Pour la dissolution du RSP : Des politiciens et des membres de la societé civile s’expriment

dimanche 8 février 2015 à 22h49min

« Nous ne voulons pas d’une armée dans une armée » ! Ainsi, se résume le message de la coordination des OSC adressée au Régiment de sécurité présidentielle ce samedi 7 février 2015 à la place de la révolution. Conscients que la lutte entamée les 30 et 31 octobre 2014 est inachevée, les jeunes et les femmes sont ressortis nombreux pour dire Oui au démantèlement du RSP au profit d’une armée républicaine unifiée. A la fin du meeting qui a duré 3 heures d’horloge, nous avons arraché quelques mots à certains « Chasseurs de dictateurs », puisque c’est ainsi que se font appeler les manifestants. Pour eux, il n’y a plus à tergiverser : le RSP doit être dissout pour la bonne réussite de la transition burkinabè. Lisez !

Pour la dissolution du RSP : Des politiciens et des membres de la societé civile s’expriment

Me Bénéwendé Sankara, Président du Front progressiste sankariste, « Le RSP n’a plus sa raison d’être »
Le Régiment de sécurité présidentiel est un régiment qui a été élaboré par Blaise Compaoré pour ses besoins personnels. Ayant fui avec l’insurrection, le RSP n’a plus sa raison d’être. Son démantèlement avait été recommandé par le Collège des Sages depuis le 30 juillet 1999. Aujourd’hui, demander la dissolution et le démantèlement de ce corps, est une exigence de notre peuple. De ce point de vue, nous pensons que les tractations qui sont en cours avec les autorités de la transition devraient purement et simplement être reversées dans le cadre des réformes générales comme cela est prévu dans la charte de la transition. Il n’y a pas, de mon point de vue, lieu à faire des reculades, à négocier le dilatoire, avec le régiment de sécurité présidentielle. Nous pensons qu’il faudrait ici et maintenant, le démanteler et le reverser dans l’armée républicaine. Le RSP n’est pas au-dessus des autres institutions de la république. 2000 militaires ne peuvent pas confisquer et prendre en otage la vie de plus de 17 millions de Burkinabè. Ce n’est pas possible ! L’armée est au service du peuple et l’expertise des militaires qui y sont dedans, peut être remployée dans d’autres structures.

Jonathan TAPSOBA, député du CNT, « Il faut qu’on laisse les autorités travailler »
Notre position est toute simple. Il faudrait qu’on fasse en sorte que le RSP disparaisse parce que nous ne pouvons pas avoir deux armées sur le même territoire. Il faut une seule armée qui va s’occuper de la défense et de la sécurité des populations. Aujourd’hui, nous trouvons que leur présence est inopportune, et surtout qu’ils dérangent la transition. Il faut qu’on laisse les autorités travailler parce que nous n’avons pas 12 ans ; nous n’avons que 12 mois. Et pour pouvoir travailler efficacement, il faut qu’on arrête d’interrompre les conseils des ministres, qu’on arrête de déranger la population et les autorités de la transition.

Rasmané Ouédraogo, Artiste-Comédien, « La peur a changé de camp »
Depuis un certain temps, nous assistons à un marasme dû à un comportement antipatriotique du régiment de sécurité présidentielle. Voilà un régiment qui est devenu anachronique, archaïque, désuet, parce que les raisons qui ont prévalu à sa création ne sont plus valables. Blaise est parti alors qu’ils (ndlr, les éléments du RSP) s’en aillent. De toutes manières, dans une république normale, on sait quelles sont les forces de l’ordre qui gardent le président : il y a la police et la gendarmerie. Il faut que les militaires du RSP rejoignent les autres militaires dans les camps. Voilà des gens à qui on a tout payé, voilà des gens qui se retournent aujourd’hui pour faire du chantage au peuple. Mais la lutte va aboutir parce que le peur a changé de camp. Le peuple connait ses droits et est prêt à mourir pour parvenir à ses desseins. Des martyrs sont tombés pour que Blaise parte et nous sommes prêts pour que le RSP disparaisse de notre paysage politique.

Eli Kamano, Artiste musicien Guinéen, « On peut tuer les hommes aux grandes idées mais pas les idées »
Je vous garantis que j’ai voulu tenir un sit-in dans mon pays pour soutenir le peuple burkinabè, chose qui a été empêchée par les autorités de la Guinée parce qu’ils avaient peur que les évènements qui se sont produits au Burkina, ne se produisent dans leur pays. J’ai donc jugé nécessaire de me déplacer pour venir au Burkina Faso pour vivre la chaleur du changement avec le peuple. Le Burkina donne une leçon aux peuples africains qui ont soif de liberté. Aujourd’hui Sankara est mort et je le dis souvent dans mes chansons, on peut tuer le révolutionnaire mais on ne pourra jamais tuer la révolution. On peut tuer les hommes aux grandes idées mais pas les idées. Aujourd’hui vous avez donné une très belle leçon aux autres dictateurs qui veulent s’éterniser au pouvoir contre le gré du peuple. Je pense donc que la peur de nos autorités en Guinée émane du fait que le seul révolutionnaire sankariste dans le pays c’est Eli Kamano. Quand il descend dans la rue, la population suit. Je suis très content et je tire mon chapeau d’artiste engagé à l’ensemble du peuple burkinabè.

Bassolma Bazié, SG de la CGT-B, « Il ne doit pas avoir une armée dans une armée »
L’insurrection populaire des 30 et 31 octobre a eu des raisons bien précises. C’est la mal gouvernance, l’impunité des crimes économiques et de sang, c’est la corruption, c’est la fraude, c’est la vie chère. De ce point de vue, les responsables et les autorités, à tous les niveaux, sont interpellés d’avoir constamment à l’esprit les raisons qui ont conduit à l’insurrection. Après l’assassinat du Journaliste Norbert Zongo, le collectif des organisations de masse et de partis politiques, à l’issue des travaux sur la commission nationale d’enquête indépendante, a décelé quatre suspects au niveau du RSP et a revendiqué dès lors la dissolution de ce corps. Notre position est claire, l’armée doit être unie. Il ne doit pas avoir une armée dans une armée. Dans un pays démocratique, c’est le rôle des militaires de veiller à la sécurité des frontières, des populations et des biens. Il ne leur appartient pas d’indiquer qui il faut nommer à tel ou tel poste. L’armée a un rôle précis dans un Etat républicain, au-delà, c’est une intrusion malsaine.
Nous demandons également le démantèlement de toutes les zones rouges et aussi le démantèlement des bases militaires étrangères dans notre pays. Notre combat, au-delà de l’amélioration des conditions de vie des populations, c’est de revendiquer une véritable indépendance politique, économique, militaire et socio-culturelle pour notre pays. Là où se trouve le peuple, la CGT-B est prête et sera toujours présente pour l’accompagner.

Laurent Moné, SG du Collectif anti-référendum (CAR) : « Le RSP constitue une gangrène pour … la démocratie »
Aujourd’hui c’est un grand jour pour les Burkinabè, un grand jour pour la jeunesse consciente en ce sens que nous avons un certain nombre d’objectifs. Aujourd’hui, nous posons sans condition la dissolution pure et simple du RSP parce qu’il constitue une gangrène pour le développement de notre pays, pour la démocratie. Il faut en finir une bonne fois pour toutes car si l’on n’y prend pas garde dès à présent, on risque de basculer dans un chaos. Et c’est nous qui allons beaucoup en pâtir. C’est la raison pour laquelle, nous lançons un appel ferme non seulement aux Burkinabè, aux autorités mais à la communauté internationale de se mobiliser autour de la question afin qu’elle soit résolue pour toujours. Et si dans les jours à venir, des décisions fermes ne sont pas prises, nous allons ressortir. S’il faut une fois de plus assumer, nous allons le faire. Nous allons marcher sur Kossyam pour les (ndlr : les militaires du RSP) déloger. Le président Nelson Mandela a dit ceci : « Quel que soit la puissance de l’armée, face à la population, elle devient impuissante »

Tahirou Barry, Président du PAREN
Le RSP doit connaitre une véritable réforme. Il faut qu’il soit au service du peuple et non pas au service d’un homme. On n’a pas besoin d’une armée dans une armée, on n’a pas besoin d’une institution dans une institution. Le RSP ne sera grand que lorsqu’il se mettra de façon franche et sincère au service du peuple souverain.

Gislain Bonzi, Mouvement M21
Avant de parler du RSP, je voudrais parler des leaders du CDP. Il est inhumain qu’après les 30 et 31 octobre, ces gens parachutent, avant même qu’il n’y ait une cérémonie d’hommage aux martyrs, pour observer une minute de silence en leur nom. Nous ne voulons pas qu’ils continuent de salir la mémoire de ceux qui sont tombés lors de l’insurrection. Il est temps qu’ils prennent leurs bagages et foutent le camp d’ici avant que les choses ne tournent au vinaigre. Je suis contre le RSP. C’est nous qui avons fait notre insurrection et nous avons remis le pouvoir à un responsable, un civil pour assurer la transition. Il n’y a donc pas de raison pour que ces militaires viennent persécuter cette transition. Et s’ils continuent à mettre la pression sur qui que ce soit et que les élections pas eu lieu en 2015, nous allons réagir.

Martine Yabré, Societé civile « Même s’ils détiennent les armes, c’est le peuple qui décide ».
La spécificité de notre engagement en tant que femme, c’est de préserver les acquis de l’insurrection populaire. Ce n’était pas évident qu’on puisse amorcer un processus de transition. Mais dès lors qu’il y a eu un minimum de consensus contenu dans la charte et qui commande aujourd’hui un certain nombre d’actions sur le terrain, il est de bonne guère qu’on puisse se mobiliser pour dire « Non aux intimidations, non à la prise en otage de la transition ». On souhaiterait quand-même que le délai imparti pour la fin de la transition soit respecté. Même si les contenus des messages diffèrent, nous nous rejoignons en un seul point qui est l’unité pour la préservation des acquis de la transition de telle sorte qu’en novembre 2015, la passation de charges entre Michel Kafando et le président élu démocratiquement puisse avoir lieu. Le RSP a compris que c’est la voix du peuple qui compte et non pas la leur. Même s’ils détiennent les armes, c’est le peuple qui décide. Et comme plus rien ne sera comme avant, alors intégrons dans nos comportements, le respect des valeurs contenues dans notre charte.

Souleymane Ouédraogo, alias Basic Soul du Balai Citoyen, « La lutte n’est pas terminée »
Nous sommes satisfaits de la mobilisation de ce matin qui est tout à fait exceptionnelle compte tenu du temps qu’on a pris pour organiser ce rassemblement. Nous sommes également satisfaits des différentes interventions de ce jour, des nombreux artistes musiciens et de la réaction du public. On va dire là, que le RSP a compris le message. On ne veut pas de ce corps, on ne veut pas une division au sein de l’armée. Je pense que maintenant, il y a un processus qui va se mettre en place. Nous allons suivre attentivement ce processus de démantèlement, de dissolution du RSP. Il y a une coalition de la societé civile qui été mise en place. Vigilance et engagement autour de ce point qui est non négociable. D’ici-là, toute la stratégie sera dévoilée et on compte accompagner les autorités de la transition jusqu’au retour à l’ordre constitutionnel normal après les élections. Et le mot d’ordre est le même : la lutte n’est pas terminée et on reste mobilisé.

Propos recueillis par Herman Frédéric BASSOLE
Lefaso.net

Messages

  • Bien dit mes frères, le RSP n’a plus besoin d’existé, il faut le reformer avec la lettre et l’esprit une armée républicaines neutre pour servir le peuple et son représentant, c’était la volonté du conseil des sages comme l’a rappeler maître Sankara.

  • Le RSP n’a plus sa raison d’être ! Le démantèlement de cette milice est non négociable ! Le Boss a fui et les employés sont toujours accrochés, ce qui témoigne de leur mauvaise foi !

  • De quelle lutte vous parlez vous rasmane vous etes de tous les régimes toujours prêt a tourné votre veste pour manger je vous conseille de rester comédien et de laisser la chose politique aux politicien . A bon entendeur salut

  • J’ai pitié des burkinabé avec de tel agissement et pseudo politiciens sans ligne directrice sinon comment les meme qui ont soutenu les manif demandant le depart des DG et des Ministres viennent ojourd8 s’opposer a la manif des soldats du RSP. Bonne chance à vous et que Dieu noys garde.

  • Nous étions mobilisés hier, nous sommes mobilisés aujourdhui et nous resterons mobilisés demain et toujours contre la dictature des militaires au Burkina Faso.

  • Nan lara an saara ! Nous reterons debout !

  • La communauté internationale sait bien le remède de notre démocratie. Au lieu de nous aider à déblayer le chemin, elle nous demande d’aller vite aux élections. Nous sommes tous unanimes pour cela mais qu’elle nous aide à nous débarasser des ennemis de notre transition. Elle sait, du moment même qu’elle peut suivre toutes les communications des élements du RSP avec leur "champion" vivant dans sa belle famille. Elle nous aide mais elle ne va pas jusqu’au bout.

  • malheureusement je constate que c’est les mêmes tares (exclusion, discours de haine, ....) les mêmes ingrédients qu’on reprend seulement on a changé de marmite pour la cuisson. le pire c’est que avant il y avait un vrai cuisinier mais maintenant tout le monde est cuisinier. il n’y a pas d’autorité. dommage pour mon pays qui reprend des termes comme M21 à l’image du M23 congolais. c’est regrettable cette prolifération des OSC avec la haine.

  • on a chassé Ebola Blaise, il est grand temps de mettre hors d’état de nuire ce RSP qui est une véritable tumeur cancéreuse pour notre démocratie et transition. On ne peut tolérer 2 armées dans ce pays !

  • BLABLABLABLA , ils sont tous de Burkinabé ce militaire, je pense que ZIDA est un hypocrite, il joue le Burkinabé contre le Burkinabé, mais ce ridicule tout ce histoire mais si c Mr ZIDZA est incapable de réglé des problèmes d’un corps militaire que il est membre et officier, alors que ce que il peut faire pour nous le peuple ? LE Président KAFANDO est un grand homme et il sais ce que il faire pour notre pays, mais il faut allez pas nommé ZIDZA comme Premier Ministre du FASO qui est vraiment incompétent pour géré notre chère FASO,aussi à tout ce politiciens qui nous amène la ou on nais sais pas, je pense que il faut réfléchir deux fois avant de réagir bêtement pour votre seul intérêt, PEUPLE du BURKINA, CAPITAINE THOMAS SANKARA nous ouvert les yeux pour toujours c’est ensemble que on peut avancé, THOMAS a dit en bas le politiciens, on veut un nouveau Burkina avec de nouveau gens, pas avec de personne qui veut juste rempli leur poche, LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS ;

  • BLABLABLABLA , ils sont tous de Burkinabé ce militaire, je pense que ZIDA est un hypocrite, il joue le Burkinabé contre le Burkinabé, mais ce ridicule tout ce histoire mais si cette Mr ZIDZA est incapable de réglé de problème d’un corps militaire que il est membre, alors que ce que il peut faire pour nous le peuple ? LE Président KAFANDO est un grand homme et il sais ce que il faire pour notre pays, mais il faut allez pas nommé ZIDZA comme Premier Ministre du FASO qui est vraiment incompétent pour géré notre chère FASO,aussi à tout ce politiciens qui nous amène la ou on nais sais pas, je pense que il faut réfléchir deux fois avant de réagir bêtement pour votre seul intérêt, PEUPLE du BURKINA le CAPITAINE THOMAS SANKARA nous ouvert les yeux pour toujours c’est ensemble que on peut avancé, THOMAS a dit en bas le politiciens, on veut a nouveau Burkina avec de nouveau gens, pas avec de personne qui veut juste rempli leur poche,

  • Camarades frères et soeur, votre démarche n’est pas appropriées.
    Vous risquer d’être les troubleures de la nation. C’est leur droit de faire des revendications.
    Je pense que pour vous montrer plus responsable, il étais important pour moi de procéder à la demande d’une rencontre d’échanges avec les 1ères responsables pour en savoir plus et leur proposer d’autre forme de revendication. Si vous n’arrêter pas, vous risquer de rentre pire la situation de la nation et chacun de vous sera juger par sa conscience.
    Je vous conseil de revoir votre façon de faire.

  • La leçon doit être comprise par Boureima KIERE, Chef d’Etat major particulier auto-proclamé. J’ose croire que c’est un tortionnaire, mais plus intelligent que Blaise Compaoré et qu’il n’acceptera pas prendre service car c’est la honte et le déshonneur qui le guettent. Il doit savoir quitter à temps et éviter de multiplier ses crimes. Vous avez déjà beaucoup de sales dossiers et je pense que vous devriez vous retirer et commencer à méditer sur votre sort, au lieu de vouloir intimider le peuple. Soyez sûr que vous serez démanteler de gré ou de force même si votre désillusionnement va être cruel

  • Je suis pour la dissolution de cet corps d élite qui aujourd’hui dérange même des investisseurs qui ont peur de venir au faso a cause de ces gens, vous rsp avez vous raté l au cas ion au départ ils vous alait agir au moment opportun quand blaise voulais coûte que coûte modifier l article 37 vers le mois de juillet août faire un cout d état comme l a fait l armes ninigerins a l époque mais vous avez laissé jusqu’au bout ou le peuple même a deside de prendre les choses en main pendant ce temps vous avez tirer à bout portant sur le peuple pour toujours aider votre Blaise que vous aviez temps soutenir ce qui n a pas marcher car les autre armée et paramilitaires ne vous ai pas suivi et au lieu même que vous l arrêté vous l aviez accompagné jusqu’à cote d ivoire ,d autre au Maroc et vous revenez vous voulez encore mettre so si stem en place. Ça ne passera pas aujourd’hui tout est quater tout le monde vous regarde et vous déteste vous pouvez plus rien faire en plus la haine des autres armée le peuple vous déteste vous auriez du mal a vous faire entendre vous fairez plutôt vous arrangé deriere le peuple sinon vous risquez de finir comme gbago laurant ou moussa sanogo même la France qui complote avec vous ne pourrez rien face a la volonté du peuple burkinabe qui reste déterminer pour une démocratie respecter sans milice ou armée particulier pour ne pas des voyous de Blaise compaore aller y aider les nigerian a combatre boco haram là vous serez aplaudir comme le fait l armes dchadien sinon vous n avez plus votre place ici du moment que vous plus tirer sur le peuple à main nu au yeux du monde qui regarde tous le burkina, la patrie ou la mort nous vaincrons seul la lutte liber

  • la RSP, les politiciens, et tous ceux et celles qui veulent nuire à notre stabilité je vous dits allez-y aux diables, quant es -ce que vous allez nous prendre aux sérieux, nous aussi aspirons a un changement. êtes-vous vraiment des lettrés car vos agitations me désole, les foux valent 20 fois mieux que nos politiciens, nos militaires et ces farfelus de rsp. boka haram présente une menace pour la sous régions allez, si vous aviez vraiment les couilles.merci

  • bien dit dissolution pure et simple du rsp on les affecte ds les differents corps de l armee comme le blaiso l avait fait en 2011 libre a celui qui n est pas consentant de demissioner tout simplement le mieux est de les redeployer securiser nos routes et surtout aller soutenir le tchad le cameroun le nigeria a vaincre boko haram si vraiment ils se disent unite ou corps d elite nous ne voulons plus jamais d un groupuscule qui se fout totalement des interets generaux de la majorite de la population a bon entendeur salut nan laara an saara

  • "Nous demandons également le démantèlement de toutes les zones rouges et des bases militaires étrangères dans notre pays. Notre combat, au-delà de l’amélioration des conditions de vie des populations, c’est de revendiquer une véritable indépendance politique, économique, militaire et socio-culturelle pour notre pays" : Bien dit Bassolma Bazié, SG de la CGT-B.
    Quant à l’Artiste musicien Guinéen Eli Kamano, il est hors sujet. L’article parle du démantèlement du RSP ; et lui fait sa propre prodada. Ethiquement parlant c’est pas dans la presse burkinabè qu’il doit faire de telles déclarations pour dénigrer son propre pays et ses autorités. Et vous journaliste, est-ce que ce monsieur ne vous utilise pas ? Qu’il continue son travail de sensibilisation à travers sa musique engagée, et il verra. Chaque peuple mérite ses gouvernants, et chaque chose a son temps. Qu’il réalise que entre l’assassinat de Thom Sank, Norbert Zongo et d’autres, ça a mis du temps pour que le peuple prenne conscience pour se lever comme un SEUL Homme.

  • Attention a ceux qui veulent utilise
    Les enfants des gens pour marche sur kosyam on veut plus de mort.combien de personne sont mort o sein de votre movement anti referendum ou balaie citoyen ? Allez y vous meme faut pas nous prendre pour bête on n es pas des mouton chacun cour sur ces interet on vous connait au lieu de passé a la negociation chaque fois on vas marche sur kosyam . Combien d opposant sont mort ou blesse durant l insurrection ?meme pas 1

  • La dissolution du RSP n’est pas une solution mais un palliatif. Je pense plutôt à sa réorientation. Elle n’est pas négative et dans un contexte de géopolitique, il pourra être bénéfique pour le Burkina Faso. Messieurs les politiciens, balle à terre car ils ont aussi contribué à la réussite des évènements du 30 et 31 octobre.Pour connaître les problèmes de quelqu’un, il faut s’approcher et échanger avec la personne. Doucement chers frères OSC.

  • Le RSP se trompe d’époque, la gendarmerie, peut remplacer ce corps qui ne joue pas d’une bonne reputation

  • Si dissolution rime avec reforme il n’y pas objet a faire étalage de l’état de notre outil de défense a la face de toutes les menaces qui nous entourent. Rappeler que Zida est unpur produit du rsp et est d’ailleurs pour cette raison que les soc l’on choisit. Sinon la règle dans l’armée dont vous plaigner le sors aujourd’hui c’est le plus ancien dans le grade le plus élevé.
    De même que du pont de vue éthique envoyer sa copie et vous comprendrez pourquoi ils se liguent contre ce rsp.on n’est jamais bien connu que par les siens.
    Le rsp doit savoir que les temps ont changes, le rsp doit éviter de se faire manipule par qui que ce soit mais gardons la raison la défense nationale est la chose intime a un peuple et on ne dit pas tout sur la place public. Sinon tous ensemble nous exposons nos institutions voire la nation a qui sont aux aguets.

  • Les dirigeants qui seront élus en 2015 devront se pencher sérieusement pour assainir le milieu des OSC sinon le malheur du Burkina viendra de certains de ces soi-disant OSC dont les membres n’ont que des intérêts égoïstes, sans aucune culture civique, politique et profitent de cette situation de confusion pour régler leur compte.
    Les discours haineux de ces pseudo leaders font froid au dos.

  • Allez-y molo les gars ! Exiger la dissolution du RSP c’est exiger la dissolution de Zida. Le RSP et ZIDA c’est la poule et l’œuf. Comment et pourquoi croyez vous que tous les Généraux de ce pays ont choisi Zida pour être le Président de la transition ? Sans le RSP, Zida n’a ni le grade ni l’ancienneté pour s’imposer. Le PM de la transition a d’ailleurs intérêt à calmer ses supporters de circonstance qui parlent de ce qu’ils ne savent pas et qui vont le "mélanger" avec ses frères d’arme. Oui, le RSP devait changer de dénomination depuis belle lurette puisque tout le régiment n’a pas pour vocation de protéger le président. C’est une unité d’élite comme il y en a dans toutes les armées. De même qu’il y a les autres compagnies, de meme le Bukina a besoin de ces commandos formés pour des opérations spéciales. Qu’on arrête ausdi de crier sur de faux baudets. Les éléments actuel du RSP ont rien à voir avec les événements passés d’il y a 2o ou 27 ans. Cette génération là a quitté les rangs depuis belle lurette. Pour des jeunes nés dans les années 80, ils se demandent même de quoi on les accuse aujourd’hui. Ils n’ont connu ni SANKARA ni Norbert. Dans leur réflexion pour une réforme globale de l’armée, les galonnés gagnerait à proposer des formules qui valoriseront ce corps d’élite auquel n’accède pas qui veut mais qui peut après une formation de base. Quand les civiles crient à l’immixtion de l’armée dans la politique au Burkina ils oublient que ce sont toujours eux qui les convient à la table de Sangoulé à Zida. Le 30 octobre 2014, le pouvoir était à terre, qu’est ce qui a empêché un de ces leaders des OSC qui vocifèrent actuellement à le ramasser ? Qu’est ce qui a empêché le CFOP Zéphirin de le ramasser au nom de l’opposition ? De grâce, que les civiles ne transposent pas leurs désordre dans l’armée. Ils’ontbmanifesté contre tout : la nomination de ministres, les emonuments au CNT, la nomination de DG. Il ne faudra pas que le virus entre dans les casernes. Les constitutionnalité frondeurs avaient jusqu’à présent forcé le respect pour aider à comprendre pourquoi il fallait un terminus pour Blaise. Eux non plus ne devraient pas tomber dans le populisme langagier de leurs apprenants. De meme qu’il existe l’anarcho-syndicalisme, il ne faudra pas qu’ils inventent l’anarcho- OSCisme. L’armée, les partis politiques et les OSC sont les 3 entités qui conjuguent leurs efforts pour mene à bien la transition politique, il faut laisser chaque entité le soin de regler son fonctionnement et ses problèmes à défaut de l’aider judicieusement. Attention surtout aux frayeurs fébriles inutiles, car si le spectre de Blaise hante la transition, le prochain pouvoir vivra le thriller de son zombie.

  • Voyez mes freres si le RSP au coeur de la ville est un danger.les populations deseouvrees des non-lotis de la peripherie sont tout aussi dangereuses que le RSP pour la securite des institutions de la republique.Pourquoi ?precisement c,est dans ces sous-quartiers que les organisations mafieuses dites civiles font le recrutement de leurs elements aux prix variant entre 2000 frs et 3000frs pour organiser les marches de la casse et du pillage.D,ou il faut revoir la politique d,urbanisation en commencant Par le dementellement des ilots de non-droit(concentration des masses deseouvrees )prete a se vendre aux meilleurs offrants.C,est cette population la qui a terrorise la ville de ouag le 30 et 31 voire meme le 1 novembre dans l,indifference totale et de l,armee et de la police.Pire elle est erigee en heros Par certaines organisations politiques.L,affrontement entre honnetes citoyens et bandes de criminels n,est pas loin,a l,etat d,agir en amont avant qu,il ne soit trop tard.

  • Ce sont les mêmes qui vont fuir le pays lorsque le RSP ne sera plus là pour assurer la pérennité de l’Etat comme en Centrafrique. Je me demande si tous ces hommes politiques ont de la vision. Pourtant Stanislas Bénéwendé SANKARA qui est mon compagnon de la formation militaire commando à pô, devrait le comprendre. Dommage !!!. Le Citoyen.

  • toute la caserve au nigeria pour combattre bokoharam ensuite direction syrie

  • Des intellectuels qui parlent de la sorte, j’ai honte à leur place. Qu’est ce que une armée dans une armée ? Dis le à Zida. Si tout ce que Blaise à fait est mauvais, dissolvez la constitution, abandonnez toutes les institutions de l’État, repartons à La révolution d’août 83. Faisons travailler les méninges afin de sortir quelque chose qui va nous propulser sur les acquis. Je me rappel les parole de célèbre professeur de notre qui disait un un jour sur Rfi à un interview à bobo lors de la SNC : Blaise Compaoré devient un problème pour le Burkina parce qu’il est la base de toutes les institutions démocratiques. Je ne citerai pas son nom. Il s’en rappelera certainement. Est-il une bonne danse ces institutions ou une mauvaise chose ? Je me suis souvent demandé si ceux qui prétendent nous gouverner demain ont vraiment l’amour de la partie sans aucun intérêt quelconque. Vous imaginez combien coûte le stage d’un seul commando ? N’eut été ces gens là, les maliens en 85 avaient tout plié. Politiciens du Burkina faites beaucoup attention. Ne cédez pas aux caprices de ceux qui vous manipulent pour leurs intérêts personnels au détriment du pays. Y’a boko haram à nos portes, y’a les djadistes, y’a les terroristes. Commencez dès maintenant à faire des plans de défense dans vos programmes pour les présidentielles car nous voulons savoir si vous pourrai parer à toute éventualité face à la monté en puissance du terrorisme. C’est facile de crier dissoudre rsp. Zida lui même s’est garder par qui ? Quand vous aurez la chance d’accéder au pouvoir, vous aurez la l’attitude de vous rendre compte !que Blaise n’était pas bête. Voyez autour de nous, Ci, Ghana, Togo, Bénin, Mali, Sénégal etc. Vous comprendrez. Je veux pas parler de l’Europe comme cet idiot’qui nous nous parle de la securite de hollande, de barak obama sur internet. Je veux lui répondre que le garde du corps le Obama est un extra-terrestre, c’est sur le net aussi. Tu dis quoi ? Moi même qui écris là j’ai 4 yeux. Tu dis quoi ? L’inquiétude d’un président n’est pas de son peuple. C’est plus que ça. Si un terroriste explose dans le palais, tout les 17 million de burkinabé empatiront moralement. Lors d’un voyage, si le président est atteint. J’imagine. Vous êtes des prétendants , alors réfléchissez 1000 fois. Je crois qu’il existe d’autres mesures que de casser rsp.

  • soyons très sincère l’erreur que nous tous nous avons commise c’est d’accepter que ZIDA soit premier Ministre.

  • DISSOLUTION DU RSP TOUT DE SUITE ET MAINTENANT

  • Monsieur "levigilant", vous ne savez rien de la guerre de 85. Ce n’est pas le RSP seul qui a sauvé le BF en son temps. Où avez-vous mis le BIA et le RPC (3ème région militaire sous le commandement de Boukari dit le lion) qui avaient abattu un gros travail à l’Ouest ? Ne tronquez pas l’histoire. Je vous dis toujours d’être objectif et éviter les idées partisanes. Quand Blaise a vu que le BIA ne faisait pas son affaire, il l’a pas cassé et affecté tous les militaires dans d’autres régiments ? Qui a parlé ?
    Un militaire ne doit pas effrayer son peuple, au contraire le peuple doit se sentir en sécurité à côté du militaire. Si tu élèves un chien qui te mord, tu fais quoi ? Que le RSP joue son rôle ! C’est tout. Ce n’est que dans ce seul coin actuel ou sous ce nom que les militaires du RSP peuvent servir leur peuple ou quoi ? On découvrira les ambitions cachées de chacun.

  • le rsp doit opérer une mutation radicale et quitter le camp naba koom .passez a Dakar et voyez comment le président est garde:gendarmerie/police un point un trait.affectons le camp a la gendarmerie et amenons les ailleurs avec d autres taches et missions et une autre dénomination que RSP n importe quoi.prenez l exemple sur l armée tchadienne.on veut voir a l œuvre au mali et au Nigeria pour voir ce que vous vallés.VOUS NE POURREZ PAS FAIRE LA FORCE A 17 MILLIONS DE BURKINABÉS.j espère que vous êtes assez intelligents pour comprendre ça.

  • LE RSP connait tous ceux qui s’excite. Ce n’est qu’une question de temps.Les OSC ont été monté de toutes pièces par l’extérieur avec de forte somme d’argent, et leur valets locaux sont ceux que le présent COMPAORE a engraissé depuis le CNR (Conseil National de la Révolution). Ils se sont bien engraissés sur le dos du président. La REVOLUTION, LA VRAIE VA COMMENCER BIENTÔT ET C’EST SUR QU’ILS seront nombreux à prendre la frontière. ON NE BRULE PAS UN PAYS ET PRETENDRE LE GOUVERNER. BANDE DE LACHES.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés