Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

jeudi 19 février 2015 à 12h40min

Pendant une journée, les organisations de la société civile ont fait un diagnostic sans complaisance de l’état de la justice au Burkina. Le 17 février à Ouagadougou, elles sont parvenues à mettre le doigt sur les dysfonctionnements de l’appareil judiciaire, pour une bonne participation aux Etat généraux de la justice prévue du 24 au 27 mars 2015 à Ouagadougou. C’est dans la même soirée que la cérémonie de clôture a eu lieu en présence du secrétaire générale du ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

Débutée dans la matinée, cette rencontre voulue par le ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civique visait à recueillir les préoccupations des OSC à propos des dysfonctionnements de l’appareil judiciaire burkinabè.
C’est sous forme de questions, constituant en même tant les objectifs que les OSC ont travaillé. Cinq questions pour les cinq commissions.

Les participants ont passé en revue toutes les questions pour déceler les entraves. Ainsi sur les points :
-  Comment rendre effective l’indépendance de la magistrature ?
Il a été noté entre autres l’existence de textes qui limitent l’indépendance des magistrats, d’où l’importance de revoir ces textes. Les participants ont aussi relevé l’immixtion de l’exécutif dans la carrière du juge, et le cumul de fonctions de la part de certains magistrats, toute chose qui entrave leur indépendance.
-  Comment réhabiliter la confiance entre les citoyens et la justice ?
Les membres de cette commission ont entre autres évoqué l’impunité observée vis-à-vis d’une certaine catégorie sociale ou de délinquants à col blanc et l’’inadéquation entre les règles de droit moderne et les réalités socio-cultuelles.
-  Comment faciliter l’accès à la justice et la compréhension du droit ?
Les OSC préconisent de faciliter l’accès aux métiers du droit ; créer et rendre fonctionnelles les différentes juridictions dans les 45 provinces. Aussi, il est ressorti que le juge a un vocabulaire assez compliqué si bien que le citoyen lambda n’est pas à mesure de le comprendre. Dans un contexte en perpétuelle mutation, il va falloir que le langage juridique soit accessible. Et aussi, démystifier l’idée qui veut que la justice soit réservée à une catégorie plus nantie en lieu et place d’une justice au service du peuple.
-  Comment assurer le bon fonctionnement du service public de la justice ?
Les OSC ont proposé la modernisation du système judiciaire en renforçant la communication par l’usage des Technologies de l’information et de la communication. Parce qu’ils croient que la mission du juge n’est pas seulement de juger et condamner, les participants ont estimé qu’il y a aussi le service public de la justice qu’il faut livrer.
Comment prendre en compte les droits humains dans les procédures judiciaires ?
La rencontre a permis de diagnostiquer la Faiblesse de l’assistance judiciaire, la faiblesse de connaissance des textes internationaux relatifs aux droits humains qui ont été ratifié par le Burkina Faso.

Autant d’entraves à lever.

« C’est un diagnostic qui sera reversé dans les documents des Etats généraux pour servir de réflexion en vue de trouver des solutions qui s’imposent pour un renouveau de la justice », a rassuré Paulin Bambara, SG du ministère de la justice, des droits humains et de la promotion civiques qui a présidé la cérémonie de clôture. Au nom du ministre Joséphine Ouédraogo qui était présente à la cérémonie d’ouverture, le SG, a traduit sa satisfaction face aux résultats obtenus.
Le président du conseil national des OSC, Jonas Hien a pour sa part salué le travail de diagnostic ayant permis de produire « un document précieux pour une réflexion approfondie sur les solutions qui viendront conduire à une renaissance de la justice ». Cette rencontre et le diagnostic fait n’est qu’une étape des préparations qui constituera la contribution des OSC aux états génaux de la justice.


Jouer le rôle d’interpellation après les Etats généraux de la justice

« Nous avons dit ce que nous pensons et c’est cela que nous allons reversés aux Etats généraux, nous seront encore là pour revenir sur nos préoccupations, ajoutées aux préoccupations des autres groupes d’acteurs, pour faire un ensemble de diagnostic et cela nous donnera des solutions à dégager et le partage des responsabilités", a poursuivi Jonas Hien, le président du conseil national des OSC. Il a de ce fait, invité les OSC à jouer le rôle et d’interpellation sur la mise en œuvre des conclusions qui sortiront des Etats généraux. « La question de la justice ne devait plus être du seul pouvoir de l’Etat, mais aussi des citoyens. C’est à ce prix que la justice fonctionne mieux et renforcer la démocratie et l’Etat de droit ».

En rappel, cette rencontre a été initiée par le ministère de la justice des droits humains et de la promotion civique. Elle intervient après celle du 13 février à Bobo qui a réuni les acteurs de la justice. Tout cela rentre dans le cadre de la préparation des Etats généraux de la justice prévus 24 au 27 mars 2015.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 19 février 2015 à 16:20
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    diagnostics très très faible, primo arrete et traduire tous les assassins, les voleurs au cols blancs et autre delinquant du CDP et du front republicain qui ont confuit le burkina dans le gouffre. seconder juger tous les dossiers de la cours des comptes et de l’asce qui dorment dans les tirroires, tertio, comment la magistrature peut etre independant si le president est le premier magistrat, y’a conflit de competence ici, que lepresident de la magistyrature soit elue parmis les president des cinqs cours (cassation, compte, etc) et enfin retrouver tous les assassins de sankara et de nobert zongo, en fait ils sont a peine a 2000 km de nous, c’est seulement a se prix que la confiance reviendra peu a peu dans la population

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 17:54
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    Y AURA JAMAIS JUSTICE ICI AU BURKINA FASO sur les crimes de sang et les crimes économiques TANT QUE LE RSP SERAIT EN PLACE.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 19:02, par BAKIEBO Jacques
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    Ces réflexions sont salutaires car elles vont concrétiser une aspiration du petit peuple. Une justice plus accessible qui nous éviterait d’être marginalisé et volé.
    Toutefois force est de reconnaitre que les premiers acteurs (LES JUGES) sont plus préoccupés par la justesse du nœud de leur cravate que du service publique, ils se soucient plus de la taille de leur véhicule que de la taille du service qu’ils accomplissent. Va falloir formé une nouvelle génération de magistrat, plus réalistes et moins arrogants.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 20:09, par levigilant
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    ces OSC qu’on a vu se déchirer à cause des postes au CNT n’ont aucune leçon de probité à donner à qui que ce soit.
    "il est ressorti que le juge a un vocabulaire assez compliqué si bien que le citoyen lambda n’est pas à mesure de le comprendre. Dans un contexte en perpétuelle mutation, il va falloir que le langage juridique soit accessible". le medecin aussi a un langage assez compliqué que le patient ne comprend pas, le financier a un langage compliqué que l’usager ne comprend pas, le douanier a un langage compliqué que le commerçant ne comprend pas. prenez-nous au sérieux. c’est ça vous avez trouvé comme problème de la justice ??? c’est dangereux. le juge n’a pas inventé le langage juridique et judiciaire, il utilise les termes tels qu’utilisés par les députés dans les lois. par exemple "faire appel" ne signifie pas "prendre son téléphone pour passer un appel" mais "contesté un jugement". c’est la loi qui a utilisé ce terme que le juge est obliger d’employer. s’il faut que le citoyen lambda comprenne tous les termes et expressions dans tous les domaines, on a encore du chemin chers OSC.
    de toute façon vous êtes au CNT, adoptez vos textes en Français facile, mooré, jula, fulfuldé et autres et les juges les utiliserons, BANDE DE CORROMPUS !!!!
    les rapports sur les problèmes de la justice ainsi que les solutions dorment dans les tiroirs de Josephine. il suffit de les appliquer et c’est tout. états généraux ou gain de temps !!!

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 06:36
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    Les OSC nous sortent par les narines. Elles ont atteind leur limites et ne peuvent plus rien nous apporter. Les osc sont des mouvements politisés ou politiquement influencés comme les partis politiques. Y’en a marre d’entendre osc par ci, osc par la. Enfin de compte elles coutent chères au contribuable.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 06:59
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    On voit bien que les OSC sont des tonneaux vides. Pour faire du bruit et de se plaindre elles sont très fortes ; mais lorsqu’il s’agit de faire des propositions et apporter des solutions il n’y a plus personne en face. On le sait maintenant bon nombre d’entre elles nous tirent vers le bas et nous coutent cher.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 09:37, par Pas possible
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    Je ne comprends vraiment pas pourquoi au Burkina on feint toujours ne pas voir les problèmes et leurs solutions qui nous crèvent les yeux, et on va chercher des poux sur des cranes rasés ? c’est dommage qu’on perd ainsi du temps et des ressources pour des inutilités.

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 16:23, par temoin
    En réponse à : Etats généraux de la justice : Les OSC ont fait leur diagnostic

    il faut l’ouverture d’un dossier judiciaire par rapport aux événements d’octobre il faudra que tous nous sachons qui a fait et qui est n’a rien fait situé les responsabilités des uns et des autres (OSC, ex parti au pouvoir, ex opposition) le peuple veut savoir.

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés