Marie Rose Sanou /Ouédraogo, Présidente- Directrice Générale de la « Chaîne Dieudonné », : « Je souhaite simplement et sincèrement que la lumière soit faite »

vendredi 30 janvier 2015 à 22h39min

La soirée du jeudi 22 janvier 2015 a connu une ambiance surchauffée dans le quartier Wemtenga, suite à « l’interpellation » par la police, de Wend Yam Moné, employé à la « cave Dieudonné » au sujet de la « disparition » de 1000 casiers vides de boisson. Ce qui n’a pas été du goût des amis de Wend Yam Moné qui se seraient mobilisés pour aller incendier le domicile de la propriétaire de la cave. Pour en savoir plus sur cette affaire, nous avons rencontré la plaignante mardi 27 janvier dernier. Entretien !

Marie Rose Sanou /Ouédraogo, Présidente- Directrice Générale de la « Chaîne Dieudonné », : « Je souhaite simplement et sincèrement que la lumière soit faite »

Lefaso.net : Pouvez- vous revenir sur cette soirée du jeudi 22 janvier, au cours de laquelle votre domicile a été visé par des manifestants ?

Mme Marie Rose Sanou : Mon fils qui est le directeur général a recruté un jeune (qu’il dit être son ami et petit frère du quartier) comme surveillant des caisses (des emballages) de la cave. Après les fêtes de fin d’année, j’ai remarqué un grand trou. J’ai demandé à mon fils si on a fait passer des chèques pour faire sortir les emballages ; parce que l’argent est sorti mais il n’y a pas eu retour. C’est là qu’il m’a fait savoir qu’il poursuit Wend Yam (Wend Yam Moné, ndlr) depuis le 1er janvier dernier, pour qu’il lui fasse le point des emballages, mais que jusque-là, il n’avait pas été capable de le faire. Donc, le jeudi (22 janvier, ndlr), je me suis levée pour aller là-bas. On s’est assis de 6h à 12h ; il a reconnu que les emballages n’étaient pas là et qu’elles se trouvent dans les mains des clients. Je dis qu’il n’y a pas de problème ; comme on ne t’a pas permis de donner des crédits d’emballages aux clients et que ce sont nos clients, on va sortir avec le camion pour essayer de ramasser les emballages. C’est là qu’il a décidé, sur-le-champ, d’arrêter le travail.

Lefaso.net : C’est lorsque vous lui avez proposé de tourner pour ramasser les emballages qu’il vous a dit qu’il arrêtait… ?

Marie Rose Sanou : Oui. C’est quand je lui ai proposé de faire le tour qu’il m’a dit sur place qu’il arrête le boulot. Je lui ai demandé comment faire maintenant pour récupérer mes emballages, à partir du moment où il décide d’arrêter le travail ? C’est-là que j’ai jugé nécessaire de demander le secours de la police qui est venue le prendre et moi, j’ai démarré pour les suivre. Arrivée, on m’a entendue. Et c’est quand on était en train de l’entendre que j’ai été alertée que ma maison est menacée d’être brulée par ses amis. Ce qui est pernicieux, c’est que mon fils (le DG) joue au ballon avec ces derniers ; ils se connaissent très bien. Malgré tout, ils ont décidé, sans chercher à comprendre quoi que ce soit, de venir incendier ma maison.
Au commissariat le jeudi 22 janvier, j’ai dit que le nommé Wend Yam étant orphelin de père et de mère, je ne souhaiterais pas qu’il soit enfermé ; ma plainte est qu’on m’aide à récupérer mes caisses. Il (Wend Yam) a dit qu’on pouvait récupérer la moitié et que le reste, on va voir. C’est en ce moment qu’il a envoyé des messages à ses amis qui ont convergé chez moi pour vouloir brûler ma maison. Quand on m’a appelée pour dire qu’on voulait incendier ma maison, je me suis posée la question de savoir pourquoi on voulait la brûler ? Quand je suis arrivée chez moi, les voisins avaient fait une haie pour les empêcher de parvenir à leur fin et la CRS (Compagnie républicaine de sécurité) était aussi-là. Ce sont les voisins qui m’ont protégée, puis la CRS est arrivée par la suite.

Lefaso.net : Combien étaient les manifestants, à peu près ?

Marie Rose Sanou : Plus de 500 personnes maintenant ; ils sont venus au départ au nombre de 40 environ. Mais, quand la CRS est venue, et comme la maison est située au bord de la voie, les passants s’arrêtaient et ils ont aussi, de par leur intoxication, rallié des gens à leur cause. Ils étaient donc là, avec des slogans d’injures à mon encontre. Donc, le lendemain vendredi 23 janvier, on est reparti au commissariat et Wend Yam est resté sur ce qu’il avait dit. On a perdu vingt- quatre palettes et lui, il dit qu’il peut nous remettre treize palettes. Donc, il reconnaît mais il ne peut nous remettre que treize. Quand on a fini, des journalistes ont recueilli mes propos devant la porte, sept de ses copains étaient-là, arrêtés avec des pancartes sur lesquelles il était écrit : « je suis Wend Yam ». Ils m’ont dit que eux, ils ont balancé ça sur l’Internet…etc. ; je ne sais pas ce que ça veut dire.
Je voudrais vraiment, en toute sincérité, inviter l’ensemble des populations burkinabè pour qu’ensemble, nous revoyions notre façon de nous y prendre face à certaines situations. Si aujourd’hui, c’est moi qui avais volé, qui avais fait perdre les biens d’une autre personne, on devrait me sanctionner. Aussi, même que pour le cas de Wend Yam, il n’a pas été sanctionné. Je demande simplement aux autorités compétentes, que la lumière soit faite pour situer chacun. Aujourd’hui, je me pose la question pourquoi des enfants de mon quartier (ils sont à environ un kilomètre de chez moi) veulent venir brûler chez moi. Ça pouvait conduire à un affrontement parce que mon entourage, le voisinage aussi s’est opposé.
Après avoir tenté de brûler, ils reviennent maintenant pour demander pardon. Au commissariat, leur porte-parole est venu s’agenouiller pour dire qu’ils sont venus me voir parce que je suis leur maman, qu’ils sont venus me demander pardon (c’était le vendredi). Je lui ai tout simplement dit qu’il ne m’a pas considérée comme sa maman, parce qu’il m’a insultée, honnie et menacé de brûler ma maison. Je lui ai dit que je suis mère et qu’en aucun cas je ne peux refuser le pardon, mais qu’il faut d’abord que la lumière soit faite. C’est après ça encore qu’ils sont ressortis avec leurs pancartes. Celui qui a pris la parole devant la presse comme le représentant (des manifestants) a dit qu’ils sont eux-mêmes venus au commissariat et qu’ils ont su maintenant la vérité. Je dis mais, il fallait commencer d’abord par savoir le nœud du problème avant de dire que vous allez incendier ma maison. Ils ont fait savoir aux gens, aux passants, que Wend Yam n’a volé que deux caisses. Pourtant, on est à plus de 1000 caisses mais malgré ça, j’ai dit à la police de ne pas l’inquiéter. J’ai dit que le peu que j’arriverais à récupérer, je prendrais. J’ai même rassuré son oncle pour ça. Je ne sais donc pas pourquoi on doit venir brûler ma maison ?

Lefaso.net : Avez-vous eu des disputes avant cette date, des griefs avec des gens ?

Marie Rose Sanou : Non, pas du tout. C’est pourquoi je dis que je ne comprends rien du tout. C’est pour cela que je cherche à comprendre. Ils disaient que moi, j’enferme les gens et qu’aujourd’hui ce sera la dernière fois. J’invite quiconque de donner un seul nom de personne que j’ai enfermé dans le quartier. Je n’ai aucun problème avec mon entourage, au quartier. Je respecte même le plus petit parce que le respect est mutuel.

Lefaso.net : A partir de quelle date vous avez constaté que les caisses ont disparu ?

Marie Rose Sanou : Personnellement, c’est à partir de début janvier 2015. Mais mon fils, le DG, a dit que c’est depuis juillet 2014 qu’il a constaté une perte et qu’il l’avait mis en garde. Le problème, comme Wend Yam est orphelin de père et de mère, il y a un sentiment qui s’est installé. Mais, on ne savait pas qu’il était capable de cela.
Ce qui m’étonne encore plus est qu’il y a, parmi les amis de Wend Yam, des gens qui venaient travailler à l’espace Dieudonné et qui prenaient 5000 francs CFA par séance. Mais, ils avaient des tenues qui ne correspondaient vraiment pas au travail, parce que pour servir, il faut quand même un minimum de propreté pour le respect même du client. Je leur ai donc fait savoir à maintes reprises qu’ils pouvaient, avec ce que je leur donnais, se payer ne serait-ce qu’une chemise acceptable. Et comme ça persistait, mon fils a fini par ne plus faire appel à leur service.

Lefaso.net : Pensez-vous que cela explique la situation… ?

Marie Rose Sanou : C’est aussi la question que je me pose. Parce qu’avant, quand ils venaient, ils travaillent et à la fin on leur donne leur argent et ils partent. Quand il y a un dîner-gala ça fait 10000 francs CFA par séance, un mariage simple fait 5000 francs CFA. Cela fait environ six mois qu’on ne leur fait plus appel.
Lefaso.net : Combien étaient-ils à travailler en son temps ?
Marie Rose Sanou : Une dizaine de personnes. Et toutes ces personnes étaient dans le groupe des manifestants qui sont venus chez moi pour brûler.

Lefaso.net : Où était votre fils le jeudi 22 janvier lorsque vous discutiez avec Wend Yam ?

Marie Rose Sanou : Il était-là, et il s’est même énervé parce que le comportement de Wend Yam n’était pas du tout correct. C’est là que je lui ai dit qu’il faut qu’on trouve la solution devant les autorités compétentes. Je lui ai dit de laisser pour qu’on aille à la police, l’autorité compétente. Vraiment, on est tous déçus…

Lefaso.net : Est-ce qu’avant tout cela, votre fils a eu un jour à vous signaler un manquement dans le comportement de Wend Yam ?

Marie Rose Sanou : Non. Le DG savait bien que si j’apprenais qu’il y avait problème, Wend Yam allait partir. Donc, il le couvrait en quelque sorte. Et quand il y a un petit problème, sa grand-mère vient intervenir (rencontrer mon fils).

Lefaso.net : Avant cette situation, y-a-t-il eu des cas où la grand- mère est intervenue... ?

Marie Rose Sanou : Avant même que les gens (les manifestants) arrivent ici, la grand-mère était passée pour me voir (quand elle a appris que je suis avec son petit fils au commissariat) et on lui a fait savoir que je n’étais pas à la maison. J’ai même dit au commissariat que si Wend Yam y restait, sa grand- mère va en souffrir et que moi-même, je ne supporterais pas de voir sa grand- mère dans un état pareil.

Lefaso.net : Avant le jeudi 22 janvier, la grand- mère a-t-elle eu à intervenir … pour manquement quelconque ?

Marie Rose Sanou : Avec mon fils, oui. Mais pas avec moi. La cave, c’est mon fils qui la gère. Il y avait quelqu’un d’autre qui gérait les caisses mais il est reparti à l’école. Sinon, depuis que la cave existe, en 2000, c’est ce dernier qui l’a toujours gérée (la boisson et les caisses). Quand mon fils a fini ses études, il est venu pour relancer la cave ; donc il a recruté des gens pour ajouter au personnel existant.

Lefaso.net : Depuis quand Wend Yam travaille avec vous ?

Marie Rose Sanou : Une année et quelques mois. En juillet dernier, on a payé des emballages de vingt millions de FCFA. Et pour moi, ces emballages étaient dans la cave en train de « rouler ». Pendant les fêtes de fin d’année, j’ai déboursé encore dix millions pour la boisson et les emballages. Après l’opération, on devrait me remettre l’argent des emballages et de la liquidité. Mais on m’a remis la liquidité sans l’argent des emballages. C’est ce qui m’a tiqué et je me suis déplacée sur les lieux pour vérifier. Wend Yam a lui-même déclaré dans certains organes de la place que le directeur général pouvait faire un mois sans venir à la cave. Si le directeur général peut le faire, c’est grâce à la confiance qu’il a placée à lui. Mais lui, il a profité de ce temps pour poser ses actes. Wend Yam et mon fils se sont connus dans le quartier, il y a bien longtemps ; ils jouaient au ballon ensemble. C’est cette amitié qui a prévalu à son embauche. Sinon, personnellement, je n’embauche pas quelqu’un sans savoir qui il est. Aujourd’hui, les gens viennent me reprocher qu’ils ne savaient pas que c’était ce petit-là, qu’ils le connaissent très bien...

Lefaso.net : Wend Yam avait-il été recruté pour occuper ce poste à l’Espace Dieudonné ?

Marie Rose Sanou : Quand on l’a recruté, c’était pour la livraison. Il a demandé à ce qu’on lui paie un taxi moto pour qu’il livre en même temps les caisses. Malgré tout ça, quand il revenait avec son taxi moto avec les caisses manquantes, le caissier le lui signifiait. Il pensait que comme il avait un niveau d’étude supérieur à celui du caissier, il pouvait tromper sa vigilance. Mais, le caissier a bien tenu son cahier, il notait.

Lefaso.net : Le caissier ou le DG vous avaient-ils signalé ce manquement ?

Marie Rose Sanou : J’ai été informée et j’y ai été quelquefois pour demander. Si j’arrive, je demande pourquoi la cave est vide. A chaque fois, on me dit que les caisses sont chez les clients.

Lefaso.net : C’est Wend Yam qui vous rassurait ainsi ?

Marie Rose Sanou : Oui. Et dans les médias, il affirme que lui, il ne m’avait jamais vue (qu’il ne me connaissait pas avant le 22 janvier 2015). Pourtant, il n’y avait pas longtemps, je l’ai appelé pour venir ramasser du ciment pour envoyer sur un chantier.

Lefaso.net : Avez-vous souvent de petits problèmes avec certains de vos employés ?

Marie Rose Sanou : Non, pas du tout. Vous savez, le travail que nous faisons est très difficile. Mais, ce que les gens me reprochent, c’est même de gérer mes travailleurs comme une famille. Même quand un employé est malade, ça me donne de la peine ; je fais des pieds et des mains pour les soins. Mais, je suis quand même rigoureuse dans le travail. Il y a quelques années de cela, un de mes employés avait soustrait environ 500 caisses et quand on a échangé, il a fini par avouer. Mais aujourd’hui, il travaille toujours avec moi ; je ne l’ai pas laissé. Quand il a commis l’acte, ses frères sont même venus me dire qu’il a volé mais qu’ils me demandent de le laisser travailler et couper progressivement dans son salaire. C’est ainsi qu’après trois mois, j’ai laissé tomber le reste. Cela fait plus de sept ans maintenant, mais il est toujours avec moi. Il s’est racheté en termes de comportement et on vit comme dans une famille. J’ai même augmenté son salaire pour qu’il puisse faire face encore à ses charges familiales.
Mais, cette fois, avec Wend Yam, les caisses sont vraiment beaucoup et s’il décide d’arrêter le boulot sur-le-champ, c’est qu’il s’est préparé pour arrêter. Voilà pourquoi j’ai demandé à la police de m’aider à récupérer le peu ; le reste, je laisse avec le Bon Dieu.

Lefaso.net : L’affaire est à quel niveau aujourd’hui ?

Marie Rose Sanou : L’affaire suit son cours. Je souhaite simplement, et sincèrement, que la lumière soit faite.

Lefaso.net : Wend Yam est-il au commissariat ou … ?

Marie Rose Sanou : Il n’était même pas au commissariat. Quand je suis arrivée, ma plainte était qu’on m’aide à récupérer mes caisses. J’ai même dit à son oncle que mon intention était simplement de récupérer les caisses. Maintenant, c’est l’autorité (la police) qui décide ; ce n’est pas moi qui décide de la conduite à tenir, c’est-à-dire le garder ou ne pas le garder. On s’explique et c’est à la police de voir le degré du problème et la conduite à tenir. C’est pendant qu’on s’expliquait le jeudi 22 janvier, qu’on a appris que ses amis allaient pour brûler chez moi et la police avait décidé de le garder. Mais après, elle l’a relâché. Et quand il est arrivé devant ma cour, ses amis qui manifestaient l’ont soulevé pour faire le tour de ma maison comme un héros, faire des acrobaties jusqu’à chez lui, comme si c’était un marié qu’on accompagnait. L’affaire suit donc son cours et aujourd’hui mardi 27 janvier, ils doivent sortir avec lui pour ramasser les caisses. Je demande simplement aux autorités compétentes que la lumière soit faite.
Je travaille, et le peu que Dieu me donne, je pratique ma foi en me disant que ce que Dieu m’a donné, c’est pour que j’aide les orphelins, les personnes qui sont dans le besoin. Et je me suis investie dans ce domaine. Tout récemment, j’ai été marraine des orphelins … , des femmes de la prison civile où on est allé faire notre arbre de Noël, à Tanghin (centre Delwendé) etc. Je vis ma foi. Je suis la présidente de l’association des veuves des femmes catholiques de la Paroisse Saint Camille, et la marraine également de la Chorale Marie Reine.

Ces manifestants, en mentant aux gens, aux passants, ont voulu les monter contre moi, les instrumentaliser. Mais, je continue de me poser la question de savoir pourquoi ?

On a une association de bon voisinage qui œuvre pour ce genre de situations et je pense qu’ils pouvaient même saisir le président de cette association au lieu de s’adonner à de tels comportements. Mais, les membres de l’association n’ont pas été saisis de quoi que ce soit ; ils ont appris, ils sont venus chez moi et on se regardait, sans savoir ce qui se passe.
Je voudrais vraiment remercier la jeunesse de mon quartier, remercier les vieux et les vieilles qui se sont vite engagés pour empêcher que ma cour parte en fumée.
Je souhaite donc que toute la vérité soit mise à nue et je demande aux autorités de se pencher sur ce genre de situations qui sont fréquentes dans le pays. Je pense que les autorités sont sur la bonne piste pour pouvoir mettre fin aux esprits de vengeance, de justice privée, etc.

Propos recueillis par Oumar Ouédraogo
Lefaso.net

Messages

  • Je te souhaite simplement bon courage. Cette histoire je l’ai appris par facebook par l’intermédiaire de Basic soul. En tout cas les internautes n’ont pas manqué de traiter la dame en question de tous les noms d’oiseau.

    C’est comme ça que le Burkianbé raisonne maintenant : le pauvre a toujours raison et le riche a toujours tord. C’est ainsi que quand un accident met en cause un automobiliste avec un cycliste ou un motocycliste on brûle systematiquement l’automobile.

    Il est temps pour nous de changer sinon ce sera trop tard. Laissons le temps à la police et à la gendarmerie de faire leurs tâches et evitons les pressions exterieures. Quand un forestier vient gager un instituteur culbuteur en pleine cours l’acte est simplement condamnable et c’est dans ce sens qu’il faut saisir les juridictions. Mais de là à aller faire pression sur les juges, on agit pas mieux que le fautif.

    Je demande simplement à Madame SANOU de tirer leçon de la situation et de laisser ce pauvre heros avec sa conscience. Quelqu’un prend son temps pour batir sa fortune et toi tu ne trouve d’autres moyens que de venir t’enrichir le plus simplement du monde sur son dos.

  • C’est ainsi, quand des gens pensent que des comportements de brigands peuvent les amener loin. Quand on porte en Hero les petits voleurs de quartiers, alors la moralité est bien comprise. Bonne suite Madame

  • Aide 9 misérables et à la fin tu deviendras le 10ème misérable. Il a tout simplement vendu vos casiers madame pour aller ouvrir sa propre cave. Vous allez voir il ne vous donnera rien et préfèrera faire la prison. Malheureusement nos juges corrompus comme ils le sont le libèreront avant même le procès. Qu’on lui coupe le bras droit c’est ça la vraie justice. Dire qu’on chante tous les jours qu’il y’a pas d’emploi.

  • Cela montre a quel point le burkinabe est devenu hypocrite .ils font semblant de vous aimé mais en realite attende la moindre petite occasion pour vous detruire parcequ’il sont jaloux de votre reussitte.pfff ces honteux.

  • Ecouter il faut retablir l’autorite de l’etat. Il faut etre sans maison pour bruler la maison d’autrui. Il faut matter ces voyous comme il faut .

  • << Et quand il est arrivé devant ma cour, ses amis qui manifestaient l’ont soulevé pour faire le tour de ma maison comme un héros, faire des acrobaties jusqu’à chez lui, comme si c’était un marié qu’on accompagnait.>>

    Bande de singes de Wemtenga....Vous festoyez la liberation d’un voleur ?

  • Courage madame ! nous vivons dans quel monde ! des menteurs, des faux types qui se présentent tjrs en victimes et demande aux pauvres inconnus de les soutenir... c’est toujours ainsi leur mode opératoire ! et comme les gens cèdent facilement à leur volonté en les suivant souvent ou en les accompagnant dans leur forfait, le phénomène persiste. Ehhh on verra tous ici ! personne n’est à l’abri !personne !même ceux qui veulent brûler les cases des autres ! même toi...si tu y fait partie ou a assister ou tomber à leur charme ce jour là ! Oui, toi aussi, Dieu te le rendras

  • Malgré l’amour que vous leur vouerez, les aides de tous genres à leur endroit ils resteront de marbre. Ce sont tous des aigris. Ils ne veulent plus travailler. Ils n’aiment pas la souffrance. Ils veulent le gain facile, sans effort. Récolter sans semer, sans cultiver. C’est un monde de jeunes malfrats. Ils en veulent à ceux qui ont quelque chose. Ils sont jaloux des autres mais ne veulent pas savoir par quels chemins si difficiles ces autres sont passés. Faites autant et vous le deviendrez aussi. La vie y en a à gauche, y en a à droite vous êtes tous capables de réussir. DIEU est là pour tous. Et qui cherchera trouvera.
    Comment voulez vous agir sans réflexion ? Vous brulez, vous saccagez tout sans chercher à comprendre d’abord et vous voulez qu’on avance. Avec cet esprit vous ne pourrez jamais prospérer DIEU est là. IL vous regarde et tôt ou tard chacun aura sa rétribution en bien comme en mal proportionnellement à ce qu’il aura semé. Nous devons aimer qu’il y ait des riches parmi nous. Si tout le monde est crabe que serions nous. Dans nos pays voisins les gens ne sont pas comme nous. Ils se battent tous pour arriver. Ce n’est pas bien ce mauvais esprit qui habite nos freres et sœurs, nos enfants. CHANGEZ ! FAISONS UN EFFORT ET CHANGEONS D’ESPRIT !

  • Et pourtant on crie justice justice, qu’est-ce qu’on veu a la fin ?? Pas de justice pour les riches ?? Ils sont aussi des fils et filles de ce pays qui on réussi, et beaucoup de manière honnête ... Réveillons nous !!

  • Madame Sanou, c est la mode de ce pays actuellement:brûler les maisons quand ils sont mecontents. C est le seul pays en Afrique occidentale où sevit cette pratique. Les raisons sont la jalousie et la mechanceté.

  • Hum. Je n’ai pas pu retenir mes larmes en lisant votre interview ; Au Burkina, il suffit d’inventer des histoires sur quelqu’un pour faire partir en fumé des investissements de plusieurs siècles. Je me rappelle qu’ils ont brûlé des "kundés" sur la base des rumeurs. Quand, nous jeunes crions qu’il y a chômage, je me demande si on veut du travail ? C’est vraiment triste !

  • Une preuve patente que le bon comportement au niveau individuel n’est point une garantie pour la sécurité et la paix. Ces valeurs ne peuvent être assurées que par un État qui travaille à asseoir une société de justice.

  • "Avez-vous eu des disputes avant cette date, des griefs avec des gens" ?
    "Avez-vous souvent de petits problèmes avec certains de vos employés" ?
    Monsieur le journaliste, vous questions ne sont pas à la hauteur. Il faut des connaissances minimum de droit et de bons sens. On ne peut pas justifier ce comportement même si la gérante a des problèmes avec des gens. Toute personne qui estime n’être pas dans son droit peut aller saisir les autorités compétentes comme Madame l’a fait pour réclamer justice.
    une leçon : il est bien d’être humain, de venir au secours des orphelins, et de toute personne en difficulté. Mais quelques fois, ça parait comme si on s’est attire le diable. En matière d’affaire, ça ne pardonne pas. Mais, les jeunes ont fait une bonne publicite de la cave.

  • Je suis tout simplement sidéré. ou va ce pays ? Je ne connais pas dame Sanou mais j’ai eu l’occasion de participer à des célébrations de mariage dans ce joyau et je suis tombé sur le charme de son espace et surtout l’originalité de son activité.il faut arrêter ses comportements et VITE. Nous sommes entrain de foutre notre pays en l’air .

  • il va falloir que ce gouvernement de transition rétablisse l’autorité de l’état au plus vite. Quelle est cette histoire ? Une dame qui vient au secours des plus démunis et comme récompense on doit bruler sa maison. Il est vraiment temps de sévir car notre paix sociale ne peut être prise en otage par des délinquants. Le Burkina n’est pas le far west.

  • s’agit il d’un procès ou d’une interview ? je suis choqué par les questions adressées à Mme Sanou. C’est elle la victime.

  • je ne pas pu retenir mes larmes en lisant cette interview. merci Maman Marie Rose. vous êtes une vrais mère qui connait la souffrance des autres mères. continuez de pardonner . courage et que Dieu vous protège de tout mal. que ce mal entendu ne soit pas source de décision de ne plus aider quelqu’un de peur qu’on brule votre maison un jour. continuer d’aider toujours à la hauteur de vos moyens. courage courage car en vous lisant j’ai eu l’impression de vous voir pleurer. encor courage.

  • Si l’autorité de l’Etat n est pas restaurée, nous allons dans le gouffre et personne ne sera en sécurité . Ce sont les délinquants qui vont dicter leur droit. les désoeuvrés accrochés aux réseaux sociaux vont tromper le peuple aussi par diffusion de fausses informations . La rue peux faire partir un régime ,mais ne peut pas diriger un pays . L’ incivisme fait fuire les investisseures et le grand chômage va s’installer durablement dans ce pays si on ne fait pas attention. Mme SANOU,du courage ! si les faits se sont passés tels que vous l’avez décrits,sachez que ce délinquant et ceux qui l’ont soutenus viendront vous demander à manger ! Que Dieu donne la sagesse à ce peuple !

  • Il faut que les gens arrêtent ça. La pauvre dame qui voulait aider un orphelin et voilà. T’es une dame au grand cœur.

  • Voyez-vous la sincérité de la dame ? Simplement je lui dis de ne pas considérer ces choses et arrêter d’aider les gens qui en ont besoin. Dieu le seul juste lui rendra au centuple ses bienfaits. J’aimerais qu’elle n’attende pas un retour de la part de ceux qu’elle aide une reconnaissance mais Dieu lui sera reconnaissant. Aux autorités de la transition, veuillez à la sécurité des biens et des personnes. Il y a trop de laissez allez et c’est ça qui emmène les vengeance sans fondement. Bon courage Mme et que Dieu vous bénisse.

  • Lui là ? il ne vas rien devenir dans sa vie . Ils sont comme ça de nos jours vous vous tuez pour les sortir du néant c’est contre vous ils se retournent. Mais Dieu est le seul et vrai juge, ne soyez pas pressée

  • On se demande même s’il n’est pas tard pour sauver le BURKINA Faso ? Ce qui est révoltant c’est de voir des internautes défendre ces comportements de délinquance et de voyoucratie .Et les autorités étatiques n’entreprennent rien pour arrêter ces dérives .Je vous assure qu’un jour on va assister à un drame terrible dans ce pays du fait de ces comportements de jalousie .Moi en tous cas si on brûle ma maison ma vengeance sera terrible même s’il faut aller m’entraîner avec les djahistes pour venir exterminer tous ceux qui ont brulé ma maison et fait souffrir ma famille Si l’on y prend garde la guerre civile viendra par ce genre de comportements Madame vous êtes très croyante mais il faut pardonner à ceux qui reconnaissent entièrement leurs fautes et non ceux qui rusent avec vous et jouent sur votre excès d’humanisme.

  • Ses genres de comportement sont reprimés partout dans le monde sauf au Bf il faut une repression digne de taille et de nom une bonne fois et tout sera ok.

  • C’est vrai que cette jalousie qui amène les moins nantis à vouloir détruire les biens des autres est déplorable et condamnable. Je soutiens mme sanou... Cependant, je n’aime pas les mensonges sur nos propres comportements... nous savons comment les ouahigouyalais s’adressent aux gens... quelqu’un qui manque de courtoisie dans ses paroles ne le dit jamais ouvertement dans un entretien de presse... hmm

  • Courage ma maman. Le monde est devenu de nos jours un monde d’ingratitude. Visiblement vous êtes d’un âge de la sagesse et votre foi est un reconfort plus que tout. Moi, malgré mon jeune âge, j’ai eu des problèmes du genre. Tu aides quelqu’un à s’épanouir et dès que sa situation sociale ou professionnelle s’ameliore, c’est toi son ennemi à abattre. Maman, dis simplement que tu le laisses avec le BON DIEU et même ses amis vont le rejeter un jour. Je repète, dis que tu l’as laissé avec DIEU

  • Bon courage Madame,
    Vous êtes une vraie mère.
    L’état a une très grande responsabilité de restauration de son autorité,de sa crédibilité face aux Burkinabé.

  • Nous serons obligés de nous rendre justice, nous même car cela ne peut plus continuer ainsi.
    Personne n est à l origine du malheur de quiconque, ce sont nos propres faits. Si ma réussite te fait mal ou te derange, alors bats toi. Sinon le système que les jeunes burkinabe ont entrepris durant ces 5 dernieres années est à bannir et punir. Nos conseillers soit disant députés n ont qu à ouvrir grandement les yeux et les oreilles pour bouter ce phénomène hors de nos villes.

  • Il faut que tous nous burkinabè sachions raison gardé et comprenions dans son esprit ce qu’il faut entendre par"plus rien ne sera comme avant". Faut-il au "pays des hommes intègres" célébrer maintenant ceux qui se distingue par la duplicité, le vol ? Dame Rose, courage à vous et soyez béni !

  • Plus rien ne m’étonne dans ce pays depuis que dans la confusion, des détenus, des pyromanes et des voleurs ont été élevés au rang de héros . Courage Maman !

  • l"autorité doit forcement jouer son sinon elle sera complice de tout les maux qui minent actuellement notre beau pays le faso sinon je ne comprends pas pour un rien des individus mal elevés impolis et aigris se permettent d"aller bruler le domicile d"une dame qui se bat nuit et jour

  • On va où dans ce pays ?Ce sont les délinquants qui font maintenant la loi ?N’importe quoi. Vivement que l’Etat fasse quelque chose et très vite !

  • Bon courage madame,
    Il nous reste encore du chemin pour mériter d’être de vrais citoyens Burkinabes. Des voleurs acclamés et des honnêtes citoyens brimés.... Le pays est toujours très malade et 2015 ne suffira pas à le guerir.

  • Moi, ce qui me rassure c,est que Dieu saura distinguer ceux qui, par intelligence, on manigance tout ca pour creer des nuits blanches a la bonne dame.

  • Chaque peuple a le dirigeant qu’il mérite ; le chaos semble de plus en plus proche dans ce pays si l’on n’y prend garde, bande d’internaute idiots , vous penser que ca n’arrive qu’aux autre , le renard passe passe a chacun son tour.....Ma conclusion est qu’un civil ne pourra jamais gouverner ce pays ; et au demeurant il est tant de sortir le bâton

  • Wend Yam est il declare a la caisse de securite sociale ?

  • Je voudrais féliciter les voisins de la dame. Toute personne qui s’est interposée pour que la maison de la dame soit sauvée sera récompensée par Dieu. L’histoire de cette dame est commune à tout entrepreneur. Vous créez de l’emploi, vous embauchez vos frères, vos cousins et les enfants des voisins. Ce sont eux les premiers à vouloir vous faire tomber. La fois dernière, des jeunes d’un quartier est venu au Commissariat Central pour libérer leur camarade accusé de vol. Où allons-nous ? L’on vous vole et vous ne pouvez même plus poser une plainte. Si vous êtes "riche" et on vous vole, c’est bien. Vous ne pouvez plus rien dire. Encore une fois, ceux qui "ont eu un peu" écoutez, mettez votre argent en banque, bouffez les intérêts avec vos enfants. Arrêtez de vouloir créer de l’emploi pour aider les autres, car ils vont tout brûler. La Transition doit voter une loi. Si le matin l’on trouve des jeunes assis autour d’un kiosque en train de causer, on les arrête. Il faut que chacun bouge. Comment ils ont eu l’argent pour s’asseoir à longueur de journée dans les kiosques ?

  • c’est vraiment triste cette affaire. Le comportement de la jeunesse burkinabé me fait quelque fois peur. Il va falloir restaurer l’autorité de l’Etat sinon notre pauvre révolution des 30 et 31 octobre est d’avance perdu. Celui qui vole doit être puni, il faut que les autorités restent ferme sur cette question. Nous avons vu pendant l’insurrection comment les gens ont pillé boutique et maison d’honnête citoyens. C’est cela qu’on veut du Burkina d’après Blaise ? Bon courage à notre cher maman, je ne vous connais pas personnellement mais j’ai toujours entendu du bien de vous.La vérité sera rétablie tôt ou tard car Dieu est toujours juste.

  • Burkinabè, le richesse n’est pas ton ennemi ! Ton seul ennemi est ton manque d’effort pour réussir comme lui. c’est ta volonté sans effort ton ennemi. Sache quand même qu’il y’ a des honnêtes citoyens dans ce pays qui ont travaillé pour mériter leur richesse. Fais en autant et tu deviendras riche. Quittons dans ça ! Œuvrons pour un meilleur devenir de tous, au lieu de chercher à ramener tous le monde en arrière. Merci madame et sachez que vous avez la grâce de Dieu. Ne vous lacez pas d’aider les pauvres. Ne confondez pas le pauvres avec ce délinquant et sa bande. Sans rancune !

  • Madame courage.Dieu sera avec tous.C’est des aigris.Je souhaite que la police aille jusqu’au bout.S’il faut envoyer ce voyou en prison que la police n’hesite meme pas.Ceux qui sont venus pour dire qu’ils sont Wendyam sont des voyous de meme race.

  • vraiment desoller par cette mantalité,c’est le changement comme ça dans ce pays.ça ses du yangoya,jalousie caracterisé,encouragement de detournement
    Que le ministere de l’admistration territorial,justice,droit de l’homme ,et tous ceux qui peut faire queque chose qu’ont se mettrent au boulot pour la sensibilisation en allant vers la population par secteurs,quartier etc merci.

  • Courage madame ! Nous soutenons tous ce qui est juste. Nous avons manifesté le 30 et 31 octobre pour une cause juste, pour chasser ceux qui s’opposaient à la justice et non pour défendre ceux qui construise sur l’injustice. Dieu vous bénisse !

  • Maman Sanou, j’ai passeé mon temps à pleurer après avoir lu votre message. Et je me pose des questions. Où va mon chèr pays le BURKINA-FASO ?
    J’associe ma voie à celle de autre pour interpeller les AUTORITES de notre pays et surtout de la transition, afin des mesures radicales soient prises pour réprimer ces genres de comportements et pour restaurer l’AUTORITE DE L’ETAT. Si rien n’est fait, nous seront tous comptable du pire qui va arrivé un jour. QUE DIEU PROTEGE ET BENISSE LE BURKINA-FASO.

  • On ne peut plus aider les jeunes désoeuvrés dans nos entourages. J’ai eu droit à des vols dans mon magasin d’électroménager avec un petit voisin. Ou un autre petit que j’ai voulu aider qui disparaît avec mon argent. Tous les mêmes minables ! Moi j’ai retenu la leçon

  • Souvent quand tu vois quelqu’un qui souffre laisse le dans sa souffrance Dieu sait pourquoi il n’aide pas cette personne malgré que c’est lui Dieu qui l’a crée il sait pourquoi il ne vous a pas donné les mêmes chances parce que même dans une famille on trouve des enfants qui réussissent et d’autres pas Donc si toi tu aides celui que Dieu même refuse d’aider c’est ta mort tu achètes parce que tu seras l’ennemi N°1 de la personne que tu as aidé
    Moi j’ai aidé des gens en les mettant en contact avec des décideurs pour qu’ils obtiennent des marchés et après ces mêmes gens sont allés me torpillés auprès de mes relations j’ai hébergé un ami quand j’étais à l’étranger et je lui ai passé ma carte de sécurité sociale et mon titre de séjour quand je suis revenu de mes vacances c’est des factures impayées qu’il m’a laissé il a utilisé une fausse carte bleu pour faire des achats sur le net j’ai été convoqué à la préfecture comme les bénédictions de mes parents me suivent finalement le gars a été retrouvé et coffré bref j’ai tellement aidé et on m’a tellement trahi aussi que depuis j’ai bien retenu la leçon j’aide uniquement quand j’ai mes intérêts sinon je passe ma route

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés