Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «Il faut accepter les déceptions passagères, mais conserver l’espoir pour l’éternité. Martin Luther King » 

Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

Accueil > Actualités > Politique • • dimanche 8 février 2015 à 22h50min
Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

Au cours d’une conférence de presse tenue le 7 février 2015, le Parti de la renaissance nationale (PAREN) a annoncé que sa représentante va déposer quatre propositions de lois sur le bureau du Conseil national de la transition (CNT) dès la semaine prochaine. Au nombre de ces propositions, figure l’interdiction et la répression de l’homosexualité et de la pédophilie. Actualité oblige, le président du parti a donné sa lecture sur le « cas RSP ».

Depuis l’insurrection populaire des 30 et 31 octobre 2014, des actions fortes allant dans le sens de changement radical d’idées et de comportement se font toujours attendre. Pour aider à faire bouger les choses, le Parti de la renaissance nationale (PAREN) a décidé via sa représentante, de déposer quatre propositions de lois sur le bureau du Conseil national de la transition.

Le parti a rencontré les médias pour présenter ces propositions de lois qui devraient être acheminées incessamment au CNT.

- La première proposition de loi concerne l’interdiction et la répression de l’animalité, de l’homosexualité, de la pédophilie et du mariage de personnes de même sexe. « Contrairement à ceux qui pensent que c’est un droit, une liberté, nous estimons que c’est une maladie et on ne peut pas revendiquer sa maladie comme une liberté. La liberté doit être un instrument au service de la grandeur et de la dignité de l’homme. Alors, celui qui est homosexuel doit être sanctionné », soutient Tahirou Barry, le président du PAREN.

- La deuxième proposition de loi concerne l’introduction de la vignette sur les véhicules automobiles. Et les recettes de cette vignette doivent contribuer à soutenir les étudiants. « L’éducation est le moteur de tout développement. La vignette auto devrait permettre d’engranger entre trois et cinq milliards de francs par an. Ce qui permettrait de doter 24 000 étudiants en bourse de 25 000f/mois pendant neuf mois dans l’année », expliquent les initiateurs de la proposition.

- La troisième proposition de loi concerne l’assurance sur la créance de salaire. Cette assurance vise à garantir le paiement des salaires des travailleurs en cas d’insolvabilité de leur employeur.

- La quatrième proposition de loi concerne la fréquentation des débits de boisson par les mineurs. C’est vrai qu’il y a une disposition dans le code pénal, mais cette disposition n’est pas suffisamment renforcée. Donc, la présente proposition de loi vise à renforcer ce mécanisme d’interdiction. « Le vote de cette loi et son application effective sur le terrain seront de nature à ramener la jeunesse sur le chemin de la sagesse et de la responsabilité dont elle est en train de s’écarter inconsciemment », explique-t-on.
Au cours de la semaine du 09 au 15 février, ces propositions seront affinées et déposées sur le bureau du CNT.

« Il ne saurait y avoir une armée dans l’armée »

Le 4 février dernier, on a enregistré un mouvement d’humeur d’éléments du Régiment de sécurité présidentielle qui a même empêché la tenue de l’hebdomadaire conseil des ministres. Interrogé sur le sujet, le président du PAREN a été on ne peut plus clair. « Le PAREN n’acceptera pas une quelconque prise en otage de l’avenir du Faso et se battra au côté des forces vives de la nation pour barrer la route aux fauteurs de trouble », a lancé Tahirou Barry. Il en appelle à la vigilance et la mobilisation de tous les patriotes pour empêcher toute remise en cause de la transition, fruit d’un consensus historique.
Par ailleurs, le président du PAREN, ainsi que son fondateur demandent au peuple conscient et responsable de lui apporter son concours pour le triomphe des grands idéaux pour lesquels ils se battent.
A noter que le candidat du parti de la renaissance nationale pour la présidentielle de novembre 2015 est connu depuis le premier trimestre de 2014. Il s’agit de Tahirou Barry, à qui le fondateur du PAREN Laurent Bado a réitéré tout son soutien.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Vos commentaires

  • Le 8 février 2015 à 23:04, par Burkinabé En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Les homosexuels vous ont fait quoi pour que vous réclamer leur répression ? Ne sommes nous pas des Burkinabé comme les autres ? J’espère que mon parti (UPC) songera aussi à déposer un projet de loi contre votre dérive et pour la protection de notre droit à une vie sexuelle.

    Camarades gays du FASO, il est temps d’assumer ses orientations sexuelles et s’investir en conséquence avant que les fanatiques n’occupent tout le terrain. Si le CNT vote une telle loi ce sera la preuve de son inutilité car il ne protège pas tout les Burkinabé.

    PAREN aime le sensationnel mais c’est une raison de proposer une telle loi qui n’a d’autre visé que d’aliener les droits d’une catégoorie de citoyens.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 00:31, par sergent kaba En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Tu es burkinabè et tu es pédale. C’est à la télé que tu as vu ça. Mais toi et tes semblables êtes vaincus au nom des ancêtres.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 01:27, par Somlare En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    c’est un non événement !

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 06:30, par ATS En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Le secteur de l’éducation et de la formation est stratégique pour notre émergence mais à mon humble avis le parent va vite en besogne.
    Le premier combat à mener est de s’assurer que les privisions de récettes budgétaires de l’ordre de 1300 millards de francs seront bien allouées et bien gérées.
    Le deuxième combat est de voir si des économies peuvent être faites tout en garder la même éfficacité dans des secteurs où c’est possible (Administration territoriale, Affaires étrangères ; etc...). Si les riches doivent toujours payer pour les pauvres (à forte natalité), il y aura un moment où tout le monde finira par devenir pauvre. Donc encourageons le nivellement par le haut (d’abord par l’égalité de chance pour tout le monde,...), et non pas le nivellemnt par le bas comme semble prôner le parent. De nouveaux impôts sans une bonne gouvernance effective et permanente n’apporteront pas le changement qualitatif voulu et souhaité par tous.
    Pour la moralisation des moeurs, je suis désolé de prendre le contre-pied de Burkinabè car je suis à 100% pour la proposition du parent.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 07:46, par Mamou En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Je suis contre l’homosexualité et je pense qu’il faut soigner les homosexuels plutôt que les sanctionner. En quoi est-on responsable de sa maladie ? Par contre l’Etat doit avoir l’obligation de soigner ces malades.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 08:13, par Juste En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Merci au PAREN pour toutes ces projets de propositions très pertinentes, vous etes un parti crédible, il faut que le CNT les vote, ce qui nous permettra d’extirper de notre société ces damnés de la terre que sont ces homosexuels

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 09:22, par Maham En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Voici un parti qui a toujours été constant dans la défense de nos valeurs et du devenir de notre chère patrie. Je soutiens avec la dernière énergie ces propositions de lois du PAREN. Que ceux qui traînent cette tare qu’est l’homosexualité se soignent et qu’on cesse de mettre nos états sous le diktat de quelques individus. Comment peut on accepter que le Fond Mondial qui finance la lutte contre les IST et autres, fassent de la prise en compte des homosexuels une conditionalité de leur financement dans nos pays ?
    Nous sommes contre cette bestialité et perversité que l’on veut nous imposer vaille que vaille !!!
    Je suis avec vous pour le projet de loi d’interdiction des mineurs dans les débits de boisson et autres. Moi j’en concluais que l’ex régime avait décidé d’endormir le peuple avec l’alcool qui se vend à tout bout de chemin. Même les dispositions des textes réglementaires sont bafoués : aux abords des établissement, des cours transformés en débit de boisson et maquis. Voila ceux à quoi nous avons droit, et toute personne qui trouve cela anormal devient un paria dans la cité : l’on te regarde bizarrement et tu passe ton temps à te plaindre à la police et à la mairie, mais sans suite.
    Un banc pour vous aussi pour la question de la vignette des véhicules car ce sont des milliards qui seront gagnés au profit de la nation et la jeunesse, l’avenir de demain de notre très chère Faso.
    Encore un banc et que les homosexuels se reforment car ils sont bien un abomination sur le terre.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 10:25, par le proprio En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    la sanction et la rrpression st une bonne remede pour homosexsualite, cette maniere de liberty ne pas permis dans notre society.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 10:25, par Kamite En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    le paren ne maitrise meme pas les droits de l’homme. l’hommosexualite est legale et personne ne pourra le reprimer ni a present ni dans le futur. proposer des lois pour legaliser l’avortement et promouvoir l’education sexuelle au lieu de dire des imbecilites. les malades mentaux sont ceux qui refusent de reconnaitre la liberte des autres

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 10:51, par l homme integre fache En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Voila des gens qui ignorent tout de l homosexualite et qui veulent en parler, vous et votre parrain bado vont nous ramener a l age de la pierre.Quand on est adulte, on gere son histoire de cul comme on l entend, l essentiel est de ne pas enfeindre la loi

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 11:11 En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    excusez moi mais je demande la signification de HOMOSEXUEL d’abord avant de me lancer dans le débat. merci .

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 11:27, par Alexio En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Je ne suis pas Homosexuel. A mon grand etonnement un parti politique qui veut legiferer une loi qui va l encontre des droits inealables des citoyens en 2015. Votre discriminations de passera pas. Les droits de lhomme nest seulement instituer qu aux heterosexuels,mains al humanite toute en entiere que vous etes tentative en collusion.

    La these que vous avancez de l homophilie comme maladie est ridicule pour un parti politique møble d intellectuels(es) analphabete a la cause. Votre Homophobie est ANTI-DEMOCRATIQUE.

    La biologie nus a demontrer que l homosexuelalite etant une complexite emanant dune defaillance genetique.
    Cela ne donne pas carte blanche aux Heteros d appliques des normes societaires discriminatoires contre cette minorite sexuelle.

    Quand pensez vous des prostituees, les males feminins,l inverse, les traverstis ?
    Au Zibabwe,il ya des coutumes ou les femmes se marient entre elles. Est-ce une culture Europeenne que beaucoup de nos prejuges ont taxes de cultures europeennes.

    En Afrique on a cette culture de balayer tout ceux que nous n aimions pas sous le nos matelats. Alors par cet acte le mal vivra dans la clandestinite.

    Il est grand de mettre a jour un debat sans parti pris sur l homosexualite, ses origines genetiques etc.

    En Democratie, il y a place pour tout le monde, sans references ou orientations sexuelles comme norme.
    Je le repete l homosexualite n est pas une maladie. Donc unutile de dire qu on peut reprogrammer cette tendance. Par contre les pedofiles peut etre reprogrammer par une therapie de longue haleine qui peuve s etaler plus de cinq a dix ans de suivi sexiologique par des spesialistes en la matiere.

    Et si le patron lui meme etait Homophile ? Comment il allait s ensortir de cette oriention sexuelle ? Par s auto-oppresser par des textes paraphes ? Ici le realisme vous appelle a la raison.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 11:55 En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Bon courage au parti des idées !! Total respect pour ce parti avec ses propositions. .. mais où est passée la loi anti corruption du Pr BADO ? J’espère que vous ne reculez pas sur cette question aussi cruciale pour la nation... Des gens verront leur pouvoir fondre dans leurs mains comme beurre au soleil quand le peuple aura à choisir entre des idées/propositions que entre hommes et partis...!

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 12:28, par salfo En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Vraiment, chapeau à ce parti qui veut aider le peuple burkinabè à se débarrasser de ces homosexuels.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 13:46, par julien dabiré En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Bonjour, j’ai souvent voulu intervenir dans votre forum, mais j’ai constaté que l’opinion plurielle est la moins partagée au Burkina Faso. Au lieu de répondre ou plus exactement de donner son point de vue, ce qui est de droit, les internautes cherchent surtout à humilier les autres de sorte que parfois, je me demande si ce forum est vraiment modéré.
    c’est pourquoi, tout en requérant l’anonymat, je vous partager le point de vue suivant. Si l’anonymat ne peut être obtenu, ne pas publier. merci de votre compréhension.

    Je ne connais pas le contenu de la proposition de loi sur l’homosexualité mais en toute humilité, je pense que le PAREN défonce des portes ouvertes à propos du mariage entre personnes de même sexe. En consultant le code des personnes et de la famille du Burkina Faso, j’ai pu extraire certaines dispositions qui me font croire que c’est déjà interdit à moins que cette proposition de loi ait pour objet verrouiller ces articles (comment ? aidez-moi !). Et pareil mariage pourrait être attaqués en nullité absolue par le procureur du Faso et même toute personne intéressée. Les juristes disent que cela relève de l’ordre public. Voici ces dispositions et je pense que ce n’est pas tout.

    Art. 234 al 1. Le mariage résulte de la volonté libre et consciente de l’homme et de la femme, de se prendre pour époux.

    Art. 237 al 1. Le mariage est la célébration d’une union entre un homme et une femme, régie par les dispositions du présent code.

    Art. 238. Le mariage ne peut être contracté qu’entre un homme âgé de plus de vingt ans et une femme de plus de dix-sept ans, sauf dispense d’âge accordée pour motif grave par le tribunal civil.
    Cette dispense d’âge ne peut être accordée en aucun cas pour un homme ayant moins de dix-huit ans et une femme ayant moins de quinze ans.

    Art. 275 al. 2. L’officier de l’état civil demande à chacun d’eux, l’un après l’autre s’ils veulent se prendre pour mari et femme.

    Art. 281. La nullité du mariage doit être prononcée :
    1) lorsque les conjoints ne sont pas de sexe différent ;

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 14:08, par celest En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    je félicite le PAREN ,le gouvernement doit prendre des initiatives pour lutter contre l’homosexualité qui va l ’encontre des valeurs africaines.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 15:24, par DAO En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    en ce qui concerne l’homsexualité le PAREN dit " l’homosexualité est une maladie....elle doit donc être sanctionnée" bizare tout de même ! achète- t -on sa maladie pour en être sanctionné ? par ailleurs que fait-on des gauchers (ceux qui font tout avec la main gauche) faut-il les supprimer aussi ?
    peut-on interdire dans notre société, les gauchers ? je ne suis pas contre l’existence des homosexuels car cela est une évidence. mais je ne suis pas d’accord qu’ils accèdent au mariage car le mariage doit garder sa première definition : une institution à laquelle l’homme et la femme adhèrent par un libre consentement.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:18, par journaliste En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Merci Alexio pour ton explication par rapport à la biologie. Et comme la plupart des intervenants l’ont écrit, si on suppose que l’homosexualité est une maladie, on ne devrait pas en punir les victimes. Ils ne l’ont pas voulu. Du coup cette proposition de loi est incohérente dans son argumentation. N’importe quoi !!!! Que le CNT fasse attention pour ne pas céder à PROPOSITION D’HUMEUR". On devra donc aussi chercher les masturbateurs/trices pour le punir. Parce que c’est aussi une autre forme de sexe hors l’ordinaire. Et c’est considéré par les religieux comme maladie, dont les souffrant ont besoin de DÉLIVRANCE !

    Je suis d’accord avec l’idéologie du PAREN, Mais pas à ce niveau. ça va créer de la chasse aux sorcières, des accusations futiles, car qui sait qui est homo ?
    Les autres propositions de loi peuvent être examinées, la première doit être d’office écartée par le CNT.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:20, par journaliste En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Merci Alexio pour ton explication par rapport à la biologie. Et comme la plupart des intervenants l’ont écrit, si on suppose que l’homosexualité est une maladie, on ne devrait pas en punir les victimes. Ils ne l’ont pas voulu. Du coup cette proposition de loi est incohérente dans son argumentation. N’importe quoi !!!! Que le CNT fasse attention pour ne pas céder à PROPOSITION D’HUMEUR". On devra donc aussi chercher les masturbateurs/trices pour le punir. Parce que c’est aussi une autre forme de sexe hors l’ordinaire. Et c’est considéré par les religieux comme maladie, dont les souffrant ont besoin de DÉLIVRANCE !

    Je suis d’accord avec l’idéologie du PAREN, Mais pas à ce niveau. ça va créer de la chasse aux sorcières, des accusations futiles, car qui sait qui est homo ? Les autres propositions de loi peuvent être examinées, la première doit être d’office écartée par le CNT.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 16:48, par journaliste En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Merci Alexio pour ton explication par rapport à la biologie. Et comme la plupart des intervenants l’ont écrit, si on suppose que l’homosexualité est une maladie, on ne devrait pas en punir les victimes. Ils ne l’ont pas voulu. Du coup cette proposition de loi est incohérente dans son argumentation. N’importe quoi !!!! Que le CNT fasse attention pour ne pas céder à PROPOSITION D’HUMEUR". On devra donc aussi chercher les masturbateurs/trices pour le punir. Parce que c’est aussi une autre forme de sexe hors l’ordinaire. Et c’est considéré par les religieux comme maladie, dont les souffrant ont besoin de DÉLIVRANCE !

    Je suis d’accord avec l’idéologie du PAREN, Mais pas à ce niveau. ça va créer de la chasse aux sorcières, des accusations futiles, car qui sait qui est homo ?
    Les autres propositions de loi peuvent être examinées, la première doit être d’office écartée par le CNT.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:05, par kobe En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Homosexuel !!!!! ce sont eux qu’au temps de LOT ont été exterminés par le DIEU. Dieu sauve le Burkina et tue les tous !!!!!! sans exception. Ils veulent corrompre la vie comme Vous aviez crée le bon fonctionnement. Maudit soient tous ses homos.
    Vous serez vaincus, bande de malade inventé.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 18:24, par Shalom En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    merci pour ces proposition. Mais attention aux dérives pour ne pas qu’on aboutisse à des dérives comme nos braves mamans qui devenues vielles et réduites en loques par des hommes de peu de foi et d’esprit sont accusées de sorcières.

    Répondre à ce message

  • Le 9 février 2015 à 21:21, par Michel En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Depuis quand c’est les politiciens qui sont en mesure de diagnostiquer les maladies ? Et depuis quand on peut te mettre en prison parce que tu es, disons, ’malade’ ? C’est du n’importe quoi cette Partie.

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 09:29, par DAO En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    dans sa proposition de loi sur les homosexuels, le PAREN a oublié les fous ! il faut les supprimer aussi car ce sont des malades ! l’Etat pourra même faire des économies parce que tous centres psychiatriques seront fermés et les medecins psychiatres affectés à d’autres activités médicales ! tout cela pour dire que cette proposition du PAREN est fantaisiste, voire ridicule !
    tantôt serieux, tantôt comique, tantôt triste, le PAREN ne laisse jamais indifférent ; c’est cela sa force et en même temps sa faiblesse !!!

    Répondre à ce message

  • Le 10 février 2015 à 11:37, par Kalebetomn En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    Il y a quelques bonnes idées dans vos propositions, mais une fois de plus, ces idées sont noyées dans beaucoup de populisme. C’est bien de faire des propositions mais encore faut-il qu’elles soient intelligentes et constructive.
    1- L’interdiction n’a jamais réglé un problème, si tenté qu’on puisse considérer l’homosexualité comme tel. En quoi la vie sexuelle (privée) des individus vous concerne t-il ?
    2- concernant la vignette automobiles. Vous parlez d’une recette de 5 milliards par an alors que 24000 X 25000 ca fait 600 000 000. en plus comment estimez vous cette recette de 5 milliards ? combien d’automobiles y a t-il au Burkina ? Allez disons 1 million pour être très optimiste. voulez vous ajouter une charge de 5000 minimum sur des citoyens parce qu’ils possèdent une voiture ?
    3- l’assurance sur la créance des salaires est peut-être noble comme idée. mais au lieu de mettre ca en place on ferrait mieux de s’assurer que les dispositions qui sont déjà en place fonctionnent correctement. je veux parler du fait de déclarer tout les travailleurs à la CNSS. de faire en sore que les décisions de justice soient bien appliquées en cas de liquidation judiciaire pour que les salariés entre vite dans leurs droit, etc. Il ne faut pas mettre des loi pour les faire mais faire des lois qui seront applicables. combine de personnes travaillent dans des structures qui peuvent se permettre de tells assurances ? que faites vous de cout du travail ?
    4-eviter de traiter les gens "d’inconscient". ce sont ces inconscient qui ont chasse Blaise.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2015 à 00:41 En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    "l’homme intègre" fâché est un homo, c’est regrettable. c’est comme si un fou nous demandait de déclarer ou d’accepter que sa folie est normale. je l’invite à observer les animaux dans la nature où aucun mal (sauf s’il n’y à aucune femelle) ne recherchera du plaisir sexuelle avec un autre mal - ces derniers se conduisant par instinct. Toutefois, Je n’irai pas jusqu’à me joindre à ceux qui veulent lyncher les homosexuels dans dans leurs excès ; tout comme je ne peux aimer un homosexuel non plus. C’est vraiment une situation contre-nature. Je ne veux pas faire pire que les animaux. ça sera le cas assurément si l’homosexualité devait être accepté sous nos cieux : l’être humain en dessous de l’animal. Une sagesse populaire veut que l’humanité se réfère à la nature quand elle ne sait plus dans quel sens aller. Alors, "kâ ya mam tenga (ici, c’est chez nous), ceux qui acceptent ou veulent accepter l’homosexualité ; c’est leur droit. Mais vouloir imposer ça partout, y compris chez nous, il auront "Al kahida nouvelle version". A bon entendeur, salut.

    Répondre à ce message

  • Le 11 février 2015 à 12:14, par Le sage En réponse à : Conseil national de la transition : Le PAREN va faire quatre propositions de lois

    « Pourquoi » en Afrique on ne peut pas faire un débat dépassionne responsable et constructif sur cette question de société vielle comme le monde. Je vous propose la réflexion d’une Nigériane sur la question dans le contexte de l’adoption d’une même loi au Nigeria. C est édifiant :
    "Je vais l’appeler Sochukwuma. Ce garçon maigre, souriant, aimait jouer avec nous, les filles de l’école primaire de Nsukka [ville au Sud-Est]. Nous étions jeunes. Nous savions qu’il était différent. Nous disions : “Il n’est pas comme les autres garçons.” Mais sa différence était anodine et n’appelait aucun commentaire. C’était comme ça, tout simplement. Nous n’avions pas de nom pour cela. Nous ne connaissions pas le mot “gay”. Sochukwuma était gentil et il jouait si bien à l’oga [jeu de jeune fille] que son équipe gagnait tout le temps.

    A l’école secondaire, certains garçons de sa classe ont essayé de jeter Sochukwuma du balcon du deuxième étage. C’étaient des adolescents costauds qui avaient appris à reconnaître, et à craindre, la différence. Ils avaient un nom pour le désigner. Homo. Ils se moquaient de lui parce qu’il chaloupait des hanches en marchant et qu’il avait des gestes maniérés. Il subissait les railleries en silence, répondant parfois par un sourire gêné. Si seulement il avait pu être comme les autres garçons voulaient qu’il soit. J’imagine combien il a dû se sentir seul et désarmé. Les garçons se demandaient souvent : “Pourquoi est-ce qu’il n’est pas comme tout le monde ?”
    Parmi les réponses à cette question, il y aurait eu notamment : “Parce qu’il est anormal”, “parce que c’est un pécheur”, “parce qu’il a choisi ce mode de vie”. Mais la vraie réponse, c’est : “Personne ne le sait.” Nous ne comprenons pas tout, il faut savoir le reconnaître humblement, en toute humanité. A 8 ans, Sochukwuma était manifestement différent. Ce n’était pas sexuel, c’était encore trop tôt pour ça, mais cela concernait l’image qu’il avait de lui-même et qu’il renvoyait aux autres. Bref, il était différent. Il n’aurait pas pu “choisir ce mode de vie”, il était trop jeune pour le faire. Et pourquoi aurait-il choisi d’être gay dans un monde qui rend la vie si difficile aux homosexuels ? D’ailleurs, pourquoi quiconque aurait-il fait un tel choix ?

    La marque d’une vraie démocratie, c’est la protection des minorités

    La nouvelle loi qui érige en crime l’homosexualité est très appréciée des Nigérians. Mais c’est un constat d’échec pour notre démocratie, car la marque d’une vraie démocratie n’est pas le règne de la majorité, mais la protection des minorités. En outre, cette loi est anticonstitutionnelle et ambiguë. On peut par ailleurs se demander en quoi elle était prioritaire dans un pays accablé de tant problèmes. Mais par-dessus tout, il s’agit d’une loi injuste. Même si nous ne vivions pas dans un pays où l’alimentation électrique est épouvantable, où les diplômés de l’université savent à peine lire, où l’on meurt de maladies faciles à traiter et où les islamistes de Boko Haram massacrent des lycéens, cette loi n’en serait pas moins injuste.

    Nous ne pouvons pas être une société juste si nous ne sommes pas capables d’accepter de petites différences, de faire preuve de tolérance. Nous pouvons ne pas comprendre l’homosexualité, nous pouvons la trouver exécrable à titre personnel, mais notre réaction ne peut pas être d’en faire un crime.

    Un crime fait des victimes. Un crime nuit à la société. En quoi l’homosexualité peut-elle être considérée comme un crime ? Des adultes ne nuisent pas à la société par la manière dont ils s’aiment. Voilà une loi qui non seulement n’évitera aucun crime, mais qui bien au contraire va engendrer des actes de violence : il y a déjà, ici ou là au Nigeria, des agressions contre des gens “soupçonnés” d’être gays. Dans notre société, les hommes sont très affectueux les uns envers les autres. Ils se tiennent par la main. Ils se serrent dans les bras. Allons-nous maintenant arrêter deux amis qui partagent une chambre d’hôtel ou qui marchent côte à côte ?

    De nombreux Nigérians sont favorables à la loi parce qu’ils croient que la Bible condamne l’homosexualité. La Bible peut fournir des règles de vie individuelle, mais en aucun cas elle ne doit être une source de droit : non seulement parce que les livres saints des différentes religions n’ont pas la même portée pour tous les Nigérians, mais aussi parce que les livres saints sont lus différemment par différentes personnes. Ainsi, la Bible condamne également la fornication, l’adultère et le divorce, et pourtant ce ne sont pas des crimes. Pour ceux qui soutiennent la loi, l’homosexualité constitue une catégorie à part, en ce sens qu’elle n’est pas “normale”.

    Si nous sommes majoritaires, nous avons tendance à penser que ceux qui font partie de minorités sont anormaux. Non pas parce qu’ils ont fait quoi que ce soit de mal, mais parce que nous avons décrété que nous représentions la norme et que comme ils ne sont pas comme nous, ils sont anormaux. Cette loi vise à uniformiser l’humanité. Mais un monde qui n’existe pas ne va apparaître en vertu d’une loi : la vérité de la condition humaine, c’est que nous sommes une espèce diverse, aux multiples facettes. Pour une large part, notre attitude envers ceux qui sont différents de nous donne la mesure de notre humanité. Nous ne pouvons pas – nous ne devons pas – éprouver de l’empathie uniquement pour les gens qui sont comme nous.

    La vérité de la condition humaine : nous sommes une espèce diverse

    Certains partisans de la loi ont demandé : “Qu’y aura-t-il après [le mariage gay] ? Le mariage d’un homme et d’un chien ?” Ou alors : “Avez-vous déjà vu des animaux gays ?” (En fait, certaines études montrent qu’on retrouve un comportement homosexuel chez de nombreuses espèces animales.) Or, tout simplement, les hommes ne sont pas des chiens, et il est inhumain de partir du principe qu’un homosexuel est comparable à un animal. L’humanité de nos semblables ne se réduit pas à la manière dont ils s’aiment et à ceux qu’ils aiment. Certains animaux s’entre-dévorent, d’autres abandonnent leurs petits. Devons-nous aussi suivre ces exemples ?

    D’autres défenseurs de la loi affirment que les homosexuels se livrent à des sévices sexuels sur des petits garçons. Il y a des hommes qui commettent de telles agressions sur des petites filles, des femmes sur des petits garçons, et nous n’attribuons pas ce comportement à leur hétérosexualité. Les violences sexuelles contre les enfants sont un crime odieux, commis aussi bien par des hétérosexuels que par des homosexuels (et c’est pour cela qu’il s’agit d’un crime : les enfants, du fait qu’ils ne sont pas adultes, doivent être protégés et ne peuvent pas donner leur consentement sexuel).

    Certains des partisans de la loi ont également fait vibrer la corde nationaliste. L’homosexualité est “anti-africaine”, disent-ils, et nous ne voulons pas devenir comme l’Occident. L’Occident n’est pourtant pas un havre de paix pour les homosexuels ; les actes de discrimination contre les gays ne sont pas rares aux Etats-Unis ou en Europe. Mais cette idée d’une homosexualité “anti-africaine” est particulièrement perverse. Sochukwuma est né de parents ibos [ethnie du Sud, réputée conservatrice], ses grands-parents et ses arrière-grands-parents étaient ibos. Quand il est né, il était destiné à tomber amoureux d’autres hommes. De nombreux Nigérians connaissent quelqu’un comme lui. Un garçon qui se comportait comme une fille. Une fille qui se comportait comme un garçon. L’homme efféminé. La femme masculine. Des gens que nous connaissions, des gens comme nous, nés et élevés sur le sol africain. En quoi sont-ils “anti-africains” ?

    L’idée d’une homosexualité “anti-africaine” est particulièrement perverse

    C’est plutôt cette loi elle-même qui est “anti-africaine”. Elle va à l’encontre des valeurs de tolérance qui sont au cœur de nombreuses cultures africaines. (Dans le territoire des Ibos [sud-est du Nigeria] des années 1970, Area Scatter était un musicien populaire, un homme habillé en femme, maquillé, aux cheveux tressés. Nous ne savons pas s’il était gay – je pense qu’il l’était –, mais s’il se produisait aujourd’hui, il pourrait encourir jusqu’à quatorze ans de prison. Pour être ce qu’il est.)

    De plus, cette loi n’est pas née d’un débat national : nous avons regardé CNN et nous avons appris que des pays occidentaux débattaient du “mariage homosexuel”, alors nous avons décidé que nous adopterions une loi interdisant un tel mariage. A-t-on jamais entendu au Nigeria, pays dont la Constitution définit le mariage comme l’union d’un homme et d’une femme, un homosexuel revendiquer le mariage homosexuel ?

    Cette loi est injuste. Il faut l’abroger. Tout au long de l’Histoire, de nombreuses lois inhumaines ont été adoptées et ont fini par être révoquées. Barack Obama, par exemple, ne serait pas là aujourd’hui si ses parents avaient obéi aux lois américaines qui pénalisaient le mariage entre Noirs et Blancs.

    Une connaissance m’a récemment dit : “Si tu soutiens les gays, comment crois-tu avoir été engendré ?” Il y avait évidemment des homosexuels nigérians quand j’ai été conçue. Les gays existent depuis que l’humanité existe. Ils ont toujours été un petit pourcentage de la population humaine. Nous ne savons pas pourquoi. Tout ce qui compte, c’est que Sochukwuma est nigérian et que son existence n’est pas un crime".

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce champ accepte les raccourcis SPIP {{gras}} {italique} -*liste [texte->url] <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Bobo-Dioulasso : Des jeunes outillés sur l’analyse des politiques publiques et la stratégie de plaidoyer
Les députés frondeurs ont cessé l’utilisation du sigle "UPC"
Appel de citoyens à la candidature de Kadré Désiré Ouédraogo : « Une vieille stratégie politique démodée », selon Adama Yasser Ouédraogo du CDP
Nouveau règlement de l’Assemblée nationale : Le format du discours du Premier ministre devant le parlement sera réduit
58è anniversaire de l’indépendance : Le Burkina a revisité son histoire à Manga
Message à la nation du président du Faso : Les Burkinabè sont-ils réellement disposés à l’unité et à la cohésion nationale ?
Sondage d’opinion « Présimètre » : Roch Kaboré obtient 4,91 sur 10 pour sa 3e année de gouvernance
Demande d’extradition de François Compaoré : Les commentaires du gouvernement burkinabè sur la décision de la Cour d’appel de Paris
Crise au conseil municipal de Gourcy : « Nous serons désormais obligés de nous défendre contre nos agresseurs » (Responsable provincial des jeunes du MPP)
Loi sur le vote des Burkinabè de l’étranger : Les Burkinabè d’Espagne s’insurgent contre les missions d’explication
Politique : Le PDS/Metba se prépare pour les élections de 2020
Réseau des femmes Leaders : Projecteurs sur la participation politique de la jeunesse féminine burkinabè
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés