait leur parler.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 11:15
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Anonyme 2, le fait que les entreprises ne recrutent plus tous les étudiants de 2iE est un fait normal du fait du déséquilibre entre l’offre et la demande. Outre ce déséquilibre il y a des étudiants qui se forment également dans le même secteur ailleurs en Afrique ou en Europe. Tous les ingénieurs formés hors du Burkina Faso trouvent ils un emploi ? Vous retrouverez des ingénieurs dans l’enseignement dans l’attente d’une opportunité. A cela s’ajoute la qualité des étudiants formés qui dépend également de la qualité intrinsèque de l’étudiant : tous les étudiants diplômés de 2iE ne peuvent pas avoir la même qualité. Pour votre information, le temps mis par les anciens étudiants de l’ex - EIER - ETSHER à apprendre des outils qui peuvent servir aux techniciens et ingénieurs n’est en deçà actuellement parce qu’ils passent plus de temps à télécharger des films sur le net et autres. Un autre exemple simple, juste voir la proximité des maquis et la fréquentation des maquis par les étudiants. Des parents d’étudiants pourront vous en dire. il ne faut pas accuser uniquement l’école. certes il y a des points à améliorer, actuellement en cycle master le nombre d’étudiants n’est pas élevé peut être en 1ère année Bachelor et là encore il y a plusieurs entrées.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 11:38, par GYENGANI Jean-Marie
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Immanquablement, cette crise devait éclater au 2ie. Je suis parent d’étudiants de cette université et ce que j’ai personnellement vécu n’honore pas l’image de marque que Mr le Directeur veut prôner. Je suis d’accord qu’il ya des étudiants qui n’arrivent pas à suivre mais je pose la question suivante" à qui la faute Mr le Directeur ?"
    Le personnel qu 2ie ne respecte pas les usagers (étudiants et parents) car je fus obligé de me rendre à Kamboiné à deux reprises pour des questions de notes mal rapportées de mon fils et pour l’obtention de documents pour compléter un dossier parce que mon fils y est allée à plusieurs reprises et sans suite car le membre du personnel vient à l’heur qu’il veut et décide de ne recevoir personne pendant que les étudiants y sont depuis 5h du matin avec l’espoir d’être reçu. Cela est-il acceptable pour une école de renommée Mr le Directeur ? La scolarité dans cette école coûte chère et il faut que les services offerts soient de qualité pour les étudiants et les autres usagers. Mr le Directeur et son staff doivent accepter dialoguer avec les étudiants afin de trouver des solutions aux problèmes vécus par ceux-ci. Il faut éviter la fuite en avant car ce sont ces comportement de suffisance qui ont conduit le personnel administratif et enseignant à demander le départ de l’ancien DG, n’est ce pas ?
    Mettons balle à terre et en cette période de transition, il faut entamer le dialogue et je suis sûr qu’une solution sera trouvée.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 12:08, par Oyomo
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    "Ce sont les enfants gatés d’un système" dixit mon humble professeur de TEEO.
    Ils y retrouvent pour ternir la rénommée de 2iE. DG, soyez intransigeant.
    Je suis à 2iE, Je suis à 2iE et après ? Fénéant, trucheur et cancre.
    Je demande aux entreprises d’organiser des concours de recrutement, vous
    verrez des écoles de l’ombre comme IFC (Institut de Formation Colbert), ESMI, ISPP etc,
    montrer leur excellence.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 13:29, par Franchise
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Il faut que la direction de 2iE apprenne à reconnaître ses torts et travaille à les corriger. On ne soutient pas certains actes posés par les étudiants comme la séquestration. Mais il y a un sérieux problème de management ! C’est même pire que le campus lorsque tu as un soucis administratif ou académique. Je crois que tout le monde devrait se mêler de ce problème pour que des solutions soient trouver et que 2iE arrête avec l’attitude suffisante et insolente de son personnel !!! Je suis d’accord que l’on organise même un sit-in pour dénoncer cette bourgeoisie administrative qui a tôt fait d’oublier que les frais de scolarité des étudiants qu’ils malmènent autant contribuent au bien être de leur boite...Ailleurs aux Etats Unis, avant même la fin du projet de fin d’études on permet aux étudiants de se faire valoir auprès des recruteurs en leur donnant des d’attestations, ici il faut courir 2 ans pour corriger une erreur sur ton relevé à plus forte raison en obtenir un !

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 14:14, par vérité
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Le DG a totalement raison. Pour la qualité de la formation reconnue à 2iE, il il faut être intransigeant.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 15:20
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Il y a un problème qu’il fait dire, le DG ne sait pas communiquer. En matière de communication et de management il doit revoir sa copie. Quand un DG dit en réponse à une question d’un des agents, "je ne réponds pas à la question" ou encore "pour le moment c’est moi le DG, quand vous seriez DG faites comme vous voudrez". Un peu comme le langage d’une personne saoule dans une gargote de la ville. Il lui manque la manière. Le SG lui s’est parlé mieux que le DG mais sa petite taille lui cause un problème "le complexe de taille". Pour ne pas paraitre faible, il prendre les décisions de façon brutale. Ces méthodes de marchent plus de nos jours. Il leur faut sans honte des cours de management et de leadership. 2iE a ce problème parce qu’il y a trop personnes de petites tailles à des postes de responsabilités : il faut crier pour se faire comprendre, ou est ferme dans le vide pour être craint.
    Voyez - vous, parents d’élève ce serait une bonne chose que vous vous mettiez en association non seulement pour être informés de l’évolution de vos enfants parmi lesquels il y a des enfants une fois à 2iE changement de comportement mais aussi pour dire des vérités à la direction de cet institut quand il y a des écarts afin que les soient disant Directeurs qui pensent qu’ils n’ont rien à dire à quelqu’un déposent le tablier ou s’engage à dialoguer.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 15:22
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Anonyme 7 et 17.
    Le 7 tu essayes de nous faire une comparaison entre 2 écoles qui à mon humble avis ne sont pas dans un même domaine de formation.
    Le 17 je suis parfaitement d’accord avec les arguments avancés concernant le recrutement des étudiants par les entreprises. Donc svp que le 2ie arrête sa publicité faisant croire qu’à la fin de la formation dans leur école près de 80% des étudiants sont recrutés. Mr le 17 allez y jusqu’au bout donnez nous des chiffres et enlever "peut être" car vous le savez bien que quiconque que les effectifs sont élevé par rentrée et par classe. Vivement que les professeurs se prononcent sur cette crise médiatiquement.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 16:27, par IB
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je suis entièrement d’accord avec le forumiste n°8 ; je suis un ancien de EIER (actuellement 2IE) et je pense que l’école perd chaque année de la qualité de l’enseignement tout simplement parce que certains postulants n’ont pas le niveau requis mais comme ils vont payer ils sont acceptés au sein de l’école. Il faut que le conseil d’administration de 2ie revoit son mode de recrutement de ses étudiants sinon l’institut perdra dans queques petites années son prestige.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 16:59, par Kôrô Yamyélé
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    - LIL-BOURÉ, tu as tout dit !! Moi j’avais inscrit mon petit-fils au 2IE et celà me coûtait les yeux de la tête. Il est sorti mais comme on le claironnai faux d’ailleurst, il n’a pas eu le boulot et il a dû faire une année dans une autre Ecole pour enfin être recruté. Je le dis !! Ils ont passé un test de recrutement d’Hydrauliciens et le meilleur du 2IE avait une note de 7/20. Tous les postes ont été raflés par des étudiants sortis de l’ENI de Bamako !! Depuis qu’ils ont hypocritement chassé Paul GINIES, le 2IE est mort !!! Sa publicité est aussi morte !!!

    D’ailleurs pourquoi l’an passé le Ministère chargé de l’Hydraulique avait financé des bourses d’étude pour des étudiants burkinabè pour l’ENI de Bamako en Hydraulique au lieu du 2IE qui est à côté ? Moi, celà m’avait mit la puce à l’oreille sur la qualité désormais perdue du 2IE !!

    Depuis qu’on a remplacé l’EIER/ETSHER par la Fondation 2IE, les choses se sont dégradées et le départ du brave Paul GINIES a tout précipité !!

    Par Kôrô Yamyélé

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 17:17
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Pourquoi certaines personnes voudraient-elles que des enseignants s’engagent dans un quelconque dialogue ? les étudiants sans aucun respect ont séquestré ces mêmes enseignants de 7h à 2h du matin. pourquoi voudraient-ils diantre que ces derniers interviennent en leur faveur. ils ont crevé les 4 pneus de M. BIAOU Angelbert, crevé les pneus des véhicules du personnel stationnés à la direction générale..ils ont poursuivi M. YAMEGEU Daniel qui voulait mettre son véhicule à l’abri, croyant que ce dernier avait trouvé une voie détournée pour sortir de l’école. il était 18h30 en ce moment. après avoir fait tout cela au personnel et en particulier à ceux là qui doivent vous dispenser le savoir, pourquoi voulez-vous qu’ils se fassent hara-kiri pour vous défendre auprès du DG ? les enseignants à travers Dr. LAWANE et M. Kokolé vous ont demandé pardon, ont parlementé avec vous, ne serait-ce que pour laisser les dames rentrer, vous avez dit niet. ce n’est à qu’à 1h du matin que vous avez laissé les dames partir. et à 2h du matin les CRS vous ont gazés pour libérer les autres. quelque soit la légitimité de vos revendications, vous avez mal agi et vous devez demander pardon à vos enseignants. Que les parents condamnent fermement cet acte de leurs enfants avant de demander l’implication des enseignants dans une quelconque médiation. Certains disent qu’ils paient cher donc ils doivent se comporter comme ils veulent. si vous estimez que vous payez cher et que l’école ne vous donne pas satisfaction allez vous inscrire ailleurs. ce ne sont pas les écoles privées qui manquent au Burkina où dans la sous-région et c’est tout. dans tous les cas, maintenant que vous êtes devenus maîtres de l’école, enseignez-vous vous-mêmes. déclarez-vous admis, imprimez vos diplômes et RDV sur le marché de l’emploi. Vous vous êtes trompés les camarades. le système LMD c’est l’avenir de l’éductaion. 2iE l’a commencé au Burkina et ne saurait y renoncer. juste à côté : ghana, Cote d’Ivoire, Nigeria, etc, même les grandes écoles qu’on qualifie d’écoles boutiques se sont jetées mains et pieds joints dans ce système. Alors ressaisissons-nous camarades...Peace and Love

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 17:58, par etudiant du 2ie future ingenieur et leader
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    A lire ces commentaires je vois qu’il y’a beaucoup de jaloux ici. Oui nous Somme au 2ie et après,j’oubliais la jalousie est l’un des forts des burkinabès vous ferez mieux de travailler pour manger que de dormir pour critiquer et toi Oyono si colbert esmi et ispp c’est le modèle de l’excellence alors va y et trouve toi un bon emploie à la banque mondial ou au FMI pauvre jaloux

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 18:12, par Seanaps
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Ceci est une Transcription d’un mail échangé entre Mr Frédéric Traoré professeur au 2iE, et le SG avec l’ensemble du personnel en Copie à la date du jeudi 26/02/2015.
    Lisez donc et donner votre analyse.
    Bonjour SG
    Un exemple
    Il y a des étudiants qui ont obtenu :
    · 58 crédits/60 en L1
    · 60 crédits/60 en L2
    Pour 2 crédits de L1 qui manquent (Anglais, Comptabilité, peut-être…), on leur refuse une inscription en L3. Cela signifie qu’ils passeront une année presque blanche à cause d’une seule épreuve dans le même cycle Bachelor !
    Pour moi, la rigueur, ce n’est pas cela, mais alors pas du tout !
    Perte de temps pour les étudiants concernés, dépenses supplémentaires (hébergement, nourriture, soins etc.) pendant un an pour les parents. Et quel avantage pour 2iE ? Que ces étudiants aillent s’inscrire ailleurs, dans des écoles privées avec une très mauvaise publicité pour 2iE ! Publicité mauvaise qui va d’étudiant à étudiant, de parent d’étudiant à parent d’étudiant, jusqu’aux futurs candidats potentiels de 2iE !
    Pourquoi ne pas permettre à de tels étudiants de s’inscrire en L3 et apprendre jusqu’à ce qu’ils « connaissent » et valident l’UE manquante (ou peut-être les 2 UE manquantes) de L1 ? Quel drame il y a à cela ? Qui, dans ce monde va dire que la formation à 2iE est mauvaise à cause de cela ? Disons la vérité ! Et cessons de nous mystifier nous-mêmes. De L1 à L3, c’est le même cycle ; c’est le cycle Bachelor ! Est-ce parce qu’un étudiant est faible dans telle matière une année donnée (alors qu’il réussit toutes les autres), qu’il met 3 ans pour pouvoir acquérir le niveau convenable et valider la matière difficile pour lui, est-ce à cause de cela qu’il sera un mauvais ingénieur ? Non ! Et toutes les autres disciplines souvent très importantes qu’il a validées à temps ?
    Beaucoup de personnes, aujourd’hui hauts cadres ou grands professeurs d’unversité, ont eu, au cours de leurs études universitaires, tantôt 14/20 dans une matière et 07/20 dans une autre. Est-ce pour cela qu’ils sont aujourd’hui incompétents ?
    Je ne dis pas qu’il faut revenir à l’ancien système mais je dis que l’on peut très bien rendre justice ou, simple justice, à nos étudiants méritants en ne « mettant pas à la porte » des étudiants qui ont validé 90% des crédits les deux premières années d’un cycle et qui demandent à passer en 3ème Année en sachant qu’ils devront encore valider une ancienne UE qui leur manque. Le LMD n’interdit pas cela !
    On dit « Nos textes ! Nos textes disent que… ». Mais nos textes peuvent être, à un moment donné, dépassées par les réalités nouvelles qu’imposent, notamment, le contexte social, les nouvelles donnes concurrentielles ! On dit que « Lorsque la loi ne sert plus la justice, il faut changer la loi ». La loi n’est pas au-dessus de l’Homme, c’est l’Homme qui est au-dessus de la loi !
    Des étudiants qui ont travaillé pendant 2 ans, 3 ans parfois, qui ont validé 98% des crédits du Bachelor, Y a-t-il justice à les « mettant à la porte » ? Des parents qui ont payé 2 années de scolarité « élevée », des charges d’hébergement lourdes, de soins et autres, pour leurs enfants, dans un pays qui n’est peut-être pas le leur, de tels parents qui voient leurs enfants « renvoyés » parce qu’ils n’ont pas validé 2% des crédits, est-ce rendre justice à ces parents ? Et quel service rendons-nous ainsi à notre Afrique ? Et à 2iE ? « On dira que 2iE est une école sérieuse ! » Allons donc !
    Est-ce cela qui va être une bonne publicité pour 2iE ? Est-ce à cause de cela qu’on dira : 2iE est une grande école ?
    Non, les parents très riches, enverront leurs enfants étudier en Europe (parce que les riches ne gaspillent pas leur argent) et les parents aux moyens modestes (majorité des ménages de nos pays) n’enverront certainement pas leurs enfants à 2iE. Une école où ton enfant perd une année entière ou est « renvoyé » alors qu’il a validé 90% des crédits exigés ? La prétendue célébrité retrouvée de 2iE, ne sera que de la chimère ! Cette célébrité ne sera une réalité que dans la tête de ceux qui auront conçu ce système injuste et illogique !
    On a beau théoriser, les parents d’étudiants ne sont pas « idiots » !
    Nous avons des retours de plusieurs parents d’étudiants ; nous avons les retours des étudiants eux-mêmes. De grâce, ne balayons pas tout cela d’un revers de la main. Descendons sur terre ! Cessons de dire « Les étudiants ne veulent pas travailler ! Ce ne sont que des paresseux ! » Parmi nos étudiants, il y en a beaucoup qui sont sérieux, intelligents et responsables ! Plus que certains adultes !
    Et puis, ce ne sont pas les personnes les plus sévères, les plus rigides, qui sont toujours les compétentes. Oh que non !
    On connait des enseignants qui ont été exceptionnels sur les blancs. Ils ne favorisent pas la médiocrité mais ils ne sont pas du tout les plus intransigeants, ils ne sont pas injustement durs envers les étudiants !
    On dit de ne pas faire du sentiment. Mais, ce n’est pas faire du sentiment que d’être logique et juste, quand même ! Ce n’est pas faire du sentiment que de rendre hommage aux étudiants qui se battent (90% des crédits obtenus : bravo !). Ce n’est pas faire du sentiment que de défendre l’intérêt économique de son institution.
    En tout cas, je pense qu’une fausse rigueur, une rigueur mal pensée, risque de tuer 2iE !
    Je m’excuse auprès de personnes dont j’aurais heurté la sensibilité.
    Cordialement

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 18:23, par étudiante à 2 ie
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Il faut être à 2ie pour comprendre que les conditions ne sont pas réunies pour un bon apprentissage. Il est erroné de penser que seuls ceux qui n’ont pas leurs crédits se plaignent. Pour une meilleure transparence nous devrions avoir accès à nos copies. Il faut également une solution quant aux coupures d’eau et d’électricité ainsi qu’à l’accès à internet. Mr le DG, arrêter de nous faire passer pour des jeunes aimant la facilité. Cet institut a besoin d’une bonne organisation. Comment pouvez vous expliquer les erreurs sur la plupart des relevés de note des étudiants. Donnez les moyens à votre équipe de nous donner un service de qualité. Ne fermez pas les yeux face aux problèmes de vos étudiants. Les partenaires que vous servez Tant investiront beaucoup plus.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 19:02, par OUEDRAOGO 2
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Pour ceux qui accusent les etudiants de fainéantisme et de non qualifiés pour etudier au 2ie, je vous repondrai juste que tant que vous n’avez pas vecu une certaine situation vous ne pouvez pas comprendre. Et j’espere que vous n’aurez pas à vivre cette situation dans l’avenir. Pour les parents qui se sont laissés berner par les propos du dg tout d’d’abord vos inquietudes sont comprehensibles vu que vous deboursez cher pour vos enfants mais vous pensez que tous les etudiants qui grevent sont des cancres et des vauriens ? Sans vouloir etre insolent faites preuve d’un peu de bon sens. Si tous ces etudiants sont des cancres c’est que l’ecole a un probleme. En plus ce ne sont pas des secondaires qui font la greve mais des etudiants. Nous pouvons donc croire que ce ne sont plus des gamins inconscients au point de se laisser influencer par leurs camarades. Si ils grevent c’est que c’est pour une raison valable. Heureusement certains parents ont deja compris la lutte de leurs enfants et les soutiennent entierement. Eux egalement ils ont deboursés la meme somme. Mais a la difference de certains ils ont compris les vraies realités du 2ie et ont decides de soutenir leurs progénitures. Pour les autres personnes qui ne sont ni parents d’etudiants du 2ie ni etudiants du 2ie si vous ne comprenez pas une situatio, de grace approchez ceux qui la vive pour avoir des renseignements. C’est quand meme un peu trop facile de rester on ne sait dans quel trou pour critiquer ces etudiants qui se battent pour leur avenir. Faites preuve de respect.

    Répondre à ce message

  • Le 6 mars 2015 à 22:30, par Ancien étudiant revenu
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je salut ceux qui interviennent et qui prenne la parole du DG pour argent comptant.Quant j’étais au 2IE pour mon cycle Licence, les contraintes ne sont pas ce qu’il y a aujourd’hui. Etes vous D’accord qu’on exige le TOEFL (Test of English for Foreign Langue) pour obtenir son diplôme d’ingénieur ? avant 2013 cette condition n’existait. Comme justificatif on dit que c’est la reconnaissance de La CTI ( Commission Française du Titre d’ingénieur). Retenons que le CAMES ne reconnais pas encore les diplômes de 2iE. les diplômes d’ingénieur de l’équipement rural de l’Ex-EIER et Technicien supérieur de l’hydraulique et de l’équipement rural de l’ EX-ETSHER sont les diplôme connu sur le site du CAMES.La formation a baissé, en tant que ancien revenu pour la suite , je suis bien placé pour comparer les conditions d’études et mesures il y’a 6 ans et aujourd’hui. Pour la reprise des UE en payant c’est un vrai arnaque ; puisque on ne reprogramme pas les cours en tenant compte de celui qui reprend. Et retenez qu’on peut avoir 13 de moyenne générale et avoir 10 crédit à reprendre ce que dans le système d’EIER-ETSHER n’existait pas. imaginez un peu si on doit payer 55000F par crédit ce Etudiant doit verser 550 000F pour rien que pour composer des examens, Es ce Normal ? Le LMD recommande que l’on peut passer dans un même cycle avec des crédit.En plus si le 2iE mise seulement sur l’argent sans le niveau pour les recrutements, il ne faut pas s’étonner que le niveau des étudiants baisse. Si c’est seulment 20% des étudiants qui sont concernés, pourquoi fuyiez vous Monsieur le DG ?

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2015 à 00:22, par l’Homme
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Début de la fin ?
    De grandes écoles africaines ont commencé à décliner ainsi :
    1- diversification tout azimut des sources de financements sans garantie de préservation du prestige de l’établissement
    2- contre-performances des services fournis (efficacité pour répondre aux besoins et efficience en termes de ressources utilisées par rapport aux services fournis)
    3- prise en compte insuffisante de l’environnement qui change (jeunesse avec de fortes attentes et compétition accrue dans un secteur où l’établissement etait jusque là l’unique pôle)

    Monsieur le DG, il est possible de pousuivre l’ascension de l’établissement en :
    - corrigeant les insufisances de l’administration : comme proposition, améliorez les services offerts aux étudiants (célérité, anticipation et qualité) en assurant la disponibilité du personnel adequat chargé des relations avec les étudiants qui assume toutes les responsabilités assignées ;
    - preservant le prestige de l’ecole : renforcer, faire connaitre et et faire ratifier par les étudiants avant leur intégration des dispositions qui font valoir la qualité des enseignements ;
    - poursuivant les efforts visant à créer des opportunités pour les impétrants : relations avec les entreprises, stages pouvant déboucher sur des emplois, incubation d’initatives innovantes d’autoemploi, ...

    Aux étudiants :
    - dans le contexte actuellement agité, un comportement qui pourrait etre assimilé à une prise d’otage est difficilement acceptable. Il est souhaitable de revoir votre approche, par exemple saisir l’autorité hiérarchique plus élevée si vous n’avez l’écoute attendue.
    - assurez vous que des intérêts injustifiables ne sont pas glissés dans vos attentes, par exemple la défense des situations de personnes qui n’ont pas bien travaillé.

    A tous, perseverez sur la voie de l’excellence que vous reconnaissent l’UEMOA, la CEDEAO, la BM, ...

    Répondre à ce message

  • Le 7 mars 2015 à 11:04, par Le rebel
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je suis tout à fait d’accord avec les étudiants en ce qui concerne l’actualisation des relevés de notes, ce n’est pas aux étudiants d’aller faire actualiser leurs notes, cela relève des services de scolarités.Si ceux qui sont à la gestion des notes sont incompétents, il faut les remplacer purement et simplement. C’est le seul point sérieux de la plateforme que je vois.

    A mes chers frères étudiants du 2IE, disons nous un peu de vérités.
    Vous dites que les entreprises ne vous font plus la cours,cela est lié à votre travail.
    A titre d’exemple pendant les séances de TP et la phase de rédaction des rapports de TP, combien êtes vous à travailler sérieusement la dessus ??? c’est normal qu’en entreprise ceux n’ont rien foutu de bon ne sachent pas faire grand chose alors que ceux qui ont bien fait les TP et les cours s’en sortent à merveille. c’est souvent décevant de voir certains promotionnaires avec qui ont a fait les mêmes cours,les mêmes TP avec les mêmes enseignants faire du n’importe quoi dans les dimensionnements ou l’exécution des travaux .

    Un autre problème que les gens ignorent, on devient Ingénieur par vocation et non pas parce que les parents le veulent ou parce que on veut être dans telle ou telle établissement.Nombreux sont ceux qui sont à 2IE sans objectifs réels et ils sont toujours les 1er à perturber les autres.
    Autre aspect, pendant les périodes de stages, beaucoup ne veulent pas que leurs corps se chauffent tellement ils sont "choco", ils préfèrent fuir les réalités du terrain et chercher des stages (négociés par le pouvoir ou le titre de leurs parents) ou ils ne font pratiquement rien sinon être dans un bureau climatisé, avec une bonne connexion pour faire des téléchargement inutiles et exposer leurs vies sur les réseaux sociaux, croyez vous que ces entrepreneurs vous embaucheront un jour ???
    Au lieu de trop vous plaindre, réduisez vos temps de distractions et de fête, travailler d’avantage car nous sommes dans un monde d’excellence ou il ne faut pas se contenter de juste valider les UE. N’attendez pas à la fin du semestre pour savoir que " c’est mou" comme on aime le dire à l’école.
    Malgré les problèmes que vous avez énumérez, d’autres sont passés par là, ont fait leurs preuves et évoluent très bien dans des entreprises de la place et même hors du Burkina, et certains mêmes ont créées leurs propres boites dès la sortie et s’imposent très bien dans leurs domaines.
    Beaucoup de courages à tous.
    merci

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2015 à 09:07, par Lala12
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    C’est dommage ce qui arrive à cette prestigieuse école d’antan ! je pense que la clique dirigeante actuelle devait partir avec Paul Ginès. Le DG actuel est un pur chercheur et non un Manager. je peux témoigner que les FOAD sont une pire catastrophe !

    si l’on parle de qualité d’étudiants alors le processus de recrutement est mis en cause. Vous direz que le processus est clair et basé sur des bons critères. Mais au 2ie, certes les textes existent mais que dire de l’application de ces textes ?

    Vivement que de vrais Managers soient la tête de nos institutions africaines pour leur durabilité.

    Répondre à ce message

  • Le 8 mars 2015 à 15:47
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Je suis deçus de vous Mr le directeur, osez mentir et nieer des faits ossi acablant.ce qui est sur n’oublis pas que Dieu nous jugera Mr le DG et que le fait que vous soyez devant tout le personnel et devant nous les étudiants vous donnera plus de responsabilitè devant Dieu et les hommes.si on a pas de niveau Mr pourquoi nous avoir donner la possibilité de nous inscrire ?pourquoi avoir pris notre argent ?on est tous venu pour prendre notre diplome et non gater la renomée de votre précieux...Mr on vous demande rien que de nous donner votre sois disant experience et formation dans la paix et la quietude ce n’est pas notre but de créer des problèmes car notre vie depend de la votre. On vous le demande pardonez Mr ouvrez les yeux.

    Répondre à ce message

  • Le 9 mars 2015 à 18:15, par deafnot
    En réponse à : Crise au 2iE : « Ceux qui revendiquent sont des étudiants en situation d’échec », dixit le directeur général

    Monsieur le DG ! J’ai obtenu mon master en 2011. A la récupération de mes relevées de notes, j’ai constaté qu’elles ont été toutes truffées d’erreurs inimaginables alors que j’en avais besoin pour postuler à une bourse de doctorat. J’ai déposé une demande de correction depuis 2011 et jusqu’à la date de cet écrit, aucune action n’a été menée dans ce sens. Je suis passé plusieurs fois à la scolarité sans gain de cause. M. le DG, revoyez la scolarité ! renforcez l’équipe et enlevez tous les fainéants.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés