Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

lundi 16 février 2015 à 22h29min

Il n’est pas coutume que le Général Gilbert Diendéré s’épande dans la presse. Homme discret et peu bavard, l’ancien chef d’Etat-major de la présidence du Faso a « brisé l’omerta », suite aux remous au sein du Régiment de sécurité présidentielle. C’est à la Radio nationale du Burkina qu’il a accordé un entretien. Nous reprenons pour vous les grandes lignes de cette entrevue qui aborde la pertinence du démantèlement du RSP, les relations de l’unité avec l’Etat-major général des armées et bien d’autres questions.

Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

Sur le recrutement des éléments du RSP

Les hommes sont sélectionnés à partir des éléments qui composent le contingent normal à Bobo Dioulasso. Ces éléments recrutés sont envoyés à Bobo pour une formation initiale de 12 mois et c’est après cette formation initiale que le RSP sélectionne parmi les plus aptes à remplir certaines missions. Ensuite, ils sont envoyés pour une formation à Pô pour les techniques commandos. A l’issue de cela, il y a d’autres types de formations spécialisées que subissent les hommes qui sont retenus pour servir au RSP. Il n’y a pas de milices, il n’y a pas quelqu’un au RSP qui ait été choisi par quelqu’un de particulier.

Le rôle que le Général entend jouer pendant et après la transition

Le rôle que j’entends jouer pendant la transition est le rôle que les autorités de la transition voudront bien me confier. Je n’ai pas un rôle particulier à demander, je suis à la disposition des institutions, à la disposition des autorités de la transition. J’entends jouer ce rôle-là jusqu’à la fin de la transition. Après la transition, on verra. Je me mettrai encore à la disposition des nouvelles autorités qui vont être élues démocratiquement.

Sur les remous au sein du RSP et les promesses du premier ministre, Yacouba Isaac Zida

Il y a eu effectivement, le 30 décembre quelques remous au sein du Régiment de sécurité présidentielle, cela compte tenu de la prise d’un certain nombre de décisions qui, aux yeux de la troupe ressemblait à un début de démantèlement de leur corps. C’est la raison pour laquelle, les hommes ont estimé qu’il fallait attirer l’attention de son excellence monsieur le premier qui est issu de ce corps, et qui connait très bien ce corps. Avec lui, ils ont discuté. A l’issue de cette discussion du 30, un certain nombre de promesses ont été faites à la troupe par le premier ministre et les hommes attendaient impatiemment que cela se réalise pour le bon fonctionnement du service.

Les plus importantes étaient le retour d’un certain nombre d’officiers qui avaient été mutés ou qui étaient en voie d’être mutés dans certains corps. Il y avait aussi, l’assurance que le corps ne sera pas démantelé, mais également la nomination d’un certain nombre de responsables en rapport avec la hiérarchie et c’est surtout ce point qui n’avait pas été réalisé à la date du 04 février.

Malheureusement, à la date du 4 février, cela n’avait pas été réalisé et c’est ce qui a expliqué ce deuxième mouvement. Lorsque je dis mouvement, en fait, il n’y a rien eu. Il y a peut-être eu intention tout simplement, sinon, il n’y a pas eu de rassemblement particulier. Il n’y a pas eu d’actes particuliers, puisque le Premier ministre ayant été informé, n’est pas venu au niveau du Conseil des ministres. C’est donc cela qui a expliqué le fait que le Conseil des ministres n’a pas eu lieu.

L’empêchement du conseil des ministres du 4 février

Le 04 février était effectivement un jour de conseil des ministres, mais aucune personne n’est allée dans la salle du conseil des ministres. Peut-être qu’il y avait l’intention de le faire, ça je n’en disconviens pas, mais personne n’est allée dans la salle du conseil des ministres pour demander au premier ministre qu’il vienne. Comme je dis, il y avait effectivement l’intention de lui poser la question, lui demander de venir encore s’entretenir avec la troupe et donner ses différentes explications.

A propos du choix contesté des hommes à la tête du RSP

Au sien de l’armée, les hommes ne choisissent pas leurs chefs, tout comme les chefs ne choisissent pas leurs subordonnés. Dans le contexte actuel, les hommes ont tout simplement constaté qu’il y avait quelque chose d’anormal dans la nomination de certains chefs. Ce n’est pas parce que tel ou tel est mauvais ou bon. C’est tout simplement parce que la nomination qui a été faite ne tenait pas compte de la hiérarchie. C’est pour cela que les hommes ont demandé que cela soit corrigé. Dans la correction, les hommes ont fait des propositions qui ont été acceptées par le premier ministre. Ce n’est pas une imposition.

Le régiment de sécurité présidentielle au sien de la présidence du Faso, recevait ses instructions du chef d’Etat-major particulier, cela veut dire que le chef d’Etat-major particulier doit avoir dans la hiérarchie militaire un grade plus élevé que le chef de corps du régiment de sécurité présidentielle. Mais tel n’était pas le cas. Lorsqu’il s’agit d’une fonction civile, cela ne pose pas de problème, vous pouvez avoir un lieutenant, s’il est ministre, moi général je me mets au garde-à-vous devant ce ministre. Cela ne pose pas de problème. Mais dans le commandement militaire cela est impossible. Ce n’est pas faisable.

Malheureusement c’est ce qui a été constaté dans cette nomination. C’est pour cela qu’on a tout simplement demandé de revoir pour que cette nomination puisse tenir compte du respect de la hiérarchie.

Son avis sur le démantèlement du RSP

En tant que militaire, je ne suis pas d’avis pour qu’un corps tel que le RSP soit démantelé, pour plusieurs raisons. Dans un premier temps, c’est un corps très opérationnel qui a une très bonne formation, qui a des hommes très compétents qui peuvent en toute circonstance servir au niveau de la sécurité de notre pays. Deuxièmement, c’est un corps qui avait été créé pour assurer la sécurité du président du Faso en tant qu’institution de la république pas en tant que personne physique. Il existe aussi pour la protection de toutes les institutions républicaines. Pour ces raisons, je pense qu’il n’est pas opportun de démanteler un tel corps qui a été formé, équipé et entrainé pour remplir certaines missions.

Le RSP n’est-elle pas une armée dans une armée ?

Le régiment de sécurité présidentielle n’est pas une armée dans une armée contrairement à ce que certains croient. Le RSP est un corps spécial qui dépend de l’Armée de terre qui elle-même dépend de l’Etat-major général des armées. Ce corps spécial est mis à la disposition de la présidence du Faso pour remplir les missions de protection des institutions républicaines et d’autres missions telles que la lutte anti-terroriste. Au niveau de la présidence, le RSP reçoit les instructions du chef d’Etat-major particulier de la présidence du Faso.

Et l’Etat-major général des armées dans tout ça…

Le RSP reçoit des instructions de l’Armée de terre, lorsqu’il s’agit d’une mission traditionnelle de l’armée. C’est-à-dire que le RSP remplie toutes les missions traditionnelles de l’armée ; les missions de défense, de développement qui sont attribuées aux forces armées nationales. A ce titre, le RSP reçoit ses missions de cette institution qui est l’armée de terre. Au niveau de la présidence du Faso, il y a une deuxième mission qui est attribuée au RSP : la sécurité du président du Faso en tant qu’institution, la sécurité des institutions de la république. A ce niveau le RSP reçoit les instructions du chef d’Etat-major particulier qui a une couverture beaucoup plus large et une responsabilité à ce niveau.

Sur la commission de réflexion sur la restructuration du RSP

Cette commission a quelques temps pour donner ses résultats. La mise en œuvre des résultats sera assurée certainement par les autorités qui sont élues démocratiquement. C’est à elles de décider du sort du RSP. La commission a deux mois pour travailler, à l’issue on attendra de voir ce que cela va donner.

Le RSP après Blaise Compaoré

Le RSP après Blaise Compaoré reste toujours le RSP. Le Régiment de sécurité présidentielle n’a pas été créé pour protéger une personne en particulier, il a été créé pour protéger le président du Faso. A ce titre, n’importe quel président qui sera là, bénéficiera de la même protection et de la même façon que le président Compaoré qui est parti.

L’atmosphère au RSP après les remous

A la date d’aujourd’hui, je peux dire que tout est rentré dans l’ordre. Le service a repris normalement, comme cela a été les vœux de la troupe. Lorsque les premières nominations avaient été faites, cela avait un peu paralysé le service. Aujourd’hui avec les dernières nominations, le service a bel et bien repris.

Ce que j’ai à adresser à tous, aux OSC (Organisations de la société civile), aux autorités civiles et militaires, c’est un message de paix. Nous avons besoin de paix pour construire, développer notre pays. Lorsque vous regardez autour de nous, en Afrique et ailleurs, il y a des pays qui veulent bien avoir la paix comme le Burkina. il est important pour nous, quelles que soient nos divergences, quelle que soit la situation, de faire en sorte que nous puissions vivre ensemble en paix, sinon nous arriverons à des situations regrettables.

Synthèse de Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 16 février 2015 à 20:14, par Ditanyé En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je ne sais pas pourquoi mais j’ai vraiment peur de cet homme. respect pour sa derniere phrase plein de sens.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:25, par Rambo 10 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    IL A RAISON, ZIDA a fait bcp de faux pas : nomination de ses amis qui trainaient bcp de casseroles et surtout ce chamboulement chez les militaires passe MAL !
    Parce que laba, le grade c’est HYPER IMPORTANT dans la chaine du commandement !
    Mais ça ZIDA ne l’IGNORAIT PAS DU TOUT, LUI QUI EST DU MEME CORP !
    RESPECT MON GENERAL.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:27, par le C.I.A En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    M. le GENERAL je suis désolé pour votre message, tu trouves vraiment qu’un corps de cette ampleur soit au service de la Présidence ? Un Président élu démocratiquement comme vous le dites a besoin d’une telle sécurité ? N’est ce pas cela qui amène les chefs de l’Etat à s’en teté a la fin de leur mandat ? Vos hommes ont été menés dans beaucoup de coups bas. Est il normal que vos hommes fouettent les citoyens qui manifestaient leur desavoeu à Blaise lors de ses dernières sorties dans les provinces ?En rappel le Avril 2011 vos hommes ont étés les 1er à tirer pour les mêmes primes qui ont réclamé en décembre, et la suite vous le savez : Après satisfaction il sont allés à Bobo tués leurs propres frères d’arme ? Ok si vous trouvez qu’ils doivent pas se mélanger aux autres militaires, créer un corps à Dori pour leur fonctionnement , sinon c’est une menace pour notre futur Président.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:27, par Ya yaboin En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Paix , paix, paix, nous avons dejas cette vieille recitation par coeur.Vos hommes du RSP ont assassinee´ des Burkinabe dont les tombes de certains sont jusque lä inconnues et vous nous parlez de paix. Oui le peuple accepte le pardon pour la paix mais justice d´abord.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:27, par Arch En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Tu ne connais pas la paix plusque personne ici.vous avez pacer plus de 5 ans a manipuler le peuple pensant que si vous dites que la paix est menacée les gens nallait pas sortir pour chasser tn frere crim...tu pense que 1000 et quelqu personne peuvent menacer la paix au burkina oubien tu pense qu tout le rsp est comme pour te soutenir dans ce que u sais fairz le mieux.on connait ton passe lugubre.tu ne sera jamais président ici.u v connaitre les premiees kamikaze de l afrique noir ou koi ? Sache que toi et ton blaise les jeunes vous detestent depuis leur enfance.qui va prendr son avenir lavenir de ses enfants confier a quelqu un qui est capable de lassassiner.votre fin est proche.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:39, par Hubert En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon générale pour ce discours très sincère !!! vous êtes vraiment une richesse pour notre pays.

    QUE DIEU VOUS BÉNISSE !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:39 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    J’accuse peut-être mon français mais j’avoue que je n’ai pas compris grand chose mon général. Vous n’avez pas voulu aller au fond des choses, comme si la réaction de RSP était juste un petit mécontentement. Et apparemment les éléments du RSP ne sont pas maîtrisés de sorte à ce qu’ils sont libres des prendre les armes à tout moment et de perturber kosyam quand ils le veulent. Si vous parlez si bien de hiérarchie militaire c’est dire que les éléments du RSP ne peuvent en aucun cas réagir sans avoir reçu un ordre de la haute hiérarchie d’autant plus qu’ils sont semble-t-il bien et très bien formés militairement.
    Si les éléments du RSP sont des militaires retenus parmi tant d’autres après plusieurs formations spécialisées je crois qu’ils n’ont pas seulement leur place à kosyam mais sur toute l’étendue du BF où tous les jours nous sommes confrontés au banditisme récurent. L’armée du BF a toujours mention bien et même très bien dans les missions extérieures sauf au pays où ils ne peuvent même pas trouver une opération militaire de ratissage des grands bandits de chemin, que se passe-t-elle alors !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:45, par ANY ADN En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    cool mon général pour ces précisions. je salue votre caractère militaire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:46, par Gnamienf En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Une interview révélatrice de beaucoup de choses. Gilbert reste maitre du RSP et menace même toute la nation d’incendie et d’instabilité si l’on organise son corps d’armée à lui comme on le veut, sans lui. Dommage. De quoi le général a-t-il peur ?
    Ce qui est bien sûr, c’est que le général et son corps d’armée ont refusé d’obéir au premier des ministres et lui on imposé leur ordre des choses. Comment croire son affirmation « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; » ?
    Ce qui est absolument sûr, c’est que les cauchemars des burkinabè ne finiront pas, tant que le RSP dont notre président démocratiquement élu n’aura plus bientôt besoin ne sera pas mis en réalité sous le commandement de l’armée de terre pour assurer la sécurité du pays. Vivement, que la retraite arrive pour certains généraux d’un certain âge !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 20:54, par Burkinan Tuage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Si le service a bien repris, j’espere que c’est pas votre srvice de tuer les gens- la, deh ! Et c’est en tant que qui meme vopus faites cette interview ? Pardon, partez franchement du RSP. Vous jouez a un jeu trouble et je vous assure que vous etes sur votre drniere ligne droite. Vous ne pouvez pas paser votre temps a melanger les gens. Depuis 87, vous et blaise, vous etes les dieux du ceil et de la terre au Burkina Faso. Vous croyez que y a pas de fin ? Quel pays vous a dit qu’ il admire le genre de paix qu’ il y a au BF ? Un pays ou on ne fait pas de prisonniers politiques ? Tous les priosnniers politiques sont 8 metre sous terre ou dissous dans els acides. Tous les prisonnmiers d’ opinion sont soiient carbonises vers SDapouy soient alcolo- kafcidenter encore vers Sapouy. Vous aussi. Votre secret est dehors. Faut pas l’ oublier.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:03, par les Freres Daltons de la Mort En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    " A l’issue de cela, il y a d’autres types de formations spécialisées que subissent les hommes qui sont retenus pour servir au RSP. Il n’y a pas de milices, il n’y a pas quelqu’un au RSP qui ait été choisi par quelqu’un de particulier." Aucun sens du raisonnement coherent, de la logique.
    Il me semble que notre "General" ait besoin qu’ on lui redefinisse ce que le mot milice veut dire. Milice ne veut pas dire que les elements ne sont pas hautement entraines. Il veut simplement dire un corps qui a ete leve pour defendre des groupes d’ interets particuliers dans un systeme organise, public, comme la famille Compaore et les interets de la famille Djinguere. Vous avez pille l’ economie de ce pays grace a cette milice hyper- entrainee. Le Burkina est tres petit et on vous suit. C’est le jour qui n’est pas arrive seulement. Vous allez courir pour vous cacher sur le rocher mais le rocher se mettra a fondre. Vous allez courir depasser Yamoussoukro depasser Abidjan arriver a San Pedro mais la maire va se mettre a bouillir. On verra ou vous allez aller. Parce que toutes les vies que vous avez otees, les esprits sont en train d’ errer et de vous maudire. A wakat non pa ta ye. Webmaster, si tu me censures, que les esprits que tous ses mechants types on tues les fils de ce pays vous hante vous aussi. Nous somems en afrique. Sauf s’ ils n’ ont pas enleve des vies humaines cruellement et brusquement.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:08, par Danka Denn Nounnoun En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    C’est la force maintenant."Le Régiment de sécurité présidentielle n’a pas été créé pour protéger une personne en particulier, il a été créé pour protéger le président du Faso. A ce titre, n’importe quel président qui sera là, bénéficiera de la même protection et de la même façon que le président Compaoré qui est parti".
    Donc le president, il veut ooh il veut pas oh, vous RSP, vous allez le proteger malgre lui, jusqu’a le kafzidaiiser s’ il insiste ? Waiiii ! Tuun teka pan ma mi. Mon General, sauf votre respecty, on ne peut pas proteger quelqu’ un malgre lui. Vous avez quelquie chose d’ autre dans la tete. Malheureusement, comme vous avez ete trop impatients, on a vu le fond de votre pensee. Mais sachez qu’ un coup d’ etat, ce n’est plus possible. Meme si vous etes armer jusqu’ aux couilles. Vous allez passer par opu pour faire vos gbangbans - la encore ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:28, par Rapoug-Yandé En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général et Grand frère, le machin "RSP" personne n’en veut. Il doit intégrer le reste des militaires. Dans un pays comme le BF a-t-on besoin d’un corps d’élite pour protéger le Président ? Je pense que non car il y a les forces traditionnelles de protection du chef de l’Etat que son la Gendarmerie et la Police.
    Mon Général, les raisons qui ont amené le Peuple à ne plus vouloir que le RSP assure la protection de notre Chef de l’Etat est la suivante : Que ce soit du Conseil à ce RSP beaucoup de sang a coulé au Faso, trop d’orphelins et de veuves, de mères meurtries. Dabo Boukari, Guillaume Sessouma, David Ouédraogo, Thomes sankara et ses compagnons, ect.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:30, par Jamanatigui En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon général, je te tire simplement mon chapeau pour ce langage franc et direct. Tes contempteurs diront que tu ne pas dis ce qu’ils voulaient entendre mais personne ne saura te dire que tu n’as pas eu le courage de tes opinions.

    Toi, on peut te qualifier de toutes sortes de nom d’oiseau mais personnes ne peut dire que tu ne mérite pas tes galons de Général. Un général ça a une opinion qu’il exprime brillament au prix de sa vie que de mentir. Un général ça assume ses actes et c’est ce que Blaise devrait faire : rester et mourir au lieu de fuir pour aller se cacher chez ses beaux parents. Son acte est loin d’être celui d’un militaire et Burkinabé en sus.

    Ceux qui t’attribuaient l’intention de vouloir briguer un mandat présidentiel, s’ils ne sont pas de mauvaise foi, sauront maintenant que tu n’es pas ce militaire qui se cache derrière les faux fuyants. Qui se laisse dicter sa conduite. Si tu avais telle intention tu n’allais pas passer par quatre chemin pour l’exprimer.

    ZIDA a semé la merde avec ses nominations à l’emporte pièces dans l’administration mais heureusement que notre armée regorge encore de soldats vaillants pour arrêter quiconque voudrait fouler à ses pieds les règles élémentaires. Comment un seul individu, fut il PM, peut il se retirer dans un bureau pour prendre des décisions aussi graves que le démantèlement d’une institution aussi importante que le RSP. Il aurait reçu des plombs chauds sur tête comme Dadis Camara que je ne l’aurai pas pleuré.

    Je suis simplement comblé par cette interview. Si j’avais un conseil à te donner je te demanderai de continuer à servir à tes détracteurs ce silence assourdissant dont tu as su servir jusque là.

    Ceux qui crient le démantèlement du RSP sont soi des ignorants soit de mauvaise foi. Le RSP n’a jamais eu dans ses missions les assassinats politiques. Que ses éléments qui se sont rendus coupables de ces besognes répondent de leurs actes. Je suis infirmier et ma mission première c’est de sauver la vie. Or dans la corporation des infirmiers se trouve des gens qui font de l’avortement leur gagne pain. Est-ce c’est pour autant que je suis un assassin ? Simplement du courage à toi et à tes éléments.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:41, par rokia En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mes respects Général Diendéré. Vous êtes un grand.Le RSP vivra .car il a été créé pour protéger lePF

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:44, par rokia En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mes respects Général Diendéré. Vous êtes un grand.Le RSP vivra .car il a été créé pour protéger lePF

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:50, par Ouédraog biiga En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    autant dire que c’est toi Gilbert qui a formulé toutes les revendications pour la troupe que tu manipule à ton propre profit.
    et puis qui es tu pour décider de qui mettra en œuvre les conclusions de la commission sur le RSP ?
    Le peuple veut le démantèlement du RSP tout de suite ! Si vous vous opposez à cela, vous nous rencontrerez sur votre route !
    Comment peut-on disposer de gens aussi bien formés comme vous dites à Ouaga pendant que dans les campagnes on ne peut même pas aller au marché d’à coté sans risqué de se faire dépouillé et tabassé ? qu’ils assurent donc la sécurité de tous les Burkinabè !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:55, par paterou En réponse à : le sinisme du generalGénéral Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    mon général comment osez vous parler de la paix au Burkina pour ce qui concerne le RSP ? vous penser que les famille sankara,Dabo Boukari ,David Ouédraogo,Norbert Zongo, et j’en passe sans parler de nos martyr de fin Octobre comment pouvez vous nous parler de paix ?mon général pour les Burkinabè le RSP est pour nous signe de mort et de dénis de justice. Permettez moi de vous donner un conseil dite au RSP de ne pas suivre l’entêtement de Blaise Compaoré et surtout à ceux qui n’ont rien à se reprocher d’aller tranquillement défendre notre cher Burkina dans les autres corps et laisser ceux qui ont torturer tuer bruler à leur sors car le temps de rendre compte à sonner et personne n’y échappera même pas blaise Compaore et son frère.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 21:58, par un En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pourquoi créer une unité spéciale pour la protection du président pendant qu’il y en a déjà, à savoir la gendarmerie et la police ?Le RSP a été bel et bien mis en place pour Blaise ; il ne faut pas divertir le monde.Si les hommes ne choisissaient pas leurs chefs, ils ne devaient pas contester ces nominations.Pas besoin d’être dans l’armée pour savoir que le RSP est une armée dans l’armée. A quoi servent les formations spéciales si dans le centre Est et l’Est il ne se passe pas un jour sans que les bandits ne sévissent ; et le RSP ne réagit pas ; c’est parce qu’il n’est pas sollicité ou quoi ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:00 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le RSP doit recevoir une autre orientation plus claire au sein de l’armée régulière pour défendre l’ensemble des burkinabè. Un régiment qui obéi à deux commandements ( le président du Faso et l’armée régulière) ; Soyons sérieux, c’est impossible.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:12, par Tino1 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Les propos sont bels et bien à la hauteur d’un Général. Je loue le langage de paix et le franc-parler. S’il y a des dérapages il faut le reconnaître et le dénoncer. Les revendications du RSP semblent pour la plupart bien fondées. Mais ce qu’il faut aussi reconnaître, c’est que le peuple et les sages ont dit qu’il n’ont pas besoin de RSP ni pour protéger le président du Faso ni pour la sécurité des institutions. Et il ne reviendrait pas au RSP de prétendre faire la sécurité des institutions dites républicaines en violant le premier acte républicain qu’est la volonté du peuple. Sinon on sait que si le RSP était cynique, l’insurrection aurait été plus houleuse et probablement plus meurtrière. Mais le peuple et les sages disent n’en avoir pas besoin, et cela est à respecter en situation de Démocratie non totalitaire. Donc le RSP doit changer aussi bien dans sa dénomination que dans ses missions.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:19, par le patriote En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    la preuve par quatre que ZIDA connaissant bien le RSP voulait plutot le controler et non le dissoudre. Et s’il reussissait , la transition était finie. Le premier adversaire de la transition demeure ZIDA qui crée tous les artifices pour la faire durer . Sans le RSP , cette transition était foutue mais comme dans notre pays on raisonne maintenant par le coeur et non la tete.
    Je respecte le général DIENDERE pour sa clairvoyance , sa loyauté et son patriotisme. Sans lui , ZIDA nous aurait envoyé à la guerre civile avec ses Hervé OUATTARA et SAFIATOU LOPEZ de AFRIQUE CONSTRUCTION qui disait à qui veut l’entendre qu’elle gagnait ses marchés grace à CHANTAL COMPAORE.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:25, par SIDBALA En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    VOILA AU MOINS UN HOMME QUI EST RESTE DROIT DANS SES BOTTES. Ce n’est pas un lâche, il est resté fidèle au président advienne que pourra ce sont des HOMMES comme çà que le pays a besoin, mais des caméléons comme les ex - membre du CDP devenu Mouvement Pili Panbé (MPP). De toute les façons ils ont des comptes à rendre au peuple (GESTION DES PARCELLES, PRIVATISATION, DETOURNEMENT DE PROJETS, et bien d’autres choses).

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:25, par ouederabou En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général on veut bien vous croire sur votre parole, hélas le pain est déjà mouillé au RSP.
    Tout bon analyste c’est que les éléments RSP doivent être redéployés. Nous avons vu comment les éléments du RPC de Dédougou ont été muté, car c’était aussi des commandos d’élites qui s’y trouvaient et cela était vu comme de force d’élites et on s’imaginait la suite. Je voudrais bien vous demander Mon Général de nous dire quelque chose la dessus, car vous êtes bien un officier supérieur qui connait tout sur l’armée burkinabè depuis les années 83 et même avant mon Général ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:25, par nima0601 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Wow, il est clair qu’il n’y a pas d’autres hommes forts qui dirigent ce pays. Ce sont les memes qu’avant. Zida et sa clique, dites nous ce qui se passse : soit vous nous avez trahi ou bien soit vous n’avez pas la capacite et les aptitudes necessaires pour faire le travail. Dans ce dernier cas de figure, je vous conseillerai de trouver une solution salutaire et laisser le peuple gerer sa revolution. On trouvera quelqu’un de taille. Une personne comme Diendere qui a ete dans toutes les sauces de l’impunite, de crime de sang, de traffic de diamant peut oser parler ainsi ? quel service as tu rendu au peuple ? Sinon que le vole et l’endeuille ? Meme Jocephine Ouedraogo du Ministere de la justice est une fantome ! Josephine, ouvre les dossiers David Ouedraogo et Norbert Zongo pour faire disparaitre certaines faces de la scene politique. Il n y a pas d’hommes irremplacables dans ce monde sinon que ce meme monde aurait disparu il y a bien longtemps.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:26, par Aubin En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    MERCI MON GENERAL POUR CES EXPLICATIONS. Il faut que le premier ministre trouillard, arrête de divaguer et pose sa démission pour la bonne poursuite de la transition. N’oublions pas que ca fait la 2eme fois qu’il ment au peuple. La dernière fois, c’était a la place de la nation sur la SOCOGIB. Jespere d’ailleurs qu’il a quitter de chez le Mogho Naaba, ce n’est pas un lieu de refuge pour militaire.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:34, par ZIDA LE TRAITRE En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis au garde à vous, Mon Général. Vous avez été clair : le RSP est encore là et il faudra compter avec lui. Tant pis pour les politicards camouflés en société civile. Tant pour moi aussi, Zida Le Traître

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:51, par Touba En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le RSP est donc un serpent de mer à deux têtes (deux commandements). N’est ce pas qu’on dit qu’il n’y a pas deux capitaines dans un bateau ? Qui est le vrai capitaine du RSP. N’étant pas logé dans une caserne ordinaire, je suis tanté de croire que c’est le chef d’etat major particulier qui est le vrai et le seul capitaine du bateau à pavillon RSP.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 22:59 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    En lisant le titre de cet article, on sait très bien que vous mentez ! il serait temps que vous nous expliquiez ce que le RSP a fait pour tuer Norbert Zongo et beaucoup d’autres personnes. Vous feriez oeuvre utile ! Sinon, moi, j’attends rien de vous... que le mauvais ! Ce n’est pas par hasard que vous êtes resté 27 ans scotchés aux culottes du beau Blaise !

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:00, par Baccar En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    A ma gauche, le lieutenant colonel Céleste Coulibaly. Aide de camp de Blaise Compaoré, il est allé installer son patron dans son exil forcé avant de revenir au pays, malgré l’hostilité ambiante.
    A ma droite, le lieutenant colonel Yacouba Zida. Numéro deux du puissant RSP, jusqu’à la dernière seconde du pouvoir Compaoré. Il a suffi que Blaise s’en aille pour qu’il tourne immédiatement sa veste, avec des accents honteusement populistes.
    Pour sûr, le type qui est à ma gauche incarne mieux l’officier fidèle et courageux dont toute armée peut rêver. Quant au mec à droite. ..
    Coulibaly, guidez notre régiment d’élite vers l’excellence, au profit de notre pays, dans un contexte sous régional marqué par de grands défis sécuritaires.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:12, par King En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le premier ministre doit-il etre poursuivi pour desertion du conseil de ministres ?

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:18 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    mon general, un peu de patience. si RSP est pour le PF, pas d’inquietude. Salut

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:19 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    MEERCI MON GENERAL POUR CES ECLAIRCISSEMENTS.
    C’est les nominations bidons egalement que nous ne
    pouvons pas accepter au Ministere de la Fonction Publique
    par le soit disant Prof LOADA.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:21, par Tuto En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Tu parle de paix sen justice ta vue sa ou ? Et le role du rsp sur la mort des civil.toute facon ta bien explique comment sa marche au rsp allor ki a donner lordre de tire sur les civil .enleve tue et brule dautre.vous ete des militaires sen formation plitique allor criminelle et assasin.le president na pas besoin des millier de criminel com vous pour le protege si lui mm nes pas un criminel.allor comme vous ete bien former dispercez vous dans les autre corp pour partager votre experience.tu a fai tou pour bloquer les dossier thoma sankara et dautre et tu vien nous faire la pub du rsp.vos tenu vos armes et autre dotation que on vous donne es paiyer par largen des burkinabe et son ces mm burkinbe civil sen arme k vous enlever et brulez.rien a dire allor la ferme.

    Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:25, par le prince En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Tant que toi Gilbert et troupe vous serez au RSP le RSP demeur une ménace pour le peuple. Dis moi n’es tu pas l’enfant de coeur du president BC ? n’es tu pas lié a lui par to sal passé ? BC peut il sombrer sans toi ? n’es tu pas lié a lui par les crimes de sang ? Et oui tu en a trop sous la main. le RSP doit d ’abord être apuré ensuite deplacer le RSP dans un camp a Dori ou aux frontières. On a pas besoin de tout un camp militaire pour la sécurité du président en regime democratique.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 16 février 2015 à 23:54 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis convaincu maintenant d’une chose, après la lecture de cette interview du Général DIENDERE, qu’avec les dispositions actuelles, il y a bel et bien deux armées de terre dans notre pays, une armée dans une armée, ce qui est inacceptable.
    Tel que c’est dit, le RSP peut prendre des ordres de l’Etat-major général des armées et aussi prendre des ordres du Chef d’Etat-major particulier du Président de la République. Il y a donc deux Etats Majors différents. Pour être plus précis, nous avons eu sous l’ère Blaise COMPAORE, d’un côté le Général Honoré TRAORE (Chef d’Etat-major général des armées) qui pouvait donner des ordres au RSP et de l’autre le Général DIENDERE (Chef d’Etat-major particulier de Blaise COMPAORE) qui pouvait aussi donner des ordres au RSP.
    Théoriquement les deux Etats Majors se partagent le RSP, mais en réalité le RSP répond plus aux ordres de l’Etat Major particulier donc de DIENDERE qu’aux ordres de l’Etat-major général des armées (Honoré TRAORE).
    De plus le Général DIENDERE n’était pas soumis aux ordres du Général Honoré TRAORE (plus gradé pourtant). DIENDERE ne s’est pas rendu à la réunion des officiers convoquée par Honoré TRAORE le 30 Octobre 2014 pour discuter de la conduite que l’armée devait tenir face la situation de crise. On comprend également pourquoi le RSP a refusé de soutenir la déclaration du Général Honoré TRAORE (pourtant Chef d’Etat-major général des armées).
    Cette situation est inacceptable. Il faut réorganiser l’armée (pensée par Blaise COMPAORE et DIENDERE) et dégager le RSP de la présidence. Plus de militaires à la présidence car ils prennent le Président en otage comme c’est le cas aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:05, par Rhodes En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Bonjour. Mon general et merci.les burkinabe sont devenus amnesiques
    Et prets a jeter le bebe avec l’eau du bain .vive le rsp institution republicaine au service de la republique

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:31, par Koro En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    "C’est pour cela qu’ON a tout simplement demandé de revoir pour que cette nomination puisse tenir compte du respect de la hiérarchie." Ahhh, donc tu y étais impliqué...

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:35, par James En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pourquoi le général Diendéré parle autant ces temps-ci ? Blaise aussi à beaucoup bavarder avant sa chute. C’est un signe de la fin des hommes forts. Wait and see.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:35, par Benaocyn En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci bien à la Radio nationale pour cet entretien et au General pour certains éclairages.
    Quelques commentaires cependant. Est-ce que le respect et la considération que tous et toutes devraient avoir pour les organes de la transition ne commandaient-ils pas qu’aucun Conseil de ministre ne fut perturbé ou différé pour quelque raison que ce fut ?
    Si le Président Compaoré a estime qu’il avait besoin d’un corps comme le RSP pour sa sécurité, cela ne peut être opposable aux autorités de la transition. Sauf insuffisance d’information de ma part, il n ya pas une disposition constitutionnelle qui dit que c’est le RSP qui a pour mission d’assurer la sécurité de tout Chef d’Etat au Burkina Faso. C’est pour cela que les sages ont recommandé des forces de gendarmerie et de police pour cette mission. Ila appartient donc aux autorités de la Transition de décider qui est habilite à assurer la sécurité des organes de la transition. Ce n’est certainement pas une force mise en place par Blaise Compaoré, qui de surcroit l’a escorte hors du pays, avec toujours les mêmes hommes, qui est indiquée aujourd’hui pour cette mission, si nous voulons mener notre transition à bon port.
    – » Le général n’a pas un rôle particulier à demander, il est à la disposition des institutions, à la disposition des autorités de la transition, et le rôle qui lui sera confié, il entend le jouer jusqu’à la fin de la transition ».
    – « Parmi les attentes de la troupe, il y avait le retour d’un certain nombre d’officiers qui avaient été mutés ou qui étaient en voie d’être mutés dans certains corps, il y avait également, l’assurance que le corps ne sera pas démantelé »
    Je note avec satisfaction que les réponses du général ne s’éloignent pas de la conclusion du ‘Mémoire en défense’ de la troupe présenté par le Service de Communication du RSP et publié par lefaso.net le 11 février 2015 : « Le RSP sera donc ce que les politiques voudront qu’il soit. En toute lucidité, en toute sérénité »
    Vivement que tous et toutes s’engagent dans la dynamique de cette conclusion. Les techniciens de haut calibre de la commission ad-hoc mise en place par le Chef de l’Etat sauront, par leurs réflexions et les propositions qui en résulteront, permettre au politique de faire des choix et de prendre des décisions avisées
    Je suis restée néanmoins sur ma faim par rapport à certaines questions que j’ais posées suite à la publication de votre mémoire en défense, dans un article publié le 12 février sous le titre « Le RSP contraint à rompre le mutisme légendaire reconnu à la grande muette : les choses ne seront vraiment plus jamais comme avant ». Peut-être qu’avec le temps, les réponses viendront.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:39, par toongo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    oui toujour comme son maitre Blaise Compaoré..on parle toujour de paix,paix..pour detourner la vigilence du peuple..le RSP et toi leur chef vous avez des mains tachés de sang,tout ces crimes impuni ces dossiers en justice vous allez repondre..il faut dissoudre le RSP et les redeployé pour combattre les coupeurs de route qui sement la terreur dans nos villes et villages..si Djejeré est malin il doit prendre sa retraite et se retiré carrement de la vie politique ,car chaque chose a son temp..vous avez fait votre temp vous etiez les hommes forts du pays des intouchables...actuellement les choses sont entrain de changer..ainsi va la vie il faut accepté de voir la realité en face et aller te reposer.la preuve quand Michel Kafando.est arrivé a la presidence .tu as eté le premier qu’il a limogé.. ya des signes qui ne trompent pas.c’est le moment de partir avec honneur et dignité avant que le peuple te pousse a le faire....

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 00:47, par adam En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    On ne peux pas lui faire. COnfiance au regard de cette declaration nous constatons qu’ IL n’a toujours pas compris que les Temps ont changé.il a les mains sales On ne peux pas lui faire confiance.il dois etre mis en retraite .ou mieux en prison pour les crimes qu’il a commis

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 01:33 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    C’est bien de terminer par des vœux et appels de paix. Seulement, je sens que ce Monsieur veut se donner trop d’importance, beaucoup trop d’importance. Il faut qu’il sache que c’est l’autorité politique qui décide de la lettre de mission de chaque corps y compris le RSP. Le RSP ne doit plus être affecté à la sécurité du Président et Monsieur doit comprendre que c’est irréversible. Il faut qu’il commence à préparer sa défense car il a beaucoup de choses à dire dans plusieurs dossiers. Le Burkina a besoin de paix et aussi de justice. Les deux vont ensemble et ce n’est pas un Général comme lui qui va empêcher le pays d’aller vers une paix définitive car la paix que nous avons actuellement est fragile. Ces gens freinent l’élan du pays et il faut qu’il se mette à l’écart car il n’est pas fait pour être un homme publique. Il n’est pas chaleureux et ne le sera jamais.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 01:54, par MR . BAYIRE SENI En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pour donner mon avis sur ce que le Gl Diendere vient de dire, il faut noter que ce qu’il a dit est tout à fait logique.Je ne supporte pas ce militaire ni le RSP mais il faut faire la part des choses et faire beaucoup attention pour ne pas créer une situation d’ impasse.On melange tout alors qu’il y a des choses très urgentes à régler et d’autres sont à attendre et sont même reservees à un gouvernement élu et non un gouvernement de transition. Il faut repartir aux conséquences qui ont provoqué la situation que nous vivons aujourd’hui. Ce sont le problème de modification de l’article 37 et l’institution sénat .Posez vous la simple question suivante:si Blaise Compaoré avait accepté ne pas modifier l’article 37 et annulé la mise en place du sénat on aurait pas du être la à demander le demantelement de ce corps militaires. Comme il a si bien dit, et je le pensais personnellement depuis longtemps ainsi, il ne serait pas facile ni bon de démantèler rapidement ce corps. C’est une armée et non des simples fonctionnaires. Et en plus les autorités transitionnaires en place ne sont pas des autorités votées par le peuple mais issues de consensus pour une continuité de courte durée . Cette question de demantelement est reservee au pouvoir démocratique qui viendrait en octobre 2015.C’est à ce président élu du peuple de décider du sort de ce corps. Et cette décision sera indiscutable. Pour ce qui concerne la hiérarchie militaire et ses règles de commandement, c’est tout à fait normal dans l’armée. Comme je l’ai dit plus haut , dans l’armée c’est autre chose, pas comme des simples fonctionnaires ou celui qui a le BEPC peut être le patron de celui qui a le BAC.Pour le cas de Zida, c’était une mesentente au saint de l’armée et pour éviter que la situation ne s’empire ,les responsables militaires ont jugé nécessaire de le maintenir. Si non dans la logique des choses, Zida ne mérite pas d’être chef de l’état face à certains responsables militaires. Donc Zida étant un envoyé par eux doit les écouter. Si Zida demande le demantelement de son corps donc lui même doit d’abord se demanteler et démissionner du gouvernement transitoire puisque il est là bas sous couvert de ces militaires. Donc une confusion risque de s’installer et la transition aura du mal à aboutir. Donc la seule solution est de remettre le demantelement de ce corps au Président qui sera légitimement élu.Et comme c’est un corps, ce nouveau Président pourra les redéployés autrement au sein de l’armée et il n’y aura pas de problème. Celui qui va refuser ce redéploiement peut être averti et à la fin de l’ avertissement, il peut être radier de l’armée. Et c’est tout. C’est ensemble et avec le concours des idées de tous qu’on peut trouver des solutions paisibles . Merci

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 01:57, par philly En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    L’intention vos l’acte. Gilbert soit honnête, penses tu que tout groupe de personne peut se lever et demander au PM de s’expliquer sur tel ou tel decision ? On ne veut pas de toi et de tes criminels Gilbert. Seul la police republicaine va assurer la securité du nouveau président. Ce corps d’élite dont tu parles peut aller se mesurer à boko haram. Toi Gilbert tu es trop impliqué dans de sales affaires qu’on ne veut plus de sentir. Cole nous la paix.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 01:59 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Voyez toute la contradiction des propos de Diendéré qui révèle le hiatus entre le peuple et le RSP. Vous dites : "Au sien de l’armée, les hommes ne choisissent pas leurs chefs, tout comme les chefs ne choisissent pas leurs subordonnés." Et pourtant le RSP a choisi ses chefs, Kéré et Coulibaly. Si on donne au RSP des chefs autres que Kéré et Coulibaly, la troupe du RSP se doit de respecter. Vous vous devez aussi d’accepter d’éventuelle mutations pour servir la nation partout où nécessaire. Si le RSP refuse le démantèlement de son corps, que feront les civils lorsque des ministères sont amenés à devoir fusionner en un seul dans le cadre de la nomination d’un gouvernement. Le militaire n’a pas à imposer à l’État le maintien de son unité. Au nom de quoi Diendéré ou quiconque doit-il s’opposer au démantèlement du RSP si tel est la volonté du politique ?
    Cela s’appelle indiscipline et rébellion

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 03:22, par sie ouattara En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon general, je suis issus des ecoles militaires mais on nous a toujours enseigne que la function prime sur le grade, please laissez notre premier ministre travailler les mains. C’est la premiere que je vois les homes de troupe demander et exiger des nominations de chefs de corps. Je crois que tout ce remue ménage est du au fait que le Cle ZIDA avait commence a prendre son independence vis a vis de certaines personnes. Au depart vous aviez cru pouvoir le manipuler et vous etes rendu compte qu’il vous echappait dans la prise de certaines decisions. Logiquement votre position ne vous permet pas d’etre en contact permanent avec les troupes vous aviez plutot un role de conception. Vous etes intelligent et fin stratege ce qui vous a permis de porter ombrage a tous les chefs d,etat major que nous avions connu. Comment se fait il que le RSP qui est une entite de l’armee parce qu’un regiment de notre chere armee ne releve pas sous les ordres du chef d’état major des armees mais sous l’autorite du chef d’état major particulier du president du faso. Cela signifie qu’il n’a le droit de muter qui que ce soit. De vous a moi c’est la premiere fois dans l’histoire des armees que vous soyez inamovile dans votre poste pendant 27 ans meme en stage personne ne doit vous remplacer ne serait ce que par interim.Je me rappelled comme hier quand vous aviez defier le General Lougue et meme l’humilier, respectez vous ainsi la hierarchie. Vous etes responsible des merdes que notre armees a subit depuis 1987. Je vais m’arretez la nous savions aussi comment les officiers sont affectes a la sortie de l’ACADEMIE MILITAIRE. Avec tout le respect que je vous dois il est temps de faire votre meaculpa.Que dites vous lorsqu’un sous officier du RSP ne vouait aucun respect a un officier de notre armee reguliere.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 03:27 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Disons que le RSP soit important et utile. Ce corps d’élite dit-on, ne doit pas s’interesser seulement aux affaires présidentielles. Qu’il quitte le palais presidentiel et se localiser dans les zones à risque contre les terroristes de l’Azawak et de Boko Haram. Nous ne voulons pas de cette force d’intimidation des civiles, de la democratie et des ruses militaires. Dissoudre le RSP est une volonté populaire.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 03:48, par Si-loin si-proche-USA En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Moi je trouve la fin de ce intervew comme une menace que le general est en train de faire a la population Burkinabe. Noublions pas que Blaise a utilise les memes phrases depuis 27ans pour intimider la population qu’il etait sense proteger. Et les nominations bidon qu’il a fait vers la fin de son mandat n’etaient pour rien. Les proches de blaise croyaient et continuent de croire que le Burkina et tout le peuple les appartienent. Ce que Gilbert est entrain de dire la est absurde. Selon lui le RSP est sense proteger le president et les institutions contre le peuple ? Parce que c’est le peuple qui a demande a son premier ministre de voir le cas de la RSP qui a au saint de son corp des elements comme Guilbert Diendere et autre qui constituent toujours une menace pour la stabilite de ce pays. SVP lisez ce interview plusieurs fois et vous verez le vrai objectif de ce monsieur la. Delocalisez ou et attribuer une autre mission important au RSP que la protection du president SVP. Membre honete de ce corps(RSP) je vous prie de savoir que je ne suis pas contre vous ni vos interets, mais je suis juste entrain de nous eviter tous un futur problem que nous voyons tous venir.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 04:05, par souroukouloko En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Du déjà ententedu . Le peuple n’est pas dupe. Le premier ministre n’est il pas au dessus des officiers supérieurs du RSP ? Les hommes intellectuels, les hommes de cultures se battent avec les idées et les autres avec les moyens de bord car prédisposés a cela. Le muscle n’a plus sa place dans ce 21eme siècle . Hommes du RSP, revendiquez avec les idées et non avec la force et travaillez pour l’intérêt de la nation et son peuple vous en serez reconnaissant au centuple. Alors la matière grise au commandement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 04:27, par disjoncte En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    pourquoi depuis la tu nest pas venu nous dire tout ca la.
    pourquoi cest rsp ki a tue thomas sankara
    pourquoi cest resp ki a tue norbert zongo
    pourquoi resp loge,habite,mange ,roule sur differentes motos que les autres militaires
    pourkquoi resp nest pas aller au nigeria comme ils sont forts
    pourquoi rsp a choisi un colonel devant le general honore pour gerer le pays
    pourquoi rsp la nous on les habille,on les nouris ,on les loge et rsp nous tue encor
    pourquoi rsp est ne fait pas honneur au faso
    pourquoi rsp pense meme quils sont forts

    on ne juge le tam tam que quand on entend son bruit donc laisser nous tranquille.

    demantellement,eradication,suppression elimination et destruction pur et simple du rsp.
    cest tout,une seule armee,un seul territoire,sun seul peuple et une seue securite.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 05:09, par nima0601 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    la RSP est une force pour les partisants de Blaise Compaore qui occupent actuellement la scene politique pour je ne sais quelle strategie mais Dieu seul sait. Mon Colonel, vous advancer des arguments pour nous mettre la peur dans le ventre des citoyens comme quoi seule ce corps est outille pour nous defendre au cas ou nous sommes attaques. Nous voulons vous dire que la RSP elle meme est une peure pour nous actuellement ! Nous ne savons pas s’ ils obeiront a nos commandes ou aux commande de Blaise Compaore, de toi Diendere, Djibril Bassolet, Natama, et du nouveau loufia Yacouba Ouedraogo lors des votes ou meme la reouverture des dossiers criminels. Vues les raisons ci-dessus citees, nous demandons puremment et simplement la reaffectation de ce corps. On pourrait former de nouveaux jeunes quand nous aurons les moyens. Sinon actuellement leur presence (intimidation) profite a l’ancien regime.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 05:49, par Ka En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Si Norbert Zongo a été soutenu nationalement et internationalement, c’était sa position neutre de journaliste de dire ce qui était mieux pour le peuple et non ce qui est mieux pour un individu. Je remercie l’équipe De Faso.Net et de B24 d’être une équipe neutre des sites d’informations des réseaux sociaux en ligne qui publient nos écris sans distinction, ni de parti prise depuis 2013 a nos jours malgré la pression du CSC que nous connaissons tous. Pour dire a tous les internautes de lèches pieds qui oublient le passé que notre pays ne pourra jamais avancer si nous jouons a ce jeux cruel qui est de ne pas dire ce qu’on pense réellement pour l’avenir de notre pays et sa jeunesse. Merci a l’internaute Achille Tapsoba et autres qui veulent le Burkina qui avance avec un héritage lourd de richesse en franchise pour une démocratie de transparence sans ruse ni mensonges ni crimes. Je condamne ceux qui oublient le passé qui reprend du service pour retarder la démocratie de notre pays et endeuiller plusieurs familles qui sont toujours en deuil. Peuple Burkinabé, je n’ai rien contre la personne de Diendéré, mais contre sa complicité de son passé dont il camoufle avec intelligence pour encore resurgir et prendre le dessus et remettre le Burkina a genoux comme l’a fait Blaise Compaoré avec sa ruse et sa complexité surtout avec la couverture de son lieutenant Diendéré qui vous berne aujourd’hui pour sauver sa peau comme ce fut le cas des nazis et les compagnons de Pinochet. Ceux qui sont sur le forum avec ‘’’mon général par-ci, mon général par-là, avez-vous oubliez, Norbert Zongo ? Henri Zongo ?, Jean-Baptiste Lingani ? NEBIE ? Thomas Sankara et ses compagnons ? Hyacinte Kafando, Watamou Lamien, plus de 100 militaires dans le camp de Koudougou ? Et sans oublié Clément Oumarou Ouédraogo qui a reçu une grenade au milieu de Ouagadougou dont j’étais présent, Diendéré sur place a sécuriser les lieux pour laisser mourir le pauvre sans soins devant les passants curieux. C’est cet homme qui veut avec malice se mettre au service d’un gouvernement du nouveau Burkina ? Laissez cet homme en liberté, il sera mieux d’aller rechercher Blaise Compaoré et le nommé président a vie. Non Diendéré et Blaise Compaoré méritent le même sort comme Hitler et ses complices. Je suis pour l’alternance politique et économique du nouveau Burkina avec sa jeunesse, mais se laisser berner par un individu comme Diendéré, c’est de donner un mauvais héritage de mal gouvernance a la jeunesse, dont notre pays n’ira pas loin avec les crimes, les achats de conscience, la corruption a ciel ouvert. Tous ces éléments de mal gouvernance de Blaise Compaoré étaient sécurisés par un régiment qui a pour nom RSP créé par Blaise Compaoré dont le responsable s’appelle Gilbert Diendéré. Non rien ne sera comme avant, surtout pas le nouveau Burkina avec Diendéré Gilbert et Blaise Compaorè. Les internautes pro-Blaise Compaoré et Gibert Diendéré sachent que le peuple est mûri avec les crimes et les ruses de ceux deux derniers. Encore une fois, RIEN NE SERA COMME AVANT.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 06:59, par houm En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    A mes devoirs mon general. Vous comprenez que la communication est un element important dans la gestion des institutions et des hommes ; malheureusement vous êtes très reservé et vous communiquez peu. C’est ce qui amène les gens la pluaprt du temps à vous diaboliser pour rien. Moi personnellement j’ai toujours cru à vos valeurs militaires et je vous demande très respectueusement de sortir de votre reserve. Personne plus que vous n
    atait bien placée pour passer ce message. Le RSP est un corps très utile pour la securité interieure et exterieure du pays surtout avec les menaces terroristes, travaillez donc à rendre les hommes respectueux des droits de l’homme et des institutions republicaines tout en veillant à accroitre leurs capacités operationnelles. SVP , tenez compte des autres corps de l’armée Burkinabè dans les avantages et la formation pour que chacun en fonction de ses capacités ait un bon profil de carrière. C’est vous qui pouvez faire regner la transparence et le merite dans l’armée et faire disparaitre le nepotisme, les nominations parents amis et connaissances, les tests de selection d’officiers organisés avec complaisance, les detournements des fonds destinés aux hommes. Votre contribution est attendue à la commission de reforme de l’Armée digne fils.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:10, par Secreto En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    un caporal peut gifler un général et il va serrer les fesses !!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:13, par terminator En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    je crois qu il aurait mieux fait de se taire d ailleurs il doit s éloigner de ce rsp.ce n est pas a lui de dire qui va régler le cas rsp gouvernement de transition ou nouvellement élu.la transition en a la compétence.il n est pas bon que ce régiment reste pour la sécurité du chef de l état même le nouveau élu grâce a l argent dont ils sont friands en fera ce qu il veut.avec le précédent régime ils ont prouves qu ils étaient a la solde d une famille et vous en tête mon général au détriment du pays sinon vous alliez lui faire entendre raison.chaque fois vous brandissez la menace sur la paix serait ce une menace voilée pour garder l impunité.vos réponses relation rsp armée de terre et cemga et j en passe Sont si ambiguë arracher des cheveux floue vous même vous ne vous en sortez pas .on a pas besoin du rsp pour la sécurité du chef de l état une unité de la gendarmerie pourra le faire eux sont mieux instruits histoire de cerveau pas seulement de muscles .le rsp bien forme et après qu est qu on devient rester a kossyam s embourgeoiser a ne rien faire ce ne sont plus des hommes de terrain ils faut qu il aille voir ailleurs nous voulons des hommes de terrain et non de palais.mon général j ai pris en compte vos conseils ou vos menaces sur la paix et je vous donne mon conseil rentrer dans les rangs.le respect ce n est pas seulement le garde a vous .vous vous grillez toujours la politesse au cemga pour bavarder au niveau de la presse internationale comme si vous étiez l autorité suprême.pour terminer même si vous nourrissez le secret espoir de voir triompher le cdp de votre femme et décider du sort du rsp je vous conseil de vous réveillez il fait jour.mettez vos compétences au service exclusivement du pays si vous êtes propre par rapport au crimes de sang.sinon on vous trouveras des successeurs comme Blaise votre mentor vous n êtes pas indispensable on est16 millions et dans ce lot retenez bien il y a mieux que vous.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:31, par Le penseur En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Même quand vous n’aimez pas le lièvre il faut reconnaître qu’il court vite.
    En tant que civil, je ne suis pas pour la dissolution du RSP ; c’est même une fierté pour moi d’avoir de telles valeureux soldats dans notre armée car dans toute armée qui se respecte il existe des corps d’élite.
    Les terroristes sont à nos portes et la compétence du RSP peut valablement servir. Vive ce corps d’élite dont je suis très fier en tant que Burkinabè .

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:35, par SOULY N. Stéphane En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Dans un de mes postes, j´avais dit que l´une des qualités du Général Gilbert Diendéré était le fait qu´il parlait très peu ou était discret. Cela lui a sans doute beaucoup servi mais parfois cela l´a aussi desservi. Ses explications sur la chaine de commandement relevant du domaine militaire ne peuvent bien être interprétées que par les spécialistes militaires. Vont-elles convaincre la majorité des Burkinabè ? Je n´en sais rien ! M´ont elles convaincu !? Pas du tout ! Mais je reconnais qu´il valait la peine de s´expliquer ou de vouloir communiquer. Cela est à son honneur, et je pense que le ton employé est aussi conciliant. Le Général Gilbert Diendéré a sans doute amélioré son image par cette explication, même si des anonymes se mettront de nouveau à l´insulter. Allons à l´essentiel :

    "Le RSP n´est pas une milice". Faux : Le RSP s´est toujours comporté comme une milice sous l´ancien régime et continue d´ailleurs de le faire, même s´il faut reconnaître que face à la colère populaire il essaie de faire profil bas ! Il y a l´image que le RSP veut présenter, mais il y a aussi la réalité !

    "Ce que j’ai à adresser à tous, aux OSC (Organisations de la société civile), aux autorités civiles et militaires, c’est un message de paix. Nous avons besoin de paix pour construire, développer notre pays. Lorsque vous regardez autour de nous, en Afrique et ailleurs, il y a des pays qui veulent bien avoir la paix comme le Burkina. il est important pour nous, quelles que soient nos divergences, quelle que soit la situation, de faire en sorte que nous puissions vivre ensemble en paix, sinon nous arriverons à des situations regrettables".

    Bien voilà ce qui peut nous rassurer, mais mon général souvenez vous que les situations regrettables que le Burkina a connues jusqu´ici le sont du fait des militaires ! Du moins les militaires ont toujours été le maillon visible de ces tragédies.
    Que dites-vous du 12 juin 1984 !?
    Que dites-vous du 15 octobre 1987 !?
    Que dites-vous du 18 septembre 1989 !?
    Que dites-vous enfin du 13 décembre 1998 !?
    Quel corps de l´armée a tiré sur les manifestants des 30 et 31 octobre 2014 !?

    Toutes ces dates et bien d´autres d´ailleurs ont été des situations bien regrettables. Aucun Burkinabè n´a été consulté à ces événements ! De l´impossible oubli à la simple difficulté de pardonner, la démarche est pourtant bien simple. Un processus de Réconciliation Nationale, où militaires et civiles regarderont avec les mêmes yeux (et la même volonté de faire table rase sur) notre passé douloureux ! Que notre armée apprenne à nouveau à parler aux Burkinabè.
    La Patrie ou la Mort, Nous vaincrons !
    SOULY N. Stéphane

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:35, par gon En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Qui sont ceux qui ont permis à ce sanguinaire de venir mettre sa salle gueule dans le micro de notre radio nationale ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 07:50, par jonassan En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    LA REVOLUTION RESTE A REFAIRE :
    Tout ca parce que la Transition s’accomode du RSP et que le parti qui viendra en fera son cheval de bataille. TRISTE SORT POUR UNE REVOLUTION.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:00, par yeswecan En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    S’il est vrai que la hiérarchie militaire doit être respectée, je voudrais aussi que le général nous dise qu’en ce qui le concerne cette règle ne s’applique pas. en effet , si effectivement le sinistre RSP dépendait de l’armée de terre qui, elle n’était pas dirigée par un général, comment se fait -il que lui même obéisse sans murmurer à un moins gradé que lui ?
    Ne nous insultez pas.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:01, par ce que je crois En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    sans le RSP pour protéger le PF , des sergents ou même des vigiles feront des coups d’ État ici au Burkina Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:01 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    La police et la gendarmerie peuvent assurer la securité des burkinabé, Le RSP ne sert à rien.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:03, par Kantigui En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    vraiment j’ai peur de cet homme là, connaît tu la paix toi ? vous avez tiré sur nos frères et sœurs lors des événements du 30 et 31 octobre pour permettre à votre soit disant Blaise de s’éterniser au pouvoir, tu as oublié ça et puis tu parle de paix, vous RSP je vous maudit jusqu’à ma mort, Dieu va vous faire payer aussi. Bande d’idiot

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:03, par taiwan En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    meme le college de sage a demande le dementelement du RSP

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:11, par ABOU En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je pense qu’après avoir été auteurs ou commanditaires d’enlèvements, de tortures, d’assassinats ou tout au moins avoir eu son nom mêlé à toutes ces atrocités pendant près de trois décennies, certaines personnes comme Gilbert Diendéré, Boureima Kéré, Georges Compaoré... devraient avoir le courage et la décence de demander leur mise en retraite afin que cette parenthèse de sang se referme à jamais dans notre pays. Imaginez la douleur des victimes ou parents des victimes à chaque que ces personnes ci-dessus citées passent à la télé ou à la radio, rappelant que c’est eux qui ont toujours le pouvoir. Il y a au sein du RSP des personnes dont les noms n’ont pas encore été associés aux crimes (Coulibaly et Nikièma par exemple à ce que je sache), ces personnes pourraient donc prendre les postes auxquelles le RSP tient tant.
    De plus, pendant qu’on y est, et après toutes les explications données par le RSP lui-même, pourquoi ne pas appeler maintenant ce corps le RFS (Régiment des Forces Spéciales) et qu’il se décolle de la présidence ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:15, par FACOLY En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le « tout puissant DIENDERE », « l’incontournable DIENDERE », « l’indéboulonnable DIENDERE », « le sphinx DIENDERE », etc. obligé aujourd’hui de s’expliquer sur la question du RSP. Vraiment, plus rien ne sera comme avant. Aussi, c’est qu’il y a du feu en la demeure et en bas c’est chaud. Et contrairement à ce que prétend DIENDERE, le RSP n’est pas homogène, il y a bel et bien des dissensions à l’interne.
    Je vous jure que DIENDERE est en mauvaise posture et il a compris aujourd’hui que c’est le peuple qui décide. Il a compris que s’il ne met pas la balle à terre, il sera obligé de quitter le Burkina en catimini comme son mentor. Il a compris la force réelle des OSC, des partis politiques et du peuple tout entier. Il a compris que le démantèlement du RSP est inéluctable, irréversible et imminent. La victoire du peuple sur le RSP est proche et il l’a si bien compris. La pression intérieure et extérieure pèse aujourd’hui sur ses frêles épaules qu’il est obligé de venir pleurnicher comme un bambin pour solliciter le maintien du RSP. Tu ne peux convaincre personne avec tes élucubrations. Les temps où tu étais le seul dieu à imposer ta volonté est révolu. Tu l’as compris mais un peu tard.
    Monsieur DIENDERE, le RSP s’est conduit en voyou et on ne peut le traiter que comme tel. Point barre. Le RSP a confirmé tout le mal que tout le peuple burkinabè (y compris le reste de l’armée et des forces de sécurité) pensait de lui, en empêchant la tenue d’un conseil des ministres. Le RSP a manqué de respect à nos institutions et au peuple tout entier. Et cela est intolérable. DIENDERE, aies un peu de décence et de respect pour ce peuple que ton régiment a passé 27 ans a martyrisé. Ton régiment est à l’origine des principaux malheurs de notre cher Burkina Faso (Thomas SANKARA, Norbert ZONGO, DABO Boukary, Oumarou Clément OUEDRAOGO, TALL Moctar, Guillaume SESSOUMA, etc.) en voulant protéger votre pauvre vie de misère.
    Aux jeunes militaires du RSP, démarquez-vous de cet individu aux mains souillées qui veut vous engager dans une lutte (déjà perdue d’avance) pour des desseins personnels inavoués. Rejoignez l’armée républicaine dans les différents camps pour partager vos compétences et vos expériences afin de faire de toute l’armée du Burkina une armée d’élite, comme l’armée tchadienne ! Dans le cas contraire, le jour venu, nous vous traiterons de la même manière.
    Que tu le veuilles ou non, monsieur le Général, la marche de l’histoire du Burkina est irréversible et la RSP sera démantelé. Dès à présent, facilitez la tâche au vaillant peuple du Burkina Faso en dégageant de Kosyam. Si vous vous entêtez, le peuple vous imposera sa volonté. Et de la pire des manières ! Vous êtes prévenus.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:16, par YETIBYETA En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon général, je veux bien vous croire : malheureusement il ya tellement de crimes impunis commandités par le RSP. Vous faites partie de ce corps depuis la révolution ; et ; en tant que capitaine à l’époque ; vous avez aussi créer des mécontents, sinon du désordre dans l’armée en mettant des colonels sous vos ordres : N’est ce pas ! Donc laisser ZIDA en paix conduire la transition.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:17, par Leforgeron En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je pense que nous arrivons au bout du tunnel. Pour quelqu’un qui ne parle pas, s’il commence à le faire, c’est un signe prémonitoire !!! Continuez de parler, peut-être aurons-nous droit à un bonus, par exemple sur l’identité du civil qui a fait incarcéré David Ouédraogo dans ta garnison !!!
    Prenons notre mal en patience jusqu’aux élections, car le Gral a été clair. Il n’y a que le Président démocratiquement élu qui pourra "décider de mon sort et de celui de mon RSP". Je me réjouis de constater que le Gral connait les textes de la constitution quand il le veut. Je voudrais juste demander au Gral d’éclairer ma lanterne si hiérarchiquement il est au dessus du Chef d’état major général des armées ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:19, par wonou En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Cet homme et le RSP sont dangereux pour la République et la démocratie. Dans quelle démocratie a-t-on besoin d’un corps de 1300 hommes hyper-entraînés, sélectionnés pour défendre un chef d’Etat démocratiquement élu ? Un corps dont les hommes ont tiré et tué des manifestants aux mains nues qui contestaient un projet de loi inspiré par le Président du Faso, projet de loi s’il était votée par une Assemblée nationale dominée par des députés qui ne juraient que par le même Président du Faso, maintiendrait jusqu’à ce que mort s’en suive la même personne aux pouvoir ? Si le RSP avait pour souci la défense des institutions il aurait dissuadé Blaise Compaoré de laisser tomber son projet qui déstabilisait les institutions de la République. Mais loin de là, le RSP ne protégeait que la personne de Blaise Compaoré et de son clan. La preuve c’est le RSP qui a organisé sa fuite, celle de son petit frère et celle de leur belle-mère. Prenons le général au mot qui affirme que les militaires sont soumis au pouvoir civil (si un lieutenant est ministre, je me mets au garde-vue). Si le président qui sera élu décide du démantèlement du RSP, celui-ci devra s’y soumettre. Je conclus par ce par quoi j’ai commencé : cet homme et le RSP sont dangereux pour la République et la démocratie.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:21 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon Général pour votre hauteur de vue et votre professionalisme. Ayant un peu travaillé à vos côtés et avec vos hommes, je peux attester de l’importance du maintien de ce regiment de sécurité présidentiel qui est chargé de protéger le Président en tant qu’institution de la république. Comme vous, mon Général, j’invite les uns et les autres à cultiver la paix et à se départir de cette haine viscérale inutile.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:23, par yambia En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pourquoi, le RSP refuse qu’on mute certains de leurs camarades ? Pourquoi ? Arrêtez de nous fatiguer

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:25, par Kantigui En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    je n’ai jamais détesté quelqu’un, mais je déteste Gilbert jusqu’à mort, vous avez voler le peuple pendant des années, que voulez vous de nous encore ? vraiment foutez le camp.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:28 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Votre plan B est mis en exergue ;faire peur a la population et reorganiser le retour probable de l’ex PF ;en juillet vous allez prendre en otage tous les ministres et MK et plonger le pays dans le chaos

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:32, par Thomas Bagre En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon Général pour l’éclaircissement, il faut que nous soyons très critique pour quoi que ce soit mais restons toujours dans la vérité selon tout sujet, pas de mauvaise foi à priori. De tout ce qui est dit par le Gal est oui ou non cohérent c’est de cela qu’il faut apprécier, ensuite le non respect de nos textes de lois, de la parole donnée qui nous crée ces situations. Que dis la Charte et la Constitution, est ce que les premières autorités les respectent, ont elles bien entendues et decriptée le message des 30 et 31 octobre 2014 ? Que toute décision dans la conduite de l’Etat soit toujours bien analysée pour l’intérêt commun. Beaucoup de manquement peut amener l’Etat à payer des réparations énormes après la transition. Respectons le droit, les lois, soyons véridique, évitons les procès d’intention à priori, jugeons avec sérénité et impartialité pour mieux vivre ensemble. Que Dieu nous vienne en aide

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:34, par Soutong Nooma En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Un adage que j’invite au sujet de ce "général" (grade que je qualifie de récompense d’amis), est qu’on ne prend pas un lion comme on prend un mouton, mais on finira toujours par le prendre. Blaise a fait fabriquer ce corps pour faire "toute-puissance", mais " a bèè ! Il y a trop de faits qui sont attribués au RSP, et Gilbert sait bien que si on démantèle ce corps, il finira très mal.

    Il est temps que le peuple reste vigilant pour le futur démantèlement de ce corps, sinon, comme l’a si bien dit le "général", nous arriverons à des situations déplorables (grâce à ce même RSP). NAA AN LARA, AN SAARA !!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:35, par Burkimbila En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ce monsieur me fait vraiment peur. Il agit comme un serpent. Tu ne saura jamais quand est-ce il va te mordre

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:36, par moustico En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Moi je suis contre le dementelement du rsp. je suis pour qu’il quitte le palais de kossyam. Le rsp n est pas un regiment de tueurs. Renseignez vous. Un militaire agit sous ordre et les brebis galeuses du rsp sont connues et ont été arrêtés . Arretez vos prejugements.... Burkinabės arrêtons de juger et de condamner hâtivement les autres.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:41, par le sage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    merci mon général pour tout ce que vous faites pour éclairer les citoyens de notre pays. je rappel à tous tous que la paix a un prix. le pardon, le dialogue, la réconciliation dans l’inclusion. nous sommes tous (homme en tenue et civile) des frères et sœurs, en sommes des burkinabè). nous sommes tous responsables de quelques manières du passée, du présent et de l’avenir de notre pays. mettons de coté, les jalousies, les considérations d’ordres politiques ethniques, religieux et personnelles. cultivons sans cesse, la tolérance, le pardon, l’écoute et le dialogue. notre pays a besoin de la paix pour se construire et assurer un avenir radieux à ses filles et fils.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:43 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Quand on ignore des choses je crois qu’il faut éviter de parler de ce qu’on ne maîtrise pas.
    Les Militaires et les spécialistes en stratégie Militaire peuvent nous dire si il faut oui ou non démanteler le RSP.
    Dans tous les pays, il y a des unités d’élite, ainsi même si ce ne sera pas le RSP il faudrait en créer une autre.
    Quand la haine est débordante il est souvent difficile de faire une analyse limpide des situations. Au moment ou les menaces terroristes sont persistantes partout des personnes, au nom de leur haine pour le régime du Blaiso, souhaite un démantèlement de notre corps d’élite. Et si quelque chose survenait pendant que ce corps est démantelé on fait quoi.
    Vous me direz que le reste de l’armée est là, mais est-elle organisée et préparée pour certaines situations ?

    Moi j’opterai plutôt pour une réorganisation s’il y a lieu.
    Il faut voir le PF comme une Institution et non comme une personnes physique il ne faut pas chercher à tout pris à détruire ce que ton ennemi à construit mais il faut savoir l’utiliser intelligemment pour ton compte

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:43, par lass En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le Général Gilbert Diendéré est la véritable gangrène de notre nation, tant qu’il sera aux commandes comme on peut le constater (manipulation de son RSP) on a toujours de quoi s’inquiéter pour la sécurité de ce pays. En effet le RSP est une milice qui a été formé pour la sécurité d’un seul individu déifié en la personne de blaise. Ce RSP a fait ses preuves dans les assassinants (David OUED. ,Norbert ZONGO, ......). Que DIEU TOUT PUISSANT aide le prochain gouvernement qui sera démocratiquement élu, a se séparer de ses assassins.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:44, par hehe En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    GENDARMERIE et POLICE NATIONALE pour la sécurité des institutions democratiques a venir comme le recommande le College des Sages.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:46, par Hakiliso En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Où étais tu quand le peuple réclamait le changement ? Tu n’as pas entendu son cri, tu veux que ce même peuple t’écoute maintenant ? Fallait y penser très tôt. Le RSP doit être démanteler si on veut avoir une armée unie et forte.Ce monsieur joue avec notre conscience comme il l’ont toujours fait au CDP, point de sincérité.Attention !! ce sont des loups déguisés en agneaux

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:50, par Maradona En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ce général Diendéré croit que sans le RSP, il n’a aucune vie sur terre. Le RSP sera demantelé pian ! Dans quel etat de droit un groupuscule de militaire s’insurge contre une nomination et arrive à imposer les personnes qu’ils veulent voir nommer à leur tête. C’est de l’insubordination et de l’indiscipline caractérisé. Ils doivent être sanctionné. KAFANDO l’a bien dit qu’il n’a pas besoin du RSP pour sa sécurité. C’est bien mieux de les envoyer combattre BOKOHARAM et à leur retour les valser dans les différentes garnisons. Point bare
    Vive la transition ! elle est légitime et les resultats qui seront déposés par le comité sont applicables par la transition, pas besoins d’attendre de nouvelles autorités pour son exécution.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:51, par Zoundi Emmanuel En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je pense que la sécurité de la présidence ne devait pas être nécessaire. Pour les hommes de RSP, bien formés ils,devaient garder nos frontières pour bien contrer le terrorisme, et protéger les institutions. La sécurité du président par ces hommes corrompe le libre jugement de quelconque président qui aura le désir de s’éterniser ; L’exemple de Compaoré Blaise en est évident. Vous chercher à vous protéger et protéger vos hommes que vous avez modeler pendant des années à vos fins égoïstes. Je vous le dits, le plus fort ne sera pas toujours fort. Blaise pensait qu’avec ses hommes de RSP il pouvait tout faire. Chaque RSP a une famille et je vous dits que la conscience humaine est le vrai juge. Parmi les RSP il y a toujours des hommes conscients qui vont encore vous étonnez comme le 30 avril. Nous la jeunesse, nous ne laissons aucun individu, aucune personnalité tronquer le pouvoir du peuple à des fins malicieux. On comprend maintenant que vous êtes devant les choses. Le passé de l’homme le rattrape toujours. fais tout pour que ton acte, ta philosophie, ne porte atteinte à nos institutions et à la morale si vous êtes sensé. Wait and see

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:54, par KABAKO En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    A l’internaute n°14 nommé jamanatigui. Mr si je peux te donner un conseil chaque matin avant de franchir la porte de ta maison dit dans la tête"plus jamais rien ne sera comme avant". La preuve est que la première sortie médiatique du général Gilbert depuis qu’il est au RSP. Si tu pense qu’en parlant ainsi, le général va l’appeler pour te glisser un chèque, tu te trompe. Aujourd’hui tout l’entourage de Blaise et étourdit au Burkina et ils ne savent plus ce que faire, ce qui explique de tel discours insensés. Je pense que personne n’a contesté la qualité du RSP mais seulement on ne veut plus qu’il garde notre président. Leur présence au coté de notre président constitue une insécurité par conséquent, on peut les trouver un camp à la sortie de Ouaga sur l’axe Kaya où il seront plus livre dans leur entrainement au lieu de rester en ville. Si le RSP est là pour la protection des Burkinabés pourquoi a t il tiré sur les manifestants le 30 et 31 octobre dernier. Je pense que Gilbert est à ces dernier jour ce qui l’amène à se débattre ainsi et toi petit ignorant qui croie que la corruption est toujours d’actualité en te mêlant pour de rien dire. Mon cher JAMANATIGUI mieux aller continuer tes avortement sinon tu n’aura rien des mains de ce général qui lui même se cherche actuellement. Pour le comprendre , demande lui où se trouve son épouse de Fatou djinguéré et tu comprendra.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:56, par Djaly En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Gétnéral : vous faites toujours planer le spectre de l’insécurité sur la tête des Burkinabè comme exactement votre Mentore Compaoré. C’est de la PURE Foutaise et du CHANTAGE que vous continuez de perpetuer. Vous pensez que vous etes indispensable et crains. Vous verrez très bientôt.
    Rappelez-vous que vous avez regné pâr l’épée : l’adage n’a pas été créé pour vous, mais il confirmera comme toujours sur vous. Vile Conscience.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 08:58 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    On a pas besoin d’un régiment pour assurer la sécurité d’un président qui n’a rien à se reprocher. Le RSP sera démantelé, n’en déplaise à ces généraux hommes d’affaires. Gilbert Diendéré, on se connaît sur le terrain des affaires (commerce) n’est-ce-pas ?

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:12, par francis En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général vous êtes un militaire tout fait et je dirai même un militaire complet. vous êtes aussi un fils du pays. je vous invite à garder votre ligne d’idées car c’est le moment pour notre armée et pour chaque corps militaire de remplir sa mission avec beaucoup de sérénité. s’il y a eu problème il faut aussi le reconnaître que c’était partout et à tous les niveaux. aujourd’hui avec la Transition, on sait rendu compte que ceux qui criaient dans la rue sont pires que certains de nos gouvernants que nous avons chassés.
    Donc aidons tous ceux de bonnes volontés comme le Général Gilbert qui sont prêt à se mettre à la disposition de tout Président démocratiquement élu pour toujours servir. On ne démantèle pas un corps d’élite, on lui attribue de nouvelles missions !!! tous les pays du monde ont UN CORPS D ’ELITE

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:14 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    blaise depuis la rci tire les ficeles et le gle repercute les ordres
    et voila des gens ki reprennent les choses en main

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:15, par ben sirac En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    DIENDERE LAISSE NOUS TRANQUILLE. C EST PARCE QUe ZIDA NE Fait plus votre affaire comme prevu auparavant que vous servez des propos pareil. 1300personnes et vous ns pompez l air. Qui du RSP A DEJA ETE INQUIETE POUR QUOI QUE CE SOIT ? ON VEUX PLUS DU RSP ! BLAISE =RSP=REgime compaore.
    RSP Dissoud !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:21, par Bon vent En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    "Après la transition,... Je me mettrai encore à la disposition des nouvelles autorités qui vont être élues démocratiquement. " C’est clair , il ne sera pas au moins candidat. Mais que répond-il quand François du Bénin le propose comme un des candidats du CDP lui qui est toujours dans l’armée ?
    "Mais dans le commandement militaire ... Ce n’est pas faisable." Quand Zida et le RSP ont brûlé la politesse au Chef d’état major , est-ce dans un cadre militaire ou civil. C’était un coup d’état donc ?
    "Il existe aussi pour la protection de toutes les institutions républicaines." Il peut au moins changer de dénomination, de tenues et de sites et ne plus recevoir les ordres du Chef d’état major particulier. Une anomalie dans une république depuis 27 ans. Le Général dit quoi ?
    Pour que nous puissions vivre en paix, il faut que les chefs du RSP nous indiquent au moins les tombes de nos parents.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:22, par Doumbia Amadou le sahelien En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général, je vous salu,et je suis fier de vous,car les OSC qui manifestes son des laches,achete par zida,Ibriga et Louada,je soutien le RSP,et demande au peuple de chercher a savoir le financement des OSC,car tros ces tros,il y a des hommes integre dans se pays comme le Professeur Yonaba,et d’autres bien connu au faso,pas de chercher de poste de nomination,au lieu d’eduquer les jeunes au respect de la chosse pulique,et etre polie envers les plus agée,vous les poussés a incendiée des maison des responsables CDP et alliées,ainsi,que les bâtiments de l’etat.J’accuse les OSC d’etre les premier reponsable,car à nos jours aucun OSC,n’a dénoncer ces actes et demander une enquête,s’il y a pas la Justice il y’aura la froudre sur ses personnes concernés.A bon attenteur salue.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:24, par l’éclairé En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ce type veut nous tromper. Pensez-vous que ZIDA ignore les règles de commandement ? Ce type a raconté n’importe quoi !!! En nommant un Commandant tous gradés supérieurs à lui devait quitter le RSP et rejoindre l’Etat major général ; c’est pas difficile à comprendre.De toute façon Diendéré lui-même était affecté au camp Guillaume ; est-il parti la-bas ? Qu’il cesse de nous prendre pour bêtes. TCHRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRRR

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:24, par Le sombrero En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Il est temps de dire quelques mots à ce monsieur "général". Cher monsieur ne vous croyez pas plus intelligent ni plus informé que les autres ; de tout ce qu’on dit de vous de qualités humaines ou militaires, vous savez bien qu’il n’en est rien. Vous avez juste profité d’une position pour cultiver ce mythe autour de vous et faumenté la crise de 2011 pour vous emparer des armes des autres garnisons parce que vous sentiez que le mythe s’effritait et vu que 2015 s’approchait, par peur que vos camarades ne vous règlent les comptes après, il fallait que vous déteniez désormais toute la puissance de feu pour continuer d’entretenir ce mythe, c’est tout. Maintenant venons en à vos réponses. Quand HONORE a été nommé CEMGA, quel grade avait-il ? Il n’y avait pas dans cette armée des généraux de brigade ou de division ? Et pourtant cela est passé comme lettre à la poste. Quand vous dites que ces soldats envoyés au RSP sont sélectionnés depuis la formation initiale, je vous réponds archi faux et vous le savez : vous choisissez "vos gars" pour leur dévouement. Vous dites aussi que le RSP reçoit les instructions du Chef d’état major particulier et plus loin de l’armée de terre pour les missions traditionnelles. Vous vous dites général et je ne vous apprendrai rien en disant que la première valeur de l’armée c’est la discipline et partant le respect de la hiérarchie. Dans ce cas précis, on ne peut quand même pas recevoir des ordres de 2 chefs différents autrement il y a un goulot d’étranglement quelque part et vous savez ce qui s’en suit. Vous même, vous avez été nommé au camp Guillaume, avez vous jamais pris fonction ? Et pourtant vous dites que vous serrez les fesses devant un ministre, fût-il lieutenat. Vous voyez bien qu’il y a là une contradiction entre vos faits et vos paroles. Pour conclure je vais vous inviter à dire la vérité à l’opinion publique : ce RSP vous échappe à tous, politiques comme militaires. Personne, pas même vous, ne peut s’aventurer à dire des mots qui pourraient frustrer ces soldats parce qu’il se mettrait lui même en danger. Il était question d’annuler toutes les affectations, pourquoi la vôtre est restée lettre morte ? Parce que vous savez le danger qu’il y a désormais avec ce corps et vous avez préféré décliner de revenir en incitant votre KERE à refaire surface ; tout ça en fin stratège pour continuer d’activer en sous marin sans pour autant être soupçonné. Et pourtant on le sait tous. vous êtes contre le démantèlement de ce corps, vosu ne pouvez que le dire sinon ...n’gaw ; sachez que c’est ce même corps qui va vous emporter. Vous avez créé un monstre que vous ne maîtrisez plus, voilà la vérité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:26, par SS 20 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Quel poste de commandement occupe le général Diendéré aujourd’hui pour parler du RSP en ces moments bruyamment troubles de ce corps militaire ? Est il toujours de ce corps pour adopter cette attitude de condescendance !? Toujours est il que le peuple dans sa grande majorité veut le redéploiement des missions de ce régiment à d’autres fins autre que la sécurité présidentielle. Le meilleur remède aux coups d’états militaires c’est la bonne gouvernance après des élections libres et transparentes.
    Après tout , où sont les hauts faits de ce RSP là même ! si ce n’est parader avec des tenues impeccables et des engins dissuasifs dans nos rues ou violenter les paisibles populations .

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:26 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    dans un pays où règne la démocratie, on n’a pas besoin de corps spécial pour la sécurité du Président. c’est le rôle de la gendarmerie et de la police. pour le respect que je vous doit mon général, évitez de défendre ce qu’il ne faut. vos propos montrent que vous êtes toujours à la direction du RSP. Le Gouvernement doit prendre des mesures idoines pour ces genres d’hommes qui constituent des menaces pour la nation. c’est des complices de compaoré, et il est temps le Gouvernement prenne des mesures pour lancer un mandat d’arrêt international contre ce régime déchu. s’il y a aussi des complices dans le gouvernement qu’il nous dise la vérité. c’est ces mêmes personnes qui sont là et pourrissent l’atmosphère du pays. les propos du général sont menaçants. Mais on le met en garde.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:34, par Camara En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Même le maître absolu de la SS, Chef der Deutschen Polizei Heinrich Himmler a gazé des millions de juifs au nom de la paix du peuple allemand. Et comme c’est curieux de constater que le refrain de la paix a été chanté par tous les grands criminels qu’a connu ce monde

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:40, par thenewcomer En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général, chaque fois que je vous rencontre, j’ai toujours un pincement au cœur ; comment un monsieur si bien a pu se laisser embobiner dans de sales affaires ? Parce que vraiment vous me plaisez avec votre petit sourire discret en coin. Mais je pense que si vous restez loyal tous vos" petits péchés" vous seront certainement pardonnés. Je vous aime bien, mais je ne peux m’empêcher de croire que vous avez participé à des "p’tits coups fourrés". .Excellent militaire, gentleman, discret, mais tout de même un peu........Aidez le pays à demeurer en paix et que The Almighty God bless you. You seem to be a good guy all the same.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:40, par sida En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    il a peur c’est son arme le RSP il sera désarmé sans le RSP . le vrai criminel s’est démasqué. IL EST A BOUT DE FORCE . C’EST LE VRAI DANGER CE GENERAL LA . Qu’il crie ou qu’il chante la paix Le RSP sera réorienté . On vera réaction après ; LE PEUPLE est là devant lui . vous trouvez Normal qu’un président qui démissionne soit accompagné hors du pays par la garde présidentielle ? Le général cache quelque chose. Mais il oublie que la fin a sonné

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:44, par tanga tegawinde En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    ce qui me dérange , est que dans toutes vos communications nul part le rsp ne reconnais que bloquer le fonctionnement des institutions ils sont allés trop loin . soyez plus humble et demandez pardon au peuple burkinabè que vous avez offensé . c’est par là que commence la paix dont vous parlez . au lieu de nous menacer de situation regrettable .

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:45, par FRANCKY En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    On n’a pas besoin d’une armée spéciale pour un chef d’état mon général,à moins qu’on qu’on ait quelque chose à se repprocher. Ah bon mon général,c’est maintenant que vous savez que la paix est une précieuse chose. J’en ai honte

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 09:49, par kansma En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pourquoi mon GÉNÉRAL TROIS ÉTOILES s’est éclipser rapidement pour laisser la place à un moins gradé .C’est toujours dans l’armée.

    Répondre à ce message

  • Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:19, par Silmande En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis indifferents par rapport à Diendiere, je ne sais pas si je dois l’aimer ou pas. Mais ce qui est sur il a le merite d’etre clair dans ses propos et le courage d’affronter les situations difficiles comme les premieres heures de l’insurrection. J’attends alors qu’il nous prouve encore sa sincerité car quoiqu’on fait il y’aura toujours l’ombre de Blaise que l’on verra sur lui.

    Courage et contribuer à sauver le Burkina car c’est à ce prix que vous aurez votre redemption totale aux yeux des Burkinabè.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:20, par YAMIS En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis désolé mon Gal. Un président élu démocratiquement n’a pas besoin du RSP. Celui qui en avait besoin avait peur d’un coup d’Etat puisqu’il est venu au pouvoir par cette voie. Le collège des sages avait déjà fait un travail qui clarifiait qu’on a pas besoin du RSP a la présidence. Le comité mis en place va discuter de quoi encore. Soyons sérieux, le RSP tel qu’il est aujourd’hui n’a pas sa place dans la république. Et parlant de paix, si la paix c’est favoriser certains crimes dans l’impunité c’est que nous préférons la guerre. C’est à l’issue de cette guerre que nous construirons un état démocratique. La stratégie de faire peur en disant que la paix est menacée si on fait telle ou telle chose ne nous effraie plus. Je condamne votre hypocrisie avec la dernière energie

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:20, par tinto En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    mon général c’est mieux de te taire.tu es entrain de regretter ta loyauté a messieurs compaore.ce ne pas toi qui doit démontrer l’importance du rsp.depuis le 30 octobre personne n’a demander le départ de la gendarmerie ou de la police.le rsp a été tellement bien forme qu’il est l’unité qui détient la palme des crimes les plus odieux de l’histoire de notre pays.pardon mon général mais nous voulons pas des tueurs a gaz encore a kosyam.celui qui viendra en 2015 et celui qui est la pour la transition ne sont pas des gents qui ont tues leurs amis pour s’installer.mon général repose toi en paix attend le jugement de dieu.le peuple a déjà rendu son verdict.nous n’allons plus jamais te permettre de nous tuer pour avoir les benedictions de blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:23, par Paulin En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Questions : Le Général Diendere fait-il toujours partie du RSP ?
    Si oui, alors il se fait commander maintenant par un Colonel major (Boureima Kere) ; donc le problème de hiérarchie militaire demeure....
    Si non, alors pourquoi parle-t-il au nom du RSP s’il n’en ait plus membre ?
    Réflexion : Ce n’est pas la première fois que l’autorité change et nomme de nouveaux chefs au RSP. Pourquoi cette fois-ci on n’a pas accepté ? Le refus d’obéir, la volonté d’imposer les hommes qu’on veut (y/c par la force) n’est-il pas une preuve de rébellion ? En s’exprimant ainsi publiquement, le Général Diendere a bien fait : il a fait tomber le masque. D’ailleurs on le savait déjà ; maintenant on a les preuves de son grand rôle. Que Dieu nous aide !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:25, par Le maître En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je pense que le général Djendiere a été très courtois dans ses propos et que ne serait-ce que pour cela l’on lui doit du respect dans nos réactions. Mon général, le fait d’interpeller directement le ministre de la défense et premier ministre sans passer par votre hiérarchie qui est l’état major de l’armée de terre constitue un, acte d’lndiscipline.Deuxieme remarque : l’opinion publique accepte mal l’idée selon laquelle certains dans votre troupe ont obeit à un ou des civiles pour tuer des leaders politiques pour de l’argent sans que les officiers comme vous ignoriez.Vous etes un des meilleurs officiers de plan après le regretté colonel Saye Zerbo quand même. Le problème de hiérarchie dans le corps laba ne date pas d’aujourd’hui ; Souvenez vous du temps ou Hyacinthe faisait la loi laba entre lui et vous y avait pas respect ; Donc c’est bien de sortir de votre légendaire silence mais acceptez un ré déploiement et un changement de statut ou de mission dans une autre localité qui vous conviendra. En suite que les soldats sous officiers et officiers qui seront épinglé par la justice dans le cadre des crimes se rendent gentillement au parquet et que les honnêtes commandos continuent votre remarquable boulot à vous confié par la republique. Pas de solidarité de corps ; chacun assume son passé. Alors qu’on ne parle plus de démantèlement mais ré déploiement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:27, par YAMIS En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis désolé mon Gal. Un président élu démocratiquement n’a pas besoin du RSP. Celui qui en avait besoin avait peur d’un coup d’Etat puisqu’il est venu au pouvoir par cette voie. Le collège des sages avait déjà fait un travail qui clarifiait qu’on a pas besoin du RSP a la présidence. Le comité mis en place va discuter de quoi encore. Soyons sérieux, le RSP tel qu’il est aujourd’hui n’a pas sa place dans la république. Et parlant de paix, si la paix c’est favoriser certains crimes dans l’impunité c’est que nous préférons la guerre. C’est à l’issue de cette guerre que nous construirons un état démocratique. La stratégie de faire peur en disant que la paix est menacée si on fait telle ou telle chose ne nous effraie plus. Je condamne votre hypocrisie avec la dernière energie

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:27, par baodazemsgo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Dans les textes de l’armée, il existe cette phrase : "la fonction prime le grade" ! Si ma compréhension est bonne, c’est bien parce qu’il peut arriver qu’un moins gradé soit nommé dans l’armée a une fonction alors que dans l’unité il existe des personnes plus gradées.

    De plus, le démantèlement souhaité du RSP, serait à mon sens plus un redéploiement, la définition de nouvelles missions qui correspondent plus à la spécialité de ce corps. La protection des institutions républicaines incombent à la gendarmerie et à la police ; elles peuvent le faire et cela sans risque de prise d’otage.

    Je perçois aussi comme une menace à peine voilée d’affirmer que ce sont les nouvelles autorités élues qui auront à plancher sur le sort du RSP ; non, les réformes sont du fait de la transition et je voudrais en appeler à la plus grande vigilance des OSC et partis politiques pour que les réformes priment même sur des élections sinon nous risquons de nous être insurgés pour rien. Réformes politiques et sociales, réformes de la justice, réformes de l’armée. Cela c’est le socle de la réfondation de notre nation pour garantir son unité sa pérennité, sa paix et son développement. N’acceptons pas les intimidations d’où qu’elles viennent sans quoi notre action accoucherait d’une souris. En avant pour les réformes avec le peuple comme seul maître à bord sous la conduite des autorités de la transition. Toute autre gesticulation est vouée à l’échec ! Basta !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:28 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Tout ça c’est français longueur mon general. Le démentelement du RSP ne se discute meme pas. C’est la volonté générale populaire qui le réclame et l’exige. ça n’a rien a voir avec ZIDA. ça ne sert a rien de faire de la résistance inutile. Sinon, gare au syndrome Amadou Ayat Sanogo. (il est ou en ce moment ??)

    Meme si Zida est issu de ce corp d’élite, il ne fait que appliquer la volonté populaire issue de l’insurection d’octobre dernier.
    De quel droit vous vous arroger pour decider ce que la transition peut ou ne peut pas faire ??
    Arretez de penser que c’est un gouvernement démocratiquement élu qui va decider du sort du RSP. NON. C’est la volonté populaire qui va decider du sort du RSP.
    "Le chien et sa queue se suivieent. Quand le chien s’en va, sa queue ne peut rester..
    Blaise est parti. Tout son syteme et staff vomi par le people, ne peut le survivre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:30 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Avant toute chose analysons les forces et les faiblesses du RSP avant de demander son démantèlement ou non.
    Je pense que dans un Etat il faut un corps d’ élite dans l’ armée pour sécuriser la population et nos frontières. Tenez compte de l’ actualité Etat islamique, Terroristes, Bokoum Haram...........

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:40, par jack bauer En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    "...sinon nous arriverons à des situations regrettables" le message est bel et bien claire, on sait qui contrôle le RSP. Ni le Plaisantins de PM ni le Pantin de PF n’y changeront rien. Blaise est toujours au contrôle...Une pensée pour ces pauvres âmes tombées les 30 et 31 pour rien......... Webmaster laisse moi m’exprimer y’a quoi ????

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:43, par TT En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci Général pour l’éclaircissement.
    Travaillons à préserver la paix dans ce pays.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:44, par le sage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon general, ns avons besoin de personnes comme vs pr diriger notre pays, vs etes un homme responsable, un grd dirigeant. Longue vie a toi et a tte ta famille

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:48, par Jamanatigui En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Kantigui : tu déteste Gilbert ? Il t’a fais quoi pour mériter une haine de ta part ? N’est pas mieux de te décharger de ce fardeau ? Tu déteste quelqu’un qui ne sait même pas que tu existe sur cette terre et ce n’est pas parce que tu le déteste qu’il va se suicider pour t faire plaisir. Tu ne fais que te faire souffrir cadeau. Beaucoup des Burkinabé sont à ton image. Ils ont été intoxiqués moralement et nourrissent des haines envers les autres sans cause. Attend qu’il te cause d’abord des dommages avant de le détester et non détester sur la base des ont dit.

    Facoly : Si Diéndéré était un homme qui fuyait ses responsabilité il allait le faire depuis le 30 octobre. Il n’est pas cette catégorie d’home qui fuit et tu dois le savoir. S’il n’a pas fuit ce n’est pas parce qu’il a manqué d’occasion pour fuir. Non. C’est un officier supérieur, un vrai donc qui s’assume. Tu parles de dissension interne au RSP sans le démontrer. Même s’il y’a des dissensions ses éléments ont quand même fait front contre la dissolution et jusque là le dernier mot leu revient n’en déplaise aux rêveurs.

    Le RSP est l’œuvre de vie de Dienderé et il est tout à fait juste qu’il s’oppose à ce qu’on détruise en une année ce qu’il a construit pendant des décennies. C’est une question de survie et il le soutien d’une partie des Burkinabé.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 10:49, par Crazy Angel En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Puisque le gal est si attaché aux institutions, pourrait-il nous dire quelle (s) est (sont celle(s) qui prévoit que le PF doit avoir une armée avec un chef d’État-major particulier hors hiérarchie ? « …le RSP reçoit les instructions du chef d’État-major particulier qui a une couverture beaucoup plus large et une responsabilité à ce niveau ». Si nous attendons les nouvelles institutions et qu’elles se comportent comme votre mentor vous nous trouverez sur votre route. Qu’allez-vous faire ? Nous tirer encore dessus ? On ne peut pas imposer à une protection forcée. Où vous croyez-vous ? En Sicile ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:00 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon GENERAL Merci pour cet entretien mais je pense que vous qui êtes à la base de nos problèmes. ZIDA ne fait que vous imiter. N’est ce pas vous qui avez contraint le GENERAL HONORE TRAORE à céder la place au lieutenant colonel ZIDA avec la complicité de certains OSC (Hervé OUATTARA et compagnies) ???? Vous avez détournez notre révolution au profit du RSP et nous en souffrons énormément vu tout ce qui se passe actuellement avec votre ZIDA. Voilà qu’il nourrit d’autres ambitions et réussit même à monter la société civile contre vous et le RSP comme si lui n’est pas issu du RSP. Mon GENERAL vous avez manqué beaucoup d’occasion d’être un héro nationale ; à chaque fois, vous avez privilégié vos propres intérêts au détriment des intérêts de la masse. Je suis croyante et je sais que "on fait son propre bonheur en offrant le bonheur à autrui" . Vous aurez dû privilégié le bonheur de la masse, de nous pauvres populations qui avons tant souffert des années blaises et vous n’en serez pas là à gérer cette situation aujourd’hui.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:00 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je crois que le Gl Gilbert Diendéré (GGD) tente de ruser avec le Peuple burkinabè comme lui et Blaise l’ont fait 27 ans durant, mais nous ne sommes plus naïfs. Si, par contre, il est sincère, je douterai alors de son patriotisme, particulièrement dans sa capacité à faire passer l’intérêt national avant ses intérêts personnels. Je dis cela parce qu’il y a une grave incohérence dans ce qu’il défend.
    - Il dit que « Le RSP est un corps spécial qui dépend de l’Armée de terre qui elle-même dépend de l’État-major général des armées. Ce corps spécial est mis à la disposition de la présidence du Faso pour remplir les missions de protection des institutions républicaines et d’autres missions telles que la lutte anti-terroriste. Au niveau de la présidence, le RSP reçoit les instructions du chef d’État-major particulier de la présidence du Faso. »
    - Ainsi, il trouve normal que le RSP qui dépend de l’État-major général des armées puisse recevoir aussi des instructions du chef d’État-major particulier de la présidence. Il y a ici un problème dans la chaine de commandement : si les instructions données au RSP par les deux États-majors (de l’armée et de la présidence) sont contradictoires, à qui le RSP doit-il ou va-t-il choisir d’obéir ? Ce problème n’est pas un simple cas d’école : les 28, 29, 30 et 31 octobre 2014, à quel État-major le RSP a-t-il obéi : à Blaise ou à l’État-major général des armées ? Qui ont-il protégé : Blaise ou la nation burkinabè et son peuple ?
    - Il y a une double source au problème que pose le RSP dans sa configuration actuelle :
    1- il y a le problème de sa localisation : pourquoi le RSP à la présidence du Faso ? A-t-on besoin d’une telle proximité qui, à mon avis, est une véritable promiscuité très nocive qui permet indûment au RSP de se mettre sous l’ombrelle du Président du Faso, chef suprême des armées, pour échapper à la tutelle normale de l’État-major des armées du Faso. Il est donc urgent de mettre fin à cette promiscuité par la délocalisation du RSP, loin de la Présidence du Faso. D’ailleurs, dans leur communiqué en forme de mémoire en défense, ils ont évoqué le cas des éléments du RSP qui ont été manipulé par le frère du président pour accomplir de basses besognes pour de l’argent dans l’affaire David Ouédraogo et le drame de Sapouy. On sait bien que si le camp du RSP n’était pas à la Présidence du Faso, ni le frère du président Blaise, ni aucun autre civil du clan présidentiel n’aurait pu facilement s’y introduire ou avoir sous la main des soldats de l’armée nationale pour accomplir leur volonté dans le dos de la hiérarchie militaire. Si le RSP ne veut pas de changement et préfère rester et se complaire dans cette promiscuité, cela voudrait dire alors qu’il souhaite rester au service d’intérêts particuliers que l’on pourrait camoufler sous l’appellation "missions spéciales". Le GGD dit qu’il n’y a pas eu d’intrusion dans la salle du Conseil des ministres mais qu’il n’y en aurait eu que l’intention. Je lui fais remarque qu’une telle intention est déjà coupable puisque c’est l’absence du 1er ministre qui, prévenu ne s’y est pas rendu, que les soldats ne l’y ont pas rejoint. Cette intention n’a été possible et réalisable qu’à cause de cette promiscuité entre pouvoir politique et troupes armées. Qu’en sera-t-il quand des soldats du RSP voudront un jour attenter à la liberté et/ou à la vie du président et/ou des membres du gouvernement. Ce corps d’élite n’a pas sa place à proximité de la présidence, sinon il est une source d’insécurité pour toute la nation.
    2- il y a aussi l’autre problème lié au fait que le RSP reçoit des instructions de l’État-major particulier de la présidence. Le président du Faso est le chef suprême de toutes les armées, mais il doit travailler avec l’État-major des armées qui assure l’unité institutionnelle et l’unité d’action de la seule et unique armée nationale. L’État-major de la présidence n’est pas une instance de commandement de l’armée, mais une instance de conseil du président du Faso en matière militaire. Le président n’a pas à donner directement des ordres aux troupes militaires sans passer par le commandement normal de l’Armée nationale. Il faut donc que l’État-major de la présidence s’attache à la présidence du Faso et non à un quelconque régiment qu’il commanderait. Il ne doit donc pas commander le RSP et le président du Faso peut alors choisir le militaire qu’il veut, quelque que soit son rang dans la hiérarchie militaire pour être son conseillé militaire particulier, sans que cela provoque un trouble dans la chaine de commandement et de la hiérarchie militaire. Il faut cette réforme qui va préserver le RSP d’un commandement parallèle qui fait de lui "une armée présidentielle" dans l’armée nationale ; et même pire, le RSP est un régiment au service du bon vouloir de celui qui se trouve être élu Président du Faso. On imagine facilement la gravité du problème dans le cas où le PF ferait preuve de dérives dictatoriales, comme ce fut le cas avec Blaise Compaoré. L’armée est une force nationale sous les ordres du PF, mais l’État-major général des armées est un vrai contre-pouvoir républicain au service de la démocratie et qui met toute la nation à l’abri d’éventuelles crises de folie du PF qui voudrait utiliser abusivement la force militaire de l’Armée nationale.
    Nous avons besoin d’une armée républicaine encore mieux structurée. Le RSP ne doit pas être la seule trouve d’élite de notre armée : il faut en créer encore, si la défense de la patrie l’exige. Le RSP ne doit pas être la seule troupe garante de la paix nationale : ce serait une injure pour le reste de l’armée nationale qui n’aurait plus de raison d’être. Quelles sont ces missions dites "spéciales" dont l’ordre d’exécution donnée par le PF serait tellement secret au point de pas devoir passé par le chef de l’État-major général des armées, ainsi contourné par le conseillé militaire du PF érigé en chef d’État-major de "l’armée présidentielle". Nous ne sommes pas dans un État d’urgence pour que le PF commande par lui-même des troupes militaires. Sous le régime de Blaise, nous étions en réalité dans un régime d’exception qui ne disait pas son nom et la démocratie et l’État de droit n’était qu’une apparence (trompeuse pour ceux qui n’étaient pas très observateurs). Ce régime-là a disparu, mettons donc fin à ses dérives : que l’État-major de la présidence arrête de commander des régiments militaire et de se prendre ainsi pour l’État-major général des Armées.

    D’ailleurs, pourquoi ne pas faire partir le RSP dans un autre camp et céder le leur à l’État-major général des armées dont la mission est de mettre toutes les armées en ordre et de coopérer avec le PF pour le commandement de l’Armée nationale : alors, au lieu d’un RSP de promiscuité, l’État-major général des armées pourra ouvrir en son sein la section "missions spéciales" qui sera mieux encadrée par le commandement général de l’Armée. Il n’y a pas besoin d’un commandement parallèle pour des troupes d’élites. C’est maintenant, pendant la Transition qu’il faut délocaliser le RSP et le mettre sous les ordres uniquement de l’État-major générale des armées et réduit le rôle de l’État-major particulier du PF à son rôle d’expert militaire conseillé du PF sans troupes à commander. Sinon, celui qui sera élu peut être tenté de faire comme Blaise, en s’appuyant sur le RSP. Non, « plus rien ne sera comme avant » et il ne faut laisser aucune chance aux anti-démocrates de reprendre la main.

    Webmaster : laisser passer

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:03 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Blaise, votre excellence a été capitaine à notre connaissance. Tu a gravé tous les échelon, mais en tant que Président et Capitaine tu as été sous ses ordres durant 27 ans.
    Vous vous trompez d’époque, parce que l’armée n’a pas été inventée par vous. Sans vous le Burkina aura une armée.
    A l’époque les gens du CDP nous traitaient d’aigri, alors vous aussi, soyez prudent dans vos déclarations pour ne pas entrer dans l’histoire avec une tache noire.
    Quand Blaise prenait le pouvoir par les armes, il n’avait jamais imaginé, pas même vous les stratèges et les hommes les plus renseignés du pays, qu’un jour il quittera le pouvoir par la rue.
    Rappel : les nations ont un devoir d’ingratitude vis à vis de leurs dirigeants. Le dirigeant doit tout au pays, mais le pays ne doit rien au dirigeant.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:15, par lesage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le ton martial avec lequel le GENERAL précise qu’il revient au gouvernement démocratiquement élu de la suite à donner au devenir du RSP me laisse perplexe. Et pour cause ? On lance au peuple un os intitulé "commission" juste pour amuser la gélérie. Et on fait comprendre que même si dans 3 mois les résultats de ces travaux de refléxion sont disponibles, cela n’engage que ceux qui croient au PERE NOEL. En un mot, le GENERAL est claire, ils seront là vaille que vaille, quitte à endeuiller des familles au besoin. Oui pour les nobles et nombreuses missions dévolues au "RSP". Mais pour l’avenir, il importe que les nouvelles attributions de ce corps d’élite ne prennent plus en compte la sécurité du Chef de l’Etat. Que la sécurité des institutions de la république y compris le Président du Faso soit assuré par ce GRAND CORPS ET NOBLE D’ELITE qu’est la GENDARMERIE NATIONALE. Mon GENERAL, le RSP changera alors de dénomination (pourquoi pas le RCIR pour Régiment Commando d’Intervention Rapide) et pour l’instant aidez nous à combattre l’insécurité dans toutes les régions du Burkina (notamment à l’Est)

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:24 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon GENERAL Merci pour cet entretien mais je pense que vous qui êtes à la base de nos problèmes. ZIDA ne fait que vous imiter. N’est ce pas vous qui avez contraint le GENERAL HONORE TRAORE à céder la place au lieutenant colonel ZIDA avec la complicité de certains OSC (Hervé OUATTARA et compagnies) ???? Vous avez détournez notre révolution au profit du RSP et nous en souffrons énormément vu tout ce qui se passe aujourd’hui avec votre ZIDA. Voilà qu’il nourrit d’autres ambitions et cherche même à vous éliminer .
    Mon GENERAL vous avez manqué beaucoup d’occasion d’être un héro nationale ; à chaque fois, vous avez privilégié vos propres intérêts au détriment des intérêts de la masse.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:29, par Nabiiga En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le RSP se spécialise non seulement dans l’art stratégique militaire tel qu’on souhaite nous faire comprendre, mais aussi et surtout dans l’art de déception médiatique. Il y a quelques semaines de cela, un porte-parole nous renseignait sur les mérits et le fonctionnnement de ce corps ; il nous a tout renseigné sauf l’essentiel : en l’occurence, le sang coulé entre les mains de RSP. Comme si cela ne nous a pas assez offensé, voilà que Gilbert, lui-même, épicentre de ce corps, ose offenser notre intélligence collective. Tout ce qu’il a dit manque de logique et sérieusement.

    Compatriotes, n’oublions pas que notre pays est pauvre. Personne ne peut le nier. Malgré cette pauvreté, le contribuable burkina s’est payé le luxe d’entretenir un corps militaire hautement entraîné tel que Gilbert souhait nous faire comprendre, rien que pour protéger l’institution républicaine qu’est la présidence. Quelle est la facture de cet entraînement, de ses équipements, son entretien et j’en passe, et tout cela rien que pour protéger la présidence ?

    Oui, en effet, le RSP part de temps en temps en mission ci et là, mais à ce que lamda burkinabè le sache, le RSP est souvent parti en mission contre les contribuable qui le soutient. Vrai ou faux ? L’opération de Sapouy n’était-elle pas de mission, les différents opérations en plein centre-ville de Ouaga, n’étaient-elles pas de mission. Alorsm quand tu fais des sorties médiatiques de ce genre, il ne faut pas croire que les gens ne vont s’assoir pas pour analyser chaque mot, chaque verbe que tu utilises dans ce que tu dis. Étant général, nous aurions souhaité que tu jettes la lumière sur tous les crimes imputés à ton RSP ( ne serais que les confirmer ou les nier) mais de te contenter pour nous parler combien les éléments de ce régiments sont disciplinés et entraînés, (entraînés pour nous mâter, disciplinés pour ne pas refuser les ordres pour éliminer des compatriotes et des opposants politiques, oui) en dit long sur ton honnêté, ta capacité de déception et de dissimulation et, personnellement, j’aurais souhaité que tu ne dises rien car en effet, et tout le monde le sait, tu en sais beaucoup. S’il faut nous parler, parle nous de ce que tu sais, s’il te plaît., Merci

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:29, par langostar En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    de toute façon un pyromane ne change jamais,il sais pourquoi il fait semblant d’accepter sinon comment comprendre qu’une partie de l’armée confisque le pouvoir acquit par le peuple au péril de sa vie ?le général se voit rattraper par ses différentes magouilles dans les guerres comme celles du Liberia,les diamants de sawimbi etc ou les soldats de l’armée de terre qu’il considère p comme des moins que rien.en tout cas tout se paie sur cette terre.sinon comment comprendre que dans une armée dite républicaine on parle d’indiscipline,encore plus un groupuscule livre un message de revendication sans passer par leur hiérarchie.Dienderé même est indiscipliné sinon il ne devrait pas laisser passer le message sans passer par son responsable puisqu’il ne peut dire que personne ne le commande.il n’a qu’a apprêté l’argent des vétérans de guerre du Liberia par le dossier va ré ouvrir.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 11:36, par KADELO En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je suis au garde de vous mon Général…. Merci pour votre intervention très claire. Mais je vous préfèrerais silencieux « PAS D’EXPLICATIONS A DONNER A QUI QUE SE SOIT » car vous êtes face a des manipulés et des gens qui refusent de voir, on ne peut pas réveiller quelqu’un qui ne dort pas. Merci pour la dernière phrase qui permet à ceux qui ne comprennent rien de comprendre.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:01, par Omar En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Les propos de ce fameux général fait froid au dos ! C’est le même scénario toujours, que le peuple burkinabè veuille ou pas l’article 37 sera modifié pour permettre à Blaise Compaoré de se présenter pour la paix. Et le peuple en a décidé autrement.
    De même, pour le General, que les burkinabè le veuillent ou pas, le RSP restera comme garde présidentielle. C’est vraiment étonnent pour un burkinabè qui prétend travailler pour les intérêts des Burkina, ait de tels propos.
    Dès lors que le peuple burkinabè n’en veut pas, que le général soit d’accord ou pas, ce RSP sera démantelé sinon ce même peuple sera dans l’obligation de sortir de nouveau. Je crois que votre notion de paix est simplement un faux fuyant. Vous avez peur ! Tous les chefs du RSP qui ont du sang dans les mains ont peur de leur passé criminel.
    Sankara n’a même pas eu le temps de former un corps d’élite pour sa garde rapprochée, et vous et Blaise l’avez démantelée et même tuer plusieurs des hommes qui la composaient. Personne au Burkina ne l’a oublié ce sanglant carnage à l’école de Police. Pourquoi aujourd’hui vous ventez les bienfaits d’un corps d’élite pour la protection du président. Vous n’êtes ni sérieux encore moins honnêtes.
    L’Argentine, le Chili, le Cambodge et autres pays, les peuples ont finalement eu raison de ces unités d’élite qui ont terroriste les populations. Aujourd’hui les répondants bien que vieux sont soit juger ou soit en prison. Un individu ne peut survivre au peuple. Tôt ou tard la vérité sortira et justice se fera, que ce soit pour Fidel Guébré, Somé Yorian Gabriel.. Thomas Sankara, Henri Zongo, Lingani jusqu’au dernier malheureux juge Hébié.
    Le RSP ne servira pas de cache sexe ! Le RSP doit faire une introspection et surtout que ceux qui n’ont pas commis de crime ne se fassent pas manipuler par des criminels. La loi sera très dure pour ceux qui entravent à la justice. Si cette justice ne peut l’être aujourd’hui elle pourra l’être demain. Attention les jeunes du RSP, la justice est éternelle !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:12, par Andjaba Taara En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    #2, si le grade est si hyperimportant,chez les RSPriens, pourquoi avoir coiffe un General au poteau pour une Lt- Colonel ? Donc, quand ca les arrange on brule la politesse aux plus galonnes et quand ca ne leas arrange pas on sort la preseance des grades ? Ca n’ a pas de sens. Le RSP veut continuwer a nous diriger et c’ est fini, ca. Il faut que ces voyous le sachent.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:13, par enobad En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    HE MON VIEUX VA TE REPOSE TU N’ES PAS UNIQUE Y A DES JEUNES KI PEUVENT BIEN TE REMPLACER.FO PA PROVOQUER LE PEUPLE

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:19, par soldat integre En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    merci à l’internaute n°99 qui a compris que la mutinerie de 2011 avait été fomentée dans l’unique but d’avoir des raisons suffisantes pour désarmer les autres garnisons. Quant à ceux qui pensent que le RSP ne peut pas être redéployé je dirai que c’est simplement absurde. Avant 2011 tous les jeunes militaires faisaient un passage à Po pour l’initiation aux techniques commando. Aujourd’hui seul le RSP continue à bénéficier de cette formation. Savez vous pourquoi ? Parce le Centre qui s’occupait de cette formation a été dissout et le personnel redéployé. le site est lui même devenu la propriété du RSP qui y forment ses éléments.Savez vous qui dispense cette formation au RSP ? Ce sont les anciens du centre qui ont été muté au RSP .Le RPC Dedougou à été dissout ainsi que beaucoup de régiments d’infanterie commando. Pour s’amender on nous créé des RIA qui n’existe que de nom sans moyens .Au regard de cela ,qui dans ce pays a dit quoi pour s’opposer à cette manœuvre qui avait pour but de fragiliser toute l’armée au profit du RSP. Aujourd’hui , même le général vante le RSP. Mais la question est de savoir qui est responsable de ce déséquilibre ? chers compatriotes dites nous pourquoi l’armement ne peut pas revenir dans les casernes et reste jusqu’à présent la propriété exclusive du RSP. En tout cas si nous voulons que le RSP nous respecte rendez nous nos armes et pour le reste vous verrez de vos propres yeux. j’en veux terriblement aux soi- distants officiers qui ont troqué leurs valeurs militaires contre l’argent, les V8 , les honneurs militaires etc.
    N’eût été leur complicité et leur peur bleue du général je ne vois pas comment le RSP pourrait aujourd’hui se foutre de notre pays. A défaut de pouvoir récupérer les armes qui sont au RSP que l’État burkinabé nous trouve d’autres armes et le reste on verra. Certains diront que cela est utopique mais moi je dis que c’est réaliste et réalisable.Autrement même le président démocratiquement élu ne pourra rien contre le RSP quand bien même il disposerait de la légitimité.et de la légalité. En clair le problème du RSP c’est tout de suite et maintenant.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:29 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    BONJOUR MON GENERAL.TRES FIER DE VOUS LIRE ET AUSSI DE VOUS AVOIR COMME CADRE DE L’ARMEE DE MON PAYS.NOUS PRIONS TOUS LE BON DIEU POUR LA PAIX POUR NOTRE CHERE PATRIE. LES PARLENT DE VOUS EN MAL PARCQUE TOUT SIMPLEMENT ILS NE VOUS CONNAISSENT PAS ASSEZ OU PAR MEPRIS OU ENCORE PAR PUR MECHANCHETE. JE NE DIS PAS QUE VOUS ETES LE SEUL OFFICIER LES PLUS STRATEGE DE NOTRE ARMEE MAIS ILS RECONNAITRONT LA VALEUR DES FESSES LORQU’ILS AOURONT ENVI DE S’ASSOIR.COURAGE ET QUE DIEU VOUS BENISSE.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:49, par BF En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Jamanatigui ce n’est pas rien qu’une partie du peuple qui soutient le peuple mais la majorité du peuple car ces bonbons osc pensent qu’ils font le peuple et que dire de soit disant intellectuels de waga qui pensent qu’ils sont mieux illuminés pour dire ce qui est bon pour nous. Fort malheureusement l’intelligence n’est pas la chose la mieux partagée. Vive le RSP Mon générale on est (peuple) au garde à vous

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:51, par Bouglass En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je me demande pourquoi autant de sorties pour défendre le rsp. Le général veut assurer ses arrières avant de se jeter dans l’arène du combat politique. Tout finira par se savoir.

    Je me demande pourquoi autant de sorties pour défendre le rsp. Le général veut assurer ses arrières avant de se jeter dans l’arène du combat politique. Tout finira par se savoir.

    Je me demande pourquoi autant de sorties pour défendre le rsp. Le général veut assurer ses arrières avant de se jeter dans l’arène du combat politique. Tout finira par se savoir.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 12:59, par WEOGO Boungnega En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le general est entouka un vrai stratège : beaucoup de fumigènes pour masquer les choses. Mais tu dois savoir que tu n’es pas le seul a être intelligent ici au Faso.
    Ce que le peuple veut savoir c’est qu’est ce qu’il ya dans les pseudo tombes de Dagnoen ? Où est la tombe de DABO Boukary ? Qui sont les commanditaires et exécutants (au sein du RSP) des assassinats politiques, empoisonnements, enlèvements, séquestrations, tortures et disparitions de personnes sous votre règne avec Blaise Compaoré ??. A combien s’élève votre fortune personnelle et comment vous l’avez obtenue ?? Voici des sujets qui intéressent le peuple laborieux,intègre et digne du B.F. Si vos étoiles de Général sont celles d’un officier digne et non des étoiles mafieuses acquises pour des actes délictueux et obscurs, je vous met au défi de passer à l’antenne (en direct) pour qu’on en cause. Le tout n’est pas d’être intelligent, l’intelligence suprême c’est de savoir au service de quelle cause l’on met son intelligence !!!
    par TOBDANO

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 13:32, par article 37 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Personnellement je souhaiterai savoir quelle guerre et quelle école de de guerre a fait Gilbert pour être un général aujourd’hui ???
    Un peu comme les grands médecins qui se distinguent par leurs écoles ?

    Désolé, le temps des états militaires et policiers a cédé sa place à l’état civil et laïc. Vivement un Burkina démilitarisé.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 13:36 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    « Les plus importantes (revendications) étaient le retour d’un certain nombre d’officiers qui avaient été mutés ou qui étaient en voie d’être mutés dans certains corps ». On est où là ? Dans l’armée ou dans un bordel ? Depuis quand des soldats désignent leurs chefs ? Même chez les civiles cela est impensable ! Impossible ! Inadmissible ! Les civiles refusent un chef mais ne réclament pas un chef.
    L’armée, c’est d’abord la discipline et le respect de la hiérarchie. Là, le Général nous dit qu’il n’y a plus de discipline ou de hiérarchie au RSP. La preuve, la Troupe n’est pas commandée, mais c’est la troupe qui commande. Raison supplémentaire pour le dissoudre. Même dans le règne animal, le troupeau est conduit.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 13:42, par Danton En réponse à : Je ne demande qu’à croire,général !

    Général Diendéré,
    Je ne voudrais pas avoir l’air de vous contredire par principe, mais il est bon que nous soyions objectif. Vous êtes un officier que j’apprécie sur un certain plan,, mais vos arguments ici sont laconiques. Parlant de grades,comment pouvez -vous nous expliquer alors qu’un officier supérieur(lieutenant-colonel Zida ) puisse ravir la préséance à un officier général (Général de division H.N Traoré) pour assumer la fonction laissée vacante par Blaise Compaoré ? N y a-t-il pas une règle (non écrite ) qui veut que ce soit l’officier en activité le plus ancien dans le grade le plus élevé qui assume cette responsabilité en attendant de retourner le pouvoir aux civils ? Vu sous cet angle, Robert Djiguemdé était l’homme de la situation, parce qu’étant le gal de Division le plus ancien ; mais vu que l’homme goûte peu à la chose politique et aux honneurs, se considérant plus comme scientifique que comme militaire, Dominique Guienguéré était celui qui devait prendre la place de Blaise ! Lougué et Ali Traoré sont à la retraite.
    Que vous veniez nous expliquer que le respect de la hiérarchie est le principe directeur de la marche d’une armée , on est d’accord, on l savait déjà d’ailleurs. Mais là déjà votre propos pêche. Gal Diendéré, niez-vous avoir imposé d’une façon ou d’une autre votre homme, le Lt-col Zida à la lace du Gal de Division H.N Traoré le 31 Oct à la réunion de l’Etat-major ?
    Une autre chose qui m’intrigue est la posture dans laquelle vous sous mettez vous-même aux yeux des Burkinabé:on a l’impression que vous ne vous exprimez pas comme un Gal ordinaire de l’armée Burkinabé qui a été mis en mission au RSP par l’EMGA, mais plutôt comme un officier particulier du RSP à qui l’EMGA et les autorités de la transition doivent trouver le point de chute le plus approprié, ou le plus convenable à votre goût : venant de vous, cela me décoit beaucoup. Que diriez-vous si on vous avait nommé Chef d’Etat-Major Général à la place du Gal Zagré ? Auriez-vous accepté cela ? J’en doute, parce que vous avez tellement fait corps avec ce RSP que vous_même, Gilbert Diendéré, êtes devenu un problème auquel l’Etat-major est en train de se couper les cheveux en quatre pour trouver la solution. Moi je crois que seul le politique trouvera à terme une solution à l’équation Diendéré et RSP, mais pas l’armée burkinabé,dans sa configuration actuelle que nous connaissons. La solution effectivement, ce sera après 2015. Parce que je ne vois pas qui "redéploiera" G. Diendéré actuellement, en dehors du Président Kafando lui_même Zida a le pouvoir de le faire, en tant que Ministre de la Défense,mais le Gal le prendrait comme un affront. Il aurait été mieux à mon avis que vous soyiez nommé Chef d’Etat-major de l’Armée de Terre...La vous auriez eu toute la latitude de réorganiser le RSP et lui assigner de nouvelles attributtions ; ce Régiment a sa place dans l’armée burkinabé, ne serait-ce que par les éloges que vous en faites, mais il faudrait qu’il se délocalise de la Présidence et qu’il ne soit plus vu comme une armée au service de qui que ce soit.

    Que Dieu veille sur le Burkina Faso !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 13:46, par MADEES En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    le général a raison dans ses propos, mais ce qu’il oublie est que l’armée est une institution républicaine et qu’elle doit vaille que vaille, advienne que pourra s’en remettre au Président de la république. Ce faisant , RSP ne peut pas prendre l’engagement tout seul d’empêcher la tenue du conseil des ministres, ce n’est pas en démocratie.la réaction a été unilatérale.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 13:53, par EL KABOR En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je crois que certaines têtes au RSP n’inspirent plus confiance.je crois aussi que ZIDA crois bien faire en nomment des gens nouveaux dont les noms ne sont pas cités dans des crimes de sang.Peut être même qu’en écartant les personnes qui ne font pas l’unanimité au RSP et en lui assignant de nouvelles prérogatives y compris la sécurité du président, en renforçant sa capacité opérationnelles,et en délocalisant le gros de la troupe ailleurs qu’à Kosyam,la tension retomberait aussitôt.Ainsi les éléments d’élites de ce corps plus les éléments d’élites de la gendarmerie plus les éléments d’élites de la police seront regrouper pour former une section de protection des hautes personnalités et de réaction rapide face aux grandes menaces.L’armée n’interviendrait qu’en dernier ressort.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:04, par kbk En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le président du Faso c’est l’individu
    La présidence du Faso c’est l’institution

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:07, par RANCE En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Vraiment ce Gilbert pense qu’il est Dieu sur le Burkina et qu’il va continuer à faire la pluie et le beau temps avec sa milice formée, payée avec nos revenus et son Zida qu’il nous a imposé. Mais le Seigneur a commencé son jugement lui et sa bande de voyous et il va le terminer proprement, car le dernier mot revient à Dieu seul.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:11, par Gafaaré En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon Général, vous avez oublié de former votre troupe d’élite à la vie en Démocratie. Il faut leur dire qu’en République, pour parler au Premier Ministre, il faut partir à la Primature et demander audience. On peut même faire « Lettre ouverte ». On n’a pas besoin de couper pas un Conseil des Ministres pour revendiquer.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:12, par Gafaaré En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    -  le RSP est cauchemar des Burkinabé,
    -  le RSP est l’insécurité des Burkinabé,
    -  le RSP est l’Ebola du Burkina Faso,
    -  le RSP est le diable du Burkina Faso
    -  les Burkinabé ont la HAINE du RSP,
    -  le RSP est une HONTE NATIONALE
    VITE LA DISSOLUTION DE CE MONTRE

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:13, par DEL DANTESS En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon Général j’ose croire à votre sincérité mais le RSP m’a toujours fait peur pas pour ma vie. Mais pour le bon fonctionnement des institutions bien que le RSP ai été créé avec des missions noble, il a outre passé pour se mettre à la disposition des intérêts claniques. Le collège des sages avait recommandé sa dissolution car ne répondant plus à ses missions Encore merci général

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:25, par RANCE En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Intervenant n°122, tu dis que le RSP est l’oeuvre de Gilbert, je n’en disconviens pas, mais il à construit cette oeuvre avec SON argent ou l’argent du peuple ??? Cette milice est l’oeuvre de Blaise fait avec l’argent du peuple pour tuer ce même peuple. Y’EN NA MARRRR !!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:42, par ouedraogo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    je voudrais seulement faire savoir au GAL ceci : la mort d’un chien condamne ses puces à la flamme.Il a donc intérêt que le RSP perdure pour sauver aussi sa vie émaillée de sadisme.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:50, par mr En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Vous tous qui n’ont la haine en vs .contunier ca vs ronger vos cervo.
    La ne donne pas boulot ou development.
    Fonc arrettont ...vs penser qu’ont gouverner ds cette pagaille pour developper.
    Verifier les infos sur les autres pays voisin ou pas ils sont entrain
    d’avancer.....rester la avec la haine .prochain classement des pays en development burkina dernier.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:55, par pipo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    bonjours à tous !
    j’invite tous ceux qui sont pour le démantèlement du RSP à insister la dessus mais rappeler des propos du professeur BADO : le pire est devant nous avec de tel comportement ; continuons ainsi et le temps lui donnera raison ;
    depuis la nuit des temps, l’armée à toujours été, est et restera hiérarchisée. sans ça, bonjour les dégâts énormes ! comment on peu imaginer un caporale pouvoir commander un général !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 14:58 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    il faut toute suite arrêter le Général car il menace le peuple dans sa dernière phrase. qu’il sache que plus rien ne sera encore comme avant. vous RSP vous avez terni l’image de notre armée par votre implication à tous les coups fourrés du régime Compaoré. la dissolution du RSP ne se négocie pas mon Général.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:04, par TIE En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je remercie le Gal de sortir nous donner des explications sur le cas du RSP. Cependant je voudrais savoir à quel titre nous parle t-il du RSP ? Est-ce lui le chef d’état major particulier de ce corps en ce moment ? Si le RSP n’est pas un armée dans armée, pourquoi peut-il s’imposer à nos institutions et perturber la tenue du conseil des ministres ? Si aujourd’hui, il soutient ce remu ménage au sein du RSP pour imposer la nomination des chefs dont il a besoin, c’est qu’il en sait trop de cette mise en oeuvre. Car, des hommes de rang ne peuvent se soulever sans ordre de leur chef. Etant le créateur du RSP, son ombre y plane toujours. Je suis pas contre la personne du Gal encore moins le RSP, donc il est vraiment temps que les bons militaires du RSP se demarquent et en denonçant les brebis galeuses pour qu’ils répondent de leurs actes. Que le Gal nous donne les vrai raisons de la création de ce corps et pourquoi les commandos de Pô et de Dédougou n’existent plus ? pourquoi avoir délocaliser ces commandos à Ouagadougou ? Ces commandos sont plus utiles à nos frontières que dans la capitale. Si réellement le Gal est sincère de ce qu’il dit être à la diposition de la tansition, il aurait fait pofile bas et rejoindre le camp guillaume son nouveau poste d’affectation et faire profiter de son expéience aux autres militaires pour le bonheur de la nation. je ne doute pas non plus de la capacité d’élite dont il est question. Mais un corps d’élite militaire ne revendique pas de perdiem car son salaire represente ce qu’il fait comme travail et comme tout autre militaire de l’armée en générale

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:16, par escone En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Voyez, vous avez beau être fort militairement, vous restez un mortel faillible. Vous vous êtes trahi tout au long de l’interview à travers certains propos, mais votre dernière phrase a tout révélé de vous. DIEU qui a permis que la forfaiture de votre maître ne passe pas agira encore en temps opportun pour que des "situations regrettables" dans le sens de ce que le général "Ali Baba de secrets macabres" pourrait penser n’arrive pas au Burkina Faso. La paix subsistera par la Grâce de l’ETERNEL DIEU DE LA PAIX. IL est aussi l’ETERNEL DIEU DES ARMEES, CELUI QUI écrasera les militaires RSP ainsi que leurs maîtres tapis dans l’ombre qui voudront compromettre la paix dans ce pays pour sauvegarder leurs intérêts.
    Avant Blaise COMPAORE, il n’y avait pas de RSP avec autant de moyens, de liberté, de suffisance, et qui pouvait se permettre d’aller chercher un premier ministre en plein conseil des ministres pour lui demander des comptes. Vous parlez de respect de la hiérarchie ? Où est le respect de la hiérarchie ici quand des membres du RSP vont demander au Premier Ministre de le suivre, fusse-t-il un membre de leur corps ? Qui a donné cet ordre ? Vous, Général "Ali Baba de secrets macabres", vous n’avez en réalité aucun égard pour les autorités de la transition actuelle. Si non, les militaires du RSP n’auraient pas fait cet affront au Président Michel Kafando. Parce qu’en définitive, c’est lui le chef suprême des armées. "Vos" hommes à travers leurs attitudes sont des dangers pour ce pays. Un véritable danger devant l’histoire qui est en train de se répéter. La preuve, selon la version que vous et votre maître avez servie sur le massacre du Président SANKARA et ses compagnons d’infortune, l’initiative (de « légitime défense ») était des hommes eux-mêmes, et la situation est devenue incontrôlable. L’histoire, on la connaît, puisque après cette "initiative" des « hommes », qui a conduit à la mort d’un chef d’Etat et de plus d’une dizaine de personne pour ne pas laisser de témoin, personne n’a été arrêté, bien au contraire.
    Voulez-vous jurer, monsieur, que vous ne contrôlez pas vos hommes ? Si c’est le cas, c’est la preuve qu’il faut dissoudre de toute urgence ce régiment indiscipliné malgré les talents de ses membres.
    S i ce n’est pas le cas, si vous les maîtrisez, c’est donc clair que c’est vous entre autres qui tirez les ficelles. Dans ces conditions, c’est vous mêmes qu’on devrait mettre de toute urgence à la touche, et je pèse mes mots. Car selon moi, depuis qu’on vous a revu après l’insurrection, le pays est en instabilité totale. Vous avez fait suffisamment de ces jeunes des assassins. Ca suffit. !!!! Ces jeunes, avec leur formation, peuvent être utilisés plus sainement.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:20, par FACOLY En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Jamanatigui, ton mentor DIENDERE n’est plus ce "tout puissant " dont tu crois être. S’il avait toujours sa puissance d’antan, hautin qu’il est, il ne serait pas passé à la radio nationale pour s’expliquer. Il garderait son mutisme habituel. On dit que si tu vois le poisson sortir de l’eau, c’est qu’en bas c’est chaud. Pauvre Jamanatigui, ton général n’est aujourd’hui qu’un vieux lion édenté qui cherche à protéger ses arrières en s’appuyant sur des de petits loups innocents que sont les jeunes militaires du RSP. Qu’il le veuille ou non, le RSP sera démanteler. On n’a pas eu peur du maître, ce sont pas les ouvriers qui vont nous effrayer. Hiiiiiiiiii

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:28, par Raogo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    "Ce que j’ai à adresser à tous, aux OSC (Organisations de la société civile), aux autorités civiles et militaires, c’est un message de paix. Nous avons besoin de paix pour construire, développer notre pays. Lorsque vous regardez autour de nous, en Afrique et ailleurs, il y a des pays qui veulent bien avoir la paix comme le Burkina. il est important pour nous, quelles que soient nos divergences, quelle que soit la situation, de faire en sorte que nous puissions vivre ensemble en paix, sinon nous arriverons à des situations regrettables."
    Au nom de la paix !
    Vive l’impunité
    Vive les meurtres et assassinant politique en série
    Vive les passe droits

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:31 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible » PAR OFG

    Tout ça c’est bon. Mon souhait est qu’on attribut une autre fonction( LA LUTTE CONTRE LE BANDITISME) au RSP pour que la population vive dans la tranquillité.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:33, par Raogo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Comprennes qui veut braves ! Citoyens et Citoyennes du Burkina Faso !
    "Si vous voulez la paix dans ce pays dit des Hommes intègres ! Burkinabé foutez moi la paix." Gal Gilbert DIENDERRE

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:36, par Raogo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Comprennes qui veut braves ! Citoyens et Citoyennes du Burkina Faso !
    "Si vous voulez la paix dans ce pays dit des Hommes intègres ! Burkinabé foutez moi la paix." Gal Gilbert DIENDERRE

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:39, par somed En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ah ! diendéré le taciturne parle. Signe des temps c’est chaud pour tout le monde meme ceux qui s’enfermait dans le secret defense. Le RSP est le plus loquace de tous les corps. Du courage mon général on va savoir sur ceux qui s’est passé à koudougou et a bobo au camp en 2011. Continuez mon general vous allez tout nous dire sur thomas sankara, lingani, henri zongo, sabné koundaba, dabo, cessouma,zoromé à yako où mme etait député, le caporal koné, norbert zongo............ votre memoire reviendra et vous nous direz tout.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:42, par Aly En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le masque commence à tomber petit à petit. M. le futur candidat s’entraine à la com. Mais sachez qu’au Burkina, l’image du RSP dans l’opinion publique est très mauvaise, sinon même très sale. Et vous êtes mieux placés que moi pour le savoir. Par ailleurs, arrêtez de vouloir nous faire croire que le rôle d’une armée, c’est de défendre le président de la république. Sachez que cela n’est valable que dans les république bananière comme du temps de blaise. Sinon, dans les démocratie qui se respectent et où il y a de grands hommes, point besoin de l’armée pour assurer la sécurité du président. Je serai d’avis avec vous si vous précisiez que l’armée peut intervenir de façon circonstanciée, en cas de besoin, mais pas de manière permanente comme le RSP l’a toujours fait.
    Un autre point que vous avez volontairement tu, et pour cause : François compaoré était-il aussi une institution de la république au point d’être gardé par les éléments du RSP. Sinon, à quel titre l’était-il ?
    Par ailleurs, vous n’avez pas non plus abordé la question de la délocalisation du RSP. Le Budget national a construit un palais présidentiel et non un camp militaire.
    Je reviens sur certaines propositions que j’avais déjà faites. Car on n’a pas besoin d’être expert en stratégie militaire pour comprendre que le contexte sous-régional actuel nous oblige à conserver ce corps. Du reste, l’histoire nous enseigne que les meilleurs stratèges n’ont pas toujours été des militaires, mais des ingénieurs civils.
    1) Pas besoins de démanteler le RSP. Il devra recevoir un autre nom avec de nouvelles missions.
    2) Le nouveau régiment devra être délocalisé et de préférence vers des zones à haut risque, et le Burkina n’en manque pas.
    3) Tous les éléments du RSP au passé sale doivent en être extirpés, car comme je l’ai déjà dit, l’HONNEUR EST AUSSI UN AUTRE NOM DU SOLDAT.
    Pour terminer, je dis aux uns et aux autres : soyons humbles. Le temps où "si tu fais on te ait et il n’y a rien" est résolument derrière nous. Ce qui ne l’aurait pas encore compris l’apprendront à leurs dépends car nous sommes maintenant au temps de la justice (national, africaine et CPI). Le temps de la barbarie est révolu, grâce à la jeunesse aux mains nues d’octobre 2014. Nous sommes au temps des moeurs civilisées et non des enlèvements, tortures et assassinats.
    La solution pour le RSP est très simple et facile à mettre en oeuvre. Seulement, certains veulent nous donner l’impression que c’est trop compliqué, trop difficile, au point de créer une commission la-dessus. C’est un précédent dangereux que les autorités de la Transition sont entrain de créer. Est-ce à dire que désormais ce sont des commissions qui vont gérer les régiments de notre armée. Soyons stratège, visionnaire, pour l’intérêt du peuple Burkinabè. C’est dommage que pour leurs petits intérêts, certaines personnes à qui l’on accordait de la grandeur se révèlent tout simplement de minables petites personnes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:50, par DENKO En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Général, vos derniers propos, est-ce des conseils ou des menaces ? Si ce sont des conseils, nous vous rappelons que le peuple burkinabè n’a aucun conseil à recevoir , surtout pas de vous et de votre RSP. Gardez les pour vous, vos familles en auraient besoins. Si ce sont des menaces, général, rassurez-vous que le peuple n’a peur de personne, pas surtout de votre piètre personne. Le peuple n’a également pas peur de la mort, il l’a démontré à travers l’insurrection populaire. Notre détermination est telle que toutes les armées combinées du monde ne pourraient rien face à la prise en charge par le peuple burkinabè de son destin. Ce n’est pas une milice d’un millier de personne qui pourront venir à bout de notre combat. Il est vaudrait mieux pour vous et vos acolytes de disparaître avant que la colère du peuple ne s’abatte sur vous. A bon entendeur, salut !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:51, par Sidpasata Veritas En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    En fait, les gens du RSP n’ont même pas conscience de toute la souffrance que leurs "petites" et "grandes" missions spéciales commandées par Blaise et son entourage on fait subir à la population du Burkina. Raison pour laquelle ils pensent pouvoir retourner l’opinion par leur communication qui ne va pas au fond du problème.
    Général GD, vous parler de sécurité des institutions et paradoxalement c’est le mouvement d’humeur du RSP qui a été la cause de l’interruption et du la non tenue du conseil de ministre convoqué et présidé par le chef de l’État, chef suprême des armées : Quelle indiscipline !!
    Si on ajoute à cela la protection que le RSP (ses chefs) a tenu à assurer à Blaise au prix du sang des Burkinabè et même jusqu’à accompagner ce président déchu dans on exil (en CI) et ses voyages (Maroc) à l’étranger, on se demande quel sens vous avez de la protection des institutions de la république.
    Le RSP dans sa forme actuelle configurée sous le régime de Blaise, a été une calamité pour le Burkina, il est temps de le réformer, et de lui donner une autre destination et un autre commandement. Il va sans dire que tous les criminels qui s’y cacheraient devrait répondre à la Justice. Le peuple ne laissera pas ce monstre ravager encore plus nos population et l’unité de notre armée nationale : c’est une question de vie ou de mort !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:56, par lesage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Avec Richard Gere qui disait : ’’On peut vous donner tous les conseils du monde, certaines leçons ne s’apprennent qu’avec des chutes et des coups .’’, je voudrais m’interroger sur le statut actuel du GENERAL au sein de notre armée nationale suite à cette sortie. Toutes les affectations concernant les élements du RSP, quelle est la place du GENERAL au sein de cette unité ? A t il eu l’autorisation du Chef d’Etat Major Général de l’armée dont il releve ? Si oui tant mieux ! Et si non adieu le principe sacro saint du respect de la hiérarchie militaire. Mon GENERAL, si vous aimez vraiment ce pays et êtes vraiment soucieux de la sécurité des fils et filles de ce pays, autorisez le toilettage en profondeur de ce RSP (extirper des rangs de ce régiement les faisseurs de veuves et d’orphelins au pays des hommes intégres) et évitez par des mots à peine voiler de menacer ceux qui oseront que vos missions soient rédefinies. Vous du RSP êtes un corps d’élites (sans la noblesse), soit on vous le concéde, car les moyens ont été mis à votre disposition pour cela. Mais je ne vous apprends rien en vous rappelant qu’il existe un CORPS NOBLE D’ELITE, qu’est la GENDARMERIE qui n"a pas besoin de justifier sa neutralité comme vous tentez en vain de le prouver pour le RSP. Aussi permettez à la GENDARMERIE d’assurer la sécurité des institutions et aidez nous à traquer les bandits de garnd chemin, assurez la sécurité à nos frontières pour éviter que des élements incontrolés, nostalgiques d’un retour du camarade ’HOMME FORT’ ne viennent à vouloir troubler notre sommeil.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:57, par Dr Francois RAMDE En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je crois que depuis 1966, l’armée a toujours dirigé ce pays.
    Les civils se laissent distraire par des querelles intestines de l’armée.
    Le vrai problème , c’est l’intrusion de l’armée dans la vis politique du pays. Un point un trait.
    Les partis politiques doivent s’accorder en demandant simplement le retour de l’armée dans les casernes.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 15:58, par Ouedraogo K En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    J’arrive toujours pas a comprendre en qualite de quoi et comment ce monsieur-ci continue a faire des declarations comme il veut et surprenant des qu’il y a des troubles on va le consulter, alors que le consulter c’est tout comme consulter Blaise Compaore. Quans Blaise a ete chasse du pouvoir le peuple aurait du aller jusqu’au bout et demanteler le RSP en meme temps. Le 2eme piege qui aurait du etre evite c’est de n’avoir pas du accepter un militaire comme 1er ministre, les militaires tout corps confondu aime les coups d’etats. le 3eme piege dont personne ne parle vraiment zephirin Zabre, Roch Kabore suivent et suivront toujours les ordres des Francais et Americains, je peux vous affirmer qu’un jour ou l’autre le peuple sortira massivement encore, qui vivra verra.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 16:06, par dieu est aussi contre En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon général, j’espère qu’avec rupture du silence nous saurons enfin qui a tiré à bout portant sur thomas SANKARA, quel rôle tu a joué dans la mort de Norbert ZONGO, de Clément Oumarou OUEDRAOGO, de Dabo Boukary, etc. Démontre-nous comment les choses se sont passées et demontre- nous que tu n’es pas un criminel danger de la république ? Sans ça, je pense pas que tu es pardonné, même ta province natale ne te pardonnera pas tant que tu ne feras pas la lumière sur les morts de Thomas SANKARA, SABA Christophe (ton frère et si tu sais de quoi je parle), de TENKODOGO Mitikieta, de Soré Paténéma, de Clément Oumarou Ouédraogo. Dis-nous comment ta femme et l’ex-maire de Yako ont torturé à mort ZOROM Kodga. Dieu ne te laissera pas comme ça, tu vas payer, payer et payer ... Je suis un proche des victimes de tes tueries et je suis né dans la même maternité que toi, Thomas, Zida. Fais attention tu es fini, fini, fini..... Si tu ne paye pas, tes enfants vont payer.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 16:13, par tanga tegawinde En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Hé vous du rsp permettez au peuple de dire que vous êtes bien a la sécurité présidentiel . ce n’est pas a vous même de chanter sur tous les toits que vous, vous êtes bons rien que pour servir a la présidence anguis sous roche .

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 16:50 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    La paix dans notre Faso viendra avec la dissolution de ton RSP. C’est lui qui est à la base de toutes les tueries comme celles des 30 et 31 octobre 2014. Si tu nous veux la paix, commence par accepter que l’on démantèle ton RSP qui a fait tant de mal et endeuiller plusieurs familles.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 16:50, par Harouna En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon General,merci de votre beaux discours mais sachez que un presidant democratiquement elu n’a pas besoin d’un camp militaire pour assurer sa securite surtout
    s’il est au service du peuple.
    Ces gardes pluteriennes des presidants africains qui les rendent president a vie.S’il est vrai que le RSP est au service du peuple pour s’opposer a sa dissolution ?
    Merci mon general d’avoir servi le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 16:59, par kelsi En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    ON NE FAIT PAS LE BIEN DE QUELQU’UN CONTRE SON GRE.
    LE PRESIDENT NE VEUT PAS DU RSP
    LE 1ER MINISTRE N’EN VEUT PAS
    LA TRANSITION N’EN VEUT PAS
    LE PEUPLE N’EN VEUT PAS
    ON NE VOUS VOUDRA PAS PLUS APRES LES ELECTIONS.
    ......
    TIREZ-EN LA CONCLUSION ET DEGAGEZ.... UN POINT C’EST TOUT. VOUS AVEZ FAIT TROP DE MAL !!!! ADIOS général !!!!!!

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:00, par inconito En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mes respects mon general !!!
    Laissez les gens parler. Ils sont tous instrumentaliser, donc sourd actuellement.
    Un jour ils verront tous la verite, et comprendront que si ils sont assis actuellement derriere leurs ordinateurs a vous insulter, c’est bien grace a vous, car le 30 et 31, vous nous avez eviter un bain de sang.

    Demander a ZIDA et CIE si tout les morts des 30 et 31 etaient tous de la marche. Allez leurs demander pourquoi ils ont recuperer quelques corps a la morgue pour augmenter le nombre des martyrs.

    Les vrais ennemis sont ZIDA et Compagnie, et les pauvres OSC qui se sont laisser corrompre facilement. Demander a smockey ou les 15milllions qu’il a pris chez Zida sont ? Peut etre dans son compte quelque part en france, vu qu’il est francais (d’ailleurs il peut ses barrer a tout moment, c’est nous qui allons nous entretuer ici entre africains). Meme SamsK n’a plus reellement votre temps, vu que ses concerts sont desormais sponsoriser !!!

    Pauvre Peuple, vous vous trompez d’ennemi. L’ennemi de l’afrique sont les africains.
    Le temps nous le dira !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:02, par vérité no1 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je préfère Honoré à ce monsieur ! Il ne sera jamais président ici !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:04, par Maxime En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ce RSP -là est un anachronisme dans le Burkina post-insurrectionnel !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:12, par Le Fatotchiè En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Hypocrisie,quand le Général TRAORE, se proclamait président avant d’être déchu quelques instants après par le Lt Colonel ZIDA, toi Général tu n’étais pas au Burkina pour rappeler l’ordre dans l’armée ? Aussi rappelez-vous lors du jugement du Général LOUGUE quand tu l’avais accusé de préparer un coup d’état contre Blaise COMPAORE et lorsque celui-ci s’était apparu dans la salle d’audience toi tu avais quel grade pour que LOUGUE te rappelle ce qui est la hiérarchie militaire. « Le mal de notre armée c’est toi Gilbert Diendéré »

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:25, par Boblis En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Pourtant c’est un aspirant colonel du RSP qui a contredit un général (***) et prendre le pouvoir n’est ce pas ? Ou étiez vous mon général car aucun Président ne l’a nommé ? De quel commandement MILITAIRE parlez vous ? Ou bien pour vous le respect de la hiérarchie c’est selon VOS INTÉRÊTS ? Votre dernière phrase est INQUIÉTANTE mais sachez que le temps ne recule jamais et le millier d’hommes que vous manipulez ne peuvent au grand jamais compromettre la paix de notre pays même étant assis dans leur poudrière, le PEUPLE aura TOUJOURS le dernier MOT. Je ne nie pas votre compétence ;sachez seulement que votre place ce n’est pas à la présidence, quittez avant d’être contraint . "IL FAUT SAVOIR LIRE LES SIGNES DU TEMPS" quelqu’un l’avait dit à votre mentor il y a peu je crois.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:35, par kihan En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    ZIDA a mal joué, on ne met pas une partie du peuple contre sa propre base. les exemples sont là, le cas guehi en RCI, le cas Sanogo au Mali ; les politiciens vont le blaguer et tu vas regretter pour sa vie.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:36 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ce qui est mauvais et injuste, c’est d’offrir de solide formation à certains militaires et laisser d’autres. Et des militaires qui ne sont qu’à Kossyam. Le BF ne se limite pas à Kossyam. Si les militaires du RSP sont très bien formés, qu’ils aillent aux frontières Burkina Mali et Burkina Niger pour nous protéger contre les Dijadistes et les bandits.

    Le banditisme ne devrait pas être si galopant au Burkina avec des militaires si bien formés. Qu’ils aillent s’occuper de la sécurité des commerçants de Ouahigouya qui, en se rendant au marché de Titao sont toujours dépouillés de leurs biens par les bandits ; qui souvent même les tuent.
    Votre RSP nous hante.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:48, par nousveutrizavecviande En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Enveloppes sont distribuées meme si budget déficitaire ; nominations sont remaniées pour tenir compte avis de la troupe, conseils de ministres annulé, capitaine a dit position de RSP c’est pour le bien du peuple. Général est sorti parler ajouter et confirmer parler de capitaine. C’est très bien !!! Tous les civils, les OSC et les partis politiques qui n’ont pas compris que militaire n’est pas fait pour faire de la politique le sauront a leurs dépends. Militaires c’est pour faire la bagarre avec ceux qui ont des armes (coupeurs de route, boko haram, rebellions diverses africaines etc...) pas avec civils aux mains nues et bouche seulement. Miliataire politisé c’est DYNAMITE avec allumette : C’est association contre nature. Dieu bénisse le Burkina

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:53, par NOURA AHMED En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mon général c’est Dieu qui protège. Malgré vos armes vous avez aidé Blaise a fuir plutot que de défendre son pouvoir. Ce qui est arrivé est un plan de Dieu. A mains nues le peuple vous a vaincu. La protection passe d’abord par la main de Dieu. Tous vos plans de protection ont échoué les 30 et 31 octobre. Le RSP était jusque dans la chambre de BLAISE mais hum ! C’est Dieu qui est fort. Qui ou quoi voulez vous protéger a nouveau. Vous savez bien que l’être humain est la créature du seigneur qu’il adore le plus. Quand un homme tue son prochain il s’est tué lui même. Ce qui est sur qui tue par l’épée meurt par l’épée. Dieu veillera sans aucun doute. Le RSP vivra et vous avec mais il y a un mais . Le peuple est toujours a sa place comme le seigneur

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 17:55, par guimbo En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ainsi donc le populis de Zida voulais continué la forfeture de Blaise que lui méme a du dénoncé pour avoir la cote ? merci mon général toi au moins on est fiére de t’avoir comme militaire : l’homme stoique et véridique.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 18:12, par YN En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Même les simples trucs sont devenus incomprehensibles ici au Faso ! On cherche seulement à l’aveuglette à règler les comptes ! Continuons ainsi et nous ne ferons que reculer !
    Qu’a t il dit de méchant dans tout ça ? Chacun vient avec ses préjugés dans la tête et se décharge et déforme ce qui est écrit !
    Dieu sauve ce pays !

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 18:19, par toega En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Tout le monde sait que vs êtes un bon stratège, cela ne veut pas dire que vs êtes un bon général, il y avait bcp de bons stratèges avec Hitler.
    Vous êtes simplement un lâche,mon Général, i m so sorry for you.
    Webmaster arrête de me censurer. Stop it.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 18:21, par Thomas Bagre En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au gardez-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Merci mon Général pour l’éclaircissement, il faut que nous soyons très critique pour quoi que ce soit mais restons toujours dans la vérité selon tout sujet, pas de mauvaise foi à priori. De tout ce qui est dit par le Gal est oui ou non cohérent c’est de cela qu’il faut apprécier, ensuite le non respect de nos textes de lois, de la parole donnée qui nous crée ces situations. Que dis la Charte et la Constitution, est ce que les premières autorités les respectent, ont elles bien entendues et decriptée le message des 30 et 31 octobre 2014 ? Que toute décision dans la conduite de l’Etat soit toujours bien analysée pour l’intérêt commun. Beaucoup de manquement peut amener l’Etat à payer des réparations énormes après la transition. Respectons le droit, les lois, soyons véridique, évitons les procès d’intention à priori, jugeons avec sérénité et impartialité pour mieux vivre ensemble. Que Dieu nous vienne en aide

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 18:31, par Brahi En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ecoutez ce corps là ne doit plus exister, il doit disparaître et ses hommes redéployés dans les autres corps un point c’est tout. Sinon nous sommes toujours prêt à sortir pour réclamer leur départ, comme on l’a fait pour Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 19:06, par Boenzemwende ? En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Mais est ce que quand le Général Honoré avec beaucoup d’étoiles en OR s’est proclamé chef de l’État en octobre 2014 est ce que le Lt Colonel lui a fait gardez-vous ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 19:19, par Gédéon En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Sans le RSP, le Burkina Faso reste éternel. Sans le RSP le Burkina a toujours été et restera éternel. Si toute l’armée du Burkina Faso se résume au RSP, que le Burkina Faso disparaisse, car nous ne sommes pas dignes de l’appelation burkinabè. Nous ne sommes pas dignes d’être de la descendance de Naba OUEDRAOGO ; de OUBRI, de Boukari Koutou ; DIABA LOMPO, de tous ces guerriers qui ont défendu la terre de Faso dont les noms restent éternels et gravés dans les livres d’histoire. Si nous ne pouvons jurer que sur le RSP pour notre sécurité intérieur, que les autres militaires quittent courageusement l’armée car ils ne servent qu’à décorer le reste de l’armée et qu’ils sont véritablement relegués à un niveau très négligeables, donc inutiles.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 19:26, par vien me voir En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    gilbert parle de grarde vous au plus gradé dans l’armé lougué est plus gradé que lui mais il a refusé de lui donné sa ration a la maison du peuple.je vous jure si le RSP s’amuse je vais les finir chimiquement en une semaine.ils n’ont qu’a essayé

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 19:32, par touk guili En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Rsp est la pour la securite du president en tant quinstitution et il assurerra la securite des autrs president commemil la fait pour blaise mon oeil.la gndarmerie n peut ellempa le faire.le rsp nesxiste pas avant blaise ou bien.c une idee machiavelique de blaise pour seterniser au pouvoir.mon general nest pas pret pour le demantelement tu es pret pour quoi alors ?

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 20:36, par ledoux En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Respect mon général.
    Je suis d’accord avec votre raisonnement ; profitez inculquer la culture du respect de la république et de ses institutions aux éléments du RSP qui, selon le mémoire en défense du corps, sont illettrés et obéissent à des civiles pour remplir des missions anti-républicaines.
    C’est tout le fond du problème du peuple avec le RSP. Mis à part ça, nous dormirons tranquille à l’idée que vous assurez. Encore respect mon général.

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 20:36, par Paalga En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    A vos plumes ! Quelqu’un pourra t il nous écrire un conte sur la tortue « Gilbert » qui avait peur ! si peur de perdre sa carapace « RSP » ? Cette carapace qui l’avait si bien protégé pendant 28 ans. La leçon de la fin du conte pourra être : « il faut toujours avoir peur des hommes qui ont peur ».

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 20:59 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    je suis déçu de toutes les déclarations de sympathie a l’égard du ce Générale, sachez que les familles qui on été endeuillé sous son commandement pourrait être les vôtres. Tot ou tard le justice se fera. tôt ou tard .....

    Répondre à ce message

  • Le 17 février 2015 à 23:03, par Sophia En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Le RSP est un corps d’élite, certes, mais de grâce au solde de Blaise uniquement. Ce corps nous rappelle les tortures les éliminations physiques. Le RSP c’est tout simplement le cauchemar du peuple Burkinabé. Ce groupe doit être démanteler, il pourrons tout simplement renforcé les autres camps militaires. Si le futur président refuse tout simplement d’aller à Kosyam ??

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 09:13, par warba En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Bien parlé mon général. Ce pouvoir exceptionnel non élu et donc sans base ne peut pas vous toucher sinon il y aura du grabuge. Seul un pouvoir démocratique doit pouvoir vous supprimer.Il ya trop de jaloux dans ce pays.Il faut seulement revoir les missions du RSP pour lui donner des compétences plus grandes pour améliorer notre sécurité et notre paix.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 09:20, par démolir RSP En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    le RSP est une poudrière préparée par blaise.
    il faut le démolir avant qu’il ne soit trop tard. il ont trop de sang de nos frère sur la main. la dernière phrase de ce monstre fançonné par blaise veut tout dire.
    n’en lalla en sallla.
    vigilence

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 10:20 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Ceux qui crient "mort au RSP" doivent se ressaisir vite et se relever de leur couchette d’agitateurs impromptus pour voir la nuée des cavaliers djadistes qui vient vers nous. Le temps presse, et les divisions ourdies par des calculs politiciens doivent être bannies. ZIDA est notre PM ; mais, il s’envolera en Occident avec sa famille pour se mettre en sécurité quand Boko Haram entrera sur notre terre sacrée. Et nous ? Mon message pour le Général est ceci : concentrez votre troupe sur les activités militaires de nature à parer à toute éventualité terroriste ; travaillez d’arrache-pied pour garder le moral et la forme de tout le personnel RSP. Notre armée, dans son grand ensemble, est mal équipée, mal formée et surtout abandonnée aux frélatés, PMUB et aux fesses.... Ce n’est pas une injure que je fais à ces soldats qui ont eu, à un moment de leur engagement militaire, le désir d’être au service de la Patrie ; c’est un constat objectif, dont la responsabilité première est à rechercher dans les décisions politiques de Blais COMPAORE pendant ses 27 ans de règne. Ce qui importe, maintenant, c’est la défense de notre territoire, la protection de nos concitoyens. Vive le RSP ! Vive le Faso.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 11:07 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Je ne suis pas militaire mais j’ai l’impression que beaucoup de forumistes ne font aucun effort de comprehension.
    - la démocratie ne signifie pas qu’il n’y a plus de bagare. L’Etat doit avoir les forces nécessaires pour contraindre ceux qui s’opposent à la loi, à l’autorité de l’Etat ;
    - les forces spéciales il y en a et il en aura dans tout pays responsable : il faut des généralistes mais il faut des forces de pointes : des spécialistes ;
    - Même en démocratie les institutions ne doivent pas être à la merci de n’importe qui. Au Mali, le Président a été bastonné à mains nues à la présidence. Je n’en veux pas, c’est une malediction démocratique. Vous en voulez ? Je préfère l’action du RSP pour éviter l’institution soit foulée au pied à cause d’un individu le 30 et 31 octobre.

    J’invite le prochain Président à renforcer le Régiment pour plus d’efficacité. Aucun Président ne pourra s’en servir pour de basses besogne dans le Burkina de demain !

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 12:47 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    bravo general meme si au village nous ne t’apprecion pas du tout tu a dis la veriter laisse les au pays bcp ne savent meme pas ce qu’ils font mais j’accusse les politique mais prions seulement pour que au soir du 11 octobre nous ne voyont des hommes et femmes bagage sur la tete entrais de fuirent leurs pays

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 14:05, par Nongba En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Les amis transiter et laisser RSP là tranquille. Si vous les déranger ; ils vont vous déranger.

    Est ce que le RSP a dit que Blaise ne part pas ? Ils l’ont même très poliment "indiquer et accompagné à la sortie"
    Est ce le RSP a dit que vous ne rentrer pas à KOSYAM ? là aussi ils y ont même conduit le vieux père Kafando après son investiture.

    Est ce le RSP a dit qu’il ne va pas avoir élection ?

    Est ce que le RSP a dit qu’il veut être président ? Si c était le cas, ce serait simple, ce sont eux qui sont à KOSYAM.

    Laisser le RSP tranquille SVP. Vous lui faite vraiment un mauvais procès. C’est pas parce que un douanier ou un policier a été corrompu qu’il faut dissoudre toute la police, c’est pas parce un fonctionnaire a détourné qu’il faut dissoudre la fonction public.

    Au RSP il y a eu des militaires aussi comme Zida, que les politiciens ont pu utilisé à leurs fins. Ce sont ces gens qu’il faut extirpé du RSP. Là aussi tant qu’il y aura des politiciens, il y aura des militaires et des civils qu’ils pourront manipuler et utiliser à leurs fins.

    Si aujourd’hui, la garde rapproché de Zida ou de Kafando commet des bavures, allez vous jeter le discrédit sur toute l’armée ou la police ? Aujourd’hui qu’est ce qu’un officier peut contre les instructions et les services privés que nos autorités demandent à leurs garde rapprochée ? Rien du tout. N’allez pas demander à Coulibaly, Kieré ou à Guinguéré des comptes sur les missions privés que blaise ou françois ont confiée à leurs "protégés militaires" ou à leurs gardes rapprocher.

    Laisser les tranquille SVP.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 14:41, par KN En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Juste une question à mon Général,
    Lorsque le Général dit que le RSP est un corps qui avait été créé pour assurer la sécurité du président du Faso en tant qu’institution de la république pas en tant que personne physique. Il existe aussi pour la protection de toutes les institutions républicaines.
    Je voudrais savoir Si François COMPAORE, le frère cadet de Blaise COMPAORE était une institution pour être garder par le RSP ? Le général pourrait me dire pourquoi un citoyen peut se faire garder par le RSP en temps de paix ? François compaoré était une institution. En voici des choses comme cela que le peuple reproche à cette partie de l’armée. Le général doit reconnaitre que le RSP est une milice de la famille compaoré même si sa composition prend en compte tous les enfants du pays sans distinction de religion, d’ethnie et de région. Mon cher général, au nom de la paix dont vous parlez, acceptez de rendre le tabliet à Kosyam, on n’a plus besoin de vous la bas. Le nouveau président ne trafiquera point les armes, ne vendra plus des mercenaires, donc de grâce allez- vous en.
    Merci

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 15:59, par DOUESSAA En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    patron sanguinaire, laisse nous souffler. ton monstre de RSP a assez endeuillé le peuple burkinabè. dissolution ici et maintenant. Autorités on ne s ’amuse pas avec le serpent. déchiquetez-le avant qu’il ne soit trop tard.

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 16:58, par Tin kuum Saya En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Il y a des gens qui sont foncièrement mauvais pour manipuler l’information afin d’atteindre des desseins inavoués. Qu’entendons nous par dissolution du RSP ? cela veut dire que les missions actuelles dévolues au RSP pour la sécurité présidentielle ne lui seront plus attribuées de façon prégnante ou absolue ; mais par contre, compte tenue de ses aptitudes poussées de l’art militaire ce corps sera rebaptisé et de nouvelles missions lui seront assignées pour l’intérêt supérieur du pays.
    Vraisemblablement le RPC ( Régiment de Parachutistes Commandos) de Dédougou a été absorbé par le CITAP de Bobo et il n’a pas eu de remous au camp à Dédougou ! A moins que le RSP ne veuille nous ouvrir les portes de l’enfer !

    Répondre à ce message

  • Le 18 février 2015 à 19:59 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    C’est une situation bine complexe que nous vivons au Burkina. Mais vraiment felicitation au Général pour sa conduit que je qualifie d’irréprochable jusque-là. Si ce grand home (pas seulement de taille) avait quelque chose à se reprocher, il aurait fui avec le president Compaoré. Mieux, il a joué un role pour son depart, et après il joue un role d’apaiement auprès des homes du RSP. Plus tard, il jouera un role lorsque nous serons confrontés à nos frontieres avec les intégristes (je touché du bois). Je crois que cet home est juste un militaire qui fait son travail, un pint un trait. Il l’a fait sous le president Compaoré sans zèle aucun. Qui peut évoquer des frasques au compte de ce monsieur. Qui peut donner un témoignage sur un quelconque acte de violence ou d’intrigue qu’il aurait ourdi à titre personnel. Nos coeurs sont remplis de colère et parfois de haine, qui sont des répliques de ce que nous avons vécu sous le régime Compaoré, et celà peut se comprendre. Mais de grâce, ouvrons un peu ces coeurs pour écouter, comprendre, analyser, avant de decider.
    Ne poussons pas les autres à bout. Ne titillons pas leur amour proper, leur honneur, surtout lorsqu’il s’agit de militaire.
    Mon seul point d’interrogation dans cette interview, c’est pourquoi remettre la question du changements de statuts et de missions du RSP à plus tard. Je crois au contraire qu’il faut régler maintenant cette question pour éviter de retomber dans une crise profonde après les elections. Là mon general, il faut que vous pesiez de tout votre poids pour redessinner les missions du RSP, constituer un corps d’élite et identifier sa future residence, maintenant, pas après.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 10:53 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Un président démocratiquement élu n’a pas besoin de la sécurité du RSP. le RSP a été crée pour protéger un président sanguinaire de toutes les crimes au BF et dans la sous-région. Et maintenant que ce sanguinaire n’est plus là quel rôle pour ce RSP ? s’ils sont combattants et bien formés qu’ils se mettent au service de la sous-region pour combattre bokou aram qui fait ravage. Ce réseau sera supprimé même si se serait avec l’aide de l’armée Américaine face à laquelle le RSP devient une fourmis.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 13:38 En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Les burkinabé doivent être sérieux et refaire leur révolution car le chaos guette le pays, le RSP nous tuera si les populations ne prennent pas leurs responsabilités maintenant. Les partis politiques doivent arrêter leurs petits calculs car certains voudraient utiliser le RSP pour s’enrichir comme le faisait Blaise. Ne jouons pas avec le feu, ces criminels sont le danger numéro 1 du pays, notre ébola. Par millions sortons et réclamons la fin de la recréation pour ces militaires. S’ils peuvent tuer 17 millions, qu’ils le fassent car nous luttons pour notre survie. Pour la paix au Burkina, c’est le RSP dissout et fondu dans les autres corps, sans cela ne pleurons pas quand le pire va arriver car nous en sommes prévenus.

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 15:15 En réponse à : Général Gilbert Diendéré :

    « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »
    Mes respects mon général !
    Souvenez-vous que lors d’un interview accordé à une radio (RFI.... ?), vous avez répondu à une de ces questions en ces termes : "Au Burkina Faso, nous avons décidé que ce soit l’armée qui assure la sécurité du président et ce sera ainsi". C’était à l’orée du sommet France-Afrique...Et ...

    Répondre à ce message

  • Le 19 février 2015 à 23:08, par SIDBALA En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    MON GENERAL TOUS MES RESPECTS. LES CIVILS NE POURRONT JAMAIS DIRIGER CE PAYS. CE SONT POUR LA PLUPART DES GENS SANS VISION, c’est tout là leur problème ils pensent très court en se disant que pour arriver il faut emprunter la courte échelle.Demander à TOULOUNABO si les USA se sont construits en cent ans seulement plutôt la RDC.
    VEUILLEZ SUR NOUS MON GENERAL AVEC L’AIDE DE DIEU ET LAISSEZ CES PLAISANTINS D’UN SOIR. ILS NE PARLENT QUE DE GROS FRANCAIS POUR NE FINALEMENT RIEN DIRE OU FAIRE. DEPUIS LE REGRETTE LAMIZANA LE FASO FONCTIONNE AVEC LES BIDAS ET C’EST MIEUX COMME CA.
    SINON ON NOUS AVAIT DEJA MORCELLE A NOUVEAU POUR LES PAYS VOISINS AVEC POUR MOTIF PAYS INGOUVERNABLE

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 01:04, par Le sage En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    A mon humble personne, je penses qu’il y’a du sérieux dans ce que dit l’internaute 201.
    Si quelques membres d’une famille a mauvaise image, reporter ce qualificatif sur toute la famille de ceux-ci sera leur faire du tord.
    Je penses que chacun de nous doit aller puiser toutes ses forces intérieures malgré la haine qui nous prend le cœurs en otage pour l’instant, afin de contribuer Burkindelement à la résolution de ce problème, de façon idoine et cela, dans l’intérêt et l’amour que nous portons pour notre chère patrie.
    Le Laarlé Naaba Anbga avait donné un proverbe qui dit ceci : « Nêd sãa digu f yir ba winga, ouf to boug’n rumdu f ti toun f yõoré » en français cela signifie que :« Si tu chasses ton chien qu’il est mauvais, ce sera la chèvre d’autrui qui te mordra et ça te coûtera la vie »

    Répondre à ce message

  • Le 20 février 2015 à 22:33, par yac En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Un général sentant sa fin arrivée sort de sa réserve et lance des menaces sur le peuple. Tu déjà fini...

    Répondre à ce message

  • Le 11 juillet 2015 à 15:42, par Soyons précis En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    Si le RSP est formé pour assurer la sécurité du Président de la République alors pourquoi a-t-il manifesté en 2011 contre le Président de la République ?
    En rappel, M Blaise COMPAORE a été obligé de fuire pour se refuger dans son fief à Ziniaré

    Répondre à ce message

  • Le 7 août 2015 à 18:56, par General badolo boukary En réponse à : Général Gilbert Diendéré : « Si un lieutenant est ministre, moi général, je me mets au garde-à-vous ; mais dans le commandement militaire, cela est impossible »

    bsr mon general ,il parait que vous etes affecter au camp guillaume ouedraogo .moi j’ai reglement de compte contre un corps militaire du burkina faso.je veux la discipline dans les casernes ,donc je prends le temps possibles pour me faire comprendre.ce que j’ai exiger de votre part la liberation de tous les prisonniers militaire dans les macos durant 27 ans vous avez confisquer la presidence du faso.je suis militaire ,j’ai mon temperamment naturel d’abord.le passage de haute volta a burkina faso,c’est un probleme pour ma carriere militaire.par general armee de l’air badolo boukary

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés