Nous sommes le  
LeFaso.net, l'actualité Burkinabé sur le net
Proverbe du Jour : «L’âge d’un homme digne de ce nom ne devrait pas se calculer en années, mais en services rendus. Norbert Zongo» 

Elie Kamano : « Si je vous raconte tout ce qui s’est passé entre Tiken Jah et moi, vous n’écouterez jamais sa musique »

Accueil > Actualités > Culture • • vendredi 23 janvier 2015 à 14h17min
Elie Kamano : « Si je vous raconte tout ce qui s’est passé entre Tiken Jah et moi, vous n’écouterez jamais sa musique »

Certaines de ses chansons sont devenues de véritables fatwas contre les dictateurs africains. Elie Kamano, cette « grande gueule » peint avec un langage cru, la gestion calamiteuse de bon nombre de pays africains. En quelques années, l’artiste guinéen s’est imposé comme une valeur montante de la musique reggae en Afrique francophone. Actuellement au Burkina dans le cadre d’un concert, il s’est prêté à nos questions. Ses ennuis judiciaires en Guinée, après qu’il ait dit que Alpha Kondé est Burkinabè, ses relations avec Tiken Jah Facoly et bien d’autres sujets sont à retrouver dans cette interview sans langue de bois.

Lefaso.net : Dans quel cadre êtes-vous au Burkina Faso ?

Elie Kamano : Je suis au Burkina parce que tout simplement nous avons suivi avec grand intérêt ce qui s’est passé ici. En tant qu’artiste engagé, révolutionnaire, je pense que c’est un bel exemple que le peuple burkinabè a donné aux autres peuples africains. Avec tous les morceaux satiriques que j’ai chantés, je pense que le moment est propice pour moi de venir encourager et féliciter une fois de plus la jeunesse burkinabè pour tout son combat.

Depuis la Guinée, comment avez-vous vécu les évènements des 30 et 31 octobre ?

Sans me lancer de fleurs, sans langue de bois, en Guinée, il n’y a qu’un seul Sankariste, c’est Elie Kamano. J’ai suivi les évènements à la lettre, étape par étape. J’étais tellement content que j’ai écrit un discours pour féliciter la jeunesse burkinabè et à travers cela, donner un signal aux autorités de mon pays pour leur dire que le pouvoir appartenait à la population, à la masse et que nul ne pouvait confisqué le pouvoir contre le gré du peuple. J ‘ai voulu faire un sit-in au grand rond-point de Matoto, les autorités l’ont empêché. J’ai donc vécu l’événement avec vous, bien que je ne fusse pas physiquement présent, mais j’étais spirituellement là, parce que ma musique était là avec vous.

Vous avez cité le Burkina dans vos chansons, appelant à la démocratie. La prophétie s’est-elle accomplie, comme vous le demandez dans une de vos chansons ?

La prophétie est en train de s’accomplir. Dans plusieurs morceaux, j’ai cité Blaise Compaoré, Yaya Jammeh, Mouammar Kadhafi, Robert Mugabe, plusieurs dictateurs. Je crois que ma prophétie est en train de s’accomplir. S’il plait à Dieu, ceux qui restent encore, cette vague qui s’est annoncée en Tunisie, en passant par l’Egypte, la Lybie, a posé ses valises au Burkina Faso, sur sa route, il y a le Cameroun qui est dans le viseur, le Togo, le Congo, le Soudan, même la Guinée. Donc pour le moment, le combat n’est pas encore terminé.

Vous êtes connu pour avoir un langage très virulent dans vos chansons, d’où vous vient cela ?

C’est dû à mon amour pour Thomas Sankara qui m’a inspiré depuis ma tendre enfance, je l’ai connu à l’école, quand on m’a parlé de l’histoire du Burkina Faso. Plus tard, j’ai étudié son histoire. Je me suis dit, voici un homme intègre, un homme digne, un homme fier, un africain à qui je voudrais ressembler. Et puisque chacun a un modèle dans la vie, il a été pour moi un modèle et musicalement, il fallait aussi que je pose des actes qui vont dans le même sens, dans le même élan que les actes qu’il a posés au Burkina et en Afrique. C’est ce que j’essaie de faire. Mon franc parlé, ma dignité, ma fierté et mon refus d’être corrompu, d’être acheté, tout cela vient tout droit de la philosophie de Thomas Sankara, c’est tout.

Quelle est votre source d’inspiration ?

Mon inspiration, je la tire de mes prières. Je suis croyant, je pense qu’on n’a pas besoin d’être dans un état surnaturel pour être inspiré. L’inspiration pour moi est un coup de grâce et c’est Dieu qui la donne. Il y a deux catégories de personne qui chante. Il y a d’abord les personnes qui ne forcent pas, qui sont douées, et l’autre catégorie, c’est ceux qui essayent de chanter, qui apprennent à chanter. Nous faisons partie de la catégorie de ceux à qui Dieu a donné ce don de chanter. Mais la musique est un instrument de vérité et non de propagande. Donc si Dieu nous a donné ce don de dire tout haut ce que le peuple pense tout bas, alors il faut bien utiliser ce don pour que le peuple profite. Mon inspiration, c’est comme un jeu d’enfant pour moi. Quand je prie, je demande à Dieu de m’inspirer au même titre qu’il a inspiré les plus grands artistes de ce monde.

Etes-vous seulement faiseur de Reggae ou Rasta ?

Je suis reggae, je ne suis pas rastaman dans l’âme. Je suis musulman.

De Lansana Conté au Pr. Alpha Condé, votre degré d’engament a-t-il en varié en Guinée ?

Je suis resté sur la même ligne, la même optique avec les mêmes objectifs et la même vision. Parce que rien n’a changé dans mon pays, rien n’a évolué. La révolution pour moi, c’est un état d’esprit, c’est une action qui pousse à changer les mentalités, amener, inciter les gens à se réveiller ; éveiller les consciences pour un éventuel changement, ce que vous avez réussi au Burkina. Mais chez nous malheureusement, il n’y a qu’un seul révolutionnaire, et c’est Elie Kamano…

N’est-ce pas prétentieux, il y a bien d’autres artistes engagés ?

Ce n’est pas de la prétention. Il n’y a pas de musicien engagé en Guinée, à part Elie Kamano. Vous pouvez faire vos enquêtes, vous êtes un site très lu, depuis la Guinée je vous connais. Aujourd’hui, chacun au pays cherche à chanter les femmes, les hommes riches, à chanter pour avoir l’argent. C’est différent de mon combat. La relation que je tisse aujourd’hui avec le peuple est plutôt basée sur le combat que je mène. Il y a quatre ans maintenant que je n’ai pas sorti d’album, depuis « Où va l’Afrique ? » et « Parole de fou », mais jusqu’à présent je reste quand même l’artiste le plus écouté et le plus adulé en Guinée.

L’arrivée de Alpha Condé, n’a donc rien apporté en terme de changement ?

Rien n’a changé. Alpha Condé est venu avec les mêmes méthodes. Il nous avait promis le changement, il a dit qu’il prenait la Guinée là ou Sékou Touré l’avait laissé pendant que culturellement Sékou Touré a laissé la Guinée comme étant la plaque tournante de la culture et du football africain. Mais aujourd’hui qu’est-ce qui est dans le domaine culturel ? La culture est le parent pauvre du gouvernement. C’est dommage, ce qui ce passe au plan culturel. Le plus petit budget dans ce gouvernement appartient à la culture, pour faire quoi ? Ce ne sont pas les talents qui manquent en Guinée, mais la politique mise en place par les autorités fait un blocus de telle sorte que des artistes talentueux meurent à la fleur de l’âge. C’est très dangereux. Dieu m’a donné la chance, j’ai été très dur dans ma formation et aujourd’hui je fais une carrière internationale, mais ça n’a pas été facile, parce que la Guinée est le peuple juif de l’Afrique.

Pourquoi vous le dites-vous ?

Je le dis parce que les juifs sont le seul peuple qui a tué tous ses prophètes. La Guinée est un pays qui tue les hommes qui émergent.

Vous avez eu des démêlées avec la justice de votre pays depuis quelques années, quelle est la source de vos ennuis ?

C’est simplement parce que j’ai dit à Alpha Condé qu’il était Burkinabè d’origine et il ne veut pas le reconnaître. Moi j’aime le Burkina Faso parce que ce sont des hommes intègres. Si on me dit aujourd’hui que je suis Burkinabè d’origine, je serai très fier parce que le Burkina, c’est le pays de Thomas Sankara. Tout africain doit être fier de s’identifier au Burkina Faso. Si j’avais dit à Alpha Condé qu’il était Français d’origine, il serait très content, Suédois ou Américain, il serait très heureux. Mais pourquoi il est frustré quand je dis qu’il est Burkinabè d’origine ? On dit à longueur de journée que Alassane Ouattara est Burkinabè.

Le Burkina est fier que ses fils aillent gouverner dans d’autres pays. C’est une fierté, Barack Obama sait qu’il n’est pas Américain d’origine, il est Kenyan. Ali Bongo, on vient de dire qu’il n’est pas Gabonais…si vous convoquez un artiste aussi populaire et écouté en Guinée à la justice parce que tout simplement que le président est Burkinabè, c’est parce qu’il y a anguille sous roche. On est tous Africains, j’adore le Burkina Faso. C’est le pays que j’ai aimé avant tout les autres après mon pays.

Tout homme engagé, patriote, aime son pays et le défend. C’est pourquoi je ne me suis pas entendu avec le capitaine Dadis Camara. J’avais vu en lui un patriote comme Sankara. Je voulais qu’il arrête, qu’il organise des élections et qu’il revienne après, chose qu’il n’a pas compris. Il est resté dans l’euphorie du pouvoir, dans la boulimie du pouvoir, et on l’a trompé et il a échoué. Aujourd’hui, il a du mal à rentrer même dans son pays.

La nationalité du président est-elle la seule source de vos ennuis judicaires ?

C’est la seule source. On m’a demandé d’aller chanter devant lui, j’ai refusé. Ils m’ont donné de l’argent que j’ai dépensé, ils m’ont réclamé et j’ai dit que je ne payais rien parce que je suis Guinéen, je fais partie du contribuable. L’argent a été donné pour corrompre, il voulait corrompre. 40 millions de francs guinéen, environs 3 millions de FCFA.

Parlant de la nationalité de votre président, vous avez déclaré dans un journal « son père vient du Burkina, il est mossi balafré (…) Si vous constatez, beaucoup de contrats sont aujourd’hui donnés aux Burkinabè et aux Maliens et c’est déplorable », pour le panafricaniste que vous dites être, ne faut-il pas aller au-delà de ces clivages ?

C’est déplorable, je maintiens ce que j’ai dit, parce qu’aujourd’hui, un président ne peut pas être élu au Burkina Faso en tant que panafricaniste, je ne parle pas en tant que Guinéen. Etre élu au Burkina pendant qu’il a des origines ivoiriennes ou guinéennes et donner des marchés aux Burkinabè, aux Ivoiriens, pendant que les Burkinabè souffrent, pendant qu’ils meurent. Je ne suis pas d’accord. On aime bien les blancs, mais en Afrique du sud, on a dit non à l’apartheid. Ils ont construit, ils ont tout fait, mais on a dit non à l’apartheid. D’abord l’Afrique du sud appartient aux africains. Tous les Guinéens qui sont aujourd’hui prisonniers, enchaînés, en Angola, des milliers qui meurent sans que notre gouvernement ne réagisse, vous savez pourquoi ? Parce que le président Alpha Candé a de gros contrats dans les sociétés en Angola. Pour défendre ses intérêts, il préfère fermer sa g….., devant ce crime, il préfère donner des marchés à n’importe qui sauf aux Guinéens. Des jeunes Guinéens qui se battent, qui marchent à longueur de journée, pour trouver du travail, n’en trouvent pas. Je ne suis pas d‘accord ; c’est quel panafricanisme ça ?

Je ne suis pas xénophobe, mais j’aimerais que les chômeurs, les personnes qui souffrent qui meurent en Guinée, qui sortent pour venir au Burkina, au Mali, au Sénégal, pour mourir en cherchant un lendemain meilleur, trouvent de quoi manger, travailler dans leur pays. Dieu nous a tout donné pour qu’on aille plus chez les autres quémander. Moi je suis fier de vous, parce que pour celui qui connait la Guinée, qui est né et qui a grandi en Guinée, qui vient au Burkina, connait la différence. Le Burkina n’a rien dans son sous-sol comparé à la Guinée. Nous avons le sous-sol le plus riche de l’Afrique de l’ouest. Mais on n’a pas de courant, on n’a pas d’eau, on a rien. Comment voulez-vous que je me réjouisse d’un président qui ne donne pas de travail aux jeunes Guinéens, qui meurent tout le temps dans l’océan atlantique parce qu’ils veulent aller trouver l’Eldorado ailleurs ? Ce n’est pas possible.

La guinée est riche de son sous, a tout pour se développer, 57 ans après son indépendance, on peut se demander à quand la Guinée ?

Je vous renvoie la question. C’est le combat que je mène tous les jours. Si on pouvait demander à avoir une nationalité avant sa naissance, je demanderais à être Burkinabè. Mais en malinké on dit que Dieu ne donne pas le tô à celui qui sait le manger, il le donne à celui qui sait le gaspiller.

Y a-t-il une exception guinéenne ?

Il y a une exception, la Guinée est un scandale géologique. On a tout ce qu’il faut pour que les Guinéens ne sortent pas, mais qu’est-ce qu’on en fait ? Le budget de souveraineté de Lassana Conté était de 1 milliard de frs guinéens par an, celui de Dadis était de 7 milliards par an, celui de Alpha Condé est de 1 milliard par jour. 365 milliards par an. Et on me dit que mon pays souffre, que les jeunes ne trouvent pas d’emploi, qu’il n’y a pas d’électricité, d’eau. On me dit que les écoles sont fermées parce qu’il y a Ebola, pendant que toutes les nuits, les boites de nuits sont pleines, les manifestations politiques ne tarissent pas. Je ne comprends pas. Quand je lis et j’observe tout ce que Sankara a fait en 4 ans, je ne comprends pas. C’est parce qu’on est dirigé par des apatrides. Même si je dois aller en prison, mourir, je n’arrêterai pas de critiquer. Sankara a donné sa vie à son peuple, et il est rentré dans l’Histoire de l’humanité, jusqu’à la fin des temps, on ne l’oubliera pas. Je veux donner un sens à mon existence comme l’a fait Sankara.

Dadis Camara, votre ancien président réside au Burkina, comptez-vous le rencontrer pendant votre séjour ?

J’ai essayé de le rencontrer une fois. Nos relations sont tendues. De mon côté, il n’y a pas de problème. J’ai voulu l’aider, le prévenir, lui dire que le pouvoir, c’est comme de l’argent. On peut l’avoir aujourd’hui, être l’homme le plus fort, le plus riche et se retrouver avec rien demain, personne à ses côtés. Le pouvoir a beaucoup d’amis, mais l’échec est orphelin. J’ai dit au Capitaine Dadis de respecter ses engagements, organiser des élections et partir. Il pouvait revenir après et se présenter, on m’a pris pour un ennemi.

J’ai failli être tué par ses hommes. Je ne sais pas si c’est lui qui les a envoyés, je ne le dirai pas, c’est la raison pour laquelle je suis parti de la Guinée. J’ai vécu entre le Burkina, le Sénégal et le Mali, tout le temps qu’il était au pouvoir. Même avec Tiken Jah, je n’étais pas d’accord. J’ai voulu qu’il comprenne qu’il était l’homme pour la Guinée, mais qu’il fallait qu’il respecte la transition.

Quelles vos relations avec d’autres reggae men comme Tiken Jah, considéré comme votre mentor ?

Pour moi, Tiken Jah et Alpha Blondy sont des égoïstes, sans langue de bois. Je ne peux pas comprendre qu’on parle 20 ans de l’Afrique, qu’on défende la culture africaine et qu’on ne veuille pas propulser, promouvoir cette culture. Promouvoir des jeunes talentueux qui arrivent dans le même domaine que soi. Mais si vous prenez les jeunes pour vos adversaires, vous devenez des dictateurs pendant que vous-mêmes vous combattez, dénoncez, indexez, les dictateurs, mais dans votre domaine vous êtes aussi des dictateurs.

Ce ne sont pas de bons exemples. Le cheval qui court devant la peur d’être rattrapé par ses concurrents, c’est Tiken Jah ; et le guerrier qui a perdu ses dents, qui ne se bat plus que pour conserver son argent, là c’est Alpha Blondy.

Tiken a pourtant tendu la perche à des jeunes reggaemen africains …

Ce sont des histoires. A qui il a tendu la perche ? Il connait tous les reggaemen africains.
Une fois il a dit que la future étoile du reggae viendra de la Guinée en parlant de moi.
(…) il me prend pour un adversaire. J’aimerai qu’il lise cette interview.
Si je vous raconte tout ce qui s’est passé entre Tiken et moi, vous n’écouterez jamais sa musique. Ce n’est pas un bel exemple, dans le domaine du reggae. Humainement, je ne connais pas les rapports qu’il entretien avec les autres, mais musicalement, ce n’est pas un exemple. C’est dommage que des grandes gloires de l’Afrique dans tous les domaines ne s’occupent pas de la relève.

Avant de connaître le succès, vous avez fait la Côte-d’Ivoire, le Sénégal où vous avez même fait la prison, il semble que vous avez beaucoup souffert…

C’est difficile, j’ai beaucoup souffert dans ma vie. Je ne peux pas tout raconter, sinon on écrirait un bouquin. J’ai fait la prison quand étais encore rappeur. J’ai mendié dans les rues en Côte-d’Ivoire pendant un an. Mais quand les gens vous voient grandir, ils veulent vous tirer vers le bas, ils sont jaloux. J’ai connu la misère, les obstacles, les gens m’ont mis les bâtons dans les roues, c’est ce qui a forgé ma personnalité.

A quand le prochain album de Elie Kamano ?

Très bientôt. Je ferai même la dédicace ici au Burkina Faso qui est mon pays d’adoption. Je me sens beaucoup plus burkinabè quand je me bats que guinéen parce je suis mal compris dans mon pays. Je suis mieux compris ici que nul par ailleurs. J’ai un message de gratitude et de reconnaissance envers le peuple burkinabè qui a épousé ma musique. En 2009 quand je suis arrivé, je n’étais pas connu du tout. On essayait, on faisait des petits concerts, on distribuait les CD. Mais aujourd’hui, la mayonnaise a pris. C’est pourquoi vous serez les premiers à écouter mon album à venir. Un album de 23 titres.

Un dernier mot...

Je donne rendez-vous à tous les révolutionnaires, tous ceux qui aiment ma musique, le 13 février à la maison du peuple et le 20 à Bobo Dioulasso, pour me voir en prestation live. Tout se passe dans le cœur, je serai en face d’un peuple que j’aime, que j’admire, que j’adore, qui m’aime, qui m’admire, qui m’adore. L’échange sera naturel. J’ai fait une tournée africaine de 14 pays, mais les concerts que je donnerai ici seront différents.

Interview réalisée par Tiga Cheick Sawadogo
Lefaso.net

Messages

  • J’aime la musique reggae.Comme Kamano, je ne suis pas rasta pur du moins dans sa forme religieuse ! J’aime bien tous les faiseurs de REGGAE Africains. J’aimerais dire à Kamano d’oublier un peu tous les rancœurs qui divisent et de donner la main aux devanciers. Alpha Blondy et Tiken Jah se sont battus tous seuls pour mériter leurs places. Ils n’ont pas attendu l’aide des jamaïcains. A un moment Tiken aussi en voulait à Alpha mais tout seul il a pu mériter sa place dans la musique reggae africaine voire mondiale. Bon vent à Kamano puisque tu as déjà ta place dans cette musique et bon vent à la musique reggae ou rastafarisme !

  • Humm ça c’est la soupe interne des rastamen

  • Parlant de la nationalité de votre président, vous avez déclaré dans un journal « son père vient du Burkina, il est mossi balafré (…) Si vous constatez, beaucoup de contrats sont aujourd’hui donnés aux Burkinabè et aux maliens et c’est déplorable » ;
    "Pour moi Tiken Jah et Alpha Bondy sont des égoïstes, sans langue de bois".

    Et puis quoi encore !! Arrêtes de fumer trop de yamba et arrêtes de vouloir nous flatter après nous avoir insulté. Du dilatoire tout ça !!

  • QUELLE HUMILITE !!!

  • Je pense qu’un type comme ce gars-là, on ne peut pas l’aider car trop connaisseur, trop irrévérencieux. Et ça c’est valable pour tous les jeunes aujourd’hui, on ne peut pas obliger quelqu’un à vous aider. C’est dans le respect et la courtoisie qu’on apprend et non la grande g.... En fait souvent des gens confondent, dire la vérité et insulter ou "sortir le serpent " des gens...etc.

  • Merci mon frère Kamano, je suis très fiers de toi et t’encourage. je me rappel que c’est grâce a un grd frère ke j’ai eux ta 1ère K7 et depuis, tu demeure en moi. Pour rien je ne manquerai ton concert du 13, je suis en province mais je serai parmi vous.
    Que Dieu te protège,

    ADAH

  • Mon Gle Elie Kamano,je suis au garde à vous.Respect et élévation.L’avenir du reggae AFRICAIN est assuré.Merci pour ces paroles dithyrambique sur le BURKINA.nous sommes des héritiers de THOMAS NOËL ISIDORE SANKARA et nous serons au rendez-vous.Peace Wakat Faan."Reggaemen de tous les pays unissez vous"LA PATRIE OU LA MORT NOUS VAINCRONS ;

  • Parlant de la nationalité de votre président, vous avez déclaré dans un journal « son père vient du Burkina, il est mossi balafré (…) Si vous constatez, beaucoup de contrats sont aujourd’hui donnés aux Burkinabè et aux maliens et c’est déplorable »

    Quant on est musicien qui aspire a l’international, il faut éviter ces genres de propos .

  • C’est qui ce reggae man là ? J’avoue que c’est la première fois que je le découvre. Il chante bien je suppose. Bon vent à lui

  • Mon gars, faut pas embrouiller les gens ici. Tu es trop contradictoire dans tes propos, les gens m’aiment pas ta musique au Burkina, faut pas mentir. Toi tu es qui ? Personne ne trouve grâce à tes yeux à part toi même. Avoir fait la prison et mendié dans les rues et parler au hasard ne font pas de toi un héro. Un peu de modestie, les burkinabè n’aiment pas les gens arrogants, la preuve que tu ne connais pas ce peuple du Burkina. Je parie que tes concerts seront des fiasco !

  • Bonne arrivée au Faso.SVP,vous les reggeamen là,évitez les guerres de tranchées entre vous.On aime votre musique, surtout quand c’est du reggae engagé.Un point barre.Le clash entre Alpha et Tiken, m’a déplu.Heureusement que leur petit frère Jah Verithy a chanté un morceau par rapport à ça pour dissiper la tension entre eux. Aujourd’hui kôrô KAMANO ;tu viens nous parler d’une brouille entre Tiken ,Alpha et toi.Oublie ce passé.Et fait nous toujours déguster tes morceaux éveilleur.Oui,c’est parole de fou.Je t’emprunte ton mot.Par rapport à Kaddafi,il est mieux de relativiser tes propos.C’est un vrai digne fils d’Afrique.Lis l’article de PATRICK MBEKO,"Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi."Après lecture, ta vision sur lui changera.Par rapport à Mugabé, je te fais une petite concession.Car après avoir été guerrier,libérateur de son peuple du joug coloniale britannique,nationaliste,pan-africaniste ;les coups fourrés de la Françafrique et ses connexion l’ont rendu paranoïaque(cas aussi de Sekou TOURE,en Guinné Conakry). Pour rappel,le Zimbabwé a été une colonie d’exploitation et non une colonie de peuplement.Et on sait que les colonies d’exploitation ont accédé difficilement à l’indépendance en Afrique.C’est pour cela qu’il a fait,une fois au pouvoir,une réforme agraire,mais pas une réorganisation agraire.Son histoire est un éducative car elle est liée a celle de son pays.Il faut la connaitre.Plein succès à ton nouvel album.

  • Rasta , rase toi et casse toi !

  • Mon frère Elie, tu es un artiste que j’aime énormément. J’avoue que j’ai pas pu terminer de lire ton interview. Parce que tout simplement, ce que tu raconte ne te ressemble pas. cette interview dévoilé ta personne.
    je te trouve prétentieux quand tu dis que tu es le seul artiste engagé de la Guinée
    je te trouve arrogant quand tu dis que tu dit de toi "aussi populaire et écouté"
    je te trouve xénophobe. tu peux dire que le président Condé est burkinabé, c’est ton droit. Mais de là à dire que c’est la raison pour laquelle il donne des contrats aux entreprises burkinabé et maliennes, tu dépasse toutes les bornes
    Tu es aussi insolent quand tu dit maintenir "les bêtises que tu dis"
    Sans rancune, je te trouve en déphasage flagrant avec les idéaux de Sankara. Mets la balle à terre, resaisis toi. Prends tout calme pour analyser ce qui sort de ta bouche.
    J’aime bien ta musique. Mais ce soir, suis vraiment deçu

  • C’est un menteur ce type. Il a insulté les Burkinabè en traitant Alpha Condé de Burkinabè sachant que dans le contexte ou il l’a dit nous étions en plein esprit de xénophobie. même si Alpha est d’origine Burkinabè, à partir du moment qu il vit en Guinée et qu’il a opté pour la Guinée, il est Guinéén.

    Ce monsieur est xenophobe, car ces propos de xenophobie ont été repris par Celoun DIALLO, opposant à CONDE ;

    Dehors du Burkina, ce chanteur inconnu et qui n’arrive pas à la cheville d’Alpha Blondy qui a su imprégner le reggae ainsi que Fakoly.

    Il n’arrive même pas musicalement à la hauteur de ces deux artistes

  • trop gonflé ce ptit débile là

  • Bonne arrivée a toi kôrô KAMANO.C’est mieux d’oublier ces histoires entre Tiken,Alpha et toi.On aime tous vos textes pour leurs clarté et engagement.Le clash entre Tiken et Alpha est toujours dans notre esprit,chose qui n’est pas bon pour le reggae ouest-africain ;voir africain."J’ai mal,ça me fait honte..."(Tiken Jah),donc" baramogo,quitte dans ça..."(Alpha Blondy).Tu diras que "c’est parole de fou..."(Elie KAMANO). N’empêche.Par rapport à KADHAFI et Mugabé,il est mieux de connaitre leurs histoires pour ne pas leur traiter uniquement de dictateurs.Kaddafi est un vrai digne fils d’Afrique,un vrai pan-africaniste.Tout le monde,a eu à son égard un jugement inquisitoire basé sur le dénigrement de sa personne par l’Occident.A cet effet,je vous conseille de relire son histoire et celle de la Lybie sans a priori.Il est mieux de commencer à lire l’article de PATRICK MBEKO sur lui "Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi".Par rapport,aussi à MUGABE ;c’est la même chose.C’est un vrai patriote Africain.Son histoire est liée à celle de son pays.Ce sont les coups fourrés de l’Occident qui l’ont rendu paranoïaque(Cas d’Ahmed Sékou TOURE aussi ). Son pays a été une colonie d’exploitation et pas une colonie de peuplement.C’est ce qui l’a amené a fait une réforme agraire,et non une réorganisation agraire.Chose qui a soulevé le courroux de l’Occident.Son histoire est à visiter.Plein succès à ton nouvel album.

  • On ne comprend rien dans cette histoire de dingue. Aimer Thomas Sankara, c’est différent d’aimer le Burkinabè. Saches que Thomas Sankara aimait tous les africains, sans distinction. Il avait des conseillers un peu partout, et n’a jamais été contre les Guinéens et autres Africains, qui ont réussi au Faso. "Le mossi Balafré" symbolise la bravoure et la dignité. Si tu veux être Burkinabè comme tu le dis, l’initiation commence par ces balafres que tu as vu sur le visage du père de Condé. ça se fait sans anesthésie et il faut être un homme pour le supporter. Pas un fumeur qui s"embrouille, qui mord et qui souffle comme un rat puant. Tu es trop loin de porter cette marque de dignité et de courage, parce que simplement à la première balafre, tu vas mélanger pipi et caca dans ton caleçon, alors qu’un burkinabè le supportera sans un petit cri.
    Tes idées sont aux antipodes de celles de Thomas Sankara, pour qui tout Africain devrait être lire partout en Afrique sans considération aucune pour sa nationalité, son ethnie ou sa religion. Aucun pays au monde ne s’est développé sans le concours des étrangers. Les USA en sont l’exemple épatant. Va dire à Barack qu’il est Kényan et tu verras la réaction des américains. Les griots de votre espèce ne cessent de vanter les richesses de la Guinée. A quoi servent ces richesses si d’autres Africains ne peuvent pas rivaliser avec les Européens, Américains, Australiens... Pauvre de toi

  • On ne comprend rien dans cette histoire de dingue. Aimer Thomas Sankara, c’est différent d’aimer le Burkinabè. Saches que Thomas Sankara aimait tous les africains, sans distinction. Il avait des conseillers un peu partout, et n’a jamais été contre les Guinéens et autres Africains, qui ont réussi au Faso. "Le mossi Balafré" symbolise la bravoure et la dignité. Si tu veux être Burkinabè comme tu le dis, l’initiation commence par ces balafres que tu as vu sur le visage du père de Condé. ça se fait sans anesthésie et il faut être un homme pour le supporter. Pas un fumeur qui s"embrouille, qui mord et qui souffle comme un rat puant. Tu es trop loin de porter cette marque de dignité et de courage, parce que simplement à la première balafre, tu vas mélanger pipi et caca dans ton caleçon, alors qu’un burkinabè le supportera sans un petit cri.
    Tes idées sont aux antipodes de celles de Thomas Sankara, pour qui tout Africain devrait être lire partout en Afrique sans considération aucune pour sa nationalité, son ethnie ou sa religion. Aucun pays au monde ne s’est développé sans le concours des étrangers. Les USA en sont l’exemple épatant. Va dire à Barack qu’il est Kényan et tu verras la réaction des américains. Les griots de votre espèce ne cessent de vanter les richesses de la Guinée. A quoi servent ces richesses si d’autres Africains ne peuvent pas rivaliser avec les Européens, Américains, Australiens... Pauvre de toi

  • De bas niveau. Il faut se cultiver davantage.

  • Ce qui s’est passé entre Tiken et Elie doit rester entre eux ou devant la justice si un se sent leser dans leur rapport . Nous sommes en democratie et non en rastacratie . Moi j’adore Tiken et Elie et je demande à Elie d’integrer un peu d’humilité dans ses declarations

  • M. KAMANO, laissez les gens vous apprécier.Ne le faites pas vous memes.

  • Je n irai plus a ce concert. en Guinée xénophobe et ethniciste, au Burkina panafricaniste jusqu’au ongle. Que Conde soit Kone mossi au lieu de Conde ou est le problème ? Toi tu intoxique les jeunes car avouons que ta musique est bien et engagé. mais tes conviction sont lamentable. je fouillerai le net et si je vois qu’un Burkinabe a ete inquiété suite a tes propos discriminatoires. l inconstance de vous autres reggaemaker est tres préjudiciable a l image. Je suis décu de ce mr.

  • tiken yah ne ta pas mis au monde.ace effet il n a pas obligation envesr toi.

  • Lui c’est clair obscur !
    Tu n’est pas clair et te contredis à tout bout. On ne peut pas se réclamer des idées de Sankara et prôner l’exclusion.
    Que Condé soit moissi ou tout autre ne l’empêche pas d’être guinéen et participer au développement de son pays.
    Attention les burkinabé sauront te démasquer. STOP !

  • Mais raconte donc...

  • Bonne arrivée à toi kôrô KAMANO. C’est mieux d’oublier ces histoires entre Tiken, Alpha et toi. On aime tous vos textes pour leurs clartés et engagement. Le clash entre Tiken et Alpha est toujours dans notre esprit, chose qui n’est pas bon pour le reggae ouest-africain ; voir africain. "J’ai mal, ça me fait honte..."(Tiken Jah), donc" baramogo, quitte dans ça..."(Alpha Blondy).Tu diras que "c’est parole de fou..."(Elie KAMANO). N’empêche .Par rapport à KADHAFI et MUGABE, il est mieux de connaitre leurs histoires pour ne pas leur traiter uniquement de dictateurs. Kaddafi est un vrai digne fils d’Afrique, un vrai panafricaniste. Tout le monde a eu à son égard un jugement inquisitoire basé sur le dénigrement de sa personne par l’Occident .A cet effet, je vous conseille de relire son histoire et celle de la Lybie sans a priori. Il est mieux de commencer à lire l’article de PATRICK MBEKO sur lui "Ce que la majorité des Africains ignorent de Mouammar Kadhafi". Par rapport aussi à MUGABE ; c’est la même chose. C’est un vrai patriote Africain. Son histoire est liée à celle de son pays. Ce sont les coups fourrés de l’Occident qui l’ont rendu paranoïaque (Cas d’Ahmed Sékou TOURE aussi). Son pays a été une colonie d’exploitation et pas une colonie de peuplement. C’est ce qui l’a amené à faire une réforme agraire, et non une réorganisation agraire. Chose qui a soulevé le courroux de l’Occident. Son histoire est à visiter. Plein succès à ton nouvel album.

  • elie kamano,parle mais evite d’injurier.

  • Salut le "baramogo",tu es rasta,tu dis les "gwès",mais reconnais que TIKEN-là,c’est ton "koro" de loin,aies un peu d’humilité car tu es trop prétentieux.Trop de griotisme et de fleurs jetées au Burkina parce que tu comptes t’y installer,bon c’est l’Afrique et tu es le bienvenu.LAISSES-TOI APPRECIER !!!!!!!!!!!!!!!!

  • Mon frère, nous les burkinabés nous n’avons rien contre toi, mais tes histoires de Alpha condé est un mossi et Tiken Jah Fakoly, Alpha Blondy son des égoÏstes, nous démontrent par A+B que nous ne pouvons pas compter sur toi. Je vais te dire la verité, toi tu as un coeur noir. Commence par arrangé cela, là les autres reggeamen t’épauleront. Bonne chance

  • Un peu de modestie et d’humilité. jamais entendu parlé de toi donc ta popularité c’est toi qui le dit.l’humilité précède la gloire et l’arrogance la chute donc........

  • Bagarreur et irrévérencieux comme tous les Kissi.
    Alpha est d’origine burkinabè et ça fait koi, Elie ? Cool, man. Peace and love.

  • il me déçoit gravement ce monsieur. j’aime bien ta musique mais ta personne est lamentable. emprunt d’arrogance démesurée, de contradiction flagrante, de xénophobie délirante et je ne sais quoi.... et après il pense pouvoir flatter les burkinabé en vomissant que notre nationalité fait honneur. suis vraiment déçu

  • Elie j’ai aimé une de tes chansons "Démocratie"et je paris que je t’ai beaucoup aimé mais après cet interview je suis déçus par tes propos xénophobes , ethnicisme cette dernière est une plaie qui ronge farouchement le peuple guinée. Fait attention à tes propos car tu es au Burkina Faso et ici on dit la vérité aux gens. Arrête un peu de fumer ça t’évitera tes logorrhées. Sans rancune.

  • ce gars la n’est qu’un plaisantin qui profite du nom de Sankara pour ce faire de la sympathie, s’il se réclame africain panafricain il ne crierai pas a son président qu’il est de tel ou telle origine, on sait ce que ça amène comme trouble ces histoires de région et d’origine. C’est complétement stupide et malhonnête de sa part. Après ça il viens se dire africain, il ment il est incohérent il harangue juste pour être populaire. Pathétique pitoyable débile et trop gonflé

  • Mon petit ELIE.J’ai un conseil a te donner
    .Le peuple Burkinabé sais décortiquer les grands discours.Comme tu le dis toi même ,ici c’est la patrie de Thomas Sankara ton idol ,alors ;personne ne peut quitter ailleurs et venir séduire ce peuple avec les idéaux cossus au Burkina ;peut etre avec des actes.

    Insulter ton président est ton droit,mais,en affirmant qu’il est Burkinabé et tout ce que tu as ajouté,là tu es obligé d’en apporter la preuve sous peine de correction exemplaire car ces propos appellent au tribalisme,a la xénophobie,au chauvinisme,a une haine contre les Burkinabé en guinée.la preuve de la cote d’ivoire.

    Tu es certe écouté et aimé par les jeunes au Burkinabé en commençant par moi qui suis originaire de la Guinée et fier de l’être, mais en Guinée,En reagué tu n’es pas plus écouté que TAKANA Zion(je persiste et je signe) ,qui a d’ailleurs chanter SANKARA avant toi dans son titre "Mobalou" qui signifie "les grands hommes".
    Chanter et être engagé ne donne pas droit a la diffamation,a la délation .
    En bon entendeur...

  • Pffffffffffff, il faut péter a la hauteur de tes fesses petit, tu es trop égomaniaque, en plus la musique n’est pas un don pour toi , ceux qui connaissent la musique le savent, quand on parle de don on fait allusion a Michael jackson et d’autres stars mondiales qui vendent des millions d’albums , toi tu es un artiste locale qui veut juste qu’on parle de lui, et la tu va devoir la fermer un peu et respecter tes grand frères Alpha blondy et tiken jah .
    Toi seul tu as le cv le plus riche, l’artiste le plus écouté, le plus révolutionnaire, achète toi un miroir durant ton séjour au pays des hommes intègres et mire toi bien avant le retour en Guinée ..

  • g connais tres bien cet artiste elie kamano n’est qu’un egoiste,orgueilleux alors qu’il n’est pas intellectuel et ne veut voir personne evoluer j’espere mes freres burkinabes vous avez vu pourqu’oi les guineens ne l’aiment pas !

Un message, un commentaire ?

modération a priori

Ce forum est modéré a priori : votre contribution n’apparaîtra qu’après avoir été validée par un administrateur du site.

Qui êtes-vous ?
Votre message

Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.

 Articles de la même rubrique
Culture et tourisme : C’est parti pour l’atelier de vulgarisation des référentiels du ministère
Musique : Kheops présente son 2e album aux mélomanes de Gaoua
Industries culturelles : Des journées portes ouvertes pour renforcer la visibilité du secteur
Cinéma numérique : La 4e édition du « Festival écran à ciel ouvert » aura lieu du 5 au 9 décembre 2018
Institut des peuples noirs : Le ministre de la Culture milite pour sa réhabilitation
Récréâtrales 2018 : Quand la pièce « Formidable » de Wilfrid Ouédraogo fait parler d’elle !
Cinquantenaire du FESPACO : « On sera obligé de casser certains codes pour la bonne cause » (Yacouba Traoré, président du comité d’organisation)
SIAO 2018 : Le pavillon de la créativité porte désormais le nom Thomas Sankara
Festival feu de bois de Niou : A la découverte du mystère « des choses et des êtres »
Société : Moussa Sinon décortique le monde de l’invisible chez les Mossi
Récréatrales 2018 : Quand le chef de l’Etat "tresse son courage" à Gounghin
15e édition du SIAO : « Entreprendre au féminin » valorise les produits locaux
  Newsletter

Chaque matin, recevez gratuitement toute l'actualité du jour par mail. Inscrivez-vous à la newsletter


LeFaso.net
LeFaso.net © 2003-2018 LeFaso.net ne saurait être tenu responsable des contenus "articles" provenant des sites externes partenaires.
Droits de reproduction et de diffusion réservés