Incendie aux abords du grand marché : Plus d’une vingtaine de boutiques parties en feu

lundi 16 février 2015 à 10h55min

Dimanche noir pour des commerçants aux abords du grand marché de Ouagadougou. Des boutiques, non loin de la loterie nationale burkinabè, ont été ravagées par les flammes dans l’après-midi du 15 février. Les dégâts matériels sont importants. En attendant que les enquêtes révèlent la cause de l’incendie, des témoins évoquent l’hypothèse du court-circuit électrique.

Incendie aux abords du grand marché : Plus d’une vingtaine de boutiques parties en feu

Un incendie aux abords du marché de Ouagadougou. Encore ! Difficile de ne pas penser à un certain 27 mai 2003, date à laquelle Rood Woko avait été « avalé » par les flammes. Cette fois, c’est non loin de là. Côté ouest du grand marché sur la rue qui mène à la Loterie nationale burkinabè.

Les pieds dans l’eau, les soldats du feu rangent les armes. Les sapeurs-pompiers s’activent à remettre en place le matériel déployé pour éteindre l’incendie. Le lieutenant Bambara et ses hommes ont réussi à venir à bout des flammes, mais l’irréparable était fait. Le spectacle est désolant. « C’est aux environs de 14h 08 minutes exactement que nous avons reçu le premier appel, mentionnant un incendie à la rue du grand marché. A notre arrivée, un ensemble de boutiques étaient en feu, essentiellement des entrepôts d’objets plastiques, de pneus et de chaussures. Très rapidement, nous avons pu déployer une soixantaine de sapeurs-pompiers rapidement appuyés par l’ASECNA (Ndlr. Agence pour la sécurité de la navigation aérienne en Afrique et à Madagascar). Nous sommes venus à bout du feu en moins de 45 minutes », nous apprend-t-il avant de préciser que les dégâts sont énormes. Un bilan non encore exhaustif fait état de plus d’une vingtaine de boutiques touchées.

Des boutiques, logées dans une grande cour qui sert d’entrepôts, sortent des amas de marchandises calcinées. Des bidons d’huile, des lots de chaussures et de pneus, et bien d’autres marchandises. Pour permettre aux sapeurs-pompiers de sauver ce qui pouvait encore l’être, les unités d’intervention de la police, aidées par la gendarmerie ont mis en place un périmètre de sécurité pour tenir à l’écart curieux et victimes.

L’heure est au constat, nous dira le directeur régional de la police du centre, Marcel Paré. « La police technique est à pied d’œuvre, elle a commencé son constat. C’est à l’issue de cette enquête qu’on en saura d’avantage. Il n’y a pas eu de morts, on n’a pas enregistré des blessés non plus. Le dégât matériel est très important », précise-t-il.

Mais Kaboré Adama, propriétaire d’une boutique parle d’un probable court-circuit. Sa boutique de chaussures a été totalement décimée. « Nous n’avons rien pu récupérer », se désole la victime qui évalue pour l’instant ses pertes à plus de 5 millions.

Simon Compaoré, ancien maire de la ville de Ouagadougou est venu pour, dit-il, témoigner son soutien aux commerçants. Bourgmestre de la capitale quand le grand marché a pris feu, un certain 27 mai 2003, il retrouve une situation, certes pas avec la même ampleur, mais tout de même triste. « Ce sont les petits commerçants du secteur informel qui sont touchés, ceux qui cherchent leur pitance tous les jours. Je suis très touché parce que c’est le petit monde qui est atteint ». Par mesure de prudence et comme toutes les autorités sur place, l’ancien maire attend que l’enquête révèle les causes de l’incendie.

Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • je suis très touche par ce qui arrive a nos braves commerçants, a tous ces petits commerçants qui ont décide de gagner honnêtement leur vie. On dirait que la nature s’acharne a nous envoyer du feu ces derniers temps. Mais le feu a des prophètes qu’il nous faudra neutraliser vaille que vaille. En attendant je conseille aux autorités et aux commerçants de lutter contre les branchements électriques hasardeux et les installations anarchiques qui peuvent faciliter le travail des petits criminels qui se promènent avec des procurations pour mettre le feu partout.

  • L’ancien maire veut toujours la mairie ??? Et pourquoi ???

  • Nous compatissons avec ces vaillants commerçants, nous demandons au gouvernement de faire quelques choses pour eux

  • Nous compatissons avec ces vaillants commerçants, nous demandons au gouvernement de faire quelques choses pour eux

  • De quoi tu t’en mêle internaute n°2 dit "Baaba" Comme tu n’as jamais été compatissant et que tu ne le seras jamais de ta vie, raison pour laquelle tu t’interroges sur la présence de Mr l’ex-Maire Simon COMPAORE sur les lieux du sinistre. A méditer.............

  • Intervenant N°2. L’ancien maire veut plus que la mairie de Ouaga. Il veut être Président de la future Assemblée Nationale. C’est bien normal, c’est un homme politique et un homme politique doit toujours être ambitieux. Il est le N°3 du MPP.

  • Toute ma compassion aux commercants sinistrés.

  • Nous compatissons avec ces vaillants commerçants, nous demandons au gouvernement de faire quelques choses pour eux

  • Désolé pour tous ce monde affecté. courage !
    Mais nous devrons comprendre que tant que nous n’allons pas intégrer dans nos comportement l’ordre et la discipline dans tout ce nous faisons, nous serons les pyromanes de nos propres interêts. Je suis persuadé que le marché et ses alentours restent toujours une zone à très haut risque attention donc !!!!

  • je pleure les perte et tiens a demander a l’internaute Numero 2 de refaire appel a sa raison. il n’est pas tard pour lui d’arreter les idioties sur ce forum. Meme moi qui ne suis pas de la trempe de Simon, moi qui ne suis pas encore maire de Ouaga j’y serais alle si j’avais aprpris la nouvelle a temps.

  • Hayyyy !!! intervenant 2. On a pas plus le droit de compatir à la douleur des burkinabè parce qu’on a été maire ??? Vous aussi cesser de voir le mal partout. Même si il ne devenait pas maire c’est pas sure que sa sera toi. Un peu de quand même.
    Je suis profondément meurtris pour cette triste nouvelle et prie Dieu de venir au secours des commerçants.

  • Tant que l’on ne va pas comprendre qu’il faut arrêter cette anarchie ou ce désordre dans la ville de Ouaga, on n’aura que des drames de ce genre. Regardez autour du marché, cette pagaille indescriptible.... franchement, c’est une honte pour une capitale. A côté de l’ex Zaka, on ne peut plus circuler à cause de ces taximans qui emmerdent tout le monde. Il faut les chasser de là et leur dire d’aller stationner dans la cour de la maison du peuple, où il y a de la place. Si vous passez par la rue de la Chance, vous avez toutes les malchances de galérer 10 minutes pour faire 300 mètres. Si c’était un jour de la semaine, tout le quartier allait brûler. Quand on dit que plus jamais sera comme avant, cela passe aussi par ce changement de mentalités

  • Toute mes compassions aux victimes.

  • L’ancien maire Simon Compaoré est allé juste compatir, comme tout un chacun aurait pu le faire....S’il se trouve qu’il est connu par les journalistes, cela n’est nullement sa faute. Lui au moins est allé compatir ! Et vous, Internaute n°2 ? Si vous n’avez rien à apporter (même un soutien moral) à ces pauvres personnes très affectées, il vaut mieux que vous vous taisiez à jamais...

  • bien vu internaute 2 ce bout d’homme vise plus haut pour ses propres interet en faisant bruler l’assemblee et.des Maison privees mais le match retour l’attend

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés