Transition politique au Burkina : L’Union européenne souhaite qu’elle soit « transitoire »

jeudi 5 février 2015 à 03h34min

Le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) Alain Holleville, assisté de ses proches collaborateurs, a animé un point de presse dans l’après-midi du mardi 3 février 2015 à Ouagadougou. A l’occasion, M. Holleville a annoncé une importante aide financière de l’Europe pour notre pays non seulement dans le cadre du programme d’aide au développement, mais aussi dans le cadre de l’accompagnement de la transition politique en cours.

Transition politique au Burkina : L’Union européenne souhaite qu’elle soit « transitoire »

L’UE a conçu pour le Burkina Faso, un « mécanisme exceptionnel de soutien budgétaire pour l’année 2015 et pour l’année 2016 ». En sus, elle accordera un appui financier pour les élections qui sont prévues pour sonner la fin de la transition. C’est du moins, ce qu’a annoncé Alain Holleville. Mais, précise-t-il, l’UE attend que les autorités de la transition la saisissent avec un calendrier clair desdites élections. Déjà, le souhait ardent émis par le porte-parole de l’UE dans notre pays, c’est celui du respect du délai de la transition. En effet, martèle M. Holleville, « il faut que la transition soit transitoire », de sorte que les autorités de la transition « passent le témoin » - dans le délai imparti et dans un climat de stabilité - aux nouvelles autorités qui seront démocratiquement élues.

Ces dernières viendront prendre en cours, les financements de l’UE dans le cadre du 11e FED (Fonds européen de développement). Au cours de 2015 en effet, l’UE va, à en croire le chef de sa délégation, mettre à la disposition du Burkina Faso, un montant indicatif initial d’environ 408 milliards de FCFA, soit 623 millions EUR. Des fonds sous forme de dons et dont le décaissement effectif sera étalé jusqu’en 2020. 52% de ces fonds, soit 213,19 milliards de FCFA, doivent être alloués à l’amélioration de la gouvernance financière, économique, politique, et au renforcement de la justice et de l’Etat de droit. 13%, soit 52,48 milliards, sont à injecter dans le secteur de la santé pour soutenir les efforts de réduction de la mortalité maternelle et infantile. A l’effet de soutenir la production agricole, l’accès à l’eau potable et à l’assainissement, 30% de ces fonds (124,63 milliards CFA) seront alloués au secteur de la sécurité alimentaire et nutritionnelle. Et les 4% restants du fonds, soit 18,38 milliards de FCFA, doivent revenir « à la société civile et à l’Ordonnateur national du FED ».

Pour davantage parler de ces fonds du 11e FED notamment quant aux résultats attendus, mais aussi dire tout ce que l’UE fait en matière de politique d’aide au développement, la tenue des ‘’Journées ouagalaises du développement’’ est annoncée. Il s’agit d’un cadre de rencontre entre partenaires au développement et autorités du Burkina, prévu pour l’après-midi du jeudi 5 février 2015 à l’Institut français de Ouagadougou.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Messages

  • vous n’avez rien à nous apprendre. Un point c’est tout. On organise nos élections à nos manière s et quand on veut. Fait chier !

  • L’UE franchement parler on vous comprend très bien. Vous savez surment qu’on a besoin d’argen. Mais dans l’allocation de votre aide par secteur où classez-vous le volet education ? Pour si l’aide est reelle, elle devrait plus concerner les secteurs tels que l’ education, la santé et surtout promouvoir une autonomie de notre pays et sa dependance...

  • Mais voilà un dilemme : a partir du moment que le RSP ne veut pas partir de kossyam, qui pourra assurer la stabilité dans ce pays ou le blaiso dpuis chez le bel oncle continue de diriger le BF via diendéré et autres. L’UE ne pourra pas mettre en oeuvre son appui. Que dieu sauve le burkina faso...

  • L’Afrique vous voit venir dans vos intrigues.
    Tres humblement, nous peuple africain pensons que l’UE n’a qu’à garder (épargner) ses euros pour se sortir elle-même de la crise que l’europe traverse ; et plus humblement, que l’UE enlève sa bouche et ses mains de ce qui se passe au Faso ;
    encore plus humblement, nous allons rappeler à l’UE que PAPAY MUGABE, la sagesse est élue à la tête de la présidence tournante de l’UA ; cela signifie que l’Afrique est arrivée au tourrnant où la prise de conscience que la communauté internationale avec tous ces déchets (institutions qui la représentent), ne sont pas désirables dans les affaires africaines, notamment dans leur immixtion dans tout ce qui concerne les règlements de questions internes aux africains.
    Enfin, pour dire HUMBLEMENT que nous africains n’avons pas besoin de vos prétendus sources de financement pour l’achat de vos GOURDINS, VOS FUSILS, VOS CANONS, VOS CHARS, ETC. pour nous entretuer. Nous les peuples épris de paix avons compris que nous n’avons pas besoin des aides pour nous opposer et nous entretuer afin que vous veniez faire le semblant d’éteindre le feu.
    PYROMANES GARDER VOS EUROS

  • ça c’est d’abord la volonté des Burkinabè, ces incapables ne sont pas aptes il faut donc qu’ils dégagent et vite car la nation Burkinabè a besoin de leaders et non des pseudo dirigeants

  • - Messieurs les PTF, vous seuls pouvez sauver ce pays appelé Burkina Faso des griffes gourmandes du RSP ! Un conglomérats de nuisibles qui refusent de rentrer dans la République. Faites pression et exigez la dissolution pure et simple de ce RSP de bandits pour qu’on ait la paix dans ce pays !!

    Par Kôrô Yamyélé

  • Que le RSP sache que l’insurrection populaire est l’oeuvre de la population civile. Cette révolution ne serait nullement confisqué par le RSP. L’Union européenne doit mettre en garde le RSP, ce groupuscule (conçu par BLAISE) qui croit que tout est permis quand ce sont eux. Le soulèvement à venir loin d’être une propétie serait contre le RSP (eux mêmes savent que le peuple veut en arriver à une paix absolue au FASO).

  • On dit que c’est ce qu’il y a chez les mossi qu’on trouve chez les Peulh. Si les syndicats des ministères de la culture et celui des transports a trouvé à redire sur la nomination de leur ministre, si des travailleurs de sociétés se soûlent contre les DG placés à leur tête, si des populations refusent l’implantation de société minière, faut-il s’étonner que les éléments du RSP récusent les chefs qu’on leur a donnés ? Les civils n’ont pas donné le bon exemple. Que Dieu protège le Burkina Faso et inspire la sagesse aux Burkinabè civils ou en tenues.

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés