Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

vendredi 20 février 2015 à 23h12min

Tant attendue, la rencontre entre les forces vives de la région des Hauts-Bassins et le Président de la Transition a eu lieu ce jeudi 19 février 2015. Des heures durant, Michel Kafando, Yacouba Isaac Zida et les ministres de son gouvernement ont apporté des réponses aux préoccupations des porte-voix de la région. Ils ont également révélé des mesures au profit de Bobo-Dioulasso et de sa région.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

Droit au but, Michel Kafando, le Président de la Transition burkinabè a échangé sans détour avec les forces vives de la région des Hauts-Bassins. En compagnie du Premier ministre Yacouba Isaac Zida et les membres de son gouvernements, Michel Kafando est venu à la maison de la culture déterminer et enclin à répondre aux préoccupations des forces vives. Plantant le décor, il a tenu un langage de « vérité », teinté de « sérénité » selon plusieurs personnes. Ainsi, suite à une réminiscence de l’époque glorieuse de la belle cité de Sya, le Président a imputé « en partie » les déboires de Bobo-Dioulasso à ses fils et à ses filles « Bobo-Dioulasso a décliné d’abord par la faute de ses élites, de ses enfants…Ils n’ont pas su maintenir le leadership de leurs devanciers ». En plus de l’élite défaillant, le président a imputé le calvaire de Bobo à la surenchère politique dont aurait été victime les politiques et les populations de la cité « Bobo-Dioulasso a été victime de la surenchère politique ». Après les acerbes critiques, le Président a invité les populations à soutenir des hommes et femmes qui seront capables de porter des projets de développement. En bon conseiller, il a demandé aux populations, de saisir la période de la campagne électorale pour interpeller les hommes politiques. Selon lui, les aspirants aux postes électifs doivent répondre obligatoirement à cette question : « Qu’est-ce que vous allez faire pour Bobo-Dioulasso ».

Préoccupations des porte-voix des populations des Hauts-Bassins

A la suite des propos du Président Kafando, l’on a entamé la partie question/réponse de la rencontre. Seize intervenants ont ainsi exposé les problèmes et les attentes de la région des Hauts-Bassins. Issus de différentes couches sociales, les intervenants ont surtout abordé des problèmes relatifs à leur groupe social. Ainsi, Ousséni Compaoré (représentant des anciens), a demandé la paix, toujours la paix et encore la paix. Tribun et chouchou de la jeunesse bobolaise, Kaba Diakité a fait monter la température dans la salle en se livrant à une litanie de reproche. En porte-parole des populations des Hauts-Bassins, il a demandé le départ des secrétaires généraux des mairies et autres institutions, des audites sur les opérations de lotissements, la viabilisation des quartiers de Bobo, le démantèlement du Régiment de sécurité présidentielle (RSP)… Ousséni Tapsoba, porte-voix des jeunes commerçants a quant à lui dénoncé la concurrence déloyale des grossistes qui s’adonnent au commerce de détail, les tarifs douaniers élevés, l’immixtion des fonctionnaires de l’Etat dans le secteur du commerce… Abdoulaye Nabolé, porte-parole des industriels a demandé des mesures qui leurs permettront de continuer à employer et à s’émanciper dans la cité de Bobo et sa région, des conditions saines pour pouvoir écouler les produits, des mesures contre la fraude…

La Transition et sa série de bonnes nouvelles pour Bobo et sa région

A Bobo-Dioulasso pour échanger avec les populations, le Président du Faso et ses ministres ont également décliné quelques réalisations que la Transition envisage au profit de la cité. A les croire, les Avenues Nelson Mandela et Binger seront bitumés dans les six mois à venir. Toujours dans les infrastructures, la voirie de Bobo-Dioulasso aura une dotation pour ses travaux d’aménagements. Après avoir donné un 1.000.000.000 à l’Hôpital Souro Sanou en 2014, le gouvernement de la transition rebelote en prévoyant 2.150.000.000 F CFA pour cette institution sanitaire pour ce qui est de 2015. La pose de la première pierre de la maison de l’artisanat de Bobo, la location d’immobilier pour remettre les fonctionnaires de la justice au travail, des mesures sociales au profit des populations et des industrielles… sont dans l’agenda des premiers responsables de la transition. Pas de construction dans les zones litigieuses

Au cœur des points d’achoppements à Bobo-Dioulasso, la très controversée question du foncier est revenue fréquemment au cours des échanges. En guise de réponse, le Premier ministre Yacouba Isaac Zida a laissé entendre que des investigations sont en cours. A l’en croire, des inspecteurs de l’Autorité supérieur du contrôle d’Etat (ASCE) ont effectué un travail formidable à l’arrondissement N°5 de Bobo. Toujours selon le premier ministre, les responsabilités seront situées à la fin des travaux des inspecteurs. Ministre tutelle, Auguste Barry a invité les populations à ne pas mettre en valeur les zones litigieuses.

Ousséni BANCE
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 21 février 2015 à 00:29, par kouadio
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    le Burkina Faso 10 ans en arriere. Un pays qui comptait, et qui subitement est dernier. Quand je lis les differents propos. je me demande ou nous allons avec ces comportements et attitudes de ’’gamblers’’. Seigneur, aidez nous a nous sortir de ce bordel. Apres avoir incendie les domiciles et entreprises, les elements du balai citoyen sont instrumentalises par Zida et Barry pour semer la merde au Burkina,

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 05:58, par Ladji Brama
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Les forces vives de la région ce sont les OSC qui proclament ce que Zida leur a soufflé ???
    Les bonnes nouvelles du gouvernement Zida ?
    Avenus Mandela et Binger , le dossier avait déjà été traité et l’entreprise avait été déclarée défaillante et un autre appel d’offre lancé !
    Hopital des Bobo ? Pas de Morgue ! Si tu meurs à Bobo nous ont enterré dans les 2 heures qui suivent !
    Village artisanal ? Dossier finalisé sous Blaise tout comme la cité universitaire que Zida est venu inauguré en fanfaronnant !
    Faut pas prendre les Bobolais pour des C....

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 07:46
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Si Michel KAFANDO et ZIDA s’amusent à vouloir le démantèlement du RSP, ils iront en exil. KOSYAM ne fait pas parti de la zone de contrôle des autorités de la transition. N’gaw

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 07:53
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Si Michel KAFANDO et ZIDA s’amusent à vouloir le démantèlement du RSP, ils iront en exil. KOSYAM ne fait pas parti de la zone de contrôle des autorités de la transition. N’gaw

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 07:56, par citoyen
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Je voudrais avant tout propos,remercier monsieur le président de la transition et tout son gouvernement pour cette belle itiniative de dialogue. Aussi attirer leur attention pour le cadrage d,une rencontre aussi importante que celle des forces vives de la deuxième ville du Burkina.en effet, si bilan il ya en cette première venue à bobo, toutes les personnes ressources sont unanimes que ce fut un échec total tant dans l’approche que dans les débats !comment comprendre qu’aucun chef coutumier, religieux n’est été approché ?comment comprendre qu’aucun commerçant ou operateur économique n’a eu droit à la parole ? est ce la faute du président ou premier ministère ?je dis non ! Les conseillers du président et du premier ministre ont failli !je dirai beaucoup !mais qui endosse la responsabilité ?comment comprendre qu’après l’intervention du premier ministre,patron du gouvernement, des ministres interviennent pour mettre à plat ce que le président et le premier ministre ont cadré ?je veux pour exemple l’intervention du MATDS.à mon avis,certains membres du gouvernement doivent revoir leur copie pour nous donner plus de chance de reussir cette transition .vive le burkina.vive la transition !

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 17:23, par hehe
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    c’est bien noté : pas de mise en valeur des zones litigieuses. Bien compris de tous ???

    Répondre à ce message

  • Le 21 février 2015 à 17:48, par Baiyer
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Pourquoi certains viennent insulter devant le PF ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 00:11, par Aly
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Je suis quand même inquiet de lire que certains propos à relent régionaliste aient été tenus par le président intérimaire, lui qui devrait faire en sorte que toutes les régions du Burkina Faso bénéficient de façon équitable des richesses nationales. Les propos de salon ne doivent pas sortir de la bouche d’un haut responsable et de surcroît le Président. Ces propos me rappellent exactement ceux tenus par monsieur compaoré blaise à Nouna, lors de la campagne de 2005. Il avait dit en substance ceci : Si la Boucle du Mouhoun n’est pas développée, vous (s’adressant à la foule) ne pouvez vous en prendre qu’à vous-même car la région a eu deux Présidents. Sans les nommer, tout le monde savait de qui il parlait.
    Mais au fait, puisque le Président intérimaire joue sur ce terrain, permettez-moi de posez une question : Est-ce à dire que chaque président, chaque ministre, chaque directeur national ou général, chaque officier de notre armée, l’est-il pour le pays ou pour sa région d’origine. Monsieur le président de la transition, je suis un fils de ce pays, tout comme vous et je ne voudrai pas que le développement d’une région de ce pays dépende du taux de présence de ses ressortissant dans la haute sphère de l’Etat. C’est inéquitable, injuste, malsain et dangereux pour notre pays. Je souhaite vivement que lorsque les gouvernants doivent choisir dans quelle localité construire une école, un centre de santé, une route, etc. qu’ils se disent seulement qu’ils sont au service de toutes les régions du Burkina. Un dirigeant, ça combat certains ressentiments, mais ça ne les renforce pas. Merci de gérer le Burkina de façon équitable, pour les quelques mois qui restent.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 01:12
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    A quand l’arrestation de Salia et ses acolytes ? En outre, veillez à ne pas reloger la justice dans l’immeuble d’un bandit du CDP

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 06:48, par Le sage
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Pourvue que ce ne soit pas des promesses de transition,car le devellopement de Bobo,profite grandement a notre cher Faso et allant a la sous region. Mettez les bonnes personnes a la bonne place s’il vous plait. Surtout a la Mairie Central,il faut un bon administrateur intellectuel. Ne retombons pas dans les erreures du passer.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 08:32, par Do
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Le président Kafando a parlé dès .. C’est ça la
    Vérité. Mais tant que les Sa lia , Diangueneba seront là Bobo ne vas jamais ce développer . La majorité des jeunes sont sans emploie .

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 08:36, par Do
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Le président Kafando a parlé dès .. C’est ça la
    Vérité. Mais tant que les Sa lia , Diangueneba seront là Bobo ne vas jamais ce développer . La majorité des jeunes sont sans emploie .

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 08:43, par Ladji Brama
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Ce sont les OSC genre balai citoyen qui ont monopolisé la parole qui constituent les forces vives de Bobo ?

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 10:06, par houm
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    tout est compris mais attelez-vous dès maintenant aux élections qui nous permettront d’avoir un regime normal. C’est pas la peine d’endormir les gens en disant que ceci et cela sera fait en moins de 7 mois. Je veux bien que vous ayez la confiance des populations mais ayez l’honneteté de leur dire la verité aussi. Le problème de Bobo c’est salia et barro dianguinaba. Messieurs les autorités de la transition, vous n’avez pas dit un seul mot relativement aux propos que salia a tenu en disant que Blaise depuis yamoussokro soutient le CDP et prepare son retour triomphal ?. S’il vous plait, c’est une insulte à l’intelligence du peuple Burkinabè et à la memoire des martyrs. A defaut de dissoudre ce parti par souci du respect des règles de la democratie, prenez vos responsabilités pour interpeller et mettre en garde certains politiciens morbides et simplement mesintelligents quant à d’éventuelles deteriorations du climat social et politique. Vous en avez non seulement le droit mais aussi le devoir. Nous sommes tous Burkinabè et par analyse, nous pouvons sans risquer de nous tromper que ce sont assimi Kouanda, salia sanou, alain yoda, dianguinaba barro prêt à mourir pour blaise, alpha yago le delinquant, herman yameogo etc... qui ont flatté blaise et a cru aveuglement à ses forces. Militants et militantes du CDP, vous n’avez d’ennemis que vous-mèmes car personne n’a eu les couilles à la taille de blaise pour lui faire ne serait-ce qu’une suggestion de revoir sa position ; le risque etant previsible et constant.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 10:34, par le sage
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Que reproche t. On aux SG des communes pour demander leurs mutation ? a t. On mesurer les risques si on venait à muter tous les SG ? Mr le MATDS ne vous laissez pas embarquer par des revanchards qui pensent que tout ce qu’ils demandent leur sera accordé pour leur visé égoïste que cela soit bien ou pas. Qu’est ce que ces gens connaissent de l’administration d’une collectivité ? Mr le MATDS avançons pour donner à la transition la chance de réussir si non on passera le temps à tout changer or d’ici septembre la campagne électorale est déjà la. Autant dire qu’on à moins de 7mois pour avancer dans nos communes car on est déjà en mars et rien n’à encore été posé comme acte par les PDS c’est grave et avec ca il faut encore changer les SG de mairie ? Qu’on t ils fait ? ne passons pas le temps à tergiverser. A bon entendeur salut.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 12:51, par rooo
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Ce qu’a dit le président est vrai. Les fils et filles de Bobo (il faut que Aly comprenne que ces fils et filles sont des bobos, dioula, mossi peuls...) ont passé leur temps a se faire la bagarre plutot qu’à chercher le développement de Bobo. Il faut qu’on elise des gens d’une capacité intellectuelle et d’un leadership irréprochables. On elit des gens qui veulent que la fille du président lui succède alors que lui même il a plein d’enfants. On a que ce qu’on mérite ! Ya pas de relents régionaliste dans les propos du président. Mr Aly devrait revoir sa réflexion

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 14:10, par Aly
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Merci M. Rooo. Dans mon propos, je n’ai nullement parlé d’ethnie. Je sais très bien que dans les Haut-Bassins comme partout au Burkina, il y a toutes les ethnies. et c’est ce brassage que nous souhaitons, pour une vraie nation. L’objectif de mon propos est d’attirer l’attention du président et de ses conseillers sur le fait qu’en sa qualité de Président, il doit s’efforcer d’éviter l’emploi de certains propos, même si par ailleurs il en est convaincu. Parce que, un chef, ça ne dit pas tout et surtout ça ne dit pas ce que le citoyen lambda peut dire, sans conséquence sur l’opinion publique.
    Donc quand je parle région, M. Rooo, restons au niveau région. Parce que j’ai utilisé le mot dangereux dans mon propos, sachant justement que les faibles d’esprit vont très vite et rapidement glisser de la région vers les ethnies. Et c’est pour cela que je dis et je répète que ces propos ne sont pas ceux d’un Président. J’ai eu la chance, de par mon travail, de faire le tour du Burkina à plusieurs reprises. M. Rooo, savez-vous qu’il y a des villages au Burkina où des écoles cherchent élèves, alors que dans certaines contrées de ce même Burkina, il y a des élèves qui cherchent écoles. J’avais demandé en 2010 que le Gouvernement réalise une étude sur l’aménagement du territoire, j’ai été suivi par un ambassadeur en son temps (Lui et moi nous ne nous connaissons même pas), qui a d’ailleurs eu maille à partir avec le régime. Parce que, après avoir visité quelques localités, il en est revenu avec le sentiment que les régions ne bénéficient pas équitablement des infrastructures au niveau national. Savez-vous M. Rooo, pourquoi et comment cela arrive dans un pays ? Eh bien, moi j’ai ma petite réponse la-dessus : c’est lorsque chaque responsable oublie qu’il représente tout le pays et travaille uniquement pour sa région d’origine. Je m’arrête là pour le moment car il y a trop à dire sur ce terrain-là. Mais si vous le voulez, nous pouvons continuer le débat à visage découvert et sur la TNB, car je reste convaincu que Rooo n’est pas votre vrai nom.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 17:05, par Aboubakar
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Bonsoir chers amis, je dirai tout de go à Monsieur Aly que le Président a dit la vérité car les fils de Bobo ne veulent pas le développement de leur ville natale, ils fuient pour aller à Ouaga que c’est là bas qu’il y a des affaires pourquoi ils ne peuvent pas créer des affaires à Bobo ? Moi je suis un ressortissant de Ouaga, je suis à Bobo depuis 20 ans et je fais tout pour créer des affaires et ça marche parce que j’aime cette ville. Concernant les SG, il faut leur demander de nous montrer des actes positifs de développement de leur cité qu’ils ont pu poser avant la chute de Blaise ne serait-ce que quelques ouvrages de franchissement dans les différents quartiers ou bien boucher quelques trous sur le goudron que l’ONEA creuse partout (exemple gare SITARAIL). Si on peut avoir un budget de 200 millions de carburant par an pour des engins lourds, il faut au moins pouvoir boucher un trou. Pour moi ce ne sont pas les SG seulement qu’il faudra muter mais tout le personnel des mairies de Bobo car ce sont des gens qui n’apportaient rien au développement de cette ville et ils n’apporteront rien dans l’avenir à cette ville. Il faut être ferme et accepter qu’un chat est un chat comme le disait SANKARA.

    Répondre à ce message

  • Le 22 février 2015 à 19:24, par Gogo D.
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    Les gens de Bobo sont pas sortis nombreux ! Il faut voir les choses clairement....ces gars boudent la transition ?
    Les Jeunes de la ville croient que c’est eux qui ont installé Zida au pouvoir et donc on va attendre..

    Répondre à ce message

  • Le 23 février 2015 à 08:13, par rooo
    En réponse à : Bobo-Dioulasso : Les forces vives ont exprimé leurs préoccupations à Michel Kafando

    L’Etat central ne peut pas developper comme il se doit les regions qui ont chacune des spécificités. Le développement de chaque region doit être insufflé par ses fils et filles. La décentralisation a du sens. Maintenant l’Etat doit soutenir ce que veulent les regions. Quand Simon Compaore etait Maire on sentait qu’il avait quelque chose dans la tête pour sa ville, et on le voyait se battre pour ca. Ceci n’a jamais été le sentiment que j’ai eu des maires de Bobo.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés