UPC : Rencontre avec les correspondants provinciaux pour s’assurer de l’application des décisions à la base

dimanche 8 février 2015 à 22h50min

L’Union pour le progrès et le changement (UPC) a rencontré ce samedi 7 février à son siège à Ouagadougou ses correspondants provinciaux.

UPC : Rencontre avec les correspondants provinciaux pour s’assurer de l’application des décisions à la base

Echanger avec eux sur la vie du parti et porter à leur connaissance un certain nombre d’informations relatives à la situation nationale. C’est l’objectif de la rencontre que les responsables de l’Union pour le progrès et le changement (UPC) ont eu ce 7 février avec les correspondants provinciaux du parti. A l’absence du président du parti, Zéphirin Diabré, parti à la place de la nation pour prendre part au meeting des organisations de la société civile, c’est au premier vice-président Denis Nikièma que l’honneur est revenu de souhaiter la bienvenue aux 45 correspondants provinciaux de l’UPC. « Nous avons convié nos correspondants provinciaux pour leur donner des informations non seulement sur la vie du parti mais aussi sur la situation nationale. Nous attendons d’eux qu’ils soient le relai du parti dans les provinces, surtout nous allons aujourd’hui discuter avec eux de la mise en place de nos structures », précise Marie-Rose Compaoré/ Konditamdé, secrétaire nationale adjointe chargée des structures de base. La présente rencontre sera par ailleurs l’occasion pour les responsables du parti du lion de s’assurer de l’application à la base des décisions du congrès de juin 2014 qui a vu le renouvellement des instances de la formation politique. Il avait ainsi été décidé au cours de ce congrès d’augmenter le nombre des membres des comités de base du parti. Chaque comité de base devrait compter dix-huit membres au lieu de huit comme c’était précédemment le cas avant le congrès. Certains correspondants provinciaux, à l’image de Aboubacar Sidiki Ouédraogo du Zandoma, assurent avoir déjà mis en œuvre la mesure. Pour la secrétaire nationale adjointe chargée des structures de base de l’UPC, cette décision était indispensable pour assurer une meilleure représentativité des populations des villages et secteurs dans les structures locales du parti. Se prononçant sur la situation, Marie-Rose Compaoré Konditamdé a déploré l’action du Régiment de sécurité présidentielle (RSP) qui exigeait, dit-elle, la démission du Premier ministre et la dissolution du gouvernement de transition. « Pas que nous condamnant cette demande de dissolution, mais nous pensons que cela doit suivre une procédure », a-t-elle nuancé.

Grégoire B. Bazié
Lefaso.net

Messages

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés