Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

lundi 26 janvier 2015 à 23h34min

Au cours d’une conférence de presse animée ce lundi 26 janvier 2015 à Ouagadougou, la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB) et l’Unité d’action syndicale (UAS) ont marqué leur soutien actif aux travailleurs licenciés de la Société des mines de Bélahouro (SMB). A l’occasion, employés déflatés et responsables syndicaux ont affiché leur détermination à aller jusqu’au bout, obtenir la reprise effective de tous les travailleurs licenciés.

RÈagissez ‡ cet article Réagissez
Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

La lutte pour la réintégration des employés licenciés de la SMB est donc devenue une préoccupation hautement syndicale. Une préoccupation que la CNTB et l’UAS s’engagent à conduire jusqu’à satisfaction desdits employés. Cette satisfaction, c’est la reprise sans délai de tous les employés licenciés. C’est du moins ce qu’a martelé Augustin Blaise Hien, le Secrétaire général de la CNTB. Et Bassolma Bazié, le Secrétaire général de la Confédération générale des travailleurs du Burkina (CGTB) de hausser le ton à l’endroit des autorités : « Quand on pose des préoccupations, il faut les résoudre ! ».

En tout cas, pour cette lutte de réintégration engagée par des gens qui, jusqu’au 19 décembre 2014, étaient employés de la SMB, la CNTB et l’UAS semblent plus que jamais décidées. Après la conférence de ce 26 janvier 2015, qualifiée de « Conférence de presse d’avertissement », tous les réseaux syndicaux partenaires de la haute hiérarchie syndicale burkinabè à l’intérieur comme à l’international seront, à en croire M. Hien, mobilisés pour la défense de la cause jusqu’à l’aboutissement heureux.
Dans le sens du dénouement de cette crise sociale, le ministre de la Fonction publique, du travail et de la sécurité sociale aurait promis d’envoyer une correspondance à la direction de la société minière. C’est du moins, ce qu’a révélé M. Hien qui dit avoir eu un entretien avec ledit ministre peu avant la conférence de presse.

Mais la brouille dans cette affaire, c’est que certains de ces employés – de l’ordre de 300 au départ - sont rappelés suivant une sorte d’affinité. Aujourd’hui encore, ceux de ces licenciés qui étaient à la conférence de presse, ont laissé entendre que certains autres seront sans doute rappelés. Toute chose qui fait qu’à ce jour, il n’y a aucune précision quant au nombre d’employés encore dans la détresse.
Rappelons que cette crise a commencé le 4 décembre 2014 quand la direction de la SMB a signifié la prise de nouvelles mesures jugées « draconiennes » par les employés qui, ont en réaction, exigé le départ de deux cadres de la société, et ont ensuite marqué un arrêt de travail. Pour désamorcer cette crise encore mineure, le ministère en charge des mines a initié une séance de conciliation qui a abouti à la signature d’un procès-verbal. Un procès-verbal qui, à en croire les déflatés, a été violé par leur employeur. Sans doute que les jours à venir nous situeront sur le règlement définitif de cette crise.

Fulbert Paré
Lefaso.net

Imprimer l'article

Vos commentaires

  • Le 27 janvier 2015 à 07:31, par soul.combat
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Courage chers camarades et félicitations à l’UAS. Il y a trop de pourriture dans les mines au BURKINA. Vivement que le bon oeil des ministres LOADA et BARRY soient bien ouverts et que les mines crées des richesses pour nos générations futures. Ces investisseurs cupides exploitent des trésors qui font vivrent des chomeurs chez eux en torpillant tout chez nous (lois, travailleurs....). A la moindre revendication, avec l’aide de certaines autorités, ils brandissent la répression et la fermeture comme si eux mêmes souhaitaient perdre les enormes benefices qu’ils puisent de notre sous sol et notre sueur et sang. SEULE LA LUTTE PAIX.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 07:40, par oran
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Collègues et travailleurs ! Je vous encourage à ne pas tomber dans le trou. Tout se negocie et rien n’est obtenu sans lutte ou négociation. Ce n’est aps le moment de perdre son emploi. Il faut retourner chez le ministre des mines et lui faire le compte-rendu et souhaiter un constat des lieux pour confirmer votre propos. Le reste se discute et se négocie. Si vous perdez votre emploi là-bàs vous aurez moins de chances de vous faire recruter ailleurs. A bon entendeur !

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 07:43
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Vous avez boulot, vous dites vous voulez pas travailler. On vous met a la porte. Maintenant vous crier sur tous les tois pour dire de vous reprendre. TROP TARD. TOUT SA C’EST FRANCAIS LONGUEUURRRR !!!!!! Les syndicats ne peuvent rien faire pour vous. Ils ont induits les gens d’essakane dans la meme erreur ; plus d’une soixantaine a été licencié labas. Méfiez vous de ces syndicats de la vielle garde.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 08:23, par Amassa Bosco
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    En tout cas c’est pourri ce systeme dans les mines. Je salue au passage le courage des habitants d’un village de la commune de Boromo qui ont du chasse une expatriee qui semait la merde dans le village sous prestexte qu’elle est protegee par les patrons. Comment une Expatriee connait plus les realites du Burkina plus que les locaux. Le racisme existe dans ces compagnies minieres je vous assure, pas de confiance aux Noirs, pas de promotion, on se permet d’engager des expatries qui touchent plus de 10 a 15 fois ce que les locaux engrangent. ceci augmente le chomage des jeunes au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 08:54, par Passakyé
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Je crois que l’opinion doit comprendre la vraie intention inavoué des délégués dechus de la SMB mais aussi peut être des mouvements syndicaux qui les soutiennent. Moi je crois, selon mes analyses et les informations reçu de quelques employés et des responsables, que l’intention inavoué c’est de paralyser toute l’activité de la mine et sa fermeture par la même occasion pour que le reste des employés (400 environs) soient comme eux. Certaines indiscrétions même disent que c’est les propos de certains délégués et employés pendant la grève : " S’ils n’ont pas d’argent pour nous arranger qu’on la ferme et on aura la paix. De toutes les façons on en gagne plus grande choses. Les banques même vont nous coller la paix". Ce que l’opinion oublie c’est que c’est pas seulement la SMB qui regarde ce que les syndicats ou l’Etat va faire mais l’ensemble des sociétés minières qui sont devenus très frileuses et très attentives à ce qui se passe à True Gold et à SMB. Si ces problèmes ne sont pas gérés sans passion nous croyons fort que ce ne soit pas 300 employés qui se retrouvent en chômage mais + de 50000 que emploient toutes les sociétés minières. Moi j’ai un problème pour comprendre le Burkina actuellement. Comment on peut faire une révolution pour lutter contre l’injustice et même temps vouloir érigé l’injustice et l’anarchie en système de gouvernance ? Le code du travail est clair sur le droit de grève. Des gens se lèvent et violent royalement la loi sous le prétexte d’un certain slogan " plus rien ne sera comme avant". La société prend ses dispositions en conformité à la loi et licencie les anarchistes, et ça devient un problème d’Etat. Je ne sais pas si l’opinion fait attention aux publications des délégués ou des syndicats. Ils font jamais cas des conditions dans lesquelles la grève a été menée.S’il y a eu un mot d’ordre de grève, s’il y a eu un préavis, sitoutes les voies de négociations ont été épuisé. Ils ne disent pas qu’ils ont occupé de façon illégal le lieu du travail, qu’ils ont empêché ceux qui voulaient travailler de le faire, qu’ils ont menacé de brûler les maisons des traîtres et s’en prendre à leur famille. Tout ça, ils n’en parle pas. Ils ne parlent que du PV suspendant les activités et de la soit disant reprise clandestine des travaux, comme si un employeur privé est obligé juridiquement de prendre l’avis de ses employés pour fermer ou ouvrir. Je me demande si c’est parce que c’est une société étrangères ou c’est quoi ? D’accord avec un peu de nationalisme mais faisons attention pour qu’elle ne nous reviennent pas à la gueule. Sauvons le reste des employés sinon nous nous retrouverons pas avec 300 licenciés mais avec 700. Aux syndicats je dirai de ne pas envoyer les employés à l’abattoir. S’ils n’ont pas raison, dites leur qu’ils n’ont pas raison et négocier avec l’employeur qu’il leur donne des mesures d’accompagnement pour se retrouver un peu. Arrêté de pompé l’air sous leurs pieds les faisant croirequ’ils ont tous les droits et que vous allez forcé l’employeur à les reprendre alors que vous savez que c’est faux.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 09:08, par le maitre
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    L’ensemble des travailleurs de SMB salut l’UAS qui est venu soutenir la cntb dans leur légitime combat.Nous souhaitons que l’UAS demande à l’état un audit sur la gestion de SMB.Car la lutte des travailleurs est basée sur la mal gestion de la société. Et donc les travailleurs pour avoir tiré sur la sonnette d’alarme ne se sent pas responsable de cette décadence. Les travailleurs pourront apporter des éléments pour situer les responsabilités des uns et des autres.C’set pourquoi SMB fuit les débats. Quand a ceux qui s attaquent aux syndicats ce sont des ignorants.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 09:18
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Chèrs syndicats/autorités/employés licenciés ou non licienciés,
    Il ne faut pas se lancer dans une lutte sans chercher à bien comprendre ce qui se passe. Vous exiger le rappel de tout le monde sans chercher à connaitre ce qui se passe reelement dans la société notamment la crise financière.
    C’est ce refus de comprendre qui a conduit à ce probleme. Allez y sur le site de la société et vous verrez que la société vient de prendre un pret pour essayer de tenir au moins pour trois mois. Depuis plusieurs mois ,la société a fait comprendre cela aux employés en passant par les délégués qui ont eu la mauvaise volonté à inciter les employés à arreter le travail car selon eux l’Administration ne dit pas la vérité. Et à chaque AG tous les employés crient que si ça ne va pas ils n’ont qu’à fermer. Au lieu de fermer, la société va tenter de recuppérer un peu ce qu’elle a investi en diminuant les charges. La société ne peut pas continuer avec tout le monde. Elle doit beucoup d’argent à ses fournisseurs. Ce que les gens cherchent actuellement en bon africain, est que la société soit fermé et que tout le monde se retrouve dans le chomage ou rien. Mais Dieu est fort !!!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 09:36, par @LE DUC@
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Camarades de la CNTB et de l’UAS, vous enclenchez là une fois de plus une lutte noble et salutaire pour ces laisser pour compte qui sont à la merci d’employeurs capitalistes, qui n’ont aucun sens de l’humanisme. je comprends maintenant pourquoi Karl Marx disait aux prolétaires de tous les pays de s’unir.
    Seule la lutte libère !!
    Camarades, vous avez tout mon soutien.
    Vive la CNTB !!!
    Vive la CGTB !!!
    Vive l’UAS !!!!
    Pain et liberté pour le peuple !!!

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 11:17, par oued
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Les syndicats doivent arrêter le clientélisme syndical et comprendre que ce ne sont pas eux qui créent les emplois au Burkina. Par conséquent ils gagneraient à sensibiliser leurs militants sur des techniques de négociations au lieu de courir derrière les entreprises. Les entreprises privés ne sont pas des administrations publiques par conséquent les modèles de revendications doivent être adaptés pour le bien de tous.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 11:19
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Le motif de licenciement des 300 employés dont est très mesquin ! Ils ont dit que ceux qui se trouvaient sur les lieux de travail et ceux qui étaient sensés les relever sont coupables, et 95% des victimes appartiennent à ceux deux groupes !!!!! on les culpabilise. On les tient pour responsable ! c’est cruel ça ! si on veut voir il n ya des gens qui ont fait la nuit qui ont été rappelés ! Quelle explication la smb donne à celà ? Dans cette histoire là ce sont les innocents qui sont à la maison pendant que les vrais meneurs sont sur le site !
    Est ce vrai que plus rien ne sera comme avant ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 11:23
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Le motif de licenciement des 300 employés dont est très mesquin ! Ils ont dit que ceux qui se trouvaient sur les lieux de travail et ceux qui étaient sensés les relever sont coupables, et 95% des victimes appartiennent à ceux deux groupes !!!!! on les culpabilise. On les tient pour responsable ! c’est cruel ça ! si on veut voir il n ya des gens qui ont fait la nuit qui ont été rappelés ! Quelle explication la smb donne à celà ? Dans cette histoire là ce sont les innocents qui sont à la maison pendant que les vrais meneurs sont sur le site !
    Est ce vrai que plus rien ne sera comme avant ?

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 11:37, par Laure
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Attendez là donc les gens ne lisent jamais leur contrat d’embauche avant de signer où quoi ? Pourquoi vouloir remettre en cause par la force et des méthodes discutables ce que tu as signé et paraphé noir sur blanc de ton propre chef sans aucune pression de l’employeur alors qu’au moment de signer tu n’as manifesté ni conditions ni obligations ni réserves ni clauses susceptibles de permettre une remise en cause de ce que tu as eu le temps d’analyser de soupeser de sciencer bref la grève est légale mais soumise à des conditions et il ya des manières de revendiquer sans « saper » le fruit du travail collectif où bien c’est sorcellerie (vouloir gâter pour tout le monde et comme ça tout le monde perd) sinon comment voulez vous utilisez la force pour obliger un employeur à faire ce que vous vous voulez ?Dans quel pays ?Même si on dit plus rien ne sera comme avant vous pensez que c’est la porte ouverte à l’anarchie quoi ?? Aider les autorités à vous aider au lieu de vous enfoncer car vous serez les seuls à pleurer parce que ces sociétés irons ailleurs où le climat des affaires est plus propice..Après c’est pour venir crier au loup parce que les sociétés emploient des étrangers continuez à boire l’eau par les narines tout en en gobant tout ce que les syndicalistes séniles vous mettent dans le crâne sans analyser les tenants et les aboutissants..après quand on vous traite d’analphabètes ça vous énerve alors que c’est réellement ce que vous êtes..
    Ok allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 11:38, par Laure
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Attendez là donc les gens ne lisent jamais leur contrat d’embauche avant de signer où quoi ? Pourquoi vouloir remettre en cause par la force et des méthodes discutables ce que tu as signé et paraphé noir sur blanc de ton propre chef sans aucune pression de l’employeur alors qu’au moment de signer tu n’as manifesté ni conditions ni obligations ni réserves ni clauses susceptibles de permettre une remise en cause de ce que tu as eu le temps d’analyser de soupeser de sciencer bref la grève est légale mais soumise à des conditions et il ya des manières de revendiquer sans « saper » le fruit du travail collectif où bien c’est sorcellerie (vouloir gâter pour tout le monde et comme ça tout le monde perd) sinon comment voulez vous utilisez la force pour obliger un employeur à faire ce que vous vous voulez ?Dans quel pays ?Même si on dit plus rien ne sera comme avant vous pensez que c’est la porte ouverte à l’anarchie quoi ?? Aider les autorités à vous aider au lieu de vous enfoncer car vous serez les seuls à pleurer parce que ces sociétés irons ailleurs où le climat des affaires est plus propice..Après c’est pour venir crier au loup parce que les sociétés emploient des étrangers continuez à boire l’eau par les narines tout en en gobant tout ce que les syndicalistes séniles vous mettent dans le crâne sans analyser les tenants et les aboutissants..après quand on vous traite d’analphabètes ça vous énerve alors que c’est réellement ce que vous êtes..
    Ok allons seulement

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 13:27
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Attendez j’ai du mal à comprendre les gens. Vous les employés aviez dit que "la mine n’a qu’à fermer et vous aurez la paix". Maintenant qu’elle est fermée pourquoi nous angoissez encore avec ces histoires là. Soyez donc en paix. Que les syndicats aussi sassent défendre ce qui peut être défendu. Les difficultés de la mine ont toujours été expliquée aux employés qui n’ont jamais voulu comprendre. Le problème de production que connais la mine n’est pas étrangère aux employés puisque c’est eux même qui produisent.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 13:29, par ouesa
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    bjr à tous et courage aux camardes syndicats qui ont montré la hauteur de leur soutient au travailleur de la SMB. Quant a ceux qui n’ont rien à dire doivent s’abstenir de toutes conversions inutiles qui n’est autres que d’encouragé les employeurs qui font ceux qu’il veulent dans ce pays. Ils font tout sauf respecter le code du travail. Sinon ceux qui parlent de la législation en s’expriment de la sorte n’ont pas pris connaissance du contenu soit ils jouent à l’ignorant. courage a ceux qui savent ce qu’ils veulent et aux employés qui n’ont pas été rappelé. Bonne
    journée

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 13:58, par le vigilant
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Convoquer un meeting de tous les travailleurs du Burkina à la place de la nation pour dire non au manipulation sur le droit du travailleurs au Burkina.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 14:57, par Bubba
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Commentaire 11 (Laure) : Je ne suis pas d’accord avec vous lorsque vous rejetez toute la faute sur les employés parce que les torts sont partagés. Reconnaissons que notre ancien gouvernement s’est plus soucié de se remplir les poches que signer des contrats solides avec les compagnies minières. Jetez un coup d’œil chez nos voisins et vous verrez que les compagnies minières sont scrupuleusement contrôlées par des inspecteurs nationaux et l’état s’assure que les normes de respect de l’environnement sont respectées. Pour le recrutement, TOUS les postes (sauf celui du DG) sont soumis à des appels de candidature sur le plan national AVANT d’être lancés au niveau international s’il n’y a pas de résultats probants. De plus, le pourcentage minimum d’employés nationaux est préalablement défini et respecté. L’inspection du travail veille à ce que les contrats soient réglementaires. Bien sûr tout n’y est pas parfait mais cela évite plusieurs désagréments aux employés. Vous demandez si les gens ne lisent pas leurs contrats mais c’est bien plus compliqué que cela. Vous signez le contrat pour un poste et quelques mois après,une autre personne est recrutée pour partager le même poste en alternance et est payée pratiquement le double de votre salaire à diplôme égal et travail égal. Ou bien votre patron qui se croit toujours à l’époque coloniale passe la journée à vous traiter de noms d’oiseaux et même devant des agents des RH qui ne font que sourire. Et vous devez juste "la boucler" et continuer parce que vous avez signé un contrat ? Ces gens que vous traitez d’analphabètes ne sont pas aussi ignorants que vous le pensez. Oui,ils n’ont pas usé des meilleures méthodes pour protester (c’est discutable) mais leur protestation émane de l’opacité et des pratiques de favoritismes dans le recrutement et la gestion du personnel des compagnies minières.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 15:50, par la force tranquille
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Laure ; connais tu les lois et règlements du Burkina Faso ?
    je pense qu’il faut toujours aller la recherche des informations avant de réagir.
    Le licenciement économique d’accord mais que cela se fasse dans les règles de l’art.
    Dans les pays voisins il y a aussi eu des licenciements mais cela s’est fait dans les règles de l’art. En Afrique du Sud, dans une de leurs mine on est aller jusqu’à sur les employés mais ils ont eu gain de cause après. C’est pour te dire que tu n’obtiendra pas facilement tes revendications avec le patronat. Renseigne toi également dans un pays comme le Ghana ou la guinée, est ce qu’il facile pour un étranger d’aller y travailler ? On privilégie d’abord les nationaux. Mais comme Laurent Bado disait : le Burkina est quelqu’un de mesquin et jaloux.
    je m’arrête la.

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 15:55, par Cool
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    il ya des rigolos dans les formistes. surtout ceux qui sont en postes à inata actuellement qui pensent qu’ils sont sortis de l’ornière. déjà à cette fin du mois ils s’en sortent pas. c’était suicidaire de rejoindre le site avec les mêmes conditions. malgré tout, ils ne veulent pas que les autres viennent les aidés.je sens que beaucoup seront désagréablement surpris. hahahaha

    Répondre à ce message

  • Le 27 janvier 2015 à 16:51, par le maitre
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Je voudrais réagir par rapport à l’ignorance de trois forumisttes ci dessus. Nous n’avons pas tort d’’ecouter ceux qui disent qu’il faut fermer si SMB n’est plus à mesure de continuer les opérations. Puisque voilà que vous nous informons qu ’il ne tiendra que 3 mois. Sachez que autre fois c’est le trésor public qui a payé cher la bavure d autres investisseurs. Donc mieux vaudra pour tout le monde en effet de recevoir à la régulière et aller se chercher ailleurs. Que de courir derrière des gns qui s’ appretent à fuir.Les forumisttes favorable à Smb là invitez les représentant des travailleurs sur un plateau de tv on verra qui va déshabiller qui ?.Laisser le temps reagir on verra bien qui a tort.Dans une lutte il ya des peureux, des laches des larbins, des fainéants et il faut faire avec.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier 2015 à 11:33, par le maitre
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Gouvernement il faut détacher des fonctionneurs intégrés et patriotes comme coordinateur dans ces sociétés. Vous verrez que ça changera.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier 2015 à 15:05
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    je ne nous comprends pas !! au moment de signer le contrat, vous ne lisez pas ou bien ?! vous ne pouvez en aucune façon obliger un employeur à faire ce que vous voulez et vu déjà que vous avez signez, c’est que y’a votre accord de principe ! vous dites, plus d’injustices au BF, mais faites tout en même temps pour créer le désordre, l’anarchie, de l’injustice.., comment avez vous menez vos grèves ?? ce problème n’est même pas du ressort du ministre des mines mais plutôt de celui du travail !! et de grâce chers syndicats, luttons pour des causes justes mais n’encourageons pas l’anarchie.

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier 2015 à 16:18
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Ceux qui condamnent là, avez vous été sur le site ? On a belle et bien lu le contrat avant de le signer ! Il faut être maudit pour voir ton salaire diminuer chaque moi sans explication ou voir des collègues à chaque instant être remercié sans réagir ! Tout ça parce que nous avons un état prostitué !
    Seule la lutte libère !

    Répondre à ce message

  • Le 28 janvier 2015 à 19:22, par Mesmin COMPAORE
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    Notre sous sol est vendu par l’ex régime dictatorial et soutenu par des associations nationales sous financement des multinationales au nom de 3 concepts légaux : code minier, code d’investissement et code de travail tous attractifs (pillage des ressources minières, et dénigrement, confiscation des droits de liberté des travailleurs nationaux). Malheureusement le gouvernement de transition est venu emboite le même pas tout en oubliant leur promesse de reforme dans le secteur minier. La preuve sans se soucier de la révision des dits codes, il continue d’octroyer des nouveaux permis d’exploitation minière. Alors que faire ?? je pense que le peuple à travers les OSC doit exiger des reformes sur le secteur minier dont l’objectif vise à :
    - réviser les codes minier, de travail afin d’augmenter la part d’action de l’Etat au delà de 20% et de protéger les travailleurs nationaux sur leur forme de contrat de travail ;
    - Appliquer effectivement le transfert de compétences conformément à la convention type (article 7 du point c) du décret N°2005-049/PRES/PM/MCE du 03 février 2005 portant adoption de modèles type de convention minière)
    - - exiger des projets miniers leur contribution à la formation de la jeunesse estudiantine à travers l’admission des stagiaires, un quota annuel doit servir d’indicateur et consigné dans la convention minière.

    Répondre à ce message

  • Le 29 janvier 2015 à 20:07, par Patriote
    En réponse à : Bras de fer entre la SMB et ses employés licenciés : L’Union d’action syndicale entre en jeu

    treizième mois, démission de cadres et assurance 100% au lieu de 80%. voici vos revendications principales. soyons sérieux trouvez vous cela raisonnable pour une société en crise ? arrêt de travail sans préavis de grève et au lieu de négocier vous vous trouvez dans votre plein droit soutenu par des fonctionnaires qui n’ont même pas le tiers de votre salaire ! les gars retenez la leçon pour ne pas vous faire clouer d’avantage. ouvrez l’oeil

    Répondre à ce message

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Attention, votre message n’apparaîtra qu’après avoir été relu et approuvé.

Qui êtes-vous ?
Ajoutez votre commentaire ici
  • Ce formulaire accepte les raccourcis SPIP [->url] {{gras}} {italique} <quote> <code> et le code HTML <q> <del> <ins>. Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.


Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
A propos..
Flux  RSS 2.0
Plan du site
Nous contacter
Condition d'utilisation
Responsabilité
Cookies et cache
Version mobile
Publicité
Partenariat

LeFaso.net © 2003-2017 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés