Journée contre les mutilations génitales féminines : L’UNFPA fait don de matériels roulants et informatiques au SP/CNLPE

mardi 24 février 2015 à 23h05min

La Journée internationale « Tolérance Zéro aux Mutilations Génitales Féminines (MGF) » édition 2015, c’était le 06 février dernier. Mais pour des raisons de « calendrier », elle n’a pu être célébrée le jour dit au Burkina Faso. Elle a été reportée et finalement organisée ce mardi 24 février. Une commémoration faite de plaidoyer, mais aussi ponctuée par une remise de matériel au Secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre la pratique de l’excision (SP/ CNLPE). C’était sous le patronage du ministre de l’Administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité représentant Son Excellence Monsieur le Premier Ministre, et de madame Marie Kafando, épouse du chef de l’Etat.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Journée contre les mutilations génitales féminines : L’UNFPA fait don de matériels roulants et informatiques au SP/CNLPE

« Mobilisation et implication du personnel de la santé pour accélérer la tolérance zéro aux mutilations génitales féminines », tel est le thème de la célébration de cette année. Une commémoration qui a été l’occasion d’une rencontre de plaidoyer pour « la prise en compte systématique des MGF dans le paquet minimum de soins de santé et pour l’intégration des modules MGF dans la formation des élèves des écoles de santé au Burkina Faso », mais aussi, complète madame Perpétue Toé, Secrétaire permanente du CNLPE, « Nous demandons également une harmonisation des tarifs en ce qui concerne la réparation des séquelles de l’excision ». Autour d’une même table pour échanger sur ces thématiques afin d’en dégager des conclusions, des agents de l’Action sociale naturellement, mais des agents du ministère de la santé, eux dont une plus forte implication est demandée. Pour Marc Rubin, Représentant de l’UNICEF au Burkina Faso et représentant les Partenaires Techniques et Financiers, « N’étant pas déconnectés des localités où ils exercent leur profession, ils peuvent trouver les voies et moyens nécessaires pour transformer les normes sociales afin qu’elles œuvrent en faveur des droits de l’enfant, et donc favorisent l’abandon des mutilations génitales féminines. »

Encore une prévalence de 4% à endiguer chez la jeune fille

Selon l’enquête démographique et de santé 2010, la proportion des femmes excisées diminue de manière importante des générations les plus anciennes aux générations les plus jeunes : 89% pour les 45- 49 ans, 58% pour les 15- 19 ans et 13,3% pour les 0- 14 ans. Ce résultat est la résultante des efforts conjugués de tous, mais surtout du programme régional conjoint UNFPA/ UNICEF impliquant 18 pays dont le Burkina Faso. Un programme dont la première phase a couru de 2OO9 à 2013 avec des « résultats satisfaisants » selon les bailleurs, et la deuxième prévue pour la période 2014- 2017. C’est d’ailleurs pour accompagner cette deuxième phase que le Fonds des Nations Unies pour la Population (UNFPA) a remis ce jour- même du matériel au SP/ CNLPE. Un matériel composé d’un véhicule 4X4, de neuf motos Yamaha 100, de onze ordinateurs desk, de deux ordinateurs portables, de deux disques durs externes et d’une photocopieuse/ imprimante. Le tout pour une valeur d’environ cinquante millions (50 000 000) FCFA. Une action de « soutien pour la promotion des droits humains en général et ceux de la femme et de la jeune fille en particulier ».

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 140 millions de jeunes filles et de femmes dans le monde vivent actuellement avec les séquelles de mutilations génitales, et trois millions de jeunes filles par an risquent de subir des mutilations génitales. Et depuis 1996 que le Burkina Faso s’est engagé dans la lutte contre ces Mutilations Génitales Féminines, il y eu du résultat. En témoigne le taux de prévalence nettement en baisse chez la jeune fille de moins de 15 ans. De 23% en 2003, ce taux est passé à 13% en 2010 et est estimé, selon une étude encore plus récente, à moins de 4%. Preuve aussi, s’il en est, que la lutte porte ses fruits, mais la Tolérance zéro n’est pas encore effective et ne le sera qu’au prix de davantage d’implication de tous.

Samuel Somda
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés